LE LIVRE DES PSAUMES

ARGUMENT

Le livre des Psaumes est un recueil de plusieurs cantiques sacrés dont la plupart ont été composés par le roi David. Il y a, dans ce livre, des Psaumes d’adoration et de louange où la grandeur, la puissance, la bonté et les autres perfections de Dieu sont célébrées. Il y a des cantiques d’actions de grâces qui étaient destinés à remercier Dieu des faveurs qu’il avait accordées soit au peuple d’Israël en général, soit à certaines personnes en particulier. On trouve encore dans ce livre des Psaumes de prière dans lesquels David ou les autres prophètes qui en sont les auteurs implorant la grâce de Dieu et lui demandent le pardon des péchés ou la délivrance dans les dangers et dans les afflictions. Il y a des Psaumes historiques qui avaient été composés pour conserver la mémoire de ce qui était arrivé de plus considérable au peuple d’Israël. Enfin, il y a des Psaumes prophétiques où l’on voit diverses prédictions qui regardent Jésus-Christ notre Seigneur et les temps de l’Évangile. Ainsi, l’on peut retirer un très grand fruit de la lecture et de la méditation de ce livre et à cause de cela il doit être d’un usage ordinaire et général parmi les chrétiens.

 PSAUME I.  PSAUME II.  PSAUME III.  PSAUME IV.   PSAUME V.  PSAUME VI.  PSAUME VII.  PSAUME VIII.  PSAUME IX.  PSAUME X.   PSAUME XI.   PSAUME XII. PSAUME XIII.  PSAUME XIV.   PSAUME XV.   PSAUME XVI. PSAUME XVII.  PSAUME XVIII.  PSAUME XIX.   PSAUME XX.  PSAUME XXI.  PSAUME XXII.  PSAUME XXIII.  PSAUME XXIV.   PSAUME XXV.   PSAUME XXVI.   PSAUME XXVII. PSAUME XXVIII.  PSAUME XXIX. PSAUME XXX.   PSAUME XXXI. PSAUME XXXII.  PSAUME XXXIII.  PSAUME XXXIV.  PSAUME XXXV. PSAUME XXXVI. PSAUME XXXVII. PSAUME XXXVIII.  PSAUME XXXIX.  PSAUME XL.   PSAUME XLI.   PSAUME XLII.   PSAUME XLIII.   PSAUME XLIV.   PSAUME XLV. PSAUME XLVI.   PSAUME XLVII.   PSAUME XLVIII. PSAUME XLIX. PSAUME L. PSAUME LI PSAUME LII.  PSAUME LIII.  PSAUME LIV.  PSAUME LV.  PSAUME LVI.  PSAUME LVII.  PSAUME LVIII.   PSAUME LIX. PSAUME LX.  PSAUME LXI.  PSAUME LXII. PSAUME LXIII.  PSAUME LXIV.  PSAUME LXV.  PSAUME LXVI. PSAUME LXVII.  PSAUME LXVIII.  PSAUME LXIX.   PSAUME LXX.  PSAUME LXXI.  PSAUME LXXII.  PSAUME LXXIII.  PSAUME LXXIV.   PSAUME LXXV.   PSAUME LXXVI.   PSAUME LXXVII.  PSAUME LXXVIII.  PSAUME LXXIX.  PSAUME LXXX.   PSAUME LXXXI. PSAUME LXXXII.  PSAUME LXXXIII. PSAUME LXXXIV.  PSAUME LXXXV. PSAUME LXXXVI. PSAUME LXXXVII. PSAUME LXXXVIII.  PSAUME LXXXIX. PSAUME XC.   PSAUME XCI. PSAUME XCII. PSAUME XCIII. PSAUME XCIV. PSAUME XCV.  PSAUME XCVI. PSAUME XCVII.   PSAUME XCVIII.PSAUME XCIX. PSAUME C.   PSAUME CI. PSAUME CII.  PSAUME CIII.  PSAUME CIV.   PSAUME CV.  PSAUME CVI.  PSAUME CVII.  PSAUME CVIII.  PSAUME CIX..  PSAUME CX.   PSAUME CXI.   PSAUME CXII. PSAUME CXIII.  PSAUME CXIV.   PSAUME CXV.   PSAUME CXVI. PSAUME CXVII.  PSAUME CXVIII.  PSAUME CXIX.   PSAUME CXX.  PSAUME CXXI.  PSAUME CXXII.  PSAUME CXXIII.  PSAUME CXXIV.   PSAUME CXXV.   PSAUME CXXVI.   PSAUME CXXVII. PSAUME CXXVIII.  PSAUME CXXIX. PSAUME CXXX.   PSAUME CXXXI. PSAUME CXXXII.  PSAUME CXXXIII.  PSAUME CXXXIV.  PSAUME CXXXV. PSAUME CXXXVI. PSAUME CXXXVII. PSAUME CXXXVIII.  PSAUME CXXXIX.  PSAUME CXL.   PSAUME CXLI.   PSAUME CXLII.   PSAUME CXLIII.   PSAUME CXLIV.  PSAUME CXLV. PSAUME CXLVI.   PSAUME CXLVII.   PSAUME CXLVIII.  PSAUME CXLIX.   PSAUME CL.  LIVRES DU VIEUX TESTAMENT.

PSAUME I

David représente dans ce Psaume, la félicité des gens de bien et le malheur des impies.

1 Heureux l’homme qui ne marche point suivant le conseil des méchants, qui ne s’arrête point dans la voie des pécheurs et qui ne s’assied point au banc des moqueurs,

2 Mais qui prend son plaisir dans la loi de l’Éternel, tellement qu’il médite jour et nuit dans sa loi,

3 Car il sera comme un arbre planté près des ruisseaux d’eaux courantes qui rend son fruit dans sa saison et dont le feuillage ne flétrit point et ainsi tout ce qu’il entreprendra prospérera.4. Il n’en sera pas ainsi des méchants ; mais ils seront comme la balle que le vent chasse loin.5. C’est pourquoi les méchants ne subsisteront point dans le jugement, ni les pécheurs dans l’assemblée des justes,

4 Car l’Éternel connaît la voie des justes, mais la voie des méchants périra.

REFLEXIONS

Ce premier Psaume nous donne ces trois instructions :

I. Que la marque des gens de bien est de fuir le commerce des impies et des profanes, de s’éloigner de leurs maximes et de leurs dérèglements et de prendre plaisir dans la méditation et dans l’observation de la loi de Dieu.

II. Que les justes sont parfaitement heureux, que Dieu les connaît, qu’il les bénit et les fait prospérer.

III. Que les méchants n’échapperont pas à sa vengeance et qu’ils tomberont tôt ou tard dans la dernière misère.

PSAUME II

David témoigne dans ce Psaume qu’il était persuadé que les desseins des rois et des peuples qui s’opposaient à lui seraient inutiles et que, nonobstant leurs efforts, Dieu, qui l'avait oint pour roi, affermirait son règne. Il les exhorte à se soumettre à la volonté de Dieu et à le servir de peur d'encourir sa vengeance. Ce Psaume est prophétique et il se rapporte au règne de notre Seigneur Jésus-Christ.

1 Pourquoi les nations s’assemblent-elles et les peuples projettent-ils des choses vaines ?

2 Pourquoi les rois de la terre et les princes consultent-ils ensemble contre l’Éternel et contre son oint ?

3 Rompons, disent-ils, leurs liens et jetons loin de nous leurs cordes.

4 Celui qui habite dans les cieux s’en rira, le Seigneur se moquera d’eux.

5 Il leur parlera alors dans sa colère et il les épouvantera dans l’ardeur de son courroux.

6 J’ai sacré, dira-t-il, mon roi sur Sion, la montagne de ma Sainteté.

7 Je rapporterai l’ordonnance de l’Éternel ; il m’a dit : C’est toi qui es mon fils, je t’ai engendré aujourd’hui.

8 Demande-moi et je te donnerai pour ton héritage les nations et pour ta possession les bouts de la terre.

9 Tu les briseras avec un sceptre de fer et tu les mettras en pièces comme un vaisseau de potier.

10 Maintenant donc, ô rois, ayez de l’intelligence, juges de la terre, recevez l’instruction.

11  Servez l’Éternel avec crainte et réjouissez-vous avec tremblement.

12 Rendez hommage au fils, de peur qu’il ne se courrouce, et que vous ne périssiez dans cette voie, quand sa colère s’embrasera tant soit peu. Ô qu’heureux sont ceux qui se retirent vers lui !

REFLEXIONS

La confiance dont David paraît animé dans ce Psaume nous montre en général que tout ce que les hommes font contre les desseins de Dieu est inutile, que ce qu’il a résolu s’exécute toujours et que rien ne peut nuire à ceux qui ont part à son amour et à ses promesses. Mais l'application que les apôtres font à notre Seigneur de ces paroles : Tu es mon fils, je t'ai engendré aujourd'hui, nous obligent surtout à considérer que le règne de Jésus-Christ, le fils de Dieu, s'est établi dans le monde malgré l'opposition des rois et des grands de la terre et qu'il subsistera à jamais. Puisque ce règne est établi parmi nous et que nous avons le bonheur d'en être les sujets, nous devons nous soumettre à ce roi glorieux, le servir avec humilité et avec joie, craindre d'attirer sur nous sa colère et mettre toute notre confiance en sa protection et en sa faveur.

PSAUME III

C’est ici une prière que le roi David fit lorsqu’il était persécuté par Absalon, son fils, et où il se plaint du nombre de ses ennemis. Il implore le secours de Dieu et il marque une parfaite confiance en sa protection.

1 Psaume de David sur sa fuite devant Absalon son fils.

2 Eternel, combien ceux qui me persécutent sont-ils multipliés ! Que ceux qui s'élèvent contre moi sont en grand nombre ?

3 Plusieurs disent de mon âme, il n’y a aucune délivrance pour lui auprès de Dieu. Sélah.

4 Mais toi, Éternel, tu es mon bouclier autour de moi ; tu es ma gloire et celui qui me fait lever la tête.

5 J'ai crié de ma voix à l’Éternel et il m’a répondu de la montagne de sa Sainteté. Sélah.

6 Je me suis couché et je me suis endormi, je me suis réveillé, car l'Éternel me soutient.

7 Je ne craindrai point les milliers des peuples qui se sont rangés contre moi tout autour.

8 Lève-toi Éternel mon Dieu, délivre-moi. Certainement tu as frappé à la joue tous mes ennemis ; tu as rompu les dents des méchants.

La délivrance vient de l’Éternel ; ta bénédiction est sur ton peuple. Sélah.

REFLEXIONS

L'assurance que David fit paraître lorsqu'il était poursuivi par Absalon nous apprend qu'un homme qui craint Dieu peut être réduit à de grandes extrémités, mais qu'il est rempli de confiance et tranquille, en quelque état qu'il se trouve, qu'il ne craint pas les hommes ayant Dieu pour lui, qu'il se lève et se couche avec assurance et qu'il se repose toujours sur le secours de Dieu même au milieu des plus grands dangers.

PSAUME IV

David implore le secours de Dieu contre ses ennemis. Il les exhorte à quitter leurs desseins et à se soumettre à la volonté de Dieu, qui l’avait établi Roi. Il déclare qu’il se confiait en Dieu seul et que l'assurance qu’il avait en sa faveur le rendait plus heureux que les mondains ne le sont dans leur plus grande prospérité.

1 Psaume de David donné au maître chantre, pour le chanter sur le néguinoth.

Ô Dieu de ma justice, puisque je crie, répond moi ; quand j'étais pressé, tu m'as mis au large ; aie pitié de moi et exauce ma requête.

3 Fils des hommes, jusqu'à quand ma gloire sera-t-elle diffamée ; jusqu'à quand aimerez-vous la vanité et chercherez-vous le mensonge ? Sélah.

4 Sachez que l'Éternel s'est choisi un homme qu'il aime. L'Éternel m'exaucera quand je crierai vers lui.

Soyez saisis de crainte et ne péchez plus ; pensez-en vous-même sur votre lit et demeurez au repos. Sélah.

Sacrifiez des sacrifices de justice et confiez-vous-en l'Éternel.

7 Plusieurs disent : Qui nous fera jouir des biens ? Fais lever sur nous la lumière de ta face, Éternel.8. Tu as mis plus de joie dans mon cœur qu'ils n'en ont lorsque leur froment et leur meilleur vin ont été abondants.

8 Je me coucherai et je dormirai aussi en paix, car c'est toi seul qui es l'Éternel ; tu me feras habiter en assurance.

REFLEXIONS

Ce Psaume nous enseigne :

I. Que les justes ont toujours leurs recours à Dieu dans leurs besoins ;

II. Que les entreprises que l'on forme contre ceux que Dieu favorise sont vaines et sans effet ;III. Que les gens du monde ne recherchent que les avantages de la terre, mais que les justes n'aspirent qu'à la faveur de Dieu ; que cette faveur est ce qui fait leur bonheur et leur sûreté et qu'elle met plus de joie dans leur cœur, lors même qu'ils sont le plus affligés, que les mondains les plus heureux n'en ont au milieu de l'abondance et de la plus grande prospérité.

PSAUMES V

Le roi David étant affligé et persécuté prie le Seigneur de le secourir. Il s'assure que Dieu, qui hait les hommes cruels et les trompeurs, confondrait ceux qui le poursuivaient avec tant de cruauté et d'injustice et qu’il lui ferait la grâce l'aller l'adorer dans son tabernacle. Il le prie de le conduire, et de le garantir des pièges et de la malice des méchants afin que lui et tous les justes aient sujet de le louer et de se confier toujours en sa protection.

1 Psaume de David donné au maître chantre, pour le chanter sur néhiloth.

2 Eternel, prête l'oreille à mes paroles, écoute ma méditation.

Mon Roi et mon Dieu, sois attentif à la voix de mon cri, car je t'adresse ma requête.

4 Éternel, dès le matin tu entendras ma voix, dès le matin je me préparerai, je regarderai vers toi.

5 Car tu n'es point un Dieu qui prenne plaisir à la méchanceté, le méchant n'habitera point avec toi.

6 Les orgueilleux ne subsisteront point devant toi, tu as toujours haï tous les ouvriers d'iniquité.

7 Tu feras périr ceux qui profèrent le mensonge ; l'Éternel a en abomination l'homme de sang et le trompeur.

8 Mais moi, dans l'abondance de ta faveur, j'entrerai dans ta maison, je me prosternerai dans le palais de ta Sainteté avec le respect qui t'es dû.

9 Éternel, conduis-moi par ta justice à cause de mes ennemis, dresse ton chemin devant moi,

10 Car il n'y a rien de droit dans leur bouche, leur intérieur n'est que malice, leur gosier est un sépulcre ouvert, ils flattent de leur langue.

11 Ô Dieu, fais-leur leur procès, qu'ils échouent dans leurs desseins, chasse-les à cause du grand nombre de leurs crimes, car ils se sont rebellés contre toi.

12 Mais que tous ceux qui se retirent vers toi se réjouissent, qu'ils soient toujours comblés de joie et sois leur protecteur et que ceux qui aiment ton nom se glorifient en toi,

13 Car, ô Éternel, tu béniras le juste et tu l'environneras de ta bienveillance comme d'un bouclier.

REFLEXIONS

Il faut remarquer ces quatre choses dans ce Psaume :

I. L'ardeur et la confiance avec laquelle les fidèles invoquent le Seigneur dans leurs besoins.

II. Le zèle qu'ils ont pour son service et les sentiments de respect et de joie avec lesquels ils l'adorent dans les lieux où il est invoqué publiquement.

III. L'aversion que Dieu a pour le crime et en particulier pour l'orgueil, pour la tromperie et la punition qu'il réserve aux superbes et aux injustes.

IV. Et enfin, la protection dont il favorise ceux qui le craignent et qui se confient en lui.

PSAUME VI

Ceci est un Psaume de prière. David étant dans une grande affliction représente la violence de ses maux et prie Dieu de ne pas le punir en sa colère, de lui pardonner ses péchés et de le délivrer. Il fait cette prière avec une ferme assurance que Dieu l’exaucerait et que ses ennemis seraient confondus.

1 Psaume de David donné au maître chantre, pour le chanter en néguinoth sur sceminith.

2 Éternel ! ne me reprends point dans ton indignation, et ne me châtie point dans ta colère.

3 Éternel aie pitié de moi, car je suis sans aucune force ; guéris-moi Éternel, car mes os sont étonnés.

4 Même mon âme est fort troublée ; et toi, Eternel, jusqu'à quand ?

5 Éternel retourne-toi, tire mon âme de peine ; délivre-moi pour l'amour de ta miséricorde,

6 Car on ne se souvient point de toi dans la mort. Qui est-ce qui te célébrera dans le sépulcre ?

7 Je me suis lassé dans mon gémissement, je baigne ma couche toutes les nuits, je trempe mon lit de mes larmes.

8 Mon œil est fondu de tristesse ; il est vieilli à cause de tous ceux qui me pressent.

9 Retirez-vous loin de moi, vous tous ouvriers d'iniquité, car l'Éternel a entendu la voix de mes larmes.

10 L'Éternel a ouï ma supplication, l'Éternel a reçu ma requête.

11 Tous mes ennemis seront remplis de honte et effrayés ; ils se retireront ; ils seront saisis de honte subitement.

REFLEXIONS

I. Les premières paroles de ce Psaume : Seigneur, ne me reprends point dans ton indignation, et ne me châtie point dans ta colère, expriment l'humilité avec laquelle ceux qui sentent vivement leurs fautes et le besoin qu'ils ont du secours de Dieu, implorent sa miséricorde. C'est là une prière que nous devons faire non seulement pour être délivré des maux qui nous pressent et des afflictions de cette vie, mais principalement dans la vue d'obtenir le pardon de nos péchés et la délivrance des peines de la vie à venir. II. Les marques de confiance que David donne dans ce même Psaume où il paraît si repentant et si humilié nous font voir que quand on a recours à Dieu avec humilité et avec foi, on peut être assuré qu’il exaucera nos prières et qu’il nous accordera le secours qui nous est nécessaire dans quelque danger que nous puissions nous rencontrer.

PSAUME VII

David prie le Seigneur de le garantir de ses ennemis et il le prend à témoin de son innocence. Il est persuadé que Dieu l’exaucera, que si ses ennemis ne quittent pas leurs desseins, tout ce qu’ils entreprenaient contre lui tournera à leur propre ruine.

1 Sciggajon de David, qu’il chanta à l’Éternel touchant l’affaire de Cus Benjamite.

2 Éternel, mon Dieu ! je me suis retiré vers toi ; sauve-moi de tous ceux qui me poursuivent, et m’en délivre ;

3 de peur qu’ils ne me déchirent comme un lion, me mettant en pièces, sans qu’il y ait personne qui m’en retire.

4 Éternel, mon Dieu ! si j’ai commis ce qu’on m’impute, s’il y a de l’iniquité dans mes mains ;

5 si j’ai rendu le mal à celui qui avait la paix avec moi, et si je n’ai pas garanti celui qui m’opprimait à tort ;

6 que l’ennemi me poursuive et qu’il m’atteigne ; qu’il foule aux pieds ma vie, et mette ma gloire dans la poussière. (Sélah.)

7 Lève-toi, Eternel ! dans ta colère ; élève-toi contre les fureurs de mes ennemis ; réveille-toi en ma faveur : tu as ordonné la justice.

8 Que l’assemblée des peuples t’environne, et mets-toi au-dessus d’elle dans un lieu éminent.

9 Que l’Eternel juge les peuples ; juge-moi, Eternel ! selon ta justice et selon mon intégrité, telle qu'elle est en moi.

10 Que la malice des méchants prenne fin, et affermis l’homme juste, toi, dis-je, qui sondes les cœurs et les reins, ô Dieu juste !

11 Mon bouclier est en Dieu, qui délivre ceux qui ont le cœur droit.

12 Dieu est un juste juge ; et le Dieu fort s’irrite tous les jours contre le méchant.

13 S’il ne se convertit pas, Dieu aiguisera son épée : il a tendu son arc et il le tient prêt.

14 Il lui prépare des armes mortelles : il tirera contre lui des flèches ardentes.

15 Voici, le méchant est en travail pour enfanter la vanité, car il a conçu l’outrage ; mais il enfantera ce qui le trompera.

16 Il a creusé une citerne, et l’a rendue profonde ; mais il est tombé dans la fosse qu’il a faite.

17 Son travail retournera sur sa tête, et sa violence lui descendra sur le sommet.

18 Je célébrerai l’Eternel à cause de sa justice, et je psalmodierai au nom du Dieu très haut.

REFLEXIONS

Ce Psaume nous apprend à recourir à Dieu dans nos maux, comme David le faisait lorsque ses ennemis le poursuivaient. Mais il nous apprend aussi que si nous voulons que Dieu nous exauce, il ne faut pas qu’il y ait de l’iniquité en nous, que Dieu sonde les cœurs et les reins et qu’il ne favorise que ceux qui marchent dans l’intégrité et qui ont le cœur droit.

Pour ce qui est des méchants, David déclare dans ce Psaume que leur malice prendra fin, que Dieu les laisse faire et qu’il les supporte pendant quelque temps, mais que s’ils continuent dans leur malice, il leur prépare les peines qu’ils méritent et qu’il fera retomber sur eux le mal qu’ils voulaient faire aux autres.

C’est en quoi nous avons de grands motifs à adorer la justice de Dieu, à profiter de son support et à éviter tout ce qui pourrait nous exposer à sa vengeance.

PSAUME VIII

David célèbre la majesté et la puissance de Dieu dont on voit des marques éclatantes dans les œuvres de la création, et il le loue particulièrement de ce qu’il a créé l'homme à son image et lui a donné la domination sur les autres créatures.

1 Psaume de David, donné au maître chantre, pour le chanter sur Guittith.

2 Eternel notre Seigneur ! que ton nom est magnifique par toute la terre ! Tu as établi ta majesté au-dessus des cieux.

3 Tu tires le fondement de ta puissance de la bouche des petits-enfants et de ceux qui tètent, à cause de tes adversaires ; afin de confondre l’ennemi et celui qui veut se venger.

4 Quand je regarde tes cieux, l’ouvrage de tes doigts, la lune et les étoiles que tu as agencées ;

5 Je dis : Qu’est-ce que l’homme mortel, que tu te souviennes de lui ; et que le fils de l’homme, que tu le visites ?

6 Car tu l’as fait un peu moindre que les anges, et tu l’as couronné de gloire et d’honneur.

7 Tu l’as établi dominateur sur les ouvrages de tes mains ; tu lui as mis toutes choses sous ses pieds ;

8 Toutes les brebis et tous les bœufs et même les bêtes des champs ;

9 Les oiseaux des cieux, et les poissons de la mer, ce qui passe par les sentiers de la mer.

10 Eternel, notre Seigneur ! que ton nom est magnifique par toute la terre !

REFLEXIONS

Voici un Psaume qui doit nous rendre attentifs aux marques de l'infinie puissance de Dieu que nous voyons dans les cieux, dans les astres et dans tant de merveilles que la terre et les eaux renferment. L'usage que nous devons faire de cette méditation est d'adorer la majesté du Seigneur et de dire, dans la considération de sa grandeur et de notre néant : Seigneur, qu’est-ce que l’homme mortel que tu te souviennes de lui et que le fils de l'homme que tu le visites !

Et puisque Dieu nous a créés à son image en nous donnant une raison capable de le connaître et de le louer et qu'il nous a soumis les autres créatures, il faut se servir de ces avantages avec reconnaissance et à sa gloire et louer continuellement notre créateur et notre bienfaiteur en disant avec David : Ô Seigneur notre Dieu, que ton nom est magnifique par toute la terre !

PSAUME IX.

C’est ici un Psaume d’action de grâce pour les victoires que David avait remportées sur ses ennemis, Il y exhorte les justes avec un grand zèle, à louer avec lui la puissance, la sagesse et la justice du Seigneur qui délivrent ceux qui se confient en lui et qui confond la malice et les ruses des méchants, et il le prie de protéger les bons contre la violence de ceux qui les haïssent.

1 Psaume de David donné au maître chantre, pour le chanter sur Muth-Laben.

2 Je célébrerai l’Eternel de tout mon cœur ; je raconterai toutes tes merveilles.

3 Je me réjouirai en toi et je serai transporté de joie ; je psalmodierai ton nom, ô Souverain !

4 Parce que mes ennemis ont tourné le dos ; ils sont tombés, et ils ont péri de devant ta face.

5 Car tu m’as fait droit et justice ; tu t’es assis sur ton trône, toi, juste juge.

6 Tu as réprimé les nations ; tu as fait périr le méchant ; tu as effacé leur nom pour toujours et à perpétuité.

7 O ennemi, as-tu achevé de désoler ? As-tu aussi détruit les villes pour jamais ? Leur mémoire est-elle périe avec elles ?

8 Mais l’Éternel sera assis éternellement ; il a préparé son trône pour juger.

9 Il jugera le monde avec justice, et il fera droit aux peuples avec équité.

10 L’Éternel sera une haute retraite à celui qui sera foulé, une haute retraite au temps qu’il sera dans la détresse.

11 Et ceux qui connaissent ton nom, s’assureront sur toi ; car, Éternel ! tu n’abandonnes point ceux qui te cherchent.

12 Psalmodiez à l’Éternel qui habite en Sion, annoncez ses exploits parmi les peuples.

13 Car il fait enquête des meurtres et il s’en souvient ; il n’oublie point le cri des affligés.

14 Éternel ! aie pitié de moi, regarde mon affliction qui m’est causée par ceux qui me haïssent, toi qui m’enlèves hors des portes de la mort ;

15 afin que je raconte toutes tes louanges aux portes de la fille de Sion. Je me réjouirai de la délivrance que tu m’auras donnée.

16 Les nations ont été enfoncées dans la fosse qu’elles avaient faite, leur pied a été pris au filet qu’elles avaient caché.

17 L’Éternel s’est fait connaître ; il a exercé le jugement ; le méchant est enlacé dans l’ouvrage de ses mains. Higgajon, Sélah.

18 Les méchants retourneront au sépulcre ; toutes les nations qui oublient Dieu y retourneront.

19 Car le pauvre ne sera point oublié pour toujours, et l’attente des affligés ne périra point à perpétuité.

20 Lève-toi, Éternel ! et que l’homme mortel ne se fortifie pas ; que les nations soient jugées devant ta face.

21 Éternel ! jette-les dans la frayeur ; que les nations sachent qu’elles ne sont que des hommes mortels. Sélah.

REFLEXIONS

Ce cantique où David fait éclater si vivement sa piété, sa joie et sa reconnaissance au sujet des victoires qu'il avait remportées par l'assistance de Dieu doit nous inciter à louer aussi Dieu de tout notre cœur pour ses bienfaits et pour les délivrances qu'il nous accorde. Non content de le louer nous-mêmes, nous devons, à l'exemple de David, publier partout ses bontés et engager par-là les autres hommes à le bénir avec nous et à le craindre. Nous apprenons de plus dans ce Psaume que Dieu est et sera toujours le Roi et le Juge du monde, qu'il rendra aux méchants selon leurs œuvres, qu'il fait la recherche des crimes, que tous ceux qui l'offensent périront et qu'il ne permettra pas que les impies prévalent toujours. Enfin, David nous assure que ceux qui craignent le Seigneur peuvent se confier en lui, qu’il n’oublie pas le cri des humbles affligés, qu’il n’abandonne point ceux qui le cherchent et que l’attente du juste ne sera jamais vaine. Ce sont là des vérités que nous devons bien retenir et qui sont très propres à nous remplir de confiance en Dieu et à nous détourner fortement du péché.

PSAUME X.

Le prophète décrit ici la violence, la cruauté et les artifices dont les méchants se servent contre les innocents. Il prie Dieu d'être le protecteur des justes et il espère que sa prière sera exaucée.

1 Pourquoi, Éternel ! te tiens-tu loin et te caches-tu dans le temps que nous sommes dans la détresse ?

2 Le méchant dans son orgueil, poursuit ardemment l’affligé. Ils seront pris par les machinations qu’ils ont préméditées.

3 Car le méchant se glorifie dans les désirs de son âme ; il estime heureux l’avare, et il irrite l’Éternel.

4 Le méchant, plein d’audace, ne se fait conscience de rien ; toutes ses pensées sont, qu’il n’y a point de Dieu.

5 Ses voies prospèrent en tout temps ; tes jugements sont éloignés de devant lui ; il souffle contre tous ses ennemis.

6 Il dit en son cœur : Je ne serai jamais ébranlé ; jamais il ne m’arrivera de mal.

7 Sa bouche est pleine de malédictions, de tromperies et de fraude ; il n’y a sous sa langue que tourment et qu’outrage.

8 Il se tient aux embûches des villages ; il tue l’innocent dans les lieux cachés ; ses yeux épient les affligés.

9 Il se tient aux embûches dans un lieu caché, comme un lion dans son fort ; il se tient aux embûches pour surprendre le faible ; il surprend le faible l’attirant dans son filet.

10 Il se tapit et se baisse ; et puis les misérables tombent en sa puissance.

11 Il dit en son cœur : Le Dieu fort l’a oublié, il a caché sa face, et il ne le verra jamais.

12 Éternel ! lève-toi, ô Dieu fort ! élève ta main, et n’oublie point les affligés.

13 Pourquoi le méchant braverait-il Dieu ? il a dit en son cœur que tu n’en feras point d’enquête.

14 Tu l’as vu ; car tu regardes quand on outrage ou qu’on afflige quelqu’un, pour le prendre en ta protection ; c’est à toi que se remettent les désolés ; tu aides l’orphelin.

15 Romps le bras du méchant ; et pour ce qui est de l’inique, fais l’enquête de sa méchanceté, et tu ne le trouveras plus.

16 L’Éternel est Roi à toujours et à perpétuité ; les nations ont péri de dessus sa terre.

17 Éternel ! tu exauces le souhait des débonnaires ; affermis leur cœur ; que ton oreille les écoute attentivement ;

18 Pour faire droit à l’orphelin et à celui qui est foulé ; afin que l’homme mortel qui est de terre, ne continue plus à donner de l’effroi.

 REFLEXIONS

Les plaintes que les fidèles font dans ce Psaume nous montrent qu’il ne faut pas être surpris si les justes sont quelquefois dans l’oppression et si les méchants viennent à bout de leurs desseins injustes et cruels. L’on voit ici que les impies emploient souvent la ruse et la force pour perdre les gens de bien, que Dieu permet pendant quelque temps que l’innocence soit opprimée et qu’alors les méchants s’imaginent qu’ils n’ont rien à craindre et que Dieu ne prendra point connaissance de leurs péchés. Mais ce Psaume nous apprend aussi que le Seigneur ne souffre pas toujours que les hommes orgueilleux et injustes prévalent, qu’il fait enfin la vengeance de leurs crimes et que pour ce qui est des gens de bien et des humbles, il voit leurs maux, qu’il exauce leurs prières et qu’il ne les abandonne jamais.

PSAUME XI.

David poursuivi de ses ennemis déclare qu’il mettait toute sa confiance au Seigneur et qu’il ne doutait point que Dieu, qui est un juste juge, ne soutint toujours les bons et qu’'il ne fît tomber ses jugements sur les méchants.

1 Psaume de David, donné au maître chantre, pour le chanter.

Je me suis retiré vers l’Éternel, comment donc dites-vous à mon âme : Sauve-toi en votre montagne comme un oiseau ?

2 En effet, voilà, les méchants bandent l’arc ; ils ont ajusté leur flèche sur la corde, pour tirer en cachette contre ceux qui ont le cœur droit.

3 Car les fondements sont renversés. Et qu’a fait l’homme de bien ?

4 L’Éternel est dans le palais de sa sainteté ; l’Éternel a son trône dans les cieux ; ses yeux contemplent, et ses paupières sondent les fils des hommes.

5 L’Éternel sonde le juste et le méchant, et son âme hait celui qui aime l’extorsion.

6 Il fera pleuvoir sur les méchants des pièges, du feu et du soufre ; et un vent de tempête sera la portion de leur breuvage.

7 Car l’Éternel, qui est juste, aime la justice ; sa face regarde l’homme droit.

REFLEXIONS

I. Ce Psaume nous fournit un exemple de la confiance que les justes ont au Seigneur leur Dieu vers qui ils ont toujours un refuge assuré lors même qu'ils sont dans l'état le plus fâcheux et qu'ils ne savent que devenir. II. Le roi David nous enseigne ici que Dieu a son trône dans le ciel, qu'il voit et qu'il sonde tant les bons que les méchants, qu'il hait ceux qui s'adonnent à l'injustice, qu'il fera tomber sur eux le feu de sa vengeance, que comme il est parfaitement juste, il aime aussi la justice par-dessus toutes choses et que sa faveur se répand toujours sur les hommes droits.

PSAUME XII.

C’est ici un Psaume de prière où David se plaint de ce qu’il y avait si peu de personnes droites et sincères et de ce que les hommes de son temps étaient trompeurs et malins. Il prie Dieu de vouloir, selon la vérité de sa parole et de ses promesses, protéger les innocents contre l’injustice et la violence de ceux qui cherchaient à les opprimer.

1 Psaume de David, donné au maître chantre, pour le chanter sur Scéminith.

2 Délivre-nous, ô Éternel ! car l’homme de bien est défailli, et les hommes sincères ont pris fin parmi les fils des hommes.

3 Chacun dit des mensonges à son prochain avec des lèvres flatteuses ; et ils parlent avec un cœur double.

4 L’Éternel veuille retrancher toutes les lèvres flatteuses, et la langue qui parle avec orgueil :

5 parce qu’ils disent : Nous aurons le dessus par nos langues ; nos lèvres sont en notre puissance ; qui est seigneur sur nous ?

6 A cause de la misère des affligés, à cause du gémissement des pauvres, je me lèverai maintenant, dit l’Éternel, je mettrai en sûreté celui auquel on tend des pièges.

7 Les paroles de l’Éternel sont des paroles pures ; c’est un argent affiné au creuset, épuré par sept fois.

8 Toi, Éternel ! garde-les, et préserve chacun d’eux à toujours de cette race de gens.

9 Car, pendant que des gens abjects sont élevés parmi les fils des hommes, les méchants se promènent de toutes parts.

REFLEXIONS

I. La plainte que David faisait autrefois sur le petit nombre de gens de bien et les prières qu'il présentait à Dieu à cette occasion nous enseignent que ce que nous avons à faire quand nous voyons l'impiété multipliée et le peu de droiture et de sincérité qu'il y a parmi les hommes, c'est de prier Dieu qu'il nous délivre des pièges et de la malice des méchants, mais surtout qu'il nous préserve de leur ressembler.

II. Dieu promet dans ce Psaume qu'il viendra retrancher les langues flatteuses, les trompeurs et les hommes cruels et qu'il se lèvera pour délivrer les innocents affligés. Cela doit nous éloigner de la tromperie et de toute injustice et nous assurer que si nous marchons dans l'intégrité, nous aurons toujours Dieu pour appui et pour défenseur.

PSAUME XIII.

David, plongé dans une profonde tristesse, se plaint que Dieu l'avait abandonné, il le prie de venir le consoler et de le délivrer de ses frayeurs au milieu desquelles cependant il est animé d’une sainte confiance qui le porte à louer le Seigneur.

