LE LIVRE D’ESAÏE

ARGUMENT

Le prophète Ésaïe vivait environ huit cents ans avant la venue de Jésus-Christ et il a prophétisé environ soixante ans dans le royaume de Juda. Il y a beaucoup de force et de majesté dans ses exhortations, dans ses censures et dans ses menaces. On voit dans ce livre diverses prédictions qui concernent les Juifs et les peuples voisins. Mais surtout Ésaïe est celui de tous les prophètes qui a parlé le plus clairement de Jésus-Christ, de ses souffrances, de son règne et de la vocation des Gentils.

Chapitres  CHAPITRE I. CHAPITRE II.  CHAPITRE III.  CHAPITRE IV.   CHAPITRE V.  CHAPITRE VI.  CHAPITRE VII.  CHAPITRE VIII.   CHAPITRE IX.  CHAPITRE X.   CHAPITRE XI.   CHAPITRE XII. CHAPITRE XIII.  CHAPITRE XIV.   CHAPITRE XV.   CHAPITRE XVI. CHAPITRE XVII.  CHAPITRE XVIII.  CHAPITRE XIX.   CHAPITRE XX.  CHAPITRE XXI.  CHAPITRE XXII.  CHAPITRE XXIII.  CHAPITRE XXIV.   CHAPITRE XXV.   CHAPITRE XXVI.   CHAPITRE XXVII.  CHAPITRE XXVIII.  CHAPITRE XXIX. CHAPITRE XXX.   CHAPITRE XXXI. CHAPITRE XXXII.  CHAPITRE XXXIII.  CHAPITRE XXXIV.  CHAPITRE XXXV. CHAPITRE XXXVI. CHAPITRE XXXVII. CHAPITRE XXXVIII.  CHAPITRE XXXIX.  CHAPITRE XL.   CHAPITRE XLI.   CHAPITRE XLII.   CHAPITRE XLIII.   CHAPITRE XLIV.   CHAPITRE XLV. CHAPITRE XLVI.   CHAPITRE XLVII.   CHAPITRE XLVIII. CHAPITRE XLIX. CHAPITRE L. CHAPITRE LI. CHAPITRE LII. CHAPITRE LIII. CHAPITRE LIV. CHAPITRE LV.  CHAPITRE LVI. CHAPITRE LVII.   CHAPITRE LVIII. CHAPITRE LIX.CHAPITRE LX.CHAPITRE LXI. CHAPITRE LXII.   CHAPITRE LXIII. CHAPITRE LXIV. CHAPITRE LXV. CHAPITRE LXVI. LIVRES DU VIEUX TESTAMENT.

CHAPITRE I.

I. Ésaïe reproche aux Juifs leur ingratitude et leur extrême corruption qui allait attirer sur eux une totale ruine. II. Il les reprend de leur hypocrisie et de la vaine confiance qu’ils avaient dans les sacrifices et dans le culte extérieur. III. Il les exhorte à la repentance et il leur déclare que s’ils se convertissaient Dieu leur pardonnerait et les bénirait, mais que s’ils continuaient dans leur rébellion ils seraient détruits. Enfin, il se plaint que la ville de Jérusalem s’était corrompue et surtout que les magistrats et les principaux étaient adonnés à l’injustice et il déclare que Dieu ferait bientôt la vengeance de tous ces péchés et que les Juifs seraient dépouillés de tous les avantages dont ils jouissaient

1 La vision d’Esaïe, fils d’Amots, qu’il a vue touchant Juda et Jérusalem, au temps de Hozias, de Jotham, d’Achaz, et d’Ézéchias, rois de Juda.

2 VOUS, cieux, écoutez ; et toi, terre, prête l’oreille ; car l’Éternel a parlé, disant : J’ai nourri des enfants, et je les ai élevés ; mais ils se sont rebellés contre moi.

3 Le bœuf connait son possesseur, et l’âne la crèche de son maître ; mais Israël n’a point de connaissance ; mon peuple n’a point d’intelligence.

4 Ha ! nation pécheresse, peuple chargé d’iniquité, race de gens malins, enfants qui ne font que se corrompre ! Ils ont abandonné l’Éternel, ils ont irrité avec mépris le Saint d’Israël, ils sont retournés en arrière.

5 Pourquoi seriez-vous encore battus ? Vous ajouterez la révolte ; toute la tête est en douleur, et tout le cœur est languissant.

6 Depuis la plante du pied jusqu’à la tête il n’y a rien d’entier en lui ; mais il n’y a que blessure, meurtrissure et plaies purulentes, qui n’ont point été nettoyées, ni bandées, et dont pas une n’a été adoucie avec de l’huile.

7 Votre pays n’est que désolation, et vos villes sont en feu ; les étrangers dévoreront en votre présence votre pays, et cette désolation sera comme une ruine faite par des étrangers.

8 Et la fille de Sion restera comme une cabane dans une vigne, comme une loge dans un champ de concombres, comme une ville serrée de près.

9 Si l’Eternel des armées ne nous eût réservé quelque petit reste, nous aurions été comme Sodome, et nous serions devenus semblables à Gomorrhe.

10 Ecoutez la parole de l’Eternel, conducteurs de Sodome ; prêtez l’oreille à la loi de notre Dieu, peuple de Gomorrhe !

11 Qu’ai-je à faire, dit l’Eternel, de la multitude de vos sacrifices ? Je suis rassasié d’holocaustes de moutons et de graisse de bêtes grasses ; je ne prends point de plaisir au sang des taureaux, ni des agneaux, ni des boucs.

12 Lorsque vous entrez pour vous présenter devant ma face, qui a requis cela de vous, que vous fouliez de vos pieds mes parvis ?

13 Ne continuez plus de m’apporter des oblations de néant ; le parfum m’est en abomination ; et pour ce qui est des nouvelles lunes et des sabbats, et de la publication de vos convocations, je n’en puis plus porter l’ennui, ni de vos assemblées solennelles.

14 Mon âme hait vos nouvelles lunes et vos fêtes solennelles ; elles me sont fâcheuses, je suis las de les souffrir.

15 C’est pourquoi, lorsque vous étendrez vos mains, je cacherai mes yeux de vous ; même lorsque vous multiplierez vos requêtes, je ne les exaucerai point ; vos mains sont pleines de sang.

16 Lavez-vous, nettoyez-vous, ôtez de devant mes yeux la malice de vos actions ; cessez de mal faire.

17 Apprenez à bien faire ; recherchez la droiture, protégez celui qui est opprimé, faites droit à l’orphelin, défendez la cause de la veuve.

18 Venez, maintenant, dit l’Eternel, et disputons nos droits. Quand vos péchés seraient comme le cramoisi, ils seront blanchis comme la neige, et quand ils seraient rouges comme le vermillon, ils deviendront blancs comme la laine.

19 Si vous obéissez volontairement, vous mangerez le meilleur du pays.

20 Mais si vous refusez, et si vous êtes rebelles, vous serez consumés par l’épée ; car la bouche de l’Eternel a parlé.

21 Comment la ville fidèle est-elle devenue prostituée ? Elle était pleine de droiture, et la justice habitait en elle ; mais maintenant elle est pleine de meurtriers.

22 Ton argent s’est changé en crasse, et ton breuvage a été mêlé d’eau.

23 Les principaux de ton peuple sont rebelles, ce sont des compagnons de larrons ; chacun d’eux aime les présents, ils courent après les récompenses, ils ne font point droit à l’orphelin, et la cause de la veuve ne vient point devant eux.

24 C’est pourquoi le Seigneur, l’Eternel des armées, le Puissant d’Israël dit : Ha ! je me satisferai de mes adversaires, et je me vengerai de mes ennemis.

25 Je remettrai ma main sur toi, je refondrai au net ta crasse, et j’ôterai tout ton étain.

26 Et je rétablirai tes juges tels qu’ils étaient autrefois, et tes conseillers tels que du commencement ; après cela on t'appellera cité de justice, ville fidèle.

27 Sion sera rachetée par le jugement, et ceux qui y retourneront seront rachetés par la justice.

28 Mais les rebelles et les pécheurs seront brisés ensemble, et ceux qui ont abandonné l’Eternel seront consumés.

29 Car vous serez honteux à cause des chênes que vous avez désirés ; et vous rougirez à cause des vergers que vous avez choisis.

30 Car vous serez comme un chêne duquel la feuille déchoit, et comme un verger qui n’a point d’eau.

31 Et le plus fort deviendra comme de l’étoupe, et son ouvrage comme une étincelle ; et tous deux brûleront ensemble, et il n’y aura personne qui éteigne le feu.

REFLEXIONS

I. Les reproches qu’Ésaïe faisait aux Juifs de leur ingratitude nous engagent à considérer que Dieu nous ayant adoptés en Jésus-Christ pour être ses enfants et nous ayant fait naître dans son église, il nous a accordé des grâces beaucoup plus excellentes qu’à l’ancien peuple et qu’ainsi nous serions infiniment plus coupables et que nous attirerions sur nous une punition bien plus sévère si nous étions ingrats à ses bienfaits et si nous tombions dans la révolte.

II. Dieu déclare dans ce chapitre que c’est en vain qu’on lui rend un culte public, qu’on se rencontre dans les assemblées et qu’on pratique les actes les plus solennels de la religion pendant qu’on vit dans le péché et qu’un tel culte lui est en abomination.

III. Ce chapitre nous enseigne que l’unique moyen d’éviter la colère de Dieu c’est de se purifier par la repentance, de cesser de mal faire et d’apprendre à bien faire, que Dieu est toujours prêt à recevoir en grâce les pécheurs qui se convertissent, mais que les rebelles et les endurcis périront dans leur impénitence.

IV. Il faut remarquer qu’Ésaïe se plaignait surtout de la dépravation des juges et des magistrats de Jérusalem disant que c’était des compagnons de voleurs, qu’ils aimaient les présents et qu’ils courraient après les récompenses. Ces censures et ces menaces prouvent que les péchés qui se commettent par les personnes publiques sont d’ordinaire suivis d’une dépravation générale et des plus sévères jugements de Dieu et qu’au contraire c’est une grande bénédiction sur les villes et sur les états lorsque Dieu leur donne des conducteurs justes et intègres.

CHAPITRE II.

Le prophète prédit : I. Que les divers peuples du monde seraient appelés à la connaissance et au service du vrai Dieu. II. Que Dieu abandonnerait les Juifs à cause de leur idolâtrie et de leurs autres péchés. III. Qu’il détruirait par sa toute-puissance ceux qui s’opposeraient à lui et qu’il abolirait l’idolâtrie.

1 La parole qu’Esaïe, fils d’Amots, a ouïe touchant Juda et Jérusalem.

2 Il arrivera, aux derniers jours, que la montagne de la maison de l’Éternel sera affermie au sommet des montagnes, et élevée par-dessus les coteaux, et toutes les nations y aborderont.

3 Et plusieurs peuples y iront, et diront : Venez, et montons à la montagne de l’Éternel, à la maison du Dieu de Jacob ; et il nous instruira de ses voies, et nous marcherons dans ses sentiers ; car la loi sortira de Sion, et la parole de l’Éternel de Jérusalem.

4 Il exercera les jugements parmi les nations, et il reprendra plusieurs peuples ; ils forgeront leurs épées en hoyaux, et leurs hallebardes en serpes. Une nation ne lèvera plus l’épée contre l’autre, et ils ne s’adonneront plus à faire la guerre.

5 Vous, maison de Jacob, venez et marchons à la lumière de l’Éternel.

6 Mais tu as quitté ton peuple, qui est la maison de Jacob, parce qu’ils se sont remplis de l’idolâtrie d’Orient, et de devins, comme les Philistins, et qu’ils se sont attachés aux enfants des étrangers.

7 Son pays a été rempli d’argent et d’or, et il n’y a point eu de fin à ses trésors ; son pays a été rempli de chevaux, et il n’y a point eu de fin à ses chariots.

8 Son pays a été rempli d’idoles, ils se sont prosternés devant l’ouvrage de leurs mains, devant ce que leurs doigts avaient fait.

9 Et ceux du commun se sont inclinés, et les personnes de qualité se sont abaissées ; c’est pourquoi tu ne leur pardonneras point.

10 Entre dans la roche et cache-toi dans la poussière, à cause de la frayeur de l’Éternel, et à cause de la gloire de sa majesté.

11 Les yeux hautains des hommes seront abaissés, et les hommes qui s’élèvent seront humiliés ; et l’Éternel sera seul élevé en ce jour-là.

12 Car il y a un jour assigné par l’Éternel des armées contre tous les orgueilleux et les hautains, contre tout homme qui s’élève, et il sera abaissé ;

13 et contre tous les cèdres du Liban hauts et élevés, et contre tous les chênes de Basçan ;

14 et contre toutes les hautes montagnes, et contre tous les coteaux élevés ;

15 et contre toute haute tour, et contre toute muraille forte ;

16 et contre tous les navires de Tarscis, et contre toutes les plus belles peintures.

17 Et l’arrogance des hommes sera abattue, et les hommes qui s’élèvent seront abaissés ; et l’Éternel sera seul haut élevé en ce jour-là.

18 Et pour ce qui est des idoles, elles seront toutes détruites.

19 Et les hommes entreront dans les cavernes des rochers, et dans les trous de la terre, à cause de la frayeur qu’ils auront de l’Éternel, et à cause de la gloire de sa majesté, quand il se lèvera pour frapper la terre.

20 En ce jour-là l’homme jettera aux taupes et aux chauves-souris les idoles faites de son argent, et les idoles faites de son or, qu’on lui aura faites pour se prosterner devant elles.

21 Et ils entreront dans les fentes des rochers et dans les cavernes des roches, à cause de la frayeur qu’ils auront de l’Éternel, et à cause de la gloire de sa majesté, quand il se lèvera pour frapper la terre.

22 Ne vous arrêtez pas à l’homme, duquel le souffle est dans ses narines ; car quel cas en peut-on faire ?

REFLEXIONS

Ce chapitre contient trois prophéties dont la première marquait la vocation des Gentils, la seconde la réjection des Juifs et la troisième la destruction des impies et des ennemis de Dieu.

Nous voyons l’accomplissement de ces prédictions :

II. Les divers peuples du monde ont été amenés à la connaissance du vrai Dieu par le moyen de  L’Évangile et sont entrés dans l’église et dans l’alliance divine,

III. Les Juifs ont été rejetés à cause de leurs péchés et de leur incrédulité,

Et Dieu a confondu de tout temps l’orgueil et la puissance des impies et des ennemis de son règne. L’usage que nous devons faire de cette lecture est donc premièrement de bien sentir le grand avantage que nous avons d’être du nombre de ces peuples que Dieu a reçus dans son église et de lui marquer notre reconnaissance en nous attachant à nous instruire de sa volonté en le servant avec pureté et avec zèle et en marchant dans ses voies.

Nous devons après cela profiter de l’exemple des Juifs et des menaces qui sont dénoncées à tous ceux qui s’élèvent contre Dieu de peur que par notre rébellion nous ne nous exposions à ces terribles jugements qu’il doit répandre sur les méchants et sur tous ceux qui ne révèrent pas sa puissance.

CHAPITRE III.

Ésaïe prédit dans ce chapitre que les habitants de Jérusalem et du royaume de Juda seraient exposés à la dernière désolation. Il dit que cela arriverait à cause de leurs crimes et surtout à cause des injustices que les principaux du peuple commettaient ouvertement et de l’immodestie et du luxe des femmes et des filles de Jérusalem.

1 Voici, le Seigneur, l’Éternel des armées, s’en va ôter de Jérusalem et de Juda le soutien du pain, et tout le soutien de l’eau ;

2 l’homme fort et l’homme de guerre ; le juge et le prophète ; l’homme prévoyant et l’ancien ;

3 le cinquantenier et l’homme d’autorité ; le conseiller et l’artisan le plus habile ; et l’homme éloquent.

4 Et je leur donnerai des jeunes gens pour gouverneurs et des enfants domineront sur eux.

5 Et le peuple sera rançonné l’un par l’autre, et chacun le sera par son prochain ; l’enfant s’élèvera contre le vieillard, et le plus méprisable contre celui qui est honorable.

6 Même un homme prendra son frère de la maison de son père, et lui dira : Tu as un habit ; sois notre conducteur, et que ce peuple qui est dans la désolation soit sous ta conduite.

7 Mais cet homme-là lèvera la main en ce jour-là, disant : Je ne saurais y mettre du remède ; car il n’y a dans ma maison ni pain ni habit ; ne me faites donc point conducteur du peuple.

8 Car Jérusalem est trébuchée, et Juda est tombé, parce que leur langue et leurs actions sont contre l’Eternel, pour irriter les yeux de sa gloire.

9 L’impudence de leur visage rend témoignage contre eux. Ils ont publié leur péché comme Sodome, et ils ne l’ont point caché. Malheur à leur âme ! car ils se font du mal à eux-mêmes.

10 Dites au juste qu’il lui arrivera du bien ; car les justes mangeront le fruit de leurs œuvres.

11 Malheur au méchant qui ne cherche qu’à faire mal ! car la rétribution de ses actions lui sera faite.

12 Pour ce qui est de mon peuple, des enfants sont ses prévôts, et les femmes dominent sur lui. Mon peuple, ceux qui te conduisent te font égarer, et t’ont fait perdre la route des chemins que tu dois suivre.

13 L’Eternel se présente pour plaider, et il se tient debout pour juger les peuples.

14 L’Eternel entrera en jugement avec les anciens de son peuple, et avec ses princes ; car vous avez consumé la vigne d’autrui, et ce que vous avez ravi à l’affligé est dans vos maisons.

15 Que vous revient-il de fouler mon peuple, et d’écraser la face des affligés ? dit le Seigneur, l’Eternel des armées.

16 L’Eternel a dit encore : Parce que les filles de Sion se sont élevées, et ont marché la gorge étendue, et en faisant des signes des yeux, et qu’elles ont marché à petit pas, faisant du bruit avec les pieds,

17 l’Eternel enverra la gale sur la tête des filles de Sion, et il découvrira leur nudité.

18 En ce temps-là le Seigneur ôtera l’ornement des sonnettes, et les agrafes, les boucles,

19 les petites boîtes, les chaînettes, les papillotes,

20 les atours, les jarretières, les rubans, les boîtes de parfums, les pendants d’oreilles,

21 les anneaux, les bagues de senteur, qui pendent sur le front,

22 les mantelets, les écharpes, les voiles, les poinçons,

23 les miroirs les crêpes, les tiares, et les couvre-chefs.

24 Et il arrivera qu’au lieu des odeurs aromatiques il y aura de la puanteur ; et au lieu d’être ceintes elles seront débraillées ; et au lieu de cheveux frisés elles auront la tête chauve ; et au lieu de ceintures de cordon, des cordes de sac ; et au lieu de beau teint, un teint hâlé.

25 Tes gens tomberont par l’épée, et ta force par la guerre.

26 Et ses portes se plaindront et gémiront, et elle sera vidée ; elle sera couchée par terre.

CHAPITRE IV.

Le prophète prédit dans ce chapitre que dans ces temps fâcheux le peuple juif serait extrêmement diminué, mais que Dieu rétablirait les restes de ce peuple, qu’il le sanctifierait et qu’il le protègerait.

1 En ce temps-là, sept femmes prendront un homme seul, et lui diront : Nous mangerons notre pain, et nous nous vêtirons de nos habits ; seulement que nous portions ton nom ; ôte notre opprobre.

2 En ce temps-là, le germe de l’Eternel sera dans la magnificence et dans la gloire, et le fruit de la terre élevé et excellent, pour ceux qui seront réchappés d’Israël ;

3 et il arrivera que celui qui sera resté dans Sion, et qui sera demeuré de reste dans Jérusalem, sera appelé saint ; et ceux qui seront dans Jérusalem, seront tous écrits pour la vie ;

4 après que le Seigneur aura purifié la souillure des filles de Sion, et qu’il aura lavé le sang de Jérusalem du milieu d’elle, par un esprit de jugement, et par un esprit embrasé d’ardeur.

5 L’Éternel créera aussi sur toute l’étendue du mont de Sion, et sur ses assemblées, une nuée pendant le jour, avec une fumée et une splendeur de feu qui jettera des flammes pendant la nuit, car toute sa gloire sera à couvert.

6 Et il y aura de jour une cabane pour l’ombrage contre la chaleur, et pour refuge et pour retraite contre la tempête et la pluie.

REFLEXIONS SUR LES CHAPITRES III ET IV

Ces chapitres nous enseignent :

I. Que Dieu retire sa protection de dessus les peuples qui l’irritent par leurs péchés et qu’il les châtie en leur donnant pour conducteurs des personnes incapables de bien gouverner.

II. Que quand les hommes publient leurs péchés et qu’ils ne les cachent point, quand ils n’en ont point honte et qu’ils les commettent sans retenue, on doit croire que les jugements de Dieu ne sont pas éloignés.

III. Qu’entre les péchés qui provoquent la colère de Dieu, il est surtout offensé par les injustices que les personnes publiques commettent aussi bien que par le luxe et par l’orgueil. L’on doit bien remarquer la description qu’Ésaïe fait ici du luxe et du faste des filles et des femmes de Jérusalem, de leurs divers ornements, de leur immodestie, de leur fierté et de leur vie molle et dissolue. On voit ici que l’oisiveté et le luxe s’introduisirent à Jérusalem avec les autres crimes et le prophète dit expressément que ce serait là l’une des causes de la ruine des Juifs et des malheurs qui allaient fondre sur eux.

Cela ne nous permet pas de douter que le luxe soit très odieux au Seigneur et plus encore dans les chrétiens que dans les Juifs et que dans l’immodestie, l’oisiveté, le faste, la mollesse et l’amour des plaisirs se répandent, ce ne soit là la marque certaine d’une grande corruption et des signes avant-coureurs de la colère céleste.

IV. Enfin, Dieu donne ici des marques de sa bonté en ce qu’il promet qu’après que les Juifs auraient été punis, il les rétablirait et les sanctifierait. Ce fut ce qu’il fit lorsqu’il les garantit de leurs ennemis qui devaient bientôt les attaquer lorsqu’il les rappela de la captivité de Babylone et principalement lorsqu’il leur envoya son fils pour les bénir et pour les racheter de leurs péchés.

CHAPITRE V.

Ésaïe représente par la similitude d’une vigne bien cultivée, mais stérile, le soin que Dieu avait eu des Juifs, l’ingratitude de ce peuple et les jugements qui allaient tomber sur eux. Il spécifie les principaux péchés de cette nation, savoir l’avarice, l’injustice, l’ivrognerie, l’amour des plaisirs, le mépris des jugements de Dieu, l’humeur profane et les iniquités que les juges commettaient en prenant des présents de corruption. Il dit que les Juifs seraient punis de tous ces péchés-là et que les nations éloignées, c’est-à-dire les Assyriens et les Caldéens, viendraient contre Jérusalem.

1 Je chanterai maintenant, pour celui que j’aime, le cantique de mon bien-aimé sur sa vigne. Celui que j’aime avait une vigne sur un coteau, dans un lieu gras.

2 Et il l’environna d’une haie ; il en ôta les pierres, et il la planta de ceps exquis ; il bâtit aussi une tour au milieu d’elle, et il y tailla une cuve. Or, il s’attendait qu’elle produirait des raisins ; mais elle a produit des grappes sauvages.

3 Maintenant donc, vous habitants de Jérusalem, et vous hommes de Juda, jugez, je vous prie, entre moi et ma vigne.

4 Que fallait-il faire de plus à ma vigne que je ne le lui aie fait ? Pourquoi ai-je attendu qu’elle produisît des raisins, et elle a produit des grappes sauvages ?

5 Maintenant donc, que je vous fasse entendre, je vous prie, ce que je vais faire à ma vigne : J’ôterai sa haie, et elle sera broutée ; je romprai sa cloison, et elle sera foulée.

6 Et je la réduirai en désert, tellement qu’elle ne sera plus taillée ni fossoyée, et les ronces et les épines y monteront, et je commanderai aux nuées qu’elles ne fassent plus tomber de pluie sur elle.

7 Or, la maison d’Israël est la vigne de l’Éternel des armées, et les hommes de Juda sont le plant auquel il prenait plaisir ; il en attendait de la droiture, et voici la plaie ; de la justice, et voici le cri.

8 Malheur à ceux qui joignent maison à maison, qui ajoutent un champ à l’autre, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de lieu, et que vous vous rendiez les seuls habitants du pays.

9 L’Éternel des armées m’a fait entendre, et m’a dit : Si plusieurs maisons ne sont réduites en désolation, et si les plus grandes et les plus belles ne sont sans habitants !

10 Même, dix journaux de vigne ne produiront qu’un bath ; et la semence d’un homer ne produira qu’un épha.

11 Malheur à ceux qui se lèvent de bon matin, qui suivent la cervoise, qui demeurent jusqu’au soir, jusqu’à ce que le vin les échauffe.

12 La harpe, le luth, le tambour, la flûte et le vin sont dans leurs festins, et ils ne regardent point l’œuvre de l’Éternel, et ne considèrent point l’ouvrage de ses mains.

13 C’est pourquoi mon peuple sera emmené captif, parce qu’il n’a point eu de connaissance ; et les plus honorables d’entre eux mourront de faim, et leur peuple séchera de soif.

14 C’est pour cela que le sépulcre s’est élargi, et qu’il a ouvert sa gueule sans mesure ; et sa magnificence y descendra, et sa multitude et sa pompe, et ceux qui s’y réjouissent.

15 Et ceux du commun seront abattus, et les personnes de qualité seront humiliées, et les yeux des superbes seront abaissés.

16 Et l’Éternel des armées sera élevé par le jugement, et le Dieu fort et saint sera sanctifié par la justice.

17 Les agneaux paîtront à leur ordinaire, et les étrangers mangeront les déserts où le bétail devenait gras.

18 Malheur à ceux qui tirent l’iniquité avec les cordes de mensonge, et le péché comme avec des cordages de chariot ;

19 qui disent : Qu’il se dépêche, et qu’il hâte son œuvre, afin que nous la voyions, et que le dessein du Saint d’Israël s’avance et vienne, et nous saurons ce que c’est.

20 Malheur à ceux qui appellent le mal bien, et le bien mal ; qui font les ténèbres lumière, et la lumière ténèbres ; qui font l’amer doux, et le doux amer.

21 Malheur à ceux qui sont sages dans leur propre opinion, et prudents en se considérant eux-mêmes.

22 Malheur à ceux qui sont puissants à boire le vin, et vaillants à entonner la cervoise ;

23 qui justifient le méchant pour des présents, et ravissent aux justes leur droit !

24 C’est pourquoi, comme un flambeau de feu dévore le chaume, et comme la flamme consume la balle, leur racine sera comme de la pourriture, et leur fleur s’en ira à néant comme la poussière, car ils ont rejeté la loi de l’Éternel des armées, et ils ont méprisé la parole du Saint d’Israël.

25 C’est pourquoi la colère de l’Éternel s’est embrasée contre son peuple, il a étendu sa main sur lui, et il l’a frappé ; et les montagnes en ont croulé, et leurs corps morts ont été mis en pièces au milieu des rues. Pour tout cela il n’a point fait cesser sa colère ; mais sa main est encore étendue.

26 Même, il dressera l’étendard vers les nations éloignées, et sifflera à chacune d’elles des extrémités de la terre ; et voici, chacune viendra habilement et légèrement.

27 Il n’y en aura pas un d’entre eux qui soit las, ni qui bronche, ni qui sommeille, ni qui dorme ; la ceinture de leurs reins ne sera point déliée, et la courroie de leurs souliers ne sera point rompue.

28 Leurs flèches seront aiguës, tous leurs arcs tendus ; les cornes des pieds de leurs chevaux sera regardée comme des cailloux, et les roues de leurs chariots comme un tourbillon.

29 Leur rugissement sera comme celui du vieux lion ; ils rugiront comme des lionceaux. Ils frémiront et prendront la proie ; ils l’emporteront, et il n’y aura personne qui la leur ôte.

30 En Ce temps-là on mènera un bruit sur son peuple, semblable au bruit de la mer, et on regardera vers la terre ; mais voici, il y aura des ténèbres, et la calamité viendra avec la lumière ; il y aura des ténèbres dans ses ruines.

REFLEXIONS

Les plaintes que Dieu fait de l’ingratitude et de la rébellion des Juifs, qu’il représente sous l’image d’une vigne stérile, montrent clairement que Dieu fait tout ce qui est nécessaire pour le bien des hommes, qu’il emploie les moyens les plus propres pour les engager à l’aimer et à le craindre qu’ainsi il n’est nullement l’auteur de leur perdition et que s’ils périssent cela arrive uniquement par leur faute.

Cette similitude nous apprend aussi que quand les hommes abusent des moyens dont Dieu se sert pour les rendre heureux, il les en prive et qu’il les abandonne.

Il paraît outre cela de ce chapitre qu’il y a de certains péchés qui exposent particulièrement les hommes à la vengeance divine. Ces péchés sont : l’avarice et le désir immodéré de s’enrichir, l’ivrognerie, l’amour de la joie, des festins et des plaisirs, le mépris des menaces de Dieu et la sécurité, les sentiments et les discours impies et les injustices que les juges et les magistrats commettent.

Les Juifs furent livrés aux Caldéens pour avoir irrité le Seigneur par ces péchés-là et l’on peut voir par cet exemple que l’abandonnement au mal ne manque jamais d’exposer les hommes à la colère de Dieu.

CHAPITRE VI.

Le prophète rapporte une vision dans laquelle Dieu lui apparut en sa gloire et lui ordonne d’aller parler aux Juifs de sa part. Et de leur déclarer que puisque leur endurcissement était sans remède, leurs villes seraient désolées, mais que cependant ils ne seraient pas détruits sans ressources.

1 L’année de la mort du roi Hozias, je vis le Seigneur séant sur un trône haut et élevé, et les pans de sa robe remplissaient le temple.

2 Les séraphins se tenaient au-dessus de lui, et chacun d’eux avait six ailes ; de deux ils couvraient leur face, et de deux ils couvraient leurs pieds, et de deux ils volaient.

3 Et ils se criaient l’un à l’autre, et disaient : Saint, saint, saint est l’Éternel des armées ; tout ce qui est dans toute la terre est sa gloire.

4 Et les poteaux avec les linteaux et les seuils furent ébranlés par la voix de celui qui criait ; et la maison fut remplie de fumée.

5 Alors je dis : Malheur à moi ! parce que je me suis tu, parce que je suis un homme souillé de lèvres, et que je demeure parmi un peuple qui est aussi souillé de lèvres, et mes yeux ont vu le Roi, l’Éternel des armées.

6 Mais l’un des séraphins vola vers moi, ayant dans sa main un charbon vif, qu’il avait pris de dessus l’autel avec des pincettes.

7 Et il en toucha ma bouche, et me dit : Voici, ceci a touché tes lèvres ; c’est pourquoi ton iniquité sera ôtée, et la propitiation sera faite pour ton péché.

8 J’entendis ensuite la voix du Seigneur, qui dit : Qui enverrai-je, et qui ira pour nous ? Et je dis : Me voici ; envoie-moi.

9 Et il dit : Va, et dis à ce peuple : En entendant vous entendrez, et vous ne comprendrez point ; et en voyant vous verrez, et vous ne discernerez point.

10 Engraisse le cœur de ce peuple-ci, et rends ses oreilles pesantes, et bouche ses yeux, en sorte qu’il ne voie pas de ses yeux, et qu’il n’entende pas de ses oreilles, et que son cœur ne comprenne pas, et qu’il ne se convertisse pas, et qu’il ne recouvre pas la santé.

11 Et je dis : Jusqu’à quand, Seigneur ? Et il répondit : Jusqu’à ce que les villes et les maisons aient été tellement désolées qu’il n’y ait aucun homme, et que le pays soit mis dans une entière désolation ;

12 et que l’Éternel ait éloigné les hommes, et que le pays ait été longtemps abandonné.

13 Toutefois, il en restera une dixième partie, qui sera encore désolée ; mais comme la fermeté des chênes et des ormes consiste en ce qu’ils rejettent, ainsi la semence sainte en sera la fermeté.

REFLEXIONS

Il y a deux choses principales dans ce chapitre sur lesquelles il faut faire attention.

I. La première est cette apparition magnifique qu’eut autrefois Ésaïe dans laquelle il vit le Seigneur assis sur son trône environné des Saints anges qui célébraient sa sainteté et sa majesté. Par cette vision si remarquable et qui remplit le prophète de frayeur, Dieu voulait confirmer sa vocation et le préparer à dire et à faire tout ce qu’il lui commanderait. Le récit de cette vision doit nous inspirer des sentiments de respect et de crainte pour ce grand Dieu et nous inciter à l’adorer et à le louer continuellement avec les anges et à dire avec une profonde humilité : Saint, saint, saint est le Seigneur des armées, tout ce qui est par toute la terre est sa gloire.

II. Il faut remarquer qu’on ne doit pas entendre ce qui est dit ici de l’aveuglement et de l’endurcissement des Juifs, comme si Dieu les eût aveuglés et endurcis. Dieu avertit simplement Ésaïe du succès qu’aurait son ministère et il prédit que les Juifs s’endurciraient eux-mêmes volontairement.

On ne doit jamais attribuer à Dieu les péchés, ni l’endurcissement des hommes, bien loin de les aveugler et de les endurcir, il fait tout ce qui est nécessaire pour les éclairer, pour les convertir et pour les sauver. Et s’ils demeurent dans leurs péchés et qu’ils y périssent, cela n’arrive que par leur propre malice et parce qu’ils le veulent ainsi.

CHAPITRE VII.

Achaz, roi de Juda, étant attaqué par Retsin, roi de Syrie, et par Pékab, roi d’Israël, Dieu envoie Ésaïe à Achaz pour l’assurer qu’il garantirait Jérusalem et que dans peu les royaumes de Syrie et d’Israël prendraient fin. Le prophète, pour assurer plus fortement Achaz que le royaume de Juda ne serait pas livré aux ennemis qui l’attaquèrent prédit la naissance d’un enfant extraordinaire. Il déclare ensuite que le royaume d’Israël serait ravagé par les Égyptiens et par les Assyriens.

1 Il arriva au temps d’Achaz, fils de Jotham, fils de Hozias, roi de Juda, que Retsin, roi de Syrie, et Pékah, fils de Rémalja, roi d’Israël, montèrent contre Jérusalem pour l’assiéger ; mais ils ne purent la prendre.

2 Et on le rapporta à la maison de David, et on lui dit : La Syrie s’est reposée sur Ephraïm. Alors le cœur d’Achaz et le cœur de son peuple fut ébranlé, comme les arbres des forêts sont ébranlés par le vent.

3 Alors l’Éternel dit à Esaïe : Sors maintenant au-devant d’Achaz, toi, et Sçéarjasçub ton fils, vers le bout du canal de l’eau du haut étang, vers le grand chemin du champ du foulon ;

4 et dis-lui : Prends garde à toi, et sois tranquille ; ne crains point, et que ton cœur ne devienne point lâche à cause de ces deux bouts de tisons fumants, à cause de l’ardeur de la colère de Retsin et de la Syrie, et du fils de Rémalja ;

5 de ce que la Syrie a conspiré pour te faire du mal, avec Ephraïm et le fils de Rémalja, en disant :

6 Montons en Judée, et l’attaquons, et y faisons une ouverture ; partageons-la entre nous, et établissons pour roi le fils de Tabéal au milieu d’elle.

7 Ainsi a dit le Seigneur, l’Éternel : Cela n’aura point d’effet, et ne se fera point.

8 Car le Chef de la Syrie, c’est Damas, et le chef de Damas, c’est Retsin, et dans soixante-cinq ans Ephraïm sera abattu, pour n’être plus un peuple.

9 Et le Chef d’Ephraïm, c’est Samarie, et le chef de Samarie, c’est le fils de Rémalja. Que si vous ne croyez pas ceci, certainement vous ne serez point affermis.

10 Et l’Éternel continua de parler avec Achaz, disant :

11 Demande un signe pour toi de l’Éternel ton Dieu, demande-le, soit au lieu le plus bas, soit au lieu le plus haut.

12 Et Achaz dit : Je n’en demanderai point, et je ne tenterai point l’Éternel.

13 Alors Esaïe dit : Ecoutez maintenant, ô maison de David : Vous est-ce peu de chose de travailler les hommes, sans que vous travailliez aussi mon Dieu ?

14 C’est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe : Voici, une vierge sera enceinte, et elle enfantera un fils, et on l’appellera EMMANUEL.

15 Il mangera du beurre et du miel, jusqu’à ce qu’il sache rejeter le mal et choisir le bien.

16 Mais avant que l’enfant sache rejeter le mal et choisir le bien, le pays pour lequel tu as de l’aversion, sera abandonné par ses deux rois.

17 Mais l’Éternel fera venir sur toi, et sur ton peuple, et sur la maison de ton père, par le moyen du roi d’Assyrie, des jours tels qu’il n’y en a point eu de semblables depuis le jour qu’Ephraïm se sépara d’avec Juda.

18 Et il arrivera qu’en ce jour-là l’Éternel appellera les mouches qui sont au bout des fleuves d’Egypte, et les guêpes qui sont au pays d’Assyrie ;

19 et elles viendront, et se poseront toutes dans les vallées désertes, et dans les trous des rochers, et par tous les buissons, et par tous les halliers.

20 En ce jour-là, le Seigneur rasera avec un rasoir pris à louage au-delà du fleuve, savoir, avec le roi d’Assyrie, la tête et les poils des pieds, et il achèvera aussi la barbe.

21 Et il arrivera en ce temps-là qu’un homme nourrira une vache et deux brebis,

22 Et elles donneront du lait en tant d’abondance qu’il mangera du beurre ; car tout homme qui sera demeuré de reste dans le pays, mangera du beurre et du miel.

23 Et il arrivera en ce jour-là, que tout lieu où il y aura eu mille vignes, de mille pièces d’argent, sera réduit en ronces et en épines.

24 On y entrera avec des flèches et avec l’arc ; car tout le pays ne sera que ronces et épines.

25 Et dans toutes les montagnes qu’on essartait avec la serpe, on ne craindra plus qu’il y croisse des ronces et des épines ; mais on y mettra les bœufs, et elles seront foulées par les brebis.

REFLEXIONS

Le soin que Dieu eut d’envoyer Ésaïe au roi Achaz, qui était un prince impie et idolâtre, pour   lui promettre qu’il le garantirait contre les rois de Syrie et d’Israël qui lui faisaient la guerre est un exemple où l’on voit la bonté dont Dieu est animé envers les hommes, même envers ceux qui l’offensent et l’amour qu’il portait à son peuple. Ésaïe exhorte Achaz et ses sujets à ne point craindre ces deux tisons humains, nommant ainsi par mépris le roi   de Syrie et celui d’Israël et en effet, ces deux rois qui prétendaient envahir le royaume de Juda furent eux-mêmes détruits peu de temps après avec leurs royaumes.

Il y a dans ce chapitre une prédiction remarquable, le prophète dit : Que dans soixante-cinq ans Éphraïm, c’est-à-dire les Israélites des dix tribus, serait entièrement détruits et cesserait d’être un peuple.

Cela arriva au bout de ce temps-là lorsqu’Esarhaddon, roi d’Assyrie envoya des peuples étrangers pour habiter dans le pays d’Israël à la place des Israélites qui y étaient demeurés en assez grand nombre, depuis que Salmanasar roi d’Assyrie avait détruit le royaume des dix tribus.

Sur ce qu’Achaz rejeta les promesses et les offres qu’Ésaïe lui faisait de la part de Dieu, il faut considérer que si c’est tenter Dieu que d’espérer ce qu’il n’a pas promis, c’est aussi l’offenser que de ne pas croire à ses promesses et de ne pas recevoir les offres de sa grâce. Cependant, on voit ici que Dieu, nonobstant le refus d’Achaz lui fit dire par Ésaïe, que dans très peu de temps et avant qu’un jeune fils de ce prophète eût de la connaissance, Jérusalem serait délivrée des deux rois qui lui faisaient la guerre. Mais ce qu’il y a surtout à remarquer, c’est qu’Esaïe prédit alors qu’une vierge enfanterait un fils : C’est un oracle qui regarde Jésus-Christ et qui lui est appliqué dans l’Évangile, n’y ayant que lui qui soit né d’une vierge et à qui l’on puisse attribuer ce qu’Ésaïe dit de cet enfant extraordinaire et les titres augustes qu’il lui donne dans ce chapitre et dans les deux suivants.

Au reste, comme le Messie, dont la naissance est ici annoncée, devait naître de la famille du roi David, cet oracle tendait à assurer les Juifs que Dieu ne permettrait pas que cette famille et le royaume de Juda, qui étaient alors attaqués, fussent détruits par leurs ennemis.

CHAPITRE VIII.

Ésaïe continue à prédire que les efforts des rois de Syrie et d’Israël contre Jérusalem seraient sans effet et qu’avant qu’un fils, qui lui était né, fût en âge de connaissance, les Assyriens viendraient contre ces deux royaumes et qu’ils passeraient même jusqu’à celui de Juda. Il exhorte les Juifs à se confier en Dieu, à ne craindre que lui, à s’attacher à sa parole et à ne point recourir aux idoles, ni aux devins et il parle de la désolation qui arriverait dans ce temps-là aux Israélites qui habitaient dans la Galilée.

1 Et l’Éternel me dit : Prends-toi un grand volume, et écris dessus avec une plume d’homme : Qu’on se dépêche de butiner ; qu’on hâte le pillage.

2 Et je pris avec moi des témoins fidèles, savoir, Urie le sacrificateur, et Zacharie fils de Jébérécja.

3 Puis je m’approchai de la prophétesse, laquelle conçut et enfanta un fils. Et l’Éternel me dit : Appelle-le Mahersçalal-hasçbaz ;

4 car avant que l’enfant sache crier mon père et ma mère, on enlèvera la puissance de Damas et le butin de Samarie, en la présence du roi d’Assyrie.

5 Et l’Éternel continua encore de me parler, et me dit :

6 Parce que ce peuple a méprisé les eaux de Siloé qui coulent doucement, et qu’il s’est réjoui de Retsin, et du fils de Rémalja ;

7 à cause de cela, voici, le Seigneur va faire venir sur eux les fortes et grosses eaux du fleuve, savoir, le roi d’Assyrie et toute sa gloire ; ce fleuve s’élèvera au-dessus de son lit, et se répandra par-dessus tous ses bords.

8 Il traversera jusqu’en Juda, et il se débordera ; il passera tellement qu’il montera jusqu’au cou, et il étendra ses ailes, qui rempliront toute l’étendue de ton pays, ô Emmanuel !

9 Vous peuples, liguez-vous, et soyez défaits ; et prêtez l’oreille, vous tous qui êtes d’un pays éloigné ; équipez-vous et soyez défaits ; équipez-vous, et soyez défaits.

10 Formez un dessein, et il sera dissipé ; parlez, et votre parole n’aura point d’effet, car le Dieu fort est avec nous.

11 Car ainsi m’a dit l’Éternel dans la force de sa main ; et il m’a instruit de n’aller point par le chemin de ce peuple-ci, en me disant :

12 Ne dites point : Conjuration, toutes les fois que ce peuple dit : Conjuration, et ne craignez point ce qu’il craint, et ne vous en effrayez point.

13 Sanctifiez l’Éternel des armées, et que lui seul soit votre crainte et votre frayeur.

14 Et il sera votre sanctuaire ; mais il sera une pierre d’achoppement et un rocher de trébuchement aux deux maisons d’Israël, en piège et en lacs aux habitants de Jérusalem.

15 Et plusieurs d’entre eux trébucheront et tomberont, et seront froissés, et seront enlacés, et seront pris.

16 Enveloppe ce témoignage, scelle la loi pour mes disciples.

17 J’attendrai donc l’Éternel qui cache sa face de la maison de Jacob, et j’espérerai en lui.

18 Me voici, et les enfants que l’Éternel m’a donnés pour être un signe et un présage en Israël, de la part de l’Éternel des armées, qui habite en la montagne de Sion.