1 Psaume de David, donné au maître chantre, pour le chanter.

2 Éternel ! jusqu’à quand m’oublieras-tu toujours ? Jusqu’à quand cacheras-tu ta face de moi ?

3 Jusqu’à quand consulterai-je en moi-même, et affligerai-je mon cœur tout le jour ? Jusqu’à quand mon ennemi s’élèvera-t-il contre moi ?

4 Éternel, mon Dieu ! regarde, exauce-moi ; éclaire mes yeux, de peur que je ne dorme du sommeil de la mort ;

5 de peur que mon ennemi ne dise : J’ai eu le dessus, et que mes adversaires ne se réjouissent, si j’étais ébranlé.

6 Pour moi, je me confie en ta bonté, mon cœur se réjouira de ta délivrance. Je chanterai à l’Éternel de ce qu’il m’aura fait ce bien.

REFLEXIONS

Ce Psaume est très propre pour les affligés et particulièrement pour les personnes qui sont alarmées en leur conscience et privées du sentiment de la grâce de Dieu. Ceux qui se trouvent dans ce triste état ne doivent pas perdre courage : ils doivent plutôt recourir à Dieu avec confiance ; implorer ses compassions et le prier de les consoler et de les éclairer de sa lumière, de peur qu'ils ne succombent sous le poids de leurs maux. Et après que Dieu les a délivrés, leur devoir est de célébrer sa miséricorde et de le louer de toutes ses bontés.

PSAUME XIV.

David fait deux choses :

I. Il décrit la grande et la générale corruption des hommes de son temps, leur impiété et leurs crimes.

II. Il menace les méchants du jugement de Dieu et il promet aux justes son secours et sa délivrance.

1 Psaume de David, donné au maître chantre, pour le chanter.

L’insensé a dit en son cœur : Il n’y a point de Dieu. Ils se sont corrompus, ils ont fait des choses abominables, il n’y a personne qui fasse le bien.

2 L’Éternel a regardé des cieux sur les fils des hommes, pour voir s’il y en a quelqu’un qui ait de l’intelligence, et qui cherche Dieu.

3 Ils se sont tous dévoyés, ils sont tous devenus puants ; il n’y a personne qui fasse bien, non pas même un.

4 Tous ces ouvriers d’iniquité n’ont-ils point d’intelligence ? Ils dévorent mon peuple comme s’ils mangeaient du pain ; ils n’invoquent point l’Éternel.

5 C’est là qu’ils seront saisis d’une grande frayeur ; car Dieu est avec la race juste.

6 Vous faites honte à l’affligé de son dessein, parce que l’Éternel est sa retraite.

7 Oh ! qui donnera de Sion la délivrance d’Israël ? Lorsque l’Éternel ramènera son peuple captif, Jacob sera dans l’allégresse ; Israël se réjouira.

REFLEXIONS

La description que David fait ici de l’impiété des hommes de son temps, convient à bien des égards à ce qui se voit parmi les chrétiens, où tant de personnes vivent comme si elles croyaient qu’il n’y a point de Dieu, s’abandonnant à toutes sortes de crimes et où l’on en voit si peu qui cherchent Dieu avec sincérité. Ainsi il faut bien méditer ce qui est dit dans ce Psaume, afin de se garantir de cette corruption.

Pour cet effet, nous devons considérer ces deux vérités que David nous enseigne ici. L’une, que si la malice et la dépravation des hommes sont grandes, Dieu qui la voit en fera la vengeance, et l’autre, que dans les temps les plus fâcheux, il y a pourtant toujours des fidèles et des justes qui craignent Dieu et qui auront aussi toujours part aux effets de sa protection et de son amour, comme cela est dit dans ce Psaume.

PSAUME XV.

C’est ici un Psaume de doctrine où David enseigne qui sont ceux qui étaient dignes de servir Dieu dans son tabernacle et de jouir de sa présence et quelles sont les marques auxquelles on les reconnaît.

1 Psaume de David.

Éternel ! qui est-ce qui séjournera dans ton tabernacle ? Qui est-ce qui habitera en la montagne de ta sainteté ?

2 C’est celui qui marche en intégrité, qui fait ce qui est juste, et qui dit la vérité ainsi qu’elle est en son cœur ;

3 celui qui ne médit point par sa langue, qui ne fait point de mal à son ami, qui ne lève point de blâme contre son prochain ;

4 aux yeux duquel celui qui est méprisable est rejeté ; mais il honore ceux qui craignent l’Éternel ; et s’il a juré, fût-ce à son dommage, il n’en changera rien ;

5 celui qui ne donne point son argent à usure, et qui ne prend point de présent contre l’innocent. Celui qui fait ces choses ne sera jamais ébranlé.

REFLEXIONS

Voici un Psaume très instructif. Il nous apprend que toutes sortes de personnes ne seront pas admises à la présence de Dieu, ni réputées de vrais membres de l’église, mais que cet avantage n’est que pour ceux qui marchent dans l’intégrité, qui sont sincères et fidèles dans leurs discours et dans toute leur conduite, qui s’éloignent de la médisance, de l’injustice et de l’usure, qui aiment les gens de bien et qui tiennent exactement ce qu’ils ont promis. Ce sont là les caractéristiques d’un homme vertueux et craignant Dieu et c’est aussi là la glorieuse récompense qui lui est promise. Puisqu’il n’y a que ceux qui sont tels qui puissent jouir des effets de l’amour de Dieu et en ce monde et en l’autre, nous devons nous appliquer avec un grand zèle à l’observation de tous ces devoirs et vivre dans l’intégrité et dans l’innocence et nous éprouverons la vérité de la promesse qui est faite dans ce Psaume. Que celui qui fait ces choses ne sera jamais ébranlé.

PSAUME XVI.

C’est ici une prière par laquelle David demande à Dieu de le garantir puisqu’il se confiait en lui. Il y déclare qu’il aimait surtout les gens de bien et qu’il avait l'idolâtrie en horreur. Il y paraît plein d'une sainte joie dans le sentiment qu’il avait de la grâce de Dieu et il témoigne qu’il ne craint pas même la mort et qu’il espère d’être toujours heureux dans la communion du Seigneur.

1 Mictam de David. Garde-moi, ô Dieu fort ! car je me suis retiré vers toi.

2 Ô mon âme ! tu as dit à l’Éternel : Tu es le Seigneur ; le bien que je fais ne vient point jusqu’à toi ;

3 c’est dans les saints qui sont sur la terre, et dans ces personnes illustres, que je prends tout mon plaisir.

4 Que les idoles des impies se multiplient, et qu’ils courent après ; je ne ferai point leurs aspersions de sang, et leur nom ne passera point par ma bouche.

5 L’Éternel est la portion de mon héritage et de mon breuvage ; et tu conserves mon lot.

6 Les cordeaux me sont échus dans des lieux agréables, et un très bel héritage m’est échu.

7 Je bénirai l’Éternel, qui est mon conseil ; même les nuits dans lesquelles mes pensées m’instruisent.

8 Je me suis toujours proposé l’Éternel devant moi ; puisqu’il est à ma droite, je ne serai point ébranlé.

9 C’est pourquoi, mon cœur s’est réjoui, et ma langue chante de joie ; aussi ma chair habitera en assurance.

10 Car tu n’abandonneras point mon âme dans le sépulcre, et tu ne permettras point que ton bien-aimé sente la corruption.

11 Tu me feras connaître le chemin de la vie. Ta face est un rassasiement de joie ; il y a des plaisirs dans ta droite pour jamais.

REFLEXIONS

Nous avons à remarquer ici les sentiments des enfants de Dieu et leur bonheur. Pour ce qui est de leurs sentiments, David nous apprend par son exemple qu'ils se confient toujours au Seigneur, qu'ils aiment et estiment surtout les personnes vertueuses et pieuses, qu'ils fuient le commerce et l'égarement des méchants et qu'ils s'attachent inviolablement au service de Dieu. À l'égard de leur bonheur, ce Psaume nous enseigne qu'ils sont infiniment heureux, que Dieu lui-même est leur portion et leur héritage, qu'il se tient à leur droite et qu'ils ne seront jamais ébranlés, qu'ils se réjouissent et qu'ils louent Dieu continuellement dans le sentiment de leur félicité et enfin qu'ils sont même persuadés que Dieu ne les abandonnera point au pouvoir de la mort. Au reste, quoique ce qui est dit dans ce Psaume convienne à David et à tous les fidèles, il faut remarquer que ces paroles : Tu ne laisseras point mon âme au sépulcre et tu ne permettras point que ton bien-aimé sente la corruption, trouvent leur parfait accomplissement en Jésus-Christ, lequel, comme St. Pierre le remarque, étant le Saint le bien-aimé de Dieu, n'est pas demeuré dans le sépulcre et n'a senti aucune corruption, mais est ressuscité le troisième jour et a été élevé dans le ciel où il règne sur toutes choses et où il prépare à tous les fidèles un bonheur qui ne finira jamais.

PSAUME XVII.

C’est ici un Psaume de prière. David supplie le Seigneur d'avoir égard à son innocence, de réprimer la malice de ceux qui le persécutaient et de garantir les justes de la violence des méchants. Il fait connaître de plus qu’il ne cherchait point son bonheur dans le monde, mais qu’il le cherchait uniquement dans la présence et dans la faveur de son Dieu.

1 Prière de David.

Éternel ! écoute ma juste cause ; sois attentif à mon cri ; prête l’oreille à la requête que je te fais, sans qu’il y ait de la tromperie dans mes lèvres.

2 Que mon droit sorte de ta présence, que tes yeux regardent à la justice de ma cause.

3 Tu as sondé mon cœur, tu l’as visité de nuit, tu m’as éprouvé, tu n’as rien trouvé ; ma pensée ne va point au-delà de ma parole.

4 Pour ce qui est des actions des hommes, je me suis gardé, selon la parole que tu as prononcée de ta bouche, des sentiers des hommes violents.

5 Ayant affermi mes pas dans tes sentiers, les plantes de mes pieds n’ont point chancelé.

6 Ô Dieu fort ! je t’invoque, parce que tu as accoutumé de m’exaucer ; incline ton oreille vers moi, écoute ce que je dis.

7 Rends admirables tes bontés, toi qui délivres ceux qui se retirent vers toi, de devant ceux qui s’élèvent contre ta droite.

8 Garde-moi comme la prunelle de l’œil, et couvre-moi sous l’ombre de tes ailes,

9 de devant ces méchants qui me désolent, et de mes ennemis mortels qui m’environnent.

10 La graisse leur cache le visage, leur bouche parle avec fierté.

11 Ils nous environnent présentement, à chaque pas que nous faisons ; ils épient pour nous jeter par terre.

12 Il ressemble au lion qui ne demande qu’à déchirer, et au lionceau qui se tient dans les lieux cachés.

13 Lève-toi, Éternel ! devance-le, renverse-le ; délivre mon âme du méchant par ton épée.

14 Éternel ! délivre-moi par ta main de ces gens, des gens du monde, dont le partage est dans cette vie, et dont tu remplis le ventre de tes provisions, tellement que leurs enfants en sont rassasiés ; et ils laissent leur reste à leurs petits-enfants.

15 Mais moi, je verrai ta face en justice, et je serai rassasié de ta ressemblance quand je serai réveillé.

REFLEXIONS

I. La confiance avec laquelle David invoque le Seigneur dans ce Psaume et la ferme espérance qu’il a que Dieu, qui voyait l’intégrité de son cœur soutiendrait son innocence, nous découvre le grand avantage qu’ont tous ceux dont le cœur est droit et sincère puisqu’ils peuvent toujours s’adresser à Dieu avec assurance et qu’ils savent que Dieu qui les connaît sera aussi leur défenseur, qu’il les conserve comme la prunelle de l'œil et qu’il les tient sous l'ombre de ses ailes.

II. Nous voyons ici d’un autre côté que Dieu connaît aussi les impies et que quelque grande que soit leur force, il ne manquera pas de réprimer leur méchanceté et leur orgueil et de soutenir les justes.

III. David nous apprend à ne pas chercher notre bonheur dans les choses du monde, comme font les hommes charnels et mondains, et à prier Dieu, non seulement qu’il nous garantisse de leur malice, mais surtout qu’il nous préserve de leur ressembler. C’est ce que David demandait en disant : Seigneur, délivre-moi par ta main des gens du monde desquels le partage est en cette vie et dont tu remplis le ventre de tes provisions.

IV. Enfin, les dernières paroles de ce Psaume : Je verrai ta face en justice et je serai rassasié de ta ressemblance lorsque je serai réveillé, doivent nous élever à l’attente et au désir de la félicité dont les enfants de Dieu jouiront après la résurrection.

PSAUME XVIII.

C’est un cantique d’actions de grâces où David, délivré de ses ennemis, fait vœu d'aimer Dieu et de le louer à jamais. Il y décrit les grands dangers par où il avait passé, la manière admirable dont le Seigneur l'en avait tiré, les victoires qu’ils avaient remportées par son secours sur ses ennemis et il célèbre la puissance, la justice et la bonté que Dieu avait fait paraître en le délivrant.

1 Psaume de David, serviteur de l’Éternel, qui prononça à l’Éternel les paroles de ce cantique, lorsqu’il l’eut délivré de la main de tous ses ennemis, et même de la main de Saül, donné au maître chantre, pour le chanter.

2 Il dit donc : Éternel, qui es ma force ! je t’aimerai d’une affection cordiale.

3 L’Éternel est mon rocher, ma forteresse et mon libérateur ; mon Dieu fort est mon rocher, je me retirerai vers lui ; il est mon bouclier, la force qui me délivre, et ma haute retraite.

4 Je crierai à l’Éternel, qui doit être loué, et je serai délivré de mes ennemis.

5 Les cordeaux de la mort m’avaient environné ; et les torrents des méchants m’avaient épouvanté.

6 Les cordeaux du sépulcre m’avaient environné ; les pièges de la mort m’avaient surpris.

7 Quand j’étais dans l’adversité, j’ai crié à l’Éternel ; j’ai crié à mon Dieu ; il a entendu ma voix de son palais, et le cri que j’ai jeté devant lui est parvenu à ses oreilles.

8 Alors la terre fut ébranlée et trembla, les fondements des montagnes croulèrent et furent ébranlés, parce qu’il était courroucé.

9 Une fumée montait de ses narines, et de sa bouche un feu dévorant, tellement que des charbons en étaient embrasés.

10 Il abaissa donc les cieux, et descendit, ayant une obscurité sous ses pieds.

11 Et il était monté sur un chérubin, et il volait ; et il était porté sur les ailes du vent.

12 Il mit autour de lui des ténèbres, pour sa retraite, comme une tente ; les ténèbres des eaux, qui sont les nuées de l’air.

13 De la splendeur qui était devant lui, les nuées furent écartées, et il y avait de la grêle et des charbons de feu.

14 Et l’Éternel tonna des cieux, et le souverain jeta sa voix avec de la grêle et des charbons de feu.

15 Il tira ses flèches, et les écarta ; il lança des éclairs, et les mit en déroute.

16 Alors le fond des eaux parut, et les fondements du monde furent découverts, parce que tu les menaçais, ô Éternel ! et par le souffle du vent de ta colère.

17 Il étendit la main d’en haut, et m’enleva, et me tira des grosses eaux.

18 Il me délivra de mon ennemi puissant, et de ceux qui me haïssaient, quoiqu’ils fussent plus forts que moi.

19 Ils m’avaient surpris au jour de ma calamité ; mais l’Éternel fut mon appui.

20 Il m’a mis au large, il m’a délivré, parce qu’il a pris son plaisir en moi.

21 L’Éternel m’a rendu selon ma justice, il m’a rendu selon la pureté de mes mains.

22 Car j’ai suivi les voies de l’Éternel, et je n’ai point commis d’infidélité contre mon Dieu.

23 Car j’ai eu devant moi tous ses statuts, et je n’ai point rejeté ses ordonnances loin de moi.

24 J’ai agi avec lui en intégrité, et je me suis gardé de l’iniquité.

25 L’Éternel m’a donc rendu selon ma justice et selon la pureté de mes mains, qu’il a connue.

26 Avec celui qui est bon, tu es bon ; et avec l’homme qui a de l’intégrité, tu agis avec intégrité.

27 Tu es pur avec celui qui est pur ; mais avec le pervers tu agis selon sa perversité.

28 Car c’est toi qui sauves le peuple affligé, et qui abaisses les yeux des superbes.

29 Même, c’est toi qui fais luire ma lampe ; l’Éternel mon Dieu éclairera mes ténèbres.

30 Avec toi je me jetterai sur toute une bande, et avec mon Dieu je franchirai la muraille.

31 La voie du Dieu fort est entière ; la parole de l’Éternel est purifiée par le feu ; c’est un bouclier à tous ceux qui se retirent vers lui.

32 Car qui est Dieu, sinon l’Éternel ? Et qui est un rocher, sinon notre Dieu ?

33 C’est le Dieu fort qui m’environne de force, et qui a rendu mon chemin sûr.

34 Il a rendu mes pieds semblables à ceux des biches, et il m’a fait tenir debout sur mes lieux élevés.

35 C’est lui qui a formé mes mains au combat, tellement qu’un arc d’airain a été rompu avec mes bras.

36 Tu m’as aussi donné le bouclier de ton salut ; ta droite m’a soutenu, et ta bonté m’a fait devenir grand.

37 Tu m’as fait marcher au large, et mes talons n’ont point glissé.

38 J’ai poursuivi mes ennemis, et je les ai atteints, et je ne m’en suis point retourné, jusqu’à ce que je les eusse consumés.

39 Je les ai transpercés, tellement qu’ils n’ont pu se relever ; mais ils sont tombés sous mes pieds.

40 Car tu m’as revêtu de force pour le combat ; tu as fait plier sous moi ceux qui s’élevaient contre moi.

41 Tu as fait aussi que mes ennemis ont tourné le dos devant moi ; et j’ai détruit ceux qui me haïssaient.

42 Ils criaient, mais il n’y avait point de libérateur ; ils criaient, dis-je, à l’Éternel, mais il ne leur répondait point.

43 Et je les ai menuisés comme la poussière qui est emportée par le vent ; je les ai foulés comme la boue des rues.

44 Tu m’as délivré des oppositions du peuple ; tu m’as établi chef des nations ; le peuple que je ne connaissais point, m’a été assujetti.

45 Aussitôt qu’ils ont ouï parler de moi, ils se sont rendus obéissants ; les étrangers m’ont menti.

46 Les étrangers se sont écoulés ; ils ont tremblé de peur dans leurs retraites cachées.

47 L’Éternel est vivant, et mon rocher est béni ; que le Dieu de ma délivrance soit donc exalté.

48 Le Dieu fort est celui qui me donne les moyens de me défendre, et qui a rangé les peuples sous moi.

49 C’est lui qui m’a délivré de mes ennemis ; même, tu me mets au-dessus de ceux qui s’élèvent contre moi ; tu me délivres de l’homme violent.

50 C’est pourquoi, ô Éternel ! je te célébrerai parmi les nations, et je chanterai des psaumes à ton nom.

51 C’est lui qui délivre magnifiquement son roi, et qui exerce sa miséricorde envers David son oint, et envers sa postérité à jamais.

REFLEXIONS

I. Les premières paroles de ce cantique nous apprennent que l'effet que doivent produire sur nous les délivrances et les grâces que Dieu nous accorde, c'est de nous attacher à lui par un amour tendre et ardent et de nous exciter continuellement à le bénir.

II. Le récit que David fait des périls extrêmes où il s'était vu et de la merveilleuse puissance que Dieu avait déployée pour l'en tirer fait voir que dans quelque extrémité qu'on se trouve, on ne doit jamais désespérer du secours de Dieu pourvu qu'on le craigne, que sa puissance est plus grande que celle des hommes et qu'il ne manque jamais de moyens pour délivrer ceux qui espèrent en lui.

III. Ce que David dit : que Dieu lui avait rendu selon sa pureté, ne doit pas s'entendre comme s'il eût été entièrement innocent devant Dieu. Mais il parle ainsi :

- Premièrement pour dire que Dieu avait soutenu la justice de sa cause contre Saül et contre tous ceux qui l'avaient persécuté injustement ou qui n'avaient pas voulu le reconnaître pour roi ;

-Et en second lieu, pour marquer que Dieu avait eu égard à ce qu'il n'avait jamais abandonné le culte du vrai Dieu et la pure religion. La réflexion que nous devons faire sur cela est celle que David fait en ces termes : Tu es juste envers le juste, pur envers celui qui est pur, mais tu rends au pervers selon sa perversité. IV. L'on voit dans ce Psaume combien la condition des méchants est déplorable, puisque, comme David le dit : il n'y a point de libérateur pour eux lorsqu’ils sont en détresse et quand ils crient au Seigneur il ne les exauce point. La considération d'un état si funeste doit nous éloigner fortement de l'impiété. V. Enfin, le zèle que David fait éclater dans les derniers versets de ce Psaume nous montre que ce n'est pas assez de louer Dieu en notre particulier pour ses faveurs, mais qu'il faut répandre partout ses louanges et ses bienfaits autant qu'il nous est possible afin que son saint nom soit glorifié, tant par nous que par les autres hommes.

PSAUME XIX.

Ce Psaume a deux parties :

Dans la première, David célèbre la gloire de Dieu qui parait dans l'ordre de la nature et particulièrement dans les cieux et dans le soleil. Dans la seconde, il parle de l'excellence de la loi du Seigneur, il le prie de lui pardonner ses péchés, de le préserver de tout mal et de sanctifier ses pensées, ses paroles et toute sa conduite.

1 Psaume de David, donné au maître chantre, pour le chanter.

2 Les cieux racontent la gloire du Dieu fort ; et l’étendue donne à connaître l’ouvrage de ses mains.

3 Un jour parle à un autre jour ; et une nuit enseigne une autre nuit.

4 Il n’y a point en eux de langage, ni de paroles ; et, toutefois, leur voix est entendue.

5 Leur voix va par toute la terre, et leurs discours jusqu’au bout du monde. Il a posé en eux un pavillon pour le soleil ;

6 tellement qu’il est semblable à un époux qui sort de sa chambre nuptiale, et il se réjouit comme un homme vaillant pour faire sa course.

7 Son départ est de l’un des bouts des cieux, et son tour s’achève à l’autre bout, et il n’y a rien qui se puisse cacher à sa chaleur.

8 La loi de l’Éternel est parfaite, elle restaure l’âme ; le témoignage de l’Éternel est assuré, et donne la sagesse aux plus simples.

9 Les commandements de l’Éternel sont droits ; ils réjouissent le cœur ; le commandement de l’Éternel est pur, et il fait que les yeux voient.

10 La crainte de l’Éternel est pure, elle subsiste à perpétuité ; les jugements de l’Éternel ne sont que vérité, et ils se trouvent également justes.

11 Ils sont plus désirables que l’or, même que beaucoup de fin or ; et plus doux que le miel, même que ce qui distille des rayons de miel.

12 Aussi ton serviteur en est-il éclairé ; il y a un grand salaire dans leur observation.

13 Qui est-ce qui connaît ses fautes commises par erreur ? Nettoie-moi des fautes cachées.

14 Préserve aussi ton serviteur des péchés commis par fierté ; qu’ils ne dominent point sur moi ; alors je serai intègre, et je serai innocent des grands péchés.

15 Que les paroles de ma bouche, et la méditation de mon cœur te soient agréables, ô Éternel ! mon rocher et mon rédempteur.

REFLEXIONS

Le roi David parle ici des deux principaux moyens par lesquels Dieu s’est fait connaître aux hommes, savoir des œuvres de la nature et de sa parole. Ainsi, l’usage que nous devons faire de ce Psaume est de profiter de l’un et de l’autre de ces moyens, de nous appliquer à la méditation de ces merveilleux ouvrages du Seigneur qui nous instruisent si bien de sa puissance et de sa sagesse, mais de nous attacher surtout à la lecture et à la méditation de sa sainte loi. Le loge que David fait dans ce Psaume de la parole de Dieu nous apprend que cette parole est la règle sûre, claire et parfaite de notre foi et de notre conduite, qu’elle est infiniment plus précieuse que tout ce qu’il y a d’excellent dans le monde, qu’elle nous a été donnée pour nous éclairer et pour nous sanctifier, que c’est ce qui réjouit l’âme et qui la console, que la crainte de Dieu procure un parfait bonheur à ceux qui s’y attachent, et qu’il y a un très grand salaire dans l’observation de ses commandements. À ces réflexions, nous devons joindre des prières humbles et ardentes pour demander à Dieu avec David qu’il imprime ces vérités dans notre cœur, qu’il nous pardonne tous nos péchés, qu’il nous préserve surtout des péchés de malice et qu’il veuille nous sanctifier tellement que nos pensées, nos paroles et nos actions puissent lui être agréables.

PSAUME XX.

Le peuple d'Israël prie pour David son roi, et demande à Dieu de le protéger, et de le rendre victorieux et il se promet que Dieu exaucera ses prières.

1 Psaume de David donné au maître chantre, pour le chanter.

2 Que l’Éternel te réponde au jour que tu seras en détresse ; que le nom du Dieu de Jacob te mette dans un état élevé !

3 Qu’il t’envoie son secours de son saint lieu, et qu’il te soutienne de Sion !

4 Qu’il se souvienne de toutes tes oblations, et qu’il réduise en cendre ton holocauste ! Sélah.

5 Qu’il te donne le désir de ton cœur, et qu’il accomplisse tous tes desseins !

6 Nous triompherons de ta délivrance, et nous marcherons à enseignes déployées au nom de notre Dieu ; l’Éternel accomplira toutes tes demandes.

7 Déjà je connais que l’Éternel a délivré son oint ; il lui répondra des cieux de sa sainteté ; la délivrance a été faite par sa droite avec force.

8 Les uns se vantent de leurs chariots, et les autres de leurs chevaux ; mais nous nous vanterons du nom de l’Éternel notre Dieu.

9 Ceux-là ont plié et sont tombés ; mais nous nous sommes relevés et affermis.

10 Éternel ! conserve le roi ; exauce-nous au jour que nous t’invoquons.

REFLEXIONS

Il paraît de ce Psaume que les peuples doivent prier pour les rois et pour les princes que Dieu a élevés au-dessus d’eux. C’est un devoir pour les chrétiens, comme c’en était un pour les Israélites et St. Paul le prescrit lorsqu’il ordonne : Qu’on fasse des prières et des supplications pour les rois et pour ceux qui sont constitués en dignité. Le peuple d’Israël demandait à Dieu dans ce Psaume d’exaucer les vœux de son roi et de lui donner la victoire sur ses ennemis. Les chrétiens doivent aussi prier le Seigneur de soutenir leurs princes dans les guerres et dans les entreprises justes, mais le principal but qu’ils doivent se proposer dans leurs prières c’est de vivre dans la piété et dans la tranquillité sous la domination des puissances. Enfin, l’on voit ici que la sûreté et la gloire des princes et des états dépend de la faveur et de la protection de Dieu, que c’est à cette protection qu’ils sont redevables des victoires et des heureux succès qu'ils ont, qu'ainsi les rois et leurs sujets doivent travailler sur toutes choses à se rendre Dieu favorable.

PSAUME XXI.

Le sujet de ce Psaume est le même que celui du précédent. Les Israélites louent Dieu avec David des avantages qu’il lui avait accordés et ils se promettent la continuation de la protection et de l’assistance du Seigneur.

1 Psaume de David, donné au maître chantre, pour le chanter.

2 Éternel ! le roi se réjouira dans ta force, et combien n’aura-t-il pas de joie de ta délivrance !

3 Tu lui as donné le souhait de son cœur, et tu ne lui as point refusé ce qu’il a prononcé de ses lèvres. Sélah.

4 Car tu l’as prévenu par toutes sortes de bénédictions et de biens, et tu as mis sur sa tête une couronne de fin or.

5 Il t’avait demandé la vie, et tu la lui as donnée ; même, une prolongation de jours à perpétuité.

6 Sa gloire est grande par ta délivrance ; tu as mis sur lui la majesté et la gloire.

7 Car tu l’as fait être un exemple de tes bénédictions pour toujours ; tu l’as comblé de joie par ta face.

8 Puisque le roi s’assure en l’Eternel et dans la bonté du souverain, il ne sera point ébranlé.

9 Ta main trouvera tous tes ennemis ; ta droite trouvera tous ceux qui te haïssent.

10 Tu les rendras comme un four embrasé, au temps de ton courroux ; l’Eternel les engloutira en sa colère, et le feu les consumera.

11 Tu feras périr leur fruit de dessus la terre, et leur race d’entre les fils des hommes.

12 Car ils ont projeté du mal contre toi, et ils ont formé une entreprise dont ils ne pourront venir à bout.

13 Parce que tu les mettras en butte, et que tu coucheras tes flèches sur tes cordes contre leurs faces.

14 Elève-toi, Eternel ! par ta force ; et nous chanterons et psalmodierons ta puissance.

REFLEXIONS

On voit par ce Psaume :

I. Que comme le devoir des peuples est de prier pour leurs rois, ils doivent aussi prendre part aux bénédictions que Dieu répand sur leurs personnes et sur leurs justes desseins et lui en rendre grâce.

II. Que Dieu aime et qu'il protège d'une façon toute particulière les rois justes et pieux qui l'invoquent et qui se confient en lui.

III. Qu'il abaisse et qu'il détruit les princes injustes et principalement ceux qui s'opposent à l'établissement de son règne et aux desseins de sa providence.

PSAUME XXII.

David se plaint de ce que Dieu l'avait abandonné à la violence de l'affliction et à la fureur de ses ennemis. Il représente le triste état où il était réduit et il prie le Seigneur de venir à son aide. Il témoigne cependant une ferme confiance en Dieu, il le loue même de la délivrance qu’il attendait de sa bonté et il exhorte tous les fidèles à se joindre à lui pour le louer. Il faut remarquer que ce Psaume est prophétique et qu’il regarde surtout les souffrances et le règne du Messie.

1 Psaume de David donné au maître chantre, pour le chanter, sur Ajéleth-hasçachar.

2 Mon Dieu ! mon Dieu ! pourquoi m’as-tu abandonné, t’éloignant de ma délivrance et des paroles de mon gémissement ?

3 Mon Dieu ! je crie de jour, mais tu ne réponds point ; et de nuit, et je n’ai point de repos.

4 Cependant, tu es le Saint ; tu habites au milieu d’Israël, qui célèbre tes louanges.

5 Nos pères ont espéré en toi ; ils ont espéré, et tu les as délivrés.

6 Ils ont crié vers toi, et ils ont été délivrés ; il se sont assures en toi, et ils n’ont point été confus.

7 Mais moi, je suis un ver, et non point un homme ; l’opprobre des hommes, et le méprisé du peuple.

8 Tous ceux qui me voient se moquent de moi ; ils me font la moue, ils hochent la tête.

9 Il se repose, disent-ils, sur l’Eternel ; qu’il le délivre et qu’il le sauve, s’il a mis en lui son affection.

10 Certainement, c’est toi qui m’as tiré du sein de ma mère, qui as pris soin de moi, lorsque j’étais aux mamelles de ma mère.

11 J’ai été remis à tes soins dès ma naissance ; tu es mon Dieu fort dès le ventre de ma mère.

12 Ne t’éloigne point de moi ; car la détresse est près de moi, et il n’y a personne qui me secoure.

13 Plusieurs taureaux m’ont environné, des taureaux puissants de Basçan m’ont enfermé.

14 Ils ont ouvert leur gueule contre moi, comme un lion déchirant et rugissant.

15 Je suis écoulé comme de l’eau, et tous mes os sont déjoints ; mon cœur est comme de la cire, et s’est fondu dans mes entrailles.

16 Ma vigueur est desséchée comme de la terre cuite au feu ; ma langue est attachée à mon palais ; et tu m’as mis dans la poussière de la mort.

17 Car des chiens m’ont environné, et une assemblée de gens malins m’a entouré ; ils ont percé mes mains et mes pieds.

18 Je compterais tous mes os ; ils me considèrent et me regardent.

19 Ils partagent entre eux mes vêtements, et jettent le sort sur mon habit.

20 Toi donc, Eternel ! ne t’éloigne point ; toi qui es ma force, hâte-toi de me secourir.

21 Délivre ma vie de l’épée, mon unique de la patte du chien.

22 Délivre-moi de la gueule du lion, me réponds, me retirant d’entre les cornes des licornes.

23 J’annoncerai ton nom à mes frères, je te louerai au milieu de leur assemblée.

24 Vous qui craignez l’Éternel, louez-le ; toute la race de Jacob, glorifiez-le, et toute la race d’Israël, redoutez-le.

25 Car il n’a point méprisé, ni dédaigné l’affliction de l’affligé ; il n’a point détourné sa face de lui ; mais quand il a crié à lui, il l’a exaucé.

26 Je te louerai dans une grande assemblée ; je rendrai mes vœux en la présence de ceux qui te craignent.

27 Les humbles mangeront, et seront rassasiés ; ceux qui cherchent l’Éternel, le loueront ; votre cœur vivra à perpétuité.

28 Tous les bouts de la terre s’en souviendront, et se convertiront à l’Éternel, et toutes les familles des nations se prosterneront devant toi.

29 Car le règne appartient à l’Éternel, et il domine sur les nations.

30 Tous les riches de la terre mangeront, et se prosterneront devant lui ; tous ceux qui descendent en la poudre s’inclineront, même celui qui ne peut garantir sa vie.

31 La postérité le servira, et elle sera comptée à l’avenir parmi ceux qui servent le Seigneur.

32 Ils viendront et publieront sa justice au peuple qui naîtra, parce qu’il aura fait cela.

REFLEXIONS

Pour profiter de cette lecture, il faut considérer ce Psaume par rapport au roi David et par rapport à Jésus-Christ.

I. Au premier égard, nous voyons par les plaintes que David fait ici que les personnes que Dieu aime tombent quelquefois dans un état très fâcheux, en sorte qu’il leur semble que Dieu les ait abandonnés. Mais la confiance que David marque dans ce Psaume nous montre aussi qu’il ne faut jamais perdre courage dans les afflictions, que le Seigneur en délivre ses enfants et qu’il leur donne sujet par-là de célébrer sa bonté.

II. Ce Psaume contient une description très claire des souffrances et du profond abaissement de notre Seigneur. On y lit ces paroles qu’il prononça lorsqu’il fut crucifié : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ? On y voit les outrages que les Juifs lui disaient pendant qu’il fut sur la croix, le sort jeté sur ses habits, ses mains et ses pieds percés et les principales circonstances de sa passion et le sa mort.

Dieu voulut que toutes ces choses fussent marquées par David, afin que quand elles arriveraient à notre Seigneur on en fût moins surpris et qu’on put même reconnaître par-là que Jésus était le Messie. Ainsi, nous devons déplorer l’aveuglement des Juifs qui se scandalisaient de la croix et des souffrances de Jésus, au lieu qu’elles devaient les convaincre qu’il était le Messie que Dieu avait promis.

Ces considérations doivent nous fortifier dans la croyance que nous avons que Jésus est le sauveur du monde, d’autant plus que ce Psaume nous met aussi devant les yeux la gloire où Dieu l’a élevé après ses souffrances et dont il jouit maintenant qu’il est à la droite de son père et que son règne est établi par toute la terre.

PSAUME XXIII.

David représente les soins paternels du Seigneur envers lui sous l'image d'un berger qui conduit ses brebis, qui les nourrit et qui les défend et il décrit les grâces dont il espérait de jouir toujours dans la communion du Seigneur.

1 Psaume de David. L’Éternel est mon berger, je n’aurai point de disette.

2 Il me fait reposer dans des parcs herbus, et il me conduit le long des eaux tranquilles.

3 Il restaure mon âme, et il me mène par des sentiers unis, pour l’amour de son nom.

4 Même, quand je marcherais par la vallée de l’ombre de la mort, je ne craindrais aucun mal, car tu es avec moi ; c’est ton bâton et ta houlette qui me consolent.

5 Tu dresses la table devant moi, à la vue de ceux qui me persécutent ; tu oins ma tête d’huile, et ma coupe est remplie.

6 Quoi qu’il en soit, les biens et la miséricorde m’accompagneront tous les jours de ma vie, et mon habitation sera dans la maison de l’Éternel pour longtemps.

REFLEXIONS

Ce Psaume nous met devant les yeux d’une manière bien touchante l’heureux état des fidèles qui vivent dans l’assurance de l’amour de Dieu et sous sa protection. David nous montre par son exemple, qu’ils n’ont jamais besoin de rien, que Dieu les protège, qu’il les console, qu’il les soutient dans tous les états où ils se trouvent, qu’il est avec eux dans la mort même et qu’il les comble de ses grâces et de ses faveurs en les faisant vivre dans sa bienheureuse communion. Ainsi, ce cantique est très propre pour la consolation des vrais fidèles et le désir d’avoir part à ces précieux avantages doit nous faire embrasser à tous avec ardeur l’étude de la piété.

PSAUME XXIV.

Le roi David reconnaît dans ce Psaume que Dieu qui a créé le monde règne sur toutes choses et particulièrement sur l'église. Il montre quels sont les vrais membres de l’église et à quelles marques ont les reconnaît. Enfin, il célèbre la gloire et la force de ce roi tout-puissant.

1 Psaume de David. La terre appartient à l’Éternel, et tout ce qui y est ; la terre habitable, et ceux qui y habitent.

2 Car il l’a fondée sur les mers, et l’a établie sur les fleuves.

3 Qui est-ce qui montera à la montagne de l’Éternel, et qui est-ce qui demeurera au lieu de sa sainteté ?

4 Ce sera l’homme qui a les mains pures et le cœur net, dont l’âme n’est point portée à la fausseté, et qui ne jure point pour tromper.

5 Il recevra la bénédiction de l’Éternel, et la justice de Dieu son sauveur.

6 Telle est la génération de ceux qui le cherchent, qui cherchent ta face en Jacob ! Sélah.

7 Portes, élevez vos têtes ; portes éternelles, haussez-vous, et le Roi de gloire entrera.

8 Qui est ce Roi de gloire ? C’est l’Éternel fort et puissant dans les combats.

9 Portes, élevez vos têtes ; élevez-les aussi, portes éternelles, et le Roi de gloire entrera.

10 Qui est ce Roi de gloire ? C’est l’Éternel des armées ; c’est lui qui est le Roi de gloire. (Sélah.)

REFLEXIONS

Ce cantique renferme deux instructions :

I. La première que Dieu, qui créa la terre au commencement, est le roi souverain et tout-puissant dont la gloire et la force doivent être célébrées à jamais.

II. Ce Psaume nous enseigne, qui sont ceux que Dieu regarde comme siens, et qu'il admettra à sa présence glorieuse. Ce n'est que ceux dont le cœur et les actions sont purs, qui sont sincères et fidèles dans leurs discours et dans toute leur conduite, qui s'éloignent de la fraude et de la tromperie, qui invoquent le Seigneur et qui cherchent sa face de tout leur cœur.

Si donc nous souhaitons d'avoir part à l'amour de Dieu, nous devons chercher ces caractères et ces sentiments en nous-mêmes et travailler à les y produire et à les y augmenter continuellement.

PSAUME XXV.

Dans ce Psaume David implore la grâce de Dieu avec beaucoup de ferveur. Il le prie surtout de lui enseigner ses voies, de lui donner sa crainte, de lui pardonner ses péchés et de le délivrer de ses afflictions. Il y fait aussi une belle description de la piété et du bonheur où elle élève les hommes. Ce Psaume renferme des instructions très remarquables et de beaux mouvements de dévotion.

1 Psaume de David.

Aleph. Éternel ! j’élève mon âme à toi.

2 Beth. Mon Dieu ! je m’assure en toi, que je ne sois point confus, que mes ennemis ne triomphent point de moi.

3 Guimel. Certainement, aucun de ceux qui s’attendent à toi ne sera confus, mais ceux-là le seront, qui agissent perfidement en toute occasion.

4 Daleth. Éternel ! fais-moi connaître tes voies, enseigne-moi tes sentiers.

5 Hé. Vau. Fais-moi marcher dans ta vérité, et m’enseigne ; car tu es le Dieu de ma délivrance ; je m’attends à toi tout le jour.

6 Zajin. Éternel ! souviens-toi de tes compassions et de tes bontés ; car elles sont de tout temps.

7 Heth. Ne te souviens point des péchés de ma jeunesse, ni de mes transgressions ; selon ta miséricorde souviens-toi de moi, pour l’amour de ta bonté, ô Éternel !

8 Teth. L’Éternel est bon et droit ; c’est pourquoi il enseignera aux pécheurs le chemin qu’ils doivent tenir.

9 Jod. Il fera marcher les débonnaires dans la droiture, et il enseignera sa voie aux humbles.

10 Caph. Toutes les voies de l’Éternel ne sont que bonté et que vérité pour ceux qui gardent son alliance et ses témoignages.

11 Lamed. Pour l’amour de ton nom, Éternel ! tu me pardonneras mon iniquité, quoiqu’elle soit grande.

12 Mem. Qui est l’homme qui craint l’Éternel ? il lui enseignera le chemin qu’il doit choisir.

13 Nun. Son âme logera parmi les biens, et sa postérité possédera la terre en héritage.

14 Samech. Le secret de l’Éternel est pour ceux qui le craignent, et son alliance pour la leur faire connaître.

15 Hajin. Mes yeux sont continuellement vers l’Éternel ; car c’est lui qui tirera mes pieds des filets.

16 Pé. Tourne ta face vers moi, et aie pitié de moi ; car je suis seul affligé.

17 Tsadé. Les détresses de mon cœur se sont augmentées ; délivre-moi de mes angoisses.

18 Res. Regarde mon affliction et mon travail, et me pardonne tous mes péchés.

19 Res. Regarde mes ennemis ; car ils sont en grand nombre, et ils me haïssent d’une haine pleine de violence.

20 Scin. Garde mon âme, et me délivre ; que je ne sois point confus, car je me suis retiré vers toi.

21 Thau. Que l’intégrité et la droiture me préservent ; car je me suis attendu à toi.

22 Pé. Ô Dieu ! rachète Israël de toutes ses détresses.

REFLEXIONS

L’usage que nous devons faire de ce Psaume est d’y remarquer :

I. Avec quelle assurance ceux qui se confient en Dieu s’adressent à lui et implorent son secours dans tous leurs besoins.

II. Que ce que nous devons demander à Dieu avec le plus d’ardeur, c’est qu’il nous remplisse de sa connaissance, qu’il nous enseigne à marcher dans ses voies et qu’il nous accorde le pardon de tous les péchés que nous avons commis.

III. Nous voyons ici quel est le prix de la crainte de Dieu et quels sont les avantages qu’elle procure. Le roi David nous dit sur ce sujet que Dieu enseigne ses voies aux débonnaires et aux humbles, qu’il montre à ceux qui le craignent le chemin qu’ils doivent choisir, que c’est à eux qu’il manifeste ses secrets et son alliance, qu’il les comble de biens eux et leur postérité et que lorsqu’ils sont dans l’affliction, il les protège et qu’il les délivre de toutes détresses.

Ce sont là des instructions tout à fait salutaires et nous ne saurions rien faire de mieux pour nous affermir dans la piété et pour nous assurer un parfait bonheur, que de les lire et de les méditer avec soin et que de présenter souvent à Dieu les prières qui sont contenues dans ce Psaume.

PSAUME XXVI.

David prie le Seigneur de soutenir son innocence. Il dit qu’il s'éloignait toujours des méchants et que son plus grand plaisir était de servir Dieu dans son tabernacle. Avec ces dispositions il espère que Dieu ne l'abandonnera pas à ses ennemis.

1 Psaume de David.

Éternel ! fais-moi justice ; car j’ai marché dans mon intégrité, et j’ai mis mon assurance en l’Éternel ; je ne serai point ébranlé.

2 Éternel ! sonde-moi et m’éprouve ; examine mes reins et mon cœur.

3 Car ta bonté est devant mes yeux, et j’ai marché dans ta vérité.

4 Je ne me suis point assis avec les hommes vains, et je n’ai point fréquenté les gens couverts.

5 J’ai haï la compagnie des méchants, et je ne hante point les impies.

6 Je lave mes mains dans l’innocence, et je fais le tour de ton autel, ô Éternel !

7 Pour éclater en voix d’actions de grâces, et pour raconter toutes tes merveilles.

8 Éternel ! j’aime la demeure de ta maison, et le lieu où est le pavillon de ta gloire.

9 N’assemble point mon âme avec les pécheurs, ni ma vie avec les hommes sanguinaires,

10 Dont les mains exécutent les crimes qu’ils ont médités, et dont la main droite est pleine de présents.

11 Mais moi, je marcherai dans mon intégrité ; rachète-moi, et aie pitié de moi.

12 Mon pied sera ferme dans le droit chemin. Je bénirai l’Éternel dans les assemblées.

REFLEXIONS

I. La première instruction que ce Psaume nous donne est que Dieu regarde principalement à l’intégrité et à la droiture, qu’il sonde et éprouve les cœurs et qu’ainsi le seul moyen d’avoir Dieu favorable est de se rendre approuvé de lui, de vivre dans l’innocence, de marcher dans sa vérité et de haïr les vices et la société des méchants.

II. Le zèle dont David était animé pour servir Dieu dans le tabernacle doit nous inciter à nous acquitter des devoirs de la religion avec la même ardeur et à prendre notre plus grand plaisir à nous rendre dans la maison de Dieu pour le louer et pour méditer les merveilles de son amour. Mais le soin que ce roi pieux avait de se purifier avant que de paraître devant l’autel du Seigneur nous montre que pour pouvoir se présenter devant Dieu, il faut être pur et vivre dans la sainteté.

III. Enfin, nous devons nous joindre à David dans la prière qu’il fait à Dieu sur la fin de ce Psaume et lui demander qu’il nous préserve de ressembler aux méchants, de peur que nous ne soyons enveloppés dans les peines qui leur sont préparées.

PSAUME XXVII.

I. Le roi David témoigne ici qu’il avait une entière confiance en Dieu dans les plus grands dangers. II. Il y marque son zèle et son attachement pour le service divin. III. Il prie Dieu de lui donner des témoignages de sa faveur et il parait pleinement assuré que Dieu ne l'abandonnerait jamais. Il y a dans ce Psaume beaucoup d'onction et de très beaux sentiments de foi, de dévotion et de piété.

1 Psaume de David.

L’Éternel est ma lumière et ma délivrance ; de qui aurai-je peur ? L’Eternel est la force de ma vie ; de qui aurai-je de la crainte ?

2 Quand les méchants, mes adversaires et mes ennemis, sont venus contre moi, pour manger ma chair, eux-mêmes ont bronché et sont tombés.

3 Quand toute une armée se camperait contre moi, mon cœur ne craindrait rien ; si la guerre s’élève contre moi, j’aurai cette confiance.

4 J’ai demandé une chose à l’Eternel, et je la rechercherai ; c’est que j’habite dans la maison de l’Eternel tous les jours de ma vie, pour contempler la beauté de l’Eternel, et visiter soigneusement son palais.

5 Car il me cachera dans sa tente au mauvais jour, il me tiendra caché dans le lieu secret de son tabernacle, il m’élèvera comme sur un rocher.

6 Même, dès à présent, ma tête s’élèvera par-dessus mes ennemis qui sont autour de moi ; et je sacrifierai dans son tabernacle des sacrifices de cris de joie ; je chanterai et je psalmodierai à l’Eternel.

7 Eternel ! écoute ma voix, je t’invoque ; aie pitié de moi, et m’exauce.

8 Mon cœur me dit de ta part : Cherchez ma face. Je chercherai ta face, ô Eternel !

9 Ne cache point ta face de moi, ne rejette point ton serviteur dans ton courroux. Tu as été mon aide ; ô Dieu de ma délivrance ! ne me délaisse point, et ne m’abandonne point.

10 Quand mon père et ma mère m’auraient abandonné, toutefois, l’Eternel me recueillera.

11 Eternel ! enseigne-moi ta voie, et me conduis par un sentier uni, à cause de mes ennemis.

12 Ne me livre point au désir de mes adversaires ; car de faux témoins, et qui ne respirent que violence, se sont élevés contre moi.

13 N’eût été que j’ai cru que je verrais les biens de l’Eternel dans la terre des vivants, c’était fait de moi.

14 Attends-toi à l’Eternel, et demeure ferme, et il fortifiera ton cœur ; attends-toi, dis-je, à l’Eternel.

REFLEXIONS

On doit remarquer ici :

I. Que ceux qui craignent Dieu et qui se confient en lui n'ont jamais peur des hommes et qu'ils sont tranquilles et inébranlables lors même qu'ils se voient persécutés et réduits à l'état le plus fâcheux.

II. Que l'avantage le plus précieux et la plus douce consolation dont nous puissions jouir en ce monde sont de nous rencontrer souvent dans la maison de Dieu pour l'adorer, pour le louer et pour y recevoir les témoignages de sa faveur.

III. Que quand Dieu nous sollicite par les mouvements de notre cœur à rechercher sa face, nous devons profiter de cette grâce qu'il nous fait et répondre aux invitations qu'il nous adresse.

IV. Enfin, l'assurance que David marque dans ce Psaume nous apprend que quand même nous serions abandonnés de tout le monde, Dieu ne nous abandonnera point si nous le craignons et si nous nous reposons sur lui, qu'il n'y a que la confiance en Dieu et l'espérance en ses promesses qui puisse nous soutenir au milieu des traverses de cette vie et que l'attente de ceux qui cherchent leur bonheur en Dieu seul ne sera jamais vaine.

PSAUME XXVIII.

Le roi David prie Dieu de le garantir de la malice et des artifices des méchants et des jugements qui devaient tomber sur eux. Il le loue aussi des soins qu’il avait de lui, il se confie en son secours et il fait des vœux pour la prospérité du peuple d'Israël.

1 Psaume de David.

Je crie à toi, Eternel, mon Rocher ! ne sois point sourd à mon égard, de peur que si tu ne me réponds, je ne sois semblable à ceux qui descendent dans la fosse.

2 Exauce la voix de mes supplications, lorsque je crie à toi et que j’élève mes mains vers l’oracle de ta sainteté.

3 Ne m’entraîne point avec les méchants, ni avec les ouvriers d’iniquité, qui parlent de paix avec leur prochain, quoiqu’il y ait de la malice dans leur cœur.

4 Donne-leur selon leurs œuvres, selon la malice de leurs actions, selon les œuvres de leurs mains ; rends-leur ce qu’ils ont mérité ;

5 parce qu’ils ne prennent point garde aux ouvrages de l’Eternel, ni aux œuvres de ses mains ; il les ruinera et ne les fera point subsister.

6 Béni soit l’Eternel ; car il a exaucé la voix de mes supplications.

7 L’Eternel est ma force et mon bouclier ; mon cœur a eu confiance en lui, et j’ai été secouru, et mon cœur s’est réjoui ; c’est pourquoi je le célébrerai par mon cantique.

8 L’Eternel est la force de son peuple, il est la force qui délivre son oint.

9 Sauve ton peuple, et bénis ton héritage ; gouverne-les, et les élève éternellement.

REFLEXIONS

Ce que nous devons apprendre de ce Psaume, c'est :

I. D'invoquer le Seigneur dans tous nos besoins, d'élever à lui nos mains et nos cœurs pour implorer son secours et le prier surtout qu'il ne permette pas que nous soyons entraînés dans le mal avec les pêcheurs.

II. Que Dieu rende aux méchants selon leurs œuvres et qu'en particulier il détruit les hommes doubles et trompeurs qui parlent de paix à leur prochain pendant qu'ils ont le cœur plein de malice et de haine.

III. Que ce qui cause la ruine et le malheur des hommes c'est qu'ils ne prennent pas garde aux œuvres de Dieu pour apprendre par là à le craindre.

IV. Les louanges que David joint à ses prières montrent que les gens de bien invoquent le Seigneur avec une parfaite confiance en sa bonté, que Dieu exauce ceux qui le réclament et qu’il sera toujours le bouclier et la force des justes et le protecteur de son peuple.

PSAUME XXIX.

C’est ici une exhortation à reconnaître la majesté de Dieu qui parait dans ses œuvres et en particulier dans le tonnerre. Le prophète parle aussi de la protection dont Dieu favorise le peuple d'Israël.

1 Psaume de David.

Fils des princes, rendez à l’Eternel, rendez à l’Eternel la gloire et la force.

2 Rendez à l’Eternel la gloire due à son nom ; prosternez-vous devant l’Eternel dans son sanctuaire magnifique.

3 La voix de l’Eternel est sur les eaux, le Dieu glorieux fait tonner, l’Eternel est sur les grandes eaux.

4 La voix de l’Eternel est forte, la voix de l’Eternel est magnifique.

5 La voix de l’Éternel brise les cèdres, l’Éternel brise même les cèdres du Liban,

6 et les fait sauter comme un veau ; le Liban et Scirjon, comme un faon de licorne.

7 La voix de l’Éternel jette des éclats de flamme de feu.

8 La voix de l’Éternel fait trembler le désert ; l’Éternel fait trembler le désert de Kadès.

9 La voix de l’Éternel fait avorter les biches, et découvre les forêts ; mais chacun annonce sa gloire dans son palais.

10 L’Éternel a présidé sur le déluge ; et l’Éternel présidera comme Roi éternellement.

11 L’Éternel donnera de la force à son peuple ; l’Éternel bénira son peuple dans la paix.

REFLEXIONS

La lecture de ce Psaume nous engage à adorer avec respect et avec crainte la majesté de Dieu dont il donne des preuves dans ses ouvrages. Ce Psaume nous enseigne surtout que c’est Dieu qui par sa puissance forme les tonnerres qui se font entendre dans les airs et qui produisent des effets si surprenants, que ce Dieu tout-puissant préside sur ces sortes d’événements et que sa providence s’en sert pour faire connaître aux hommes sa grandeur et pour exercer ses jugements sur eux.

Ainsi nous devons prendre occasion de tout ce qui arrive dans la nature, pour craindre Dieu et mettre toute notre confiance en lui, nous souvenant qu’il est le maître et le juge du monde et que s’il emploie sa puissance pour punir ceux qui l’offensent, il s’en sert aussi pour le bien de son peuple et de tous ses enfants.

PSAUME XXX.

David rend à Dieu des actions de grâces solennelles de ce qu’il l'avait délivré et de ce qu’il avait fait succéder sa faveur à sa colère. Il reconnaît que s'étant oublié dans sa prospérité Dieu l'avait châtié pour le ramener à son devoir et pour l'obliger à l'invoquer avec plus d'ardeur et il fait le vœu de le bénir à jamais de ce qu’il l'avait exaucé. On croit que ce Psaume doit être rapporté à ce que David, étant de retour à Jérusalem après la conspiration d'Absçalon, fit pour purifier et consacrer sa maison qui avait été souillée par ce fils dénaturé.

1 Psaume, qui fut un cantique de la dédicace de la maison de David.

2 Éternel ! je t’exalterai, parce que tu m’as tiré du danger, et que tu n’as pas permis à mes ennemis de se réjouir de moi.

3 Éternel, mon Dieu ! j’ai crié vers toi, et tu m’as guéri.

4 Éternel ! tu as fait remonter mon âme du sépulcre, tu m’as rendu la vie, afin que je ne descendisse pas dans la fosse.

5 Psalmodiez à l’Éternel, vous ses bien-aimés, et célébrez la mémoire de sa sainteté.

6 Car il n’y a qu’un moment dans sa colère, mais il y a toute une vie dans sa faveur ; les pleurs logent le soir, et le chant de triomphe survient au matin.

7 Quand j’étais dans ma prospérité, je disais : Je ne serai jamais ébranlé.

8 Éternel ! par ta faveur tu avais mis la force dans ma montagne ; mais sitôt que tu as caché ta face, je suis devenu tout éperdu.

9 Éternel ! j’ai crié à toi ; j’ai présenté ma supplication à l’Éternel, disant :

10 Quel profit y aura-t-il en mon sang, si je descends dans la fosse ? La poudre te célébrera-t-elle ? Annoncera-t-elle ta vérité ?

11 Éternel ! écoute, et aie pitié de moi ; Éternel ! sois-moi en aide.

12 Tu as changé mon deuil en réjouissance, tu as détaché le sac dont j’étais couvert, et tu m’as revêtu de joie ;

13 afin que dans ma gloire je te psalmodie, et que je ne me taise point. Éternel, mon Dieu ! je te célébrerai à toujours.

REFLEXIONS

C'est ici un cantique d'actions de grâces qui convient particulièrement aux personnes qui sont échappées de quelque grand danger. Ceux que Dieu a ainsi délivrés doivent, à l'imitation de David, célébrer sa bonté, inviter tous les hommes à la célébrer avec eux et reconnaître : qu’il n’y a qu’un moment dans la colère de Dieu, mais qu'il y a toute une vie dans sa faveur. Il faut surtout bien remarquer les instructions que ce Psaume nous donne sur l'utilité des afflictions. David nous y dit que lorsqu’il était dans sa prospérité il croyait n’être jamais ébranlé, mais qu’aussitôt que Dieu avait caché sa face, il avait été tout éperdu et qu'ayant prié le Seigneur dans cet état, il avait été exaucé. Reconnaissons par-là combien il est utile et nécessaire d'être affligé. Les hommes et même quelques fois les justes s'oublient dans la prospérité, mais Dieu se sert de l'adversité pour produire en eux une frayeur salutaire pour les obliger à recourir à lui et pour les ramener par ce moyen à leur devoir. Et c'est alors aussi qu'il s'apaise envers eux, qu'il les exauce et qu'il change leur tristesse en joie et leurs plaintes en actions de grâces.

C'est là une doctrine qui est d'un usage général et que nous devons bien méditer afin que si Dieu nous accorde le repos, nous n'en abusions pas et que s'il nous envoie des adversités, elles servent à nous humilier et à nous attacher de plus en plus à lui.

PSAUME XXXI.

Le roi David prie Dieu que puisqu’il se confiait en lui, il lui plût de le garantir des maux qu’il endurait de la part de ses ennemis et même de la part de ses proches. Et dans la persuasion où il est que sa prière sera exaucée il se réjouit de la délivrance qu’il attend de la bonté du Seigneur.

1 Psaume de David, donné au maître chantre, pour le chanter.

2 Éternel ! je me suis retiré vers toi ; que je ne sois jamais confus ! Délivre-moi par ta justice.

3 Incline ton oreille vers moi, délivre-moi promptement ; sois pour moi une forte roche et une maison bien munie, afin que je m’y puisse sauver.

4 Car tu es mon rocher et ma forteresse ; c’est pourquoi, à cause de ton nom, mène-moi et conduis-moi.

5 Tire-moi hors des filets qu’on m’a tendus en cachette ; car tu es ma force.

6 Je remets mon esprit en ta main ; tu m’as racheté, ô Éternel ! qui es le Dieu de vérité.

7 J’ai haï ceux qui s’adonnent aux vanités trompeuses ; mais moi, je me suis assuré en l’Éternel.

8 Je m’égaierai et me réjouirai dans ta bonté, parce que tu as regardé mon affliction, et tu as pris connaissance des détresses de mon âme.

9 Tu ne m’as point livré entre les mains de mon ennemi, mais tu as fait tenir debout mes pieds au large.

10 Éternel ! aie pitié de moi, car je suis en détresse ; mon regard est tout défait de chagrin, et mon âme et mes entrailles.

11 Car ma vie se consume d’ennui, et mes ans par mes soupirs ; ma force est déchue pour la peine de mon iniquité, et mes os sont consumés.

12 J’ai été en opprobre à tous mes ennemis, je l’ai même été beaucoup à mes voisins ; j’ai été en horreur à ceux de ma connaissance ; ceux qui me voyaient dehors s’enfuyaient de moi.

13 J’ai été mis en oubli dans le cœur des hommes, comme un mort ; j’ai été estimé comme un vaisseau de nul usage.

14 Car j’ai ouï le blâme de plusieurs ; la frayeur m’a saisi de tous côtés, quand ils consultaient ensemble contre moi ; ils ont consulté pour m’ôter la vie.

15 Toutefois, Éternel ! je me suis assuré en toi ; j’ai dit : Tu es mon Dieu.

16 Mes temps sont en ta main, délivre-moi de la main de mes ennemis, et de ceux qui me poursuivent.

17 Fais luire ta face sur ton serviteur ; délivre-moi par ta bonté.

18 Éternel ! que je ne sois point confus, puisque je t’ai invoqué ; que les méchants soient confus ; qu’ils aient la bouche fermée dans le sépulcre.

19 Que les lèvres qui mentent et qui prononcent des paroles dures contre le juste, avec orgueil et avec mépris, soient muettes.

20 Oh ! que tes biens sont grands, que tu as réservés pour ceux qui te craignent, et que tu fais pour ceux qui se retirent vers toi, aux yeux des fils des hommes !

21 Tu les caches dans le secret sous ta face, loin de l’orgueil des hommes ; tu les préserves, dans une tente, des langues qui les attaquent.

22 Béni soit l’Éternel, parce qu’il a rendu admirable sa bonté envers moi, comme si j’eusse été dans une ville munie.

23 Je disais dans ma précipitation : Je suis retranché de devant tes yeux ; et, toutefois, tu as exaucé la voix de mes supplications, quand j’ai crié à toi.

24 Aimez l’Éternel, vous tous ses bien-aimés ! L’Éternel garde les fidèles, et il rend à celui qui se conduit avec fierté tout ce qu’il a mérité.

25 Vous tous, qui avez votre attente à l’Éternel, demeurez fermes, et il fortifiera votre cœur.

REFLEXIONS

I. La confiance dont David paraît animé dans ce Psaume et les prières qu'il y adresse à Dieu nous montrent que les enfants de Dieu s'assurent pleinement sur sa bonté, qu'ils se retirent vers lui dans leurs détresses et qu’ils ne sont jamais confus dans leur espérance. Nous devons imiter David dans sa piété et dans sa confiance, nous recommander sans cesse à la protection du Seigneur et avoir toujours dans le cœur cette prière : Je remets mon esprit en ta main, car tu m'as racheté ô Eternel, Dieu de vérité.

II. Les maux et les persécutions que David a soufferts, même de la part de ses plus proches et la manière dont il recevait ces épreuves, nous font voir que si nous nous trouvons dans la souffrance, nous devons supporter patiemment nos afflictions, n’avoir aucun ressentiment contre ceux qui nous font du mal et attendre avec résignation le secours de Dieu.

III. L’on voit enfin dans ce Psaume combien David était ravi dans le sentiment des bontés du Seigneur envers ceux qui le craignent et de la grandeur des biens qu’il leur réserve. Tous ceux qui aiment Dieu doivent considérer cela pour leur consolation et pour s’encourager de plus en plus à lui obéir et à lui plaire. C’est à quoi tend l’exhortation par où ce cantique finit : Aimez le Seigneur vous tous ses saints, car le Seigneur garde les fidèles. Vous tous qui avez votre attente en l'Éternel, persévérez constamment et il fortifiera votre cœur.

PSAUME XXXII

C'est ici un Psaume de doctrine qui nous enseigne que le vrai bonheur de l’homme consiste dans le pardon des péchés et dans la pureté de la conscience et que cette grâce s'obtient par une sincère confession des péchés et par un vrai retour à Dieu. Ensuite, David exhorte les hommes à profiter de cette doctrine et à s'éloigner de l'endurcissement. Il menace les méchants des derniers malheurs et il promet aux justes une parfaite félicité.

1 Maskil de David.

Oh ! qu’heureux est celui dont la transgression est quittée, et duquel le péché est couvert !

2 Oh ! qu’heureux est l’homme auquel l’Éternel n’impute point l’iniquité, et dans l’esprit duquel il n’y a point de fraude !

3 Quand je me suis tu, mes os se sont consumés ; et quand je n’ai fait que crier tout le jour.

4 Parce que jour et nuit ta main s’appesantissait sur moi ; ma vigueur était changée en une sécheresse d’été. (Sélah.)

5 Je t’ai fait connaître mon péché, et je n’ai point caché mon iniquité. J’ai dit : Je confesserai mes transgressions à l’Éternel ; et tu as ôté la peine de mon péché. (Sélah.)

6 C’est pourquoi tout homme de bien te suppliera au temps qu’on te trouve, en sorte que quand de grandes eaux se déborderaient, elles ne l’atteindront point.

7 Tu es ma retraite, et tu me garantiras de la détresse ; tu m’environneras de chants de délivrance. (Sélah.)

8 Je te rendrai intelligent, m’a dit l’Éternel, et je t’enseignerai le chemin par lequel tu dois marcher, et mon œil te guidera.

9 Ne soyez point Comme le cheval, ni comme le mulet, qui sont sans intelligence, desquels il faut emmuseler la bouche avec un mors et un frein, pour s’en faire obéir.

10 Plusieurs douleurs arriveront au méchant ; mais la miséricorde environnera celui qui s’assure en l’Éternel.

11 Vous, justes, réjouissez-vous en l’Éternel, et vous égayez ; chantez de joie vous tous qui avez le cœur droit.

REFLEXIONS

I. Il faut faire sur les premières paroles de ce Psaume la réflexion que St. Paul y fait au chapitre IV de l’épître aux Romains, savoir que le bonheur de l’homme et sa justification devant Dieu consistent dans le pardon des péchés, dans la paix de la conscience et dans le sentiment de la grâce de Dieu.

II. Le roi David nous enseigne par son exemple que si l’on veut être dans cet heureux état, il faut avoir le cœur net et la conscience pure, que la rémission des péchés est l’effet de la miséricorde de Dieu, que pour l’obtenir il faut confesser sincèrement ses fautes et les abandonner et que dès qu’on le fait de bon cœur, nos péchés sont effacés et que Dieu nous rend sa faveur et son amour.

III. Il parait de ce Psaume qu’un vrai pénitent, après avoir reçu le pardon de ses fautes, ne se contente pas de louer Dieu de son bonheur, mais il engage autant qu’il le peut les autres hommes à entrer dans les voies de la repentance et de la conversion. C’est à quoi tendent les instructions et les exhortations qui se lisent sur la fin de ce Psaume. David nous y avertit d’éviter l’endurcissement des pécheurs et il nous dit que toutes sortes de maux arriveront aux méchants, mais que la miséricorde environnera ceux qui craignent le Seigneur et que les justes et tous ceux qui ont le cœur droit auront toujours sujet de chanter de joie et de se réjouir en sa présence.

PSAUME XXXIII

C’est ici un cantique : I. Où David exhorte les justes à louer Dieu du cœur et de la voix par la considération de sa bonté, de sa puissance et de sa justice, qui paraissent dans les œuvres de la création et de la providence. II. Il y représente après cela, que Dieu voit toutes choses, qu’il examine les actions des hommes et qu'il déploie sa faveur sur ceux qui le craignent et qui espèrent en lui.

1 Vous, justes, chantez de joie à l’Éternel, sa louange est bienséante aux hommes droits.

2 Célébrez l’Éternel avec la harpe ; chantez-lui des psaumes avec l’instrument à dix cordes.

3 Chantez-lui un cantique nouveau ; touchez agréablement les instruments avec un cri de joie.

4 Car la parole de l’Éternel est droite, et toutes ses œuvres sont avec fermeté.

5 Il aime la justice et l’équité ; la terre est remplie de la bonté de l’Éternel.

6 Les cieux ont été faits par la parole de l’Éternel, et toute leur armée par le souffle de sa bouche.

7 Il assemble les eaux de la mer comme en un monceau ; il met les abîmes comme dans des trésors.

8 Que toute la terre craigne l’Éternel ; que tous les habitants de la terre le redoutent.

9 Car il a parlé, et ce qu’il a dit a eu son être ; il a commandé, et la chose a comparu.

10 L’Éternel dissipe le conseil des nations, et met à néant les desseins des peuples.

11 Mais ce que l’Éternel a résolu subsiste toujours ; les desseins de son cœur durent d’âge en âge.

12 Oh ! qu’heureuse est la nation de laquelle l’Éternel est le Dieu, et le peuple qu’il s’est choisi pour héritage !

13 L’Éternel regarde des cieux, il voit tous les enfants des hommes.

14 Il prend garde du lieu de sa demeure sur tous les habitants de la terre.

15 C’est lui qui a formé le cœur de chacun d’eux, et qui prend garde à toutes leurs actions.

16 Le roi n’est point sauvé par une grosse armée, et l’homme puissant n’échappe point par sa grande force.

17 Le cheval manque pour sauver, et ne délivre pas par la grandeur de sa force.

18 Voici, l’œil de l’Éternel est sur ceux qui le craignent, sur ceux qui s’attendent à sa gratuité ;

19 afin qu’il les retire de la mort, et qu’il les entretienne en vie durant la famine.

20 Notre âme s’est attendue à l’Éternel ; il est notre aide et notre bouclier.

21 Certainement, notre cœur se réjouira en lui, parce que nous avons mis notre confiance en son saint nom.

22 Que ta bonté soit sur nous, ô Éternel ! comme nous nous sommes attendus à toi.

REFLEXIONS

Ce Psaume nous engage à faire ces cinq réflexions :

I. La première, que c'est un devoir très juste et très agréable que de louer le Seigneur ; mais qu'il n'y a que les gens de bien qui puissent s'en acquitter comme il faut et que les louanges de Dieu ne sont bienséantes que dans la bouche des hommes droits.

II. Que nous devons louer Dieu, parce qu'il a créé le monde par sa toute-puissance et parce qu'il le gouverne sagement et justement pas sa providence.

III. Que si c'était un grand avantage pour les Israélites d'être le peuple que Dieu avait choisi et qu'il protégeait d'une façon particulière ; la grâce que Dieu nous a faite de nous recevoir dans son église et dans son alliance est un privilège encore plus glorieux.