19 Que s’ils vous disent : Enquérez-vous des esprits de Python, et des diseurs de bonne aventure, qui marmottent et qui parlent bas, répondez : Le peuple ne s’enquerra-t-il pas plutôt de son Dieu ? Quoi ! aller aux morts pour les vivants !

20 A la loi et au témoignage : Que s’ils ne parlent selon cette parole-ci, il n’y aura point de lumière du matin pour lui ;

21 et il sera vagabond par le pays, étant pressé et affamé ; et il arrivera que dans sa faim il s’irritera, et maudira son roi et son Dieu ; et il regardera en haut,

22 et il regardera vers la terre, et il ne verra que détresse et ténèbres, et une angoisse effrayante, et il sera enfoncé dans l’obscurité.

23 Car il n’y a point eu d’obscurité épaisse pour celle qui a été affligée, au temps que le premier se déchargea légèrement vers le pays de Zabulon, et vers le pays de Nephthali, et que le dernier s’appesantit sur le chemin de la mer, au-deçà du Jourdain, dans la Galilée des gentils.

REFLEXIONS

Les promesses réitérées par lesquelles Ésaïe assurait le roi Achaz et les Juifs qu’ils seraient délivrés des rois de Syrie et d’Israël montrent que Dieu dissipe les complots et les efforts que les ennemis de son église font contre elle et qu’ainsi il doit être lui seul notre confiance et notre crainte.

Au reste, la prédiction d’Ésaïe fut suivie de l’événement. Tiglath-piléser roi des Assyriens vint au secours d’Achaz, il prit la ville de Damas qui était la capitale du royaume de Syrie, il tua Retsin qui en était roi et ce royaume prit fin en sa personne. Tiglath-piléser prit aussi une partie du royaume d’Israël et il en transporta le peuple en Assyrie, mais il rendit Achaz Roi de Juda tributaire.

Quelque temps après Salmanasar successeur de Tiglath-piléser détruisit entièrement le royaume d’Israël et au bout de huit ans, Sanchérib, aussi roi d’Assyrie, porta la guerre dans le royaume de Juda sous le règne d’Ézéchias fils d’Achaz. Il assiégea même Jérusalem, mais inutilement, Dieu ayant protégé et délivré miraculeusement cette ville.

Ainsi, tout ce qu’Ésaïe avait prédit s’accomplit.

Dans la seconde partie de ce chapitre, le prophète condamne très fortement ceux qui, dans le danger où les Juifs se trouvaient alors, avaient recours aux devins et aux morts au lieu de s’arrêter à Dieu et à sa parole.

Il paraît de là que c’est un grand crime et une extrême impiété que de consulter les devins et ceux qui se mêlent de prédire l’avenir et de dire la bonne aventure et que ceux qui croient à ces personnes-là et qui se servent de ces moyens damnables abandonnent Dieu. Cela nous apprend aussi que nous ne devons point avoir d’autre appui de notre confiance, ni d’autre règle de notre foi que sa parole.

Il faut remarquer enfin que si la Galilée, où les tribus de Zabulon et de Nephthali étaient situées, fut désolée la première par les Assyriens, ce pays eut le bonheur dans la suite d’être éclairé avant les autres par l’Évangile, Jésus-Christ ayant fait son séjour le plus ordinaire dans la Galilée comme St. Matthieu le remarque au chapitre IV de son livre où il cite à ce sujet les dernières paroles de ce chapitre VIII d’Ésaïe et les premières paroles du chapitre suivant.

CHAPITRE IX.

Ce chapitre a deux parties :  Ésaïe prédit Premièrement : I. Que Dieu délivrerait Jérusalem et le royaume de Juda et qu’il établirait un règne éternel dans la famille de David par un fils qui y naîtrait. II. En second lieu, que l’orgueil du royaume d’Israël, qui faisait alors la guerre à Juda, serait abaissé par les Syriens, par les Philistins et par le roi d’Assyrie. 

1 Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu une grande lumière, et la lumière a relui sur ceux qui habitaient dans le pays de l’ombre de la mort.

2 Tu as multiplié la nation, tu as augmenté sa joie ; ils se réjouiront devant toi, comme on se réjouit pendant la moisson, comme on se réjouit quand on partage le butin.

3 Car tu as mis en pièces le joug dont il était chargé, et le bâton dont on lui battait ordinairement les épaules, et la verge de son exacteur, comme tu fis au jour de Madian.

4 Car tout combat de ceux qui se battent se fait avec tumulte, et les vêtements sont vautrés de sang ; mais celui-ci sera comme un embrasement, comme quand le feu dévore quelque chose.

5 Car l’Enfant nous est né, le Fils nous a été donné, et l’empire a été posé sur son épaule, et on l’appellera, l’Admirable, le Conseiller, le Dieu fort, le Puissant, le Père de l’éternité, le Prince de la paix.

6 Il n’y aura point de fin à l’accroissement de l’empire et à la prospérité du trône de David et de son règne, pour l’affermir et pour l’établir dans l’équité et dans la justice, dès maintenant et à toujours. La jalousie de l’Éternel des armées fera cela.

7 Le Seigneur a envoyé la parole en Jacob, et elle est tombée en Israël.

8 Et tout le peuple, savoir, Ephraïm, et les habitants de Samarie le connaîtront, et néanmoins, ils diront avec orgueil et avec un cœur hautain :

9 Les briques sont tombées, mais nous bâtirons avec des pierres de taille ; les figuiers sauvages ont été coupés, mais nous les changerons en cèdres.

10 Après que l’Éternel aura élevé les ennemis de Retsin au-dessus de lui, il amènera aussi pêle-mêle les ennemis d’Israël ;

11 la Syrie du côté d’orient, et les Philistins du côté d’occident, lesquels dévoreront Israël à gueule ouverte. Pour tout cela, il ne fera point cesser sa colère ; mais sa main sera encore étendue.

12 Parce que ce peuple ne sera point retourné jusqu’à celui qui le frappait, et qu’ils n’auront pas recherché l’Éternel des armées.

13 L’Éternel donc, tout en un jour, retranchera d’Israël la tête et la queue, la branche et le jonc.

14 L’ancien et l’homme d’autorité, c’est la tête ; et le prophète qui enseigne le mensonge, c’est la queue.

15 Et ceux qui font accroire à ce peuple-ci qu’il sera heureux, se trouveront des séducteurs ; et ceux du peuple qui se font accroire qu’ils seront heureux, se trouveront perdus.

16 C’est pourquoi le Seigneur ne prendra point plaisir en ses jeunes gens d’élite, et il n’aura point de pitié de ses orphelins, ni de ses veuves ; car ils ne sont tous que des hypocrites, et des gens malins, et toute bouche ne prononce que le mensonge. Pour tout cela il ne fera point cesser sa colère, mais sa main sera encore étendue ;

17 car la méchanceté brûlera comme un feu, elle dévorera les ronces et les épines ; elle s’allumera dans les lieux les plus épais de la forêt, et ils se dissiperont en s’élevant comme la fumée qui monte.

18 La terre sera obscurcie à cause de la colère de l’Éternel des armées, et le peuple sera comme la nourriture du feu ; l’un n’aura point compassion de l’autre.

19 Il ravira à la droite, et il aura faim ; il mangera à la gauche, et ils ne seront point rassasiés ; chacun mangera la chair de son bras :

20 Manassé Ephraïm, et Ephraïm Manassé ; eux ensemble seront contre Juda. Pour tout cela il ne fera point cesser sa colère, mais sa main sera encore étendue.

REFLEXIONS

On trouve l’accomplissement de ce qui est dit au commencement de ce chapitre :

I. Que le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu une grande lumière non seulement dans la délivrance que Dieu accorda autrefois aux Juifs lorsqu’il les garantit contre les ennemis qui les attaquaient, mais principalement dans la grâce que Dieu fit à ce peuple et ensuite aux autres nations, de faire luire sur eux la lumière de l’Évangile lorsqu’ils étaient dans les ténèbres du péché et de la mort. Cet heureux changement arriva par la venue de Jésus-Christ le fils de Dieu duquel la gloire, la divinité et le règne éternel sont ici décrits en des termes si exprès et si remarquables et qui ne peuvent être appliqués à aucun autre.

II. Il faut considérer qu’Ésaïe prédit que Dieu déploierait divers jugements contre les Israélites par le moyen des Syriens et de leurs autres voisins et parce que ce peuple ne se convertissait pas à celui qui le frappait, que même il se flattait dans ses péchés : Dieu ne ferait point cesser sa colère et que sa main serait encore étendue, ce qui veut dire que Dieu lui enverrait de nouvelles et de plus grandes calamités.

Le Seigneur afflige les hommes pour les rappeler à lui, mais quand ils s’endurcissent, il redouble les coups de sa verge. Ainsi le seul moyen de faire cesser sa colère est de profiter de ses châtiments, de s’humilier et de se convertir.

CHAPITRE X.

Ce chapitre contient des menaces contre ceux qui oppriment les autres par la violence et par l’injustice et en particulier contre les Assyriens. Ésaïe prédit que Dieu se servirait d’eux pour punir le royaume d’Israël et qu’ils croiraient même se rendre maître de Jérusalem comme ils s’étaient rendus maîtres de Calno et de quelques autres villes qui sont ici nommées. Mais le prophète ajoute qu’après que les Assyriens auraient exécuté les desseins de Dieu, il les punirait de leur arrogance et de leur injustice. Enfin, il rassure les habitants de Jérusalem contre la crainte qu’ils avaient du roi d’Assyrie, leur promettant que Dieu rachèterait les restes de son peuple.

1 Malheur à ceux qui font des ordonnances d’iniquité, et qui font écrire aux scribes des arrêts d’oppression !

2 pour enlever aux petits leurs droits, et pour ravir le droit des affligés de mon peuple, afin d’avoir les veuves pour leur butin, et de piller les orphelins.

3 Et que ferez-vous au jour de la visitation, et dans la ruine éclatante qui viendra de loin ? Vers qui recourrez-vous pour avoir du secours, et où laisserez-vous votre gloire ?

4 Afin de n’être pas abaissés au-dessous de ceux qui sont prisonniers, ils tomberont sous ceux qui auront été tués. Pour tout cela il ne fera point cesser sa colère, mais sa main sera encore étendue.

5 Malheur à Assur, verge de ma colère, quoique le bâton qui est dans leur main soit mon indignation.

6 Je l’enverrai contre la nation hypocrite, et je le dépêcherai contre le peuple sur lequel je veux déployer ma fureur, afin qu’il fasse un grand butin et un grand pillage, et qu’il le rende foulé comme la boue des rues.

7 Mais il ne l’estimera pas ainsi, et son cœur ne le pensera pas ainsi ; mais il n’aura dans son cœur que le dessein de détruire et d’exterminer beaucoup de nations.

8 Car il dira : Mes princes ne sont-ils pas autant de rois ?

9 Calno n’est-elle pas comme Carkémis ? Hamath n’est-elle pas comme Arpad ? Et Samarie n’est-elle pas comme Damas ?

10 Comme ma main a vaincu les royaumes et leurs idoles, elle prendra aussi les images taillées de Jérusalem et de Samarie.

11 Ne ferai-je pas aussi à Jérusalem et à ses idoles de même que j’ai fait à Samarie et à ses idoles ?

12 Mais il arrivera, lorsque le Seigneur aura achevé toute son œuvre, dans la montagne de Sion et à Jérusalem, que je ferai venir à compte le fruit de la fierté du cœur du roi d’Assyrie, et la gloire de l’élévation de ses yeux.

13 Parce qu’il aura dit : J’ai fait cela par la force de ma main, et par ma sagesse, car je suis intelligent ; j’ai ôté les bornes des peuples, et j’ai pillé ce qu’ils avaient de plus précieux, et comme puissant, j’ai fait descendre ceux qui étaient assis ;

14 et ma main a trouvé, comme un nid, les richesses des peuples ; et comme l’on rassemble les œufs qui sont laissés, ainsi ai-je rassemblé toute la terre, et il n’y a eu personne qui ait remué l’aile, ou qui ait ouvert le bec, ou qui ait grommelé.

15 La hache se glorifiera-t-elle contre celui qui en coupe ? Ou la scie s’élèvera-t-elle contre celui qui la remue ? Comme si la verge se remuait contre ceux qui la lèvent en haut, et que le bâton s’élevât comme s’il n’était pas du bois.

16 C’est pourquoi le Seigneur, l’Éternel des armées, enverra la maigreur sur les hommes gras, et il allumera sous sa gloire un embrasement tel que l’embrasement d’un feu.

17 Car la lumière et le Saint d’Israël sera un feu, et une flamme qui embrasera ses épines et ses ronces tout en un jour ;

18 et mettra fin à la gloire de sa forêt et de son Carmel, depuis l’âme jusqu’au corps, et il en sera comme quand le guidon est défait.

19 Et le reste des arbres de sa forêt seront si aisés à compter, qu’un enfant les mettrait bien en écrit.

20 Et il arrivera en ce jour-là, que le reste d’Israël, et ceux qui seront réchappés de la maison de Jacob, ne s’appuieront plus sur celui qui les aura frappés ; mais ils s’appuieront en vérité sur l’Eternel, le Saint d’Israël.

21 Le reste se convertira, le reste de Jacob se convertira au Dieu fort et puissant.

22 Car, ô Israël ! quand ton peuple serait comme le sable de la mer, il n’y en aura qu’un reste qui se convertisse ! mais la destruction qui a été résolue fera déborder le jugement.

23 Car le Seigneur, l’Eternel des armées, va faire venir la destruction qu’il a résolue au milieu de toute la terre.

24 C’est pourquoi, ainsi a dit le Seigneur, l’Eternel des armées : Mon peuple, qui habites en Sion, ne crains point Assur ; il te frappera de la verge, et lèvera son bâton sur toi, comme l’Egypte a fait autrefois,

25 mais dans fort peu de temps mon indignation sera finie, et ma colère viendra pour leur destruction.

26 Et l’Eternel des armées lèvera sur l’Assyrien un fouet, comme lors de la plaie de Madian au rocher de Horeb, et comme il éleva son bâton sur la mer contre les Egyptiens.

27 Et il arrivera en ce jour-là, que le fardeau de l’Assyrien sera ôté de dessus ton épaule, et son joug de dessus ton cou, et le joug sera rompu à cause de l’onction.

28 Il est venu à Hajath, il est passé à Migron, et a mis son bagage à Micmas.

29 Ils ont passé le gué, ils ont pris leur gîte à Guébah, Rama s’est effrayée, Guibhath-Saül s’est enfuie.

30 Fille de Gallim, élève ta voix ; pauvre Anathoth, fais-toi ouïr vers Laïs.

31 Madména s’est écartée, les habitants de Guébim s’en sont fuis par troupes.

32 Encore un jour il s’arrêtera à Nob ; il lèvera sa main contre la montagne de la fille de Sion, et contre le coteau de Jérusalem.

33 Voici, le Seigneur, l’Eternel des armées, ébranchera les rameaux avec force, et ceux qui sont les plus élevés seront coupés, et les plus hauts seront abaissés.

34 Et il taillera les lieux les plus épais de la forêt avec le fer, et le Liban tombera avec impétuosité.

REFLEXIONS

Nous devons recueillir en général de ce chapitre que les hommes injustes, violents et superbes sont menacés de la malédiction de Dieu.

Mais ce qu’il y faut surtout remarquer, c’est que Dieu voulait se servir du roi d’Assyrie pour châtier les Israélites :

- Que ce prince devait accomplir les desseins de Dieu sans le savoir,

- Qu’il s’applaudirait de ses succès,

- Que même il se promettait de réduire Jérusalem sous sa puissance,

Mais qu’après cela Dieu le détruirait parce qu’il aurait attaqué les Juifs injustement et par un principe d’orgueil et parce qu’il aurait attribué ses victoires à sa force et à sa sagesse.

Ceci est très remarquable. On y voit manifestement que quoi que Dieu laisse faire les méchants et qu’il les emploie pour châtier les hommes et pour exécuter ses desseins, il les punit pourtant avec justice parce qu’ils agissent librement et volontairement et que dans ce qu’ils font ils ont en vue de satisfaire leurs passions et non d’accomplir les desseins de Dieu.

Cela nous apprend à adorer les voies de la providence et à reconnaître qu’elle préside sur tout, même sur ce que les méchants font d’injuste et de criminel, mais que cependant Dieu n’est en aucune façon l’auteur des péchés qui sont commis par les hommes, qu’il a le droit de les en punir et qu’il le fera infailliblement. Ces considérations qui justifient parfaitement la providence de Dieu nous apprennent à ne point craindre la puissance et la malice des hommes et à nous confier toujours en lui. Ce qu’Ésaïe dit dans ce chapitre : Que les restes de Jacob se convertiraient ne marque pas seulement ce qui arriva à ceux qui furent délivrés du roi d’Assyrie ou de la captivité de Babylone, mais cela regarde en général ceux de cette nation qui furent sauvés en croyant en Jésus-Christ pendant que les autres Juifs furent rejetés.

C’est l’application que St. Paul fait dans l’épître aux Romains, de ces paroles d’Ésaïe : Quand le nombre des enfants d’Israël serait comme le sable de la mer, il n’y en aurait qu’un petit reste de sauvé.

CHAPITRE XI.

Le prophète prédit dans ce chapitre que quoi que le royaume et la famille de David dussent être abaissés et réduits dans un état fort abject par leurs ennemis, Dieu conserverait cette famille et qu’il y susciterait un grand roi sur lequel l’Esprit de Dieu reposerait. Il représente en termes figurés le règne de ce roi comme un règne de paix sous lequel toute la terre serait remplie de la connaissance de Dieu. Il promet que Dieu déploierait encore en faveur de son peuple, pour le rassembler des divers pays où il avait été dispersé, la même puissance qu’il avait déployée autrefois pour le tirer d’Égypte.

1 Mais il sortira un rejeton du tronc d’Isaï, et un surgeon croîtra de ses racines ;

2 et l’Esprit de l’Eternel reposera sur lui, l’esprit de sagesse et d’intelligence, l’esprit de conseil et de force, l’esprit de science et de crainte de l’Eternel.

3 Et il lui fera sentir la crainte de l’Eternel, tellement qu’il ne jugera point par ce qui frappe les yeux, et il ne condamnera pas sur un ouï-dire.

4 Mais il jugera avec justice les petits, et il condamnera avec droiture, pour maintenir les débonnaires de la terre. Il frappera la terre de la verge de sa bouche, et fera mourir le méchant par l’esprit de ses lèvres.

5 Et la justice sera la ceinture de ses reins, et la fidélité la ceinture de ses côtés.

6 Le loup habitera avec l’agneau, et le léopard gîtera avec le chevreau ; le veau, le lionceau, et le bétail qu’on engraisse, seront ensemble, et un enfant les conduira.

7 La jeune vache paîtra avec l’ours, leurs petits gîteront ensemble, et le lion mangera du fourrage comme le bœuf.

8 L’enfant qui tête s’ébattra sur le trou de l’aspic, et l’enfant qu’on sèvre mettra la main au trou du basilic ;

9 on ne nuira point, et on ne fera aucun dommage à personne dans toute la montagne de ma sainteté ; car la terre sera remplie de la connaissance de l’Éternel, comme le fond de la mer des eaux qui le couvrent.

10 Car en ce jour-là il arrivera que les nations rechercheront la racine d’Isaï, dressée pour enseigne des peuples, et son séjour ne sera que gloire.

11 Et il arrivera en ce jour-là, que le Seigneur mettra encore sa main une seconde fois pour posséder les restes de son peuple, qui seront demeurés de reste d’Assur, d’Égypte, de Patros, et de Cus, et de Hélam, et de Scinhar, et de Hamath, et des îles de la mer.

12 Il élèvera l’enseigne parmi les nations, et il assemblera les Israélites qui auront été chassés, et recueillera, des quatre coins de la terre ceux de Juda qui auront été dispersés.

13 Et la jalousie d’Ephraïm sera ôtée, et les oppresseurs de Juda seront retranchés. Ephraïm ne sera plus jaloux de Juda, et Juda n’opprimera plus Ephraïm.

14 Mais ils voleront sur les épaules des Philistins vers la mer, ils pilleront ensemble les peuples d’Orient ; les Iduméens et les Moabites seront ceux sur lesquels ils jetteront leurs mains, et les Hammonites leur obéiront.

15 L’Éternel exterminera aussi à la façon de l’interdit la langue de la mer d’Égypte, et il lèvera sa main contre le fleuve, et par la force de son vent il frappera dans les sept rivières, tellement qu’il fera qu’on y marchera avec des souliers.

16 Et il y aura un chemin pour le reste de son peuple, qui sera échappé des Assyriens, comme il y en eut un pour Israël, au temps qu’il remonta du pays d’Égypte.

REFLEXIONS

On peut appliquer ce qui est dit dans ce chapitre à ce que Dieu fit en faveur de la famille du roi David et des Juifs sous le règne du pieux roi Ézéchias lorsqu’il les préserva des ennemis qui les attaquaient en ce temps-là et lorsque dans la suite il fit revenir les restes de ce peuple des divers pays où ils avaient été dispersés.

Mais le vrai sens de cette prophétie est que le Messie naîtrait des descendants de David, que l’Esprit de Dieu reposerait sur lui avec ses dons les plus précieux, que son règne serait spirituel et céleste et que le but de ce règne devait être de réunir tous les hommes, de les faire vivre en paix et de remplir toute la terre de la connaissance de Dieu.

Ce sont là autant de marques auxquelles nous pouvons reconnaître que Jésus est ce Messie qui devait venir, ce sont aussi de forts motifs à nous soumettre à son règne, à vivre dans la paix et dans l’union et à répondre par une vie sainte à la grâce que Dieu nous a faite de nous donner sa connaissance et de nous racheter par Jésus-Christ.

CHAPITRE XII.

Dans ce chapitre le prophète ajoute un cantique d’actions de grâce pour ce grand salut que Dieu devait envoyer à son peuple.

1 En ce jour-là tu diras : Éternel ! je te célébrerai, parce que t’étant courroucé contre moi, ta colère s’est détournée, et que tu m’as consolé.

2 Voici, le Dieu fort est ma délivrance, j’aurai confiance, et je ne serai point effrayé ; car l’Éternel est ma force et ma louange ; et il a été mon Sauveur.

3 Et vous puiserez des eaux avec joie des sources de cette délivrance.

4 Et vous direz en ce jour-là : Célébrez l’Éternel, réclamez son nom, faites connaître parmi les peuples ses exploits, faites souvenir que son nom est une haute retraite.

5 Psalmodiez à l’Éternel, car il a fait des choses magnifiques : cela est connu dans toute la terre.

6 Habitante de Sion, égaie-toi et réjouis-toi avec chant de triomphe ; car le Saint d’Israël est grand au milieu de toi.

REFLEXIONS

Nous avons dans ce chapitre un modèle des actions de grâce et des louanges que les chrétiens doivent rendre continuellement à Dieu pour la grande délivrance qu’il leur a accordée en les rachetant par Jésus-Christ son fils.

CHAPITRE XIII.

Ce qui est contenu dans les chapitres précédents regarde l’état où les Juifs se trouvaient lorsqu’ils furent attaqués sous le règne d’Achaz et ce qui devait leur arriver, de même qu’au royaume d’Israël. Le chapitre XIII et les suivants contiennent des prédictions contre les peuples et les royaumes qui auraient affligé le peuple de Dieu. Dans le chapitre XIII, il est dit que les Babyloniens seraient subjugués par les Mèdes et les Perses.

1 Prédiction contre Babylone, révélée à Ésaïe, fils d’Amots.

2 Levez l’étendard sur une haute montagne, élevez la voix vers eux, faites-leur signe de la main, et qu’on entre dans les portes des magnifiques.

3 C’est moi qui ai donné charge à mes délégués ; j’ai appelé mes hommes forts pour exécuter ma colère, et ceux qui se réjouissent à cause de ma grandeur.

4 Il y a aux montagnes le bruit d’une multitude, tel que celui d’un grand peuple ; un bruit d’un son éclatant, des royaumes, des nations assemblées ; l’Éternel des armées fait la revue de l’armée pour la guerre.

5 L’Éternel et les instruments de son indignation viennent d’un pays éloigné, du bout des cieux, pour détruire tout le pays.

6 Hurlez, car la journée de l’Éternel est près ; elle viendra comme un dégât fait par le Tout-Puissant.

7 C’est pourquoi toutes les mains deviendront lâches, et tout cœur d’homme se fondra.

8 Ils seront éperdus ; les détresses et les douleurs les saisiront ; ils seront en travail comme celle qui enfante ; chacun s’étonnera, regardant vers son prochain ; leurs visages seront comme des visages enflammés.

9 Voici, la journée de l’Éternel qui vient est cruelle ; elle n’est que fureur et ardeur de colère, pour réduire ce pays en désolation, et il en exterminera les méchants.

10 Même les étoiles des cieux et leurs astres ne feront point luire leur clarté. Le soleil s’obscurcira quand il se lèvera, et la lune ne fera point resplendir sa lumière.

11 Je punirai le monde à cause de sa malice, et les méchants à cause de leur iniquité ; je ferai cesser l’arrogance de ceux qui se conduisent avec fierté, et j’abaisserai l’orgueil de ceux qui se font redouter.

12 Je ferai qu’un homme sera plus précieux que le fin or, et une personne plus que l’or d’Ophir.

13 C’est pourquoi je ferai crouler les cieux, et la terre sera ébranlée de sa place par la colère de l’Éternel des armées, et au jour de l’ardeur de son courroux.

14 Et chacun sera comme un chevreuil qui est chassé, et comme une brebis que personne ne retire ; chacun tournera visage vers son peuple, et chacun fuira vers son pays.

15 Quiconque sera trouvé sera transpercé, et quiconque s’y sera joint tombera par l’épée.

16 Et leurs petits enfants seront écrasés devant leurs yeux, leurs maisons seront pillées, et leurs femmes seront violées.

17 Voici, je vais susciter contre eux les Mèdes, qui ne feront aucune estime de l’argent, et qui ne s’arrêteront point à l’or.

18 Ils briseront les arcs des jeunes gens, et ils n’auront point de pitié du fruit des mères ; leur œil n’épargnera point les enfants.

19 Ainsi il en sera de Babylone, la noblesse des royaumes, et la gloire de l’orgueil des Caldéens, comme quand Dieu renversa Sodome et Gomorrhe.

20 Elle ne sera jamais rétablie, elle ne sera habitée en aucun temps ; les Arabes n’y dresseront plus leurs tentes, et les bergers n’y parqueront plus.

21 Mais les bêtes sauvages des déserts y auront leurs repaires, et leurs maisons seront remplies de fouines ; les chat-huants y habiteront, et les chevreuils y sauteront ;

22 Et les bêtes sauvages des îles et les dragons hurleront, se répondant les uns aux autres dans ses palais désolés et dans ses maisons de plaisance. Son temps est prêt à venir, et ses jours ne seront plus prolongés.

REFLEXIONS

On doit faire d’abord cette réflexion générale sur ce chapitre et sur les suivants, jusqu’au XXIV, de même que sur plusieurs endroits de ce livre, que les prédictions d’Ésaïe ne regardaient pas seulement les Juifs, mais que Dieu lui ordonna de prophétiser aussi contre les autres peuples et même contre les empires les plus puissants tel qu’était alors celui des Babyloniens et de mettre ces prophéties par écrit. Dieu le voulait ainsi, tant pour l’instruction et la consolation des Juifs que pour faire voir à tout le monde et dans les siècles à venir qu’il est le Dieu tout-puissant et le maître des rois et de tous les peuples. C’est là un caractère de majesté et de grandeur qui doit être bien remarqué dans ces prophéties et qui est d’autant plus sensible, que toutes les menaces qui y sont faites contre diverses nations ont été exécutées. Il faut considérer sur ce chapitre XIII d’Ésaïe, que comme c’étaient les babyloniens qui devraient prendre Jérusalem, bruler son temple, et emmener le peuple en captivité :  Dieu pour instruire les juifs sur ce grand évènement, et pour les consoler, voulut faire déclarer longtemps auparavant que l’empire des babyloniens serait détruit. Cette prédiction est admirable ; Esaïe dit formellement, que Babylone serait prise dans un temps et d’une manière que les babyloniens n’auraient pu prévoir. Qu’elle serait totalement détruite et qu’elle ne se relèverait jamais de ses ruines, et qu’elle deviendrait la retraite des bêtes sauvages. Esaïe prédit cela deux cents ans à l’avance et dans un temps où l’empire des babyloniens était très florissant. Au bout de ce temps-là Babylone fut prise par les Perses et les Mèdes comme nous le lisons au chapitre V de Daniel et dans les histoires profanes.

On découvre bien clairement dans cette prophétie la divinité des livres sacrés, elle montre que c’était Dieu qui dirigeait tous ces grands événements. On y remarque la justice divine contre les Babyloniens qui avaient opprimés les Juifs si injustement et l’on y voit enfin la protection dont Dieu couvre son église.

Ces prédictions qui étaient si propres à rassurer les Juifs lorsqu’elles furent prononcées doivent faire encore plus d’impression sur nous puisqu’elles ont été si exactement accomplies et que nous y voyons les preuves si convaincantes de la divinité des prophéties qui sont contenues dans ce livre.

CHAPITRE XIV.

Ésaïe continue à prédire : I. Premièrement la délivrance des Juifs et leur rétablissement. II. Et en second lieu la ruine des Babyloniens, disant que Dieu allait les détruire par sa puissance à cause de leur orgueil et de leur cruauté, quoi qu’ils se confiassent en leurs forces. III. Il menace aussi les Philistins d’une totale destruction

1 Car l’Éternel aura pitié de Jacob, et choisira encore Israël, et les rétablira dans leur terre, et les étrangers se joindront à eux, et ils s’attacheront à la maison de Jacob.

2 Et les peuples les prendront, et les ramèneront en leur pays, et la maison d’Israël les possédera en droit d’héritage sur la terre de l’Éternel, comme des serviteurs et des servantes ; et ils tiendront captifs ceux qui les avaient tenus captifs, et ils domineront sur leurs exacteurs.

3 Et il arrivera qu’au jour que l’Éternel te donnera du relâche de ton travail et de ton tourment, et de la dure servitude sous laquelle on t’aura asservi,

4 Tu te moqueras ainsi du roi de Babylone, et tu diras : Comment l’exacteur se repose-t-il ? Comment se repose celle qui était toute d’or ?

5 L’Éternel a rompu le bâton des méchants, et la verge des dominateurs.

6 Celui qui frappait avec fureur les peuples, de coups qu’on ne pouvait détourner, qui dominait sur les nations avec colère, est poursuivi sans qu’il puisse s’en garantir.

7 Toute la terre a été mise en repos et en tranquillité, ils ont éclaté en chants de triomphe.

8 Même les sapins se sont réjouis de ce qui t’est arrivé, et les cèdres du Liban, et ont dit : Depuis que tu es endormi, personne n’est monté pour nous couper.

9 Le sépulcre profond s’est ému à cause de toi, pour aller au-devant de toi à ta venue ; il a réveillé à cause de toi les trépassés ; il a fait lever de leurs sièges tous les principaux de la terre, tous les rois des nations.

10 Ils prendront tous la parole et te diront : Tu as été aussi affaibli comme nous ! tu as été rendu semblable à nous !

11 On a fait descendre ta magnificence dans le sépulcre, avec le bruit de tes instruments ; tu es couché sur une couche de vers, et la vermine te couvre.

12 Comment es-tu tombée des cieux, étoile du matin, fille de l’aube du jour ? Toi qui foulais les nations, tu es abattue jusqu’en terre.

13 Tu disais en ton cœur : Je monterai aux cieux, j’élèverai mon trône par-dessus les étoiles du Dieu fort ; je serai assis sur la montagne de l’assemblée, aux côtés d’Aquilon ;

14 je monterai par-dessus les plus hauts lieux des nuées, je serai semblable au Souverain.

15 Et toutefois, on t’a fait descendre au sépulcre, au fond de la fosse.

16 Ceux qui te verront te regarderont, et te considéreront, disant : N’est-ce pas ici cet homme qui faisait trembler la terre, et qui ébranlait les royaumes,

17 qui a réduit le monde en désert, et qui a détruit ses villes, et n’a point relâché ses prisonniers pour les renvoyer en leur maison ?

18 Tous les rois des nations, tous tant qu’ils sont, sont morts avec gloire, chacun dans sa maison ;

19 mais tu as été jeté loin de ton sépulcre, comme un tronc pourri, comme un habit de gens tués, transpercés avec l’épée, qui sont descendus parmi les pierres dans une fosse, et comme un corps mort foulé aux pieds.

20 Tu ne seras pas mis avec eux dans le sépulcre, car tu as ravagé ta terre ; tu as tué ton peuple ; on ne parlera pas longtemps de la race des méchants.

21 Préparez la tuerie pour ses enfants, à cause de l’iniquité de leurs pères ; afin qu’ils ne se relèvent plus, et qu’ils ne possèdent pas le pays, et qu’ils ne remplissent pas de villes le dessus de la terre.

22 Je m’élèverai contre eux, dit l’Éternel des armées, et j’abolirai le nom de Babylone, et ce qui y reste, le fils et le petit-fils, dit l’Éternel.

23 Et je la rendrai la demeure du butor, et je la réduirai en marais d’eaux, et je la balaierai d’un balai de destruction, dit l’Éternel des armées.

24 L’Éternel des armées a juré, disant : Si cela n’arrive comme je l’ai pensé, et si cela n’est pas ferme comme je l’ai arrêté dans mon conseil :

25 C’est que je détruirai dans ma terre le roi d’Assyrie, et je le foulerai aux pieds sur mes montagnes, et son joug sera ôté de dessus mon peuple, et son fardeau de dessus leurs épaules.

26 C’est là le dessein qui a été arrêté contre toute la terre, et c’est là la main étendue sur toutes les nations.

27 Car l’Éternel des armées l’a arrêté en son conseil, et qui l’enfreindrait ? Sa main est étendue, et qui la détournerait ?

28 L’an auquel mourut le roi Achaz cette prophétie fut prononcée :

29 Toi, toute la terre des Philistins, ne te réjouis point de ce que la verge de celui qui te frappait a été brisée ; car de la racine du serpent sortira un basilic, et son fruit sera un serpent brûlant qui vole.

30 Les plus petits seront repus, et les misérables reposeront en assurance ; mais je ferai mourir de faim ta postérité, et on tuera ce qui est resté de toi.

31 Toi porte, hurle ; toi ville, crie ; toi, toute la terre des Philistins, écoule-toi ; car une fumée viendra d’Aquilon, et personne ne demeurera seul dans ses habitations.

32 Et que répondra-t-on aux envoyés de cette nation ? Que l’Éternel a fondé Sion, et que les affligés de son peuple se retireront vers elle.

REFLEXIONS

Les promesses qu’Ésaïe faisait aux Juifs montrent que si les prophètes avaient ordre de les menacer, ils étaient aussi envoyés pour les consoler en les assurant que Dieu s’apaiserait envers eux. C’est ainsi que Dieu a toujours donné des marques de sa bonté en même temps qu’il en a donné de sa justice.

La description qu’Ésaïe fait de l’orgueil insupportable des Babyloniens, de leur puissance formidable et de l’étendue de leur domination doit nous faire considérer que, quelque grande que soit la puissance des rois de la terre et des ennemis de l’église, elle ne peut tenir contre celle de Dieu et que sa justice l’engage à confondre les superbes et les injustes.

Cela doit nous porter à la confiance en Dieu et en même temps à l’humilité, puisque l’orgueil ne lui est pas moins odieux dans les particuliers que dans les princes et dans les peuples.

Au reste, la ruine de la ville et de l’empire de Babylone prouve bien clairement la vérité et la divinité des prédictions d’Ésaïe. Ce prophète touche une particularité très remarquable, c’est que cette grande et superbe ville deviendrait un marais et la demeure des bêtes sauvages, ce qui arriva en effet au bout de quelque temps comme on le sait par l’histoire.

La ruine des Philistins, qui étaient les anciens ennemis du peuple de Dieu nous présente les mêmes réflexions et elle arriva en effet sous le règne d’Ézéchias, peu d’année après qu’Ésaïe eut prophétisé contre eux.

CHAPITRE XV.

Ésaïe prophétise dans ce chapitre et dans le suivant contre les Moabites. Il prédit que leurs principales villes comme Har, Kir et d’autres qui sont ici nommées seront prises et que leur pays serait réduit aux dernières extrémités.

1 Prophétie contre Moab. Parce que Har de Moab a été ravagée de nuit, il a été défait ; parce que Kir de Moab a été saccagée de nuit, il a été défait.

2 Il est monté à Bajith et à Dibon, aux hauts lieux, pour pleurer. Moab hurlera sur Nébo, et sur Médéba ; toutes ses têtes seront chauves, et ils raseront tous leurs barbes.

3 Ils se ceindront de sacs dans ses rues ; chacun hurlera, fondant en larmes sur ses toits et dans ses places.

4 Hesçbon et Elhalé se sont écriées ; leur voix a été ouïe jusqu’à Jahats ; à cause de cela ceux de Moab, qui seront équipés pour aller a la guerre, jetteront des cris lamentables ; l’âme de chacun se tourmentera au dedans de lui.

5 Mon cœur crie à cause de Moab. Ses fugitifs s’en sont fuis jusqu’à Tsohar, comme une génisse de trois ans ; car on montera par la montée de Luhith avec des pleurs ; on fera retentir le cri de l’affliction au chemin de Horonajim,

6 car les eaux de Nimrim seront désolées ; le foin est séché, l’herbe a manqué, et il n’y a point de verdure.

7 C’est pourquoi, ce qui sera resté à chacun, et ce qu’ils auront mis en réserve, sera porté à la vallée des Arabes.

8 Car le cri a environné la contrée de Moab ; son hurlement ira jusqu’à Eglajim, et son cri jusqu’à Béer-Elim.

9 Même les eaux de Dimon seront remplies de sang ; car j’ajouterai un surcroît de maux sur Dimon, savoir, les lions, contre ceux qui sont réchappés de Moab, et contre les restes du pays.

CHAPITRE XVI.

Le prophète dit dans ce chapitre que les Moabites enverraient des agneaux, c’est-à-dire un tribut, au roi de Jérusalem, que les Israélites habiteraient dans leur pays et que tout cela arriverait pour punition de l’orgueil et de la fierté des Moabites. Enfin, il marque que ces menaces s’accompliraient dans trois ans.

1 Envoyez l’agneau au dominateur du pays ; envoyez-le du rocher qui est vers le désert à la montagne de la fille de Sion.

2 Car il arrivera que les filles de Moab seront au passage d’Arnon, comme un oiseau qui vole çà et là, comme une nichée chassée de son nid.

3 Prends conseil, forme une ordonnance, sers d’ombre comme une nuit en plein midi ; cache ceux qui ont été chassés, et ne décèle point ceux qui sont errants.

4 Que ceux de mon peuple qui ont été chassés, séjournent chez toi, ô Moab ! Sois-leur une retraite contre celui qui fait le dégât ; car celui qui opprime cessera, le dégât finira ; ceux qui foulaient seront consumés de dessus la terre.

5 Et un trône sera établi par la miséricorde, et sur ce trône sera assis dans la vérité, et dans la maison de David, un juge qui recherchera le droit, et qui sera prompt à faire justice.

6 Nous avons entendu l’orgueil de Moab le très orgueilleux, sa fierté, et son orgueil et son arrogance ; ses mensonges n’ont rien de ferme.

7 C’est pourquoi Moab hurlera sur Moab, chacun hurlera, vous gémirez sur les fondements de Kirharéseth ; il n’y aura que gens blessés à mort ;

8 car les guérets de Hesçbon, et le vignoble de Sibma languissent ; les princes des nations ont foulé ses meilleurs ceps, qui atteignaient jusqu’à Jahzer ; ils couraient par le désert, et ses provins qui s’étendaient passaient au-delà de la mer.

9 C’est pourquoi je pleurerai le vignoble de Sibma et de Jahzer ; je t’arroserai de mes larmes, ô Hesçbon et Elhalé ! car l’ennemi est tombé à grands cris sur tes fruits d’été et sur ta moisson.

10 Et la joie et l’allégresse s’est retirée du champ fertile ; on ne se réjouira plus, on n’entendra plus des cris de joie dans les vignes ; celui qui foulait le vin ne le foulera plus dans les cuves ; j’ai fait cesser la chanson de la vendange.

11 C’est pourquoi mes entrailles font du bruit sur Moab, comme une harpe, et mon ventre sur Kirhérès.

12 Et il arrivera qu’on verra que Moab se lassera pour aller au haut lieu, et qu’il entrera dans son sanctuaire pour prier ; mais il ne pourra rien obtenir.

13 C’est là la parole que l’Éternel a prononcée dès lors sur Moab.

14 Et maintenant l’Éternel a parlé, disant : Dans trois ans, tels que sont les ans d’un mercenaire, la gloire de Moab sera détruite, avec toute cette grande multitude, et le reste en sera petit, peu de chose et peu nombreux.

REFLEXIONS

La prophétie touchant la ruine des Moabites eut son accomplissement dans le temps précis qu’Ésaïe avait marqué lorsque Salmanasar roi d’Assyrie vint faire la guerre aux Israélites. Ce prince s’empara du royaume de Moab et les Moabites devinrent ensuite tributaires du royaume de Juda et rendirent hommage à Ézéchias après que les Assyriens eurent été défaits sous le règne de ce roi. Dieu fit prédire tous ces événements pour convaincre les Juifs de la vérité de tout ce que les prophètes leur annonçaient et pour leur apprendre que sa providence conduisait toutes choses.

Ce sont les mêmes instructions que nous devons retirer de cette prophétie et de plusieurs autres semblables.

Il faut aussi considérer dans la désolation des Moabites la juste punition de leur fierté et des maux qu’ils avaient causés aux Juifs et les soins pleins de bonté que Dieu a pris de tout temps de son peuple.

CHAPITRE XVII.

Le prophète annonce la ruine de Damas, capitale du royaume de Syrie, qui est appelée ici la Forteresse d’Ephraïm, c’est-à-dire, l’appui des Israélites des dix tribus, lesquels s’étaient mis sous la protection du roi de Syrie. Il annonce la ruine des dix tribus elles-mêmes parce qu’elles avaient abandonnés Dieu pour servir des idoles.

1 Prophétie contre Damas. Voici, Damas est réduite à n’être plus une ville, et elle ne sera qu’un monceau de ruines.

2 Les villes de Haroher seront abandonnées ; elles deviendront des parcs de brebis, qui y reposeront sans que personne les épouvante.

3 La forteresse sera ôtée à Ephraïm, et le royaume à Damas et au reste de la Syrie ; ils seront comme la gloire des enfants d’Israël, dit l’Éternel des armées.

4 Et il arrivera en ce jour-là que la gloire de Jacob sera diminuée, et que la graisse de son corps sera amaigrie.

5 Et il en sera comme quand le moissonneur cueille les blés et moissonne les épis avec son bras ; même il en arrivera comme quand on ramasse les épis dans la vallée des Réphaïns.

6 Mais il y demeurera quelques grappillages, comme quand on secoue l’olivier, et qu’il reste deux ou trois olives au haut des branches, et quatre ou cinq dans des branches fertiles, dit l’Éternel, le Dieu d’Israël.

7 En ce jour-là, l’homme jettera sa vue vers celui qui l’a formé, et ses yeux regarderont vers le Saint d’Israël.

8 Et il ne jettera plus sa vue vers les autels qui sont l’ouvrage de ses mains, et il ne regardera plus ce que ses mains auront fait, ni les bocages ni les tabernacles.

9 En ce jour-là, ses villes les plus fortes, qui auront été abandonnées à cause des enfants d’Israël, seront comme un bois taillis et des rameaux abandonnés, et il y aura une entière désolation.

10 Parce que tu as oublié le Dieu de ton salut, et que tu ne t’es point souvenue du rocher de ta force ; à cause de cela tu planteras des plantes excellentes, et des provins étrangers.

11 Le jour tu feras croître ce que tu auras planté, et le matin tu feras germer ta semence ; mais au jour de la jouissance, la moisson sera enlevée, et il y aura une douleur désespérée.

12 Malheur sur la multitude de plusieurs peuples, qui bruient comme les mers bruient, et sur le bruit retentissant des nations, qui est semblable au bruit des eaux impétueuses !