IV. Que Dieu a une connaissance exacte de tout ce qui se fait dans le monde et qu'en particulier il voit toutes les actions et toutes les pensées de chacun des hommes ; c'est ce qui est marqué par ces mots : Le Seigneur regarde des cieux, il voit tous les enfants des hommes. Il observe du lieu de sa demeure tous les habitants de la terre. C’est lui qui a formé leur cœur et qui prend garde à toutes leurs actions. C'est là une pensée qui doit nous occuper continuellement afin que la considération de la présence de Dieu et de sa connaissance infinie nous fasse vivre saintement devant lui. Enfin, puisque David nous assure, que les yeux du Seigneur sont sur ceux qui le craignent et qui s’attendent à sa bonté, nous pouvons reconnaître par-là que le vrai moyen d'avoir Dieu propice est de le craindre, de se confier en lui, d'implorer sans cesse sa faveur et de faire sans cesse dans cette vue ce vœu du prophète : Que ta miséricorde soit sur nous, ô Dieu, selon que nous nous sommes attendus à toi !

PSAUME XXXIV

C’est ici un Psaume d’actions de grâces et de doctrine. David y bénit Dieu, de ce qu'il l'avait délivré lorsqu’il fut reconnu par les Philistins dans la ville de Gath. Il y représente le soin que Dieu a de ses enfants, la protection dont il les couvre, les avantages que la crainte de Dieu leur procure et le sort funeste des méchants. Tout cela est exprimé dans ce Psaume avec une beauté et une force particulière.

1 Psaume de David, sur ce qu’il se contrefit en la présence d’Abimélec, qui le chassa, et il s’en alla.

2 Aleph. Je bénirai l’Éternel en tout temps ; sa louange sera continuellement dans ma bouche.

3 Beth. Mon âme se glorifiera en l’Éternel ; les débonnaires l’entendront et s’en réjouiront.

4 Guimel. Magnifiez l’Éternel avec moi, et exaltons son nom tous ensemble.

5 Daleth. J’ai cherché l’Éternel, et il m’a répondu, et m’a délivré de toutes mes frayeurs.

6 Hé. Vau. L’a-t-on regardé ? On en est illuminé, et l’on n’en a point la face confuse.

7 Zajin. Cet affligé a crié, et l’Éternel l’a exaucé, et l’a délivré de toutes ses détresses.

8 Heth. L’ange de l’Éternel campe autour de ceux qui le craignent, et les garantit.

9 Teth. Goûtez et voyez que l’Éternel est bon ! Oh ! qu’heureux est l’homme qui se retire vers lui !

10 Jod. Craignez l’Éternel, vous ses saints ; car rien ne manque à ceux qui le craignent.

11 Caph. Les lionceaux ont disette et ont faim ; mais ceux qui cherchent l’Éternel n’auront faute d’aucun bien.

12 Lamed. Venez, enfants, écoutez-moi ; je vous enseignerai la crainte de l’Éternel.

13 Mem. Qui est l’homme qui prenne plaisir à vivre, et qui aime la longue vie pour jouir du bien ?

14 Nun. Garde ta langue de mal, et tes lèvres de parler avec tromperie.

15 Samech. Détourne-toi du mal, et fais le bien ; cherche la paix et la poursuis.

16 Hajin. Les yeux de l’Éternel sont sur les justes, et ses oreilles sont attentives à leur cri.

17 Pé. La face de l’Éternel est contre ceux qui font le mal, pour exterminer leur mémoire de la terre.

18 Tsadé. Quand les justes crient, l’Éternel les exauce, et il les délivre de toutes leurs détresses.

19 Koph. L’Éternel est près de ceux qui ont le cœur rompu, et il délivre ceux qui ont l’esprit brisé.

20 Res. Le juste a des maux en grand nombre ; mais l’Éternel le délivre de tous.

21 Scin. Il garde tous ses os ; pas un ne sera rompu.

22 Thau. La malice fera mourir le méchant, et ceux qui haïssent le juste seront détruits.

23 Pé. L’Éternel rachète l’âme de ses serviteurs ; et aucun de ceux qui se retirent vers lui ne sera détruit.

REFLEXIONS

Ce Psaume doit être mis au rang des plus beaux et des plus instructifs. Le roi David nous y apprend par ses leçons et par son exemple.

I. Que quand Dieu nous accorde quelque délivrance ou quelque autre faveur nous devons lui marquer notre reconnaissance, non seulement en lui rendant nos actions de grâces, mais aussi en invitant tous les hommes et particulièrement les gens de bien à le louer avec nous.

II. Que le Seigneur ne manque jamais d’exaucer et de délivrer les justes qui l’invoquent dans leurs détresses et qu’il emploie même les anges pour leur défense. III. David paraît tout pénétré dans ce Psaume du sentiment de la bonté de Dieu et du bonheur que l’on goûte quand on a part à son amour. Il y décrit d’une manière admirable la nature de la piété en exhortant les saints à craindre toujours le Seigneur, à être sincères dans leurs discours et dans toute leur conduite, à fuir le mal, à faire le bien et à chercher la paix.

Enfin, le psalmiste nous met devant les yeux les fruits et les avantages incomparables que la piété procure, en nous disant que rien ne saurait manquer à ceux qui craignent Dieu, que ses yeux sont toujours ouverts sur les justes, que ses oreilles sont attentives à leurs cris et que s’ils ont des maux en grands nombres, il les en délivre au lieu que sa face est contre les méchants pour les détruire. Nous ne saurions rien faire de plus utile que de repasser sans cesse ces divines leçons dans notre mémoire, de les avoir toujours devant les yeux et dans le cœur et de lire pour cet effet fréquemment ce Psaume XXXIV afin d’en faire un usage continuel pour notre édification et pour notre consolation.

PSAUME XXXV

David implore le secours de Dieu contre ses ennemis dont il décrit la malice, l'injustice, l'ingratitude et la cruauté. Il parle de son innocence et de la manière dont il s’était conduit envers eux. Il leur dénonce leur ruine et il bénit Dieu à l’avance de la délivrance qu’il attendait de sa puissance et de sa bonté.

1 Psaume de David.

Éternel ! débats contre ceux qui débattent contre moi ; fais la guerre à ceux qui me font la guerre.

2 Prends le bouclier et la rondelle ; et lève-toi pour venir à mon secours.

3 Avance la hallebarde, et ferme le passage devant ceux qui me poursuivent ; dis à mon âme : Je suis ta délivrance.

4 Que ceux qui cherchent mon âme soient honteux et confus, et que ceux qui machinent mon mal soient repoussés en arrière, et qu’ils rougissent.

5 Qu’ils soient comme de la balle exposée au vent, et que l’ange de l’Éternel les chasse.

6 Que leur chemin soit ténébreux et très glissant ; que l’ange de l’Éternel les poursuive.

7 Car c’est sans cause qu’ils ont caché la fosse où étaient tendus leurs rets ; c’est sans cause qu’ils ont creusé pour surprendre mon âme.

8 Que la ruine qu’il ne prévoit pas lui arrive, et que ses filets qu’il a cachés le surprennent ; qu’il tombe dans cette même ruine.

9 Mais que mon âme s’égaie en l’Éternel, et se réjouisse en sa délivrance.

10 Tous mes os diront : Éternel ! qui est semblable à toi, qui délivres l’affligé de la main de celui qui est plus fort que lui, même l’affligé et le pauvre, de la main de celui qui l’opprime ?

11 Des témoins violents s’élèvent contre moi ; on me redemande des choses dont je ne sais rien.

12 Ils m’ont rendu le mal pour le bien, tâchant de m’ôter la vie.

13 Mais moi, quand ils ont été malades, je me vêtais d’un sac, j’affligeais mon âme par le jeûne ; je priais toujours pour eux dans mon cœur.

14 Je me suis conduit comme si c’eût été mon intime ami, comme si c’eût été mon frère ; j’allais courbé, en habit de deuil, comme celui qui pleurerait sa mère.

15 Mais quand j’ai été en danger de tomber, ils se réjouissaient et s’assemblaient ; des gens de néant se sont assemblés contre moi, sans que j’en susse rien ; ils m’ont déchiré, et ils n’ont point cessé,

16 Avec les hypocrites et les railleurs, et ils ont grincé les dents contre moi.

17 Seigneur ! combien de temps le verras-tu ? Retire mon âme des désolations qu’ils me préparent, et mon unique d’entre les lionceaux.

18 Je te célébrerai dans une grande assemblée ; je te louerai parmi un grand peuple.

19 Que ceux qui sont mes ennemis sans sujet ne se réjouissent point de moi ; et que ceux qui me haïssent sans cause ne clignent point l’œil.

20 Car ils ne parlent point de paix ; mais ils inventent des choses pleines de fraude contre les personnes paisibles de la terre.

21 Et ils ont ouvert leur bouche, autant qu’ils ont pu, contre moi, et ils ont dit : Ha ! ha ! notre œil l’a vu !

22 Ô Éternel ! tu l’as vu ; ne te tais point ; Seigneur ! ne t’éloigne point de moi.

23 Réveille-toi, réveille-toi, mon Dieu et mon Seigneur ! pour me faire justice, et pour maintenir ma cause.

24 Juge-moi selon ta justice, Éternel, mon Dieu ! et qu’ils ne se réjouissent point de moi.

25 Qu’ils ne disent point dans leur cœur : Courage, courage, réjouissons-nous ; qu’ils ne disent point : Nous l’avons englouti.

26 Que ceux qui se réjouissent de mon mal soient honteux et rougissent tous ensemble ; et que ceux qui s’élèvent contre moi, soient revêtus de honte et de confusion.

27 Mais que ceux qui sont affectionnés à ma justice, se réjouissent avec un chant de triomphe, et qu’ils fassent éclater leur joie ; qu’ils disent incessamment : Magnifié soit l’Éternel, qui veut la paix de son serviteur.

28 Alors ma langue parlera continuellement de ta justice et de ta louange.

REFLEXIONS

On peut recueillir en général de ce Psaume que Dieu défend les gens de bien, que les méchants et ceux qui persécutent les fidèles sont exposés à sa vengeance et que le devoir des justes est de se réjouir en Dieu lorsqu'il les délivre, surtout lorsque sa gloire est avancée par leur délivrance. Au reste, on ne doit pas conclure de ce que David dit dans ce Psaume contre ses ennemis qu'il nous soit permis de souhaiter du mal à ceux qui nous en font ou de nous réjouir lorsqu'il leur en arrive. Il faut se souvenir que les ennemis de David étaient les ennemis de Dieu même et que ce prince étant prophète et Dieu lui ayant outre cela promis expressément qu'il le soutiendrait et qu'il affermirait son règne, il a pu dénoncer la ruine à ceux qui s'opposaient à lui. Mais dans le fond, il ne leur souhaitait point de mal et même qu'il s'affligeait lorsqu'il leur en arrivait, comme il le témoigne dans ce Psaume où il dit qu'il s'était conduit envers eux comme s'ils eussent été ses frères et ses amis. Ces sentiments conviennent encore mieux à des chrétiens qui savent que la loi de l'Évangile les oblige à aimer tout le monde et même ceux qui les haïssent, à leur faire du bien et à prier pour eux, suivant en cela les commandements et l'exemple de Jésus-Christ notre sauveur.

PSAUME XXXVI

Le roi David fait deux choses dans ce Psaume : I. Il décrit l'impiété et la malice des méchants. II. Il célèbre la bonté de Dieu envers toutes ses créatures et en particulier l'excellence des biens dont il fait part à ceux qui le craignent.

1 Psaume de David, serviteur de l’Éternel, donné au maître chantre, pour le chanter. 

2 L’impiété du méchant me dit au dedans du cœur, qu’il n’a point la crainte de Dieu devant ses yeux.

3 Car il se flatte en lui-même, quand son iniquité se présente à lui, et qu’il devrait la haïr.

4 Les paroles de sa bouche ne sont qu’iniquité et que fraude ; il refuse d’être intelligent et de bien faire.

5 Il médite l’iniquité dans son lit ; il s’arrête au chemin qui n’est pas bon ; il n’a point en horreur le mal.

6 Éternel, ta bonté atteint jusqu’aux cieux, et ta fidélité jusqu’aux nues.

7 Ta justice est comme de hautes montagnes ; tes jugements sont un grand abîme. Éternel ! tu conserves les hommes et les bêtes.

8 Ô Dieu ! que ta bonté est précieuse ! aussi les fils des hommes se retirent sous l’ombre de tes ailes.

9 Ils seront rassasiés de la graisse de ta maison, et tu les abreuveras au fleuve de tes délices.

10 Car la source de la vie est avec toi, et c’est par ta lumière que nous sommes éclairés.

11 Continue à déployer ta faveur sur ceux qui te connaissent, et ta justice sur ceux qui ont le cœur droit.

12 Que le pied de l’orgueilleux ne s’avance pas sur moi, et que la main des méchants ne m’ébranle pas.

13 C’est là que sont tombés les ouvriers d’iniquité ; ils ont été renversés et ils n’ont pu se relever.

REFLEXIONS

On voit dans ce Psaume :

I. Quels sont les sentiments et quelle est la conduite des méchants et des impies, c’est qu’ils n’ont point la crainte de Dieu devant leurs yeux, qu’ils s’affermissent et qu’ils se flattent de plus en plus dans leurs péchés, qu’ils ne cherchent qu’à nuire aux autres et qu’ils n’ont point en horreur le mal.

II. David nous fait voir que les justes ont des sentiments bien différents. Ils adorent la justice et la puissance de Dieu dans ses œuvres et dans ses jugements. Mais ils sont surtout comblés de joie à la vue de son immense bonté et des biens qu’il fait à ceux qui l’aiment et qui se confient en lui.

La lecture de ce Psaume doit donc nous éloigner de l’impiété et nous attacher à Dieu par un amour sincère et par une crainte religieuse afin que nous puissions nous réjouir en lui et dire avec David et avec tous les fidèles dans le sentiment des biens qu’il nous accorde et dans l’attente de ceux qu’il nous réserve : Ô Dieu, que ta bonté est précieuse ! C’est pourquoi les fils des hommes se retirent sous l'ombre de tes ailes. Nous serons rassasiés de la graisse de ta maison et tu nous abreuveras au fleuve de tes délices.

PSAUME XXXVII

C'est ici un Psaume d'instruction et de doctrine dont le but est de montrer qu’on ne doit pas être surpris si les méchants sont quelquefois heureux en cette vie et si les bons y sont dans la souffrance. David fait voir que tôt ou tard Dieu ne manque pas de délivrer les gens de bien et de récompenser leur piété et de faire sentir aux méchants les effets de sa colère. Ce Psaume contient d'admirables instructions et qui sont très efficaces pour nous porter à craindre Dieu et à nous détourner du mal. C'est pourquoi il faut le lire et méditer avec bien de l'attention.

1 Psaume de David.

Aleph. Ne t’irrite point à cause des gens malins ; ne sois point jaloux de ceux qui s’adonnent à la perversité.

2 Car ils seront soudainement retranchés comme le foin, et ils se faneront comme l’herbe verte.

3 Beth. Assure-toi en l’Éternel, et fais ce qui est bon ; habite la terre, et te repais de vérité ;

4 et prends ton plaisir en l’Éternel, et il t’accordera les demandes de ton cœur.

5 Guimel. Remets ta voie sur l’Éternel, et t’assure en lui, et il travaillera pour toi.

6 Il manifestera ta justice comme la clarté, et ton bon droit comme le midi.

7 Daleth. Sois tranquille, en regardant à l’Éternel, et attends-le. Ne t’irrite point à cause de celui qui fait bien ses affaires, à cause, dis-je, de l’homme qui vient à bout de ses entreprises.

8 Hé. Réprime la colère, et laisse là l’emportement ; ne t’irrite point, du moins pour faire le mal.

9 Car les méchants seront retranchés ; mais ceux qui s’attendent à l’Éternel hériteront la terre.

10 Vau. Encore un peu de temps, et le méchant ne sera plus ; tu considéreras son lieu, et il n’y sera plus.

11 Mais les débonnaires hériteront la terre, et jouiront à leur aise d’une grande prospérité.

12 Zajin. Le méchant machine contre le juste, et grince les dents contre lui.

13 Le Seigneur se rira de lui ; car il a vu que son jour approche.

14 Heth. Les méchants ont tiré l’épée, ils ont bandé leur arc pour abattre l’affligé et le pauvre, et pour égorger ceux qui marchent droit ;

15 mais leur épée entrera dans leur propre cœur, et leurs arcs seront rompus.

16 Teth. Le peu du juste vaut mieux que l’abondance de biens de plusieurs méchants.

17 Car les bras des méchants seront rompus ; mais l’Éternel soutient les justes.

18 Jod. L’Éternel connaît les jours de ceux qui sont intègres, et leur héritage subsistera toujours.

19 Ils ne seront point confus dans les temps mauvais ; mais ils seront rassasiés dans le temps de la famine.

20 Caph. Mais les méchants périront, et les ennemis de l’Éternel seront consumés comme la graisse des agneaux ; ils s’en iront en fumée.

21 Lamed. Le méchant emprunte, et ne rend point ; mais le juste a compassion, et il donne.

22 Car ceux qu’il bénira hériteront la terre ; mais ceux qu’il maudira seront retranchés.

23 Mem. Les pas de l’homme de bien sont dirigés par l’Éternel, et il prend plaisir à ses voies.

24 S’il tombe, il ne sera point abattu ; car l’Éternel lui soutient la main.

25 Nun. J’ai été jeune, et j’ai aussi atteint la vieillesse ; mais je n’ai point vu le juste abandonné, ni sa postérité mendiant son pain.

26 Il est toujours ému de pitié et il prête ; et sa postérité est en bénédiction.

27 Samech. Retire-toi du mal et fais le bien, et tu auras une habitation éternelle.

28 Car l’Éternel aime la droiture, et il n’abandonne point ses bien-aimés ; c’est pourquoi ils sont toujours gardés ; mais la postérité des méchants sera retranchée.

29 Hajin. Les justes hériteront la terre, et y habiteront à perpétuité.

30 Pé. La bouche du juste parlera de la sagesse, et sa langue prononcera ce qui est droit.

31 La loi de son Dieu est dans son cœur ; aucun de ses pas ne chancellera.

32 Tsadé. Le méchant épie le juste, et cherche à le faire mourir ;

33 mais l’Éternel ne l’abandonnera point entre les mains du méchant, et ne le laissera point condamner quand on le jugera.

34 Koph. Attends l’Éternel et garde ses voies, et il t’élèvera, afin que tu hérites la terre, et tu verras que les méchants seront retranchés.

35 Res. J’ai vu le méchant terrible, et verdoyant comme un laurier vert ;

36 mais j’ai passé, et voilà, il n’est plus ; je l’ai cherché, et il ne s’est plus trouvé.

37 Scin. Prends garde à l’homme intègre et considère l’homme droit ; car la fin d’un tel homme est la paix.

38 Mais les pécheurs seront tous ensemble détruits, et le reste des méchants sera retranché.

39 Thau. Mais la délivrance des justes viendra de l’Éternel ; il sera leur force au temps de la détresse.

40 Et l’Éternel les aidera et les délivrera ; il les délivrera des méchants, et il les sauvera, parce qu’ils ont espéré en lui.

REFLEXIONS

La doctrine qui est renfermée dans ce Psaume revient en général à ceci : qu'on ne doit pas envier le bonheur dont les impies jouissent en ce monde, ni se scandaliser des afflictions que les gens de bien y endurent. Outre cela, nous devons remarquer ici que le caractère des méchants est l'injustice, la malice, la haine contre les justes, la confiance en eux-mêmes, l'orgueil, la violence et l'impiété.

Qu'au contraire, les gens de bien s'assurent en Dieu en faisant ce qui est bon, qu'ils prennent tout leur plaisir en lui, qu'ils sont toujours tranquilles, doux, humbles, qu'ils aiment à donner et à exercer la charité et que leurs discours sont pleins de sagesse et d'édification. David nous assure que ceux qui sont tels sont bénis et protégés de Dieu, que la vraie félicité est leur partage, que sa faveur se répand sur eux et sur leur postérité, que s'ils sont quelquefois dans l'affliction, ils y éprouvent l'assistance de Dieu et que leur fin est toujours heureuse. Il n'en est pas ainsi des méchants, leur prospérité n'est qu'imaginaire et de peu de durée, Dieu confond leurs desseins injustes et sa colère se fait voir d'une manière sensible sur eux et sur tout ce qui leur appartient. L'expérience vérifie tous les jours ce que ce Psaume nous apprend, ainsi l'effet que cette lecture doit produire est de nous convaincre que tout notre bonheur dépend de nous adonner à la piété puisqu'elle a de si sûres et de si glorieuses récompenses.

PSAUME XXXVIII

C'est ici une ardente prière par laquelle David supplie le Seigneur de ne pas le punir en sa colère. Il s’y plaint des peines qu’il souffrait à cause de ses péchés et de ce qu’il était abandonné de ses amis et persécuté par ses ennemis et il y donne des marques de son humilité, de sa piété et de sa confiance en Dieu.

1 Psaume de David, pour être un mémorial.

2 Éternel ! ne me reprends point dans ton indignation, et ne me châtie point dans ton courroux.

3 Car tes flèches sont entrées au dedans de moi, et ta main s’est appesantie sur moi.

4 Il n’y a rien d’entier dans ma chair, à cause de ton indignation ; ni aucun repos dans mes os, à cause de mon péché.

5 Car mes iniquités ont surpassé ma tête, et sont comme un pesant fardeau ; elles sont plus pesantes que je ne puis porter.

6 Mes plaies sont puantes et corrompues, à cause de ma folie.

7 Je suis courbé et abattu au dernier point ; je marche en habit de deuil tout le jour.

8 Car mes reins sont pleins d’inflammation ; il n’y a rien d’entier dans mon corps.

9 Je suis extrêmement affaibli et tout brisé ; je rugis dans le grand frémissement de mon cœur.

10 Seigneur ! tout mon désir est devant toi, et mon gémissement ne t’est point caché.

11 Mon cœur est extrêmement agité ; ma force m’a abandonné, et la clarté de mes yeux ; même je ne les ai plus.

12 Ceux qui m’aiment, et mes intimes amis, se tiennent éloignés de ma plaie ; mes plus proches se tiennent loin.

13 Ceux qui en veulent à ma vie m’ont tendu des pièges, et ceux qui cherchent mon mal parlent de méchancetés et méditent des tromperies chaque jour.

14 Mais moi, je n’entends non plus qu’un sourd, et je suis comme un muet qui n’ouvre pas la bouche.

15 Je suis, dis-je, comme un homme qui n’entend point, et qui n’a point de réplique dans sa bouche.

16 Puisque je me suis attendu à toi, Éternel ! tu me répondras, Seigneur, mon Dieu !

17 C’est pourquoi j’ai dit : Qu’ils ne se réjouissent point à mon sujet ; quand mon pied glisse, ils s’élèvent contre moi.

18 Je suis prêt à tomber, et ma douleur est continuellement devant moi ;

19 je déclare mon iniquité, et je suis en peine pour mon péché.

20 Cependant mes ennemis vivent et se fortifient ; ceux qui me haïssent sans sujet se multiplient ;

21 et ceux qui me rendent le mal pour le bien me sont opposés, parce que je m’attache au bien.

22 Éternel ! ne m’abandonne point ; mon Dieu, ne t’éloigne point de moi.

23 Hâte-toi de venir à mon aide, Seigneur, qui es ma délivrance !

REFLEXIONS

Il faut faire ces quatre considérations sur ce Psaume :

I. On y voit les sentiments d’un pécheur pénitent et humilié sous le poids de ses péchés et de la colère de Dieu. Ces sentiments sont exprimés par cette prière : Seigneur, ne me reprends pas dans ton indignation, et ne me châtie pas en ton courroux.

II. En second lieu, ce qui est dit dans ce Psaume est très propre pour l’instruction et la consolation de ceux qui sont affligés par des maladies, par des douleurs ou en quelque autre manière. David leur apprend par son exemple à regarder les maux qui leur arrivent, quelque rudes qu’ils soient, comme un juste châtiment de leurs péchés et à en demander à Dieu le pardon.

III. Ceux qui souffrent par l’injustice et par la malice des hommes doivent imiter David dans son humilité, dans sa patience et dans sa douceur et attendre au reste avec résignation que Dieu, qui n’abandonne jamais les innocents, vienne les délivrer.

IV. L’on peut voir par les plaintes que David fait de la cruauté, de l’inhumanité et de l’injustice de ses ennemis, que ceux qui affligent les innocents, qui se réjouissent du mal d’autrui et qui rendent le mal pour le bien, n’éviteront pas le juste jugement de Dieu.

PSAUME XXXIX

David déclare dans ce Psaume qu'il avait pris une forte résolution de ne point murmurer à la vue de la prospérité des méchants et dans le sentiment des maux qu'il souffrait. Il dit que pour surmonter cette tentation, il avait considéré la brièveté de cette vie et la vanité des biens de ce monde. Il demande à Dieu le pardon de ses péchés et la délivrance de ses maux et il se soumet humblement aux châtiments que Dieu lui envoyait.

1 Psaume de David, donné au maître chantre, à Jéduthun, pour le chanter.

2 J’ai dit : Je prendrai garde à mes voies, afin que je ne pèche pas par ma langue, et je garderai ma bouche avec un frein, tant que le méchant sera devant moi.

3 J’ai été muet, sans dire mot ; j’ai même tu ce qui était bon ; mais ma douleur s’est augmentée.

4 Mon cœur s’est échauffé au dedans de moi, et le feu de ma méditation s’est embrasé ; j’ai parlé de ma langue, et j’ai dit :

5 Éternel ! donne-moi à connaître ma fin, et quelle est la mesure de mes jours ; que je sache de combien petite durée je suis.

6 Voilà, tu as réduit mes jours à la mesure de quatre doigts, et le temps de ma vie est devant toi comme un rien. Certainement, tout homme qui subsiste n’est que vanité. (Sélah.)

7 Certainement, l’homme se promène parmi ce qui n’a que de l’apparence ; certainement, il se tourmente en vain ; on amasse des biens, et on ne sait qui les recueillera.

8 Et maintenant, qu’ai-je attendu, Seigneur ? Mon attente est à toi.

9 Délivre-moi de toutes mes transgressions, et ne m’expose pas à l’opprobre de l’homme insensé.

10 Je me suis tu, et je n’ai point ouvert la bouche, parce que c’est toi qui l’as fait.

11 Retire de moi la plaie que tu m’as faite ; je suis défailli par la guerre que tu me fais.

12 Aussitôt que tu reprends quelqu’un, et que tu le châties à cause de son péché, tu consumes, comme la teigne, ce qu’il aime le plus. Certainement, tout homme est vanité. Sélah.

13 Éternel ! écoute ma requête, prête l’oreille à mon cri, et ne sois point sourd à mes larmes. Car je suis voyageur devant toi, et étranger, comme tous mes pères.

14 Détourne-toi de moi, afin que je reprenne mes forces, avant que je m’en aille et que je ne sois plus.

REFLEXIONS

I. Ce Psaume renferme une doctrine très utile, c’est que le moyen de ne jamais tomber dans le murmure et de n’être pas tenté, ni scandalisé lorsqu’on voit le bonheur temporel des impies ou que l’on est dans la souffrance, c’est de se bien représenter la brièveté de cette vie, le néant des biens du monde et la vanité du travail des hommes et des diverses occupations qu’ils se donnent pour les choses de la terre.

II. David nous enseigne que Dieu peut, quand il lui plaît, terminer notre vie et nous dépouiller de tous nos avantages, que nous ne sommes ici-bas que des étrangers et des voyageurs et que l’unique remède à cette misère et à cette vanité de la vie humaine, c’est d’avoir toute notre attente au Seigneur, de lui demander son secours et le pardon de nos fautes et de nous soumettre avec résignation à sa sainte volonté, en disant lorsqu’il nous afflige : Je me suis tu et je n’ai point ouvert la bouche, parce que c'est toi qui l'a fait. Avec ces sentiments, on est toujours heureux et tranquille, on peut se reposer en tout temps sur Dieu et l’on est en état de le bénir et de se réjouir en lui dans l’adversité aussi bien que dans la prospérité.

PSAUME XL

Le prophète David rend grâce à Dieu des délivrances et des faveurs qu’il avait reçues de sa bonté, il se consacre à son service et il reconnaît que c’est par la soumission à la volonté du Seigneur, plutôt que par les sacrifices, qu'il peut lui être agréable. Il fait vœu de le louer devant tout le monde et il le prie de le secourir dans les maux et dans les dangers où il se trouvait encore, mais surtout de le délivrer de ses péchés.

1 Psaume de David, donné au maître chantre, pour le chanter. 

2 J’ai patiemment attendu l’Éternel, et il s’est tourné vers moi, et il a ouï mon cri.

3 Il m’a fait remonter hors d’un puits qui menait un grand bruit, et d’un bourbier fangeux ; il a assuré mes pieds sur le roc, et il a affermi mes pas.

4 Et il a mis dans ma bouche un nouveau cantique de louange à notre Dieu. Plusieurs, voyant cela, craindront, et s’assureront en l’Éternel.

5 Oh ! qu’heureux est l’homme qui a pris l’Éternel pour son assurance, et qui ne regarde point aux orgueilleux, ni à ceux qui se détournent vers le mensonge !

6 Éternel, mon Dieu, tu as fait que tes merveilles et tes pensées envers nous sont en si grand nombre, qu’il n’est pas possible de les arranger devant toi. Veux-je les réciter et les dire ? Elles sont en si grand nombre que je ne les saurais raconter.

7 Tu ne prends point plaisir au sacrifice ni au gâteau ; mais tu m’as percé les oreilles ; tu n’as point demandé d’holocauste, ni d’oblation pour le péché ;

8 alors j’ai dit : Me voici, je suis venu, il est écrit de moi dans le volume du livre.

9 Mon Dieu ! j’ai pris plaisir à faire ta volonté, et ta loi est au dedans de mes entrailles.

10 J’ai annoncé ta justice dans une grande assemblée ; voilà, je n’ai point fermé mes lèvres ; tu le sais, Éternel !

11 Je n’ai point renfermé ta justice au dedans de mon cœur ; j’ai déclaré ta fidélité et ta délivrance ; je n’ai point caché ta bonté ni ta vérité dans la grande assemblée.

12 Toi donc ! ô Éternel ! ne m’épargne point tes compassions ; que ta bonté et ta vérité me gardent continuellement !

13 Car des maux sans nombre m’ont environné ; mes iniquités m’ont atteint, et je ne les ai pu voir ; elles surpassent en nombre les cheveux de ma tête, et le cœur me manque.

14 Éternel ! veuille me délivrer ; Éternel ! hâte-toi de venir à mon aide !

15 Que tous ceux qui cherchent ma vie pour la détruire, soient couverts de honte, et rougissent ! Et que ceux qui prennent plaisir à mon mal, retournent en arrière et soient confus !

16 Que ceux qui disent de moi : Ah ! ah ! soient désolés et n’aient que la honte pour récompense !

17 Que tous ceux qui te cherchent soient ravis de joie, et se réjouissent en toi, et que ceux qui aiment ta délivrance, disent continuellement : Magnifié soit l’Éternel !

18 Je suis affligé et misérable, mais le Seigneur a soin de moi ; tu es mon aide et mon libérateur ; mon Dieu ne tarde point.

REFLEXIONS

Ce Psaume renferme de beaux mouvements de piété et de reconnaissance. On y voit des sentiments d'un cœur rempli de confiance et pénétré des bienfaits de Dieu, d'un désir ardent de se consacrer à lui et d'une profonde humilité. Les instructions que ce Psaume nous donne sont donc :

I. Que dans nos afflictions il faut attendre patiemment le Seigneur et quoiqu'il tarde pendant quelque temps, il vient enfin au secours de ceux qui espèrent en lui ;

II. Que le vrai bonheur de l'homme consiste à choisir le Seigneur pour son refuge, sans chercher la félicité dans les hommes ou dans les choses de ce monde ;

III. Que les bontés de Dieu envers nous sont en si grand nombre que nous ne saurions les raconter, ni les célébrer comme elles le méritent ;

IV. Que ce que Dieu demande principalement de nous c'est que nous nous soumettions à lui sans réserve en lui disant : Me voici, ô Dieu, que je fasse ta volonté, ta loi est au dedans de mes entrailles et que nous publiions ses louanges et sa vérité devant tout le monde. Nous voyons dans ce Psaume que c'est là le seul service que Dieu agréé et que quand on est dans cet état, on peut, comme David, l'invoquer avec une pleine assurance de son secours. Au reste il faut considérer que David parle dans ce Psaume comme type de Jésus-Christ lorsqu'il dit : Tu n’as point voulu d'oblation pour le péché, mais tu m’as percé les oreilles, me voici, je viens pour faire, ô Dieu, ta volonté. Saint Paul applique ces paroles à notre Seigneur dans l'épître aux Hébreux, et il remarque que c'est par l'oblation et par le sacrifice que Jésus-Christ a fait de soi-même que nous avons été sanctifiés et consacrés à Dieu. En quoi nous avons un puissant motif à célébrer la charité infinie de notre Rédempteur, à nous consacrer nous-mêmes au Seigneur et à nous conformer en toutes choses à sa volonté.

PSAUME XLI

I. David promet une bénédiction particulière à ceux qui se conduisent charitablement envers les affligés. II. Il se plaint de la dureté de ses ennemis et même de ses amis qui n’avaient point de compassion de ses maux, qui disaient que Dieu le punissait à cause de ses péchés et qui souhaitaient sa mort. C’est ici que finit le premier livre des Psaumes.

1 Psaume de David, donné au maître chantre, pour le chanter.

2 Heureux celui qui se conduit sagement envers l’affligé ! L’Éternel le délivrera au jour de la calamité.

3 L’Éternel le gardera et le préservera en vie ; il sera même rendu heureux sur la terre, et tu ne le livreras point au désir de ses ennemis.

4 L’Éternel le soutiendra quand il sera dans un lit de langueur ; tu changeras entièrement son lit quand il sera malade.

5 J’ai dit : Éternel ! aie pitié de moi ; guéris mon âme, car j’ai péché contre toi.

6 Ceux qui me haïssent, me souhaitant du mal, disent : Quand mourra-t-il ? Et quand est-ce que son nom périra ?

7 Et si quelqu’un d’eux vient me visiter, il me parle faussement ; son cœur rassemble de mauvais desseins. Est-il sorti ? il en parle.

8 Tous ceux qui me haïssent parlent tout bas entre eux contre moi, et ils pensent à me faire du mal.

9 Quelque action, (disent-ils), telle que commettent les méchants, est attachée à lui, et celui qui est couché ne se relèvera plus.

10 Même celui qui avait la paix avec moi, en qui je me fiais, qui mangeait mon pain, a levé le talon contre moi.

11 Mais toi, Eternel ! aie pitié de moi, et me relève, et je le leur rendrai.

12 Je connais à ceci que tu m’aimes, c’est que mon ennemi n’a pas eu lieu d’éclater de joie sur moi.

13 Tu m’as soutenu dans mon intégrité, et tu m’as établi devant toi pour toujours.

14 Béni soit l’Eternel, le Dieu d’Israël, de siècle en siècle. Amen ! Amen !

REFLEXIONS

Voici un Psaume où la bénédiction de Dieu est promise à ceux qui ont pitié des affligés, qui en jugent charitablement et qui les soulagent dans leurs souffrances. David fait espérer à ces personnes charitables que Dieu les délivrera dans leurs afflictions, qu’il les guérira lorsqu’ ils seront malades et languissants et qu’il les conservera et les rendra heureux en cette vie. Ces promesses doivent nous inspirer des sentiments de charité et de compassion pour les misérables et nous porter à les consoler et à les assister de tout notre pouvoir. D’un autre côté, ce que David dit du procédé de ses ennemis, nous montre que c’est un grand péché d’insulter au malheureux, de souhaiter le mal ou la mort de quelqu’un et de juger que tous ceux que Dieu afflige soient punis à cause de leurs péchés. Ceci doit nous éloigner de la dureté et des jugements téméraires et nous inspirer des sentiments favorables pour ceux qui sont dans la souffrance, surtout si ce sont des personnes en qui l’on remarque de la piété et de la crainte du Seigneur.

PSAUME XLII

Le prophète exprime avec beaucoup de force la vive douleur qu’il ressentait de se voir éloigné de la maison de Dieu par la persécution de ses ennemis et l’ardent désir qu’il avait de s’en approcher pour y servir Dieu avec les fidèles. Il représente ses alarmes et les combats qu’il avait sentis en lui-même dans ce triste état et comment il les avait surmontés par la confiance au secours du Seigneur.

1 Maskil des descendants de Coré, donné au maître chantre, pour le chanter.

2 Comme un cerf brame après des eaux courantes, ainsi mon âme soupire après toi, ô Dieu !

3 Mon âme a soif de Dieu, du Dieu fort et vivant. Quand entrerai-je et me présenterai-je devant la face de Dieu ?

4 Mes larmes m’ont servi de pain, jour et nuit, quand on me disait chaque jour : Où est ton Dieu ?

5 Je me souviendrai de ceci, et je le rappellerai dans mon âme ; c’est que je marcherai encore avec la troupe, et que je m’en irai avec elle jusqu’à la maison de mon Dieu, avec une voix de triomphe et de louange, et avec la multitude qui fera la fête.

6 Mon âme ! pourquoi t’abats-tu, et frémis-tu dans moi ? Attends-toi à Dieu ; car je le célébrerai encore ; son regard est la délivrance même.

7 Mon Dieu ! mon âme est abattue en moi-même, parce que je me souviens de toi, depuis le pays du Jourdain, et des Hermoniens, et de la montagne de Mitshar.

8 Un abîme appelle un autre abîme au bruit de tes canaux ; toutes tes vagues et tes flots ont passé sur moi.

9 L’Eternel enverra durant le jour sa gratuité, et son cantique sera avec moi pendant la nuit, et je ferai ma requête au Dieu fort, qui est ma vie.

10 Je dirai au Dieu fort, qui est mon rocher : Pourquoi m’as-tu oublié ? Pourquoi marcherai-je vêtu de deuil, sous l’oppression de celui qui me hait ?

11 Mes ennemis m’ont outragé, ce qui m’a été une épée dans les os, quand ils m’ont dit chaque jour : Où est ton Dieu ?

12 Mon âme ! pourquoi t’abats-tu, et pourquoi frémis-tu dans moi ? Attends-toi à Dieu, car je le célébrerai encore ; il est la délivrance à laquelle je regarde ; il est mon Dieu !

REFLEXIONS

Le prophète qui parle dans ce Psaume, et qui est apparemment David, y exprime ses ardents désirs de se rapprocher de la maison de Dieu dont il était éloigné. On voit en cela les sentiments que la vraie dévotion et la sincère piété inspirent. Il n'y a rien que les fidèles souhaitent davantage que de se présenter devant Dieu et en particulier de se joindre aux Saintes assemblées pour le servir et pour s'édifier dans la compagnie et par le bon exemple des gens de bien. Et il n'y a rien aussi qui les pénètre d'une douleur plus amère que lorsqu'ils sont privés de cette consolation et qu'ils voient que les méchants attaquent la divinité par des discours impies et se moquent de la confiance que les justes ont en Dieu. On remarque, outre cela, dans ce Psaume, que celui qui en est l'auteur avait été dans d'extrêmes détresses et comme accablé des fléaux de Dieu, en sorte que son âme était éperdue et presque destituée de consolation, mais que cependant sa foi l'avait relevé et soutenu. Cet exemple doit fortifier les fidèles affligés, les consoler dans leurs plus grandes amertumes et leur faire dire avec David : Mon âme pourquoi t’abats-tu et pourquoi frémis-tu dans moi ? Attends-toi à Dieu, car je le célèbrerai encore, il est ma délivrance, il est mon Dieu.

PSAUME XLIII

Dans ce Psaume, de même que dans le précédent, le psalmiste, persécuté et éloigné du tabernacle, prie Dieu de le délivrer de ses ennemis et de lui rendre la précieuse liberté de le servir et de le louer publiquement et il se console dans l’attente de son secours.

1 Fais-moi justice, ô Dieu ! et soutiens ma cause contre la nation cruelle. Délivre-moi de l’homme trompeur et pervers.

2 Puisque tu es le Dieu de ma force, pourquoi m’as-tu rejeté ? Pourquoi marcherai-je vêtu de deuil sous l’oppression de celui qui me hait ?

3 Envoie ta lumière et ta vérité ; qu’elles me conduisent et m’introduisent à la montagne de ta sainteté et dans tes tabernacles.

4 Alors j’entrerai jusqu’à l’autel de Dieu, vers le Dieu fort de ma joie et de mon ravissement, et je te célébrerai sur la harpe, ô Dieu, mon Dieu !

5 Mon âme, pourquoi t’abats-tu, et pourquoi frémis-tu dans moi ? Attends-toi à Dieu, car je le célébrerai encore ; il est la délivrance à laquelle je regarde ; il est mon Dieu !

REFLEXIONS

La lecture de ce Psaume fait voir que si le prophète priait Dieu de le garantir de la malice de ses ennemis, c'était principalement dans la vue de pouvoir se rapprocher du tabernacle afin d'y louer Dieu et de lui marquer sa joie, son amour et sa reconnaissance. C'est aussi ce que les enfants de Dieu souhaitent par-dessus toutes choses et c'est ce qui les soutient et les console le plus efficacement dans leurs afflictions et dans leurs combats. Au reste, les plaintes et les gémissements que David fait dans ce Psaume et dans le précédent, sur ce qu'il ne pouvait pas se rencontrer dans la maison de Dieu, doivent engager ceux qui ont la liberté de servir Dieu dans les Saintes assemblées à se prévaloir avec empressement de ce précieux avantage.

PSAUME XLIV

I. Ce Psaume a été composé dans un temps où le peuple d’Israël était affligé et persécuté. Le prophète y fait mention des merveilles que Dieu avait faites pour introduire leurs pères dans le pays de Canaan et il espère que Dieu déploierait encore la même puissance en faveur des Israélites affligés. II. Il décrit l’état déplorable où ce peuple se trouvait alors et la rigueur des persécutions auxquelles il était exposé.

1 Maskil des enfants de Coré, donné au maître chantre, pour le chanter. 

2 Ô Dieu ! nous avons ouï de nos oreilles, et nos pères nous ont raconté les exploits que tu as faits en leurs jours, aux jours d’autrefois.

3 Tu as chassé par ta main les nations, et tu as planté nos pères en leur place ; tu as affligé ces peuples, et tu les as chassés.

4 Car nos pères n’ont point conquis le pays par leur épée, et leur bras ne les a point délivrés ; mais c’est ta droite, et ton bras, et la lumière de ta face, parce que tu leur portais de l’affection.

5 Ô Dieu ! c’est toi qui es mon Roi. Ordonne que les descendants de Jacob soient délivrés.

6 Par toi, nous frapperons nos ennemis ; par ton nom, nous foulerons ceux qui s’élèvent contre nous.

7 Car je ne m’assure point en mon arc, et mon épée ne me délivrera point.

8 Mais tu nous délivreras de la main de nos ennemis, et tu rendras confus ceux qui nous haïssent.

9 Nous nous glorifierons en Dieu chaque jour, et nous célébrerons à jamais ton nom. (Sélah.)

10 Cependant, tu nous as rejetés ; tu nous as rendus confus, et tu ne sors plus avec nos armées.

11 Tu nous as fait retourner en arrière de devant l’ennemi, et ceux qui nous haïssent se sont enrichis de ce qu’ils ont pillé sur nous.

12 Tu nous as livrés comme des brebis qu’on doit manger, et tu nous as dispersés parmi les nations.

13 Tu as vendu ton peuple pour rien, et tu n’as point fait hausser leur prix.

14 Tu nous as mis en opprobre à nos voisins, en moquerie et raillerie à ceux qui habitent autour de nous.

15 Tu nous as mis en proverbe parmi les nations, et tu as fait que les peuples ont hoché la tête sur nous.

16 Ma confusion est toujours devant moi, et la honte de mon visage me couvre ;

17 à cause des discours de celui qui me fait des outrages, et qui m’injurie, et à cause de l’ennemi et du persécuteur.

18 Tout cela nous est arrivé, et néanmoins, nous ne t’avons point oublié, et nous n’avons point violé ton alliance.

19 Notre cœur ne s’est point détourné en arrière, nos pas ne se sont point écartés de tes sentiers ;

20 bien que tu nous aies foulés parmi des dragons, et couverts de l’ombre de la mort.

21 Si nous eussions oublié le nom de notre Dieu, et que nous eussions étendu nos mains à un Dieu étranger,

22 Dieu n’en ferait-il point la recherche ? Car c’est lui qui connaît les secrets du cœur.

23 Mais nous sommes tous les jours mis à mort à cause de toi, et nous sommes estimés comme des brebis de la boucherie.

24 Lève-toi ! Pourquoi dors-tu, Seigneur ? Réveille-toi, ne nous rejette point à jamais.

25 Pourquoi caches-tu ta face et oublies-tu notre affliction et notre oppression ?

26 Car notre âme est abattue jusque dans la poussière, et notre ventre est attaché contre terre.

27 Lève-toi à notre aide ! et délivre-nous pour l’amour de ta bonté.

REFLEXIONS

I. Le peuple d’Israël affligé rappelle dans ce Psaume le souvenir des grâces signalées que Dieu avait faites autrefois à leur nation. C’est ainsi que nous devons nous consoler dans nos afflictions, par la considération des bontés du Seigneur et des marques qu’il nous a données de tout temps de sa puissance et de sa miséricorde.

II. Comme les Israélites reconnaissaient que ce n’était pas par leur propre force que leurs pères s’étaient rendus maîtres du pays de Canaan, mais que c’était Dieu qui les y avait établis, il faut aussi donner à Dieu toute la gloire des avantages dont nous jouissons et reconnaître que c’est sa faveur qui fait le bonheur et la sureté des peuples et en particulier de l’église.

III. Les plaintes que les Israélites font de l’état déplorable où ils étaient, montrent, que c’est de tout temps que l’église a été affligée et que Dieu permet souvent que son peuple soit livré entre les mains des méchants et que les fidèles soient cruellement persécutés. C’est la réflexion que St. Paul fait dans l’épitre aux Romains, chapitre VIII, où il applique aux chrétiens ces paroles de ce Psaume :  Nous sommes tous les jours livrés à la mort pour l’amour de toi et nous sommes estimés comme des brebis qu’on mène à la boucherie. Dieu le permet ainsi pour la gloire de son nom et dans la vue d’éprouver son église et de la purifier. Enfin, l’on voit ici que nonobstant les afflictions qui arrivent aux fidèles, ils n’oublient point le Seigneur et ils n’abandonnent point son alliance et que c’est à cause de cela aussi qu’il est toujours prêt à venir à leur aide et à les exaucer lorsqu’ils l’invoquent dans leurs besoins.

PSAUME XLV

Ce Psaume est un cantique nuptial sur le mariage du roi Salomon et l’on y voit une description de la gloire de ce prince et de celle de son épouse, mais c’est aussi un Psaume prophétique qui se rapporte à Jésus-Christ notre Seigneur.

1 Maskil des enfants de Coré, qui est un cantique nuptial, donné au maître chantre, pour le chanter sur Sçosçannim.

2 Mon cœur bouillonne pour prononcer une parole excellente. J’ai dit : Mes ouvrages seront pour le roi ; ma langue sera comme la plume d’un écrivain diligent.

3 Tu es plus beau qu’aucun des fils des hommes ; la grâce est répandue sur tes lèvres ; c’est pourquoi Dieu t’a béni éternellement.

4 Ô prince puissant ! ceins sur ta cuisse ton épée, ta majesté et ta magnificence ;

5 et prospère dans ta magnificence. Sois monté sur la parole de vérité, de débonnaireté et de justice ; et ta droite t’apprendra des choses merveilleuses.

6 Tes flèches sont aiguës ; les peuples tomberont sous toi ; elles entreront dans le cœur des ennemis du roi.

7 Ton trône, ô Dieu ! est à toujours et à perpétuité ; le sceptre de ton règne est un sceptre d’équité.

8 Tu aimes la justice, et tu hais la méchanceté ; c’est pourquoi, ô Dieu ! ton Dieu t’a oint d’une huile de joie par-dessus tes semblables.

9 Tous tes vêtements sont parfumés de myrrhe, d’aloès et de casse, quand tu sors des palais d’ivoire, par lesquels on t’a réjoui.

10 Des filles de rois sont entre tes dames d’honneur ; ta femme est à ta droite, parée d’or d’Ophir.

11 Ecoute, fille, et considère, incline ton oreille, et oublie ton peuple et la maison de ton père ;

12 et le roi mettra son affection en ta beauté. Puisqu’il est ton seigneur, prosterne-toi devant lui.

13 Et la fille de Tyr et les plus riches des peuples te feront hommage avec des présents.

14 La fille du roi est toute pleine de gloire au dedans ; son vêtement est tissu d’or.

15 Elle sera présentée au roi, en des vêtements de broderie ; et les filles qui la suivent, et qui sont ses amies, te seront amenées.

16 Elles te seront présentées avec joie et avec allégresse, et elles entreront au palais du roi.

17 Tes enfants tiendront la place de tes pères ; tu les établiras pour princes par toute la terre.

18 Je rendrai ton nom mémorable dans tous les âges ; c’est pourquoi les peuples te célébreront à toujours et à perpétuité.

REFLEXIONS

Ce Psaume doit être considéré en deux manières :

I. Comme un cantique destiné à obtenir la bénédiction de Dieu sur le mariage de Salomon et sur son règne.

II. Ce qui est dit ici regarde proprement Jésus-Christ l'époux et le roi de l'église. Il y est parlé très expressément de sa divinité, de son onction, de sa puissance, de la gloire et de la durée de son règne, comme St. Paul nous le fait voir au chapitre I de l'épitre aux Hébreux où il cite cet endroit de ce Psaume : Ton trône, ô Dieu demeure à toujours, le sceptre de ton règne est un sceptre d’équité. Ô Dieu, ton Dieu ta oint d’une huile de joie par-dessus tes semblables. Cela ne convient proprement qu'à Jésus-Christ et ces paroles qui nous mettent sa gloire et sa puissance infinie devant les yeux nous engagent à le révérer et à lui être soumis afin que nous ayons part aux bénédictions qu'il répand sur son église et sur tous ceux qui ont le bonheur de vivre sous son empire.

PSAUME XLVI

C’est ici un Psaume d’actions de grâces pour les secours que Dieu avait accordé aux Israélites dans un temps où ils avaient été attaqués par plusieurs peuples.

1 Cantique des enfants de Coré, donné au maître chantre, pour le chanter sur Halamoth.

2 Dieu est notre retraite, notre force, et notre secours dans les détresses, et un secours fort aisé à trouver.

3 C’est pourquoi nous ne craindrons point, quand même la terre se bouleverserait, et que les montagnes se renverseraient au milieu de la mer ;

4 et que ses eaux viendraient à bruire et à se troubler, et que les montagnes seraient ébranlées par l’élévation de ses vagues. (Sélah.)

5 Les ruisseaux du fleuve réjouiront la ville de Dieu, qui est le lieu saint des tabernacles du Très-Haut.

6 Dieu est au milieu d’elle ; elle ne sera point ébranlée. Dieu la secourra, en tournant son visage vers elle dès le matin.

7 Les nations se sont émues, les royaumes ont été ébranlés ; il a fait entendre son tonnerre, et la terre s’est fondue.

8 L’Éternel des armées est avec nous ; le Dieu de Jacob est notre haute retraite. Sélah.

9 Venez, contemplez les exploits de l’Éternel, et comment il a réduit la terre en solitude.

10 Il a fait cesser les guerres jusqu’au bout de la terre ; il rompt les arcs, il brise les lances, il brûle les chariots au feu.

11 Cessez, a-t-il dit, et reconnaissez que je suis Dieu : je serai exalté parmi les nations ; je serai exalté par toute la terre.

12 L’Éternel des armées est avec nous. Le Dieu de Jacob est notre haute retraite. Sélah.

REFLEXIONS

Nous devons apprendre ici que Dieu est le protecteur de son église et que quand-même les rois et les peuples, qui sont représentés dans ce Psaume sous l'image des eaux d’un torrent, s’unissent contre elle, Dieu rend leurs efforts inutiles et la délivre avec puissance. L'église chrétienne a encore plus de part à ces promesses et à cette protection de Dieu que l'ancien peuple n'en avait, puisqu'elle doit subsister à jamais et c'est aussi de quoi elle a toujours fait l’expérience, et ce que les fidèles doivent considérer pour leur consolation et pour l'affermissement de leur foi.

PSAUME XLVII

Le prophète exhorte tous les habitants de la terre à louer le Seigneur, à adorer sa majesté et sa puissance et à reconnaître que l’Éternel, qui avait traité alliance avec le peuple d’Israël, était le roi du monde, auquel tous les peuples doivent se soumettre.

1 Psaume des enfants de Coré donné au maître chantre, pour le chanter.

2 Peuples ! frappez tous des mains, poussez des cris de joie à Dieu, avec une voix de triomphe.

3 Car le Dieu très-haut est redoutable, et il est grand Roi sur toute la terre.

4 Il range les peuples sous nous, et les nations sous nos pieds.

5 Il nous a choisi notre héritage, qui est la gloire de Jacob, lequel il a aimé. Sélah.

6 Dieu est monté avec un cri de joie : l’Éternel est monté au bruit de la trompette.

7 Psalmodiez à Dieu, psalmodiez, psalmodiez à notre Roi, psalmodiez.

8 Car Dieu est Roi de toute la terre ; chantez ce cantique.

9 Dieu règne sur les nations ; Dieu est assis sur le trône de sa sainteté.

10 Les principaux des peuples se sont assemblés, avec le peuple du Dieu d’Abraham, car les puissants de la terre appartiennent à Dieu ; il est infiniment élevé.

REFLEXIONS

Ce Psaume doit nous exciter à louer Dieu et à célébrer sa gloire avec de saints transports parce qu’il est le roi de toute la terre et qu’il mérite les hommages de tous les hommes, mais surtout parce qu’il nous a choisis pour être son peuple et son héritage. Ce qui est dit dans ce Psaume convient particulièrement aux temps de l’Évangile et surtout au triomphe de l’ascension de notre Seigneur, à la gloire de son règne et au bonheur qu’ont maintenant les divers peuples de la terre d’être réputés le peuple de Dieu.

PSAUME XLVIII

Ce Psaume fut composé à l’occasion d’une délivrance que Dieu avait accordée à la ville de Jérusalem. Le prophète y loue Dieu de ce qu’il avait dissipé les conseils et les efforts des rois qui avaient attaqué cette ville. Il y décrit la force de Jérusalem et la protection dont Dieu couvrait son peuple.

1 Cantique de Psaume des enfants de Coré.

2 L’Éternel est grand et digne d’être loué dans la ville de notre Dieu, et dans la montagne de sa sainteté.

3 Le plus beau lieu du pays, la joie de toute la terre, c’est la montagne de Sion, au fond du septentrion ; c’est la ville du grand Roi.

4 Dieu est connu dans ses palais pour une haute retraite.

5 Car voici, les rois s’étaient donné assignation, ils s’étaient avancés tous ensemble.

6 L’ont-ils vue ? Aussitôt ils ont été étonnés ; ils ont été éperdus, ils se sont enfuis à l’étourdie.

7 Ils ont été saisis de tremblement, et d’une douleur pareille à celle d’une femme qui est en travail.

8 Ils ont été chassés comme par le vent d’orient, qui brise les navires de Tarscis.

9 Ce que nous avions entendu, c’est ce que nous avons vu dans la ville de l’Éternel des armées, dans la ville de notre Dieu, laquelle Dieu conservera à toujours. (Sélah.)

10 Ô Dieu ! nous avons attendu ta faveur au milieu de ton temple.

11 Ô Dieu ! tel qu’est ton nom, telle est ta louange jusqu’au bout de la terre ; ta droite est pleine de justice.

12 La montagne de Sion se réjouira, et les filles de Juda auront de la joie à cause de tes jugements.

13 Faites le tour de Sion, considérez-la de tous côtés, et comptez ses tours ;

14 remarquez son rempart, et examinez ses palais, afin que vous le racontiez à la génération à venir.

15 Car ce Dieu sera notre Dieu à toujours et à perpétuité ; il nous accompagnera jusqu’à la mort.

REFLEXIONS

La réflexion qu’il faut faire sur ce Psaume est que l’église a souvent été attaquée par les puissances du monde et par les peuples qui se sont unis pour la détruire, mais que Dieu a aussi toujours veillé pour elle, qu’il a rendu inutiles tous les complots de ses ennemis et qu’il les a fait tourner à leur confusion.

Ce Psaume nous assure très expressément que l’église est ce que Dieu a de plus cher sur la terre, qu’il habite au milieu d’elle, qu’il l’environne de sa protection et qu’il la soutiendra à toujours. Ces promesses conviennent encore mieux à l’église chrétienne qu’elles ne convenaient à l’église judaïque et elles doivent nous faire sentir le bonheur que nous avons d’en être membres et remplir tous les vrais chrétiens d’assurance et d’une ferme confiance en Dieu.

PSAUME XLIX

C’est ici un Psaume d’instruction et de doctrine. Le prophète qui en est l’auteur y montre par diverses considérations que le bonheur de l’homme ne consiste point dans les richesses et dans les honneurs du monde, que ceux qui y établissent leur gloire et leur félicité sont des insensés et qu’ainsi l’on ne doit point s’attacher aux avantages temporels, ni craindre ceux qui les possèdent ou leur porter envie, mais qu’il faut mettre sa confiance en Dieu seul qui peut rendre heureux, même après la mort, ceux qui le craignent et qui mettent toute leur espérance en lui.

1 Psaume des enfants de Coré, donné au maître chantre, pour le chanter. 

2 Peuples, écoutez tous ceci ! vous tous les habitants du monde, prêtez l’oreille !

3 Tant les gens de bas état que les personnes distinguées ; tant les riches que les pauvres.

4 Ma bouche prononcera des discours de sagesse ; et ce que mon cœur a médité, sont des choses pleines de sens.

5 J’appliquerai mon oreille à un discours sentencieux ; j’exposerai mes maximes sur la harpe.

6 Pourquoi craindrai-je dans le mauvais temps, quand la malice de ceux qui me talonnent m’environnera ?

7 Il y en a qui se confient en leurs biens, et qui se glorifient de l’abondance de leurs richesses.

8 Cependant, personne n’en pourra en aucune manière racheter son frère, ni donner à Dieu sa rançon ;

9 car le rachat de leur âme est trop cher, et il ne se fera jamais ;

10 en sorte qu’ils vivent toujours, et qu’ils ne voient jamais la fosse.

11 Car on voit que les sages meurent, et que le fou et l'abruti périssent également, et laissent leurs biens à d’autres.

12 Leur intention est que leurs maisons durent toujours, et que leurs habitations subsistent d’âge en âge ; ils ont même donné leur nom à leurs terres.

13 Et cependant, l’homme ne demeure point en honneur ; mais il ressemble aux bêtes qui périssent.

14 Cette conduite qu’ils suivent est une folie, et cependant, leurs successeurs approuvent leurs maximes. (Sélah.)

15 Ils seront mis au sépulcre comme des brebis ; la mort s’en repaîtra, et les hommes droits auront domination sur eux dès le matin ; et leur force sera consumée dans le sépulcre, après qu’ils auront été transportés de leur demeure.

16 Mais Dieu rachètera mon âme de la puissance du sépulcre, quand il me prendra à soi. (Sélah.)

17 Ne crains donc point quand tu verras quelqu’un enrichi, et quand la gloire de sa maison sera multipliée.

18 Car quand il mourra, il n’emportera rien ; sa gloire ne descendra point après lui.

19 Bien qu’il se soit satisfait pendant sa vie, et qu’on le loue, parce qu’il se sera fait du bien,

20 il viendra jusqu’à la génération de ses pères, qui ne verront jamais la lumière.

21 L’homme qui est en honneur, et qui n’a point d’intelligence, est semblable aux bêtes qui périssent.

REFLEXIONS

Il y a de très importantes réflexions à faire sur ce Psaume. Il nous apprend que ceux qui se confient en leurs biens et en leurs richesses ou qui se tiennent fiers de leurs honneurs et de leur crédit sont des aveugles et des insensés. On y voit la vanité et la folie des projets que les mondains font de leur élévation et pour celle de leur famille. Le prophète remarque que Dieu renverse tous ces projets, que la mort leur ravit toute leur gloire, qu'ils deviennent la proie du sépulcre et que leurs biens ne sauraient racheter leur âme ni les garantir de la mort et du jugement de Dieu. Enfin ce Psaume nous enseigne qu'il n'en est pas ainsi de ceux qui mettent leur confiance en Dieu, puisqu'ils sont assurés qu'il les rachètera de la mort même et les rendra éternellement heureux. Les grands et les petits doivent écouter et méditer ces instructions, comme le prophète les y exhorte. Ceux qui sont riches ou élevés en honneur doivent y faire attention, de peur qu'il ne leur arrive d'oublier Dieu et de tomber dans l'orgueil. Elles apprennent aux petits à ne jamais envier la condition de ceux qui ont la gloire, les richesses et la prospérité pour leur partage et elles doivent nous engager tous à détacher nos affections du monde pour chercher uniquement notre félicité dans la faveur et dans l'amour de Dieu.

PSAUME L

Le but de ce Psaume est de reprendre l’hypocrisie des Israélites qui mettaient leur confiance dans les sacrifices et dans les cérémonies, pendant qu’ils négligeaient d’observer les devoirs les plus essentiels de la religion. Dieu parle ici à son peuple et il lui dit qu’il n’a pas d’égard aux sacrifices et au culte extérieur, mais que le culte qu’il demande consiste à le louer et à l’invoquer avec sincérité. Il y reprend fortement les hypocrites qui font profession de vivre dans son alliance et de le servir et qui s’abandonnent cependant au péché. Il les menace de son jugement et il les exhorte à la repentance.

1 Psaume d’Asaph.

Le Dieu fort, le Dieu, l’Eternel a parlé, et il a appelé toute la terre, depuis le soleil levant jusqu’au soleil couchant.

2 Dieu a fait resplendir sa lumière de Sion, qui est parfaite en beauté.

3 Notre Dieu viendra, et ne demeurera plus dans le silence ; il y aura un feu dévorant devant lui, et autour de lui il y aura une grosse tempête.

4 Il appellera les cieux d’en haut, et la terre, pour juger son peuple, et il dira :

5 Assemblez-moi mes bien-aimés, qui ont traité alliance avec moi sur les sacrifices.

6 Les cieux annonceront aussi sa justice ; car c’est Dieu qui est juge. (Sélah.)

7 Ecoute, mon peuple ! et je te parlerai ; sois attentif, Israël ! et je témoignerai contre toi. C’est moi qui suis Dieu, et ton Dieu !

8 Je ne te reprendrai point pour tes sacrifices, ni pour tes holocaustes, qui sont continuellement devant moi.

9 Je ne prendrai point de veau de ta maison, ni de bouc de tes parcs.

10 Car toutes les bêtes des forêts sont à moi, et les bêtes qui paissent en mille montagnes.

11 Je connais tous les oiseaux des montagnes, et toutes sortes de bêtes des champs sont à mon commandement.

12 Si j’avais faim, je ne t’en dirais rien ; car la terre habitable est à moi, et tout ce qui y est.

13 Mangerais-je la chair des gros taureaux, et boirais-je le sang des boucs ?

14 Sacrifie la louange à Dieu, et rends tes vœux au souverain ;

15 et invoque-moi au jour de ta détresse, je t’en délivrerai, et tu me glorifieras.

16 Mais Dieu a dit au méchant : Est-ce à toi de réciter mes statuts et de prendre mon alliance en ta bouche ;

17 puisque tu hais la correction, et que tu as jeté mes paroles derrière toi ?

18 Si tu vois un larron, tu cours avec lui, et ta portion est avec les adultères.

19 Tu lâches ta bouche au mal, et par ta langue tu trames la fraude.

20 Tu sieds, et tu parles contre ton frère, et tu charges de blâme le fils de ta mère.

21 Tu as fait ces choses-là, et je me suis tu ; et tu as cru que j’étais véritablement comme toi. Je t’en reprendrai, et j’exposerai tout en ta présence.

22 Ecoutez maintenant ceci, vous qui oubliez Dieu ; de peur que je ne vous ravisse, et qu’il n’y ait personne qui vous délivre.

23 Celui qui me sacrifie la louange, m’honorera ; et je ferai voir la délivrance de Dieu à celui qui règle ses voies.

REFLEXIONS

C’est un Psaume très instructif que celui-ci :

Il nous enseigne que le vrai service de Dieu ne consiste pas dans des devoirs extérieurs, tels qu’étaient autrefois les sacrifices et tels que sont aujourd’hui les actes du culte public, les cérémonies et la profession de la religion.

À la vérité ces devoirs ne doivent pas être négligés, ils sont indispensables, puisque Dieu les a établis et ils lui sont aussi très agréables quand on s’en acquitte comme il faut. Mais le vrai culte que Dieu exige est qu’on le serve en esprit et du cœur, qu’on le loue, qu’on l’invoque et qu’on fasse sa volonté. Pour ce qui est de ceux qui font profession de servir Dieu, qui prennent son alliance dans leur bouche et qui cependant s’adonnent au mal et en particulier à l’injustice, à l’impureté, à la fraude et à la médisance, Dieu ne peut souffrir leur hypocrisie et s’il ne les punit pas d’abord, ils ne doivent pas s’imaginer qu’ils échappent à son jugement. Les pécheurs et les faux chrétiens doivent bien profiter de ce qui est dit dans ce Psaume et nous devons tous y faire de sérieuses réflexions afin qu’il ne nous arrive pas d’offenser Dieu par un culte hypocrite, mais qu’en l’invoquant avec sincérité et en nous étudiant surtout à faire ce qu’il nous ordonne, nous lui rendions un culte qui soit digne de lui et qui nous procure sa faveur.

PSAUME LI

C’est ici le Psaume de la pénitence du roi David. Il y implore la miséricorde de Dieu avec beaucoup d’ardeur et d’humilité ; Il y fait la confession de ses péchés et il prie Dieu de le renouveler par son esprit et de lui rendre la paix de la conscience afin qu’étant rentré dans sa grâce, il le loue et qu’il serve d’exemple aux pécheurs. Il espère que Dieu agréera sa repentance et il fait des vœux pour le bien de Jérusalem et pour la prospérité du peuple d’Israël.

1 Psaume de David, donné au maître chantre, pour le chanter.

2 lorsque Nathan le prophète vint à lui, après qu’il fut entré vers Bath-scébah.

3 Ô Dieu ! aie pitié de moi selon ta miséricorde ; selon la grandeur de tes compassions, efface mes forfaits.

4 Lave-moi de plus en plus de mon iniquité, et nettoie-moi de mon péché.

5 Car je connais mes transgressions, et mon péché est continuellement devant moi.

6 J’ai péché contre toi, contre toi proprement ; et j’ai fait ce qui est désagréable à tes yeux, en sorte que tu seras reconnu juste quand tu parleras, et trouvé pur quand tu me jugeras.

7 Voilà, j’ai été formé dans l’iniquité, et ma mère m’a échauffé dans le péché.

8 Voilà, tu aimes la vérité dans l’intérieur, et tu m’avais enseigné la sagesse dans le secret de mon cœur.

9 Purifie-moi de mon péché avec l’hysope, et je serai net ; lave-moi, et je serai plus blanc que la neige.

10 Fais-moi entendre la joie et la consolation, et que les os que tu as brisés se réjouissent.

11 Détourne ta face de mes péchés, et efface toutes mes iniquités.

12 Ô Dieu ! crée-moi un cœur net, et renouvelle au dedans de moi un esprit droit.

13 Ne me rejette pas de devant ta face, et ne m’ôte pas l’esprit de ta sainteté.

14 Rends-moi la joie de ton salut, et que l’esprit franc me soutienne.

15 J’enseignerai tes voies aux méchants, et les pécheurs se convertiront à toi.

16 Ô Dieu, Dieu de mon salut ! délivre-moi de tant de sang ; ma langue chantera hautement ta justice.

17 Seigneur ! ouvre mes lèvres, et ma bouche annoncera ta louange.

18 Car tu ne prends point plaisir aux sacrifices, autrement j’en donnerais ; l’holocauste ne t’est point agréable.

19 Les sacrifices de Dieu sont l’esprit froissé ; ô Dieu ! tu ne méprises point le cœur froissé et brisé.

20 Fais du bien selon ta bienveillance à Sion, et édifie les murs de Jérusalem.

21 Alors tu prendras plaisir aux sacrifices de justice, à l’holocauste et aux sacrifices qui se consument par le feu ; alors on offrira de jeunes taureaux sur ton autel.

REFLEXIONS

Ce Psaume est un de ceux qui sont d’un usage le plus général et où l’on voit le mieux les mouvements et les caractères de la vraie repentance. On y découvre :

I. Le vif sentiment que David avait de son crime, la confession humble et publique qu’il en fait devant Dieu et devant les hommes et son recours à la miséricorde divine.

II. On y voit qu'il ne se contente pas de prier Dieu de lui pardonner ses péchés, mais il le prie aussi de l'en délivrer et de lui donner son Esprit qui le purifie et le renouvelle.

III. On y remarque en troisième lieu les promesses qu'il fait de rentrer dans les voies du Seigneur et de porter par son exemple et par ses instructions les pécheurs à se convertir.

IV. David marque ici sa confiance et l'espérance qu'il a que Dieu ne rejettera pas sa repentance. Enfin, après avoir prié pour soi-même, il prie Dieu de continuer à bénir Jérusalem et tout son royaume. Il paraît de ce Psaume que le devoir des pécheurs et surtout de ceux qui sont tombés dans de grands péchés, est de les reconnaître et d'en bien sentir la grandeur, de les confesser humblement et même publiquement devant les hommes si cela est nécessaire, d'implorer la miséricorde de Dieu ardemment et avec une vraie contrition et de lui demander en même temps la grâce d'un conversion sincère et l'assistance de son Esprit pour ne plus retomber à l'avenir dans le péché.

Enfin, un pécheur pénitent et véritablement humilié sent qu'il est obligé de réparer le scandale qu'il a donné et de contribuer de tout son pouvoir à la conversion des autres pécheurs et à l'édification publique, tant par son bon exemple et par ses exhortations que par ses prières. Ce n'est que par là qu'on peut obtenir le pardon des fautes qu'on a commises et se procurer le retour de la grâce de Dieu et la paix de la conscience.