13 Les nations font du bruit comme une tempête éclatante de grosses eaux ; mais il la menacera, et elle s’enfuira loin, et sera dissipée comme la poussière des montagnes chassée par le vent, et comme un amas de poudre chassé par un tourbillon.

14 Au soir tout sera dans le trouble ; mais avant le matin il ne paraîtra plus rien. C’est là la portion de ceux qui nous auront fourragés, et le lot de ceux qui nous auront pillés.

REFLEXIONS

On lit dans le second livre des rois, au chapitre XVI, le récit de la destruction du royaume de Damas qu’Ésaïe avait prédite. Tiglatpiléser, roi des Assyriens prit cette ville, la ruina, en transporta les habitants et fit mourir son roi.

Et peu d’année après, le royaume d’Israël, qui s’était ligué avec les Syriens contre le royaume de Juda, fut aussi subjugué et totalement éteint par les mêmes Assyriens qui avaient conquis le royaume de Damas. Par ce moyen, les Syriens et les Israélites qui avaient attaqué injustement le roi de Juda, furent punis de leur injustice comme Ésaïe l’avait prédit à diverses fois et les Israélites en particulier reçurent le juste châtiment que méritait leur idolâtrie. Tellement que la justice divine et la vérité des prédictions d’Ésaïe parurent dans la destruction de l’un et de l’autre de ces royaumes.

CHAPITRE XVIII.

Ce chapitre a de l’obscurité et il est difficile d’en marquer le sens avec certitude à cause des expressions figurées qui s’y trouvent et qu’on peut expliquer en plus d’une manière et parce que l’histoire ne nous fournit pas assez de lumière sur ce sujet. L’explication qui paraît la plus vraisemblable est que le roi d’Éthiopie étant sur le point de marcher contre le roi d’Assyrie qui attaquait les Juifs, inviterait les Égyptiens à se joindre à lui, mais que Dieu confondrait les desseins des Assyriens et qu’il délivrerait Jérusalem par sa seule puissance.

1 Malheur au pays qui fait ombre avec ses ailes, qui est au-delà des fleuves de Cus !

2 qui envoie par mer des ambassadeurs dans des vaisseaux de jonc sur les eaux, en disant : Allez, messagers légers, vers la nation de grand attirail et brillante ; vers le peuple qui est terrible depuis son commencement et dans la suite, vers la nation qui mesure au cordeau, et qui foule tout, et dont les fleuves inondent le pays.

3 Vous tous, les habitants du monde, et vous qui demeurez dans le pays, sitôt que l’enseigne sera élevée sur les montagnes, regardez ; et sitôt que le cornet aura sonné, écoutez.

4 Car ainsi m’a dit l’Éternel : Je me tiendrai en repos, et je regarderai mon domicile arrêté, comme une chaleur brillante de lumière, et comme une nuée qui donne de la rosée dans la chaleur de la moisson.

5 Car avant la moisson, lorsque le bouton sera venu en sa perfection, et que la fleur sera devenue une grappe prête à mûrir, il coupera les branches avec des serpes, et il ôtera les sarments et les retranchera.

6 Ils seront tous ensemble abandonnés aux oiseaux de proie des montagnes, et aux bêtes du pays ; les oiseaux de proie passeront l’été sur eux, et toutes les bêtes du pays y passeront l’hiver.

7 En ce temps-là on apportera un présent à l’Éternel des armées, au lieu où le nom de l’Éternel des armées habite, à la montagne de Sion, de la part du peuple de grand attirail et brillant ; de la part du peuple qui est terrible, depuis son commencement et dans la suite, et de la part de la nation qui mesure au cordeau, et qui foule tout, et dont les fleuves inondent le pays.

REFLEXIONS

On voit dans le chapitre XIX du deuxième livre des rois les deux événements que le prophète Ésaïe marque ici.

L’un, que Tirhaca, roi d’Éthiopie, viendrait avec son armée pour combattre Sennachérib, roi d’Assyrie, qui assiégeait alors Jérusalem.

L’autre, que l’armée de Sennachérib fut entièrement détruite par un ange et que ce prince étant de retour dans ses états y périt misérablement.

Ainsi ce fut Dieu lui-même, et non pas le roi d’Éthiopie, qui délivra Jérusalem et qui fit tomber sa vengeance sur les Assyriens. En quoi il fit paraître son pouvoir infini et son amour envers son peuple.

CHAPITRE XIX.

Ce chapitre est une prophétie contre les Égyptiens, laquelle marque qu’ils seraient divisés les uns contre les autres et qu’un roi puissant exécuterait contre eux les jugements de Dieu. Ésaïe prédit aussi que la connaissance et le service de Dieu s’établiraient en Égypte.

1 Prophétie contre l’Égypte. Voici, l’Éternel va monter sur une nuée légère, et il entrera dans l’Égypte ; les idoles d’Égypte seront ébranlées devant sa face, et le cœur de l’Égypte se fondra au milieu d’elle.

2 Et je ferai venir pêle-mêle l’Égyptien contre l’Égyptien, et chacun fera la guerre contre son frère, et chacun contre son ami, ville contre ville, royaume contre royaume.

3 L’esprit de l’Égypte s’évanouira au milieu d’elle, et je dissiperai son conseil ; ils interrogeront les idoles, les enchanteurs, les esprits de Python, et les diseurs de bonne aventure.

4 Et je livrerai l’Égypte dans la main d’un seigneur rude, et un roi cruel dominera sur eux, dit le Seigneur, l’Éternel des armées.

5 Et les eaux de la mer manqueront, et le fleuve séchera et tarira.

6 Et on fera détourner les fleuves, les ruisseaux des digues s’abaisseront et se sécheront, les roseaux et les joncs seront coupés.

7 Les prairies qui sont auprès des ruisseaux, et sur l’embouchure du fleuve, et tout ce qui aura été semé vers les ruisseaux, séchera, et sera jeté loin, et ne sera plus.

8 Et les pêcheurs gémiront, et tous ceux qui jettent l’hameçon dans le fleuve seront dans le deuil, et ceux qui étendent les filets sur les eaux languiront.

9 Ceux qui travaillent en lin et en fin crêpe, et ceux qui font des tissus de filets, seront honteux.

10 Et ses chaussées seront rompues ; et tous ceux qui font des viviers seront dans l’abattement.

11 Certainement, les principaux de Tsohan ont perdu le senss, les sages d’entre les conseillers de Pharaon sont un conseil abruti. Comment dites-vous à Pharaon : Je suis fils des sages, le fils des anciens rois ?

12 Où sont-ils ? Où sont tes sages ? Qu’ils t’annoncent maintenant, s’ils le savent, ce que l’Éternel des armées a arrêté contre l’Égypte.

13 Les principaux de Tsohan ont perdu le sens ; les principaux de Noph se sont trompés, les cantons des tribus d’Égypte l’ont fait égarer.

14 L’Éternel a versé au milieu d’elle un esprit d’étourdissement, et on a fait errer l’Égypte dans toutes ses œuvres, comme un homme ivre se vautre dans ce qu’il a vomi.

15 Et il n’y aura rien qui serve à l’Égypte, de tout ce que fera la tête ou la queue, le rameau ou le jonc.

16 En ce jour-là, l’Égypte sera comme les femmes, et elle sera éperdue et épouvantée, à cause de la main levée de l’Éternel des armées, laquelle il va lever contre elle.

17 Et la terre de Juda sera l’effroi de l’Égypte ; quiconque fera mention d’elle en sera épouvanté en soi-même, à cause du dessein que l’Éternel des armées a formé contre elle.

18 En ce temps-là il y aura cinq villes dans le pays d’Égypte qui parleront le langage de Canaan, et qui jureront à l’Éternel des armées, et l’une d’entre elles sera appelée ville de destruction.

19 En ce jour-là il y aura un autel à l’Éternel au milieu du pays d’Égypte, et un monument dressé à l’Éternel sur sa frontière.

20 Et cela sera pour signe et pour témoignage à l’Éternel des armées dans le pays d’Égypte ; car ils crieront à l’Éternel, à cause de ceux qui les opprimeront, et il leur enverra un libérateur et un grand protecteur qui les délivrera.

21 Et l’Éternel se fera connaître à l’Égypte ; et en ce jour-là l’Égypte connaîtra l’Éternel, et le servira en offrant des sacrifices et des gâteaux ; et elle vouera des vœux à l’Éternel, et les accomplira.

22 L’Éternel frappera donc les Égyptiens, il les guérira après les avoir frappés, et ils retourneront jusqu’à l’Éternel, lequel sera fléchi par leurs prières, et les guérira.

23 En ce jour-là, il y aura un chemin battu de l’Égypte en Assur, et Assur viendra en Égypte, et l’Égypte en Assur, et l’Égypte sera assujettie à Assur.

24 En ce jour-là, Israël sera joint pour troisième partie à l’Égypte et à Assur, et la bénédiction sera au milieu de la terre.

25 Ce que l’Éternel des armées bénira, disant : Bénie soit l’Égypte, qui est mon peuple, et Assur qui est l’ouvrage de mes mains, et Israël qui est mon héritage.

REFLEXIONS

L’histoire éclaircit parfaitement les prédictions que ce chapitre contient.

Après la mort de Séthon, roi d’Égypte, les Égyptiens eurent douze rois qui se firent la guerre pendant longtemps, après quoi toute l’Égypte fut soumise à un seul prince nommé Psammitichs. Ensuite les Égyptiens furent attaqués par le roi d’Assyrie et par Nabuchodonosor qui se les assujettit et au bout de quelque temps, l’Égypte, la Judée et l’Assyrie furent sous la domination d’un même monarque. Ésaïe dit sur la fin de ce chapitre que les villes d’Égypte parleraient le langage de Canaan, qu’il y aurait un autel du Seigneur dans ce pays-là et que les Égyptiens invoqueraient Dieu et lui sacrifieraient. Cela regarde premièrement ce qui arriva lorsque les Juifs se retirèrent en Égypte après la ruine de Jérusalem et lorsque dans la suite ils y bâtirent un temple qu’on appela le temple d’Onias, ce qui attira plusieurs Égyptiens au culte du vrai Dieu.

Mais cette prophétie ne trouve son sens parfait que dans les temps de l’Évangile où les Égyptiens et les autres peuples furent convertis et réputés par ce moyen le peuple de Dieu, tout de même que les Israélites.

CHAPITRE XX.

Dieu commande à Ésaïe de marcher sans souliers et nu, c’est-à-dire sans robe et n’ayant que les habits de dessous, pour marquer que dans trois ans les Égyptiens et ceux de Cus seraient emmenés captifs sans habits et pieds nus par les Assyriens et que par-là les Juifs reconnaîtraient qu’ils avaient eu tort de croire que le roi d’Égypte les garantirait du roi d’Assyrie.

1 L’année que Tartan, envoyé par Sargon, roi d’Assyrie, vint contre Asçdod, et combattit contre Asçdod, et la prit ;

2 en ce temps-là, l’Éternel parla par le ministère d’Ésaïe, fils d’Amots, et lui dit : Va, et délie le sac de dessus tes reins, et déchausse tes souliers de tes pieds ; ce qu’il fit, allant nu et déchaussé.

3 Et l’Éternel dit : Comme Ésaïe mon serviteur a marché nu et déchaussé, ce qui est un signe et un prodige contre l’Égypte et contre Cus pour trois années ;

4 ainsi le roi d’Assur emmènera d’Égypte et de Cus, prisonniers et captifs, les jeunes et les vieux, nus et déchaussés, ayant des habits courts, ce qui est l’opprobre de l’Égypte.

5 Ils seront effrayés, et ils seront honteux à cause de Cus, qui était celui auquel ils regardaient, à cause de l’Égypte qui était leur gloire.

6 Et celui qui habite en cette île-ci, dira en ce jour-là : Voilà en quel état est celui auquel nous regardions, et où nous nous sommes réfugiés pour avoir du secours, afin que nous fussions délivrés de la rencontre du roi d’Assur, et comment pourrons-nous échapper ?

REFLEXIONS

Cette prophétie fut vérifiée lorsque le roi d’Assyrie porta la guerre jusqu’en Égypte, y prit plusieurs villes en emmena un grand nombre d’Égyptiens prisonniers dans son pays. Cela devait désabuser les Juifs qui s’assuraient sur les Égyptiens et leur apprendre à se confier en Dieu seul.

CHAPITRE XXI.

Ce chapitre contient deux prédictions : I. La première, touchant la ruine des Babyloniens qui tomberaient sous la puissance des Perses et des Mèdes. II. La seconde regarde ceux de Duma et les arabes de Kédar qui devaient aussi éprouver les derniers malheurs. Ceux de Duma étaient de la postérité des Ismaélites.

1 Prophétie contre le désert de la mer. Il vient du désert et de la terre formidable comme des tourbillons qui s’élèvent du pays du midi, pour traverser.

2 Une vision terrible m’a été révélée. Le perfide est perfide ; celui qui saccage, saccage toujours. Hélamites, montez ; Mèdes, assiégez ; j’ai fait cesser tous ses soupirs.

3 C’est pourquoi mes reins ont été remplis de douleur, et des angoisses m’ont saisi, telles que sont les angoisses de celle qui enfante ; je me suis tourmenté à cause de ce que j’ai ouï, et j’ai été perdu à cause de ce que j’ai vu.

4 Mon cœur a été agité çà et là, et j’ai tremblé de frayeur ; on m’a rendu effrayante la nuit de mes plaisirs.

5 Qu’on dresse la table, qu’on fasse le guet ; qu’on mange, qu’on boive ; levez-vous, capitaines, oignez le bouclier.

6 Car ainsi me dit le Seigneur : Va, pose la sentinelle, et qu’elle rapporte ce qu’elle verra.

7 Et elle vit un chariot, un couple de gens de cheval, un chariot tiré par des ânes, et un chariot tiré par des chameaux, et elle les considéra fort attentivement.

8 Et elle cria : C’est un lion. Seigneur, je me tiens en sentinelle continuellement de jour, et je me tiens dans ma garde toutes les nuits.

9 Et voici venir le chariot d’un homme, un couple de gens de cheval. Alors elle parla et dit : Elle est tombée, elle est tombée, Babylone ; et toutes les images taillées de ses dieux ont été brisées et jetées par terre.

10 C’est ce que j’ai foulé, et le grain que j’ai battu dans mon aire ; je vous ai annoncé ce que j’ai ouï de l’Éternel des armées, du Dieu d’Israël.

11 Prophétie contre Duma. On crie à moi de Séhir : Sentinelle, qu’est-il arrivé depuis le soir ? Sentinelle, qu’est-il arrivé depuis la nuit ?

12 La sentinelle a dit : Le matin est venu, et la nuit aussi ; si vous le demandez avec empressement, retournez et venez.

13 Prophétie contre l’Arabie. Vous passerez pêle-mêle la nuit dans la forêt, dans les sentiers de Dédanim.

14 Venez avec des eaux au-devant de celui qui a soif, habitants du pays de Téma ; venez avec du pain au-devant de celui qui a pris la fuite.

15 Car ils ont pris la fuite de devant les épées, de devant l’épée dégainée, et de devant l’arc tendu, et de devant le fort de la bataille.

16 Car ainsi m’a dit le Seigneur : Dans une année, telle que sont les années d’un mercenaire, toute la gloire de Kédar prendra fin ;

17 et le reste du nombre des puissants archers des enfants de Kédar sera diminué ; car l’Éternel, le Dieu d’Israël, a parlé.

REFLEXIONS

Ésaïe prédit dans ce chapitre que Babylone serait prise par les Perses et les Mèdes. Il appelle ces peuples pour l’assiéger et pour s’en rendre maître et il marque expressément qu’ils prendraient cette ville dans une nuit où le roi de Babylone ferait un festin et se livrerait aux plaisirs. Ce qui arriva en effet comme on le sait par l’histoire et par ce qu’on lit sur la fin du chapitre V de Daniel.

Il y a dans cette prophétie qui fut prononcée si longtemps à l’avance un caractère bien sensible de divinité et de majesté.

Les Iduméens et les Arabes qui sont ici nommés furent aussi envahis par les Assyriens. Par-là Dieu voulut faire la punition de l’idolâtrie de ces peuples et venger les maux qu’ils avaient faits aux Juifs.

CHAPITRE XXII.

Après qu’Ésaïe a prédit dans les chapitres précédents la ruine des peuples idolâtres qui avaient opprimé les Juifs, il annonce dans celui-ci les malheurs qui tomberaient sur les Juifs eux-mêmes malgré toutes les précautions que les habitants de Jérusalem prendraient pour se garantir de leurs ennemis et il dit que cela arriverait parce que les Juifs s’abandonnaient à la joie et à la dissolution dans un temps où Dieu les appelaient à la repentance. Le prophète prédit après cela que Sçebna, qui était l’un des principaux officiers du roi Ézéchias dans le temps que Sanchérib assiégeait Jérusalem, serait ôté de son emploi et qu’Éliakim lui succèderait. Ce qui est dit ici de Sçebna donne lieu de croire que cette prophétie regarde ce qui arriva lorsque les Assyriens vinrent contre Jérusalem et qu’ils emmenèrent captif à Babylone Manassé fils d’Ézéchias comme cela est dit dans II Chroniques XXXIII.11.

1 Prophétie contre la vallée de la vision. Qu’as-tu maintenant, que tu es toute montée sur les toits,

2 ville pleine de troubles, ville bruyante, ville qui ne demandais qu’à te réjouir ? Ceux des tiens qui ont été tués, n’ont pas été tués par l’épée et ne sont pas morts par la guerre.

3 Tous tes conducteurs ont pris la fuite ensemble, ils ont été liés par des archers ; tous ceux qui ont été trouvés des tiens ont été liés ensemble, s’étant enfuis bien loin.

4 C’est pourquoi j’ai dit : Retirez-vous de moi, je pleurerai amèrement ; ne vous empressez point de me consoler sur la désolation de la fille de mon peuple.

5 Car c’est un jour de trouble, d’oppression et de perplexité, envoyé par le Seigneur, l’Éternel des armées, dans la vallée de la vision ; il va démolir la muraille, et le cri en ira jusqu’à la montagne.

6 Même Hélam a pris le carquois ; il y a des hommes montés sur des chariots, et Kir a détaché le bouclier.

7 Et il est arrivé que tes plus belles vallées ont été remplies de chariots, et les cavaliers se sont tous rangés en bataille contre la porte.

8 Et on a découvert ce qui couvrait Juda, et tu as regardé en ce jour-là vers les armes de la maison du parc.

9 Et vous avez vu que les brèches de la cité de David étaient grandes ; et vous avez assemblé les eaux du bas étang.

10 Et vous avez fait le dénombrement des maisons de Jérusalem, et vous avez démoli les maisons pour fortifier la muraille.

11 Vous avez aussi fait un réservoir d’eaux entre les deux murailles, pour les eaux du vieux étang ; mais vous n’avez point regardé à celui qui l’a faite et formée dès longtemps.

12 Et le Seigneur, l’Éternel des armées, vous a appelés ce jour-là aux pleurs et au deuil, et à vous arracher les cheveux, et à ceindre le sac ;

13 et voici, il n’y a que joie et qu’allégresse ; on tue des bœufs, on égorge des moutons, on mange de la chair, et on boit du vin ; et on dit : Mangeons et buvons, car nous mourrons demain.

14 Or, l’Éternel des armées m’a déclaré, et m’a dit : Si jamais cette iniquité vous est pardonnée, que vous n’en mouriez, a dit le Seigneur, l’Éternel des armées.

15 Ainsi a dit le Seigneur, l’Éternel des armées : Va, entre chez le trésorier, vers ce maître d’hôtel Scebna, et dis-lui :

16 Qu’as-tu à faire ici ? Et qui as-tu ici qui t’appartienne, que tu te sois taillé ici un sépulcre ? Il taille un lieu éminent pour son sépulcre, et il se creuse une demeure dans le roc.

17 Voici, ô homme ! l’Éternel te transportera bien loin, et t’enveloppera entièrement.

18 Il te fera rouler fort vite, comme une boule dans un pays large et spacieux ; tu mourras là, et c’est là que ton char magnifique sera la honte de la maison de ton seigneur.

19 Et je te chasserai de ton poste, et je te déposerai de ton emploi.

20 Et il arrivera en ce jour-là que j’appellerai mon serviteur Eliakim, fils de Hilkija ;

21 et je le vêtirai de ton habit, et le fortifierai de ta ceinture ; et je mettrai ton autorité entre ses mains, et il sera pour père à ceux qui habitent dans Jérusalem, et à la maison de Juda.

22 Et je mettrai la clef de la maison de David sur son épaule ; et il ouvrira, et il n’y aura personne qui ferme ; et il fermera, et il n’y aura personne qui ouvre.

23 Et je l’attacherai comme un clou dans un lieu ferme, et il sera un trône de gloire à la maison de son père.

24 Et toute la gloire de la maison de son père, de ses parents, et de ses parentes, reposera sur lui ; toutes sortes d’ustensiles, depuis les tasses jusqu’à tous les instruments de musique.

25 En ce jour-là, dit l’Éternel des armées, le clou qui avait été attaché dans un lieu ferme sera ôté, et il tombera, et tout ce qui y était attaché sera retranché ; car l’Éternel a parlé.

REFLEXIONS

Les menaces qu’Ésaïe faisait contre Jérusalem après avoir menacé les autres nations montrent que Dieu n’épargne pas son peuple et ceux qui font profession de le servir lorsqu’il leur arrive de l’offenser et que les nations et les villes où l’impiété règne sont enfin exposées à sa vengeance sans que rien puisse les en garantir. Il paraît sur tout ce chapitre que l’une des choses qui marquent le plus grand endurcissement et qui engagent le plus Dieu à punir les hommes, c’est lorsqu’ils sont insensibles à ses châtiments et qu’ils se livrent à la joie, aux plaisirs et à la dissolution dans le temps qu’il les appelle à l’humiliation et à la repentance.

La prédication qu’Ésaïe fait de la déposition de Sçebna, qui est ici représenté comme un homme vain et superbe, et de l’élévation d’Éliakim fait voir que ce qui arrive aux particuliers est dirigé par la providence aussi bien que ce qui arrive aux peuples et aux rois et que Dieu élève et abaisse ceux qu’il lui plaît selon les vues qu’il se propose.

CHAPITRE XXIII.

C’est ici une prophétie qui marque que les Tyriens, qui étaient voisins des Juifs et qui se tenaient fiers de leurs richesses et leur puissance, seraient abaissés.

1 Prophétie contre Tyr. Hurlez, ô navires de Tarscis, car elle est détruite, tellement qu’il n’y a plus de maison, et qu’on n’y viendra plus ; ceci leur a été annoncé du pays de Kittim.

2 Vous qui habitez dans l’île, taisez-vous, et toi qui étais remplie par les marchands de Sidon, par ceux qui traversaient la mer.

3 Les grains de Scihor, qui croissent parmi les grandes eaux, la moisson du fleuve, c’était son revenu, et elle était la foire des nations.

4 Sois honteuse, ô Sidon, car la mer, la force de la mer a parlé, disant : Je n’ai point été en travail d’enfant, et je n’ai point enfanté, et je n’ai point nourri de jeunes gens, ni élevé aucunes vierges.

5 Lorsque le bruit en aura été entendu en Égypte, on sera saisi de douleur, d’apprendre ce qui sera arrivé à Tyr.

6 Passez en Tarscis, hurlez, vous qui habitez dans les îles.

7 N’est-ce pas ici votre ville qui faisait votre joie ? Celle dont l’antiquité est depuis si longtemps, ira sur ses pieds bien loin, habiter dans un pays étranger.

8 Qui a pris ce conseil contre Tyr, laquelle couronne ses habitants, de laquelle les marchands sont des princes, et dont les facteurs sont les plus honorables de la terre ?

9 L’Éternel des armées a pris ce conseil ici, pour flétrir l’orgueil des superbes, et pour avilir tous les plus honorables de la terre.

10 Traverse ton pays comme une rivière, ô fille de Tarscis ! tu n’as plus de ceinture.

11 Il a étendu sa main sur la mer, et il a fait trembler les royaumes ; l’Éternel a donné ordre à un marchand de détruire ses forteresses ;

12 et il a dit : Tu ne continueras plus à te glorifier, quand tu seras opprimée, vierge fille de Sidon ; lève-toi, traverse en Kittim ; encore n’y aura-t-il point-là de repos pour toi.

13 Voici le pays des Caldéens ; ce peuple-là n’était point autrefois ; Assur l’a fondé pour les gens de marine ; on a dressé ses forteresses, on a élevé ses palais, et il l’a mis en ruine.

14 Hurlez, navires de Tarscis, car votre force est détruite.

15 Et il arrivera en ce jour-là que Tyr sera mise en oubli durant septante années, selon les jours d’un roi. Au bout de septante années, Tyr chantera comme une chanson de prostituée.

16 Prends la harpe, fais le tour de la ville, prostituée qui avais été mise en oubli, chante avec force, multiplie tes chants, afin qu’on se souvienne de toi.

17 Et il arrivera au bout de septante années que l’Éternel visitera Tyr, mais elle retournera au salaire de sa prostitution, et elle se prostituera avec tous les royaumes des pays qui sont sur la face de la terre.

18 Enfin son trafic et son salaire sera consacré à l’Éternel ; il n’en sera rien réservé, ni serré ; car son trafic sera pour ceux qui habitent en la présence de l’Éternel, pour manger jusqu’à être rassasiés, et pour avoir des habits durables.

REFLEXIONS

La prédiction contenue dans ce chapitre s’accomplit lorsque Nébucadnetsar roi de Babylone prit la ville de Tyr après un long siège.

Il y a ceci de remarquable dans ce chapitre que le prophète dit expressément que Tyr serait désolée pendant septante ans, qu’au bout de ce temps-là elle serait rétablie, que son commerce fleurirait de nouveau et qu’elle ferait même hommage à Dieu de ses richesses. Toutes ces choses arrivèrent à la ville de Tyr. Après être tombée sous la puissance des Babyloniens, elle se releva de sa ruine, elle devint très considérable et recouvra sa liberté jusqu’au temps d’Alexandre le Grand.

Dans la suite, les Juifs retirèrent divers avantages des Tyriens et enfin, l’Évangile fut annoncé dans le pays de Tyr.

En tout cela, on voit des preuves évidentes de la divinité de ces prophéties, aussi bien que de la providence qui gouverne le monde et qui le préside sur tout ce qui y arrive.

CHAPITRE XXIV.

Il est parlé dans ce chapitre de l’extrême désolation qui arriverait dans la Judée à cause des péchés des Juifs, cependant Ésaïe promet que l’on verrait Jérusalem rétablie

1 Voici, l’Éternel s’en va rendre le pays vide et l’épuiser, il le fera changer de face, et il dispersera ses habitants.

2 Et tel sera le sacrificateur que le peuple, tel le maître que son serviteur, telle la dame que sa servante, tel le vendeur que l’acheteur, tel celui qui prête que celui qui emprunte, tel le créancier que celui duquel on exige.

3 Le pays sera entièrement vidé et entièrement pillé ; car l’Éternel a prononcé cet arrêt-là.

4 La terre est dans le deuil, elle est déchue, le monde est languissant, il est déchu ; les plus considérables du peuple de ce pays sont languissants.

5 Le pays a été profané par ses habitants, parce qu’ils ont transgressé les lois ; ils ont changé les ordonnances, et ont violé l’alliance éternelle.

6 C’est pourquoi l’imprécation du serment a dévoré le pays, et ses habitants ont été mis en désolation ; à cause de cela les habitants du pays sont consumés, et peu de gens y sont demeurés de reste.

7 Le vin excellent pleure, la vigne languit, tous ceux qui avaient le cœur joyeux soupirent.

8 La joie des tambours a cessé, le bruit de ceux qui se réjouissent est fini, la joie de la harpe a cessé.

9 On ne boira plus de vin avec des chansons, la cervoise sera amère à ceux qui la boivent.

10 La ville de confusion a été ruinée ; toute maison est fermée, tellement que nul n’y entre.

11 Il y aura des cris dans les places, parce que le vin manquera ; toute la joie est tournée en obscurité, l’allégresse du pays s’en est allée.

12 Il ne reste dans la ville qu’une solitude, et la porte est frappée d’une ruine éclatante.

13 Car il arrivera au milieu du pays, et parmi les peuples, comme quand on secoue l’olivier et quand on grappille, après avoir achevé de vendanger.

14 Ceux-là élèveront leurs voix, et se réjouiront avec un chant de triomphe, et ils pousseront des cris de joie de devers la mer, à cause de la majesté de l’Éternel.

15 C’est pourquoi glorifiez l’Éternel dans les vallées, et le nom de l’Éternel, le Dieu d’Israël, dans les îles de la mer.

16 Nous avions entendu du bout de la terre des cantiques qui annonçaient la gloire du juste ; mais j’ai dit : Je suis exténué, je suis exténué ; malheur à moi ! les prévaricateurs ont prévariqué ; ils ont prévariqué, comme les prévaricateurs ont accoutumé de faire.

17 La frayeur, la fosse, et le piège sont sur toi, habitant du pays.

18 Et il arrivera que celui qui s’enfuira, à cause du bruit de la frayeur, tombera dans la fosse, et celui qui sera remonté hors de la fosse sera pris dans le piège ; car les bondes d’en haut sont ouvertes, et les fondements de la terre tremblent.

19 Le pays est entièrement froissé, le pays est entièrement écrasé, le pays est entièrement remué de sa place.

20 Le pays chancellera entièrement comme un homme ivre, et sera transporté comme une loge ; et son péché s’appesantira sur lui, tellement qu’il tombera et qu’il ne s’en relèvera pas.

21 Et il arrivera en ce jour-là que l’Éternel visitera dans un lieu élevé l’armée superbe, et les rois de la terre, sur la terre.

22 Et ils seront assemblés en troupe, comme des prisonniers dans une fosse, et ils seront enfermés étroitement dans une prison, et après plusieurs jours ils seront visités.

23 La lune rougira, et le soleil sera honteux, quand l’Éternel des armées régnera en la montagne de Sion et à Jérusalem, et qu’il sera glorieux en la présence de ses anciens.

REFLEXIONS

On voit dans ce chapitre une prédiction des malheurs qui menaçaient les Juifs. Ésaïe annonce que leur pays allait être entièrement désolé parce que ce pays avait été profané et souillé par les crimes de ses habitants et parce qu’ils avaient violé l’alliance divine.

On peut voir par là à quoi doivent s’attendre ceux qui imitent les Juifs dans leur rébellion et dans leur ingratitude. Dieu exécute à la fin sur eux les arrêts de sa justice et ils les accable de ses jugements, mais s’il ne punit pas toujours par des peines temporelles ceux qui transgressent son alliance et ses lois, il les punira infailliblement dans la vie à venir, les menaces de l’Évangile n’étant pas moins expresses, ni moins certaines que celles des anciens prophètes. D’un autre côté, les promesses que Dieu fait ici d’établir son règne et de manifester encore sa gloire à Jérusalem après l’avoir affligée marquent sa miséricorde envers son peuple.

Ces promesses nous regardent aussi bien que les Juifs, puisque c’est dans la manifestation de Jésus-Christ et dans l’établissement de son règne que nous en voyons le parfait accomplissement.

CHAPITRE XXV.

C’est ici un cantique de louange pour les bénédictions que Dieu accorderait à son peuple en le délivrant et en abaissant ses ennemis.

1 Éternel, tu es mon Dieu ; je t’exalterai, je célébrerai ton nom ; car tu as fait des choses merveilleuses, tes desseins formés dès longtemps se sont trouvés être la fermeté même.

2 Car tu as fait de la ville un monceau de pierres, et de la forte cité une ruine ; le palais des étrangers qui était dans la ville, ne sera jamais rebâti.

3 A cause de cela, un peuple puissant te glorifiera, la ville des nations redoutables te révérera.

4 Car tu as été la force du pauvre, la force du misérable en sa détresse, le refuge contre le débordement, l’ombrage contre le hâle, parce que la colère de ces hommes terribles est comme un tourbillon qui abattrait une muraille.

5 Tu rabaisseras la tempête éclatante des étrangers, comme le hâle dans un lieu aride est rabaissé par l’ombre d’une nuée. Il abattra les branches des hommes violents.

6 Et l’Éternel des armées fera à tous les peuples sur cette montagne un banquet de choses grasses, un banquet de vins purifiés, de choses grasses, moelleuses, de vins bien purifiés.

7 Et il enlèvera en cette montagne-ci l’enveloppe redoublée qu’on voit sur tous les peuples, et la couverture qui est étendue sur toutes les nations.

8 Et il engloutira la mort pour jamais ; et le Seigneur l’Éternel essuiera les larmes de dessus tous les visages, et il ôtera l’opprobre de son peuple de dessus toute la terre ; car l’Éternel a parlé.

9 En ce jour-là on dira : Voici notre Dieu ; nous l’avons attendu, et il nous sauvera ; c’est ici l’Éternel, nous l’avons attendu ; nous nous égaierons et nous réjouirons de son salut.

10 Car la main de l’Éternel reposera sur cette montagne ; mais Moab sera foulé sous lui, comme on foule la paille pour en faire du fumier.

11 Et il étendra ses mains au milieu de lui, comme celui qui nage les étend pour nager ; et il rabaissera sa fierté, se faisant ouverture avec ses mains.

12 Et il abaissera la force de tes plus hautes murailles ; il les abattra, et les jettera par terre, les réduisant en poussière.

REFLEXIONS

Les actions de grâce et les louanges qui sont contenues dans ce chapitre regardent premièrement la délivrance des Juifs et leur retour de Babylone, mais elles conviennent surtout à la grande délivrance que le Messie devait procurer aux hommes en les rachetant et en leur acquérant le salut. Nous devons principalement remarquer après St. Paul et St. Jean que ces paroles du prophète : La mort sera engloutie pour jamais et le Seigneur essuiera les larmes de leurs yeux, ne seront parfaitement accomplies que lorsque la mort, qui est le dernier de nos ennemis, sera détruite par la résurrection et que Jésus-Christ introduira ses élus dans la gloire éternelle.

Cette attente doit produire en nous un grand désir d’avoir part à ces excellentes promesses et nous inciter à bénir le Seigneur qui nous les a faites et à nous réjouir continuellement dans l’attente du salut qui sera pleinement manifesté à la seconde venue de notre Seigneur Jésus-Christ.

CHAPITRE XXVI.

Ésaïe continue à louer Dieu des biens qu’il ferait à son peuple et il exprime les sentiments de confiance que les justes ont en Dieu. Il représente ensuite comment les hommes abusent du support de Dieu, il reconnait sa justice et sa puissance qui devaient paraître en ce qu’après avoir réduit les Juifs aux dernières extrémités, il leur rendrait la paix et par toutes ces considérations il console et encourage le peuple de Dieu.

1 En ce jour-là ce cantique sera chanté au pays de Juda : Nous avons une ville forte ; la délivrance y sera mise pour muraille et pour avant-mur.

2 Ouvrez les portes, et la nation juste et qui garde la vérité y entrera.

3 C’est une délibération arrêtée que tu conserveras la vraie paix, car on se confie en toi.

4 Confiez-vous en l’Éternel à perpétuité ; car le rocher des siècles est en l’Éternel notre Dieu.

5 Il abaissera ceux qui habitent dans les lieux élevés ; il humiliera la ville superbe ; il l’humiliera jusqu’en terre, il la fera descendre jusqu’à la poussière.

6 Le pied, même les pieds des affligés, et les plantes des petits la fouleront.

7 Le sentier du juste est uni, tu aplanis le chemin du juste.

8 Aussi nous t’avons attendu, ô Éternel ! dans le sentier de tes jugements ; et c’est vers ton nom et vers ton souvenir que tend le désir de notre âme.

9 Mon âme t’a désiré pendant la nuit, et mon esprit qui est en moi te cherchera le matin, car lorsque tes jugements sont sur la terre, les habitants de la terre apprennent la justice.

10 Fait-on grâce au méchant ? il n’en apprendra point à être juste, mais il agira avec méchanceté dans la terre de la droiture, et il ne regardera point à la majesté de l’Éternel.

11 Éternel ! ta main est-elle élevée ? Ils ne le voient point ; mais ils la verront, et ils seront honteux à cause de la jalousie que tu montres en faveur de ton peuple ; le feu dont tu punis tes ennemis les dévorera.

12 Éternel ! tu nous donneras la paix ; car c’est toi qui nous as fait tout ce qui nous est arrivé.

13 Éternel, notre Dieu ! d’autres seigneurs que toi nous ont maîtrisés ; mais c’est par toi seul que nous nous souvenons de ton nom.

14 Ils sont morts, ils ne vivront plus ; les trépassés ne se relèveront point, parce que tu les as visités, que tu les as exterminés, et que tu en as fait périr toute la mémoire.

15 Éternel ! tu avais accru la nation, tu avais accru la nation ; tu as été glorifié, tu les as jetés loin par tous les bouts de la terre.

16 Éternel ! quand ils ont été dans la détresse, ils t’ont recherché ; ils ont répandu leur humble requête quand ton châtiment a été sur eux.

17 Comme celle qui est enceinte, lorsqu’elle est prête d’enfanter, est en travail et crie dans ses douleurs, c’est ainsi que nous avons été à cause de ton courroux, ô Éternel !

18 Nous avons conçu, et nous avons été en travail, nous n’avons enfanté que du vent ; nous ne saurions en aucune manière délivrer le pays, et les habitants de la terre n’ont pas été exterminés.

19 Mais ceux que tu avais fait mourir vivront ; mon corps mort se relèvera. Réveillez-vous et vous réjouissez avec chant de triomphe, vous, habitants de la poussière ; car ta rosée est comme la rosée qui tombe sur les herbes, et la terre jettera dehors les trépassés.

20 Va, mon peuple, entre dans tes cabinets, et ferme ta porte sur toi ; cache-toi pour un petit moment, jusqu’à ce que l’indignation soit passée.

21 Car, voici, l’Éternel va sortir de son lieu, pour visiter l’iniquité que les habitants de la terre ont commise contre lui ; alors la terre découvrira le sang qu’elle aura reçu, et elle ne cachera plus ceux qu’on a mis à mort.

REFLEXIONS

I. Nous devons méditer avec reconnaissance et avec foi ce qui est dit dans ce chapitre et en tant d’autres prophéties de la délivrance et de la paix que Dieu enverrait à son église, vu que ces prédictions se rapportent principalement aux temps de l’Évangile.

II. Nous apprenons de ce chapitre que le caractère des vrais fidèles est de se fier en Dieu seul, de ne désirer que lui, de le chercher de toutes les puissances de leur âme et que Dieu de son côté les soutient et les conduit dans le chemin qu’ils doivent suivre et prend soin de tout ce qui les regarde.

III. Une troisième instruction que le prophète nous donne, c’est que les hommes apprennent ordinairement à craindre Dieu et à faire ce qui est juste lorsqu’il les châtie et qu’ils voient ses jugements, mais les pécheurs s’endurcissent quand Dieu leur fait grâce et les supporte et qu’au lieu de se convertir ils deviennent encore plus méchants et plus impies. IV. Enfin, les assurances qu’Ésaïe donne aux Juifs de la protection de Dieu doivent consoler l’église et tous ses vrais membres, les rendre tranquilles dans les temps les plus fâcheux et les remplir continuellement d’espérance et de joie.

CHAPITRE XXVII.

Dieu promet qu’il punirait par sa puissance les ennemis des Juifs, qu’il s’apaiserait envers son peuple et qu’il ramènerait ceux qui auraient été dispersés en Assyrie et en Égypte, il les ramènerait à Jérusalem où ils adoreraient encore le Seigneur.

1 En ce jour-là l’Éternel punira de sa dure, grande et forte épée, Léviathan le grand serpent, et Léviathan le serpent tortueux, et il tuera la baleine qui est dans la mer.

2 En ce jour-là vous chanterez, en vous répondant l’un à l’autre, sur la vigne qui porte le meilleur vin.

3 C’est moi, l’Éternel, qui la garde ; je l’arroserai de moment en moment, je la garderai nuit et jour, de peur qu’on ne lui fasse du mal.

4 Il n’y a point de fureur en moi. Qui m’opposera des ronces et des épines pour les combattre ? Je marcherai sur elles, et je les brûlerai toutes ensemble.

5 Ou plutôt, qu’il retienne ma force ; qu’il fasse la paix avec moi, qu’il fasse la paix avec moi.

6 Il fera ci-après que Jacob prendra racine et fleurira ; Israël germera, et ils rempliront de fruit le dessus de la terre.

7 Aurait-il frappé son peuple de la même plaie dont il a frappé celui qui le frappait, et aurait-il été tué comme ceux qu’il a tués l’ont été ?

8 Tu la jugeras avec modération, quand tu la rejetteras. Il l’a emportée par le vent impétueux de sa colère, comme au jour que le vent d’Orient souffle.

9 Ainsi l’expiation de l’iniquité de Jacob sera faite par ce moyen, et ceci en sera tout le fruit, c’est que son péché sera ôté ; quand il aura mis toutes les pierres de l’autel, comme des pierres de plâtre menuisées, quand les bocages et les statues ne seront plus debout.

10 Car la ville forte sera désolée ; la maison de plaisance sera abandonnée et quittée comme un désert, le veau y paîtra, et y gîtera, et broutera les branches qui y seront.

11 Quand son branchage sera sec, il sera brisé, et les femmes y venant en allumeront du feu, car ce peuple n’a point d’intelligence ; c’est pourquoi celui qui l’a fait n’aura point pitié de lui, et celui qui l’a formé ne lui fera point de grâce.

12 Il arrivera donc, en ce jour-là, que l’Éternel frappera, depuis le cours du fleuve jusqu’au torrent d’Egypte ; mais vous serez rassemblés un à un, ô enfants d’Israël !

13 Et il arrivera, en ce jour-là, qu’on sonnera de la trompette avec un grand bruit, et ceux qui s’étaient perdus au pays d’Assyrie, et ceux qui avaient été chassés au pays d’Egypte, reviendront et se prosterneront devant l’Éternel, dans la sainte montagne, à Jérusalem.

REFLEXIONS

Nous pouvons recueillir de ce chapitre :

I. Que quelque grande que soit la puissance des impies et des ennemis de Dieu, il est encore plus puissant qu’eux et qu’il donnera toujours des bornes à leur malice,

II. Qu’il y a cette différence entre les afflictions dont il visite l’église et les jugements qu’il déploie sur les peuples idolâtres, qu’il afflige son église par un effet de sa bonté et pour la purifier, au lieu qu’il punit les autres en sa colère et pour les détruire.

Cette bonté du Seigneur paraît dans les promesses qu’il fait de rassembler les Juifs dispersés et les ramener à Jérusalem, ce qui arriva en effet après la captivité de Babylone.

L’on voit par-là que Dieu ne retire jamais entièrement sa protection de dessus son peuple et de dessus ceux qu’il aime et qu’après les avoir humiliés par ses châtiments, il fait succéder le repos au trouble et leur donne de nouveaux témoignages de son amour et des sujets de célébrer sa miséricorde.

CHAPITRE XXVIII.

C’est ici une prophétie contre ceux d’Éphraïm, c’est-à-dire contre le royaume des dix tribus et contre le royaume de Juda. Ésaïe dit qu’ils seraient livrés à leurs ennemis à cause de leur fierté, de leurs dissolutions et de leurs idolâtries. Il reproche aux sacrificateurs et aux prophètes de s’être laissé aller à ce dérèglement général ; d’être engagés avec tout le peuple dans une grande ignorance et dans une extrême corruption et outre cela d’être rempli d’une fausse confiance en sorte qu’ils se croiraient à couvert des jugements de Dieu. Il leur dénonce ces jugements et il promet cependant que Dieu déploierait sa puissance et sa sagesse infinie en faveur de Jérusalem et que comme le laboureur, après avoir préparé la terre et y avoir mis sa semence, met à part le bon grain, de même le Seigneur épargnerait ceux de Juda et ne les détruirait pas avec les méchants.

1 Malheur à la couronne d’orgueil, aux ivrognes d’Ephraïm ! l’ornement de sa gloire n’est qu’une fleur qui tombe ; ceux qui sont au haut de la vallée grasse sont étourdis de vin.

2 Voici, le Seigneur a en main un homme fort et puissant, qui ressemble à une tempête de grêle, à un tourbillon qui brise tout, à une tempête de grosses eaux débordées ; il jettera tout par terre avec la main.

3 La couronne de fierté et les ivrognes d’Ephraïm seront foulés aux pieds.

4 Et l’ornement de sa gloire, qui est au haut de la vallée grasse, ne sera qu’une fleur qui tombe ; ils seront comme les fruits hâtifs avant l’été, lesquels quelqu’un prend avec la main, les dévore, et les mange, dès qu’il les a vus.

5 En ce jour-là, l’Éternel des armées sera une couronne de noblesse, et un diadème de gloire au reste de son peuple.

6 Et il sera un esprit de jugement pour celui qui sera assis sur le tribunal de la justice ; et la force de ceux qui retourneront du combat à la porte.

7 Mais ceux-ci aussi se sont oubliés dans le vin, et se sont égarés dans la cervoise ; le sacrificateur et le prophète se sont oubliés dans la cervoise ; ils ont été absorbés dans le vin, ils se sont fourvoyés dans la cervoise, ils se sont égarés dans la vision, ils ont chancelé dans le jugement.

8 Car toutes leurs tables ont été remplies de vomissement et d’ordure, de sorte qu’il ne reste plus de place.

9 A qui enseignerait-on la science, et à qui ferait-on entendre l’enseignement ? Ils sont comme ceux qu’on vient de sevrer et d’arracher de la mamelle.

10 Car il faut leur donner commandement après commandement ; commandement après commandement ; ligne après ligne ; ligne après ligne ; un peu ici, un peu là.

11 C’est pourquoi il parlera à ce peuple avec des lèvres qui bégaieront et avec un langage étranger.

12 Il lui avait dit : C’est ici le moyen d’avoir du repos, que vous donniez du repos à celui qui est accablé ; c’est ici le soulagement ; mais ils n’ont point voulu écouter.

13 Ainsi la parole de l’Éternel leur sera commandement après commandement ; commandement après commandement ; ligne après ligne ; ligne après ligne ; un peu ici, un peu là, afin qu’ils aillent et qu’ils tombent à la renverse, et qu’ils soient brisés ; et qu’ils tombent dans le piège, et qu’ils soient pris.

14 C’est pourquoi écoutez la parole de l’Éternel, vous hommes moqueurs, qui dominez sur ce peuple-ci, qui est à Jérusalem.

15 Car vous avez dit : Nous avons fait accord avec la mort, et nous avons intelligence avec le sépulcre. Quand le fléau débordé traversera, il ne viendra point sur nous ; car nous avons mis le mensonge pour notre confiance, et la fausseté nous mettra à couvert.

16 C’est pourquoi ainsi a dit le Seigneur, l’Éternel : Voici, je mettrai pour fondement une pierre en Sion, une pierre éprouvée, une pierre angulaire et précieuse, pour être un fondement solide ; celui qui croira ne sera point confus.

17 Et je mettrai le jugement à l’équerre, et la justice au niveau ; la grêle enlèvera la confiance du mensonge, et les eaux inonderont ce qui mettait à couvert.

18 Et votre accord avec la mort sera aboli, et votre intelligence avec le sépulcre ne tiendra point ; quand le fléau débordé traversera, vous en serez accablés.

19 Dès qu’il traversera, il vous emportera, car il traversera tous les matins, et de jour et de nuit ; et dès qu’on entendra le bruit, il n’y aura que trouble.

20 Car le lit sera trop court, tellement qu’on ne s’y pourra pas étendre, et la couverture trop étroite, quand on se voudra envelopper.

21 Car l’Éternel se lèvera comme il fit dans la montagne de Pératsim, et il sera ému comme il le fut dans la vallée de Gabaon, pour faire son travail, son travail non accoutumé.

22 Maintenant donc, ne vous moquez plus, de peur que vos liens ne se resserrent ; car j’ai entendu, de la part du Seigneur, l’Éternel des armées, qu’il y a une destruction déterminée sur tout le pays.

23 Prêtez l’oreille, et écoutez ma voix ; soyez attentifs, et écoutez mes discours.

24 Celui qui laboure pour semer, laboure-t-il toujours ? Ne cessera-t-il pas, et ne rompra-t-il pas les mottes de sa terre ?

25 Quand il en aura aplani le dessus, ne sèmera-t-il pas la vesce ; ne répandra-t-il pas le cumin, et ne mettra-t-il pas le froment au meilleur endroit, et l’orge en son lieu assigné, et l’épeautre en son quartier ?

26 Car son Dieu l’instruit et l’enseigne touchant ce qu’il faut faire ;

27 parce qu’on ne foule point la vesce avec la herse, et on ne fait pas tourner la roue du chariot sur le cumin ; mais on bat la vesce avec une verge, et le cumin avec un fléau.

28 Le blé dont on fait le pain se foule ; mais le laboureur ne le foule pas toujours, et quoiqu’il l’écrase avec la roue de son chariot, néanmoins il ne le menuisera pas tout à fait avec les chevaux qui le foulent.

29 Ceci aussi procède de l’Éternel des armées, lequel est admirable en conseil, et magnifique en moyens.

REFLEXIONS

Les menaces d’Ésaïe contre les Israélites nous apprennent :

I. Que les péchés des hommes et en particulier l’orgueil, l’ivrognerie et la dissolution attirent sur eux les malheurs qui leur arrivent et les châtiments dont Dieu les visite,

II. Que si ces péchés déplaisent à Dieu en toutes sorte de personnes, ils sont encore plus odieux dans les ministres de la religion et que l’ignorance et la corruption dans ceux qui doivent instruire les autres produisent la dépravation du peuple et cause la ruine de l’église.

III. Ésaïe déplore la fausse confiance des Israélites qui, dans le temps que la colère de Dieu était prête à fondre sur eux, dormaient dans une profonde sécurité et disaient : Nous avons fait accord avec la mort et le fléau débordé ne viendra point jusque sur nous.

C’est ainsi que les hommes se flattent dans leurs péchés et qu’ils se croient en sûreté lorsqu’ils vont être surpris et accablés par le jugement de Dieu.

IV. Dieu promet : de mettre en Sion une pierre élue et précieuse qui serait la pierre de l’angle et le fondement solide.

Cet oracle regarde proprement Jésus-Christ et il lui est appliqué plusieurs fois dans le nouveau Testament où il est dit que Jésus-Christ est cette pierre angulaire sur laquelle l’église est bâtie et qui est une occasion de ruine et de scandale pour les incrédules et un moyen de salut pour tous ceux qui croient en lui.

CHAPITRE XXIX.

Ésaïe parle dans ce chapitre et dans les suivants de la venue des Assyriens qui devaient venir en ce temps-là faire la guerre à Jérusalem. I. Il prédit dans celui-ci que cette ville, qui est ici appelée Ariel, serait visitée et assiégée dans peu, mais que Dieu dissiperait et confondrait ceux qui lui auraient fait la guerre. II. Il dit que tous ces maux procéderaient du grand endurcissement, de l’aveuglement et de la sécurité qui régnait dans cette ville, même parmi les prophètes, aussi bien que de l’hypocrisie des Juifs. Il joint à ces menaces des promesses de leur délivrance.

1 Malheur à Ariel, à Ariel, à la ville où David a résidé. Ajoutez année sur année ; qu’on égorge des victimes pour les fêtes ;

2 et je mettrai Ariel à l’étroit, et la ville ne sera que tristesse et deuil, et elle me sera comme Ariel.

3 Car je camperai tout autour contre toi, et je t’assiégerai avec des tours, et dresserai contre toi des forts.

4 Et tu seras abaissée ; tu parleras comme de dedans la terre ; ta parole sera basse comme si elle sortait de la poussière ; ta voix sortant de la terre sera semblable à celle d’un esprit de Python, et tu parleras comme si ta parole sortait de la poussière.

5 Et la multitude de tes ennemis sera comme la poudre menue, et la multitude des hommes formidables sera comme la balle qui passe, et cela arrivera subitement et en un moment.

6 Elle sera visitée par l’Éternel des armées avec des tonnerres, et avec tremblement de terre, et avec un grand bruit de tempête, de tourbillon, et avec la flamme d’un feu dévorant.

7 Et la multitude de toutes les nations qui combattront contre Ariel, et tous ceux qui attaqueront cette ville et sa forteresse, et ceux qui la serreront de près, seront comme un songe et une vision de nuit.

8 Tellement qu’il arrivera que, comme celui qui a faim songe qu’il mange, mais quand il est réveillé, son âme est vide ; et comme celui qui a soif songe qu’il boit, mais quand il est réveillé, il est las, et son âme est altérée ; il en sera de même de la multitude de toutes les nations qui combattront contre la montagne de Sion.

9 Arrêtez-vous, et soyez étonnés ; ils ont élevé leur voix, et ils ont crié ; ils sont ivres, mais non pas de vin ; ils chancellent, mais non pas à cause de la cervoise.

10 Car l’Éternel a répandu sur vous un esprit d’assoupissement ; il a fermé vos yeux, il a bandé les yeux de vos prophètes et de vos principaux voyants.

11 Et toutes les visions vous seront comme les paroles d’un livre cacheté, qu’on donnerait à un homme qui saurait lire, en lui disant : Nous te prions, lis ceci ; et qui répondrait : Je ne saurais, car il est cacheté.

12 Puis si on le donnait à quelqu’un qui ne sût pas lire, en lui disant : Nous te prions, lis ceci ; il répondrait : Je ne sais pas lire.

13 C’est pourquoi le Seigneur dit : Puisque ce peuple-ci s’approche de moi de sa bouche, et qu’ils m’honorent de leurs lèvres, mais qu’ils ont éloigné leur cœur de moi, et que la crainte qu’ils ont de moi est un commandement qui leur a été enseigné par des hommes ;

14 à cause de cela, voici, je continuerai à faire des merveilles dans ce peuple-ci, même à faire des prodiges étranges ; c’est que la sagesse de ses sages périra, et l’intelligence de ses hommes entendus s’évanouira.

15 Malheur à ceux qui veulent tenir leurs desseins profondément cachés à l’Éternel, et dont les œuvres sont dans les ténèbres, et qui disent : Qui nous voit, et qui nous aperçoit ?

16 Ce que vous faites avec perversité, ne sera-t-il pas réputé comme l’argile d’un potier ? L’ouvrage dira-t-il de celui qui l’a fait : Il ne m’a point fait ? Et la chose formée dira-t-elle de celui qui l’a formée : Il n’y entendait rien ?

17 Le Liban ne sera-t-il pas encore dans très peu de temps converti en un Carmel, et Carmel ne sera-t-il pas réputé comme une forêt ?

18 Et les sourds entendront, en ce jour-là, les paroles du Livre, et les yeux des aveugles, étant délivrés de l’obscurité et des ténèbres, verront.

19 Et les humbles auront joie sur joie, en l’Éternel, et les plus pauvres d’entre les hommes s’égaieront dans le Saint d’Israël.

20 Car l’homme formidable ne sera plus, et le moqueur sera consumé, et tous ceux qui veillent pour commettre l’iniquité, seront retranchés ;

21 ceux aussi qui font pécher les hommes par leurs paroles, et qui tendent des pièges à celui qui les reprend à la porte, et qui font tomber le juste dans la confusion.

22 C’est pourquoi l’Éternel, qui a racheté Abraham, a dit ainsi touchant la maison de Jacob : Jacob ne sera plus honteux, et sa face ne pâlira plus.

23 Car, quand il verra ses fils être un ouvrage de mes mains au milieu de lui, ils sanctifieront mon nom ; ils sanctifieront, dis-je, le Saint de Jacob, et redouteront le Dieu d’Israël.

24 Et ceux dont l’esprit était égaré deviendront entendus, et ceux qui murmuraient apprendront la doctrine.

REFLEXIONS

Il faut considérer sur ce chapitre :

I. Que les menaces d’Ésaïe contre Jérusalem et contre ceux qui l’attaqueraient eurent leur effet peu d’années après lorsque Sanchérib vint assiéger cette ville et qu’il fut obligé de se retirer avec la perte de son armée.

II. Que ce fut l’aveuglement des prophètes et l’hypocrisie des Juifs qui engagèrent Dieu à les traiter de la sorte.

D’où nous devons recueillir que l’ignorance et l’impiété des conducteurs de l’église est toujours suivie d’une grande corruption et que Dieu a en abomination le culte qu’on lui rend quand ce n’est qu’un culte extérieur et hypocrite. C’est ce que marquent ces paroles que notre Seigneur allègue dans l’Évangile : Ce peuple s’approche de moi de sa bouche et il m’honore de ses lèvres, mais leur cœur est bien éloigné de moi.

Ce chapitre nous enseigne aussi que c’est une extrême impiété et une grande folie de prétendre se cacher aux yeux de Dieu et de se soustraire à sa connaissance et à son pouvoir et que rien ne peut nous mettre à couvert de son jugement, ni l’empêcher de disposer de nous comme un potier dispose de l’argile.

Enfin, Dieu fait paraître sa miséricorde et son amour envers son peuple en ce qu’après l’avoir menacé, il promet d’en avoir pitié et de le rétablir dans un état glorieux.

CHAPITRE XXX.

I. Ésaïe dénonce les derniers malheurs à ceux des Juifs qui, au lieu d’attendre tranquillement le secours de Dieu contre les Assyriens, auraient recours aux Égyptiens, qui n’écouteraient pas les prophètes du Seigneur et qui voudraient même les empêcher de parlerIl les assure qu’ils seraient délivrés en se confiant en Dieu plutôt qu’aux hommes, que Dieu était disposé à leur faire grâce, qu’il les garantirait et leur ferait voir la ruine des Assyriens et qu’après cela ils jouiraient de la paix et du bonheur. Le prophète représente cette prospérité en disant qu’alors la lumière du soleil et de la lune seraient plus grande qu’à l’ordinaire et par d’autres expressions figurées.

1 Malheur aux enfants rebelles, dit l’Eternel, qui prennent conseil, et non pas de moi, et qui forment des entreprises, et non point par mon esprit, afin d’ajouter péché sur péché ;

2 qui marchent pour descendre en Egypte, sans avoir consulté ma bouche, pour se fortifier de la force de Pharaon, et se retirer sous l’ombrage de l’Egypte.

3 Car la force de Pharaon vous tournera à honte, et la retraite sous l’ombrage de l’Egypte, à confusion.

4 Car les principaux de son peuple ont été à Tsohan, et ses messagers sont parvenus jusqu’à Hanès.

5 Tous seront rendus honteux par un peuple qui ne leur servira de rien, ni pour aide, ni pour aucun profit ; mais il sera leur honte et même leur opprobre.

6 Voilà les bêtes chargées pour aller au Midi ; ils porteront leurs richesses sur le dos des ânons, et leurs trésors sur la bosse des chameaux, vers un peuple qui ne leur servira de rien, au pays de détresse et d’affliction, d’où viennent le vieux lion, et le lionceau, la vipère et le serpent brûlant qui vole.

7 Car les secours que les Egyptiens leur donneront ne sera que vanité et néant ; c’est pourquoi je leur ai crié ceci : Leur force est de se tenir en repos.

8 Entre donc maintenant, et l’écris en leur présence sur un tableau, et le grave dans un livre, afin que cela demeure pour le temps à venir, à perpétuité et à toujours :

9 Que c’est ici un peuple qui m’irrite, des enfants menteurs, des enfants qui ne veulent point écouter la loi de l'Eternel ;

10 qui ont dit aux voyants : Ne voyez point ; et à ceux qui voient des visions : Ne voyez point pour nous des choses droites ; mais dites-nous des choses agréables, voyez des visions trompeuses ;

11 retirez-vous du chemin, détournez-vous du sentier, faites que le Saint d’Israël cesse de paraître devant nous.

12 C’est pourquoi, ainsi a dit le Saint d’Israël : Parce que vous avez rebuté cette parole, et que vous vous êtes confiés dans l’oppression et dans vos moyens obliques, et que vous vous êtes appuyés là-dessus ;

13 à cause de cela, cette iniquité-ci sera pour vous comme la fente d’une muraille qui s’en va tomber, faisant ventre jusqu’au haut, de laquelle la ruine vient soudain, et en un moment.

14 Il la brisera donc, comme on brise une bouteille d’un potier de terre, qui est cassée, laquelle on n’épargne point, et des pièces de laquelle on ne trouverait pas un têt pour prendre du feu du foyer, ou pour puiser de l’eau d’une fosse.

15 Car ainsi avait dit le Seigneur l’Eternel, le Saint d’Israël : En vous tenant en paix et en repos, vous serez délivrés ; votre force sera de vous tenir en repos et en assurance ; mais vous ne l’avez point eu à gré.

16 Et vous avez dit : Non, mais nous nous enfuirons sur des chevaux ; à cause de cela vous vous enfuirez. Et nous monterons sur des chevaux légers ; c’est pourquoi ceux qui vous poursuivront seront encore plus légers.

17 Mille d’entre vous s’enfuiront à la menace d’un seul ; à la menace de cinq, vous vous enfuirez jusqu’à ce que vous soyez abandonnés, comme un arbre ébranché au sommet d’une montagne, et comme un étendard sur un coteau.

18 Et, cependant, l’Eternel attend pour vous faire grâce ; et ainsi il sera exalté en ayant pitié de vous ; car l’Eternel est un Dieu juste. Heureux tous ceux qui s’attendent à lui !

19 Car le peuple habitera dans Sion et dans Jérusalem ; tu ne pleureras plus. Certainement, il te fera grâce, sitôt qu’il aura ouï ton cri ; sitôt qu’il t’aura ouï, il t’exaucera.

20 Le Seigneur vous donnera bien du pain de détresse, et de l’eau d’angoisse ; mais ceux qui t’enseignent, ne disparaîtront plus, et tes yeux verront ceux qui t’enseignent ;

21 et tes oreilles entendront la parole de celui qui sera derrière toi, et qui te dira : C’est ici le chemin ; marchez-y sans vous détourner ni à droite ni à gauche.

22 Et vous tiendrez pour souillés les chapiteaux des images taillées, faites de votre argent, et les ornements faits de votre or ; tu les jetteras loin, comme un sang impur ; et tu leur diras : Sortez d’ici.

23 Et il enverra la pluie sur tes semailles, quand tu auras semé la terre ; et le grain du revenu de la terre sera abondant et bien nourri ; en ce jour-là ton bétail paîtra dans une campagne spacieuse ;

24 et les bœufs et les ânons qui labourent la terre, mangeront le pur fourrage de ce qui aura été vanné avec la pelle et le van ;

25 et il y aura des ruisseaux d’eaux courantes sur toutes les hautes montagnes, et sur tous les coteaux, au jour de la grande tuerie, lorsque les tours tomberont.

26 Et la lumière de la lune sera comme la lumière du soleil ; et la lumière du soleil sera sept fois aussi grande, comme si c’était la lumière de sept jours, au jour que l’Eternel aura bandé la plaie de son peuple, et qu’il aura guéri la blessure de sa plaie.

27 Voici, le nom de l’Eternel vient de loin, sa colère est ardente et une pesante charge ; ses lèvres sont remplies d’indignation, et sa langue est comme un feu dévorant.

28 Et son esprit est comme un torrent débordé, qui atteint jusqu’au milieu du cou pour disperser les nations, d’une telle dispersion, qu’elles seront réduites à néant ; et comme une bride aux mâchoires des peuples, qui les fera aller à travers champs.

29 Vous aurez un cantique, tel que celui de la nuit dans laquelle on se prépare à célébrer une fête solennelle, et une allégresse de cœur, telle qu’a celui qui marche avec la flûte, pour venir en la montagne de l’Eternel, vers le rocher d’Israël.

30 Et l’Eternel fera entendre sa voix pleine de majesté, et fera voir où son bras aura été étendu dans l’indignation de sa colère, avec la flamme d’un feu dévorant, avec éclat, tempête, et une grêle de pierres.

31 Car Assur, qui frappait à coups de bâton, sera effrayé par la voix de l’Eternel.

32 Et partout où passera la verge que Dieu aura fait reposer sur lui, on entendra des tambours et des harpes, et il combattra avec elle dans les batailles, à bras élevé.

33 Car Tophet est déjà préparée, et même elle est apprêtée pour le roi ; il l’a faite profonde et large ; son bûcher c'est du feu ; il y a beaucoup de bois ; le souffle de l’Eternel est comme un torrent de soufre qui l’embrase.

REFLEXIONS

L’accomplissement de ce qui est dit ici se voit dans les chapitres suivants où Ésaïe récite ce qui arriva lorsque les Assyriens vinrent faire la guerre à Jérusalem.

Cependant, il faut faire ces trois réflexions sur ce qui est dit dans ce chapitre :

I. Les menaces qu’Ésaïe faisait aux Juifs, qui au lieu de s’appuyer sur Dieu seul, croiraient trouver leur sûreté auprès du roi d’Égypte, montrent que Dieu ne bénit pas ceux qui, dans le danger, ont recours à de mauvais moyens pour se délivrer ou qui se confient aux hommes plutôt qu’en lui. Le prophète nous dit sur ce sujet : Que c’est en se tenant en repos qu’on est délivré et que notre force est dans notre espérance.

II. Les vifs reproches qu’Ésaïe faisait aux Juifs de n’avoir pas obéi aux prophètes et de leur avoir même voulu fermer la bouche nous apprennent que c’est la marque du dernier endurcissement de ne pas écouter la voix de Dieu et de ne pouvoir souffrir que ses serviteurs disent la vérité.

III. Dieu marque une grande bonté lorsque sans avoir égard aux péchés des Juifs, il leur fait dire qu’il attendait pour leur faire grâce, qu’il aurait encore pitié d’eux et qu’il protègerait Jérusalem et ses habitants contre les Assyriens.

Cette bonté et cette miséricorde dont Dieu est animé envers les hommes doit nous engager à rechercher principalement sa faveur, à nous reposer sur lui seul et à vivre d’une manière que nous puissions l’avoir pour protecteur et mettre toute notre confiance en lui.

CHAPITRE XXXI.

Le prophète continue à menacer ceux qui chercheraient du secours auprès des Égyptiens contre les Assyriens, et à assurer les Juifs de la protection de Dieu.

1 Malheur à ceux qui descendent en Egypte pour avoir du secours, et qui s’appuient sur les chevaux, et mettent leur confiance dans leurs chariots, quand ils sont en grand nombre, et dans leurs gens de cheval, quand ils sont bien forts ; qui n’ont point regardé au Saint d’Israël, et qui n’ont point recherché l’Eternel.

2 Et cependant, c’est lui qui est sage ; c’est lui qui fait venir les maux, et qui ne révoque point sa parole ; il s’élèvera contre la maison des méchants, et contre ceux qui aident aux ouvriers d’iniquité.

3 Or, les Egyptiens ne sont que des hommes, et ne sont pas le Dieu fort, et leurs chevaux ne sont que chair, et non pas esprit ; l’Eternel donc étendra sa main ; et celui qui donne secours trébuchera ; et celui à qui le secours est donné tombera, et eux tous ensemble seront consumés.

4 Mais ainsi m’a dit l’Éternel : Comme le lion et le lionceau rugit sur sa proie, et quoiqu’on appelle contre lui un grand nombre de bergers, il n’est point effrayé pour leur cri, et ne s’étonne point pour leur bruit ; ainsi l’Éternel des armées descendra pour combattre en faveur de la montagne de Sion et de son coteau.

5 Comme les oiseaux volent sur leurs petits, ainsi l’Éternel des armées garantira Jérusalem ; il la protégera et la délivrera ; il passera et il la sauvera.

6 Retournez à celui contre qui les enfants d’Israël ont commis une très profonde révolte.

7 En ce jour-là chacun jettera les idoles faites de son argent, et les idoles faites de son or, lesquelles vos mains ont faites pour vous faire pécher.

8 Et Assur tombera par l’épée qui ne sera point l’épée d’un vaillant homme ; une épée, dis-je, qui ne sera point une épée d’homme, le dévorera ; il s’enfuira de devant l’épée, et ses jeunes gens d’élite seront rendus tributaires.

9 Et il s’en ira de frayeur à sa forteresse, et ses capitaines quitteront leur étendard, dit l’Éternel, qui a son feu dans Sion, et son fourneau dans Jérusalem.

REFLEXIONS

La principale instruction qu’il faut tirer de ce chapitre est que c’est pécher contre Dieu et s’abuser soi-même que de mettre sa confiance dans les hommes plutôt que dans le secours du Seigneur.

Comme Ésaïe disait que les Égyptiens n’étaient que des hommes et non le Dieu fort, nous devons toujours nous souvenir que les hommes sont la faiblesse même, que tout leur pouvoir n’est que vanité et que ceux qui s’y reposent sont trompés dans leur attente au lieu que ceux qui craignent Dieu et qui espèrent en lui, en dépendant uniquement de sa volonté et de sa puissance, sont dans une entière sûreté.

C’est ce que les Juifs durent reconnaître lorsque Sanchérib roi d’Assyrie vint contre Jérusalem. Sa venue et ses progrès jetèrent d’abord partout la terreur, mais Dieu confondit les desseins de ce prince et, fléchi par les prières d’Ézéchias, qui s’était confié en Dieu seul, il rendit la paix à Jérusalem comme cela est dit dans la suite.

CHAPITRE XXXII.

Ésaïe décrit le bonheur dont les Juifs jouiraient sous le règne d’Ézéchias après la défaite et la retraite du roi d’Assyrie et il prédit qu’alors les gens de bien seraient élevés et que les injustes et les méchants seraient abaissés. Il s’adresse aux femmes de Jérusalem qui vivaient dans le luxe et dans la mollesse et il leur dit de déplorer les maux qui allaient leur arriver, promettent cependant que la paix et la prospérité succèderaient à la tristesse et au trouble et que les jugements de Dieu fondraient comme une grêle sur les Assyriens.

1 Voici, un roi régnera avec justice, et les princes présideront avec équité.

2 Et cet homme sera comme un lieu où l’on se met à couvert du vent, et comme une retraite contre la tempête ; comme sont les ruisseaux d’eau dans un lieu sec, et l’ombre d’un gros rocher dans un pays altéré.

3 Alors les yeux de ceux qui voient ne seront plus retenus, et les oreilles de ceux qui écoutent seront attentives.

4 Et le cœur des insensés entendra la science, et la langue de ceux qui bégayaient parlera promptement et nettement.

5 L’insensé ne sera plus appelé libéral ; et l’avare ne sera plus nommé magnifique.

6 Car l’insensé ne prononce que des folies, et son cœur ne s’adonne qu’à l’iniquité, pour exécuter ce qu’il dissimulait, et pour prononcer des faussetés contre l’Éternel, pour épuiser l’âme de celui qui a faim, et pour ôter le breuvage à celui qui est altéré.

7 Les moyens dont l’avare se sert sont pernicieux. Il trouve des inventions pour perdre les affligés par des paroles fausses, lors même que le pauvre parle selon la justice.

8 Mais le libéral prend des conseils de libéralité, et il se lève pour exercer la libéralité.

9 Femmes, qui êtes à votre aise, levez-vous, écoutez ma voix ; filles, qui vous tenez assurées, prêtez l’oreille à ma parole.

10 Dans un an et quelques jours, vous qui vous tenez assurées, vous serez troublées, car la vendange manquera, et on ne fera point de récolte.

11 Vous qui êtes à votre aise, tremblez ; vous qui vous tenez assurées, soyez troublées ; dépouillez-vous, quittez vos habits pour vous ceindre les reins.

12 Frappez-vous la poitrine à cause de vos belles campagnes, et de vos vignes fertiles.

13 Les épines et les ronces monteront sur la terre de mon peuple, même sur toutes les maisons de plaisir, et sur la ville qui est dans la joie.

14 Car le palais va être renversé, la multitude de la ville va être abandonnée ; les lieux élevés du pays et les forteresses seront autant de cavernes, à jamais ; ce sera là que se joueront les ânes sauvages, et que paîtront les troupeaux ;

15 jusqu’à ce que l’esprit soit répandu d’en haut sur nous, et que le désert devienne un Carmel, et que Carmel soit réputé comme une forêt.

16 L’équité habitera dans le lieu qui avait été désert, et la justice reposera en Carmel.

17 La paix sera l’effet de la justice, et le labourage de la justice produira le repos et la sûreté, à toujours.

18 Et mon peuple habitera dans une habitation paisible, dans des pavillons de sûreté, et dans un repos fort tranquille.

19 Mais la grêle tombera sur la forêt, et la ville sera extrêmement abaissée.

20 Oh ! que vous êtes heureux, vous qui semez auprès de toutes les eaux, et qui y faites aller le pied du bœuf et de l’âne !

REFLEXIONS

Ce chapitre nous présente les mêmes réflexions que les précédents sur la grande délivrance que Dieu devait accorder à Jérusalem du temps d’Ézéchias.

Outre cela, nous devons reconnaître dans ce qu’Ésaïe dit de la félicité et du repos dont les Juifs jouiraient sous la domination de ce prince, après s’être vu dans un extrême danger, que c’est une source de bénédiction pour les peuples d’être soumis à des princes et à des magistrats justes et religieux.

Mais c’est un bonheur encore plus grand d’avoir Dieu pour protecteur et de pouvoir s’assurer de son secours et de sa faveur dans tous les besoins où l’on peut se rencontrer.

CHAPITRE XXXIII.

C’est encore ici une prédiction de la ruine des Assyriens qui devaient attaquer Jérusalem et causer de grandes alarmes sous le règne d’Ézéchias. Ésaïe promet que ce roi juste et pieux serait béni, que Dieu préserverait Jérusalem par sa puissance et que l’armée de Sanchérib roi d’Assyrie serait détruite. 

1 Malheur à toi qui pilles ! Et ne seras-tu pas aussi pillé ? Et toi qui agis perfidement, n’usera-t-on pas de perfidie envers toi ? Sitôt que tu auras achevé de piller, tu seras pillé ; et sitôt que tu auras achevé d’agir perfidement, on te traitera avec perfidie.

2 Éternel, aie pitié de nous ! nous nous sommes attendus à toi. Sois le bras de ceux-ci dès le matin ; sois notre délivrance au temps de la détresse.

3 Les peuples ont pris la fuite, à cause du bruit éclatant ; les nations se sont dispersées, parce que tu t’es élevé.

4 Et votre butin sera ramassé, comme l’on ramasse les sauterelles ; on courra sur lui comme les sauterelles sautent.

5 L’Éternel va être exalté, car il habite dans un lieu élevé ; il remplira Sion d’équité et de justice.

6 Et la sagesse et la connaissance seront la fermeté de ton temps, et la force de tes délivrances : la crainte de l’Éternel sera ton trésor.

7 Voici, leurs hérauts crient dehors, et les députés pour la paix pleurent amèrement.

8 Les chemins ont été réduits en désolation ; les passants ne passent plus par les sentiers ; il a rompu l’alliance, il a rejeté les villes, il ne fait aucun cas des hommes.

9 Le pays est dans les pleurs et languit ; le Liban est confus et coupé ; Saron est devenu comme une lande, et Basçan et Carmel ont été secoués.

10 Maintenant je me lèverai, dira l’Éternel ; maintenant je serai exalté ; maintenant je serai élevé.

11 Vous concevrez de la balle, et vous enfanterez du chaume ; votre souffle vous dévorera comme le feu.

12 Et les peuples seront comme des fourneaux de chaux ; ils seront brûlés au feu comme des épines coupées.

13 Vous qui êtes éloignés, écoutez ce que j’ai fait ; et vous qui êtes près, connaissez ma force.

14 Les pécheurs seront effrayés dans Sion ; et le tremblement saisira les hypocrites. Qui est-ce d’entre nous, diront-ils, qui pourra séjourner avec le feu dévorant ? Qui est-ce d’entre nous qui pourra séjourner avec les flammes éternelles ?

15 Celui qui marche dans la justice, et qui parle avec droiture ; qui rejette le gain acquis par extorsion, et qui secoue ses mains pour ne prendre point de présents ; qui bouche ses oreilles, pour ne point ouïr des paroles de sang, et qui ferme ses yeux pour ne point voir le mal ;

16 celui-là habitera dans des lieux élevés ; des forteresses assises sur des rochers seront sa retraite ; son pain lui sera donné, et ses eaux ne lui manqueront point.

17 Tes yeux verront le roi dans son éclat, et ils verront la terre éloignée.

18 Ton cœur s’occupera de la frayeur qu’il avait eue, et tu diras : Où est le secrétaire ? Où est celui qui pèse ? Où est celui qui compte les tours ?

19 Tu ne verras plus le peuple fier, le peuple d’un langage inconnu, et qu’on n’entend point, et d’une langue qui bégaie, et qu’on ne comprend point.

20 Regarde Sion, la ville de nos fêtes solennelles ; que tes yeux voient Jérusalem, qui est une habitation tranquille, un tabernacle qui ne sera point transporté, duquel les pieux ne seront jamais ôtés, et dont pas un des cordeaux ne sera rompu.

21 Car c’est là véritablement que l’Éternel est magnifique pour nous ; c’est là le lieu des fleuves, des rivières très larges, par lequel des vaisseaux à rames n’iront point, et aucun gros navire n’y passera.

22 Car l’Éternel est notre juge, l’Éternel est notre Législateur, l’Éternel est notre Roi ; c’est lui qui nous sauvera.

23 Tes cordages qui sont relâchés ne tiendront point ferme leur mât, et on n’étendra point le voile ; alors les dépouilles d’un grand butin seront partagées ; les boiteux même auront leur part du pillage.

24 Et celui qui y habitera ne dira point : Je suis malade ; l’iniquité du peuple qui habitera dans Jérusalem lui sera pardonnée.

REFLEXIONS

La première instruction que ce chapitre nous présente est que tous les desseins et tous les efforts des ennemis de Dieu et de son église sont vains et sans effet, qu’ils ne sauraient résister à la puissance du Seigneur et que tout ce qu’ils entreprennent contre lui ne tourne qu’à sa gloire et à leur confusion. Il faut considérer de plus que les menaces qui sont contenues dans ce chapitre regardent tous les méchants : que Dieu est pour eux un feu dévorant, que les pécheurs seront effrayés et que le tremblement saisira les hypocrites, tellement qu’ils diront : Qui de nous pourra demeurer avec le feu dévorant et subsister avec les flammes éternelles ?

Ces paroles nous présentent une image de l’effroi et du désespoir dont les méchants seront saisis lorsque Dieu viendra pour les juger.

Il faut aussi considérer que ce qu’Ésaïe disait du bon roi Ézéchias convient à tous les gens de bien et que comme le prophète le dit : Celui qui marche dans la justice, qui parle avec droiture, qui rejette le gain déshonnête et qui ferme les yeux pour ne point voir le mal habite dans un lieu assuré et que rien ne lui manquera jamais.

On voit dans ces paroles les caractères de la piété et l’heureux état de ceux qui s’y adonnent.

On peut enfin recueillir de ce chapitre que, comme Dieu délivra autrefois Jérusalem de l’invasion des Assyriens, il sera constamment le protecteur de son église et de tous ceux qui le craignent, en sorte qu’ils peuvent dire avec une vraie confiance : Le Seigneur est notre juge, le Seigneur est notre législateur, le Seigneur est notre roi, c’est lui qui nous sauvera.

CHAPITRE XXXIV.

Ce chapitre contient des menaces contre les Iduméens auxquels Dieu dénonce une ruine dont ils ne pourraient se relever. Ésaïe prédit que l’Idumée serait désolée, qu’elle n’aurait plus de roi et qu’elle serait réduite en désert.

1 Approchez-vous, ô nations ! pour écouter, et vous, peuples, soyez attentifs ; que la terre et tout ce qui y est, écoute ; le monde et tout ce qu’il produit.

2 Car l’indignation de l’Éternel est sur toutes ces nations ; et sa colère sur toute leur armée ; il les a mises à l’interdit, il les a livrées pour être tuées.

3 Leurs blessés à mort seront jetés à la voirie, et la puanteur de leurs corps morts montera, et les montagnes découleront de leur sang.

4 Et toute l’armée des cieux se fondra, et les cieux seront mis en un rouleau comme un livre ; et toute leur armée tombera comme tombe la feuille de la vigne, et comme tombe celle du figuier.

5 Parce que mon épée est enivrée dans les cieux, voici, elle descendra sur les Iduméens et sur le peuple que j’ai mis à l’interdit.

6 L’épée de l’Éternel est pleine de sang, elle est engraissée de la graisse du sang des agneaux et des boucs, et de la graisse des reins des moutons ; car il y a un sacrifice à l’Éternel à Botsra, et une grande tuerie au pays d’Edom,

7 Et les chevreuils tomberont avec eux, et les veaux avec les taureaux ; leur terre sera enivrée de sang, et leur poussière sera engraissée de leur graisse.

8 Car ce sera le jour de la vengeance de l’Éternel, et une année de rétribution pour soutenir le droit de Sion.

9 Et ses torrents seront changés en poix, et sa poussière en soufre, et sa terre deviendra de la poix brûlante.

10 Elle ne sera point éteinte ni nuit ni jour ; sa fumée montera à jamais ; elle sera désolée de génération en génération ; il n’y aura personne qui y passe à l’avenir.

11 Et le cormoran et le butor la posséderont, le hibou et le corbeau y habiteront, et on étendra sur elle le cordeau de confusion, et le niveau de désordre.

12 Ses princes crieront qu’il n’y a plus là de royaume, et tous ses gouverneurs seront réduits à rien.

13 Les épines croîtront dans ses palais, les chardons et les buissons dans ses forteresses, et elle sera le repaire des dragons, et le pâturage des autruches.

14 Là les bêtes sauvages des déserts rencontreront les bêtes sauvages des îles, et le chevreuil criera à son compagnon ; là même se reposera l’orfraie et elle y trouvera du repos.

15 Là le martinet fera son nid, et y couvera et éclora, et recueillera ses petits sous son ombre, et là aussi seront assemblés les vautours l’un avec l’autre.

16 Recherchez dans le livre de l’Éternel, et lisez ; il ne s’en est manqué quoi que ce soit ; ni l’une ni l’autre de ces bêtes n’y ont manqué ; car c’est ma bouche qui l’a commandé, a dit le Seigneur, et son Esprit est celui qui les aura assemblées.

17 Car il leur a jeté le sort, et sa main leur a distribué ce pays au cordeau ; ils le posséderont à toujours, ils y habiteront d’âge en âge.

REFLEXIONS

Il y a deux réflexions à faire sur ce chapitre :

I. La première, que les Iduméens, qui étaient voisins des Juifs et qui descendaient d’Ésaü frère du patriarche Jacob, furent totalement détruits quelque temps après cette prédiction d’Ésaïe par le roi d’Assyrie, que leur pays fut réduit en désert, qu’ils ne se relevèrent point de cette désolation et qu’ainsi les menaces qu’Ésaïe et les autres prophètes avaient faites contre eux s’exécutèrent.

II. Il faut savoir que Dieu les traita ainsi parce que dans tous les temps ils avaient fait de grands maux aux Juifs qui étaient leurs frères et parce qu’ils s’étaient réjouis de leur ruine. Ainsi la destruction de l’Idumée est un exemple du jugement de Dieu sur ceux qui sont cruels et injustes, qui souhaitent du mal aux autres et qui s’en réjouissent.

CHAPITRE XXXV.

Le prophète décrit en termes figurés la joie que les Juifs auraient de se voir délivrés dans le temps que les Assyriens et leurs autres ennemis seraient confondus.

1 Le désert et le lieu aride se réjouiront, la solitude sera dans l’allégresse, et fleurira comme une rose.

2 Elle fleurira et sera dans l’allégresse, elle poussera des cris de joie et des chants de triomphe ; la gloire du Liban et la magnificence de Carmel et de Saron lui seront données ; ils verront la gloire de l’Éternel et la magnificence de notre Dieu.

3 Fortifiez les mains languissantes et affermissez les genoux tremblants.

4 Dites à ceux qui ont le cœur troublé : Prenez courage et ne craignez plus, voici votre Dieu ; la vengeance viendra, la rétribution de Dieu ; il viendra lui-même et il vous délivrera.

5 Alors les yeux des aveugles seront ouverts, et les oreilles des sourds seront débouchées.

6 Alors le boiteux sautera comme un cerf, et la langue du muet chantera avec triomphe, car des eaux sortiront du désert, et des torrents de la solitude.

7 Et les lieux qui étaient secs deviendront des étangs, et la terre altérée deviendra des sources d’eaux, et dans le lieu où était la demeure et le gîte des dragons, on verra la verdure des roseaux et des joncs.

8 Et il y aura là un sentier et un chemin qui sera appelé le chemin de la sainteté : celui qui est souillé n’y passera point, mais il sera pour ceux-là ; celui qui marchera dans ce chemin et les insensés ne s’y fourvoieront point.

9 Il n’y aura point-là de lion, et aucune bête farouche n’y montera, ni ne s’y trouvera, mais les rachetés y marcheront.

10 Et ceux dont l’Éternel aura payé la rançon retourneront et viendront en Sion avec un chant de triomphe, et une allégresse éternelle sera sur leur tête ; ils seront dans la joie et dans l’allégresse : la douleur et le gémissement s’enfuiront.

REFLEXIONS

Ce qui est dit ici regarde premièrement l’heureux état où les Juifs se virent lorsque Dieu les garantit de l’invasion du roi d’Assyrie et ensuite lorsqu’il les ramena de la captivité de Babylone, pendant que les Iduméens, dont Ésaïe avait prédit la ruine dans le chapitre précédent, et leurs autres ennemis furent détruits.

Ce que le prophète dit dans cet endroit doit aussi être appliqué à l’église chrétienne et aux bénédictions que Dieu se proposait de répandre sur elle en rachetant les fidèles, en les sanctifiant, en détruisant leurs ennemis spirituels et en les rendant éternellement heureux par le moyen du Messie. Les dernières paroles de ce chapitre expriment les sentiments de joie et de reconnaissance qu’une si grande délivrance produit dans le cœur de tous les vrais fidèles.

CHAPITRE XXXVI.

L’histoire qui est contenue dans ce chapitre et dans les suivants fait voir l’accomplissement des prédictions qui sont rapportées dans les chapitres précédents et qui marquaient que Dieu garantirait Jérusalem de l’invasion des Assyriens. Sanchérib, roi d’Assyrie, vient faire la guerre à Ézéchias, roi de Juda, et après lui avoir pris plusieurs villes, il envoie Rabsaké à Jérusalem qui somme Ézéchias et les Juifs de se rendre et qui blasphème contre Dieu en disant que, comme les dieux des peuples qu’il avait vaincus n’avaient pu délivrer ces peuples-là, le Dieu qu’Ézéchias adorait ne le délivrerait pas non plus. Cette même histoire est récitée au chapitre XVIII du deuxième livre des rois et dans les suivants.

1 Il arriva, la quatorzième année du roi Ézéchias, que Sanchérib, roi des Assyriens, monta contre toutes les villes fortes de Juda et les prit.

2 Et le roi des Assyriens envoya Rabsçaké, avec de grandes forces, de Lakis à Jérusalem, contre le roi Ézéchias, et il se présenta auprès de l’aqueduc du haut étang, au grand chemin du champ du foulon.

3 Alors Eliakim fils de Hilkija, maître d’hôtel, et Scebna le secrétaire, et Joah, fils d’Asaph, commis sur les registres, sortirent vers lui.

4 Et Rabsçaké leur dit : Dites maintenant à Ézéchias : Ainsi a dit le grand roi, le roi des Assyriens : Quelle est cette confiance que tu as ?

5 Tu parles, mais ce ne sont que des paroles : le conseil et la force sont nécessaires pour la guerre : et maintenant sur qui t’es-tu fié, que tu te sois rebellé contre moi ?

6 Voici, tu t’es fié sur ce bâton qui n’est qu’un roseau cassé, savoir, sur l’Égypte, roseau sur lequel si quelqu’un s’appuie, il lui entrera dans la main et la percera ; tel est Pharaon, roi d’Égypte, pour tous ceux qui se confient en lui.