PSAUME LII

David dénonce les jugements de Dieu à un conseillé de Saül nommé Doëg, qui par ses calomnies avait irrité Saül contre lui et qui avait été l’auteur de la mort d’un grand nombre de sacrificateurs que Saül fit mourir inhumainement. Pour bien entendre ce Psaume, il faut lire l’histoire qui est contenue au chapitre XXII du premier livre de Samuel.

1 Maskil de David, donné au maître chantre, pour le chanter ;

2 sur ce que Doëg Iduméen vint vers Saül, et lui avait rapporté que David était venu dans la maison d’Ahimélec.

3 Pourquoi te glorifies-tu de ta malice, homme puissant ? La bonté du Dieu fort dure tous les jours.

4 Ta langue invente des méchancetés, elle fait des tromperies comme un rasoir affilé.

5 Tu aimes plus le mal que le bien, et le mensonge plus que de dire des choses justes. (Sélah.)

6 Tu aimes tous les discours qui vont à détruire, et le langage trompeur.

7 Aussi le Dieu fort te détruira pour jamais ; il te ravira, t’arrachera de ta tente, et te déracinera de la terre des vivants. (Sélah.)

8 Les justes le verront, et ils craindront ; ils se riront de lui, et ils diront :

9 Voilà cet homme qui n’avait point pris Dieu pour sa force ; mais qui s’assurait sur ses grandes richesses, et qui se fortifiait dans sa méchanceté.

10 Mais moi, je serai comme un olivier verdoyant dans la maison de Dieu ; je m’assure en la bonté de Dieu pour toujours et à perpétuité.

11 Ô Dieu ! je te célébrerai toujours de ce que tu auras fait cela, et j’espérerai en ton nom, car il est bon envers tes bien-aimés.

REFLEXIONS

Nous devons recueillir de ce Psaume :

I. Que les méchants et en particulier les hommes cruels et calomniateurs, tels qu'était Doëg, recevront de Dieu la punition qu'ils méritent et que Dieu déteste la calomnie et le mensonge.

II. Que ceux qui se fient dans leurs richesses ou dans leur adresse deviennent des exemples du juste jugement de Dieu, pendant que sa faveur se répand sur ceux qui ne mettent leur confiance qu'en lui et qui marchent fidèlement dans ses voies.

PSAUME LIII

I. Le prophète fait le tableau de l’extrême impiété et de la corruption générale qui régnait de son temps.

II. Il dénonce aux méchants la vengeance divine et il promet aux justes le secours et la délivrance du Seigneur.

1 Maskil de David, donné au maître chantre, pour le chanter sur Mahalath.

2 L’insensé dit en son cœur : Il n’y a point de Dieu. Ils se sont corrompus, et ils se sont rendus abominables dans leur iniquité ; il n’y a personne qui fasse le bien.

3 Dieu a regardé des cieux sur les fils des hommes, pour voir s’il y en a quelqu’un qui soit intelligent, et qui cherche Dieu.

4 Ils se sont tous dévoyés ; ils sont tous devenus puants ; il n’y a personne qui fasse le bien, non pas même un.

5 Les ouvriers d’iniquité n’ont-ils point d’intelligence ? Ils dévorent mon peuple, comme s’ils mangeaient du pain, ils n’invoquent point Dieu.

6 Ils seront extrêmement effrayés, lors même qu’ils ne craindront rien ; car Dieu a dissipé les forces de celui qui campe contre toi. Tu les rendras confus, parce que Dieu les méprise.

7 Oh ! qui donnera de Sion la délivrance d’Israël ? Quand Dieu ramènera son peuple captif, Jacob sera dans l’allégresse, Israël se réjouira.

REFLEXIONS

I. Ce que David dit au commencement de ce Psaume « L’insensé a dit en son cœur, il n’y a point de Dieu » ne signifie pas que tous les méchants croient en effet qu’il n’y a point de Dieu, mais le sens de ces paroles est, comme le prophète s’explique lui-même, que l’impiété était si grande et si générale, que les méchants vivaient comme s’ils ne reconnaissaient point de divinité. Cette plainte que David faisait autrefois peur être appliquée à un très grand nombre de chrétiens qui font profession de connaître Dieu, mais qui le renient par leurs œuvres et qui s’abandonnent à toutes sortes de dérèglements.

II. Il paraît cependant par ce que David dit ici des maux que les méchants font aux gens de bien et par les promesses qu’il y fait aux justes affligés, que dans les temps de la dépravation la plus générale, Dieu a toujours de fidèles adorateurs qui déplorent cette corruption, qui tâchent de s’en garantir et qui au milieu des désordres qu’ils voient régner, regardent toujours à Dieu et se confient en lui.

III. Ce Psaume nous oblige encore à considérer que Dieu voit du Ciel les crimes qui se commettent, qu’il les punira et que ceux qui ne redoutent pas sa puissance, auront un jour la frayeur pour leur partage. Au reste, il faut remarquer que Saint Paul dans l’Épître aux Romains, rapporte ce qui se dit dans ce Psaume pour prouver que les Juifs étaient pécheurs aussi bien que les païens, qu’ainsi ils n’avaient pu être justifiés par la loi de Moïse et qu’ils ne le pourraient être que par la foi en Jésus-Christ.

PSAUME LIV

Le roi Saül ayant été averti par les Ziphiens que David s’était retiré dans leur pays et y étant allé pour le prendre, David prie Dieu de le garantir de ceux qui cherchaient sa mort, et il fait le vœu de le louer et de le bénir après qu’il l’aurait exaucé. L’événement qui fut l’occasion de cette prière est rapporté dans I Samuel XXIII et XXIV.

1 Maskil de David, donné au maître chantre, pour le chanter sur Néguinoth ;

2 Touchant ce que les Ziphiens vinrent vers Saül, et lui dirent : David ne se tient-il pas caché parmi nous ?

3 Ô Dieu ! délivre-moi par ton nom, et fais-moi justice par ta puissance.

4 Ô Dieu ! écoute ma requête, et prête l’oreille aux paroles de ma bouche.

5 Car des étrangers se sont élevés contre moi ; et des gens violents, qui n’ont point Dieu devant leurs yeux, cherchent ma vie. (Sélah.)

6 Voilà, Dieu est mon aide ; le Seigneur est de ceux qui soutiennent mon âme.

7 Il fera retomber le mal sur ceux qui m’épient. Détruis-les selon ta vérité.

8 Je t’offrirai des sacrifices volontaires ; Éternel ! je célébrerai ton nom, parce qu’il est bon.

9 Car il m’a délivré de toutes mes détresses ; et mon œil a vu en ceux qui me haïssent ce qu’il espérait de voir.

REFLEXIONS

On voit par la lecture de ce Psaume que David y fait trois choses :

I.Il implore le secours de Dieu dans le péril où il se rencontrait.

II. Il témoigne une ferme confiance en lui.

III. Il lui promet de le louer à jamais. Par-là, le roi prophète nous enseigne que la prière doit être notre refuge dans les dangers, que quand même les hommes auraient conjuré notre ruine, si nous invoquons Dieu d’un cœur pur, il nous protègera et que quand il nous a exaucé, nous devons l’en bénir de tout notre cœur et lui témoigner notre reconnaissance.

PSAUME LV

David craignant de tomber entre les mains de ses ennemis représente au Seigneur le danger extrême où il se trouvait. Il se plaint d’avoir été trahi et calomnié par ceux qui lui avaient le plus marqué d’amitié et en qui il avait eu le plus confiance. Il se console cependant dans l’espérance que Dieu ne l’abandonnera point et qu’il détruirait ceux qui cherchaient sa ruine.

1 Maskil de David, donné au maître chantre, pour le chanter sur Néguinoth.

2 Ô Dieu ! prête l’oreille à ma requête, et ne te cache point de ma supplication.

3 Ecoute-moi et m’exauce. Je gémis dans ma méditation, et je me tourmente,

4 à cause du bruit que l’ennemi fait, et à cause de l’oppression du méchant ; car ils m’imputent des crimes, et ils me haïssent avec fureur.

5 Mon cœur est comme en travail au dedans de moi, et des frayeurs mortelles sont tombées sur moi.

6 La crainte et le tremblement se sont jetés sur moi, et l’effroi m’a couvert.

7 Et j’ai dit : Oh ! qui me donnerait des ailes de colombe : je m’envolerais et je me poserais en quelque lieu.

8 Voilà, je m’enfuirais bien loin, et me tiendrais au désert. (Sélah.)

9 Je me hâterais de me sauver de ce vent poussé par un tourbillon.

10 Engloutis-les, Seigneur ! retranche leur langue ; car j’ai vu la violence et les disputes dans cette ville.

11 Elles l’environnent jour et nuit sur ses murailles ; l’outrage et l’oppression sont au milieu d’elle.

12 Les méchancetés sont au milieu d’elle ; la tromperie et les fraudes ne bougent d’aucune de ses places.

13 Car ce n’a point été mon ennemi qui m’a diffamé, autrement je l’eusse enduré ; ce n’a point été celui qui me haïssait, qui s’est élevé contre moi, autrement je me fusse caché de lui.

14 Mais ç’a été toi, ô homme que j’estimais un autre moi-même, mon conseiller et mon ami !

15 Nous prenions plaisir à nous communiquer nos secrets, et nous allions ensemble à la maison de Dieu, avec l’assemblée.

16 La mort se jettera sur eux ; ils descendront tout vifs dans le sépulcre, car il n’y a que mal parmi eux et dans leur cœur.

17 Mais moi je crierai à Dieu, et l’Éternel me délivrera.

18 Le soir, le matin, et à midi, je parlerai et je crierai, et il entendra ma voix.

19 Il délivrera mon âme de la guerre qu’on me fait, et me donnera la paix, quoique j’aie à faire à beaucoup de gens.

20 Le Dieu fort l’entendra, et les humiliera ; car il règne de tout temps. (Sélah.) Parce qu’il n’y a point de changement en eux, et qu’ils ne craignent point Dieu.

21 Chacun d’eux a jeté ses mains sur ceux qui vivaient paisiblement avec lui, et a violé son accord.

22 Les paroles de sa bouche sont plus coulantes que le beurre, mais la guerre est dans son cœur ; ses paroles sont plus douces que l’huile, mais elles sont autant d’épées.

23 Décharge-toi de ton fardeau sur l’Éternel, et il te soulagera ; il ne permettra jamais que le juste soit ébranlé.

24 Mais toi, ô Dieu ! tu les précipiteras dans le puits de la perdition ; les hommes sanguinaires et trompeurs ne parviendront pas à la moitié de leurs jours ; mais moi, je m’assurerai en toi.

REFLEXIONS

L'exemple de David montre :

I. Que les fidèles sont exposés à la persécution des méchants et même quelque fois à la haine de ceux de qui ils devraient attendre du secours.

II. Que dans cet état ils s'adressent à Dieu avec une pleine confiance et s'assurent qu'il les soutiendra et qu'il réprimera l'injustice de ceux qui les persécutent à tort. Il faut cependant prendre garde de ne pas abuser de ce Psaume, et de quelques autres semblables, en appliquant ce que David y dit contre les ennemis qui le persécutaient aux sujets de plaintes que nous pourrions avoir les uns contre les autres, pour quelques chagrins ou quelques déplaisirs qu'on nous aurait faits. Outre que ce ne sont là le plus souvent que de légères offenses, un chrétien doit tout pardonner et ne haïr personne et bien loin d'en venir jamais à des imprécations contre qui que ce soit, il doit prier pour ceux qui lui font le plus de mal et se conformer en cela aux lois de l’Evangile, et à l'exemple de patience et de douceur que notre Seigneur nous a donné dans sa vie et dans sa mort.

PSAUME LVI

David ayant été pris par les Philistins dans la ville de Gath, comme cela se voit au chapitre XXI du premier livre de Samuel, prie le Seigneur d’avoir pitié de lui dans ce pressant danger. Il joint à sa prière des louanges et des actions de grâces qui marquent la grande confiance qu’il avait en Dieu.

1 Mictam de David, donné au maître chantre, pour le chanter sur Jonathélem-réhokim ; touchant ce que les Philistins le prirent dans la ville de Gath.

2 Ô Dieu ! aie pitié de moi ! car l’homme mortel m’a englouti et m’opprime, m’attaquant tous les jours.

3 Mes ennemis m’ont englouti tout le jour ; car, ô Très-Haut ! plusieurs font la guerre contre toi.

4 Mais au jour auquel je serai dans la crainte je m’assurerai en toi.

5 Je louerai Dieu à cause de sa promesse ; je m’assure en Dieu, je ne craindrai rien ; que me ferait l’homme ?

6 Tout le jour ils tordent mes discours, et ils ne pensent qu’à me faire du mal.

7 Ils s’assemblent, ils se tiennent cachés, ils observent mes pas, attendant comment ils surprendront mon âme.

8 Rejette-les à cause de leur iniquité ; ô Dieu ! précipite les peuples dans ta colère.

9 Tu as compté mes allées et mes venues ; mets mes larmes en tes vaisseaux, ne sont-elles pas dans ton registre ?

10 Au jour auquel je crierai à toi, mes ennemis retourneront en arrière ; je sais que Dieu est pour moi.

11 Je louerai Dieu à cause de sa promesse ; je louerai l’Éternel à cause de sa parole.

12 Je m’assure en Dieu, je ne craindrai rien ; que me ferait l’homme ?

13 Ô Dieu ! je m’acquitterai des vœux que je t’ai faits ; je te rendrai des actions de grâces,

14 Puisque tu as délivré mon âme de la mort, et mes pieds de chute ; afin que je marche devant Dieu, dans la lumière des vivants.

REFLEXIONS

David nous apprend ici par son exemple que dans quelque extrémité que les enfants de Dieu se trouvent et lorsqu’on emploie la force et la ruse contre eux, ils ne seront point ébranlés, que leur assurance est si ferme qu’ils ne craignent rien de tout ce que les hommes pourraient faire et qu’avant même qu’ils soient délivrés, ils se réjouissent en Dieu et lui rendent à l’avance leurs vœux et leurs actions de grâce. David nous assure encore que les souffrances des justes sont précieuses devant Dieu, qu’il voit leurs maux et leurs afflictions et qu’il serre leurs larmes dans ses vaisseaux. C’est là un avantage inestimable que la piété nous procure et la plus douce de toutes les consolations dans nos adversités.

PSAUME LVII

David étant fugitif et s’étant retiré dans une caverne où il fut surpris par Saül, comme nous le voyons dans I Samuel XXIV, présente cette prière à Dieu par laquelle il l’invoque son secours et où il témoigne une ferme espérance en sa protection.

1 Mictam de David, donné au maître chantre, pour le chanter sur Al-tascheth, touchant ce qu’il s’enfuit de devant Saül, dans une caverne.

2 Aie pitié de moi, ô Dieu ! aie pitié de moi ; car mon âme se retire vers toi, et je me retire sous l’ombre de tes ailes, jusqu’à ce que les calamités soient passées.

3 Je crierai au Dieu souverain, au Dieu fort qui accomplira son œuvre en moi.

4 Il enverra des cieux, et me délivrera, il rendra honteux celui qui me veut dévorer. (Sélah.) Dieu enverra sa bonté et sa vérité.

5 Mon âme est parmi des lions ; je demeure parmi des boute-feu ; parmi des hommes dont les dents sont des lances et des flèches, et dont la langue est une épée aiguë.

6 Ô Dieu ! élève-toi sur les cieux ; que ta gloire paraisse sur toute la terre !

7 Ils avaient tendu des pièges à mes pas ; mon âme penchait déjà ; ils avaient creusé une fosse devant moi, mais ils sont tombés au milieu d’elle. (Sélah.)

8 Mon cœur est disposé, ô Dieu ! mon cœur est disposé ; je chanterai et je psalmodierai.

9 Réveille-toi, ma gloire ! réveille-toi, mon luth et ma harpe ; je me réveillerai à l’aube du jour.

10 Seigneur, je te célébrerai parmi les peuples, je te psalmodierai parmi les nations.

11 Car ta bonté est grande jusqu’aux cieux, et ta vérité jusqu’aux nues.

12 Ô Dieu ! élève-toi sur les cieux ; que ta gloire soit sur toute la terre !

REFLEXIONS

Nous voyons dans ce Psaume, de même que dans les précédents, que David, animé par sa piété et soutenu par sa foi, cherchait toujours sa délivrance auprès de Dieu dans les périls où il se rencontrait. Quoi que nous ne soyons pas exposés à des dangers semblables à ceux où ce roi s’est vu autrefois et qu’ainsi nous ne puissions pas nous appliquer tout ce qui se lit dans ce Psaume, nous pouvons en recueillir en général que, dans tous nos besoins, nous devons nous retirer vers Dieu et nous mettre à couvert sous l’ombre de ses ailes, persuadés qu’il ne manquera pas de nous envoyer son secours du Ciel et de nous délivrer. Mais afin de pouvoir nous assurer ainsi sur lui, il faut toujours demeurer attaché à notre devoir et ne jamais se servir d’aucun mauvais moyen pour nous délivrer des maux qui nous pressent, imitant en cela David, qui pouvant ôter la vie à Saül lorsque ce prince le surpris dans la caverne, ne voulut pas le faire. Enfin comme David loue le Seigneur avec de saints transports sur la fin de ce Psaume, notre devoir est aussi, après que nous avons éprouvé l’assistance de Dieu, de lui en rendre nos actions de grâce et de publier partout ses bontés envers nous.

PSAUME LVIII

C’est ici une plainte de David contre les juges iniques, desquels il décrit l’impiété et l’endurcissement au mal. Il prédit aussi que la vengeance divine les détruirait promptement et entièrement. Il y a de l’apparence que David voulait parler des conseillers de Saül.

1 Mictam de David, donné au maître chantre, pour le chanter sur Altascheth.

2 Vous, gens de l’assemblée, prononcez-vous véritablement ce qui est juste ? Vous, fils des hommes, jugez-vous avec droiture ?

3 Au contraire, vous formez dans votre cœur des desseins d’iniquité ; et vous tenez dans vos mains des balances d’injustice sur la terre.

4 Les méchants se sont égarés dès leur naissance ; ils se sont fourvoyés dès le ventre de leur mère, et ils ont parlé faussement.

5 Ils ont un venin semblable au venin du serpent, et ils sont comme l’aspic sourd, qui bouche son oreille,

6 Qui n’écoute point la voix des enchanteurs, du charmeur expert en charmes.

7 Ô Dieu ! casse-leur les dents dans la bouche ; Éternel, romps les dents mâchelières des lionceaux.

8 Ils s’écouleront comme l’eau, et ils se fondront ; ils tendront leur arc, mais leurs flèches seront comme si elles étaient rompues.

9 Ils s’en iront comme un limaçon qui se fond ; ils ne verront non plus le soleil que l’avorton d’une femme.

10 Avant que vos chaudières aient senti le feu des épines, l’ardeur de la colère, comme un tourbillon, les enlèvera chacun d’eux comme de la chair crue.

11 Le juste se réjouira quand il aura vu cette vengeance ; il lavera ses pieds dans le sang du méchant.

12 Et chacun dira : Quoi qu’il en soit, il y a du fruit pour le juste ; quoi qu’il en soit, il y a un Dieu qui juge en la terre.

REFLEXIONS

Voici un Psaume dont ceux qui sont dans les charges publiques doivent profiter et qui leur apprend que s'ils ne rendent pas exactement la justice et qu'ils se servent de l'artifice et la violence pour opprimer les innocents, ils éprouveront la vengeance de Dieu. En général, nous voyons ici que ceux qui s'endurcissent dans leurs égarements sans vouloir écouter la voix qui les en rappelle, sont aussi menacés de cette vengeance. Enfin ce Psaume nous enseigne que la providence gouverne toutes choses avec justice et que quoi que les méchants prospèrent et que les bons soient affligés pendant quelque temps, on a pourtant toujours enfin sujet de reconnaître : qu’il y a du fruit pour le juste et qu’il y a un Dieu qui juge sur la terre.

PSAUME LIX

David étant en danger d’être pris par des personnes que Saül avait envoyée dans sa maison pour le saisir, expose au Seigneur le péril pressant où il se rencontrait et il ne doute pas que Dieu ne le délivre de ses ennemis et qu’il ne réprime leur malice et ne les fasse servir d’exemple à tout le monde. L’histoire qui a été donnée dans ce Psaume est contenue dans I Samuel, chapitre XIX.

1 Mictam de David, donné au maître chantre, pour le chanter sur Altascheth ; touchant ce que Saül envoya des gens qui gardèrent sa maison, afin de le tuer.

2 Mon Dieu ! délivre-moi de ceux qui me haïssent, garantis-moi de ceux qui s’élèvent contre moi.

3 Délivre-moi des ouvriers d’iniquité, et sauve-moi des hommes sanguinaires.

4 Car voici, ils m’ont dressé des embûches, et des gens puissants se sont assemblés contre moi, bien qu’il n’y ait point de transgression ni de péché en moi, ô Éternel !

5 Ils courent çà et là, et se mettent en ordre, bien qu’il n’y ait point d’iniquité en moi. Réveille-toi pour venir au-devant de moi, et regarde mon état.

6 Toi donc, Éternel ! Dieu des armées ! Dieu d’Israël ! réveille-toi pour visiter toutes les nations ; ne fais grâce à aucun de ces prévaricateurs perfides. (Sélah.)

7 Ils vont et viennent sur le soir, ils aboient comme des chiens, et ils font le tour de la ville.

8 Voici, ils vomissent de mauvais discours de leur bouche ; des épées sont dans leurs lèvres ; car disent-ils, qui est-ce qui nous entend ?

9 Mais toi, Éternel ! tu te riras d’eux ; tu te moqueras de toutes les nations.

10 A cause de la force de mon ennemi, je regarde à toi ; car Dieu est ma haute retraite.

11 Dieu, qui me favorise, me préviendra, Dieu me fera voir dans ceux qui me haïssent ce que j’attends.

12 Ne les tue pas encore, de peur que mon peuple ne l’oublie ; dissipe-les par ta puissance, et les abats, ô Seigneur qui es notre bouclier.

13 Ils pèchent par leur bouche et par leurs lèvres ; qu’ils soient donc pris par leur orgueil, car ils ne tiennent que des discours d’imprécation et de mensonge.

14 Consume-les avec fureur, consume-les en sorte qu’ils ne soient plus ; et qu’on sache que Dieu domine en Jacob, et jusqu’aux bouts de la terre. (Sélah.)

15 Qu’ils aillent donc et viennent sur le soir, et qu’ils mènent du bruit comme des chiens, et fassent le tour de la ville.

16 Qu’ils aillent de lieu en lieu pour trouver à manger ; et qu’ils passent la nuit sans être rassasiés.

17 Mais moi, je chanterai ta force, et je louerai à haute voix ta bonté dès le matin, parce que tu m’as été une haute retraite, et mon refuge au jour que j’étais en détresse.

18 Ô Dieu, qui es ma force ! je te psalmodierai ; car Dieu est ma haute retraite et le Dieu qui me favorise.

REFLEXIONS

Pour retirer du profit de la lecture de ce Psaume, on doit y faire ces deux réflexions :

I. La première, que les prières que David y adressait à Dieu furent exaucées et que la providence lui fournit un moyen d'échapper à la fureur de Saül qui le cherchait pour le faire mourir, par où l'on voit que les prières des fidèles et la confiance qu'ils ont en Dieu ne sont jamais sans effet.

II. Il est nécessaire de remarquer sur ce que David dit contre ses ennemis dans ce Psaume qu'on ne doit pas croire qu’il parlât ainsi par haine ou par vengeance. Mais que se voyant poursuivi injustement et sa cause étant celle de Dieu, il a pu en qualité de prophète leur dénoncer la malédiction divine. Mais il n’est permis à qui que ce soit de faire de semblables prières. Tout ce que nous devons faire quand nous souffrons quelque chose par l’injustice et par la malice des hommes, c’est de demeurer dans les bornes de la modération que l’Évangile nous prescrit, de rendre toujours le bien pour le mal qu’on nous a fait et d’attendre patiemment le secours du Seigneur.

PSAUME LX

Le roi David parle dans ce Psaume des calamités et des guerres auxquelles les Israélites avaient été exposés, et des victoires et des délivrances que Dieu leur avait accordées. On voit dans le chapitre VIII du IIème livre de Samuel, quelle fut l’occasion de ce Psaume.

1 Mictam de David, propre pour enseigner, donné au maître chantre, pour le chanter sur Sçusçan-héduth,

2 touchant le combat qu’il eut contre la Syrie de Mésopotamie, et contre la Syrie de Tsoba ; et touchant ce que Joab, retournant, défit douze mille Iduméens dans la vallée du sel.

3 Ô Dieu ! tu nous as rejetés, tu nous as dissipés, tu t’es courroucé ; retourne-toi vers nous.

4 Tu as ému la terre, et tu l’as fendue ; guéris ses brèches, car elle est ébranlée.

5 Tu as fait voir à ton peuple des choses dures ; tu nous as abreuvés d’un vin d’étourdissement.

6 Mais depuis, tu as donné un étendard à ceux qui te craignent, pour l’élever en haut, à cause de ta vérité. (Sélah.)

7 Afin que ceux que tu aimes soient délivrés. Sauve-moi par ta droite et m’exauce.

8 Dieu a parlé dans son sanctuaire ; je me réjouirai, je partagerai Sichem, et mesurerai la vallée de Succoth.

9 Galaad sera à moi, Manassé sera aussi à moi, Ephraïm sera la force de ma tête, et Juda mon législateur.

10 Moab sera le bassin où je me laverai ; je jetterai mon soulier sur Edom. Ô Palestine ! fais-moi des acclamations.

11 Qui sera-ce qui me conduira dans la ville forte ? Qui sera-ce qui me conduira jusqu’en Edom ?

12 Ne sera-ce pas toi, ô Dieu ! qui nous avais rejetés, toi, ô Dieu ! qui ne sortais plus avec nos armées ?

13 Donne-nous du secours pour sortir de détresse, car la délivrance qui vient de l’homme n’est que vanité.

14 Nous ferons des actions de valeur en Dieu, et il foulera nos ennemis.

REFLEXIONS

I. La première chose qu’on remarque dans ce Psaume, c’est que le Roi David rapporte à Dieu les calamités qui étaient arrivées aux Israélites. Cela nous apprend que lorsque les peuples et les pays sont exposés à la guerre ou à d’autres fléaux, Dieu leur dispense tous ces maux afin de les châtier et de les humilier.

II. David célèbre la puissance et la bonté du Seigneur qui avait secouru son peuple et l’avait rendu vainqueur de ses ennemis. C’est ainsi que Dieu s’apaise envers les hommes, après les avoir affligés et qu’en particulier il dissipe les complots des ennemis de son église. Enfin ce Psaume nous apprend que le secours des hommes n’est que vanité et qu’il n’y a que Dieu qui puisse nous aider et sur qui nous puissions nous reposer avec une parfaite confiance.

PSAUME LXI

C’est ici un Psaume de prière et de consolation. David prie le Seigneur de le prendre en sa protection, et il paraît rempli de joie et de reconnaissance dans le sentiment qu’il avait de la grâce de Dieu et dans l’espérance de son secours.

1 Psaume de David, donné au maître chantre, pour le chanter sur Néguinoth.

2 Ô Dieu ! écoute mon cri, et sois attentif à ma requête.

3 Je crierai à toi du bout de la terre, lorsque mon cœur se pâme ; conduis-moi sur ce rocher qui est trop élevé pour moi.

4 Car tu as été ma retraite et ma forte tour contre l’ennemi.

5 Je séjournerai dans ton tabernacle plusieurs siècles ; je me retirerai sous le couvert de tes ailes. Sélah.

6 Car tu as, ô Dieu ! exaucé mes vœux, et tu m’as donné l’héritage de ceux qui craignent ton nom.

7 Tu ajouteras des jours aux jours du roi ; et ses années seront d’une génération à l’autre génération.

8 Il demeurera toujours en la présence de Dieu. Accorde-lui ta bonté et ta fidélité pour le garder.

9 Ainsi je psalmodierai ton nom à perpétuité, et je te rendrai mes vœux chaque jour.

REFLEXIONS

On voit, dans ce Psaume, Davis gémissant et invoquant le Seigneur à son aide, mais on le voit aussi plein de confiance et comblé de joie. Ce sont là les dispositions de tous ceux qui craignent Dieu. Ils implorent son secours dans les maux qui les pressent et ils cherchent auprès de lui leur retraite et leur sureté. Mais ils sont en même temps animés d’une confiance inébranlable et comblée de joie dans l'assurance de sa faveur et dans les sentiments de ses bontés, en sorte que dans tous les états où ils se trouvent, ils disent avec le psalmiste : Ô Dieu tu as exaucé mes désirs, et tu m’as donné l’héritage de ceux qui craignent ton nom, c’est pourquoi je te psalmodierai chaque jour et je te rendrai mes vœux à perpétuité.

PSAUME LXII

David témoigne que la confiance qu’il avait en Dieu le rendait parfaitement tranquille, nonobstant tout ce que ses ennemis entreprenaient contre lui. Il montre qu’on ne doit point se confier aux hommes, ni aux biens du monde, mais qu’il faut s’assurer sur Dieu seul qui est le maître de toute chose et le juge de tous les hommes.

1 Psaume de David, donné au maître chantre d’entre les enfants de Jédithun, pour le chanter. 

2 Quoi qu’il en soit, mon âme se repose sur Dieu, ma délivrance vient de lui.

3 Quoi qu’il en soit, il est mon rocher, ma délivrance et ma haute retraite ; je ne serai pas beaucoup ébranlé.

4 Jusqu’à quand machinerez-vous des maux contre un homme ? Vous serez tous mis à mort ; vous serez comme un mur qui penche, et comme une paroi qui est ébranlée.

5 Ils ne font que consulter pour le faire tomber de son élévation : ils prennent plaisir au mensonge ; ils bénissent de leur bouche, mais ils maudissent dans le fond du cœur. (Sélah.)

6 Mais toi, mon âme, tiens-toi en repos, regardant à Dieu ; car mon attente est en lui.

7 Quoi qu’il en soit, il est mon rocher, ma délivrance et ma haute retraite, je ne serai point ébranlé.

8 C’est en Dieu qu’est ma délivrance et ma gloire ; c’est en Dieu qu’est le rocher de ma force et ma retraite.

9 Peuples ! confiez-vous-en lui en tout temps, et répandez votre cœur en sa présence ; Dieu est notre retraite. (Sélah.)

10 Ceux du bas état ne sont que vanité, les Grands ne sont que mensonge ; si on les mettait tous ensemble dans une balance, ils se trouveraient plus légers que la vanité même.

11 Ne mettez point votre confiance dans l’oppression, ni dans la rapine ; ne devenez point vains ; quand les richesses abonderont, n’y mettez point votre cœur.

12 Dieu a parlé une fois, et je l’ai entendu deux fois ; c’est que la force appartient à Dieu.

13 Et c’est à toi, Seigneur ! qu’appartient la miséricorde ; certainement tu rendras à chacun selon son œuvre.

REFLEXIONS

Nous apprenons de ce psaume :

I. Que le vrai et le seul moyen de jouir du repos de l'âme et d'une paix que rien ne puisse troubler, c'est de s'assurer sur Dieu seul et que dans cet état on ne craint rien de tout ce que les hommes peuvent faire.

II. Que c'est un grand aveuglement de se confier aux hommes qui ne sont que la vanité même, de mettre son cœur aux biens de la terre et de devenir vain et fier lorsqu'ils abondent. Enfin, David déclare très expressément dans ce cantique qu'il n'y a que le Dieu tout puissant en qui il faille mettre sa confiance puisque c'est lui qui est le maître et le juge du monde et qui rendra à chacun selon ses œuvres. Ces trois instructions que ce Psaume renferme sont très utiles pour notre tranquillité et pour notre bonheur.

PSAUME LXIII

Le roi David étant persécuté et se trouvant dans le désert de Juda où il s’était retiré, comme on le voit dans I Samuel XXIII, présente à Dieu la prière qui est contenue dans ce Psaume. Il y témoigne qu’il ne souhaitait rien avec plus d’ardeur que de se trouver dans la maison de Dieu et que le sentiment de la bonté du Seigneur le remplissait d’une joie indicible et d’une confiance inébranlable contre tous les efforts de ses ennemis.

1 Psaume de David, lorsqu’il était au désert de Juda.

2 Ô Dieu ! tu es mon Dieu fort, je te cherche au point du jour ; mon âme a soif de toi, ma chair te souhaite en cette terre déserte, où je suis altéré et sans eau ;

3 pour voir ta force et ta gloire, ainsi que je t’ai contemplé dans le sanctuaire.

4 Car ta bonté est meilleure que la vie ; c’est pourquoi, mes lèvres te loueront.

5 Et ainsi, je te bénirai durant ma vie, et j’élèverai mes mains en invoquant ton nom !

6 Mon âme est rassasiée comme de moelle et de graisse, et ma bouche te loue avec un chant de réjouissance,

7 quand je me souviens de toi sur mon lit, et que je pense à toi durant les veilles de la nuit.

8 Parce que tu m’as été en aide, c’est pourquoi je me réjouirai sous l’ombre de tes ailes.

9 Mon âme a adhéré à toi pour te suivre, et ta droite me soutient.

10 Mais ceux qui demandent que mon âme tombe en ruine, entreront au plus bas de la terre.

11 Ils seront détruits par l’épée ; ils seront la proie des renards.

12 Mais le roi se réjouira en Dieu, et quiconque jure par lui, s’en glorifiera ; car la bouche de ceux qui parlent faussement sera fermée.

REFLEXIONS

I. L’extrême ardeur avec laquelle David fugitif et persécuté cherchait la présence du Seigneur et les vœux qu’il formait pour en jouir dans le tabernacle nous apprennent que pendant que nous sommes étrangers et voyageurs dans ce monde, il n’y a rien que nous devions souhaiter avec plus l’empressement que de servir Dieu, de le louer dans sa maison et de voir un jour sa face dans le ciel.

II. Les mouvements de consolation, de joie et de confiance que David fait éclater dans ce Psaume font voir d’une manière bien sensible que la grâce et l’amour de Dieu produisent dans le cœur des fidèles une joie et une satisfaction inexprimable, même lorsqu’ils sont le plus affligés, que sous sa protection ils ne craignent aucun mal et que rien ne peut troubler ni altérer leur repos. Si donc nous souhaitons de parvenir au vrai bonheur, il faut le chercher uniquement en Dieu en sorte qu’il fasse lui seul toute notre consolation et toute notre joie.

PSAUME LXIV

Le psalmiste prie Dieu de le garantir de la cruauté et des artifices de ses ennemis. Il prédit leur ruine et il dit qu’elle sera remarquée de tout le monde.

1 Psaume de David donné au maître chantre, pour le chanter.

2 Ô Dieu ! écoute ma voix quand je parle, garde ma vie de la crainte que j’ai de l’ennemi.

3 Mets-moi à couvert des desseins secrets des malins et de la conjuration des ouvriers d’iniquité ;

4 Lesquels ont aiguisé leur langue comme une épée, et ont tiré comme une flèche des discours pleins de fiel ;

5 Pour décocher contre celui qui est intègre, jusque dans le lieu où il se tient caché ; ils tirent contre lui soudainement, et ils n’ont point de crainte.

6 Ils s’obstinent dans leurs mauvaises entreprises ; ils parlent de tendre des pièges cachés, et ils disent : Qui les verra ?

7 Ils cherchent curieusement des méchancetés ; ils ont sondé tout ce qui se peut sonder, même ce qui peut être au dedans de l’homme et au cœur le plus profond.

8 Mais Dieu a soudainement tiré ses flèches contre eux, leurs blessures s’en sont ensuivies.

9 Ils tomberont par leur propre langue, et tous ceux qui les verront se retireront.

10 Et tous les hommes craindront ; ils raconteront l’œuvre de Dieu, et considéreront ce qu’il aura fait.

11 Le juste se réjouira en l’Éternel, et se retirera vers lui, et tous ceux qui ont le cœur droit s’en glorifieront.

REFLEXIONS

Nous pouvons reconnaître par ce Psaume que les méchants emploient souvent la ruse et l’artifice pour réussir dans leurs desseins et pour perdre les innocents, mais que Dieu préserve ceux qui l’invoquent et qui se confient en lui des pièges qu’on leur tend et qu’il tourne même les complots de leurs ennemis à leur propre ruine.

C’est là une doctrine qui doit remplir les justes de joie et de confiance et nous faire adorer la bonté, la sagesse et la justice du Seigneur dans la conduite qu’il tient tant envers les méchants qu’envers les fidèles.

PSAUME LXV

Ce Psaume a deux parties. David parle dans la première des bénédictions spirituelles que Dieu accordait à ceux qui l'adoraient en Sion. Et dans la seconde, des bénédictions temporelles dont Dieu comblait le peuple d'Israël et en particulier de la fertilité du pays de Canaan.

1 Psaume de David, qui est un cantique donné au maître chantre, pour le chanter.

2 Ô Dieu ! la louange t’attend en silence dans Sion, et le vœu te sera rendu.

3 Tu y entends les requêtes ; toute créature y viendra jusqu’à toi.

4 Les iniquités avaient prévalu sur moi ; mais tu feras l’expiation de nos transgressions.

5 Qu’heureux est celui que tu auras élu et que tu auras fait approcher de toi, afin qu’il habite dans tes parvis ! Nous serons rassasiés des biens de ta maison, et du saint lieu de ton palais.

6 Ô Dieu de notre délivrance ! tu nous répondras, en faisant des choses terribles, avec justice, toi qui es l’assurance de tous ceux qui habitent jusqu’aux extrémités de la terre, et des mers les plus éloignées.

7 Il tient fermes les montagnes par sa force, et il est environné de puissance.

8 Il apaise le bruit de la mer, le bruit de ses ondes, et l’émotion des peuples.

9 Et ceux qui habitent au bout de la terre, craignent à la vue de tes prodiges ; tu donnes le matin et le soir des sujets de te louer.

10 Tu visites la terre, et après que tu l’as rendue altérée, tu l’arroses abondamment ; les ruisseaux de Dieu sont pleins d’eau ; tu fais croître le froment après que tu l’as ainsi préparé.

11 Tu arroses ses sillons, et tu aplanis ses rayons ; tu l’amollis par la pluie menue, et tu bénis son germe.

12 Tu couronnes l’année de tes biens, et tes ornières distillent la graisse.

13 Elles distillent sur les loges du désert, et les coteaux sont parés de joie.

14 Les campagnes sont revêtues de troupeaux, et les vallées sont couvertes de froment ; elles en triomphent et elles en chantent.

REFLEXIONS

Les deux parties de ce Psaume renferment ces deux instructions principales.

La première, que comme Dieu était adoré autrefois en Sion et qu'il y exauçait les prières qui lui étaient adressées, il habite dans son église, qu'il reçoit favorablement les vœux de tous ceux qui l'invoquent, qu'il leur pardonne leurs péchés et qu'il les comble de ses grâces. Par là nous devons reconnaître combien nous sommes heureux de vivre dans l'église du Seigneur, d'être du nombre de ceux qu'il a élus et à qui il destine ses biens infinis, qui rassasient l'âme et qui produisent cette plénitude de contentement que David fait ici paraître. La seconde instruction est que Dieu gouverne le monde par sa puissance et que c'est lui qui rend la terre fertile, qui en fait sortir le pain et qui fournit aux hommes tout ce qui est nécessaire pour leur subsistance. Ces réflexions doivent nous faire sentir l'obligation où nous sommes de le célébrer et de le remercier comme étant l'auteur de tous les biens dont nous jouissons et de nous servir de ces biens avec reconnaissance et à sa gloire.

PSAUME LXVI

C'est ici une exhortation à célébrer la puissance du Seigneur et les délivrances qu’il avait accordées à son peuple en le retirant d'Égypte et dans plusieurs autres occasions. Le prophète loue ensuite Dieu pour les grâces qu'il avait reçues de lui et il exhorte tous ceux qui craignent le Seigneur à joindre leurs louanges aux siennes et à s'affermir par son exemple dans la confiance en Dieu et dans sa crainte.

1 Cantique, ou psaume, donné au maître chantre, pour le chanter.

Vous tous les habitants de la terre, poussez des cris de réjouissance à Dieu.

2 Psalmodiez la gloire de son nom, rendez sa louange glorieuse.

3 Dites à Dieu : Oh ! que tu es terrible en tes œuvres ! Tes ennemis seront contraints de se soumettre à toi, à cause de la grandeur de ta force.

4 Toute la terre se prosternera devant toi, et te psalmodiera ; elle psalmodiera ton nom. (Sélah.)

5 Venez et voyez les œuvres de Dieu ; il est terrible dans ses exploits sur les fils des hommes.

6 Il a changé la mer en une terre sèche ; on a passé le fleuve à pied sec ; c’est là que nous nous sommes réjouis en lui.

7 Il domine éternellement par sa puissance ; ses yeux considèrent les nations, les rebelles ne pourront point s’élever. (Sélah.)

8 Peuples ! bénissez notre Dieu, et faites retentir le son de sa louange.

9 C’est lui qui a rendu la vie à notre âme, et qui n’a pas permis que nos pieds bronchassent.

10 Car, ô Dieu ! tu nous as sondés, tu nous as affinés comme on affine l’argent.

11 Tu nous avais amenés dans les filets ; tu avais mis nos reins à l’étroit.

12 Tu avais fait monter les hommes sur notre tête, et nous étions entrés dans le feu et dans l’eau ; mais tu nous as fait sortir dans un lieu de rafraîchissement.

13 J’entrerai dans ta maison avec des holocaustes, et je te rendrai mes vœux,

14 lesquels mes lèvres ont proférés, et que ma bouche a prononcés, lorsque j’étais en détresse.

15 Je t’offrirai des holocaustes de bêtes grasses, avec la graisse des moutons qu’on fait fumer ; je te sacrifierai des taureaux avec des boucs. (Sélah.)

16 Vous tous qui craignez Dieu, venez, écoutez, et je raconterai ce qu’il a fait à mon âme.

17 Je l’ai invoqué de ma bouche, et il a été exalté par ma langue.

18 Si j’eusse pensé quelque iniquité dans mon cœur, le Seigneur ne m’eût point écouté.

19 Mais, certainement, Dieu m’a écouté, et il a été attentif à la voix de ma requête.

20 Béni soit Dieu ! qui n’a point rejeté ma requête, ni éloigné de moi sa bonté.

REFLEXIONS

Ce psaume nous engage :

I. À célébrer la puissance et la grandeur de Dieu dont on voit des preuves dans les merveilles qu'il a faites de tout temps en faveur de son église, tant sous le vieux Testament que sous le Nouveau.

II. Nous y apprenons que Dieu pour éprouver les fidèles les abandonne quelquefois au pouvoir des méchants et qu'il les fait passer par le feu et par l'eau, c'est-à-dire par toutes sortes d'afflictions et de dangers, qu'il en use ainsi pour les éprouver et pour les purifier, mais qu'enfin il les en retire et leur accorde du repos.

III. L'exemple du prophète nous enseigne que quand Dieu nous a délivrés de quelque danger, notre devoir est de lui en rendre grâce, de raconter ses bontés, d'exciter nos prochains à le louer avec nous et surtout de nous acquitter religieusement des vœux et des promesses que nous lui avons faits dans notre détresse.

IV. Il faut bien remarquer ces paroles du psalmiste Si j'eusse pensé quelque chose de mauvaisdans mon cœur, le Seigneur ne m’eût point écouté.

Elles nous apprennent que le Seigneur ne reçoit point les prières des méchants et que si nous voulons qu’il nous exauce, il faut que notre cœur soit droit et pur devant lui et que nous ayons un attachement sincère et inviolable pour son service et pour les intérêts de sa gloire.

PSAUME LXVII

Le peuple d'Israël prie Dieu de le bénir et souhaite que Dieu soit loué et célébré par tous les peuples du monde.

1 Psaume, ou cantique, donné au maître chantre, pour le chanter sur Néguinoth.

2 Dieu ait pitié de nous, et nous bénisse, et fasse luire sa face vers nous ! (Sélah.)

3 afin que ta voie soit connue dans la terre, et ta délivrance parmi toutes les nations.

4 Les peuples te célébreront, ô Dieu ! tous les peuples te célébreront.

5 Les nations se réjouiront et chanteront de joie, car tu jugeras les peuples en équité, et tu conduiras les nations sur la terre. (Sélah.)

6 Les peuples te célébreront, ô Dieu ! tous les peuples te célébreront.

7 La terre produira son fruit ; Dieu, notre Dieu, nous bénira.

8 Dieu nous bénira, et toutes les extrémités de la terre le craindront.

REFLEXIONS

Ce Psaume nous engage à ces deux devoirs :

Le premier est de regarder la bénédiction de Dieu comme la source de tous les biens temporels et spirituels qui peuvent nous rendre heureux et de l’implorer continuellement par ce vœu du prophète Dieu ait pitié de nous et nous bénisse et fasse luire sa face sur nous.

Le second, de former ce souhait et de faire cette prière, non seulement pour nous, mais aussi pour tous les peuples du monde afin que Dieu se fasse connaître à eux et qu’il soit célébré par toutes les nations. C’est une prière qui nous convient encore mieux qu’elle ne convenait aux Israélites, puisque c’est dans les temps de l’Évangile que les divers peuples de la terre ont dû être éclairés de la connaissance de Dieu et enrichis de ses bénédictions par Jésus-Christ.

PSAUME LXVIII

David célèbre la puissance du Seigneur dont il avait donné des marques en détruisant les ennemis de son peuple, en les conduisant dans le désert et en l'établissant dans le pays de Canaan où ce peuple jouissait d'une parfaite prospérité sous la protection de Dieu. Ce Psaume fut prononcé lorsque l'arche de l'alliance fut transportée à Jérusalem. Il est en partie prophétique et il contient diverses choses qui se rapportent à Jésus-Christ et à son règne.

1 Psaume, ou cantique de David, donné au maître chantre, pour le chanter.

2 Que Dieu se lève, et ses ennemis seront dispersés, et ceux qui le haïssent s’enfuiront de devant lui.

3 Tu les chasseras comme la fumée est chassée par le vent ; et comme la cire se fond au feu, ainsi périront les méchants devant Dieu.

4 Mais les justes se réjouiront et s’égaieront devant Dieu et tressailliront de joie.

5 Chantez à Dieu, psalmodiez son nom, exaltez celui qui est monté sur les cieux ; son nom est L'ETERNEL, réjouissez-vous-en sa présence.

6 Il est le père des orphelins, et le juge des veuves ; Dieu est dans la demeure de sa sainteté.

7 Dieu fait habiter en famille ceux qui étaient seuls ; il délivre ceux qui étaient enchaînés, mais les rebelles demeurent dans un désert.

8 O Dieu ! quand tu sortis devant ton peuple, quand tu marchais par le désert.

9 la terre trembla, même les cieux fondirent en eaux, pour la présence de Dieu ; et ce mont de Sinaï, pour la présence de Dieu, du Dieu d’Israël.

10 O Dieu ! tu as fait dégoutter abondamment la pluie sur ton héritage, et quand il était épuisé, tu l’as rétabli.

11 Ton troupeau s’y est tenu, tu fournis de tes biens l’affligé, ô Dieu !

12 Le Seigneur a donné de quoi parler ; les messagères de bonnes nouvelles ont été une grande armée.

13 Les rois des armées s’en sont fuis, ils s’en sont fuis ; et celle qui demeurait dans la maison, a partagé leurs dépouilles.

14 Quand vous auriez couché entre les chenets arrangés, vous brillerez comme les ailes argentées d’un pigeon ; comme les ailes qui ont la couleur jaune du fin or.

15 Quand le Tout-Puissant dissipa les rois dans ce pays, il devint blanc comme la neige du mont de Tsalmon.

16 La montagne de Dieu est un mont de Basçan, une montagne élevée, un mont de Basçan.

17 Pourquoi vous élevez-vous, montagnes bossues ? Dieu a choisi cette montagne pour y habiter, et l’Eternel y demeurera à jamais.

18 La cavalerie de Dieu se compte par vingt-mille, par des milliers redoublés. Le Seigneur est parmi eux ; c’est un autre Sinaï en sainteté.

19 Tu es monté en haut, tu as mené captifs les prisonniers, tu as pris des dons pour les distribuer entre les hommes, et même entre les rebelles, afin qu’ils demeurent dans le lieu de l’Eternel notre Dieu.

20 Béni soit le Seigneur, qui nous comble chaque jour de ses biens : le Dieu fort est notre délivrance ! (Sélah.)

21 Le Dieu fort est notre Dieu fort pour nous délivrer, et la délivrance de la mort vient de l’Eternel notre Seigneur.

22 Certainement, Dieu percera la tête de ses ennemis, et le sommet de la tête chevelue de celui qui marche dans les vices.

23 Le Seigneur a dit : Je les ferai revenir de Basçan, et je les ramènerai du profond de la mer ;

24 afin que ton pied et la langue de tes chiens s’enfoncent dans le sang de chacun de tes ennemis.

25 O Dieu ! ils ont vu tes démarches, les démarches de mon Dieu, de mon Roi, qui demeure dans le sanctuaire.

26 Les chantres allaient devant, ensuite les joueurs d’instruments, et au milieu les jeunes filles qui jouaient du tambour.

27 Bénissez Dieu dans les assemblées ; bénissez le Seigneur, vous qui descendez d’Israël comme de votre source !

28 C’est là que Benjamin le petit a dominé sur eux, que les principaux de Juda se sont assemblés avec les principaux de Zabulon et les principaux de Nephthali.

29 C’est ton Dieu qui t’a donné cette force ; ô Dieu ! fortifie-nous ; c’est toi qui as fait ceci.

30 Les rois t’apporteront des présents dans ton temple, qui est à Jérusalem.

31 Réprime les bêtes sauvages des roseaux, l’assemblée des forts taureaux, avec les veaux des peuples, et ceux qui sont parés de lames d’argent. Il a dissipé les peuples qui ne demandent que la guerre.

32 De grands seigneurs viendront d’Egypte ; les Cusciens se hâteront d’étendre leurs mains vers Dieu.

33 Royaumes de la terre, chantez à Dieu, psalmodiez au Seigneur ! (Sélah.)

34 A celui qui est porté sur les cieux des cieux, dès le commencement, et qui fait retentir sa voix avec force.

35 Célébrez la force de Dieu ; sa magnificence est sur Israël, et sa force dans les nues.

36 O Dieu ! tu es redouté dans tes sanctuaires. Le Dieu fort d’Israël est celui qui donne force et puissance à son peuple. Béni soit Dieu !

REFLEXIONS

On peut remarquer en général dans ce Psaume que Dieu a déployé dans tous les temps sa puissance en faveur de son peuple en le protégeant contre ses ennemis et en le comblant de ses grâces. C'est ce qu'il a fait pour l'église chrétienne aussi bien que pour le peuple d'Israël. Ce qui est dit dans ce cantique de la protection dont Dieu couvrait le mont de Sion contre les attaques des peuples voisins doit nous assurer que l'église subsistera à jamais malgré les efforts du monde et de l'enfer. Il y a deux oracles remarquables dans ce Psaume. Le premier est celui-ci : Tu es monté en haut, tu as mené captifs les prisonniers, tu as pris des dons pour les distribuer aux hommes. L'autre oracle prédit que les rois et les peuples les plus éloignés viendront adorer le vrai Dieu. La première de ces prophéties s'accomplit lorsque notre Seigneur monta au Ciel, comme Saint Paul le montre dans Éphésiens IV où il cite cette prophétie, l'appliquant à l'ascension de Jésus-Christ et aux dons qu'il a répandus sur son église par sa parole et par son esprit. Et la seconde a été vérifiée par la conversion des divers peuples du monde qui ont crû à l'Évangile, mais elle le sera de manière plus parfaite dans les temps à venir. C'est aussi ce qui doit faire le sujet de nos actions de grâces, de nos vœux et de nos espérances.

PSAUME LXIX

Le roi David se trouvant dans une grande affliction fait trois choses dans ce Psaume : I. Il prie Dieu d'avoir pitié de lui et de venir à son aide et il représente l'extrémité où il était réduit par la haine et par la malice de ses ennemis. II. Il leur dénonce la colère de Dieu. III. Il finit par des louanges et par des actions de grâces.

1 Psaume de David, donné au maître chantre, pour le chanter sur Sçosçannim.

2 Délivre-moi, ô Dieu ! car les eaux sont entrées jusque dans mon âme.

3 Je suis enfoncé dans un bourbier profond, dans lequel je ne puis prendre pied ; je suis entré au plus profond des eaux, et les eaux débordées m'entraînent.

4 Je suis las de crier, mon gosier en est asséché, mes yeux sont consumés pendant que j’attends mon Dieu.

5 Ceux qui me haïssent sans cause, passent en nombre les cheveux de ma tête, et ceux qui tâchent de me ruiner, et qui sont mes ennemis sans sujet, se sont fortifiés. J’ai rendu ce que je n’avais point ravi.

6 O Dieu ! tu connais ma folie, et mes fautes ne te sont point cachées.

7 O Seigneur, Eternel des armées ! que ceux qui s’attendent à toi ne soient pas rendus honteux à cause de moi ; que ceux qui te cherchent ne soient pas confus à cause de moi, ô Dieu d’Israël !

8 Car c’est à cause de toi que j’ai souffert de l’opprobre, et que la honte a couvert ma face.

9 Je suis devenu étranger à mes frères, et un homme de dehors aux enfants de ma mère.

10 Car le zèle de ta maison m’a rongé, et les blâmes de ceux qui te blâmaient sont tombés sur moi.

11 Et j’ai pleuré en jeûnant ; mais cela m’est tourné en opprobre.

12 J’ai aussi pris un sac pour vêtement ; mais j’ai été le sujet de leurs railleries.

13 Ceux qui sont assis à la porte discourent de moi ; je sers de chanson à ceux qui boivent la cervoise.

14 Mais, pour moi, ô Eternel ! ma requête s’adresse à toi, ô Dieu ! Il y a un temps de ta faveur, selon la grandeur de ta bonté ; réponds-moi et me délivre selon ta fidélité.

15 Retire-moi de ce bourbier, et que je n’y enfonce point ; que je sois délivré de ceux qui me haïssent, et des eaux profondes.

16 Que le fil des eaux débordées ne m’emporte pas ; que le gouffre ne m’engloutisse pas, et que le puits ne ferme pas son ouverture sur moi.

17 Eternel ! exauce-moi ; car ta faveur est bonne ; tourne ton visage vers moi, selon la grandeur de tes compassions ;

18 et ne cache point ta face de ton serviteur, car je suis en détresse ; hâte-toi ; exauce-moi.

19 Approche-toi de mon âme, rachète-la ; délivre-moi à cause de mes ennemis.

20 Toi-même, tu connais l’opprobre, la honte et l’ignominie dont je suis couvert ; tous mes ennemis sont devant toi.

21 L’opprobre m’a rompu le cœur, et je suis languissant ; j’ai attendu quelque compassion, mais il n’y en a point eu ; et des consolateurs, mais je n’en ai point trouvé.

22 Et ils m’ont donné du fiel à mon repas, et dans ma soif ils m’ont abreuvé de vinaigre.

23 Leur table sera un lacet devant eux, et leur prospérité leur sera un piège.

24 Leurs yeux seront tellement obscurcis qu’ils n’en pourront pas voir, et tu feras continuellement trembler leurs reins.

25 Tu répandras ton indignation sur eux, et l’ardeur de ta colère les saisira.

26 Leur demeure sera désolée, et il n'y aura personne qui habite dans leurs tentes.

27 Car ils persécutent celui que tu avais frappé, et font leurs contes de la douleur de ceux que tu avais blessés.

28 Tu leur mettras iniquité sur iniquité, et ils n’auront point de part à ta bonté.

29 Ils seront effacés du livre de vie, et ils ne seront point écrits avec les justes.

30 Pour moi, je suis affligé et dans la douleur ; mais ta délivrance, ô Dieu ! m’élèvera dans une haute retraite.

31 Je louerai le nom de Dieu par un cantique, et je le magnifierai par mes louanges ;

32 et cela plaira plus à l’Eternel qu’un taureau et qu’un veau ayant des cornes et l’ongle divisé.

33 Les débonnaires le verront et s’en réjouiront, et votre cœur vivra, ô vous qui cherchez Dieu !

34 Car l’Eternel exauce les misérables et il n’a point négligé ses prisonniers.

35 Que les cieux et la terre le louent, les mers et tout ce qui s’y meut.

36 Car Dieu délivrera Sion, et bâtira les villes de Juda ; on y habitera et on les possédera ;

37 et la postérité de ses serviteurs la possédera, et ceux qui aiment son nom y demeureront.

REFLEXIONS

David parait ici engagé dans une profonde affliction et dans un état où il n’y avait presque plus de ressource pour lui. C’est là un exemple qui prouve qu’il peut arriver aux enfants de Dieu d’être accablés de maux et en particulier d’être exposés à la haine et au mépris du monde à cause du zèle qu’ils ont pour Dieu et pour sa gloire. Mais les prières et les actions de grâces que David joint à ses plaintes montrent que les fidèles espèrent en Dieu dans leurs plus grandes détresses, qu’ils l’invoquent à leur aide avec ardeur, avec humilité et avec confiance et que non seulement après leur délivrance, mais même avant que d’être délivrés, ils le louent et lui rendent grâces du secours qu’ils attendent de sa bonté. Il faut considérer que si David parle en des termes qui semblent marquer qu’il demandait la punition de ses ennemis, ce ne sont pas proprement des imprécations qu’il fait contre eux, ce sont des prédictions plutôt que des souhaits, ainsi ce qu’il dit ne nous autorise point à souhaiter du mal à qui que ce soit, ni à solliciter la vengeance divine contre ceux qui nous en font. Enfin, il faut savoir que David parle dans ce Psaume comme type de Jésus-Christ. On y voit le zèle de notre Seigneur pour la gloire de Dieu, le mépris qu’il a souffert, le fiel et le vinaigre qu’on lui présenta sur la croix, la fin de Judas, l’endurcissement et la réjection des Juifs. C’est ce qui paraît par les citations que les Apôtres font dans le Nouveau Testament de divers endroits de ce Psaume.

PSAUME LXX

David étant poursuivi par ses ennemis prie le Seigneur de venir à son secours.

1 Psaume de David, pour servir de mémorial, donné au maître chantre, pour le chanter. 

2 O Dieu ! hâte-toi de me délivrer, ô Dieu ! hâte-toi de venir à mon aide.

3 Que ceux-là soient honteux et rougissent, qui cherchent mon âme, et que ceux qui prennent plaisir à mon mal, retournent en arrière et soient confus.

4 Que ceux qui s’encouragent mutuellement à m’attaquer retournent en arrière, pour le salaire de la honte qu’ils m’ont faite.

5 Que tous ceux qui te cherchent s’égaient et se réjouissent en toi ; et que ceux qui aiment ta délivrance, disent toujours : Que Dieu soit magnifié !

6 Je suis affligé et misérable ; ô Dieu ! hâte-toi de venir à moi, tu es mon aide et mon libérateur ; ô Eternel ! ne tarde point.

REFLEXIONS

Ce Psaume nous apprend que Dieu vient au secours de ceux qui sont persécutés injustement, que l'attente des juste affligés n'est jamais vaine et que les délivrances qu'il leur accorde sont pour eux et pour tous les fidèles une occasion de se réjouir en lui et de célébrer ses bontés.

PSAUME LXXI

Le roi David prononça ce Psaume étant déjà vieux et apparemment lors de la révolte de son fils Absalom. Il prie Dieu de le délivrer et de lui faire éprouver cette même bonté dont il avait ressenti les effets dès sa jeunesse, il se plaint de l’inhumanité et des insultes de ses ennemis et dans l'assurance où il est que Dieu le protègera, il est rempli d'une sainte joie et il fait le vœu de le bénir à jamais.

1 Eternel ! je me suis retiré vers toi, que je ne sois jamais confus.

2 Délivre-moi par ta justice, et me fais échapper ; tourne ton oreille vers moi, et me sauve.

3 Sois pour moi un rocher de retraite, afin que je m’y puisse toujours retirer ; tu as ordonné que je fusse sauvé ; car tu es mon rocher et ma forteresse.

4 Mon Dieu ! délivre-moi de la main du pervers et de l’oppresseur.

5 Car tu es mon attente, Seigneur Eternel ! et ma confiance dès ma jeunesse.

6 Je me suis appuyé sur toi dès ma naissance ; c’est toi qui m’as tiré des entrailles de ma mère ; tu as toujours été le sujet de mes louanges.

7 J’ai été regardé par plusieurs comme un monstre ; tu es ma forte retraite.

8 Que ma bouche soit remplie chaque jour de ta louange et de ta magnificence.

9 Ne me rejette point dans le temps de ma vieillesse ; ne m’abandonne point maintenant que ma force est défaillie.

10 Car ceux qui me haïssent ont parlé de moi, et ceux qui épient mon âme ont pris conseil ensemble ;

11 disant : Dieu l’a abandonné ; poursuivez-le, et le saisissez ; car il n’y a personne qui le délivre.

12 Ô Dieu ! ne t’éloigne point de moi ; mon Dieu ! hâte-toi de venir à mon aide.

13 Que ceux qui sont ennemis de mon âme, soient honteux et défaits ; que ceux qui cherchent mon mal, soient couverts d’opprobre et de honte.

14 Mais moi, j’attendrai toujours, et je te louerai de plus en plus.

15 Ma bouche racontera chaque jour ta justice et ta délivrance, bien que je ne sache pas le nombre de tes faveurs.

16 Je marcherai dans la force du Seigneur Éternel ; je ne raconterai que ta justice.

17 Ô Dieu ! tu m’as enseigné dès ma jeunesse, et jusqu’ici j’ai annoncé tes merveilles.

18 Et je le ferai encore jusqu’à la vieillesse, même jusqu’à la vieillesse toute blanche ; ô Dieu ! ne m’abandonne point, jusqu’à ce que j’aie annoncé ton bras à cette génération, et ta puissance à tous ceux qui viendront après moi,

19 et ta justice, ô Dieu ! qui est élevée, parce que tu as fait de grandes choses. Ô Dieu ! qui est semblable à toi,

20 qui m’ayant fait voir plusieurs détresses et plusieurs maux, m’as rendu la vie, et m’as fait remonter des abîmes de la terre ?

21 Tu accroîtras ma grandeur, et tu me consoleras encore.

22 Aussi, mon Dieu ! je te célébrerai, pour l’amour de ta vérité, avec l’instrument du luth ; ô Saint d’Israël ! je te psalmodierai avec la harpe.

23 Mes lèvres et mon âme, que tu auras rachetées, chanteront de joie ; je te psalmodierai.

24 Ma langue aussi parlera chaque jour de ta justice, parce que ceux qui cherchent mon mal seront honteux et rougiront.

REFLEXIONS

Nous devons apprendre d'ici :

I. Que ceux qui se confient en Dieu ne sont jamais confus et qu'ils peuvent se retirer vers lui dans tous leurs besoins avec une parfaite assurance en son secours, mais afin que cette confiance soit bien fondée, il faut avoir les mêmes sentiments de piété que David fait paraître dans ce cantique.

II. Comme ce prince pour se consoler et pour s'animer à louer Dieu rappelait dans son esprit les bienfaits qu'il avait reçus de lui par le passé, nous devons aussi conserver le souvenir des grâces que Dieu nous a accordées dès notre jeunesse et pendant tout le cours de notre vie. On trouve dans cette méditation des sujets de joie et de reconnaissance et des motifs de consolation et d'assurance pour l'avenir et c'est là ce qui doit surtout occuper les personnes qui, comme David, sont dans un âge avancé.

III. Le devoir de ceux qui ont passé par de grandes afflictions et que Dieu en a heureusement tirés est d'admirer et de célébrer les bontés du Seigneur envers eux comme le faisait David lorsqu'il disait : Ô Dieu, qui est semblable à toi, qui m'ayant fait voir plusieurs détresses et plusieurs maux m'as rendu la vie et m’a fait remonter des abîmes de la terre ! C’est ainsi que comblés des faveurs de Dieu et surtout de ses grâces spirituelles, nous devons bénir son saint nom en toutes choses et publier sans cesse les merveilles de sa miséricorde.

PSAUME LXXII

Ce Psaume fut composé lorsque Salomon fut établi roi. David y prie Dieu de donner à Salomon son fils la sagesse et la justice dont il avait besoin pour gouverner ses sujets. On y voit ensuite une description de la gloire et de l'étendue du royaume de Salomon et de la félicité dont le peuple d'Israël jouirait sous sa domination. C'est ici que finit le second livre des Psaumes.

1 Pour Salomon.

Ô Dieu ! donne tes jugements au roi, et ta justice au fils du roi.

2 Qu’il juge ton peuple avec justice, et avec équité les tiens qui seront affligés.

3 Que les montagnes produisent la paix pour le peuple, et les coteaux la justice.

4 Qu’il fasse droit aux affligés d’entre le peuple ; qu’il délivre les enfants du misérable, et qu’il humilie l’oppresseur.

5 Ils te craindront, tant que le soleil et la lune dureront dans tous les âges.

6 Il descendra comme la pluie après le regain, et comme la menue pluie après l’herbe fauchée de la terre.

7 Le juste fleurira en son temps, et il y aura une abondance de paix, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de lune.

8 Il dominera depuis une mer jusqu’à l’autre, et depuis le fleuve jusqu’aux extrémités de la terre.

9 Les habitants des déserts se prosterneront devant lui, et ses ennemis lécheront la poussière.

10 Les rois de Tarscis et des îles lui présenteront des dons ; les rois de Schéba et de Séba lui apporteront des présents.

11 Tous les rois aussi se prosterneront devant lui ; toutes les nations le serviront.

12 Car il délivrera le misérable qui criera à lui, et l’affligé, et celui qui n’a personne qui l’aide.

13 Il aura compassion du pauvre et du misérable, et il sauvera les âmes des malheureux.

14 Il garantira leur âme de la fraude et de la violence, et leur sang sera précieux devant ses yeux.

15 Il vivra donc, et on lui donnera de l’or de Schéba ; on priera pour lui continuellement, et on le bénira chaque jour.

16 Une poignée de froment étant semée dans la terre, au sommet des montagnes, le fruit qu’elle produira fera du bruit comme le Liban ; et les hommes fleuriront par les villes, comme l’herbe de la terre.

17 Sa renommée durera à toujours ; sa réputation ira de père en fils, tant que le soleil durera, et on sera béni en lui ; toutes les nations le publieront heureux.

18 Béni soit l’Éternel Dieu, le Dieu d’Israël, qui fait seul des choses merveilleuses.

19 Béni soit aussi éternellement le nom de sa gloire, et que toute la terre soit remplie de sa gloire ! Amen, oui, Amen.

20 Ce sont ici les dernières requêtes de David, fils d’Isaï.

REFLEXIONS

Il y a deux sortes de considérations à faire sur ce Psaume.

I. Les vœux que David faisait pour la prospérité du règne de Salomon nous apprennent qu’il est d’une grande conséquence que les peuples et les rois eux-mêmes demandent à Dieu que ceux qui gouvernent les états aient en partage la justice, la sagesse, la clémence et toutes les autres vertus qui leur sont nécessaires et qu’afin qu’un peuple soit heureux et bien gouverné, ce n’est pas assez qu’il ait un prince puissant et qu’il vive dans l’abondance, mais qu’il faut surtout que la justice y soit exercée, que les méchants soient punis et que les innocents et les gens de bien soient protégés.

II. Il faut remarquer que la plupart des choses qui sont contenues dans ce Psaume conviennent plus parfaitement au règne de notre Seigneur qu’à celui de Salomon puisque Jésus-Christ devait être ce roi glorieux qui s’assujettirait les peuples les plus éloignés, dont le règne durerait jusqu’à la fin du monde et sous l’empire duquel les hommes jouiront d’une parfaite félicité et seraient comblés des plus précieuses bénédictions du Ciel. Nous avons donc dans ce Psaume la description de notre bonheur et c’est ce qui doit nous mettre dans la bouche ces louanges par où David finit ce cantique : Béni soit l'Éternel, le Dieu d'Israël, qui seul fait des choses merveilleuses ! Béni soit aussi éternellement le nom de sa gloire et que toute la terre soit remplie de sa gloire ! Amen, oui, amen.

PSAUME LXXIII

Asaph représente dans ce Psaume, que voyant la prospérité des méchants et le triste état des gens de bien, il avait été fortement ébranlé par cette tentation, mais qu’après avoir médité sur les voies du Seigneur, il avait reconnu que la prospérité des impies les conduits à une misère éternelle, d’où il avait conclu que tout son bonheur consistait à s’attacher à Dieu seul. Ce Psaume doit être bien considéré à cause des instructions et des sentiments de piété qu'il renferme.

1 Psaume d’Asaph.

Certainement, Dieu est bon à Israël, savoir, à ceux qui sont nets de cœur.

2 Pour moi, mes pieds m’ont presque manqué, et il s’en est peu fallu que mes pas n’aient glissé.

3 Car j’ai porté envie aux insensés, voyant la prospérité des méchants.

4 Parce qu’ils ne sont point liés jusqu’à leur mort ; mais leur force est en son entier.

5 Lorsque les hommes sont en travail, ils n’y sont point ; et ils ne sont point frappés avec les autres hommes.

6 C’est pourquoi l’orgueil les environne comme un collier, et un ornement de violence les couvre.

7 Les yeux leur sortent de graisse ; ils surpassent les désirs de leur cœur.

8 Ils sont dissolus, et parlent malicieusement d’opprimer ; ils parlent avec élévation et fierté.

9 Ils portent leur bouche jusqu’au ciel, et leur langue parcourt toute la terre.

10 C’est pourquoi, son peuple en revient à ceci, quand on leur fait boire en abondance les eaux de l’affliction ;

11 et ils disent : Comment le Dieu fort connaîtrait-il, et comment y aurait-il de la connaissance dans le Très-Haut ?

12 Voilà, ceux-ci sont méchants, et étant à leur aise en ce monde, ils acquièrent de plus en plus des richesses.

13 Certainement, c’est en vain que j’ai purifié mon cœur, et que j’ai lavé mes mains dans l’innocence ;

14 car j’ai été battu tous les jours, et mon châtiment revenait tous les matins.