7 Que si tu me dis : Nous nous confions en l’Éternel notre Dieu : n’est-ce pas celui-là dont Ézéchias a ôté les hauts lieux et les autels, ayant dit à Juda et à Jérusalem : Vous vous prosternerez devant cet autel-ci ?

8 Maintenant donc, donne des otages au roi des Assyriens mon maître, et je te donnerai deux mille chevaux, si tu peux donner autant d’hommes pour monter dessus.

9 Et comment ferais-tu tourner visage au moindre gouverneur d’entre les serviteurs de mon maître ? Mais tu te confies en l’Égypte, à cause des chariots et des gens de cheval.

10 Et maintenant, suis-je monté sans l’ordre de l’Éternel contre ce pays-ci pour le détruire ? L’Éternel m’a dit : Monte contre ce pays-là, et le détruis.

11 Alors Eliakim, et Scebna, et Joah dirent à Rabsçaké : Nous te prions de parler en langue syriaque à tes serviteurs, car nous l’entendons, et ne parle point à nous en langue judaïque, pendant que le peuple qui est sur la muraille nous écoute.

12 Et Rabsçaké répondit : Mon maître m’a-t-il envoyé seulement vers ton maître, ou vers toi, pour dire ces paroles-là ? Ne m'a-t-il pas aussi envoyé vers les hommes qui se tiennent sur la muraille, pour leur dire qu’ils mangeront leurs propres excréments, et qu’ils boiront leur urine avec vous ?

13 Rabsçaké donc se tint debout et s’écria à haute voix en langue judaïque, et dit : Ecoutez les paroles du grand roi, du roi des Assyriens.

14 Ainsi a dit le roi : Qu’Ezéchias ne vous trompe point ; car il ne pourra point vous délivrer.

15 Et qu’Ezéchias ne vous fasse point confier en l’Eternel, en vous disant : L’Eternel nous délivrera certainement, et cette ville ne sera point livrée entre les mains du roi des Assyriens.

16 N’écoutez point Ezéchias ; mais ainsi a dit le roi des Assyriens : Faites composition avec moi pour votre bien, et sortez vers moi, et vous mangerez chacun de sa vigne, et chacun de son figuier, et vous boirez chacun de l’eau de sa citerne,

17 jusqu’à ce que je vienne et que je vous emmène dans un pays qui est comme votre pays ; un pays de froment et de bon vin, un pays de pain et de vignes.

18 Qu’Ezéchias ne vous séduise point, disant : L’Eternel nous délivrera. Les dieux des nations ont-ils délivré chacun leur pays de la main du roi des Assyriens.

19 Où sont les dieux de Hamath et d’Arpad ? Où sont les dieux de Sépharvajim ? Et même, a-t-on délivré Samarie de ma main ?

20 Qui sont ceux d’entre tous les dieux de ces pays-là qui aient délivré leur pays de ma main, pour dire que l’Eternel délivrât Jérusalem de ma main ?

21 Mais ils se turent et ne lui répondirent pas un mot ; car le roi avait donné cet ordre : Vous ne lui répondrez rien.

22 Après cela Eliakim fils de Hilkija, maître d’hôtel, et Scebna le secrétaire, et Joah fils d’Asaph, commis sur les registres, s’en revinrent avec leurs vêtements déchirés vers Ezéchias, et lui rapportèrent les paroles de Rabsçaké.

REFLEXIONS

Il faut considérer la guerre que le roi d’Assyrie   fit à Ézéchias et les avantages que ce roi idolâtre remporta d’abord comme un châtiment de Dieu sur les sujets d’Ézéchias et comme une épreuve que Dieu envoyait à ce prince afin de l’obliger, et tout son peuple, à recourir à lui et de leur donner ensuite des marques éclatantes de sa puissance en les garantissant d’un si grand danger.

Nous devons remarquer après cela que les discours fiers et impies de Sanchérib et ses blasphèmes alarmèrent extrêmement Ézéchias, mais que ce fut ce qui attira la vengeance divine sur ce prince idolâtre. Lorsque les hommes s’en prennent à Dieu et l’attaquent par des discours impies, il ne manque pas de donner des bornes à leur insolence. Cela doit nous inspirer une forte horreur pour tout ce qui outrage la divinité et en particulier pour le blasphème et pour tous les discours qui blessent le respect qui est dû à ce grand Dieu que nous adorons.

CHAPITRE XXXVII.

Ézéchias avertit Esaïe des blasphèmes de Sanchérib roi d’Assyrie et ce prophète lui promet le secours de Dieu. Sanchérib est obligé de quitter la Judée parce que le roi d’Éthiopie lui avait déclaré la guerre et il envoie à Ézéchias une lettre pleine de menaces et de blasphèmes contre Dieu. Ézéchias porte ces lettres au temple et invoque Dieu à son secours. Ésaïe vient lui dire de la part de Dieu que le roi d’Assyrie n’entrerait point à Jérusalem et qu’il s’en retournerait dans son pays. Un ange fait périe l’armée de Sanchérib qui, étant de retour dans son royaume, fut tué par ses propres fils. 

1 Dès que le roi Ezéchias eut entendu cela, il déchira ses vêtements et se couvrit d’un sac, et il entra dans la maison de l’Eternel.

2 Et il envoya Eliakim, maître d’hôtel, et Scebna le secrétaire, et les anciens d’entre les sacrificateurs, couverts de sacs, vers Esaïe le prophète, fils d’Amots ;

3 et ils lui dirent : Ainsi a dit Ezéchias : Ce jour est un jour d’angoisse et de reproche, et de blasphème ; car les enfants sont venus jusqu'au terme de leur naissance ; mais il n’y a point de force pour enfanter.

4 Peut-être que l’Eternel ton Dieu aura entendu les paroles de Rabsçaké, lequel le roi des Assyriens son maître, a envoyé pour blasphémer le Dieu vivant, et pour l’insulter par des paroles que l’Eternel ton Dieu a entendues. Fais donc requête pour ce qui se trouve encore de reste.

5 Les serviteurs du roi Ezéchias vinrent donc vers Esaïe ;

6 et Esaïe leur dit : Vous direz ainsi à votre maître : Ainsi a dit l’Eternel : Ne crains point pour les paroles que tu as entendues, par lesquelles les serviteurs du roi des Assyriens m’ont blasphémé.

7 Voici, je vais mettre en lui un tel esprit, qu’ayant entendu une certaine nouvelle, il retournera en son pays, et je le ferai tomber par l’épée dans son pays.

8 Or, quand Rabsçaké s’en fut retourné, il alla trouver le roi des Assyriens qui assiégeait Libna ; car il avait entendu qu’il était parti de Lakis.

9 Et le roi des Assyriens eut des nouvelles touchant Tirhaka, roi d’Ethiopie, et on lui dit : Il est sorti pour te combattre ; et l’ayant entendu, il envoya des députés vers Ezéchias, et leur dit :

10 Vous parlerez ainsi à Ézéchias, roi de Juda, et vous lui direz : Que ton Dieu, auquel tu te confies, ne te trompe point, disant : Jérusalem ne sera point livrée entre les mains du roi des Assyriens.

11 Voilà, tu as entendu ce que les rois des Assyriens ont fait à tous les pays, en les détruisant entièrement ; et toi, tu échapperais ?

12 Les dieux des nations que mes ancêtres ont détruites, savoir de Gozan, de Caran, de Retseph et des enfants d’Héden qui sont en Télasar, les ont-ils délivrées ?

13 Où est le roi de Hamath, et le roi d’Arpad, et le roi de la ville de Sépharvajim, de Hénah et d’Hiva ?

14 Et quand Ézéchias eut reçu la lettre de la main des députés et qu’il l’eut lue, il monta à la maison de l’Éternel, et il la déploya devant l’Éternel.

15 Puis Ézéchias fit sa requête à l’Éternel, et dit :

16 Ô Éternel des armées ! Dieu d’Israël, qui es assis entre les chérubins ! toi seul es le Dieu de tous les royaumes de la terre ; tu as fait les cieux et la terre.

17 Ô Éternel ! incline ton oreille, et écoute ; ô Éternel ! ouvre tes yeux et regarde ; écoute toutes les paroles de Sanchérib, qu’il m’a envoyé dire pour blasphémer le Dieu vivant.

18 Il est vrai, ô Éternel ! que les rois des Assyriens ont détruit tous les pays et leurs contrées ;

19 et qu’ils ont jeté au feu leurs dieux ; car ils n’étaient point dieux, mais c’était un ouvrage de main d’homme, du bois et de la pierre ; c’est pourquoi ils les ont détruits.

20 Maintenant donc ! ô Éternel, notre Dieu ! délivre-nous de la main de Sanchérib, afin que tous les royaumes de la terre sachent que toi seul es l’Éternel.

21 Alors Ésaïe, fils d’Amots, envoya vers Ézéchias, pour lui dire : Ainsi a dit l’Éternel, le Dieu d’Israël : Quant à ce que tu m’as demandé touchant Sanchérib, roi des Assyriens,

22 c’est ici la parole que l’Éternel a prononcée contre lui : La vierge fille de Sion t’a méprisé et s’est moquée de toi ; la fille de Jérusalem a hoché la tête après toi.

23 Qui as-tu outragé et blasphémé ? Contre qui as-tu haussé la voix, et levé les yeux en haut ? C’est contre le Saint d’Israël.

24 Tu as outragé le Seigneur par le moyen de tes serviteurs, et tu as dit : Je monterai avec la multitude de mes chariots sur le haut des montagnes, aux côtés du Liban ; je couperai les plus hauts cèdres et les plus beaux sapins qui y soient, et je monterai jusqu’à son sommet et dans la forêt de son Carmel.

25 J’ai creusé des sources, et j’en ai bu les eaux ; et j’ai tari de la plante de mes pieds tous les ruisseaux des forteresses.

26 N’as-tu pas ouï dire que déjà dès longtemps j’ai fait cette ville, et que je l’ai ainsi formée anciennement ? Et maintenant, l’aurais-je conservée jusqu’ici pour être réduite en désolation, et ses villes munies pour être réduites en monceaux de ruine ?

27 Il est vrai que ses habitants, étant dénués de force, ont été épouvantés et confus, et sont devenus comme l’herbe des champs, et l’herbe verte, et le foin des toits, qui est sec avant qu’il soit monté en tuyau.

28 Mais je sais ta demeure, ta sortie et ton entrée, et comment tu es forcené contre moi.

29 Puisque tu es ainsi furieux contre moi, et que ton insolence est montée à mes oreilles, je te mettrai une boucle aux narines et un mors à ta bouche, et je te ferai retourner par le chemin par lequel tu es venu.

30 Et ceci te sera pour signe, ô Ézéchias ! c’est qu’on mangera cette année ce qui viendra de soi-même, et dans la seconde année ce qui croîtra encore sans semer, mais la troisième année vous sèmerez et vous moissonnerez, vous planterez des vignes et vous en mangerez le fruit.

31 Et ce qui est réchappé et demeuré de reste dans la maison de Juda, étendra par-dessous sa racine, qui produira son fruit par-dessus.

32 Car il sortira de Jérusalem quelque reste, et quelques réchappés de la montagne de Sion ; la jalousie de l’Éternel des armées fera cela.

33 C’est pourquoi ainsi a dit l’Éternel, touchant le roi des Assyriens : Il n’entrera point en cette ville-ci, et il n’y jettera aucune flèche, et il ne se présentera point contre elle avec le bouclier, et ne dressera point de terrasse contre elle.

34 Il s’en retournera par le chemin par lequel il est venu, et il n’entrera point dans cette ville, dit l’Éternel.

35 Car je garantirai cette ville, et je la délivrerai à cause de moi, et à cause de David mon serviteur.

36 Et un ange de l’Éternel sortit, et tua cent quatre-vingt-cinq mille hommes au camp des Assyriens ; et quand on fut levé de bon matin, voilà, c’étaient tous des corps morts.

37 Et Sanchérib, roi des Assyriens, partit de là, et s’en alla, et s’en retourna, et demeura à Ninive.

38 Et il arriva, comme il était prosterné dans la maison de Nisroc son dieu, qu’Adrammélec et Sçaréetser, ses fils, le tuèrent avec l’épée ; puis ils se sauvèrent au pays d’Ararat ; et Essarhaddon son fils régna en sa place.

REFLEXIONS

Ce que nous devons remarquer ici :

I. C’est premièrement que dans l’extrémité où Ézéchias se voyait réduit par les menaces de Sanchérib, il eut recours à l’intercession d’Ésaïe, qu’il présenta dans le temple les lettres insultantes que ce roi idolâtre lui avait envoyées et qu’il adressa à Dieu une prière remplie d’une ardente piété, d’une grande confiance et d’un grand zèle pour la gloire de Dieu.

C’est ainsi que les personnes qui craignent Dieu ont leur recours à lui et aux prières des gens de bien dans leurs détresses.

II. On voit dans les promesses qu’Ésaïe fit à Ézéchias du secours de Dieu que ce fut surtout l’extrême arrogance du roi d’Assyrie et ses blasphèmesqui irritèrent le Seigneur et qu’ainsi Dieu ne manque jamais de confondre les orgueilleux et les impies. Le discours d’Ésaïe au roi Ézéchias exprime d’une manière bien forte la fierté de Sanchérib et en même temps sa faiblesse et la puissance avec laquelle Dieu allait donner des bornes à sa malice en le détruisant et en délivrant Jérusalem.

III. Il paraît enfin de ce chapitre que les promesses d’Ésaïe et la confiance d’Ézéchias ne furent pas vaines. La providence voulut que Tirhaca roi d’Éthiopie déclarât la guerre à Sanchérib pour l’obliger à se retirer des états d’Ézéchias, l’armée des Assyriens fut défaite miraculeusement par un ange et Sanchérib au retour de son expédition fut tué par ses propres fils dans le temple de l’idole qu’il adorait.

Chacun peut voir dans ces événements que la confiance en Dieu et les prières sont d’une grande efficace, que la puissance du Seigneur est infinie, qu’il est juste et que, tôt ou tard, il punit les princes impies et en général tous ceux qui l’outragent par leur orgueil et par leur impiété.

CHAPITRE XXXVIII.

Le roi Ézéchias étant malade, Ésaïe vient lui annoncer la mort, mais Dieu fléchi par ses prières    lui promet quinze ans de vie et confirme cette promesse par un miracle. Ézéchias étant guéri en rend grâce à Dieu par un cantique.

1 En ces temps-là Ézéchias fut malade à la mort, et Ésaïe le prophète, fils d’Amots, vint vers lui et lui dit : Ainsi a dit l’Éternel : Dispose de ta maison, car tu vas mourir, et tu ne vivras plus.

2 Alors Ézéchias tourna sa face contre la paroi, et fit sa requête à l’Éternel.

3 Et il dit : Souviens-toi maintenant, je te prie, ô Éternel ! comment j’ai marché devant toi en vérité et en intégrité de cœur, et comment j’ai fait ce qui t’était agréable. Et Ézéchias répandit beaucoup de larmes.

4 Alors la parole de l’Éternel fut adressée à Ésaïe, et le Seigneur lui dit :

5 Retourne, et dis à Ézéchias : Ainsi a dit l’Éternel, le Dieu de David ton père : J’ai exaucé ta requête, j’ai vu tes larmes ; voici, je vais ajouter quinze années à tes jours.

6 Et je te délivrerai de la main du roi des Assyriens, toi et cette ville, et je garantirai cette ville.

7 Et ce signe t’est donné par l’Éternel, pour t’assurer que l’Éternel accomplira cette parole qu’il a prononcée :

8 Voici, je vais faire rétrograder l’ombre des degrés par lesquels elle est descendue au cadran d’Achaz, de dix degrés en arrière avec le soleil ; et le soleil rétrograda de dix degrés par les degrés par lesquels il était descendu.

9 C’est ici l’écrit d’Ézéchias, roi de Juda, sur ce qu’il avait été malade, et qu’il fut guéri de sa maladie :

10 J’avais dit, lorsque mes jours allaient être retranchés : Je m’en irai aux portes du sépulcre, je suis privé de ce qui restait de mes années.

11 J’avais dit : Je ne verrai plus l’Éternel, même, l’Éternel dans la terre des vivants ; je ne verrai plus aucun homme parmi les habitants du monde.

12 Ma durée est finie, elle a été transportée d’avec moi comme une cabane de berger ; j’ai vu couper ma vie comme un tisserand coupe le fil de sa toile ; du matin au soir tu m’auras enlevé.

13 Je pensais en moi-même, jusqu’au matin : Il brisera tous mes os comme un lion ; du matin au soir tu m’auras enlevé.

14 Je criais comme la grue et comme l’hirondelle ; je gémissais comme la colombe ; mes yeux se lassaient de regarder en haut ; Seigneur ! on me fait violence, sois mon garant !

15 Que dirai-je ? Il m’a parlé, et c’est lui-même qui l’a fait. Je passerai toutes les années de ma vie dans l’amertume de mon âme.

16 Seigneur ! c’est par là qu’on a la vie, et c’est dans toutes ces choses que consiste la vie de mon âme. Tu m’as guéri, et tu m’as rendu la vie.

17 Voici, une grande amertume m’était survenue dans ma prospérité ; mais tu as embrassé ma personne, afin qu’elle ne tombât pas dans la fosse, parce que tu as jeté tous mes péchés derrière ton dos.

18 Car le sépulcre ne te célébrera point ; la mort ne te louera point ; ceux qui descendent dans le tombeau ne s’attendent plus à ta fidélité.

19 Mais celui qui vit, celui qui vit, te célébrera, comme je fais aujourd’hui, le père fera connaître ta vérité à ses enfants.

20 L’Éternel est venu me délivrer, et à cause de cela nous chanterons des cantiques tous les jours de notre vie dans la maison de l’Éternel.

21 Or, Esaïe avait dit : Qu’on prenne une masse de figues, et qu’on en fasse un emplâtre sur l’ulcère, et il guérira.

22 Et Ezéchias avait dit : Quel signe aurai-je que je monterai à la maison de l’Éternel ?

REFLEXIONS

Il faut remarquer que :

I. Dans le temps qu’Ézéchias avait été attaqué par les Assyriens, Dieu lui envoya une maladie mortelle. C’était là une nouvelle épreuve pour ce prince que Dieu aimait et qui devait servir à manifester et à augmenter sa foi et sa piété. C’est pour les mêmes raisons que Dieu afflige ses enfants en diverses manières et qu’après les avoir tirés d’un danger il permet quelquefois qu’ils tombent dans un autre.

II. La prière qu’Ézéchias fit dans sa maladie en suppliant le Seigneur de se souvenir qu’il avait marché devant lui avec intégrité nous montre que l’on s’adresse à Dieu avec une grande confiance dans l’adversité et aux approches de la mort quand on a vécu dans la piété et qu’on a fait ce qui lui est agréable.

III. L’on voit, dans la prompte guérison d’Ézéchias et dans le miracle qui se fit en sa faveur, la puissance de Dieu, l’amour qu’il portait à ce prince et l’efficace des prières des justes.

IV. Enfin, ceux que Dieu a garanti de la mort ou de quelque autre danger doivent, à l’imitation d’Ézéchias, qui loua Dieu par un cantique d’action de grâces célébrer ses bontés, en conserver le souvenir, et surtout employer leur vie à le glorifier.

CHAPITRE XXXIX.

Le roi de Babylone ayant envoyé des ambassadeurs à Ézéchias, ce prince leur montra ses trésors. Mais Ésaïe l’en reprit et lui dit que ces trésors et ses enfants même seraient transportés à Babylone.

1 En ce temps-là, Mérodac-Baladan, fils de Baladan, roi de Babylone, envoya une lettre avec un présent à Ezéchias ; parce qu’il avait appris qu’il avait été malade, et qu’il était guéri.

2 Et Ezéchias en eut de la joie, et il leur montra les cabinets de ses parfums, l’argent, l’or, et les choses aromatiques et les baumes précieux, tout son arsenal, et tout ce qui se trouvait dans ses trésors ; il n’y eut rien qu’Ezéchias ne leur montrât dans son palais, et dans toute sa cour.

3 Et le prophète Esaïe vint vers le roi Ezéchias, et lui dit : Qu’ont dit ces gens-là, et d’où sont-ils venus vers toi ? Et Ezéchias répondit : Ils sont venus vers moi d’un pays éloigné, savoir, de Babylone.

4 Et Esaïe dit : Qu’ont-ils vu dans ta maison ? Et Ezéchias répondit : Ils ont vu tout ce qui est dans ma maison ; il n’y a rien eu dans mes trésors que je ne leur aie montré.

5 Alors Esaïe dit à Ezéchias : Ecoute la parole de l’Éternel des armées.

6 Voici, les jours viendront, que tout ce qui est dans ta maison, et ce que tes pères ont amassé dans leurs trésors jusqu’à aujourd’hui, sera emporté à Babylone ; il n’en demeurera rien de reste, a dit l’Éternel.

7 Même, on prendra de tes fils, qui sortiront de toi, et que tu auras donné le jour, afin qu’ils soient eunuques au palais du roi de Babylone.

8 Et Ezéchias répondit à Esaïe : La parole de l’Éternel, que tu as prononcée, est bonne ; et il ajouta : Au moins que la paix et la sûreté durent pendant ma vie !

REFLEXIONS

Voici les réflexions que l’Écriture fait sur ce qui est récité dans ce chapitre. C’est que quand les ambassadeurs du roi de Babylone vinrent vers Ézéchias pour s’informer du miracle qui était arrivé sur la terre lorsque l’ombre du cadran d’Achaz avait rétrogradé avec le soleil, Dieu abandonna Ézéchias à lui-même pour l’éprouver, qu’Ézéchias ne rendit pas à Dieu ce qu’il lui devait pour le bien qu’il en avait reçu, que son cœur s’éleva, qu’à cause de cela la colère de Dieu s’alluma contre Jérusalem, qu’Esaïe lui dit que ses enfants et ses trésors seraient transportés à Babylone, mais qu’Ézéchias s’étant humilié avec les habitants de Jérusalem, la colère de Dieu ne vint pas sur eux pendant la vie d’Ézéchias.

Il faut apprendre de là que l’on s’oublie facilement dans la prospérité et que ceux qui ont fait leur devoir dans l’affliction tombent souvent dans le relâchement lorsqu’elle est passée. Cette histoire nous montre encore que les avantages du monde sont vains et inconstants et qu’il ne faut jamais s’enfler quand on les possède.

Enfin, il paraît d’ici que Dieu châtie ceux qu’il aime lorsqu’il leur arrive de se relâcher et de l’offenser, mais qu’il s’apaise envers eux aussitôt qu’il les voit humiliés et repentants.

CHAPITRE XL.

Le prophète console le peuple d’Israël et il l’assure que Dieu, dont la parole et les promesses sont toujours fermes, le délivrerait. Il l’exhorte à se réjouir de cette grande délivrance. Il décrit l’infinie majesté du Seigneur, sa puissance et sa sagesse et la folie de ceux qui servent les idoles. Il parle enfin du bonheur de ceux qui adorent le vrai Dieu et qui se confient en lui.

1 Consolez, consolez mon peuple, dira votre Dieu.

2 Parlez à Jérusalem selon son cœur, et criez-lui que son temps marqué est accompli, que son iniquité est acquittée, qu’elle a reçu au double, de la main de l’Éternel, la peine de tous ses péchés.

3 La voix de celui qui crie au désert, est : Préparez le chemin de l’Éternel, dressez dans la solitude les sentiers à notre Dieu.

4 Toute vallée sera comblée, et toute montagne et tout coteau seront abaissés, et les lieux tortus seront redressés, et les lieux raboteux seront aplanis.

5 Alors la gloire de l’Éternel se manifestera, et toute chair la verra en même temps ; car la bouche de l’Éternel a parlé.

6 Une voix dit : Crie. Et on a répondu : Que crierai-je ? Crie : Toute chair est comme l’herbe, et toute sa grâce est comme la fleur d’un champ.

7 L’herbe est séchée, et la fleur est tombée, parce que le vent de l’Éternel a soufflé dessus : ce peuple est véritablement comme l’herbe.

8 L’herbe est séchée, et la fleur est tombée ; mais la parole de notre Dieu demeure éternellement.

9 Sion, qui annonces de bonnes nouvelles, monte sur une haute montagne. Jérusalem, qui annonces de bonnes nouvelles, élève ta voix avec force ; élève-la, ne crains point ; dis aux villes de Juda : Voici votre Dieu ;

10 voici, le Seigneur l’Eternel viendra contre l’homme puissant, et son bras dominera sur lui ; voici, son salaire est avec lui, et sa récompense marche devant lui.

11 Il paîtra son troupeau comme un berger, il rassemblera les agneaux entre ses bras, et les portera dans son sein ; il conduira celles qui allaitent.

12 Qui est celui qui a mesuré les eaux avec le creux de sa main, et qui a compassé les cieux avec la paume de la main ? Et qui est celui qui a renfermé, dans le tiers d’une mesure, la poussière de la terre ? Et qui a pesé au crochet les montagnes, et les coteaux à la balance ?

13 Qui a dirigé l’Esprit de l’Eternel, ou qui a été son conseiller, pour lui montrer quelque chose ?

14 Avec qui a-t-il pris conseil, et qui l’a instruit et lui a enseigné le sentier de la justice ? Qui lui a enseigné la science, et lui a montré le chemin de l’intelligence ?

15 Voilà, les nations sont comme une goutte qui tombe d’un seau, et elles sont réputées comme la menue poussière d’une balance : voilà, il dissipe les îles comme de la poussière.

16 Et le bois du Liban ne suffirait pas pour le feu, et les bêtes qui y sont ne seraient pas suffisantes pour l’holocauste.

17 Toutes les nations sont devant lui comme un rien, et il les tient pour moins que rien, et une chose de néant.

18 A qui donc ferez-vous ressembler le Dieu fort, et quelle ressemblance lui approprierez-vous ?

19 L’ouvrier fond une image, et l’orfèvre étend l’or par-dessus, et lui fond des chaînettes d’argent.

20 Celui qui est si pauvre qu’il n’a pas de quoi offrir, choisit un bois qui ne pourrit point, et cherche un ouvrier expert, pour faire une image taillée qui ne se remue point.

21 N’aurez-vous jamais de connaissance ? N’écouterez-vous jamais ? Ne vous a-t-il pas été annoncé dès le commencement ? N’avez-vous pas compris comment la terre a été fondée ?

22 C’est lui qui est assis au-dessus du globe de la terre, et ses habitants sont devant lui comme des sauterelles ; c’est lui qui étend les cieux comme un pavillon, même, il les a étendus comme une tente pour y habiter.

23 C’est lui qui réduit les princes à rien, et qui anéantit les gouverneurs de la terre.

24 Même, ils ne seront point plantés, même, ils ne seront point semés, et même, leur tronc ne jettera point de racine en terre, et même, il soufflera sur eux, et ils sécheront, et le tourbillon les emportera comme de la paille.

25 A qui donc me ferez-vous ressembler, et à qui serais-je égalé ? dit le Saint.

26 Elevez vos yeux en haut, et regardez : qui a créé ces choses ? C’est celui qui conduit leur armée par ordre, et qui les appelle toutes par leur nom ; il n’y en a pas une qui manque à lui obéir, à cause de sa grande force, et parce qu’il excelle en puissance.

27 Pourquoi donc dirais-tu, ô Jacob ! et pourquoi parlerais-tu ainsi, ô Israël : Mon état est caché à l’Eternel, et Dieu ne soutient plus mon droit ?

28 Ne sais-tu pas, et n’as-tu pas entendu que le Dieu d’éternité est l’Eternel, qui a créé les bornes de la terre ; il ne se lasse point, et ne se travaille point, et il n’y a point de moyen de sonder son intelligence.

29 C’est lui qui donne de la force à celui qui est lassé, et qui multiplie la vigueur de celui qui est affaibli.

30 Les jeunes gens se lassent et se travaillent, même, les jeunes gens choisis tombent.

31 Mais ceux qui s’attendent à l’Éternel reprennent de nouvelles forces ; les ailes leur reviennent, comme aux aigles ; ils courront, et ne se fatigueront point ; ils marcheront, et ne se lasseront point.

REFLEXIONS

Les promesses que Dieu fait dans ce chapitre de consoler et de racheter son peuple ne doivent pas seulement s’expliquer de la délivrance que Dieu envoya aux Juifs en les garantissant du roi d’Assyrie et en les ramenant de la captivité de Babylone. Elles regardent principalement les temps du Nouveau Testament et en particulier la venue de Jean Baptiste que Dieu envoya pour préparer les hommes à croire en Jésus-Christ. C’est ce que nous voyons dans le commencement de l’Évangile où cette prophétie est appliquée à Jean-Baptiste : La voix de celui qui crie au désert est : Préparez le chemin du Seigneur, dressez ses sentiers.

Il faut aussi rapporter à ces mêmes temps ce qu’Ésaïe dit ici de la fermeté de la parole de Dieu par opposition au néant de l’homme, comme Saint Pierre nous l’apprend lorsqu’il parle ainsi après Ésaïe : Toute chair est comme l’herbe et toute sa gloire est comme la fleur de l’herbe, l’herbe sèche et la fleur tombe, mais la parole du Seigneur demeure éternellement et c’est cette parole qui vous a été annoncée par l’Évangile.

Ce que le prophète dit dans la dernière partie de ce chapitre est très remarquable. Il y parle de la grandeur de Dieu en des termes et sous des images magnifiques, il y représente vivement la stupidité des idolâtres qui adorent des images mortes qu’ils ont eux-mêmes formées et il y décrit le parfait bonheur de ceux qui n’espèrent qu’en Dieu.

Ce discours du prophète nous enseigne :

- Que Dieu a l’idolâtrie en horreur et qu’il ne doit, ni ne peut être représenté par aucune image,

- Que nous devons adorer et craindre ce grand Dieu devant qui tous les hommes et toutes les créatures ne sont que néant et que toute notre félicité dépend de l’avoir favorable et de mettre notre espérance en lui.

CHAPITRE XLI.

Le prophète s’adresse aux îles, c’est-à-dire aux peuples éloignés, et il les exhorte à reconnaître la puissance de Dieu et le néant des idoles. Il assure le peuple d’Israël que Dieu le protègerait, qu’il le ferait triompher de ses ennemis et qu’il le comblerait de ses grâces.Enfin, il fait voir que l’Éternel était le seul vrai Dieu et que les idoles n’étaient que de fausses divinités parce qu’elles ne pouvaient prédire l’avenir et il promet le rétablissement de Jérusalem.

1 Iles, faites silence pour m’écouter, et que les peuples reprennent de nouvelles forces ; qu’ils approchent, et qu’alors ils parlent : Allons ensemble en jugement.

2 Qui a fait venir de l’Orient la justice ? Qui l’a appelée, afin qu’elle le suivît pas à pas ? Qui a soumis à son commandement les nations, et lui a fait avoir la domination sur les rois, et les a livrés à son épée, comme de la paille poussée par le vent ?

3 Il les a poursuivis, et il est passé en paix par un chemin où il n’avait jamais mis le pied.

4 Qui est celui qui a opéré et fait cela ? C’est celui qui a appelé dès le commencement ceux qui devaient naître. Moi, l’Éternel, je suis le premier, et je suis avec les derniers.

5 Les îles ont vu, et ont été saisies de crainte ; les bouts de la terre ont été effrayés, ils se sont approchés, et sont venus.

6 Chacun a aidé à son prochain, et a dit à son frère : Fortifie-toi.

7 L’ouvrier a encouragé le fondeur ; celui qui frappe du marteau encourage celui qui frappe sur l’enclume, et dit : Cela est bon pour souder, puis il fait tenir cela avec des clous afin qu’il ne branle point.

8 Mais toi, Israël, tu es mon serviteur, et toi, Jacob, tu es celui que j’ai élu, la race d’Abraham, qui m’a aimé.

9 Car je t’ai pris des extrémités de la terre, et je t’ai appelé d’entre ceux qui y étaient les principaux, et je t’ai dit : C’est toi qui es mon serviteur ; je t’ai élu et ne t’ai point rejeté.

10 Ne crains point, car je suis avec toi ; ne sois point éperdu, car je suis ton Dieu. Je t’ai fortifié, je t’ai même aidé, et je t’ai maintenu par la main droite de ma justice.

11 Voici, tous ceux qui s’irriteront contre toi seront honteux et confondus ; ils seront réduits à néant, et les hommes qui s’opposent à toi périront.

12 Tu chercheras les hommes qui avaient des différends avec toi, et tu ne les trouveras plus ; ils seront réduits à néant, et ceux qui te font la guerre seront comme s’ils n’avaient jamais été.

13 Car je suis l’Éternel ton Dieu, qui soutiens ta main droite, et qui te dis : Ne crains point, c’est moi qui t’ai aidé.

14 Ne crains point, ô vermisseau de Jacob, hommes d’Israël qui êtes comme morts ! Je t’aiderai, dit l’Éternel, et le Saint d’Israël, ton Rédempteur.

15 Voici, je ferai que tu seras comme une herse toute neuve, garnie de dents pointues ; tu fouleras les montagnes et tu les briseras, et tu rendras les coteaux semblables à de la balle.

16 Tu les vanneras, et le vent les emportera, et le tourbillon les dispersera ; mais tu te réjouiras dans l’Éternel, et tu te glorifieras dans le Saint d’Israël.

17 Pour ce qui est des affligés et des misérables qui cherchent des eaux, et qui n’en ont point, et dont la langue périt de soif, moi, l’Éternel, je les exaucerai ; moi, qui suis le Dieu d’Israël, je ne les abandonnerai point.

18 Je ferai sortir des fleuves des lieux élevés, et des fontaines du milieu des vallées ; je changerai le désert en étangs d’eaux, et la terre sèche en sources d’eaux.

19 Je ferai croître au désert le cèdre, le sapin, le myrte et l’olivier, je mettrai ensemble dans la solitude le sapin, l’orme et le buis,

20 Afin qu’on voie, qu’on sache, que l’on considère, et que l’on comprenne en même temps, que c’est la main de l’Éternel qui a fait cela, et que le Saint d’Israël en est l’auteur.

21 Approchez-vous pour plaider votre procès, dit l’Éternel ; et produisez les fondements de votre cause, dit le roi de Jacob.

22 Qu’on les amène, et qu’ils nous déclarent les choses qui arriveront ; déclarez-nous ce qui arrivera le premier, et nous y ferons attention, et nous en saurons l’issue ; ou, faites-nous entendre ce qui est prêt à arriver.

23 Annoncez les choses qui doivent arriver à l’avenir, et nous saurons que vous êtes des dieux, faites aussi du bien ou du mal, et nous le publierons, et nous le verrons tous ensemble.

24 Voici, vous êtes moins que rien ; et ce que vous faites est le néant même ; celui qui vous choisit n’est qu’abomination.

25 Je l’ai suscité de l’Aquilon, et il viendra ; il réclamera mon nom depuis le soleil levant, et marchera sur les princes comme sur la boue, et il les foulera comme le potier foule l’argile.

26 Qui est-ce qui a déclaré cela longtemps auparavant, afin que nous le connaissions ; et qui l’a prédit dès le temps qui a précédé, et nous dirons qu’il est juste ? Mais il n’y a personne qui l’ait déclaré, il n’y a personne qui l’ait fait entendre, il n’y a personne qui ait entendu vos paroles.

27 C’est moi le premier qui ai dit à Sion : Les voici, les voici, et qui enverrai à Jérusalem un messager de bonnes nouvelles.

28 J’ai regardé, et il n’y avait parmi eux aucun homme considérable, et qu’on pût consulter. Je les ai interrogés, et ils n’ont pu répondre quoi que ce soit.

29 Voilà, ils sont tous menteurs ; ce qu’ils font n’est que le néant, et leurs idoles de fonte ne sont que du vent et une chose vaine.

REFLEXIONS

Ce qui doit être remarqué dans ce chapitre c’est :

I. Que l’Éternel est le seul vrai Dieu qu’il faille adorer et servir :

- Que son pouvoir est sans bornes,

- Qu’il dispose des rois et de tout ce qui arrive dans le monde et

- Que ceux qui servent des idoles sont des insensés. 

II. On voit ici la fermeté de l’alliance que Dieu avait traitée avec l’ancien peuple et de l’amour qu’il lui portait, d’où nous devons conclure :

- Que l’église chrétienne ne lui étant pas moins chère, il ne l’abandonnera jamais,

- Qu’en quelque état qu’elle se trouve elle n’a rien à craindre et que bien loin que ses ennemis viennent à bout de la détruire, ils seront eux-mêmes détruits.

III. Il faut faire une attention particulière à la considération qu’Ésaïe allègue pour montrer que les idoles n’étaient pas des dieux en disant qu’elles ne pouvaient prédire l’avenir, ni faire aux hommes aucun bien, ni aucun mal. Cette raison qui prouve si fortement la vanité des idoles montre avec la dernière évidence que tant de prédictions que nous avons dans l’Écriture ne peuvent venir que de Dieu. Elle prouve clairement qu’il y a un Dieu qui connaît et qui conduit toutes choses et que l’Écriture sainte est véritable et divinement inspirée.

IV. Enfin, cela nous apprend que ce grand Dieu, qui connaît tout et qui peut tout, est le maître de tous les hommes, le juge du monde et celui qu’il faut craindre, puisqu’étant tout-puissant il emploiera sa puissance pour le bien de ceux qui l’adorent et pour punir ceux qui se rebellent contre lui.

CHAPITRE XLII.

Ésaïe continue à prédire que les Juifs seraient délivrés et rétablis par Cyrus. I. Mais il annonce surtout que le Messie viendrait répandre ses grâces sur les Juifs et même sur les Gentils. II. Il exhorte les hommes à louer Dieu et à se réjouir du bonheur qui allait leur arriver. III. Il prédit que les idolâtres seraient confondus et que l’idolâtrie serait abolie. IV. Il se plaint de l’aveuglement des Juifs et il déclare qu’ils seraient livrés à cause de leurs péchés entre les mains de leurs ennemis.

1 Voici mon serviteur, je le soutiendrai ; c’est mon élu, mon âme y a mis son affection ; j’ai mis mon esprit sur lui ; il exercera la justice parmi les nations.

2 Il ne criera point, il n’élèvera point sa voix, et ne la fera point entendre dans les rues.

3 Il ne brisera point le roseau froissé, et il n’éteindra point le lumignon qui fume encore ; il jugera dans la vérité.

4 Il ne se trompera point, ni ne se précipitera point, jusqu’à ce qu’il ait établi la justice sur la terre ; et les îles s’arrêteront à sa loi.

5 Ainsi a dit le Dieu fort, l’Éternel, qui a créé les cieux et les a étendus ; qui a aplani la terre avec ce qu’elle produit ; qui donne la respiration au peuple qui est sur elle, et l’esprit à ceux qui y marchent :

6 Moi, qui suis l’Éternel, je t’ai appelé dans la justice, je te prendrai par la main, et je te garderai ; je te ferai être l’alliance du peuple et la lumière des nations ;

7 afin d’ouvrir les yeux des aveugles, et de retirer les prisonniers du lieu où on les tient enserrés, et de faire sortir de la prison ceux qui habitent dans les ténèbres.

8 Je suis l’ÉTERNEL, c’est là mon nom ; et je ne donnerai point ma gloire à un autre, ni ma louange aux images taillées.

9 Voici, les premières choses sont arrivées ; et je vous en annonce de nouvelles, et je vous les fais entendre avant qu’elles arrivent.

10 Chantez à l’Éternel un cantique nouveau ; que sa louange soit entendue du bout de la terre ; que ceux qui voguent sur la mer, et tout ce qui y est, les îles, et leurs habitants,

11 Que le désert et ses villes élèvent la voix ; que les tentes où habitent ceux de Kédar, que ceux qui habitent dans le rocher, éclatent en chants de triomphe ; qu’ils s’écrient du sommet des montagnes ;

12 qu’ils donnent gloire à l’Éternel, et qu’ils publient sa louange dans les îles.

13 L’Éternel sortira comme un homme vaillant ; il réveillera sa jalousie comme un homme de guerre ; il poussera des cris d’allégresse ; il criera même de toute sa force, et il se fortifiera contre ses ennemis.

14 Je me suis tu pendant longtemps ; j’ai été dans le silence ; je me suis retenu ; mais je crierai comme celle qui enfante ; je détruirai et j’engloutirai tout.

15 Je réduirai les montagnes et les coteaux en désert, et je dessécherai toute leur herbe, je réduirai les fleuves en îles, et je sécherai les étangs.

16 Je conduirai les aveugles par le chemin qu’ils ne connaissent point, et je les ferai marcher par les sentiers qui leur étaient inconnus ; je changerai en leur présence les ténèbres en lumière, et les choses tortues en choses droites ; je leur ferai cela, et je ne les abandonnerai point.

17 Que ceux-là donc retournent en arrière, et soient couverts de confusion, qui se fient aux images taillées, et qui disent aux images de fonte : Vous êtes nos dieux.

18 Sourds, écoutez ; et vous, aveugles, regardez et voyez.

19 Qui est aveugle, sinon mon serviteur ? et qui est sourd comme mon ministre que j’ai envoyé ? Qui est aveugle comme celui qui a été comblé de bienfaits ? Et qui est aveugle comme le serviteur de l’Éternel ?

20 Vous voyez beaucoup de choses, et vous ne prenez garde à rien ; vous avez des oreilles ouvertes, et vous n’entendez rien.

21 L’Éternel avait mis son affection en lui, à cause de sa justice ; il avait rendu sa loi magnifique et illustre.

22 Mais ce peuple sera pillé et fourragé ; ils seront tous pris au lacet dans les cavernes, et seront cachés dans les prisons ; ils seront exposés au pillage, et il n’y aura personne qui les délivre ; ils seront fourragés, et il n’y aura personne qui dise : Rends ce que tu as pris.

23 Qui est-ce d’entre vous qui écoute ceci, qui y prenne garde, et qui y fasse attention à l’avenir ?

24 Qui a livré Jacob en proie, et Israël à ceux qui l’ont pillé ? N’est-ce pas l’Éternel, celui contre qui nous avons péché ? car on n’a point voulu marcher dans ses voies, et l’on n’a point écouté sa loi.

25 C’est pourquoi, il a répandu sur lui l’ardeur de sa colère, et une forte guerre, et il a embrasé tout autour ; mais ce peuple ne l’a point reconnu ; tu l’as brûlé, mais il n’y a point fait d’attention.

REFLEXIONS

Saint Matthieu, citant les premiers versets de ce chapitre dans son Évangile, nous apprend que l’on voit dans cet oracle les caractères du Messie, savoir, sa douceur, son humilité, la gloire de ses œuvres et la force avec laquelle il établirait son règne parmi les nations. Ce sont là tout autant de preuves qui montrent que Jésus est ce Messie promis par les prophètes et de motifs à nous soumettre avec joie à ce rédempteur puissant et plein de bonté.

II. Ésaïe exprime les sentiments de joie et de reconnaissance dont les hommes seraient pénétrés lorsque le Sauveur serait manifesté par ces paroles : Chantez au Seigneur un cantique nouveau, que sa louange soit par toute la terre et dans la mer, que tous les habitants de la terre éclatent en chants de triomphe, qu’ils donnent gloire au Seigneur et qu’ils publient sa louange dans les îles.

Ce sont les actions de grâce que nous devons rendre sans cesse à Dieu en vue des biens qu’il nous fait par Jésus-Christ et en particulier de ce qu’il nous a retiré de l’idolâtrie qui régnait autrefois dans le monde.

III. L’exemple des Juifs qui furent exposés à la désolation à cause de leur aveuglement et de leur endurcissement nous avertit que ce qui engage Dieu à punir les hommes et à les abandonner c’est lorsqu’ils ferment les yeux à la lumière qui les éclaire, lorsqu’ils sont sourds à sa voix et qu’ils refusent de marcher dans ses voies et d’obéir à sa loi.

CHAPITRE XLIII.

Dieu promet de délivrer son peuple par sa puissance et de le ramener de sa dispersion. Il déclare qu’il était le seul vrai Dieu qui avait créé toutes choses et qui s’était fait connaître aux Juifs et qu’ainsi il ne manquerait pas de les rassembler.Il se plaint que ce peuple ne l’avait pas servi comme il le devait et il le menace de le châtier, lui promettant cependant de s’apaiser envers lui et de lui pardonner.

1 Mais maintenant, ainsi a dit l’Éternel qui t’a créé, ô Jacob ! et qui t’a formé, ô Israël ! ne crains point, car je t’ai racheté, et je t’ai appelé par ton nom ; tu es à moi.

2 Quand tu passeras par les eaux, je serai avec toi, et quand tu passeras par les fleuves, ils ne te noieront point ; quand tu marcheras dans le feu, tu ne seras point brûlé, et la flamme ne t’embrasera point.

3 Car je suis l’Éternel ton Dieu, le Saint d’Israël, ton Sauveur ; j’ai donné l’Egypte pour ta rançon, Cus et Scéba pour toi.

4 Parce que tu as été précieux à mes yeux, tu as été rendu honorable, et je t’ai aimé, et je donnerai les hommes pour toi, et les peuples pour racheter ton âme.

5 Ne crains point, car je suis avec toi ; je ramènerai ta postérité de l’Orient, et je te rassemblerai de l’Occident.

6 Je dirai à l’Aquilon : Donne ; et au Midi : Ne mets point d’empêchement ; amène mes fils des lieux éloignés, et mes filles du bout de la terre ;

7 savoir, tous ceux qui sont appelés de mon nom : car je les ai créés pour ma gloire ; c’est moi qui les ai formés et qui les ai faits.

8 Faites venir le peuple aveugle, qui a des yeux, et les sourds, qui ont des oreilles.

9 Que toutes les nations soient ramassées ensemble, et que les peuples soient assemblés. Qui d’entre eux a déclaré cela ? Et qui sont ceux qui nous ont prédit ce qui est arrivé autrefois ? Qu’ils produisent leurs témoins, et qu’ils se justifient, afin qu’on les entende et qu’on dise : Cela est vrai.

10 Vous êtes mes témoins, dit l’Éternel, et mon serviteur que j’ai élu ; afin que vous connaissiez, et que vous me croyiez, et que vous compreniez que c’est moi. Il n’y a point eu de Dieu fort avant moi qui ait rien formé ; et il n’y en aura point après moi.

11 C'est moi, c’est moi qui suis l’Eternel, et il n’y a point d'autre Sauveur que moi.

12 C’est moi qui ai annoncé les choses à venir, qui vous ai sauvés, et qui les ai fait entendre ; et il n’y a point eu parmi vous de dieu étranger qui ait fait ces choses-là ; et vous m’êtes témoins, dit l’Eternel, que je suis le Dieu fort.

13 J’étais même avant que le jour fût ; il n’y a personne qui puisse délivrer de ma main ; je travaillerai, et qui l’empêchera ?

14 Ainsi a dit l’Eternel, votre Rédempteur, le Saint d’Israël : J’enverrai pour l’amour de vous vers Babylone, et je ferai qu’ils descendront tous et qu’ils s’enfuiront, et le cri des Caldéens sera dans les navires.

15 C’est moi qui suis l’Eternel, votre Saint, le Créateur d’Israël, votre roi.

16 Ainsi a dit l’Eternel, qui a dressé un chemin dans la mer, et un sentier au travers des eaux impétueuses :

17 Pour ce qui est de celui qui amenait des chariots et des chevaux, et une armée puissante, ils furent tous ensevelis ensemble, et ils ne se relèveront point ; ils furent étouffés, ils furent éteints comme un lumignon.

18 Mais vous ne vous souvenez plus des choses passées, et vous ne considérez plus ce qui est arrivé autrefois.

19 Voici, je vais faire une chose nouvelle qui éclora maintenant ; ne la connaîtrez-vous pas ? C’est que je mettrai un chemin au désert, et des fleuves au lieu désolé.

20 Les bêtes des champs, les dragons et les chahuants me glorifieront, parce que j’aurai mis des eaux dans le désert, et des fleuves dans la solitude, pour abreuver mon peuple, mon élu.

21 Je me suis formé ce peuple-ci ; Ils raconteront ma louange.

22 Mais toi, Jacob, tu ne m’as point invoqué, lorsque tu t’es travaillé pour moi, ô Israël !

23 Tu ne m’as point offert les menues bêtes de tes holocaustes, et tu ne m’as point honoré par tes sacrifices ; je ne t’ai point assujetti pour me faire des oblations, et je ne t’ai point travaillé pour me présenter de l’encens.

24 Tu ne m’as point acheté, du roseau aromatique avec de l’argent, et tu ne m’as point rassasié de la graisse de tes sacrifices ; mais tu m’as fatigué par tes péchés, et tu m’as travaillé par tes iniquités.

25 C’est moi, c’est moi qui efface tes iniquités pour l’amour de moi, et je ne me souviendrai plus de tes péchés.

26 Fais-moi souvenir, et plaidons ensemble ; déduis tes raisons pour te justifier.

27 Ton père a péché le premier, et tes docteurs ont prévariqué contre moi.

28 C’est pourquoi je traiterai comme souillés les principaux du lieu saint, et livrerai Jacob à l’interdit et à l’opprobre.

REFLEXIONS

On voit dans la première partie de ce chapitre l’amour de Dieu envers les Juifs. Cet amour paraît dans les promesses qu’il leur fait de les protéger et de les faire revenir de Babylone comme étant leur créateur et leur sauveur.

Ces promesses regardent aussi l’église chrétienne et tous les vrais fidèles et elles sont très propres à les consoler et à les remplir de confiance et de joie.

La seconde partie de ce chapitre nous propose de puissants motifs à craindre le Seigneur, puisque c’est lui qui est l’Éternel et le seul vrai Dieu qui a été de tout temps et qui a formé toutes choses, qui connaît l’avenir et qui fait tout ce qu’il veut, en sorte que rien ne peut lui résister et que personne ne peut se délivrer de sa main.

III. Les reproches que Dieu faisait aux Juifs de l’avoir irrité et offensé par leurs sacrifices et par le service qu’ils lui rendaient nous enseignent combien un culte qui ne consiste que dans les cérémonies et dans les dehors de la religion et qui n’est pas accompagné d’obéissance déplaît au Seigneur.

Enfin, les promesses de pardon qui se voient à la fin de ce chapitre nous montrent que si Dieu châtie les hommes, il est disposé à leur faire grâce lorsqu’ils se convertissent, que c’est lui seul qui pardonne les péchés et qu’il le fait uniquement pour l’amour de lui-même et par un effet de sa pure miséricorde.

CHAPITRE XLIV.

Ce chapitre contient : I. Des promesses expresses de la délivrance des Juifs et des grâces dont Dieu les comblerait. II. Une belle description de la folie des idolâtres. III. Une exhortation aux Juifs à se réjouir dans l’espérance que Dieu les tirerait de la captivité et les ramènerait dans leur pays par le moyen de Cyrus, roi de Perse.

1 Maintenant donc, ô Jacob, mon serviteur, écoute, et toi, Israël, que j’ai élu !

2 Ainsi a dit l’Eternel, qui t’a fait et formé dès ta conception, et qui t’aide : Ne crains point, ô Jacob mon serviteur, et toi, Jesçurun, que j’ai élu !

3 Car je répandrai des eaux sur celui qui est altéré, et des rivières sur la terre sèche ; je répandrai mon esprit sur ta postérité, et ma bénédiction sur ceux qui sortiront de toi.

4 Et ils germeront comme parmi les herbages, et comme croissent les saules auprès des eaux courantes.

5 L’un dira : Je suis à l’Eternel ; et l’autre se réclamera du nom de Jacob, et l’autre écrira de sa main : Je suis à l’Éternel, et il prendra le nom d’Israël.

6 Ainsi a dit l’Éternel, le roi d’Israël, et son Rédempteur, l’Éternel des armées : Je suis le premier, et je suis le dernier, et il n’y a point de Dieu que moi.

7 Et qui est semblable à moi ? Qu’il me déclare, qu’il mette par ordre ce que j’ai fait depuis que j’ai établi le peuple ancien. Qu’ils déclarent les choses à venir, et celles qui arriveront.

8 Ne soyez point effrayés et ne soyez point troublés. Ne te l’ai-je pas fait entendre et déclaré dès ce temps-là ? Vous m’en êtes témoins. Y a-t-il quelque autre Dieu que moi ? Il n’y a point d’autre rocher ; je n’en connais point.

9 Tous ceux qui font des images taillées ne sont que le néant ; leurs ouvrages les plus estimés ne servent de rien, et leurs idoles leur sont témoins qu’elles ne voient point, et qu’elles ne connaissent point ; c’est pourquoi ils seront honteux.

10 Mais qui est celui qui forme un dieu, et qui fond une image taillée, pour n’en avoir aucun profit ?

11 Voici, tous ses compagnons seront confondus ; car ces ouvriers-là sont d’entre les hommes ; ils seront tous ensemble effrayés et couverts de honte.

12 Le forgeron prend le ciseau, il travaille avec le charbon, et le forme avec le marteau ; il le fait à force de bras, même jusqu’à avoir faim, en sorte qu’il n’a plus de force, et qu’il ne boira point d’eau, et jusqu’à être fatigué.

13 Le menuisier étend sa règle, et le trace avec de la craie ; il le fait avec des équerres et le forme au compas ; il lui donne la ressemblance d’un homme, et il le pare pour le loger dans une maison.

14 Il se coupe des cèdres, il prend un cyprès ou un chêne, il emploie les arbres de la forêt, il plante un frêne, et la pluie le fait croître.

15 Après cela il servira à cet homme pour brûler ; car il en prend, et s’en chauffe ; même, il en fait du feu, et il en cuit du pain ; il en fait aussi un dieu ; et il se prosterne devant lui ; il en fait une image taillée, et il l’adore.

16 Il en brûle la moitié au feu ; et avec l’autre moitié il mange sa chair ; il la rôtit, il s’en chauffe aussi, et il dit : ha ! ha ! je me suis réchauffé, j’ai vu la lueur du feu.

17 Puis, du reste de ce bois il en fait un dieu, pour être son image taillée ; il l’adore, il se prosterne devant lui, il lui fait sa prière, et il lui dit : Délivre-moi, car tu es mon dieu.

18 Ils ne connaissent et ne comprennent rien ; car on leur a plâtré les yeux, en sorte qu’ils ne voient rien, et leurs cœurs, en sorte qu’ils ne comprennent rien.

19 Nul ne rentre en soi-même et n’a ni connaissance ni intelligence, pour dire : J’ai brûlé la moitié de ceci au feu, et même, j’en ai cuit du pain sur les charbons ; j’en ai rôti de la chair, et j’en ai mangé ; et du reste en ferais-je une idole ? Adorerais-je une branche de bois ?

20 Il se repaît de cendres, et son cœur abusé le fait égarer ; il ne délivrera point son âme, et ne dira point : Ce qui est dans ma main droite, n’est-ce pas un mensonge ?

21 Jacob et Israël, souviens-toi de ceci : car tu es mon serviteur ; ô Israël, ne m’oublie pas.

22 J’ai effacé tes forfaits comme une nuée épaisse, et tes péchés comme un nuage ; retourne à moi, car je t’ai racheté.

23 Ô cieux ! réjouissez-vous avec un chant de triomphe, car l’Éternel a travaillé ; vous, les lieux bas de la terre, jetez des cris de réjouissance ; montagnes, éclatez de joie avec un chant de triomphe, et vous, forêts, et tous les arbres qui y sont, parce que l’Éternel a racheté Jacob, et s’est rendu glorieux en Israël.

24 Ainsi a dit l’Éternel ton Rédempteur, et celui qui t’a formé dès ta conception : Je suis l’Éternel qui ai fait toutes choses, qui seul ai étendu les cieux, et qui ai étendu la terre par moi-même ;

25 qui dissipe les signes des menteurs, et qui rends insensés les devins ; qui renverse les sages, et qui fais que leur science devient une folie.

26 C’est lui qui affermit la parole de son serviteur, et qui accomplit le conseil de ses envoyés ; qui dit à Jérusalem : Tu seras habitée ; et aux villes de Juda : Vous serez rebâties, et je redresserai ses lieux déserts ;

27 qui dit à l’abîme : Sois asséché, et je tarirai tes fleuves ;

28 qui dit de Cyrus : C’est mon pasteur ; il accomplira toute ma volonté, en disant à Jérusalem : Tu seras rebâtie ; et au temple : Tu seras fondé.

REFLEXIONS

Les promesses que Dieu faisait à son peuple de le racheter, de le faire croître et multiplier et de le bénir commencèrent à s’exécuter lorsqu’il retira les Juifs de la captivité de Babylone, mais elles le furent parfaitement lorsque Dieu envoya le Rédempteur du monde, selon qu’il l’avait promis de tout temps. C’est donc aux chrétiens à méditer ces magnifiques promesses avec foi et reconnaissance et à se réjouir en Dieu de ce qu’il les a accomplies.

Il y a dans ce chapitre une description de la vanité des idoles qui doit être lue et considérée avec soin. Ésaïe représente la folie de ceux qui adorent des images qui sont faites de bois ou de quelque autre matière et qui se prosternent devant l’ouvrage de leurs mains et devant des choses mortes. En cela nous voyons dans quel abrutissement les hommes sont tombés lorsqu’ils ont été abandonnés à eux-mêmes et privés des lumières de la parole de Dieu et dans quel état nous serions encore si nous n’avions pas été tirés de l’idolâtrie pour servir le Dieu vivant et véritable. Cela nous apprend aussi avec quel respect et quelle crainte il faut adorer le Dieu tout-puissant qui est le maître du monde, qui connaît toutes choses et qui, ayant un pouvoir sans bornes, peut faire du bien à ceux qui le révèrent et punir ceux qui l’offensent.

Les derniers versets de ce chapitre sont remarquables. Dieu n’y promet pas seulement que les Juifs reviendraient de Babylone et que leur ville et leur temple seraient rebâtis, mais il dit que cela se ferait par le moyen d’un roi nommé Cyrus, ce fut ce qui arriva environ deux cents ans après cette prédiction.

CHAPITRE XLV.

Cette prophétie marque qu’il y aurait un roi nommé Cyrus à qui Dieu donnerait une grande puissance et qui mettrait les Juifs en liberté en les renvoyant de Babylone en leur pays. Ésaïe dit que Dieu ferait cela pour montrer sa puissance et son amour envers son peuple et pour faire voir que les dieux des païens étaient de faux dieux et qu’il n’y avait point d’autre Dieu que celui d’Israël.

1 Ainsi a dit l’Eternel à son oint, à Cyrus, que j’ai pris par la main droite, afin que je renverse les nations devant lui, et que j’ôte la force aux rois, afin qu’on ouvre devant lui les portes, et qu’elles ne soient point fermées :

2 J’irai devant toi, et je dresserai les chemins tortus ; je romprai les portes d’airain, et mettrai en pièces les barres de fer ;

3 et je te donnerai les trésors cachés, et les richesses les plus secrètement gardées, afin que tu saches que je suis l’Eternel, le Dieu d’Israël, qui t’appelle par ton nom.

4 Pour l’amour de Jacob, mon serviteur et d’Israël mon élu, je t’ai appelé par ton nom, et je t’ai désigné, bien que tu ne me connusses point.

5 Je suis l’Eternel, et il n’y en a point d’autre. Il n’y a point d’autre Dieu que moi. Je t’ai revêtu de force, quoique tu ne me connusses point.

6 Afin qu’on connaisse, depuis le soleil levant jusqu’au soleil couchant, qu’il n’y en a point d’autre que moi. Je suis l’Eternel, et il n’y en a point d’autre ;

7 qui forme la lumière et qui crée les ténèbres, qui fais la paix et qui crée l’adversité, c’est moi, l’Eternel, qui fais toutes ces choses-là.

8 Cieux ! envoyez la rosée d’en haut, et que les nuées fassent pleuvoir la justice ; que la terre s’ouvre, et qu’ils produisent la délivrance, et que la justice germe en même temps ; c’est moi, l’Eternel, qui ai créé cela.

9 Malheur à celui qui dispute contre celui qui l’a formé. Qu’un pot dispute contre d’autres pots de terre ; mais l’argile dira-t-elle à celui qui l’a formée : Que fais-tu ? Tu n’as point d’adresse pour ton ouvrage.

10 Malheur à celui qui dit à son père : Qu’engendres-tu ? Et à sa mère : Qu’enfantes-tu ?

11 Ainsi a dit l’Eternel, le Saint d’Israël, qui l’a formé : Interrogez-moi sur les choses à venir, et sur ce qui regarde mes fils, et marquez-moi ce que je dois faire de l’ouvrage de mes mains.

12 C’est moi qui ai fait la terre, et qui ai créé l’homme sur elle ; c’est moi qui ai étendu les cieux de mes mains, et qui ai donné la loi à toute leur armée.

13 C’est moi qui ai suscité Cyrus pour la justice, et je conduirai tous ses desseins ; il rebâtira ma ville, et renverra sans rançon et sans présents mon peuple qui avait été transporté, a dit l’Eternel des armées.

14 Ainsi a dit l’Eternel : Le travail de l’Egypte, et le trafic de Cus, et les Sabéens, hommes de grande taille, passeront vers toi, et seront à toi ; ils marcheront après toi, ils viendront enchaînés, et ils se prosterneront devant toi, et ils te rendront hommage, en disant : Le Dieu fort est véritablement avec toi, et il n'y a point d’autre Dieu que lui.

15 Certainement, tu es le Dieu fort qui te caches, le Dieu d’Israël, le Sauveur.

16 Ils ont tous été honteux et confus ; les ouvriers d’images se sont retirés tous ensemble avec honte.

17 Mais Israël a été sauvé par l’Eternel d’un salut éternel ; vous ne serez point honteux, et vous ne serez jamais confus.

18 Car ainsi a dit l’Éternel, qui a créé les cieux, le Dieu qui a formé la terre et qui l’a faite, celui qui l’a affermie, et qui ne l’a point créée pour être une chose vaine, mais qui l’a formée afin qu’elle fût habitée : Je suis l’Éternel, et il n’y en a point d’autre.

19 Je n’ai pas parlé en secret, ni dans quelque lieu ténébreux de la terre ; je n’ai pas dit en vain à la postérité de Jacob : Cherchez-moi. Je suis l’Éternel, qui prononce ce qui est juste, et qui déclare ce qui est droit.

20 Assemblez-vous et venez, approchez-vous tous ensemble, vous les réchappés d’entre les nations. Ceux qui élèvent une image taillée de bois ne savent rien, ni ceux qui adressent leur prière à un Dieu qui ne délivre point.

21 Déclarez-le, faites-les approcher et consultez ensemble. Qui a fait entendre cela longtemps auparavant ? Qui l’a déclaré dès lors ? N’est-ce pas moi l’Éternel ? Il n’y a point d’autre Dieu que moi. Il n’y a point de Dieu fort, juste et sauveur que moi.

22 Vous tous les bouts de la terre, regardez vers moi et soyez sauvés ; car je suis le Dieu fort, il n’y en a point d’autre.

23 Je l’ai juré par moi-même, et une parole de justice est sortie de ma bouche, et elle ne sera point révoquée ; c’est que tout genou se pliera devant moi, et toute langue jurera par moi.

24 Certainement, on dira alors : La justice et la force viennent de l’Éternel ; mais quiconque s’opposera à lui sera honteux, de même que tous ceux qui s’irriteront contre lui.

25 Toute la postérité d’Israël sera justifiée par le Seigneur, et elle se glorifiera en lui.

REFLEXIONS

Ce chapitre contient l’une des prophéties les plus expresses et les plus remarquables qu’il y ait dans le Vieux Testament.

Elle porte qu’un roi, qui est ici désigné par son nom, savoir Cyrus, deviendrait très puissant :

- Que Dieu marcherait devant lui,

- Qu’il lui ferait remporter de grandes victoires,

- Qu’il lui donnerait des richesses immenses et la monarchie de l’Asie,

- Que ce serait ce prince qui permettrait aux Juifs de retourner dans leur pays

- Et qui ferait rebâtir Jérusalem et son

Tout ceci fut prédit longtemps à l’avance et au bout d’environ deux cents ans, Cyrus, roi de Perse, vint détruire la monarchie des Caldéens et donna un édit en faveur des Juifs pour les faire retourner chez eux.

Ces prédictions, qui ont été si exactement accomplies, prouvent invinciblement la divinité des Saintes Écritures et la vérité de la religion. Elles font voir qu’il y a un Dieu qui connaît l’avenir, qui préside sur tous les événements et surtout ce qui arrive dans le monde. Elles montrent en particulier qu’il dispose des choses qui dépendent de la liberté de l’homme sans pour autant lui ôter cette liberté, en sorte que les hommes exécutent sans le savoir les desseins de la providence. C’est par là aussi que le vrai Dieu se distingue des idoles comme il le dit à diverses fois dans ce chapitre et dans les précédents.

De tout cela nous devons recueillir que Dieu seul doit être craint et adoré, qu’il dispense tout avec sagesse et que le but qu’il se propose dans tous ses ouvrages est de se faire connaître aux hommes et de les engager à le servir et à le craindre. C’est ce qui a paru encore plus clairement dans l’accomplissement des promesses qu’il avait faites d’envoyer Jésus-Christ et d’établir son règne.

CHAPITRE XLVI.

Ésaïe prédit que les Babyloniens seraient détruits et qu’il paraîtrait alors que bel et nébo, qui étaient leurs idoles, n’étaient que des faux dieux et que l’Éternel était le protecteur des Juifs et le seul vrai Dieu. Le prophète ajoute que Dieu ferait venir de l’Orient un homme qui exécuterait les desseins de sa providence, ce qui dénote Cyrus, qui viendrait de la Perse pour subjuguer les Babyloniens et mettre les Juifs en liberté.

1 Bel est tombé sur ses genoux, Nébo est tombé sur le nez ; leurs faux dieux ont été mis sur des bêtes et sur des chevaux ; les idoles que vous portiez les ont chargés, elles ont été un fardeau aux bêtes lassées.

2 Elles sont tombées sur le nez ; elles sont tombées ensemble sur leurs genoux ; elles n’ont pu éviter d’être chargées, et elles-mêmes sont allées en captivité.

3 Maison de Jacob, écoutez-moi, et vous tous qui restez de la maison d’Israël, dont je me suis chargé dès votre conception, et que j’ai portés dès la naissance :

4 Je serai le même jusqu’à votre vieillesse, je me chargerai de vous jusqu’à votre blanche vieillesse ; je l’ai fait, et je vous porterai ; et je me chargerai de vous, et je vous délivrerai.

5 A qui me rendriez-vous semblable, et a qui m’égaleriez-vous ? et à qui me feriez-vous ressembler, pour dire que nous fussions semblables ?

6 Ils tirent l’or de la bourse, et pèsent l’argent à la balance, et louent un orfèvre pour en faire un dieu ; ils l’adorent, et se prosternent devant lui.

7 On le porte sur les épaules, on s’en charge, on le pose en sa place, où il se tient debout, sans branler de son lieu ; on criera à lui, mais il ne répondra point, et il ne délivrera point de leur détresse ceux qui crieront à lui.

8 Souvenez-vous de cela, encouragez-vous, et revenez à votre sens, vous, prévaricateurs.

9 Souvenez-vous des choses qui ont été autrefois ; car c’est moi qui suis le Dieu fort ; et il n’y a point d’autre Dieu, et il n’y en a point qui soit semblable à moi ;

10 Qui annonce dès le commencement ce qui arrivera à la fin, et longtemps auparavant ce qui n’a point encore été fait ; qui dis : Mon conseil tiendra, et j’exécuterai toute ma volonté.

11 C’est moi qui appelle de l’Orient un oiseau de proie, et d’une terre éloignée un homme qui accomplira ce que j’ai résolu. Je l’ai dit, et je ferai que la chose arrive ; j’en ai formé le dessein, et je l’exécuterai.

12 Ecoutez-moi, vous qui avez le cœur dur, et qui êtes éloignés de la justice :

13 J’ai fait approcher ma justice, elle ne s’éloignera point, et ma délivrance ne tardera point : j’établirai la délivrance en Sion, et ma gloire en Israël.

REFLEXIONS

Ce qui est dit ici de la destruction de Babylone eut son accomplissement lorsque Babylone fut prise et que l’empire des Babyloniens passa aux Perses et aux Mèdes. Dieu lui-même déclare que ce grand événement serait une preuve illustre par où il ferait voir aux Juifs et à toutes les nations que les divinités des païens n’étaient que des idoles mortes, qu’il était le seul Dieu tout-puissant, que l’avenir lui était parfaitement connu et que rien ne pouvait l’empêcher d’exécuter ses desseins.

On découvre aussi dans cette ruine de Babylone l’amour que Dieu portait à son peuple et la vérité de ses promesses. Dieu assure ici les Juifs que, comme il avait pris soin d’eux dès le commencement, il serait toujours le même à leur égard, d’où nous devons conclure que Dieu ne cessera jamais d’aimer et de protéger son église et qu’il n’est pas possible qu’il abandonne les siens.

III. Ce chapitre contient une description remarquable de l’extravagance des idolâtres qui, après avoir fait faire des images d’or ou d’argent, se prosternaient devant ces idoles et invoquaient des dieux qui ne pouvaient ni se remuer de leur place, ni les entendre, ni les délivrer.

D’où nous devons apprendre que l’idolâtrie est le plus grand outrage que l’on puisse faire à la divinité et en même temps le dernier de tous les égarements où les hommes puissent tomber.

CHAPITRE XLVII.

Ésaïe continue à prophétiser contre Babylone. Il prédit que Dieu abaisserait l’orgueil des Babyloniens et après avoir livré son peuple entre leurs mains pour le châtier il les dépouillerait de cette puissance et de cette gloire qui les rendaient si fiers et qu’il les punirait des cruautés qu’ils avaient exercées contre son peuple, de leur orgueil, de leur idolâtrie et de leurs autres crimes.

1 Descends, sieds-toi sur la poussière, vierge, fille de Babylone, sieds-toi à terre, il n’y a plus de trône pour la fille des Caldéens ; car on ne parlera plus de ta mollesse et de ta délicatesse.

2 Mets la main aux meules, et fais moudre la farine ; découvre tes tresses, déchausse-toi, trousse-toi, passe les fleuves.

3 Ta honte sera découverte, même ton opprobre sera vu ; je me vengerai de toi, et aucun homme n’intercédera pour toi.

4 Le nom de notre Rédempteur est : L’ÉTERNEL DES ARMÉES, le SAINT d’ISRAËL.

5 Sieds-toi dans le silence, et entre dans les ténèbres, fille des Caldéens ; car tu ne te feras plus appeler la dame des royaumes.

6 J’ai été dans une grande colère contre mon peuple ; j’ai profané mon héritage, et je les ai livrés entre tes mains ; mais tu n’as point usé de miséricorde envers eux ; tu as cruellement appesanti ton joug sur le vieillard.

7 Et tu as dit : Je serai reine à toujours ; tu n’as point fait attention à ces choses-là ; tu n’as point pensé à ce qui t’arriverait un jour.

8 Maintenant donc, écoute ceci, toi, voluptueuse, qui habites en assurance, et qui dis en ton cœur : C’est moi, et il n’y en a point d’autre que moi ; je ne demeurerai point veuve, et je ne saurai pas ce que c’est que d’être privée d’enfants.

9 C’est que ces deux choses t’arriveront en un moment, en un même jour, la privation d’enfants et le veuvage ; elles viendront sur toi dans tout leur perfection, à cause du grand nombre de tes enchantements, et de la multitude de tes enchanteurs.

10 Tu t’es confiée dans ta malice, et tu as dit : Il n’y a personne qui me voie. Ta sagesse et ta science, c’est ce qui t’a séduite, et tu as dit en ton cœur : C’est moi, et il n’y en a point d’autre que moi.

11 C’est pourquoi le mal viendra sur toi, et tu ne sauras pas quand il arrivera ; et une affliction tombera sur toi, que tu ne pourras point détourner, et une désolation que tu n’auras pas prévue viendra subitement sur toi.

12 Viens maintenant avec tes enchanteurs, et avec le grand nombre de tes enchantements, auxquels tu t’es appliquée dès ta jeunesse ; peut-être que tu en pourras tirer quelque profit, peut-être que tu en seras fortifiée.

13 Tu t’es fatiguée par la multitude des conseils que tu as demandés. Que ceux qui étudient le ciel, qui contemplent les étoiles et qui font leurs prédictions selon les lunes, paraissent maintenant, et qu’ils te délivrent de ce qui va t’arriver.

14 Voici, ils sont devenus comme de la paille ; le feu les a brûlés ; ils ne délivreront point leur âme de la violence de la flamme ; il ne restera point de charbons pour se chauffer, ni de feu pour s’asseoir devant.

15 Tels deviendront ceux avec lesquels tu t’es fatiguée, et avec lesquels tu as trafiqué dès ta jeunesse ; chacun s’est enfui de son côté, et il n’y en a point qui te délivre.

 REFLEXIONS

On doit considérer sur ce chapitre :

I. Que Dieu dispose de toutes choses et en particulier des rois et des états les plus puissants avec un pouvoir auquel rien ne peut résister et en même temps avec une parfaite justice. Ce fut ce qui parut autrefois dans l’abaissement et dans la ruine de Babylone qui arriva selon les prédictions d’Ésaïe.

II. Il paraît d’ici que trois choses engagèrent Dieu à punir les Babyloniens, savoir leur orgueil, leur inhumanité envers les Juifs et leur idolâtrie.

Ainsi l’on ne peut douter que ces péchés-là n’attirent particulièrement la colère de Dieu sur ceux qui s’en rendent coupables. Cela prouve aussi que Dieu est le juge du monde, que c’est lui seul qu’il faut craindre et qu’il est engagé par sa bonté et sa justice à faire du bien à ceux qui le servent et qui s’attachent à lui plaire.

CHAPITRE XLVIII.

I. Ésaïe dit aux Juifs que Dieu les avait fait avertir de ce qui devait arriver afin qu’ils renonçassent à l’idolâtrie, qu’ils reconnussent qu’il était le seul Dieu et qu’ils se convertissent à lui.II. Il leur dit que Dieu pour l’amour de soi-même et pour la gloire de son nom ne les détruirait pas tout à fait et qu’il exécuterait ses jugements et ses menaces sur les Babyloniens leurs ennemis. III. Il ajoute que s’ils eussent été attentifs à la voix du Seigneur, ils auraient toujours joui de la paix et qu’ils n’auraient pas été livrés aux Babyloniens, que cependant Dieu les rachèterait et les feraient sortir de Babylone, mais qu’il n’y aurait aucune paix pour leurs ennemis, ni en général pour les méchants.

1 Ecoutez ceci, maison de Jacob, qui êtes appelés du nom d’Israël, et qui êtes sortis de la race de Juda, qui jurez par le nom de l’Éternel, et qui faites mention du Dieu d’Israël, mais non pas dans la vérité, ni dans la justice.

2 Car ils prennent le nom de la ville sainte, et ils s’appuient sur le Dieu d’Israël, duquel le nom est l’ÉTERNEL DES ARMÉES.

3 J’ai annoncé longtemps auparavant les choses qui sont arrivées depuis ; elles sont sorties de ma bouche, et je les ai publiées ; tout aussitôt, je les ai faites, et elles sont arrivées.

4 Parce que je savais que tu étais dur, et que ton cou était comme une barre de fer, et que tu avais un front d’airain ;

5 je t’ai annoncé dès lors ces choses-là, et je te les ai fait entendre avant qu’elles arrivassent, de peur que tu ne disses : Mes faux dieux ont fait ces choses, et mon image taillée, et mon image de fonte les ont ordonnées.

6 Tu les as ouïes ; vois-les toutes accomplies, et vous, ne le publierez-vous pas ? Je te fais entendre maintenant des choses nouvelles, qui étaient cachées et que tu ne savais pas.

7 Elles ont été faites maintenant, et non pas longtemps auparavant, et avant ce jour tu n’en avais rien entendu ; afin que tu ne disses pas : Voici, je les savais bien.

8 Et même tu ne les as pas entendues, tu ne les as pas connues ; même, dès lors, ton oreille n’a point été ouverte ; car j’ai su que tu agirais très perfidement, et tu as été appelé prévaricateur, dès ta naissance.

9 A cause de mon nom je différerai ma colère, et à cause de ma louange je me retiendrai pour ne pas te retrancher.

10 Voici, je t’ai purifié, mais non pas pour de l’argent ; je t’ai élu dans le creuset de l’affliction.

11 C’est pour l’amour de moi, pour l’amour de moi, que je le ferai ; car comment mon nom serait-il profané ? Et je ne donnerai point ma gloire à un autre.

12 Ecoute-moi, Jacob, et toi, Israël, que j’ai appelé : C’est moi qui suis le premier, et je suis aussi le dernier.

13 Ma main a aussi fondé la terre, et ma droite a mesuré les cieux à l’empan ; quand je les appelle, ils paraissent ensemble.

14 Assemblez-vous tous et écoutez : Qui d’entre eux a déclaré ces choses ? L’Eternel l’a aimé ; il exécutera sa volonté contre Babylone, et son bras sera contre les Caldéens.

15 C’est moi, c’est moi qui ai parlé ; je l’ai aussi appelé ; je l’amènerai et ses desseins lui réussiront.

16 Approchez-vous de moi, et écoutez ceci : Dès le commencement je n’ai point parlé en cachette ; au temps que la chose a été résolue, j'étais là, et maintenant c’est le Seigneur Eternel et son Esprit qui m’a envoyé.

17 Ainsi a dit l’Eternel, ton Rédempteur, le Saint d’Israël : Je suis l’Eternel ton Dieu, qui t’enseigne ce qui t’est utile, et qui te guide par le chemin par lequel tu dois marcher.

18 Oh ! si tu eusses été attentif à mes commandements ! ta paix eût été comme un fleuve, et ta justice comme les flots de la mer ;

19 et ta postérité eût été comme le sable, et ceux qui sortent de tes entrailles comme son gravier ; ton nom n’aurait point été effacé, ni détruit de devant ma face.

20 Sortez de Babylone, fuyez de la Caldée ; publiez ceci, avec une voix de chant de triomphe ; annoncez, publiez ceci et envoyez-le dire jusqu’au bout de la terre ; dites : L’Eternel a racheté Jacob son serviteur.

21 Et quand il les a fait marcher par les déserts, ils n’ont point eu soif ; il leur a fait couler l’eau du rocher ; même il leur a fendu le rocher, et les eaux en sont découlées.

22 Il n’y a point de paix pour les méchants, a dit l'Eternel.

REFLEXIONS

Ce chapitre nous enseigne en premier lieu que Dieu se fait connaître aux hommes et qu’il leur révèle sa volonté et ses desseins autant que cela est nécessaire pour leur apprendre à le craindre et pour les rendre heureux.

II. On doit bien remarquer ce que Dieu dit ici, c’est qu’il avait fait annoncer les choses à venir longtemps avant qu’elles arrivassent afin de montrer aux Juifs qu’il était le seul vrai Dieu et de les détourner du service des idoles. Cette considération que Dieu propose en tant d’endroits de ce livre et dans les autres prophètes mérite nos plus sérieuses réflexions. Dieu ne pouvait marquer plus expressément que l’une des voies les plus claires par où il se soit révélé aux hommes sont les prédictions des prophètes et que c’est là ce qui prouve le plus fortement qu’il y a un Dieu et une providence qui conduit toutes choses. Ainsi nous devons faire une attention particulière à cette épreuve afin d’être affermis par ce moyen dans la croyance de la vérité et dans la pratique de ses devoirs.

III. La troisième instruction que ce chapitre nous donne est que si les hommes répondaient à ce que Dieu fait pour eux, ils jouiraient d’un bonheur assuré et qu’ils n’obligeraient pas à les punir. Dieu marque ces favorables dispositions lorsqu’il dit aux Juifs : Je suis le Seigneur ton Dieu qui t’enseigne ce qui t’est utile et qui te guide par le chemin où tu dois marcher. Ô si tu eusses été attentif à mes commandements ! Ta paix aurait été comme un fleuve et ta postérité comme les flots de la mer.

Il paraît enfin de ce chapitre que si Dieu est engagé à punir les hommes, il retire sa verge de dessus eux aussitôt qu’il les voit humiliés. Ce fut ce qu’il fit envers les Juifs lorsqu’après les avoir envoyés en captivité à Babylone il les en fit revenir et leur rendit la paix.

CHAPITRE XLIX.

Ésaïe annonce le glorieux rétablissement des Juifs et en même temps la venue du Messie qui apporterait le salut et la délivrance à toutes les nations et il promet aux Juifs que Dieu les mettrait en liberté en les tirant de la captivité de Babylone. Il exhorte toutes les créatures à se réjouir en vue de ce grand salut, il console Jérusalem qui aurait pu se croire abandonnée de Dieu, il l’assure que le Seigneur la protègerait, qu’il la rétablirait, qu’il la multiplierait extrêmement, qu’il lui rendrait favorables les princes étrangers et qu’il ferait éclater sa gloire aux yeux de tous les peuples en domptant ceux qui l’auraient opprimées.

1 Iles, écoutez-moi, et vous, peuples éloignés, soyez attentifs. L’Eternel m’a appelé dès ma naissance ; il a fait mention de mon nom dès les entrailles de ma mère ;

2 Et il a rendu ma bouche semblable à une épée aiguë ; il m’a protégé sous l’ombre de sa main, et il m’a rendu semblable à une flèche bien polie ; il m’a serré dans son carquois.

3 Et il m’a dit : Tu es mon serviteur ; Israël est celui en qui je me glorifierai par toi.

4 Et moi j’ai dit : J’ai travaillé en vain ; j’ai consumé ma force inutilement et sans fruit ; toutefois, mon droit est auprès de l’Eternel, et mon œuvre est auprès de mon Dieu.

5 Maintenant donc, l’Eternel qui m’a formé dès ma naissance pour être son serviteur, m’a dit que je ramène Jacob à lui ; mais Israël ne se rassemble point ; mais je serai glorifié aux yeux de l’Eternel, et mon Dieu sera ma force.

6 Et il m’a dit : C’est peu de chose que tu sois mon serviteur, pour rétablir les tribus de Jacob, et pour ramener les restes d’Israël ; mais je t’ai donné pour être la lumière des nations, et pour être mon salut jusqu’au bout de la terre.

7 Ainsi a dit l’Eternel, le Rédempteur, et le Saint d’Israël, à celui qui est méprisé, à la nation détestée, à celui qui est esclave de ceux qui dominent : Les rois le verront et se lèveront, et les principaux se prosterneront devant lui, pour l’amour de l’Eternel, qui est fidèle, et du Saint d’Israël, qui t’a élu.

8 Ainsi a dit l’Eternel : Je t’ai exaucé dans le temps favorable, et je t’ai aidé dans le jour de salut ; et je te garderai, et je te donnerai pour être l’alliance du peuple, pour rétablir la terre, et afin qu’on possède les héritages désolés ;

9 pour dire à ceux qui sont garrottés : Sortez ; et à ceux qui sont dans les ténèbres : Montrez-vous. Ils paîtront sur les chemins, et leurs pâturages seront sur tous les lieux élevés.

10 Ils n’auront plus de faim, ils n’auront plus soif, et la chaleur ne les frappera plus, ni le soleil ; car celui qui a pitié d’eux les conduira, et les mènera aux sources d’eaux.

11 Et je réduirai toutes mes montagnes en chemins, et mes sentiers seront relevés.

12 Voici, ils viendront de loin ; voici, ceux-ci viendront d’Aquilon, et de la mer, et ceux-là du pays des Siniens.

13 O cieux, réjouissez-vous avec un chant de triomphe, et toi, terre, sois dans l’allégresse, et vous, montagnes, éclatez de joie avec un chant de triomphe ; car l’Eternel a consolé son peuple, et il aura compassion de ceux qu’il avait affligés.

14 Mais Sion a dit : L’Eternel m’a délaissée, le Seigneur m’a oubliée.

15 La femme peut-elle oublier son enfant qu’elle allaite, et n’avoir pas pitié du fils de ses entrailles ? Mais quand les femmes les auraient oubliés, encore ne t’oublierai-je pas, moi.

16 Voici, je t’ai gravée sur la paume de mes mains ; tes murs sont continuellement devant moi.

17 Ceux qui te rebâtiront se hâteront de venir, et ceux qui t’auront détruite et réduite en désert sortiront du milieu de toi.

18 Elève tes yeux tout autour et regarde ; tous ceux-ci se sont rassemblés ; ils sont venus à toi. Je suis vivant, dit l’Eternel, que tu t’en revêtiras comme d’un ornement, et tu t’en pareras comme une épouse.

19 Certainement, tes déserts, tes lieux désolés, et ton pays détruit seront maintenant trop à l’étroit pour le nombre des habitants ; et ceux qui te dévoraient s’éloigneront.

20 Les enfants que tu auras, après avoir perdu les autres, te diront encore : Ce lieu est trop étroit pour moi ; donne-moi une place, afin que j’y puisse demeurer.

21 Et tu diras en ton cœur : Qui m’a donné ceux-ci, vu que j’avais perdu mes enfants, et que j’étais seule ? J'ai été emmenée en captivité et agitée ; et qui m’a nourri ceux-ci ? Voici, j’étais demeurée toute seule, et ceux-ci, où étaient-ils ?

22 Ainsi a dit le Seigneur l’Eternel : Voici, je lèverai ma main vers les nations, et je hausserai mon étendard vers les peuples, et ils apporteront tes fils entre leurs bras, et on se chargera de tes filles sur les épaules.

23 Et les rois seront tes nourriciers, et les princesses leurs femmes, tes nourrices ; ils se prosterneront devant toi, la face baissée en terre, et lécheront la poudre de tes pieds, et tu sauras que je suis l’Éternel, et que ceux qui s’attendent à moi ne seront point honteux.

24 Le butin sera-t-il ôté à un homme puissant ? Et les captifs d’un homme juste lui seront-ils enlevés ?

25 Mais ainsi a dit l’Éternel : Les captifs pris par un homme puissant lui seront ôtés, et le butin de l’homme fort lui sera enlevé, car je plaiderai moi-même avec ceux qui plaident contre toi, et je délivrerai tes enfants.

26 Et je ferai que ceux qui t’auront opprimée mangeront leur propre chair, et s’enivreront de leur sang, comme de la liqueur qui sort de la vendange, et toute chair connaîtra que je suis l’Éternel qui te sauve, et ton Rédempteur, le Puissant de Jacob.

REFLEXIONS

Ce qui est dit dans ce chapitre s’accomplit en partie lorsque, environ deux cents ans après que ces prédictions eurent été faites, les Juifs furent rappelés de Babylone. Dieu fit alors éclater d’une manière magnifique sa puissance aux yeux de toutes les nations, il donna à son peuple des princes étrangers pour protecteurs, tels que furent Cyrus, Darius et plusieurs autres, il le rassembla dans son pays, il l’y multiplia et l’y combla de ses grâces.

Mais ces promesses se rapportent surtout à l’église chrétienne. On voit clairement ici la vocation des Gentils et le merveilleux accroissement de l’église de Jésus-Christ. St. Paul nous l’enseigne lorsque, pour faire voir que l’Évangile doit être annoncé aux païens, il cite cet oracle tiré de ce chapitre : Je t’ai établi pour être la lumière des nations et mon salut jusqu’aux bouts de la terre et lorsqu’il applique aux temps de l’Évangile ces autres paroles d’Ésaïe : Je t’ai exaucé dans le temps favorable et je t’ai aidé au jour du salut, c’est maintenant le temps favorable, c’est maintenant le jour du salut.

C’est dans ce temps heureux que l’église a vu ses enfants se multiplier et que les rois et les grands de ce monde ont rendu leurs hommages au Dieu tout-puissant et se sont mis au nombre de ses adorateurs. Tous ceux qui ont le bonheur d’être membres de l’église doivent sentir le prix de ces avantages et les posséder avec reconnaissance. Les princes chrétiens doivent en particulier apprendre d’ici que leur plus grande gloire consiste à connaître Dieu, à appartenir à l’église, à en être les protecteurs et les nourriciers, et à se servir de leur pouvoir pour la rendre de plus en plus florissante.

Enfin, ce chapitre contient de très fortes assurances de l’amour de Dieu envers son peuple. Dieu y déclare : que quand même une mère oublierait l’enfant qu’elle allaite, il n’abandonnera jamais son église et qu’elle est gravée sur la paume de ses mains.

Ce sont là des promesses infiniment consolantes pour l’église en général et pour tous ceux qui en sont de vrais membres.

CHAPITRE L.

Ésaïe montre aux Juifs, par la similitude d’une femme qui aurait été répudiée par son mari, que s’ils étaient rejetés, c’était parce qu’ils avaient abandonné Dieu, que du reste Dieu avait le pouvoir de les délivrer puisqu’il était le maître du monde et que rien ne pouvait résister à sa puissance. Il parle ensuite des traverses auxquelles il avait été exposé en exerçant son ministère et il fait paraître une ferme confiance en Dieu.

1 Ainsi a dit l’Éternel : Où est la lettre de divorce de votre mère que j’ai renvoyée ? Ou, qui est celui de mes créanciers à qui je vous ai vendus ? Voilà, vous avez été vendus à cause de vos iniquités, et votre mère a été renvoyée à cause de vos crimes.

2 Pourquoi suis-je venu, et il ne s’est trouvé personne ? J’ai crié, et il n’y a personne qui ait répondu. Ma main est-elle absolument raccourcie, tellement que je ne puisse pas racheter ? Ou, n’y a-t-il plus de force en moi pour délivrer ? Voici, je fais tarir la mer, quand je la menace, je réduis les fleuves en désert, en sorte que leur poisson devient puant, et meurt de soif, parce qu’il n’y a point d’eau.

3 Je revêts les cieux de noirceur, et je mets un sac pour leur couverture.

4 Le Seigneur l’Éternel m’a donné une langue savante, pour savoir parler à propos à celui qui est abattu ; il m’excite à l’attention tous les matins ; il me touche l’oreille, afin que j’écoute, comme on écoute les maîtres.

5 Le Seigneur l’Éternel m’a ouvert l’oreille, et je n’ai point été rebelle, et ne me suis point retiré en arrière.

6 J’ai exposé mon dos à ceux qui me frappaient, et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe ; je n’ai point caché mon visage pour éviter l’ignominie et les crachats.

7 Mais le Seigneur l’Éternel m’a aidé ; c’est pourquoi je n’ai point été confus ; c’est pourquoi j’ai rendu ma face semblable à un caillou ; car je sais que je ne serai point rendu honteux.

8 Celui qui me justifie est près de moi : qui se déclarera contre moi ? Paraissons ensemble : qui est ma partie ? Qu’il approche de moi.

9 Voilà, le Seigneur l’Éternel m’aidera : qui me condamnera ? Voilà, ils s’useront tous comme un vêtement, la teigne les rongera.

10 Qui est celui d’entre vous qui craint l’Éternel, et qui écoute la voix de son serviteur ? Que celui qui marche dans les ténèbres, et qui n’a point de lumière, ait sa confiance au nom de l’Éternel, et qu’il s’appuie sur son Dieu.

11 Voilà, vous tous qui avez allumé le feu, et qui vous êtes environnés d’étincelles, vous marcherez dans le feu et dans les étincelles que vous avez allumées ; c’est de ma main que tout ceci vous est arrivé ; vous mourrez dans les tourments.

REFLEXIONS

Ce que le prophète disait aux Juifs dans ce chapitre nous apprend :

I. Que Dieu n’abandonne les hommes que lorsqu’ils l’abandonnent eux-mêmes les premiers et que ce sont leurs péchés qui interrompent le cours de ses grâces sur eux,

II. Que si le peuple Juif fut justement rejeté pour n’avoir pas voulu écouter la voix de Dieu et de ses prophètes, notre condamnation sera bien plus sévère si nous n’écoutons pas la voix de Jésus-Christ.

III. Les ministres du Seigneur peuvent voir par ce qui arriva à Ésaïe qu’ils doivent s’attendre à rencontrer des oppositions en s’acquittant de leur charge, mais que cependant ils ne doivent pas abandonner leur vocation et que Dieu soutiendra toujours tous ceux qui travaillent et qui souffrent pour sa cause.

Au reste, on voit dans la seconde partie de ce chapitre une image des contradictions que Jésus-Christ a souffert, des outrages qu’il a reçus de la part de ceux qui le crucifièrent aussi bien que de la glorieuse issue que Dieu lui a donné de tous ses travaux en le ressuscitant et en établissant son règne malgré les contradictions du monde.

CHAPITRE LI.

 

I. Le prophète assure les Juifs que, comme Dieu avait béni Abraham et Sara en leur donnant une nombreuse postérité, il les multiplierait aussi après qu’ils auraient été captifs, qu’il leur donnerait des sujets de joie et qu’il déploierait pour leur délivrance la force de son bras, comme il l’avait déployée autrefois contre Rahab, c’est-à-dire contre l’Égypte, lorsqu’il en avait retiré leurs pères et qu’il avait ouvert la Mer rouge devant eux. II. Il les exhorte à se confier en Dieu qui ne manquerait pas de consoler Jérusalem, de la relever de ses ruines après qu’elle aurait été désolée par les Caldéens et de faire retomber sur ces peuples idolâtres les maux qu’ils avaient faits aux Juifs.

1 Ecoutez-moi, vous qui suivez la justice, et qui cherchez l’Éternel ; regardez au rocher duquel vous avez été taillés, et aux creux de la carrière dont vous avez été tirés.

2 Regardez à Abraham votre père et à Sara qui vous a enfantés, comment je l’ai appelé, lorsqu’il était seul, et comment je l’ai béni et multiplié.

3 Car l’Éternel consolera Sion ; il la consolera de toutes ses ruines, et il rendra son désert semblable à Héden, et sa solitude au jardin de l’Éternel ; la joie et l’allégresse se trouveront au milieu d’elle, la louange et la voix de cantique.

4 Ecoutez-moi, vous qui êtes mon peuple, et prêtez-moi l’oreille, vous qui êtes ma nation ; car la loi sortira de moi, et je ferai reposer ma justice sur les peuples pour être leur lumière.

5 Ma justice est près, mon salut a paru, et mes bras jugeront les peuples ; les îles se confieront en moi, et leur espérance sera en mon bras.

6 Elevez vos yeux vers les cieux, et regardez-en bas vers la terre ; car les cieux s’évanouiront comme la fumée, et la terre vieillira comme un habit, et ses habitants mourront pareillement ; mais mon salut demeurera à toujours, et ma justice ne sera point anéantie.

7 Écoutez-moi, vous qui connaissez la justice, peuple dans le cœur duquel est ma loi ; ne craignez point l’opprobre des hommes, et ne soyez point effrayés de leurs injures.

8 Car la teigne les rongera comme un habit, et la gerce les dévorera comme la laine ; mais ma justice subsistera toujours, et mon salut sera dans tous les âges.

9 Réveille-toi, réveille-toi, revêts-toi de force, bras de l’Éternel ; réveille-toi, comme aux jours anciens, comme aux siècles passés. N’est-ce pas toi qui as taillé en pièces Rahab, et qui as blessé à mort le dragon ?

10 N’est-ce pas toi qui as fait tarir la mer et les eaux du grand abîme ? qui as fait un chemin dans les lieux les plus profonds de la mer, afin que les rachetés y passassent ?

11 Ceux que l’Eternel aura rachetés retourneront et viendront à Sion avec un chant de triomphe, et une allégresse éternelle sera sur leurs têtes ; ils auront pour leur partage la joie et l’allégresse ; la douleur et le gémissement s’enfuiront.

12 C’est moi, c’est moi qui vous console. Qui es-tu pour avoir peur de l’homme mortel qui mourra, et du fils de l’homme qui deviendra comme du foin ?

13 Tu as oublié l’Éternel qui t’a formée, qui a étendu les cieux, qui a fondé la terre, et tu t’es continuellement effrayée à cause de la fureur de celui qui te pressait, lorsqu’il était prêt à te détruire ! Et où est maintenant la fureur de celui qui te pressait ?

14 Il se hâtera de mettre en liberté celui qui aura été transporté d’un lieu à un autre ; il ne mourra pas dans la fosse, et son pain ne lui manquera point.

15 Car je suis l’Éternel ton Dieu, qui fend la mer, et ses flots bruient ; l’Éternel des armées est son nom.

16 J’ai mis mes paroles dans ta bouche, et je t’ai couvert de l’ombre de ma main, afin que j’établisse les cieux, et que je fonde la terre, et que je dise à Sion : Tu es mon peuple.

17 Réveille-toi, réveille-toi, lève-toi, Jérusalem, qui as bu de la main de l’Éternel la coupe de sa colère ; tu as bu, tu as sucé la lie de la coupe d’étourdissement.

18 Il n’y a pas un de tous les enfants qu’elle a enfantés qui la conduise ; et de tous les enfants qu’elle a nourris, il n’y en a pas un qui la prenne par la main.

19 Ces deux choses te sont arrivées : et qui est-ce qui te plaindra ? Le ravage et la désolation ; la famine et l’épée ? Par qui te consolerais-je ?

20 Tes enfants sont tombés en défaillance, ils ont été couchés dans les carrefours par toutes les rues, comme un bœuf sauvage pris dans les rets ; ils ont été remplis de l’indignation de l’Éternel, et de la vengeance de ton Dieu.

21 C’est pourquoi, écoute maintenant ceci, toi qui es affligée, et qui es enivrée, mais non pas de vin :

22 ainsi a dit l’Éternel ton Seigneur et ton Dieu, qui défend la cause de son peuple : Voici, j’ai pris de ta main la coupe d’étourdissement, la lie de la coupe de ma colère ; tu n’en boiras plus désormais ;

23 Mais je la mettrai dans la main de ceux qui t’affligent, qui ont dit à ton âme : Prosterne-toi, et nous passerons ; et tu as mis ton corps comme une terre sur laquelle on marche, et comme un chemin pour les passants.

REFLEXIONS

Il faut considérer, premièrement, que Dieu selon les promesses qui sont contenues dans ce chapitre rétablit les Juifs après les avoir affligés et qu’il déploya sa toute-puissance en leur faveur lorsqu’il les racheta de la captivité de Babylone.

II. Ce qui est dit ici est très propre pour la consolation de l’église en général. L’amour tendre que Dieu fait paraître pour le peuple juif ne nous permet pas de douter qu’il n’aime aussi l’église de son fils et que s’il la visite par des afflictions, il ne soit pourtant pas toujours son protecteur.

III. Le prophète nous apprend qu’on ne doit pas craindre les hommes et que, quelque puissants et redoutables qu’ils paraissent, ce ne sont que des créatures mortelles et que Dieu est infiniment plus puissant qu’eux.

IV. Ce qu’Ésaïe disait de la joie dont les Juifs seraient comblés lorsque Dieu les rappellerait de Babylone est une image de la grande joie que Jésus-Christ devait apporter au monde. Mais il faut aussi remarquer que cette joie n’est promise qu’aux justes et que les consolations qu’on lit dans ce chapitre ne s’adressent qu’au vrai peuple de Dieu, à ceux qui cherchent le Seigneur, qui écoutent sa voix et qui ont sa loi gravée dans leur cœur.

Pour ce qui est des méchants, ces promesses ne les regardent point. Dieu les menace au contraire de les faire boire dans la coupe de sa colère et de les accabler de ses jugements.

CHAPITRE LII.

Ésaïe continue à promettre que Dieu rétablirait Jérusalem, il assure les Juifs que Dieu ferait de grandes merveilles pour leur délivrance à la vue de toute la terre et qu’il les ramènerait de Babylone dans une pleine liberté.

 Réveille-toi, réveille-toi, Sion, revêts-toi de ta force, Jérusalem, ville sainte ; revêts-toi de tes vêtements magnifiques ; car désormais l’incirconcis et le souillé ne passeront plus au milieu de toi.

2 Jérusalem, secoue la poudre de dessus toi, lève-toi, et t’assieds ; délie les liens de ton cou, fille de Sion, qui étais captive.

3 Car ainsi a dit l’Éternel : Vous avez été vendus pour rien ; vous serez aussi rachetés sans argent.

4 Car ainsi a dit le Seigneur l’Éternel : Mon peuple descendit autrefois en Égypte pour y habiter ; mais les Assyriens l’ont opprimé sans sujet.

5 Qu’ai-je donc à faire maintenant, dit l’Éternel, que mon peuple ait été enlevé pour néant ? Ceux qui dominent sur lui le font hurler, dit l’Éternel ; et mon nom est blasphémé continuellement et chaque jour.

6 C’est pourquoi mon peuple connaîtra mon nom ; c’est pourquoi il connaîtra, en ce jour-là, que c’est moi qui ai dit : Me voici.

7 Que les pieds de celui qui apporte de bonnes nouvelles, et qui publie la paix sur les montagnes sont beaux, de celui qui apporte de bonnes nouvelles, qui publie le salut, et qui dit à Sion : Ton Dieu règne.

8 Tes sentinelles élèveront leurs voix, et se réjouiront ensemble avec un chant de triomphe ; car elles verront de leurs yeux que l’Éternel aura ramené Sion.

9 Déserts de Jérusalem, éclatez, réjouissez-vous tous ensemble avec un chant de triomphe ; car l’Éternel a consolé son peuple, il a racheté Jérusalem.

10 L’Éternel a découvert le bras de sa sainteté devant les yeux de toutes les nations ; et tous les bouts de la terre verront le salut de notre Dieu.

11 Retirez-vous, retirez-vous, sortez de là, ne touchez à aucune chose souillée ; sortez du milieu d’elle ; nettoyez-vous, vous qui portez les vaisseaux de l’Éternel.

12 Car vous ne sortirez point à la hâte, et vous ne marcherez point en fuyant, parce que l’Éternel ira devant vous, et le Dieu d’Israël sera votre arrière-garde.

13 Voici, mon serviteur prospérera, il sera fort exalté et élevé, et il s’agrandira extrêmement.

14 Comme plusieurs ont été étonnés à cause de toi, de ce que tu étais ainsi défait de visage plus qu’aucun autre, et sans apparence, plus que pas un des enfants des hommes ;

15 ainsi il fera rejaillir le sang de plusieurs nations ; et les rois fermeront la bouche devant toi, car ceux auxquels on n’en avait rien annoncé le verront, et ceux qui n’en avaient point ouï parler, l’entendront.

REFLEXIONS

Cette prophétie avait deux vues :

La première était la délivrance des Juifs captifs à Babylone et ces prédictions s’accomplirent à cet égard lorsque Cyrus mit fin à leur captivité et qu’ils se retirèrent d’entre ces peuples idolâtres pour retourner à Jérusalem et pour y servir Dieu comme auparavant.

La seconde et la principale vue de cette prophétie était de marquer que les hommes seraient rachetés par Jésus-Christ et que les heureuses nouvelles de cette rédemption et de la venue du règne de Dieu seraient publiées par toute la terre par le moyen des apôtres. Saint Paul le montre lorsqu’il applique à la prédication de l’Évangile ces paroles d’Ésaïe : Ô que les pieds de ceux qui annoncent la paix sont beaux, de ceux qui apportent de bonnes nouvelles et qui disent à Sion : Ton Dieu règne !

Il paraît de ce chapitre que le devoir de ceux à qui l’Évangile est ainsi prêché est : premièrement, de rendre grâce à Dieu de ce qu’il a accompli ces magnifiques promesses et de recevoir avec reconnaissance et avec joie la doctrine du salut qui leur est annoncée par les apôtres et par les ministres de Jésus-Christ, et en second lieu de se séparer du monde, de ne point participer à ses souillures et de se sanctifier pour servir Dieu d’un cœur pur en vivant dans l’innocence et d’une manière qui réponde aux grâces inestimables que Dieu leur a faites par Jésus-Christ son fils.

CHAPITRE LIII.

C’est ici une prophétie qui prédit l’abaissement et la mort du Messie, Aussi bien que sa gloire et l’établissement de son règne.

1 Qui a cru à notre prédication ? Et à qui le bras de l’Éternel a-t-il été révélé ?

2 Il est monté comme un rejeton devant lui, et comme une racine qui sort d’une terre sèche. Il n’y a en lui ni forme, ni éclat, quand nous le regardons ; il n’y a rien en lui, à le voir, qui nous le fasse désirer.

3 Il est le méprisé et le dernier des hommes, un homme de douleurs, et qui sait ce que c’est que la langueur, et nous avons comme caché notre face de lui ; il était méprisé, et nous n’en avons fait aucun cas.

4 Il s’est chargé véritablement de nos langueurs, et il a porté nos douleurs, et pour nous, nous avons cru qu’il était frappé, battu de Dieu, et affligé.

5 Mais il a été navré pour nos forfaits, et frappé pour nos iniquités ; le châtiment qui nous apporte la paix est tombé sur lui, et nous avons la guérison par sa meurtrissure.

6 Nous avons tous été errants comme des brebis, nous nous sommes détournés pour suivre chacun son propre chemin, et l’Éternel a fait venir sur lui l’iniquité de nous tous.

7 On exige de lui ; il a été affligé, et il n’a point ouvert sa bouche ; il a été mené à la tuerie comme un agneau, et comme une brebis muette devant celui qui la tond ; même il n’a point ouvert sa bouche.

8 Il a été enlevé par la force de l’angoisse et de la condamnation ; mais qui racontera sa durée ? Car il a été retranché de la terre des vivants, et la plaie lui a été faite pour le péché de mon peuple.

9 Or, on avait ordonné son sépulcre avec les méchants, mais dans sa mort il a été avec le riche, car il n’avait point fait d’outrage, et il ne s’est point trouvé de fraude dans sa bouche.

10 L’Éternel l’a voulu frapper, et il l’a mis dans la langueur, mais après qu’il aura mis son âme en oblation pour le péché, il se verra de la postérité, il prolongera ses jours, et la volonté de l’Éternel prospérera dans sa main.

11 Il jouira du travail de son âme, et il en sera rassasié ; et mon serviteur juste en justifiera plusieurs par la connaissance qu’ils auront de lui, et lui-même portera leurs iniquités.

12 C’est pourquoi je lui donnerai son partage parmi les grands, et il partagera le butin avec les puissants, parce qu’il aura livré son âme à la mort, qu’il aura été mis au rang des méchants, et qu’il aura porté les péchés de plusieurs, et intercédé pour les pécheurs.

REFLEXIONS

I. On ne peut rien voir de plus clair et de plus exprès, que cette admirable prophétie, pour marquer l’état d’abaissement par où le Messie devait passer et son état d’élévation et de gloire. L’Esprit de Dieu y marque :

II. Que le Messie paraîtrait dans la bassesse, qu’il serait méprisé et rejeté à cause de cela par les Juifs, qu’il se chargerait des péchés des hommes et qu’il les expierait par sa mort, qu’on le mettrait au rang des malfaiteurs et qu’il serait enseveli honorablement.

On voit de plus dans cet oracle la parfaite innocence du Messie, sa douceur et la patience avec laquelle il souffrirait tous les maux qu’on lui ferait.

III. Enfin, le prophète dit : qu’après que le Messie se serait livré à la mort, il se verrait de la postérité et qu’il prolongerait ses jours.

Cela signifie que sa mort serait suivie de sa résurrection et de son exaltation, qu’il s’assemblerait une église, qu’il justifierait ceux qui croiraient en lui et que son règne s’établirait dans tout le monde.

Cette prophétie où nous voyons les principales circonstances de la passion de Jésus-Christ doit nous convaincre pleinement que c’est lui qui est ce grand rédempteur dont les prophètes avaient parlé, que sa doctrine est véritable et divine, que ses souffrances et sa mort sont l’admirable moyen par lequel Dieu a sauvé les hommes et qu’étant maintenant élevé dans la gloire, il a la puissance de sauver tous ceux qui s’approchent de Dieu par lui et qui lui obéissent.

CHAPITRE LIV.

Ésaïe représente sous l’image d’une femme stérile à qui Dieu donnerait des enfants et d’une épouse qui aurait été abandonnée de son mari et qui serait rappelée l’amour que Dieu portait aux Juifs et qui l’engagerait à les multiplier et à les bénir après leur retour de la captivité. Il les assure que Dieu ne serait plus indigné contre eux et que, comme il promit à Noé après le déluge de ne plus inonder la terre, il ne les livrerait plus à leurs ennemis, qu’il rétablirait Jérusalem dans un état glorieux et qu’il dissiperait les complots et les efforts qu’on ferait contre elle.

1 Réjouis-toi avec des chants de triomphe, stérile qui n’enfantais point ; toi qui ne sentais pas les douleurs de l’enfantement, éclate de joie avec des chants de triomphe, car les enfants de celle qui était abandonnée seront en plus grand nombre que les enfants de celle qui était mariée, a dit l’Éternel.

2 Elargis le lieu de ta tente, et qu’on étende les rideaux de tes pavillons, ne néglige rien, allonge tes cordages, et fais tenir ferme tes pieux,

3 Car tu te répandras à droite et à gauche, et ta postérité possédera les nations, et fera habiter les villes désertes.

4 Ne crains point, car tu n’en auras point de honte, et tu ne rougiras point et ne seras point confondue, parce que tu oublieras la confusion de ta jeunesse, et que tu n’auras plus de souvenir de l’opprobre de ton veuvage.

5 Car celui qui t’a formée sera ton époux, l’Éternel des armées est son nom, et ton Rédempteur, le Saint d’Israël ; il sera appelé le Dieu de toute la terre.

6 Car l’Éternel t’a appelée comme une femme abandonnée et affligée en son esprit, et comme une jeune femme qui aurait été répudiée, a dit ton Dieu.

7 Je t’ai abandonnée pour un peu de temps, mais je te rassemblerai par mes grandes compassions.

8 J’ai caché ma face pour un moment dans le temps de la colère, mais j’ai eu compassion de toi par une miséricorde éternelle, a dit l’Éternel ton Rédempteur.

9 Car ceci me sera comme les eaux de Noé, c’est que comme j’ai juré que les eaux de Noé ne se répandront plus sur la terre, ainsi j’ai juré que je ne serai plus indigné contre toi, et que je ne te détruirai plus.

10 Car, quand les montagnes se remueraient, et que les coteaux s’ébranleraient, ma bonté ne se retirera point de toi, et l’alliance de ma paix ne sera jamais ébranlée, a dit l’Éternel qui a compassion de toi.

11 Affligée, battue de la tempête, destituée de consolation, voici, je vais mettre des escarboucles pour tes pierres, et je te fonderai sur des saphirs.

12 Et je ferai tes fenêtres d’agates, et tes portes seront de pierres de rubis, et toute ton enceinte de pierres précieuses.

13 Tous tes enfants seront enseignés de l’Eternel, et la paix de tes fils sera abondante.

14 Tu seras affermie dans la justice ; tu seras loin de l’oppression ; tu ne craindras rien et tu seras sans frayeur ; car elle n’approchera point de toi.

15 Voici, on ne manquera point de comploter, mais ce ne sera pas par moi ; quiconque complotera contre toi, tombera.

16 Voici, c’est moi qui ai créé le forgeron qui souffle le charbon au feu, et qui forme les instruments pour son ouvrage ; et c’est moi qui ai créé le destructeur pour détruire.

17 Aucunes armes forgées contre toi ne réussiront ; et tu condamneras toute langue qui se sera élevée contre toi en jugement ; c’est là l’héritage des serviteurs de l’Eternel, et leur justice qu’ils trouveront auprès de moi.

REFLEXIONS

On voit dans ce chapitre comment Ésaïe consolait les Juifs en leur promettant que Dieu, après les avoir châtiés et réduits à petit nombre, les ramènerait de Babylone, qu’il les ferait croître et les mettrait dans un état glorieux,

Qu’il leur donnerait des témoignages de son amour,

Et qu’il rendrait inutiles et vains tous les complots que leurs ennemis feraient contre eux.

Ces promesses ne se terminent pas au rétablissement des Juifs, elles marquent principalement ce que Dieu voulait faire et ce qui devait arriver dans les jours du Messie, c’est que l’église se répandrait en tous lieux,

Qu’elle s’augmenterait par la conversion des peuples,

Que Dieu traiterait avec elle une alliance éternelle,

Que si elle était affligée et persécutée, il la maintiendrait contre toutes les entreprises de ses ennemis

Et que, comme notre Seigneur l’a dit : les portes de l’enfer ne prévaudront point contre elle.

La vérité de ces promesses a paru dans le merveilleux établissement de l’église chrétienne et dans sa conservation au milieu de tant de dangers et de persécutions par où elle a passé, mais la gloire de l’église paraîtra avec encore plus d’éclat lorsqu’elle s’étendra par tout le monde et que le règne de Dieu sera pleinement manifesté.

Ces réflexions doivent nous faire sentir le bonheur que nous avons d’appartenir à l’église et nous engager à demander à Dieu le parfait accomplissement de ces glorieuses promesses.

CHAPITRE LV.

Le prophète, après avoir prédit l’heureux rétablissement du peuple de Dieu, invite les hommes à recevoir les grâces qu’il voulait répandre sur eux et à se convertir à lui. Il parle ensuite de l’efficace de la parole de Dieu et de la fermeté des promesses qu’il avait faites aux Juifs.

1 O vous tous qui êtes altérés, venez aux eaux, et vous qui n’avez point d’argent, venez, achetez, et mangez ; venez, dis-je, achetez sans argent, et sans aucun prix, du vin et du lait.

2 Pourquoi employez-vous l’argent pour ce qui ne nourrit point ; et votre travail pour ce qui ne rassasie point ? Ecoutez-moi attentivement, et vous mangerez ce qui est bon, et votre âme jouira avec plaisir de ce qu’il y a de meilleur.

3 Prêtez l’oreille, et venez à moi ; écoutez, et votre âme vivra, et je traiterai avec vous une alliance éternelle, pour rendre stable la miséricorde promise à David.

4 Voici, je l’ai donné pour être témoin aux peuples, pour être conducteur, et afin qu’il commande aux peuples.

5 Voici, tu appelleras la nation que tu ne connaissais point, et les nations qui ne te connaissaient point accourront à toi, à cause de l’Eternel ton Dieu, et du Saint d’Israël, qui t’aura glorifié.

6 Cherchez l’Eternel pendant qu’il se trouve ; invoquez-le tandis qu’il est près.

7 Que le méchant délaisse sa voie, et l’homme inique ses pensées ; et qu’il retourne à l’Eternel, et il aura pitié de lui, et à notre Dieu, car il pardonne abondamment.

8 Car mes pensées ne sont pas vos pensées, et mes voies ne sont pas vos voies, dit l’Eternel.

9 Car autant que les cieux sont élevés par-dessus la terre, autant mes voies sont élevées par-dessus vos voies, et mes pensées par-dessus vos pensées.

10 Comme la pluie et la neige descendent des cieux, et n’y retournent plus, mais qu’elles arrosent la terre, et la font produire, et la font germer, tellement qu’elle donne semence au semeur, et le pain à celui qui mange ;

11 il en sera de même de ma parole qui sera sortie de ma bouche ; elle ne retournera point à moi sans effet ; mais elle fera tout ce que j’aurai ordonné, et aura son effet dans les choses pour lesquelles je l’aurai envoyée.

12 Car vous sortirez avec allégresse, et vous serez conduits en paix ; les montagnes et les coteaux éclateront de joie avec un chant de triomphe devant vous, et tous les arbres des champs y applaudiront.

13 Au lieu du buisson croîtra le sapin, et au lieu de l’épine croîtra le myrte ; et cela rendra glorieux le nom de l’Eternel, et sera un signe perpétuel, qui ne sera jamais retranché.

REFLEXIONS

Ce chapitre nous enseigne :

I. Que Dieu a la bonté d’appeler les hommes à la participation de ses grâces et qu’il les sollicite fortement à les recevoir.

Sur quoi nous devons considérer que ces invitations nous sont particulièrement adressées dans l’Évangile où Dieu nous présente ses biens les plus précieux en son fils.

II. Nous voyons ici que quand Dieu nous appelle, nous devons recevoir avec reconnaissance et avec empressement les offres qu’il veut bien nous faire et qu’au lieu d’employer notre travail pour ce qui ne nourrit et ne rassasie point, il faut donner tous nos soins à l’acquisition des véritables biens.

III. Le moyen de les obtenir, c’est d’écouter la voix de Jésus-Christ que Dieu nous a donné pour conducteur,

- De chercher le Seigneur pendant qu’il se trouve,

- De l’invoquer pendant qu’il est près,

- De se détourner de ses péchés

- Et de se convertir à

Enfin, le prophète nous assure que par là nous obtiendrons de Dieu le pardon de nos fautes et les effets de sa miséricorde et que nous éprouverons la vérité des promesses qu’il nous fait dans sa parole.

CHAPITRE LVI.

 

I. Le prophète exhorte les Juifs à la vertu et surtout à l’observation du sabbat. II. Il prédit que les étrangers et ceux qui n’étaient pas admis à tous les privilèges des Israélites par la loi de Moïse seraient reçus dans la maison de Dieu et lui offriraient leurs sacrifices et leurs prières, ce qui voulait dire que Dieu recevrait indifféremment toutes sortes de personnes et de peuples dans son alliance. III. Il annonce la ruine des Juifs et il déplore l’extrême corruption de leurs conducteurs.

1 Ainsi a dit l’Eternel : Gardez ce qui est droit, et faites ce qui est juste ; car mon salut est prêt à venir, et ma justice est prête à être révélée.

2 Heureux est l’homme qui fera cela, et le fils de l’homme qui s’y attachera, observant le sabbat, de peur de le profaner, et gardant ses mains de faire aucun mal !

3 Et que le fils de l’étranger, qui se sera attaché à l’Éternel, ne dise point : L’Éternel me sépare de son peuple ; et que l’eunuque ne dise point : Voici, je suis un arbre sec.

4 Car, voici ce que l’Éternel a dit touchant les eunuques : Ceux qui garderont mes sabbats, et choisiront ce qui m’est agréable, et qui seront fermes dans mon alliance,

5 je leur donnerai dans ma maison et dans mes murailles une place, et un meilleur nom que celui de fils et de filles ; je leur donnerai à chacun un renom perpétuel, qui ne sera point retranché.

6 Et pour ce qui est des enfants de l’étranger, qui se seront joints à l’Éternel, pour le servir et pour aimer le nom de l’Éternel, afin d’être ses serviteurs, savoir, tous ceux qui observent le sabbat, de peur de le profaner, et qui seront fermes dans mon alliance ;

7 je les amènerai à la montagne de ma sainteté, et les réjouirai dans la maison où l’on m’invoque ; leurs holocaustes et leurs sacrifices seront agréables sur mon autel ; car ma maison sera appelée une maison de prières pour tous les peuples.

8 J’y en assemblerai encore d’autres, outre ceux qui y sont assemblés, dit le Seigneur l’Éternel, qui rassemble ceux d’Israël qui ont été chassés.

9 Bêtes des champs, et bêtes des forêts, venez toutes pour manger.

10 Toutes ses sentinelles sont aveugles ; ils ne savent rien ; ce sont tous des chiens muets, qui ne peuvent aboyer, qui ronflent, qui se tiennent couchés, et qui aiment à dormir.

11 Ce sont des chiens gloutons, qui ne savent ce que c’est d’être rassasiés, et ce sont des pasteurs sans intelligence. Ils se sont tous détournés pour suivre chacun sa voie ; chacun jusqu’au dernier suit son avarice, et ils disent :

12 Venez, je prendrai du vin, et nous nous enivrerons de cervoise, et nous ferons demain comme aujourd’hui, et même beaucoup au-delà.

REFLEXIONS

Ce chapitre nous donne trois instructions :

La première, que ce que Dieu demande surtout de nous, c’est que nous fassions ce qui est juste, que nous gardions sa loi et que nous ne profanions pas son alliance et son service. Ésaïe nous apprend que c’est à cela que Dieu regarde principalement et que tous ceux qui s’acquittent de ces devoirs sont réputés être son peuple, de quelque condition qu’ils soient d’ailleurs. C’est ce que Saint Pierre a parfaitement éclairci en disant : Que Dieu n’a point d’égard à l’apparence des personnes, mais qu’en toute nation, celui qui le craint et qui s’adonne à la justice lui est agréable.

La seconde réflexion regarde le bonheur qui est arrivé à tant de peuples qui étaient autrefois exclus de l’alliance de Dieu qui ont maintenant l’avantage d’y être admis et la vive reconnaissance que nous devons avoir de cette grâce que Dieu nous a faite.

La troisième considération concerne les plaintes qu’Ésaïe fait contre les conducteurs du peuple juif, lesquels il appelle des sentinelles aveugles et endormies et des chiens muets et gloutons, pour dire que c’étaient des conducteurs infidèles qui négligeaient leur devoir et qui ne songeaient qu’à leur intérêt et à satisfaire leurs passions.

C’est ici un avertissement pour ceux qui sont établis sur l’église aussi bien que pour les magistrats. Quand ces personnes-là manquent de lumière ou de zèle, quand ils sont mous, négligents ou adonnés à leur intérêt et à leurs plaisirs, ils n’attirent pas seulement sur eux la colère du Ciel, mais ils sont la cause de la ruine et de la désolation de l’église.

CHAPITRE LVII.

 

I. Ésaïe reproche aux Juifs leur stupidité et leur endurcissement qui paraissait en ce qu’ils ne prenaient pas garde que la mort des gens de bien était un présage de leur ruine. II. Il les reprend de ce qu’ils continuaient à commettre leurs idolâtries sous les arbres et dans les lieux élevés malgré les avertissements et les menaces du Seigneur et de ce qu’ils cherchaient de l’appui auprès des hommes au lieu de se confier en Dieu seul. III. Il promet cependant que les Juifs reviendraient de la captivité, il console les personnes humbles qu’il y avait parmi eux, il leur annonce la paix, mais il déclare qu’il n’y avait aucune paix pour les impies.

1 Le juste meurt, et il n’y a personne qui y prenne garde ; et les gens de bien sont retirés du monde, sans que l’on considère que le juste a été retiré devant que le mal arrive.

2 Il entrera dans la paix ; ils se reposent dans leurs sépulcres, savoir, quiconque aura marché devant Dieu.

3 Mais vous, enfants de la devineresse, race adultère, et qui vous prostituez, approchez ici.

4 De qui vous êtes-vous moqués ? Contre qui avez-vous ouvert la bouche, et tiré la langue ? N’êtes-vous pas des enfants prévaricateurs, et une race bâtarde ;

5 qui vous échauffez après les chênes, et sous tout arbre verdoyant, égorgeant les enfants dans les torrents, sous des rochers avancés ?

6 Ta portion est dans les pierres polies des torrents ; ce sont elles, ce sont elles qui sont ton partage ; tu y as répandu ton aspersion, tu y as offert des offrandes ; sont-ce là des choses que je puisse agréer ?

7 Tu as mis ton lit sur les montagnes hautes et élevées ; même tu y es montée pour faire des sacrifices.

8 Et tu as mis derrière la porte et derrière le poteau ton idole, car tu t’es découverte devant moi, et tu es montée ; tu as agrandi ton lit, et tu te l’es taillé plus grand qu’eux ; tu as aimé leur lit, et cela à découvert.

9 Tu es allée vers le roi avec des parfums, et tu as ajouté parfums sur parfums : tu as envoyé tes ambassades bien loin, et tu t’es abaissée jusqu’au sépulcre.

10 Tu t’es fatiguée dans la longueur de ton chemin, et tu n’as point dit : Il n’y a point d’espérance ; tu as trouvé la vie par ta main, et à cause de cela tu n’as point été languissante.

11 Et de qui as-tu eu peur, et qui as-tu craint, que tu m’aies menti, et que tu ne te sois point souvenue de moi, et que tu ne t’en sois point souciée ? Est-ce parce que je me suis tu depuis si longtemps, que tu ne m’as point craint ?

12 Je publierai quelle est ta justice, et tes œuvres ne te serviront de rien.

13 Quand tu crieras, que ceux que tu assembles te délivrent ; mais le vent les enlèvera tous, la vanité les emportera. Mais celui qui se retire vers moi héritera la terre et possédera la montagne de ma sainteté.

14 Et on dira : Relevez, relevez, préparez les chemins, ôtez tous les embarras du chemin de mon peuple.

15 Car ainsi a dit celui qui est haut et élevé, qui habite dans l’éternité, et duquel le nom est le Saint : J’habiterai dans le lieu haut et saint, avec celui qui a le cœur brisé et qui est humble d'esprit, afin de donner la vie à ceux qui ont l’esprit humble, et afin de vivifier ceux qui ont le cœur brisé.

16 Car je ne disputerai pas toujours, et je ne serai pas indigné à jamais ; l’esprit serait accablé par ma présence, et c’est moi qui ai fait les âmes.

17 A cause de l’iniquité de son avarice j’ai été indigné et j’ai frappé ; j’ai caché ma face, et j’ai été indigné ; mais le rebelle s’en est allé et a suivi les égarements de son cœur.

18 J’ai vu ses voies, et, toutefois, je l’ai guéri ; je l’ai ramené et lui ai rendu mes consolations, et à ceux d’entre eux qui pleuraient.

19 Je crée ce qui est le fruit des lèvres. Paix, paix à celui qui est loin, et à celui qui est près, a dit l’Eternel ; car je le guérirai.

20 Mais les méchants sont comme la mer qui est agitée, quand elle ne se peut apaiser, et que les ondes jettent de la fange et de l’écume.

21 Il n’y a point de paix pour les méchants, a dit mon Dieu.

REFLEXIONS

Il y a quatre réflexions à faire sur ce chapitre :

La première, que Dieu retire souvent les gens de bien afin qu’ils ne soient pas enveloppés dans les malheurs qui doivent arriver, que quand ils meurent ils entrent dans un état de repos et que leur mort est quelquefois suivie de bien des calamités. C’est de quoi l’on voit un exemple dans le bon roi Josias que Dieu retira du monde avant la ruine des Juifs.

La seconde réflexion est que si Dieu se plaignait en tant d’endroits de l’endurcissement des Juifs et de ce qu’ils continuaient à l’irriter par l’idolâtrie à laquelle ils s’adonnaient, nous l’offenserions encore plus, si, ayant tant de sujets de lui être fidèle et de le craindre, il nous arrivait de faire ce qui lui déplaît.

La troisième, que Dieu se communique aux cœurs humbles et affligés et qu’ainsi, si l’on veut avoir communion avec lui, il faut renoncer à soi-même et se tenir dans une continuelle humilité en sa présence.

La dernière réflexion regarde l’état funeste des méchants. Dieu déclare qu’il n’y a nulle paix pour eux et qu’ils sont sans cesse dans l’agitation et dans le trouble. C’est là l’état ordinaire d’une mauvaise conscience et ce que les méchants éprouvent tôt ou tard et c’est aussi ce qui doit nous donner un grand éloignement pour le vice et pour l’impiété.

CHAPITRE LVIII.

Dieu commande au prophète de reprendre fortement les péchés des Juifs et surtout l’hypocrisie de leurs jeûnes. Ésaïe enseigne quels sont les jeûnes que Dieu reçoit et il dit que Dieu exauce, bénit et délivre ceux qui l’invoquent avec sincérité et humilité et qui se convertissent à lui. 

1 Crie à plein gosier, ne t’épargne point, élève ta voix comme un cornet, et déclare à mon peuple leur forfait, et à la maison de Jacob leurs péchés.

2 Car ils me cherchent chaque jour, et ils veulent savoir mes voies, comme une nation qui aurait suivi la justice et qui n’aurait point abandonné le jugement de son Dieu ; ils me demandent des jugements justes, et ils veulent s’approcher de Dieu, et ils disent :

3 Pourquoi avons-nous jeûné, et tu n’y as point eu d’égard ? Pourquoi avons-nous affligé nos âmes, et tu ne t’en es point soucié ? Voici, dans le jour de votre jeûne vous trouvez votre volonté, et vous exigez ce qui vous est dû en tourmentant les autres.

4 Voici, vous jeûnez pour faire des procès et des querelles, et pour frapper du poing avec méchanceté ; vous ne jeûnez point comme ce jour le requerrait, pour faire que votre voix soit exaucée d’en haut.

5 Est-ce là le jeûne que j’ai choisi, que l’homme afflige son âme un jour ? Est-ce en courbant sa tête comme un jonc, et en étendant le sac et la cendre ? Appelleras-tu cela un jeûne et un jour agréable à l’Eternel ?

6 N’est-ce pas plutôt ici le jeûne que j’ai choisi, que tu dénoues les liens de la méchanceté, que tu délies les liens du joug, que tu laisses aller libres ceux qui sont foulés, et que vous brisiez tout joug ?

7 N’est-ce pas que tu rompes de ton pain à celui qui a faim, et que tu fasses venir dans ta maison les affligés qui vont errant ; que quand tu vois celui qui est nu, tu le couvres, et que tu ne te caches point de ta propre chair ?

8 Alors ta lumière éclora comme l’aube du jour, et ta guérison germera incontinent ; ta justice ira devant toi, et la gloire de l’Eternel sera ton arrière-garde.

9 Alors tu invoqueras, et l’Eternel t’exaucera ; tu crieras et il dira : Me voici ; si tu ôtes le joug du milieu de toi, et que tu cesses d’étendre le doigt et de dire des outrages ;

10 si tu ouvres ton âme à celui qui a faim, et que tu rassasies l’âme affligée, ta lumière se lèvera dans les ténèbres, et tes ténèbres seront comme le midi.

11 Et l’Éternel te conduira continuellement, et il rassasiera ton âme dans les grandes sécheresses, et engraissera tes os, et tu seras comme un jardin arrosé, et comme une source d’eaux dont les eaux ne défaillent point ;

12 et des gens sortiront de toi, qui rebâtiront ce qui aura été désert depuis longtemps ; tu rétabliras les fondements abandonnés d’âge en âge, et on t’appellera le réparateur des brèches et celui qui redresse les chemins, afin qu’on puisse habiter au pays.

13 Si tu retires ton pied du sabbat, et que tu ne fasses pas ta volonté au jour qui m’est consacré, et si tu appelles le sabbat tes délices, et honorable ce qui est consacré à l’Éternel, et que tu l’honores en ne suivant point tes voies, et en ne trouvant pas ta volonté, et en ne disant pas des paroles vaines ;

14 alors tu jouiras des délices en l’Éternel, et je te ferai passer à cheval par-dessus les lieux haut élevés de la terre, et te donnerai pour te nourrir l’héritage de Jacob ton père ; car la bouche de l’Éternel a parlé.

REFLEXIONS

Ce chapitre nous enseigne quels sont les jeûnes que Dieu reçoit et quels sont ceux qu’il rejette.

Dieu témoigne ici qu’il est offensé par le service et par les jeûnes des méchants, qu’il n’a point d’égard à l’humiliation des pécheurs lorsqu’elle n’est qu’extérieure ou qu’elle ne dure que peu de temps, mais que la véritable manière de jeûner et de prier est d’affliger son âme, de s’humilier devant Dieu, de réformer sa vie, de réparer le mal qu’on a commis, d’exercer la charité et de servir Dieu avec fidélité, avec amour et avec respect.

Le prophète nous assure que Dieu ne manque jamais d’exaucer, de délivrer et de combler de ses bénédictions ceux qui prient et qui jeûnent de cette manière.

Il nous apprend enfin que le moyen d’avoir Dieu propice et de jouir en tout temps d’une douce paix c’est de renoncer à notre propre volonté pour nous soumettre absolument à la sienne, de chercher en Dieu seul toute notre joie, d’avoir la religion en révérence et de faire consister notre plus grand plaisir à servir Dieu et à l’honorer.

C’est sur quoi nous devons faire de sérieuses réflexions en tout temps et surtout lorsque nous nous présentons devant Dieu pour nous acquitter des devoirs de la religion et de la piété.

CHAPITRE LIX.

Le prophète dit aux Juifs que si Dieu ne détournait pas les malheurs qui allaient fondre sur eux, ce n’était pas qu’il manquât de puissance, mais que c’était à cause de leurs péchés et de leur corruption dont il décrit la grandeur. Il leur dénonce les malheurs et les peines dont Dieu allait les punir. Mais à ces menaces il ajoute des promesses par lesquelles il leur fait espérer que Dieu aurait pitié d’eux et qu’il enverrait un rédempteur à ceux qui se convertiraient.

1 Voici, la main de l’Éternel n’est pas raccourcie, pour ne pouvoir plus délivrer, et son oreille n’est pas devenue pesante, pour ne pouvoir plus entendre.

2 Mais ce sont vos iniquités qui ont fait séparation entre vous et votre Dieu, et ce sont vos péchés qui ont fait qu’il a caché sa face de vous, pour ne vous plus écouter.

3 Car vos mains se sont souillées de sang, et vos doigts d’iniquité ; vos lèvres ont proféré le mensonge, et votre langue a dit des choses perverses.

4 Il n’y a personne qui crie pour la justice, et il n’y a personne qui juge pour la vérité ; on se fie en des choses de néant, et on dit des choses vaines ; on conçoit le travail et on enfante le tourment.

5 Ils ont fait éclore des œufs d’aspic et ils ont tissé des toiles d’araignées : celui qui mangera de ces œufs mourra, et si on les écrase, il en sortira un aspic.

6 Leurs toiles ne serviront point à faire des vêtements, et on ne se couvrira point de leur travail. Leurs ouvrages sont des ouvrages d’iniquité, et leurs mains font des actions de violence.

7 Leurs pieds courent au mal, et se hâtent pour répandre le sang innocent ; leurs pensées sont des pensées d’iniquité ; la ruine et la désolation sont dans leurs voies.

8 Ils ne connaissent point le chemin de la paix, et il n’y a point de justice dans leurs voies, leurs sentiers sont des sentiers détournés ; tous ceux qui y marchent ne connaissent point la paix.

9 C’est pourquoi le jugement s’est éloigné de nous, et la justice ne vient point jusqu’à nous ; nous attendions la lumière, et voici les ténèbres ; la splendeur, et nous marchons dans l’obscurité.

10 Nous allons à tâtons comme des aveugles le long de la muraille ; nous allons à tâtons comme ceux qui sont sans yeux ; nous avons bronché en plein midi comme sur la brune, et nous avons été dans des lieux désolés, comme des morts.

11 Nous crions tous comme des ours, et nous ne cessons de gémir comme des colombes ; nous attendions le jugement, et il n’y en a point ; la délivrance, et elle s’est éloignée de nous.

12 Car nos prévarications se sont multipliées devant toi, et chacun de nos péchés a témoigné contre nous ; car nos rébellions sont avec nous, et nous connaissons nos iniquités ;

13 Qui sont de pécher et de mentir contre l’Eternel, et de se détourner de notre Dieu, de parler d’oppression et de révolte ; de concevoir et de méditer dans le cœur des paroles de mensonge.

14 C’est pourquoi le jugement s’est éloigné, et la justice s’est tenue loin ; car la vérité est tombée dans les rues, et la droiture n’y a pu entrer.

15 Même, la vérité a manqué ; et celui qui se retire du mal est exposé au pillage ; l’Eternel l’a vu, et cela lui a déplu, parce qu’il n’y a plus de droiture.

16 Il a vu aussi qu’il n’y avait aucun homme, et il s’est étonné que personne ne se présentât pour intercéder ; mais son bras l’a délivré, et sa propre justice l’a soutenu.

17 Car il s’est revêtu de la justice comme d’une cuirasse, et il a mis le casque de salut sur sa tête ; il s’est vêtu de vengeance comme d’un vêtement, et s’est couvert de jalousie comme d’un manteau ;

18 comme pour faire la rétribution et pour rendre la pareille, savoir, la fureur à ses ennemis, et la rétribution à ceux qui le haïssent ; il rendra la rétribution aux îles.

19 Et on craindra le nom de l’Eternel depuis l’Occident, et sa gloire depuis le soleil levant ; car l’ennemi viendra comme un fleuve, mais l’Esprit de l’Eternel lèvera l’étendard contre lui.

20 Et le Rédempteur viendra en Sion, et vers ceux de Jacob, qui se convertiront de leur péché, dit l’Eternel.

21 Et pour moi, a dit l’Eternel, voici mon alliance, que je ferai avec eux : Mon Esprit qui est sur toi, et mes paroles que j’ai mises dans ta bouche, ne sortiront point de ta bouche, ni de la bouche de ta postérité, ni de la bouche de la postérité de ta postérité, a dit l’Eternel, dès maintenant et jusqu’à jamais.

REFLEXIONS

Pour profiter de cette lecture, il faut y faire les réflexions suivantes :

I. Que Dieu ne manque jamais de puissance, ni de bonté pour faire du bien aux hommes et pour les délivrer et qu’ainsi, s’il les punit ou s’il les laisse dans la souffrance, ce sont leurs péchés qui mettent la séparation entre Dieu et eux.

II. Que par un retour sincère à Dieu on se le rend propice et qu’on rappelle infailliblement sa faveur.

III. Nous devons faire attention au tableau qui est fait ici de la dépravation des Juifs, du dérèglement de leurs actions et de leurs paroles, des injustices et des violences qui se commettaient parmi eux. Il faut surtout remarquer qu’Ésaïe se plaint que les gens de bien étaient en très petit nombre, qu’il n’y avait plus personne qui osât tenir le parti de la justice, ni s’opposer aux méchants, que même si quelqu’un voulait se retirer du mal il était exposé à la persécution.

Quand un peuple est corrompu jusqu’à ce point, on doit croire que le mal est à son comble, que la punition suivra bientôt et c’est ce qui paraît par les menaces que ce chapitre contient et par ce qui arriva aux Juifs.

Pour ce qui est des promesses que Dieu fait ici d’envoyer un Rédempteur et de répandre son Esprit sur son peuple, il faut considérer qu’elles se rapportent principalement à Jésus-Christ que Dieu devait envoyer pour le salut des Juifs et de tous les hommes, mais qu’elles ne sont faites qu’en faveur de ceux qui se convertiraient de leurs péchés et nullement pour les impénitents et pour les endurcis.

CHAPITRE LX.

Ésaïe décrit l’état de gloire et de félicité où l’église serait après son rétablissement. Il prédit que les peuples étrangers et même les rois qui auraient affligés les Juifs, les protègeraient, qu’ils accourraient de toutes part pour rendre leurs hommages au vrai Dieu et pour se joindre à son peuple, qu’ils entreraient dans son alliance et que l’église, comblée des bénédictions de Dieu, jouirait d’un parfait bonheur.

1 Lève-toi ; sois illuminée ; car ta lumière est venue et la gloire de l’Eternel est levée sur toi.

2 Voici, les ténèbres couvriront la terre, et l’obscurité couvrira les peuples ; mais l’Eternel se lèvera sur toi, et sa gloire paraîtra sur toi.

3 Et les nations marcheront à ta lumière, et les rois à la splendeur qui se lèvera sur toi.

4 Elève tes yeux et regarde tout autour, tous ceux que tu vois se sont assemblés, ils sont venus pour toi ; tes fils viendront de loin, et tes filles seront nourries à tes côtés.

5 Alors tu verras, et tu seras éclairée, et ton cœur s’étonnera et s’épanouira de joie, lorsque l’abondance de la mer se tournera vers toi, et que la puissance des nations viendra à toi.

6 Une foule de chameaux te couvrira ; les dromadaires de Madian et de Hépha, et tous ceux de Scéba viendront ; ils apporteront de l’or et de l’encens, et publieront les louanges de l’Eternel.

7 Toutes les brebis de Kédar seront assemblées vers toi ; les moutons de Nébajoth seront employés à ton service ; ils seront agréables, étant offerts sur mon autel ; et je rendrai magnifique la maison de ma gloire.

8 Quelles sont ces volées épaisses comme des nuées, qui volent comme des pigeons à leurs colombiers ?

9 Car les îles s’attendront à moi, et les navires de Tarscis les premiers, pour amener tes fils des pays éloignés, avec leur argent et leur or, pour le nom de l’Eternel ton Dieu, et du Saint d’Israël qui t’aura glorifié.

10 Et les fils des étrangers rebâtiront tes murailles, et leurs rois seront employés à ton service ; car je t’ai frappée dans ma colère, mais j’ai eu pitié de toi dans ma bonne volonté.

11 Tes portes seront continuellement ouvertes, elles ne seront fermées ni nuit ni jour, afin qu’on t’apporte les richesses des nations, et que leurs rois y soient conduits.

12 Car la nation et le royaume qui ne te serviront point, périront ; même ces nations-là seront réduites en une entière désolation.

13 La gloire du Liban viendra à toi : le sapin, l’orme et le buis serviront ensemble à parer le lieu de mon sanctuaire ; et je rendrai glorieux le lieu de mes pieds.

14 Même, les enfants de ceux qui t’auront affligée viendront vers toi, en se baissant ; et tous ceux qui te méprisaient se prosterneront à la plante de tes pieds, et t’appelleront : La ville de l’Éternel, la Sion du Saint d’Israël.

15 Au lieu que tu as été abandonnée et haïe, tellement qu’il n’y avait personne qui passât vers toi, je te mettrai dans une élévation éternelle, et dans une joie qui durera de génération en génération.

16 Et tu suceras le lait des nations, et tu suceras la mamelle des rois, et tu sauras que je suis l’Éternel, ton Sauveur et ton Rédempteur, le Puissant de Jacob.

17 Je ferai venir de l’or au lieu d’airain, et je ferai venir de l’argent au lieu de fer, et de l’airain au lieu de bois, et du fer au lieu de pierres ; je ferai que la paix régnera sur toi, et la justice te gouvernera.

18 On n’entendra plus parler de violence dans ton pays, ni de dégât, ni d’oppression dans tes contrées ; mais tu appelleras tes murailles, salut, et tes portes, louange.

19 Tu n’auras plus le soleil pour la lumière du jour, et la lueur de la lune ne t’éclairera plus ; mais l’Éternel sera pour toi une lumière éternelle, et ton Dieu sera ta gloire.

20 Ton soleil ne se couchera plus, et ta lune ne se retirera plus ; car l’Éternel sera pour toi une lumière perpétuelle, et les jours de ton deuil seront finis.

21 Et ceux de ton peuple seront tous justes ; ils posséderont éternellement la terre ; ils seront le rejeton que j’ai planté, et l’ouvrage de mes mains dans lequel je serai glorifié.

22 La petite famille croîtra jusqu’à mille personnes, et la moindre deviendra une nation puissante. Je suis l’Éternel, je hâterai ceci en son temps.

REFLEXIONS

Cette prophétie doit être méditée dans trois vues :

I. Par rapport au rétablissement des Juifs après leur captivité. On vit alors cette nation se rassembler de tous côtés, rebâtir Jérusalem et se multiplier. On vit aussi des princes étrangers comme Cyrus, Darius, Artaxerxès protéger les Juifs, honorer leur religion et contribuer à remettre le service divin sur pied, on en vit même venir rendre leurs hommages au Dieu d’Israël.

II. Ces prédictions conviennent encore mieux à l’église chrétienne qui a été rassemblée de toutes les nations et dans laquelle divers rois et peuples de la terre ont apporté leur gloire en embrassant le service de Dieu. Ces illustres événements, dont nous sommes les témoins, prouvent à tout le monde que Dieu a parlé autrefois par Ésaïe et nous devons y admirer la puissance de Dieu et la fidélité de ses promesses.

III. Enfin, cette prophétie prise dans son sens le plus parfait représente l’état glorieux où l’église se verra lorsque le règne de Dieu sera pleinement manifesté et que Dieu la recevra dans sa gloire. St. Jean nous l’enseigne lorsqu’il applique à la Jérusalem céleste ces paroles que nous avons lues : Elle n’aura plus besoin de soleil, ni de lune pour luire au milieu d’elle, car Dieu lui sera une lumière perpétuelle et les nations qui auront été sauvées marcheront à sa lumière, car le Seigneur les éclairera et ils règneront avec lui aux siècles des siècles. Apocalypse XXI.23

CHAPITRE LXI.

Dans ce chapitre, Ésaïe, sous l’image de la délivrance et du rétablissement des Juifs, parle des dons du Saint Esprit desquels le Messie serait revêtu, du but de sa venue et de son ministère qui serait la rédemption et la sanctification de l’église et de la grande joie qu’elle ressentirait.

1 L’esprit du Seigneur l’Éternel est sur moi ; c’est pourquoi l’Éternel m’a oint pour évangéliser aux débonnaires, il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, pour publier aux captifs la liberté, et aux prisonniers l’ouverture de la prison ;

2 Pour publier l’année de la bienveillance de l’Éternel, et le jour de la vengeance de notre Dieu ; pour consoler tous ceux qui sont dans le deuil ;

3 pour proposer à ceux de Sion qui pleurent, que la magnificence leur sera donnée au lieu de la cendre, l’huile de joie au lieu du deuil, un manteau de louange au lieu d’un esprit affligé ; tellement qu’on les appellera les chênes de justice, et le plant de l’Éternel pour le glorifier.

4 Et ils rebâtiront ce qui aura été désert longtemps, ils rétabliront les lieux qui auront été auparavant désolés, et ils renouvelleront les villes abandonnées, et ce qui était désolé depuis longtemps.

5 Et les étrangers s’y tiendront, et ils paîtront vos brebis ; et les enfants de l’étranger seront vos laboureurs et vos vignerons.

6 Mais vous, vous serez appelés les sacrificateurs de l’Éternel, et on vous nommera les ministres de notre Dieu ; vous mangerez les richesses des nations, et vous vous vanterez de leur gloire.

7 Au lieu de la honte que vous avez eue, les nations en auront le double, et elles publieront que la confusion est leur portion. Ainsi vous posséderez le double en leur pays, et vous y aurez une joie éternelle.

8 Car je suis l’Éternel, qui aime la justice, et qui hais la rapine pour l’holocauste. J’établirai leurs œuvres dans la vérité, et je traiterai avec eux une alliance éternelle.

9 Et leur race sera connue parmi les nations, et ceux qui seront sortis d’eux seront connus parmi les peuples ; tous ceux qui les verront connaîtront qu’ils sont la race que l’Éternel aura bénie.

10 Je me réjouirai en l’Éternel, et mon âme s’égaiera en mon Dieu ; car il m’a revêtu des vêtements de salut, et m’a couvert du manteau de la justice, comme un époux qui se pare avec magnificence, et comme une épouse qui s’orne de ses joyaux.

11 Car, comme la terre pousse son germe, et comme un jardin fait germer les choses qui y sont semées, ainsi le Seigneur l’Éternel fera germer la justice et la louange, en présence de toutes les nations.

REFLEXIONS

Il paraît de ce chapitre que Dieu devait envoyer un grand prophète qui serait rempli du Saint Esprit :

- Qui annoncerait la bonne nouvelle du salut aux hommes,

- Qui les délivrerait de l’esclavage du péché

- Et par qui Dieu traiterait avec eux une alliance éternelle.

Cet oracle regarde Jésus-Christ qui est ce grand prophète en qui Dieu a mis son Esprit et qu’il a oint

- Pour évangéliser les hommes,

- Pour annoncer la liberté aux captifs,

- Et pour publier l’année de la bienveillance du Sei

C’est ce que nous voyons au chapitre IV de St Luc, où il est dit que Jésus-Christ ayant lu dans la synagogue de Nazareth ce chapitre LXI d’Ésaïe, il dit que cette prophétie était accomplie en sa personne.

Mais cette même prophétie nous apprend que ces grâces précieuses ne sont destinées qu’aux personnes débonnaires et aux humbles, à ceux qui ont l’esprit brisé et qui soupirent après la grâce de Dieu. C’est là l’état où il faut être pour avoir part aux bénédictions que Jésus-Christ a apportée au monde et à la joie que l’église devait ressentir de la venue de son rédempteur.

CHAPITRE LXII.

Le prophète continue à prédire que Dieu rachèterait son église et que quoi qu’elle parût être abandonnée de Dieu, elle se verrait encore dans un état glorieux et qu’elle ne serait pas livrée à ses ennemis. Il annonce la venue du Sauveur et il exhorte les hommes à le recevoir.

1 Pour l’amour de Sion je ne me tairai point, et pour l’amour de Jérusalem je ne serai point en repos, jusqu’à ce que sa justice sorte comme une splendeur, et que sa délivrance s’allume comme une lampe.

2 Alors les nations verront ta justice, et tous les rois ta gloire, et on t’appellera d’un nouveau nom, que la bouche de l’Éternel aura expressément déclaré.

3 Tu seras une couronne d’ornement en la main de l’Éternel, et une tiare royale dans la paume de ton Dieu.

4 On ne te nommera plus la répudiée, et on ne nommera plus ta terre la désolation ; mais on t’appellera : Ma bonne volonté en elle ; et ta terre, la mariée ; car l’Éternel mettra son affection en toi, et ta terre aura un mari.

5 Car, comme un jeune homme se marie à une vierge, et comme tes enfants se marient chez toi, ainsi ton Dieu se réjouira de toi, de la joie qu’un époux a de son épouse.

6 Jérusalem, j’ai ordonné des gardes sur tes murailles ; ils ne se tairont point, ni le jour ni la nuit. Vous qui faites souvenir de l’Éternel, ne vous donnez point de repos ;

7 et ne lui donnez point de repos, jusqu’à ce qu’il rétablisse et qu’il remette Jérusalem en un état renommé sur la terre.

8 L’Éternel a juré par sa droite et par le bras de sa force : Si je donne plus ton froment en viande à tes ennemis, et si les étrangers boivent plus ton vin excellent, pour lequel tu auras travaillé.

9 Car ceux qui auront amassé le froment le mangeront et loueront l’Éternel, et ceux qui auront recueilli le vin, le boiront dans les parvis de ma sainteté.

10 Passez, passez par les portes, et dites : Préparez le chemin du peuple, rétablissez, rétablissez le sentier, et ôtez-en les pierres, et élevez l’étendard vers les peuples.

11 Voici, l’Éternel a publié jusqu’au bout de la terre : Dites à la fille de Sion : Voici, ton Sauveur vient ; son salaire est avec lui, et sa récompense marche devant lui.

12 Et on les appellera le peuple saint, les rachetés de l’Éternel ; et on t’appellera la recherchée, la ville qui n’est plus abandonnée.

REFLEXIONS

I. On voit premièrement dans ce chapitre, que l’amour que Dieu porte à son église ne lui permet pas de l’abandonner, qu’il l’aime comme un époux aime son épouse et qu’elle fera toujours l’objet de ses soins et de sa protection.

II. Qu’il est du devoir de ceux qui s’intéressent pour la gloire de Dieu de prier continuellement pour la prospérité de l’église.

III. Dieu promet ici d’envoyer à son peuple un Sauveur qui le rachèterait et qui le mettrait dans un état glorieux sur la terre. La vérité de ces promesses parut :

- Premièrement lorsqu’au retour de la captivité de Babylone, Jérusalem fut rebâtie

- Et ensuite dans la venue de Jésus-Christ le Sauveur du monde

- Et dans l’établissement de son église.

IV. Enfin, nous devons, à l’ouïe de ces consolantes promesses, louer Dieu de ce qu’il les a accomplies en notre faveur, et travailler à nous rendre dignes du privilège glorieux que nous avons d’être son peuple et ses rachetés et d’appartenir à l’église qui est son épouse et à laquelle il destine la gloire et la félicité de son royaume.

CHAPITRE LXIII.

 

I. Le prophète représente en des termes figurés et pris de la vendange les jugements que Dieu exercerait sur les ennemis des Juifs et en particulier sur les Iduméens et sur Botsra qui était une de leurs villes. II. Il parle de ce que Dieu avait fait pour le peuple d’Israël lorsqu’il l’avait délivré d’Égypte par le moyen de Moïse et en d’autres temps et il se plaint de la rébellion et de l’ingratitude de ce peuple. III. Il implore la miséricorde de Dieu sur les Juifs par une prière.

1 Qui est celui qui vient d’Edom, savoir, de Botsra, ayant les vêtements teints en rouge ; cet homme magnifiquement vêtu, et qui marche avec tant de force ? C’est moi qui parle avec justice, et qui ai le pouvoir de sauver.

2 Pourquoi y a-t-il du rouge dans ton vêtement ? et pourquoi tes habits sont-ils comme les habits de ceux qui foulent au pressoir ?

3 J’ai été tout seul à fouler au pressoir, et aucun homme d’entre les peuples n’a été avec moi ; et j’ai marché sur eux dans ma colère, et je les ai foulés dans mon indignation ; leur sang a rejailli sur mes vêtements, et j’ai tâché tous mes habits.

4 Car le jour de la vengeance est dans mon cœur, et l’année en laquelle je dois racheter les miens est venue.

5 J’ai donc regardé, et il n’y a eu personne qui m’aidât ; j’ai été étonné, et il n’y a eu personne qui me soutînt ; mais mon bras m’a sauvé, et mon courroux m’a soutenu.

6 Ainsi je foulerai les peuples dans ma colère, et je les enivrerai dans mon indignation, et je renverserai leur force par terre.

7 Je publierai les miséricordes et les louanges de l’Éternel, à cause de tous les biens qu’il nous a faits ; car c’est un grand bien que celui que Dieu a fait à la maison d’Israël dans ses grandes compassions et dans la grandeur de ses bontés.

8 Il a dit : Quoi qu’il en soit, ils sont mon peuple, et des enfants qui ne dégénéreront plus ; il a été leur libérateur.

9 Et dans toute leur détresse il a été en détresse, et l’ange de sa face les a délivrés ; lui-même les a rachetés par son amour et par son support ; et il les a portés, et il les a élevés en tout temps.

10 Mais ils ont été rebelles, et ils ont contristé l’Esprit de sa sainteté, et il est devenu leur ennemi, et lui-même a combattu contre eux.

11 Et il s’est souvenu des jours anciens de Moïse et de son peuple : Où est celui qui les a fait remonter de la mer, avec les pasteurs de son troupeau ? Où est celui qui mettait au milieu d’eux son Esprit saint ;

12 qui les a conduits étant à la main droite de Moïse, par son bras glorieux ; qui a fendu les eaux devant eux, afin qu’il s’acquît un renom éternel ;

13 qui les a menés par les abîmes sans y broncher, comme un cheval qui marche dans une campagne ?

14 L’Esprit de l’Éternel les a conduits tout doucement, comme on conduit une bête qui descend dans une plaine ; c’est ainsi que tu as conduit ton peuple, afin de t’acquérir un renom glorieux.

15 Regarde des cieux, et vois de la demeure de ta sainteté et de ta gloire. Où est ta jalousie, et ta force, et l’émotion de tes entrailles et de tes compassions, elles se sont retenues envers moi ?

16 Car tu es notre père, quand même Abraham ne nous connaîtrait pas, et qu’Israël ne nous avouerait pas. Éternel, c’est toi qui es notre père, et ton nom est : NOTRE RÉDEMPTEUR DE TOUT TEMPS.

17 Pourquoi nous as-tu fait égarer, ô Éternel, hors de tes voies ? et pourquoi as-tu endurci notre cœur pour ne te pas craindre ? Reviens en faveur de tes serviteurs, et des tribus de ton héritage.

18 Le peuple de ta sainteté a été en possession bien peu de temps ; nos ennemis ont foulé aux pieds ton sanctuaire.

19 Nous avons été comme ceux sur lesquels tu n’as jamais dominé, et sur lesquels ton nom n’est point réclamé.

REFLEXIONS

I. La destruction des Iduméens qui arriva quelque temps après qu’Ésaïe eut prédit leur ruine est une preuve de la vérité et de la divinité de cette prédiction, aussi bien que de la justice de Dieu sur ces peuples idolâtres qui avaient fait de grands maux au royaume de Juda.

II. Nous devons considérer que si le prophète rendait grâce à Dieu à cette occasion du soin qu’il avait toujours eu du peuple d’Israël, nous avons encore plus de sujet de le bénir en vue de la victoire que Jésus-Christ a remportée sur nos ennemis spirituels en répandant son sang et en ressuscitant glorieusement.

C’est dans cette vue que nous devons dire avec Ésaïe : Je publierai les bontés du Seigneur et ses louanges à cause de tous les biens qu’il nous a faits, car c’est un grand bien que celui qu’il a fait à la maison d’Israël selon ses compassions et selon la grandeur de ses bontés.

III. Les reproches qu’Ésaïe fait aux Juifs d’avoir été ingrats envers Dieu et de s’être rebellés contre lui après tant de merveilles qu’il avait faites pour eux et pour leurs pères doivent nous rappeler le souvenir de tout ce que Dieu a fait en notre faveur et nous engager à lui en témoigner notre reconnaissance mieux que les Juifs ne le firent.

IV. Il y a deux choses à remarquer sur la prière qui se lit à la fin de ce chapitre.

L’une, que comme Ésaïe priait Dieu d’être ému de compassion en faveur de Jérusalem pour la gloire de son nom et de n’avoir point égard à l’indignité des Juifs, aussi la miséricorde de Dieu et la fermeté de son alliance et de ses promesses doit être le fondement de toute notre confiance. L’autre, que ces mots : Seigneur, pourquoi nous as-tu fait égarer de tes voies et pourquoi as-tu aliéné nos cœurs de ta crainte ? ne veulent pas dire que Dieu fut l’auteur et la cause des égarements des Juifs, ces mots signifient seulement que Dieu voyant leur obstination et leur endurcissement volontaire avait permis qu’ils s’égarassent et qu’il les avait abandonnés à eux-mêmes par un juste jugement.

CHAPITRE LXIV.

C’est ici une prière, dans laquelle le prophète demande à Dieu de faire paraître sa gloire et sa majesté aux yeux de tous les hommes et de faire encore, pour la délivrance de son peuple, les mêmes merveilles qu’il a faites autrefois en sa faveur. Il le prie ensuite de ne pas avoir égard à leurs péchés et d’être ému de compassion sur l’état déplorable où Jérusalem et son temple allaient être réduits par les Babyloniens.

1 Ô ! si tu ouvrais les cieux, et si tu descendais ! les montagnes s’écouleraient de devant toi,

2 comme si elles se fondaient au feu, et comme le feu fait bouillir l’eau ; et les nations trembleraient à cause de ta présence.

3 Quand tu fis des choses terribles que nous n’attendions point, tu descendis, et les montagnes s’écoulèrent de devant toi.

4 Car on n’a jamais ouï ni entendu des oreilles, et l’œil n’a jamais vu d’autre Dieu que toi, qui fît de telles choses à ceux qui s’attendent à lui.

5 Tu es venu au-devant de celui qui était dans la joie, et qui faisait ce qui est juste ; ils se souviendront de toi dans tes voies. Tu t’étais irrité, parce que nous avions péché contre elles pendant longtemps ; cependant nous serons délivrés.

6 Or, nous sommes tous devenus comme une chose souillée, et toutes nos justices sont comme le linge le plus souillé ; nous sommes tous déchus comme la feuille, et nos iniquités nous ont transportés comme le vent.

7 Et il n’y a personne qui réclame ton nom, qui se réveille pour se tenir ferme à toi ; c’est pourquoi tu as caché ta face de nous, et tu nous as fait fondre par la force de nos iniquités.

8 Mais maintenant, ô Eternel, tu es notre père, nous sommes l’argile, et tu es celui qui nous as formés, et nous sommes tous l’ouvrage de tes mains.

9 Eternel ! ne sois pas excessivement ému à indignation, et ne te souviens pas toujours de notre iniquité ; voici, regarde, nous te prions, nous sommes tous ton peuple.

10 Les villes de ta sainteté sont devenues un désert ; Sion est devenue un désert, et Jérusalem une désolation.

11 La maison de notre sanctification et de notre gloire, où nos pères t’ont loué, a été consumée par le feu, et il n’y a rien eu de toutes les choses qui nous étaient chères qui n’ait été désolé.

12 Eternel ! ne te retiendras-tu pas après cela ? Ne cesseras-tu pas ? Et nous affligeras-tu jusqu’à l’extrémité ?

REFLEXIONS

I. La description qui est faite dans ce chapitre de la souveraine puissance de Dieu et des marques qu’il en a données autrefois doit nous engager à révérer et à craindre ce Dieu tout-puissant à qui rien ne peut résister, qui a fait dans tous les temps de si grandes choses pour délivrer ceux qui se confient en lui et qui a aussi toujours fait sentir aux méchants des effets de sa justice.

II. Comme Ésaïe priait autrefois pour la délivrance des Juifs, tous ceux qui aiment Dieu et son église doivent faire sans cesse des prières ardentes pour elle et lui demander surtout qu’il vienne déployer son pouvoir et sa force pour la sanctifier, pour l’étendre par toute la terre et pour manifester son nom à ceux qui ne le connaissent point. Et comme le prophète, en intercédant pour les Juifs reconnaissaient qu’ils s’étaient souillés et coupables, et que cependant il suppliait le Seigneur d’avoir pitié de leur triste état et de se souvenir qu’ils étaient son peuple et l’ouvrage de ses mains, nous devons aussi présenter nos prières à Dieu avec une profonde humilité et avec un aveu sincère de notre néant et de nos fautes et avoir tout notre recours à sa seule miséricorde, aux promesses qu’il nous a faites et à l’alliance qu’il a traitée avec nous en Jésus-Christ notre Seigneur.

CHAPITRE LXV.

 

I. Dieu déclare qu’il appellerait les Gentils à sa connaissance et qu’il rejetterait les Juifs à cause de leur rébellion et surtout à cause de l’idolâtrie dont ils se souillaient. II. Il prédit cependant que Jérusalem serait rebâtie, que les Juifs habiteraient dans leur pays, que le bétail paîtrait à Sçaron et à Hacor qui étaient des pâturages fertiles et que Dieu les comblerait de ses bénédictions pendant qu’il livrerait les Juifs rebelles et idolâtres à sa vengeance. Enfin, Dieu promet de créer de nouveaux cieux et une nouvelle terre et de faire régner partout la justice et la paix.

1 J’ai été recherché par ceux qui ne s’informaient pas de moi, et j’ai été trouvé par ceux qui ne me cherchaient point ; j'ai dit à la nation qui ne s’appelait point de mon nom : Me voici, me voici.

2 J’ai étendu mes mains pendant tout le jour vers le peuple rebelle, vers ceux qui marchent dans le mauvais chemin, après leurs pensées ;

3 vers le peuple et vers ceux qui m’irritent continuellement en face, qui sacrifient dans les jardins et font des parfums sur les autels de briques ;

4 qui se tiennent dans les sépulcres, et passent la nuit dans les lieux désolés, qui mangent la chair des pourceaux, et qui ont dans leurs vaisseaux le jus des viandes abominables ;

5 qui disent : Retire-toi, n’approche point de moi, car je suis plus saint que toi. Ils seront une fumée dans ma colère, et un feu qui brûlera toujours.

6 Voici, ceci est écrit devant moi ; je ne m’en tairai point, mais je le rendrai, même je le rendrai dans leur sein ;

7 savoir, vos iniquités, dit l’Eternel, aussi bien que les iniquités de vos pères, qui ont fait des parfums sur les montagnes, et qui m’ont déshonoré sur les coteaux ; c’est pourquoi je leur mesurerai aussi dans leur sein le salaire de ce qu’ils ont fait au commencement.

8 Ainsi a dit l’Eternel : Comme quand on trouve une grappe où il y a du vin, on dit : Ne la gâte pas, car c’est une bénédiction ; j’en userai de même, à cause de mes serviteurs, afin que tout ne soit pas détruit.

9 Et je ferai sortir de la postérité de Jacob et de Juda celui qui possédera mes montagnes, et mes élus seront les héritiers du pays ; mes serviteurs y habiteront ;

10 et Sçaron servira de parc au menu bétail, et la vallée de Hacor sera le gîte du gros bétail pour mon peuple qui m’aura recherché.

11 Mais pour vous qui abandonnez l’Eternel, et qui oubliez la montagne de ma sainteté, qui dressez la table à l’armée des cieux, et qui fournissez l’aspersion à autant d’astres qu’on en peut compter ;

12 je vous compterai aussi avec l’épée, et vous serez tous courbés pour être égorgés, parce que j’ai appelé, et vous n’avez point répondu ; j’ai parlé, et vous n’avez point écouté ; mais vous avez fait ce qui me déplaît, et vous avez choisi les choses auxquelles je ne prends point de plaisir.

13 C’est pourquoi, ainsi a dit le Seigneur, l’Eternel : Voici, mes serviteurs mangeront, et vous aurez faim ; mes serviteurs boiront, et vous aurez soif ; mes serviteurs se réjouiront, et vous serez honteux.

14 Mes serviteurs se réjouiront avec des chants de triomphe, de la joie qu’ils auront au cœur ; mais vous crierez de la douleur que vous aurez dans le cœur, et vous hurlerez à cause de l’amertume de votre esprit ;

15 et vous laisserez votre nom à mes élus, pour s’en servir dans les imprécations, et le Seigneur l’Éternel te fera mourir ; mais il appellera ses serviteurs d’un autre nom.

16 Celui qui souhaitera d’être béni sur la terre, se bénira par le Dieu de vérité ; et celui qui jurera sur la terre, jurera par le Dieu de vérité ; car les afflictions précédentes seront oubliées, et même elles seront cachées de mes yeux.

17 Car voici, je vais créer de nouveaux cieux et une nouvelle terre, et on ne se souviendra plus des choses passées, et elles ne reviendront plus dans l’esprit.

18 Mais vous vous réjouirez et vous serez toujours dans l’allégresse, à cause de ce que je vais créer ; car voici, je vais créer Jérusalem, pour n’être que joie, et son peuple pour n’être qu’allégresse.

19 Je serai transporté de joie sur Jérusalem, et je me réjouirai sur mon peuple, et on n’y entendra plus aucune voix de pleurs, ni aucune voix de crierie.

20 Il n’y aura plus désormais aucun enfant qui ne vive que peu de jours, ni aucun vieillard qui n’accomplisse le temps de sa vie ; car celui qui mourra âgé de cent ans sera encore jeune ; mais le pécheur âgé de cent ans sera maudit.

21 Même ils bâtiront des maisons, et ils y habiteront ; ils planteront des vignes, et ils en mangeront le fruit.

22 Ils ne bâtiront pas de maisons pour qu’un autre y habite ; ils ne planteront pas des vignes pour qu’un autre en mange le fruit ; car les jours de mon peuple égaleront la durée des arbres, et mes élus verront vieillir l’ouvrage de leurs mains.

23 Ils ne travailleront plus en vain, et ne mettront plus au monde des enfants pour être exposés à la frayeur ; car ils seront la postérité des bénis de l’Éternel, et ceux qui sortiront d’eux le seront avec eux.

24 Et il arrivera, qu’avant qu’ils crient je les exaucerai, et lorsqu’ils parleront encore je les aurai déjà entendus.

25 Le loup et l’agneau paîtront ensemble, le lion mangera du fourrage comme le bœuf, et la poudre sera la nourriture du serpent ; ils ne nuiront point et ne feront point de mal dans toute la montagne de ma sainteté, dit l’Éternel.

REFLEXIONS

I. Dieu promet ici : de se faire connaître à ceux qui ne le cherchaient point et aux peuples qui n’invoquaient point son nom.

C’est là un oracle qui marque en termes formels que Dieu donnerait sa connaissance aux païens, comme Saint Paul le montre en citant ces paroles dans l’épître aux Romains.

II. Dieu menace les Juifs de les rejeter parce qu’ils l’avaient irrité par leur idolâtrie et par leurs rébellions continuelles. Cette menace fut exécutée lorsque Jérusalem tomba sous la puissance des Babyloniens et que les Juifs furent menés en captivité. Une si sévère punition doit faire craindre aux chrétiens rebelles et ingrats les plus terribles effets de la vengeance divine.

III. On voit dans ce chapitre que lorsque Dieu exécute ses jugements, il met toujours de la différence entre les méchants et ses fidèles serviteurs et que les méchants n’ont que la honte et la douleur pour leur partage.

IV. Ce qui est prédit ici : que Dieu créerait de nouveaux cieux et une nouvelle terre et que le loup et l’agneau habiteraient ensemble marque non seulement que Dieu allait changer l’état de Jérusalem et des Juifs en les délivrant de la captivité et leur rendre la paix, mais que bientôt Dieu renouvellerait le monde et réunirait tous les hommes dans son église.

Ce renouvellement de toutes choses commença à se faire par la prédication de l’Évangile et il se fera encore plus parfaitement dans les derniers temps. Les apôtres nous apprennent sur cela : que puisque toutes choses ont été faites nouvelles et que nous attendons les nouveaux cieux et une nouvelle terre où la justice habite, nous devons être de nouvelles créatures et nous étudier à être sans tache et irrépréhensibles.

Il paraît enfin d’ici, que le dessein de Jésus-Christ a été de réunir tous les hommes dans son église et de les faire vivre dans la concorde et qu’ainsi son règne est un règne de paix, que les chrétiens ne doivent point se nuire les uns aux autres et que leur caractère doit être l’amour mutuel, la paix, le support et la charité.

CHAPITRE LXVI.

Le Seigneur déclare d’une manière extrêmement forte qu’il rejetait les sacrifices et tout le culte des Juifs et qu’il allait punir très sévèrement leur hypocrisie et leurs rébellions.

Il promet de rendre la paix à Jérusalem, de lui donner un grand nombre d’enfants, de l’enrichir de ses grâces et surtout de la sanctifier et il menace les impies d’une ruine éternelle. C’est ici que finit la prophétie d’Ésaïe.

1 Ainsi a dit l’Éternel : Les cieux sont mon trône, et la terre est le marchepied de mes pieds. Quelle serait la maison que vous me bâtiriez, et quel serait le lieu de mon repos ?

2 Car ma main a fait toutes ces choses ; c’est par moi que toutes ces choses-là ont eu leur être, dit l’Éternel. Mais à qui regarderai-je ? A celui qui est humble, qui a l’esprit brisé, et qui tremble à ma parole.

3 Celui qui égorge un bœuf est comme celui qui tuerait un homme ; celui qui sacrifie une brebis est comme celui qui couperait le cou à un chien ; celui qui offre un gâteau est comme celui qui offrirait le sang d’un pourceau ; celui qui fait un parfum d’encens est comme celui qui bénirait une idole. Ils ont même choisi leurs voies, et leur âme a pris plaisir dans leurs abominations.

4 Et moi aussi je choisirai la peine de leurs outrages, et je ferai venir sur eux ce qu’ils craignent ; parce que j’ai crié, et il n’y a eu personne qui répondît ; j’ai parlé, et ils n’ont point écouté ; mais ils ont fait ce qui me déplaît ; et ils ont choisi les choses auxquelles je ne prends point de plaisir.

5 Ecoutez la parole de l’Éternel, vous qui tremblez à sa parole : Vos frères qui vous haïssent, et qui vous rejettent comme une chose abominable, à cause de mon nom, ont dit : Que l’Éternel montre sa gloire ! Il sera donc vu à votre joie ; mais eux seront honteux.

6 Un bruit éclatant vient de la ville, un bruit vient du temple, savoir, le bruit de l’Éternel, qui rend la pareille à ses ennemis.

7 Elle a enfanté avant que de sentir les douleurs de l’enfantement ; elle a été délivrée d’un enfant mâle avant que les tranchées lui vinssent.

8 Qui entendit jamais une telle chose, et qui en a jamais vu de semblables ? Un pays serait-il enfanté dans un jour, ou une nation naîtrait-elle tout d’un coup, que Sion ait enfanté ses fils aussitôt qu’elle a été en travail d’enfant ?

9 Moi, qui fais enfanter les autres, ne ferais-je point enfanter Sion ? a dit l’Eternel. Moi, qui fais naître, l'empêcherais-je d’enfanter ? a dit ton Dieu.

10 Réjouissez-vous avec Jérusalem, et soyez dans l’allégresse à cause d’elle, vous tous qui l’aimez ; vous tous qui pleuriez sur elle, réjouissez-vous avec elle d’une grande joie ;

11 afin que vous suciez le lait de ses consolations, et que vous en soyez rassasiés ; afin que vous soyez allaités et que vous trouviez vos délices dans la splendeur de sa gloire.

12 Car ainsi a dit l’Eternel : Voici, je vais faire couler sur elle la paix comme un fleuve, et la gloire des nations comme un torrent débordé, et vous serez allaités, et vous serez portés sur le côté, et on vous caressera sur les genoux.

13 Je vous consolerai comme une mère console son fils, et vous serez consolés dans Jérusalem.

14 Et vous le verrez, et votre cœur se réjouira, et vos os reprendront vigueur comme l’herbe, et la main de l’Eternel se fera connaître en faveur de ses serviteurs, mais il sera ému à indignation contre ses ennemis.

15 Car voici, l’Eternel viendra avec le feu, et ses chariots seront comme une tempête, pour tourner sa colère en fureur, et sa menace en flamme de feu.

16 Car l’Eternel exercera son jugement contre toute chair par le feu et avec son épée, et le nombre de ceux qui seront tués par l’Eternel sera grand.

17 Ceux qui se sanctifient et qui se purifient au milieu des jardins l’un après l’autre, qui mangent de la chair de pourceau, et des choses abominables, et des souris, seront ensemble consumés, a dit l’Éternel.

18 Mais pour moi, voyant leurs œuvres et leurs pensées, je viens pour assembler toutes les nations et toutes les langues ; elles viendront et verront ma gloire.

19 Car je mettrai une marque en eux ; et ceux d’entre eux qui sont réchappés, je les enverrai vers les nations en Tarscis, en Pul, en Lud, vers les peuples qui tirent de l’arc, en Tubal, et en Javan, et vers les îles éloignées, qui n’ont point entendu parler de mon nom, et qui n’ont point vu ma gloire, et ils annonceront ma gloire parmi les nations.

20 Et ils amèneront tous vos frères, d’entre toutes les nations, sur des chevaux et des chariots, et dans des litières, et sur des mulets et des dromadaires, pour faire offrande à l’Éternel à la montagne de ma sainteté, à Jérusalem, a dit l’Éternel ; comme lorsque les enfants d’Israël apportent l’offrande dans un vaisseau net à la maison de l’Éternel.

21 Et même, j’en prendrai d’entre eux pour sacrificateurs et pour Lévites, a dit l’Éternel.

22 Car comme les cieux nouveaux et la terre nouvelle que je vais créer, subsisteront toujours devant moi, dit l’Éternel, ainsi subsistera votre postérité et votre nom.

23 Et il arrivera que depuis une nouvelle lune jusqu’à l’autre, et depuis un sabbat jusqu’à l’autre, toute chair viendra se prosterner devant ma face, a dit l’Éternel.

24 Et ils sortiront, et verront les corps morts des hommes qui auront prévariqué contre moi, car leur ver ne mourra point, et leur feu ne sera point éteint, et ils seront en abomination à toute chair.

REFLEXIONS

I. La première partie de ce chapitre nous enseigne que Dieu, étant le créateur du monde, n’habite pas dans des temples matériels, qu’il n’est point honoré par un service qui n’est qu’extérieur, qu’il ne reçoit le culte que de ceux qui ont un cœur humble et qui tremblent à sa parole et que, sans ces dispositions, tous les actes du service divin, même ceux qu’il a établis et commandés, tels qu’étaient sous la loi les sacrifices des taureaux et des brebis, les offrandes et le parfum, loin de lui plaire, lui sont en abomination.

II. Les promesses que Dieu avait faites de racheter son peuple et de le faire croître et de le combler de joie et de bénédictions ont été exécutées :

  • Premièrement lorsqu’on vit les Juifs se rassembler des divers pays du monde à Jérusalem et y rétablir le service divin,
  • Mais ces promesses annoncent surtout que les Gentils entreraient dans l’église de Jésus-Christ, ce qui est aussi arrivé.

En quoi nous devons reconnaître la fidélité de Dieu, la vérité de sa parole et de ses oracles et sa grande miséricorde envers nous.

III. Il faut bien remarquer cependant que le Seigneur déclare plusieurs fois dans ce chapitre que ces bénédictions ne seraient que pour ses élus et pour les fidèles et qu’il accablerait les incrédules et les méchants de sa vengeance. Ce n’est donc que par l’obéissance et par la foi que nous pourrons être faits participants du salut et de la gloire qu’Ésaïe et les autres prophètes ont annoncée et qui nous a été acquise par Jésus-Christ auquel la louange et l’adoration doit être rendue aux siècles des siècles. Amen.