15 Mais quand je disais : J’en parlerai ainsi ; voilà, j’étais infidèle à la génération de tes enfants.

16 Toutefois, j’ai tâché à connaître cela ; mais il m’a semblé fort fâcheux ;

17 jusqu’à ce que je sois entré dans les sanctuaires du Dieu fort, et que j’aie considéré la fin de ces gens-là.

18 Certainement, tu les as mis en des lieux glissants ; tu les fais tomber en des précipices.

19 Comment ont-ils été détruits, en un moment ? comment sont-ils péris et ont-ils été consumés de frayeur ?

20 Ils sont comme un songe quand on s’est réveillé. Seigneur ! tu mettras en mépris leur éclat apparent, quand tu te réveilleras.

21 Or, quand mon cœur s’aigrissait ainsi, et que je me tourmentais dans mes pensées,

22 alors, j’étais abruti, et je n’avais aucune connaissance ; j’étais devant toi comme les bêtes.

23 Je serai donc toujours avec toi ; tu m’as pris par la main droite ;

24 tu me conduiras par ton conseil, et puis tu me recevras dans la gloire.

25 Quel autre que toi ai-je dans le ciel ? Je n’ai pris plaisir sur la terre qu’en toi.

26 Ma chair et mon cœur défaillaient ; mais Dieu est le rocher de mon cœur et mon partage à toujours.

27 Car, voilà, ceux qui s’éloignent de toi, périront ! Tu retrancheras tous ceux qui se détournent de toi.

28 Mais pour moi, d’approcher de Dieu, c’est tout mon bien ; j’ai assis ma retraite sur le Seigneur l’Éternel, afin que je raconte tous tes ouvrages.

REFLEXIONS

Ce Psaume nous enseigne comment il faut juger de la prospérité des méchants et des afflictions des gens de bien.

On ne doit jamais croire que les impies qui vivent en ce monde dans la joie et dans l'abondance et qui y accomplissent leurs désirs soient véritablement heureux et que les justes qui sont affligés et misérables servent Dieu en vain. Asaph nous a appris que pour résister à cette tentation qui est très dangereuse, il faut entrer dans la méditation de la parole de Dieu et des voies de la providence. Qu'alors on reconnait que la félicité des mondains est vaine, qu'elle passe en très peu de temps et qu'ils sont dans des lieux glissants d'où ils tombent soudainement dans des précipices.

Si nous joignons à ces considérations les lumières que l'Évangile nous donne sur l'état à venir tant des bons que des méchants, nous ne serons jamais ébranlés, ni par l'état heureux et florissant des impies, ni par les souffrances des justes. Et au lieu d'être tentés d'abandonner la crainte du Seigneur nous nous attacherons de plus en plus à lui par une foi vive et par ces sentiments d'amour et de confiance qu'Asaph exprime quand il dit : Je serai toujours avec toi, tu m'as pris par la main droite, tu me conduiras par ton conseil et tu me recevras dans la gloire. Quel autre ai-je dans le Ciel ? Je n'ai pris plaisir sur la terre qu'en toi, approcher de Dieu, c'est tout mon bien.

PSAUME LXXIV

Ce Psaume fut composé à l'occasion de la ruine du temple de Jérusalem et l'église judaïque y fait deux choses : I. Elle parle de la destruction et de l'embrasement du temple et du triste état où elle était réduite dans la captivité, étant privée des marques de l'alliance de Dieu et de sa grâce. II. Elle implore le secours du Seigneur et elle se console par la considération des délivrances qu'il avait envoyées autrefois à son peuple et des marques qu'il donne de sa toute puissance dans l'ordre du monde et dans le cours ordinaire de la nature.

1 Maskil d’Asaph.

Ô Dieu ! pourquoi nous as-tu rejetés pour jamais ? Et pourquoi ta colère fume-t-elle contre le troupeau de ta pâture ?

2 Souviens-toi de ton assemblée, que tu t’étais acquise d’ancienneté. Tu avais racheté cette montagne de Sion, en laquelle tu as habité, pour être la portion de ton héritage.

3 Avance tes pas vers les masures de perpétuelle durée ; l’ennemi a tout désolé dans le lieu saint.

4 Tes ennemis ont rugi au milieu de tes synagogues ; ils y ont mis leurs enseignes pour enseignes.

5 Là chacun d’eux se faisait voir, élevant les haches à travers le bois entrelacé.

6 Et maintenant, avec des cognées et des marteaux, ils ont brisé toutes ses sculptures.

7 Ils ont mis en feu tes sanctuaires, et ils ont profané le pavillon dédié à ton nom, le renversant par terre.

8 Ils ont dit en leur cœur : Saccageons-les tous ensemble. Ils ont brûlé toutes les synagogues du Dieu fort dans le pays.

9 Nous ne voyons plus nos signes ; il n’y a plus de prophètes, et il n’y a plus personne avec nous qui sache jusqu’à quand nos maux dureront.

10 Ô Dieu ! jusqu’à quand l’ennemi te couvrira-t-il d’opprobres ? Et l’adversaire méprisera-t-il ton nom à jamais ?

11 Pourquoi retires-tu ta main et ta droite ? Consume-les, la tirant du milieu de ton sein.

12 Dieu est mon Roi de tout temps ; il fait des délivrances au milieu de la terre.

13 Tu as fendu la mer par ta force, tu as cassé les têtes des baleines sur les eaux.

14 Tu as brisé les têtes du Léviathan, tu l’as donné en viande au peuple des habitants des déserts.

15 Tu as ouvert les fontaines et les fleuves, tu as fait tarir les grosses rivières.

16 A toi est le jour, à toi aussi est la nuit ; tu as établi la lumière et le soleil.

17 Tu as posé toutes les limites de la terre ; tu as formé l’été et l’hiver.

18 Souviens-toi de ceci, que c’est l’ennemi qui a blâmé l’Éternel, et qu’un peuple insensé a outragé ton nom.

19 N’abandonne point aux bêtes sauvages l’âme de ta tourterelle ; n’oublie point pour toujours la troupe de tes affligés.

20 Regarde à ton alliance ; car la terre est couverte de ténèbres épaisses, et remplie de cabanes de violence.

21 Que celui qui est abattu ne s’en retourne pas confus ; que l’affligé et le pauvre louent ton nom.

22 Ô Dieu ! lève-toi ; débats ta cause, souviens-toi de l’opprobre qui t’est fait tous les jours par l’insensé.

23 N’oublie pas le cri de tes adversaires ; le bruit de ceux qui s’élèvent contre toi monte continuellement.

REFLEXIONS

Ce Psaume nous oblige à faire ces quatre réflexions principales :

La première que l’église a été de tout temps, exposée à la persécution et qu’ainsi il ne faut pas être surpris si l’église chrétienne a été persécutée et si elle l’est encore quelquefois. La seconde, que ce fut pour punir les Juifs de l’abus qu’ils avaient fait de son service que Dieu permit que le temple fût brûlé et qu’ils fussent eux-mêmes emmenés en captivité par les idolâtres. C’est pour les mêmes raisons qu’il a souvent livré son église au pouvoir des persécuteurs et qu’il prive le peuple du chandelier de sa parole. Quand Dieu afflige ainsi l’église, son dessein est de la châtier, de l’éprouver et de la purifier.

La troisième réflexion est que lorsque Dieu paraît le plus irrité contre son peuple, il ne l’abandonne pourtant pas, mais qu’il se souvient toujours de son alliance et qu’il le délivre enfin par sa puissance et par sa bonté. C’est ce qui est toujours arrivé et ce fut ce que les Juifs éprouvèrent lorsque Dieu les ramena de la captivité de Babylone et qu’ils rebâtirent le temple de Jérusalem dont ils déplorent la ruine dans ce Psaume.

Enfin, comme le prophète gémissait sur la désolation du temple et des Juifs et formait des vœux ardents pour leur rétablissement, les chrétiens doivent être vivement touchés des maux de l’église et prier continuellement pour sa délivrance et pour sa prospérité.

PSAUME LXXV

L’auteur de ce Psaume, loue Dieu de ce qu’après plusieurs travers il l'avait affermi dans son royaume et il fait vœu de le gouverner justement et de réprimer les méchants et les orgueilleux. Il montre aussi que Dieu conduit toutes choses, qu’il élève les uns, qu’il abaisse les autres et qu’en qualité de juge du monde, il punit les pécheurs et protège les gens de bien.

1 Psaume d’Asaph, qui est un cantique, donné au maître chantre pour le chanter sur Al-tascheth.

2 Ô Dieu ! nous t’avons célébré, nous t’avons célébré, et ton nom est près de nous ; tes merveilles seront racontées.

3 Quand j’aurai trouvé le temps propre, je jugerai justement.

4 Le pays s’écoulait, et tous ceux qui y habitent ; mais j’ai affermi ses colonnes. (Sélah.)

5 J’ai dit aux insensés : Ne faites plus les insensés ; et aux méchants : N’élevez plus la corne.

6 N’élevez plus votre corne en haut, et ne parlez plus avec un cou endurci.

7 Car l’élévation ne vient point de l’Orient, ni de l’Occident, ni du désert.

8 C’est Dieu qui gouverne ; il abaisse l’un, et élève l'autre.

9 Car il y a une coupe dans la main de l’Eternel, et le vin rugit dedans, elle est pleine de mixtion, et il en verse. Certainement, tous les méchants de la terre en suceront les lies, et les boiront.

10 Et moi, j’en ferai le récit à toujours, je psalmodierai au Dieu de Jacob.

11 Et je retrancherai toutes les forces des méchants ; mais les forces du juste seront élevées.

REFLEXIONS

Voici les instructions que ce Psaume renferme.

I. Que c'est Dieu qui établit et qui affermis les rois et qui donne la paix aux états.II. Que le devoir des rois et des princes et en général de tous ceux qui gouvernent est d'exercer la justice et surtout de s'opposer aux méchants et aux orgueilleux et de protéger les innocents.III. Qu'il ne faut point devenir fier dans la prospérité ni abuser du pouvoir que l'on a.

II. Que l'élévation et l'abaissement des hommes procèdent de Dieu qui gouverne le monde sagement et justement par sa providence.

III. Et enfin que Dieu réserve aux méchants une juste et sévère punition et qu'il donne toujours aux gens de bien des témoignages de sa faveur.

PSAUME LXXVI

C’est ici un cantique d’actions de grâces qui fut prononcé à l'occasion de quelque grande victoire que Dieu avait accordée à son peuple et une exhortation à reconnaître la force et la grandeur de Dieu.

1 Psaume d’Asaph, qui est un cantique, donné au maître chantre, pour le chanter sur Néguinoth.

2 Dieu est connu dans la Judée, sa renommée est grande en Israël.

3 Son tabernacle est en Salem, et son domicile en Sion.

4 C’est là qu’il a rompu les arcs étincelants, le bouclier, l’épée et la bataille. (Sélah.)

5 Tu es resplendissant et magnifique sur les montagnes qui ont été en proie.

6 Les cœurs courageux ont été dépouillés ; ils ont dormi d’un profond sommeil ; et aucun de ces hommes vaillants n’a trouvé ses mains.

7 O Dieu de Jacob ! les chariots et les chevaux ont été assoupis quand tu les as menacés.

8 Tu es terrible, toi, et qui pourra subsister devant toi, dès que ta colère paraît ?

9 Tu as fait entendre du ciel le jugement ; la terre a été effrayée et s’est tenue en repos,

10 quand tu te levas, ô Dieu ! pour exécuter tes jugements, pour délivrer tous les débonnaires de la terre. (Sélah.)

11 Certainement, la fureur de l’homme tournera à ta louange ; tu achèveras de détruire le reste de ces furieux.

12 Vouez et rendez vos vœux à l’Eternel votre Dieu, vous tous qui l’environnez, et qu’on apporte des dons au Dieu redoutable.

13 Il retranche du monde les princes, et il est redoutable aux rois de la terre.

REFLEXIONS

On voit dans ce Psaume une magnifique description du pouvoir que Dieu avait déployé en faveur du peuple d'Israël dans un temps où ce peuple était attaqué par des ennemis puissants et redoutables.

De là nous devons conclure que Dieu étant toujours le même, il fera aussi toujours pour son église ce qu'il a fait autrefois et qu'ainsi elle ne doit craindre ni la colère, ni le pouvoir des hommes. Tous les fidèles peuvent prendre la même assurance en la protection et en l'amour de Dieu. Et c'est aussi ce qui doit engager à rendre nos vœux et nos hommages à ce grand Dieu et à révérer sa puissance infinie, selon que le prophète nous y exhorte dans ce Psaume.

PSAUME LXXVII

Le psalmiste décrit ici la grandeur des afflictions par où il avait passé et les combats qu'il avait endurés en lui-même, craignant que Dieu ne l'eût rejeté pour toujours. Il représente aussi comment il s’était consolé dans cet état en méditant sur la miséricorde de Dieu, sur ses promesses et sur les merveilles qu'il avait faites en faveur du peuple d’Israël.

1 Psaume d’Asaph, donné au maître chantre, d’entre les enfants de Jéduthun, pour le chanter.

2 Ma voix s’adresse à Dieu, et je crierai ; ma voix s’adresse à Dieu, et il m’écoutera.

3 J’ai cherché le Seigneur au jour de ma détresse ; ma main était étendue vers lui durant la nuit et ne cessait point ; mon âme refusait d’être consolée.

4 Je me souvenais de Dieu, et je me tourmentais ; je méditais, et mon esprit était transi. (Sélah.)

5 Tu avais retenu mes yeux dans les veilles ; j’étais étourdi, et je ne pouvais parler.

6 Je pensais aux jours d’autrefois et aux années des siècles passés.

7 Je me souvenais des cantiques que je chantais avec des instruments pendant la nuit ; je méditais en mon cœur, et mon esprit cherchait diligemment, et je disais :

8 Le Seigneur m’a-t-il rejeté pour toujours, et ne continuera-t-il plus à m’avoir pour agréable ?

9 Sa bonté est-elle défaillie pour jamais ? Sa parole a-t-elle pris fin pour toujours ?

10 Le Dieu fort a-t-il oublié d’avoir pitié ? A-t-il resserré ses compassions par son courroux ?

11 Puis j’ai dit : C’est bien ici ce qui m’affaiblit ; mais la droite du Souverain change.

12 Je me suis souvenu des exploits de l’Eternel ; même, je me suis souvenu de tes merveilles d’autrefois ;

13 et j’ai médité toutes tes œuvres ; et j’ai parlé de tes exploits, disant :

14 O Dieu ! ta voie est dans le sanctuaire ; qui est le Dieu fort et grand comme Dieu ?

15 Tu es le Dieu fort, qui fait des merveilles ; tu as fait connaître ta force parmi les peuples.

16 Tu as délivré ton peuple par ton bras, savoir, les enfants de Jacob et de Joseph. (Sélah.)

17 Les eaux t’ont vu, ô Dieu ! les eaux t’ont vu, et ont tremblé ; même, les abîmes en ont été émus.

18 Les nuées ont répandu des inondations d’eaux, les nuées ont fait retentir leur voix ; tes traits ont volé çà et là.

19 Le son de ton tonnerre était dans la rondeur de l’air, les éclairs ont éclairé la terre habitable, la terre en a été émue et en a tremblé.

20 Ton chemin a été par la mer, et tes sentiers dans les grosses eaux, et tes traces n’ont point été connues.

21 Tu as mené ton peuple comme un troupeau, sous la conduite de Moïse et d’Aaron.

REFLEXIONS

Il y a deux considérations à faire sur ce Psaume et elles regardent particulièrement ceux qui sont dans l’affliction.

I. Les plaintes et les gémissements du prophète montrent que des personnes, qui sont d’ailleurs agréables à Dieu, ont quelques fois de grands combats à soutenir et qu’elles se rencontrent dans d’extrêmes angoisses et dans un état où elles sont privées du sentiment de la grâce de Dieu, en sorte qu’il leur semble que Dieu les ait rejetées et qu’il ne les aime plus.

II. Ceux qui passent par de semblables épreuves peuvent apprendre d’ici, que pour ne pas succomber à la douleur, il faut méditer sur l’infinie miséricorde du Seigneur, sur la fermeté de son alliance et sur les marques qu’il a données en divers temps de son amour et de sa faveur envers son peuple et envers tous ses fidèles serviteurs. Mais les chrétiens trouvent encore de plus grands motifs de consolation dans la méditation de l’amour que Dieu nous a témoigné en Jésus-Christ et de tout ce que ce grand sauveur a souffert en son corps et en son âme pour nous racheter et pour nous réconcilier avec Dieu.

PSAUME LXXVIII

C’est ici un Psaume historique où l’on voit un abrégé de l'histoire du peuple d'Israël et un récit des grâces que Dieu avait accordées en différents temps à ce peuple, de leurs divers péchés, des punitions que Dieu avait déployées sur eux et en particulier de ce qui leur arriva lorsqu’ils furent vaincus et que l'arche de l'alliance fut prise par les Philistins, du temps d'Héli, souverain sacrificateur. Cette histoire s'étend depuis la sortie d'Égypte jusqu'au règne de David, auquel temps l'arche qui était auparavant à Soli et ensuite à Kirjatjébarim fut amenée à Jérusalem où le service de Dieu fut ensuite établi.

1 Maskil d’Asaph.

Mon peuple ! écoutez ma loi, prêtez l’oreille aux paroles de ma bouche.

2 J’ouvrirai ma bouche en similitudes ; je répandrai les choses cachées du temps passé ;

3 lesquelles nous avons ouïes et connues, et que nos pères nous ont racontées.

4 Nous ne les cacherons point à leurs enfants, et ils raconteront les louanges de l’Éternel à la génération qui viendra, et sa force, et les merveilles qu’il a faites.

5 Car il a établi son témoignage en Jacob, et il a mis la loi en Israël ; et il ordonna à nos pères de les faire entendre à leurs enfants ;

6 afin que la génération suivante et les enfants qui naîtraient, les connussent, qu’ils les récitassent à leurs enfants ;

7 et qu’ils missent leur confiance en Dieu, qu’ils n’oubliassent pas les exploits du Dieu fort, qu’ils gardassent ses commandements ;

8 et qu’ils ne fussent pas comme leurs pères, une génération perfide et rebelle, une génération qui n’a point soumis son cœur, et dont l’esprit n’a point été fidèle au Dieu fort.

9 Les enfants d’Ephraïm, armés et tirant de l’arc, ont tourné le dos au jour de la bataille.

10 Ils n’ont point gardé l’alliance de Dieu, et ont refusé de marcher selon sa loi.

11 Et ils ont mis en oubli ses exploits et ses merveilles qu’il leur avait fait voir.

12 Il a fait des miracles en la présence de leurs pères au pays d’Égypte, au territoire de Tsohan.

13 Il a fendu la mer, les a fait passer au travers, et il a fait arrêter les eaux comme un monceau.

14 Et il les a conduits de jour par la nuée, et toute la nuit par une lumière de feu.

15 Il a fendu les rochers dans le désert, et leur a donné abondamment à boire comme s’il l’eût puisé des abîmes.

16 Et il a fait sortir des ruisseaux du rocher, et en a fait découler des eaux comme des rivières.

17 Toutefois ils continuèrent à pécher contre lui, irritant le Souverain dans le désert.

18 Ils tentèrent le Dieu fort dans leurs cœurs, en demandant de la viande pour satisfaire leur appétit.

19 Et ils parlèrent contre Dieu, et dirent : Le Dieu fort nous pourrait-il dresser une table en ce désert ?

20 Voilà, il a frappé le rocher, et les eaux en sont découlées, et les torrents sont sortis abondamment ; mais pourrait-il aussi donner du pain ? Apprêterait-il bien de la chair à son peuple ?

21 C’est pourquoi l’Éternel, les ayant ouïs, se mit en une grande colère, et le feu s’embrasa contre Jacob, et sa colère s’éleva contre Israël ;

22 parce qu’ils n’avaient pas cru à Dieu, et ne s’étaient pas assurés de sa délivrance ;

23 bien qu’il eût donné commandement aux nues d’en haut et ouvert les portes des cieux ;

24 et qu’il eût fait pleuvoir la manne sur eux, afin qu’ils en mangeassent, et qu’il leur eût donné le froment des cieux ;

25 tellement que chacun mangeait du pain des puissants. Il leur envoya donc de la viande pour les rassasier.

26 Il fit venir le vent d’orient dans les cieux et il amena par sa force le vent du midi ;

27 et il fit pleuvoir sur eux de la chair abondamment, comme de la poussière, et des oiseaux ailés comme le sable de la mer.

28 Il la fit tomber au milieu de leur camp, et à l’entour de leurs pavillons.

29 Et ils en mangèrent, et furent rassasiés, tellement qu’il accomplit leur souhait.

30 Ils n’en avaient pas encore perdu l’envie, leur viande était encore dans leur bouche,

31 lorsque la colère de Dieu monta contre eux, et fit mourir les plus gras d’entre eux, et abattit les gens d’élite d’Israël.

32 Avec tout cela ils péchèrent encore, et ne crurent pas à ses merveilles.

33 C’est pourquoi il consuma leurs jours soudainement, et leurs années dans le trouble.

34 Quand il les faisait mourir, alors ils le recherchaient, et se retournaient, et cherchaient le Dieu fort dès le matin ;

35 et ils se souvenaient que Dieu était leur rocher, et que le Dieu fort et souverain était leur libérateur.

36 Mais ils faisaient beau semblant de leur bouche, et ils lui mentaient de leur langue.

37 Car leur cœur n’était point droit envers lui, et ils ne furent point fidèles dans son alliance.

38 Toutefois, lui, qui est pitoyable fut propice à leur iniquité, tellement qu’il ne les détruisit point ; mais il révoqua souvent sa colère, et n’émut pas tout son courroux.

39 Et il se souvint qu’ils n’étaient que chair, et qu’un vent qui passe et ne revient point.

40 Combien de fois l’ont-ils irrité dans le désert ? Et combien de fois l’ont-ils ennuyé dans cette solitude ?

41 Car, coup sur coup, ils tentaient le Dieu fort, et ils donnaient des bornes au Saint d’Israël.

42 Ils ne se sont point souvenus de sa main, ni du jour auquel il les avait délivrés de celui qui les opprimait.

43 Ni de celui qui avait fait ses prodiges en Egypte, et ses miracles au territoire de Tsohan ;

44 et qui avait changé en sang leurs rivières et leurs ruisseaux, afin qu’ils n’en pussent pas boire ;

45 et qui avait envoyé contre eux une mêlée de bête qui les mangèrent, et des grenouilles qui les détruisirent ;

46 et qui avait donné leurs fruits aux vermisseaux, et leur travail aux sauterelles ;

47 qui avait détruit leurs vignes par la grêle, et leurs sycomores par des orages ;

48 et qui avait livré leur bétail à la grêle, et leurs troupeaux aux foudres étincelantes ;

49 qui avait envoyé sur eux l’ardeur de sa colère, sa grande colère, l’indignation et la détresse, et qui leur avait fait annoncer toutes sortes de maux ;

50 qui avait préparé le chemin à sa colère, et n’avait point préservé leur âme de la mort, qui avait livré leur bétail à la mortalité ;

51 qui avait frappé tous les premiers-nés en Egypte, et les prémices de leur force, dans les tentes de Cam ;

52 qui avait fait sortir son peuple, comme des brebis, et qui l’avait mené par le désert, comme un troupeau ;

53 et qui les avait conduits sûrement, et sans qu’ils eussent aucune frayeur, dans le lieu où la mer couvrit leurs ennemis ;

54 et qui les avait introduits dans sa terre sainte, dans cette montagne que sa droite a conquise ;

55 et qui avait chassé les nations de devant eux, lesquelles il leur fit échoir en héritage, en faisant habiter les tribus d’Israël dans leurs tentes.

56 Mais ils tentèrent et ils irritèrent le Dieu très haut, et ne gardèrent point ses commandements.

57 Et ils se retirèrent en arrière, et ils devinrent infidèles comme leurs pères, et ils se renversèrent comme un arc qui trompe ;

58 et ils provoquèrent sa colère par leurs hauts lieux, et l’émurent à jalousie par leurs images taillées.

59 Dieu l’entendit, et s’irrita, et prit Israël en aversion.

60 Et il abandonna le pavillon de Scilo, le tabernacle où il habitait parmi les hommes.

61 Et il livra en captivité sa force et sa gloire entre les mains de l’ennemi.

62 Et il livra son peuple à l’épée, et il fut indigné contre son héritage.

63 Le feu consuma leurs gens d’élite, et l’on ne fit aucun éloge de leurs vierges.

64 Leurs sacrificateurs tombèrent par l’épée et leurs veuves ne pleurèrent pas.

65 Ensuite le Seigneur se réveilla, comme un homme qui se serait endormi, et comme un homme vaillant à qui le vin fait jeter des cris.

66 Et il frappa ses ennemis, leur faisant tourner le dos, et les chargea d’un opprobre perpétuel.

67 Mais il rejeta le tabernacle de Joseph, et ne choisit point la tribu d’Ephraïm.

68 Mais il choisit la tribu de Juda, la montagne de Sion, laquelle il aime.

69 Et il bâtit son sanctuaire comme des bâtiments haut élevés, et comme la terre qu’il a fondée pour toujours.

70 Et il choisit David son serviteur, et le prit des parcs des brebis,

71 et d’après de celles qui allaitent ; il l’amena pour gouverner Jacob son peuple, et Israël son héritage.

72 Et il les a gouvernés dans l’intégrité de son cœur, et les a conduits par la sagesse de ses mains.

REFLEXIONS

Il y a principalement quatre choses à remarquer dans l’histoire du peuple d’Israël de laquelle nous avons ici un abrégé.

I. Les bienfaits de Dieu envers cette nation et les miracles qu’il avait faits pour elle en Égypte, dans le désert et dans le pays de Canaan.

II. L’ingratitude des Israélites, leurs fréquents murmures contre Dieu et leur insensibilité à ses châtiments et à son support.

III. La punition que Dieu fit de leurs rebellions et de leurs infidélités en les livrant à leurs ennemis et en particulier aux Philistins qui les vainquirent et qui prirent même l’arche de l’alliance.

La délivrance que Dieu accorda aux Israélites en punissant les Philistins, en ramenant l’arche dans le pays d’Israël et en établissant quelque temps après David pour roi. Ce Psaume qui avait été écrit pour l’instruction du peuple d’Israël doit aussi servir à la nôtre et nous devons en recueillir :

II. Que la mémoire des bienfaits de Dieu doit être conservée avec soin et que le devoir des pères est d’en faire passer le souvenir à leurs enfants et à leur postérité,

III. Que les grâces de Dieu nous engagent à l’aimer et à le craindre et que si les Israélites se rendirent si coupables contre Dieu par leurs péchés et par leurs fréquentes révoltes, notre ingratitude serait encore plus criante si après tout ce qu’il a fait pour nous il nous arrivait de lui être infidèle.

III. Les jugements qui tombèrent sur les Israélites nous avertissent que Dieu ne saurait laisser impunis les péchés qui sont commis par des personnes qu’il a comblées de ses grâces et que s’il nous arrive d’imiter les Israélites dans leurs rebellions, nous devons nous attendre aux plus terribles effets de la colère de Dieu et de sa vengeance.

Enfin les jugements que Dieu exerça sur les ennemis de son peuple et les faveurs dont il les combla après l’avoir châtié doivent nous persuader que Dieu ne saurait abandonner les intérêts de sa gloire et qu’il sera toujours l’appui et le défenseur de son église.

PSAUME LXXIX

Les Juifs se plaignent dans ce Psaume que les idolâtres avaient détruit le temple et la ville de Jérusalem.et ils prient Dieu d'être apaisé envers son peuple et de punir la cruauté et les blasphèmes de leurs ennemis.

1 Psaume d’Asaph.

Ô Dieu ! les nations sont entrées dans ton héritage ; elles ont profané le temple de ta sainteté, et elles ont mis Jérusalem en monceaux de pierres.

2 Elles ont donné les corps morts de tes serviteurs pour viande aux oiseaux des cieux ; la chair de tes bien-aimés aux bêtes de la terre.

3 Elles ont répandu leur sang, comme de l’eau, à l’entour de Jérusalem ; et il n’y avait personne qui les ensevelît.

4 Nous avons été en opprobre à nos voisins, en moquerie et en raillerie à ceux qui habitent autour de nous.

5 Jusques à quand, ô Éternel ! te courrouceras-tu à jamais ? Ta jalousie s’embrasera-t-elle comme un feu ?

6 Répands ta colère sur les nations qui ne te connaissent point, et sur les royaumes qui n’invoquent point ton nom.

7 Car on a dévoré Jacob, et on a désolé sa demeure.

8 Ne te souviens point de nos iniquités passées ; hâte-toi ; que tes compassions nous préviennent, car nous sommes devenus fort misérables.

9 Ô Dieu de notre délivrance ! aide-nous, pour la gloire de ton nom, et nous délivre ; pardonne-nous nos péchés, pour l’amour de ton nom.

10 Pourquoi les nations diraient-elles : Où est leur Dieu ? Que la vengeance du sang de tes serviteurs, qui a été répandu, soit manifestée parmi les nations, en notre présence.

11 Que le gémissement des prisonniers vienne jusqu’en ta présence ; conserve, par ta grande puissance, ceux qui sont dévoués à la mort.

12 Et rends à nos voisins, dans leur sein, sept fois au double, l’outrage qu’ils t’ont fait, ô Éternel !

13 Mais nous, qui sommes ton peuple et le troupeau de ta pâture, nous te célébrerons à toujours, d’âge en âge, et nous raconterons ta louange.

REFLEXIONS

Nous avons à considérer ici :

I. L’état déplorable où les Juifs furent autrefois réduits lorsque Dieu livra leur ville et leur temple à la fureur des Babyloniens. Ce peuple affligé reconnait dans ce Psaume que c’était ses péchés qui avaient ainsi allumé la colère de Dieu. C’est à cette même cause que l'on doit attribuer les maux et les calamités dont Dieu visite les hommes et en particulier son église et nous avons ici un exemple mémorable où l'on voit que Dieu n'épargne pas ceux qu'il a reçus dans son alliance lorsqu'ils viennent à la violer et qu'il les punit quelquefois avec bien de la sévérité.

II. Ce Psaume nous enseigne que quand l'église est persécutée, nous devons implorer en sa faveur les compassions de Dieu et travailler à fléchir sa colère par notre repentance.

III. Comme les Juifs espéraient que Dieu ferait la vengeance du sang de ses serviteurs et qu’il les délivrerait pour la gloire de son nom, de peur que les idolâtres ne lui insultassent, nous devons croire fermement que Dieu est engagé pour sa propre gloire à donner des bornes à la malice des persécuteurs et en général à réprimer l'audace des impies et de tous ceux qui l'outragent.

PSAUME LXXX

Les Israélites représentent l’extrême désolation où ils se trouvaient, ils prient le Seigneur de venir les délivrer et de se souvenir de l'alliance qu'il avait traitée avec son peuple et ils lui promettent de se convertir et de bénir son saint nom.

1 Psaume d’Asaph, donné au maître chantre, pour le chanter sur Sçosçannim-héduth.

2 Toi, qui es le pasteur d’Israël, prête l’oreille ; toi, qui mènes Joseph comme un troupeau ; toi, qui es assis entre les chérubins, fais reluire ta splendeur.

3 Réveille ta puissance aux yeux d’Ephraïm, de Benjamin et de Manassé ; viens à notre délivrance.

4 Ô Dieu ! ramène-nous ; et fais reluire ta face, et nous serons délivrés.

5 Éternel, Dieu des armées ! jusques à quand ta colère fumera-t-elle contre la requête de ton peuple ?

6 Tu les as nourris de pain de larmes, et tu les as abreuvés de pleurs à pleine mesure.

7 Tu nous a exposés à l’injustice de nos voisins, et nos ennemis se moquent de nous entre eux.

8 Ô Dieu des armées, ramène-nous ; fais reluire ta face, et nous serons délivrés.

9 Tu avais transporté une vigne hors d’Egypte ; tu avais chassé des nations, et tu l’avais plantée ;

10 tu avais préparé la place devant elle ; tu lui avais fait prendre racine, et elle avait rempli la terre.

11 Les montagnes étaient couvertes de son ombre, et ses sarments étaient comme de hauts cèdres.

12 Elle avait étendu ses branches jusqu’à la mer, et ses rejetons jusqu’au fleuve.

13 Pourquoi as-tu rompu ses cloisons, de sorte que tous les passants en ont cueilli les raisins ?

14 Les sangliers de la forêt l’ont détruite, et toutes sortes de bêtes sauvages l’ont broutée.

15 Ô Dieu des armées ! reviens, je te prie ; regarde des cieux, et vois, et visite cette vigne,

16 Et le plant que ta droite a planté, et les provins que tu as fortifiés pour toi-même.

17 Elle est brûlée par le feu, elle est retranchée ; ils périront dès que tu te montreras pour les reprendre.

18 Que ta main soit sur l’homme de ta droite, et sur le fils de l’homme que tu t’es fortifié.

19 Et nous ne nous détournerons plus de toi ; rends-nous la vie, et nous invoquerons ton nom.

20 Ô Éternel, Dieu des armées ! ramène-nous ; fais reluire ta face, et nous serons délivrés.

REFLEXIONS

On doit faire ces trois considérations sur ce Psaume :

I. La première, que si le peuple d'Israël, qui était comme un troupeau que Dieu paissait et comme une vigne qu'il avait plantée et cultivée avec un soin particulier, souffrit une désolation aussi terrible que celle décrite ici, les souffrances de l'église chrétienne ne doivent pas nous surprendre, surtout, Jésus-Christ ayant prédit qu'elle serait persécutée.

II. La deuxième réflexion est que dans les temps de calamité, il faut s'adresser à Dieu pour rappeler sa faveur et que le moyen de faire cesser sa colère est de se convertir à lui et de ne plus se détourner de l'obéissance qui lui est due.

III. Enfin, ce qui est dit dans ce Psaume peut être appliqué aux ravages que le vice et l'impiété font ordinairement dans l'église lorsqu'elle jouit de la paix et de la prospérité temporelle et les fidèles n'ont pas moins de sujet de prier Dieu qu'il la sanctifie et qu'il la défende contre ses ennemis spirituels, que de lui demander qu'il la garantisse contre les persécuteurs qui cherchent à la détruire.

PSAUME LXXXI

Ce cantique était destiné à louer Dieu dans les fêtes que les Juifs célébraient le premier jour de chaque mois. Dieu parle à son peuple et il lui reproche que nonobstant qu'il l'eût comblé de bénédictions et qu’il lui eût donné sa loi, il était tombé dans la rébellion. Le Seigneur y témoigne le désir sincère qu'il avait que ce peuple lui obéit afin qu'il pût le rendre parfaitement heureux.

1 Psaume d’Asaph, donné au maître chantre, pour le chanter sur Guittith.

2 Chantez hautement à Dieu notre force ; jetez des cris de réjouissance au Dieu de Jacob.

3 Entonnez le cantique, prenez le tambour et la harpe agréable, avec la lyre.

4 Sonnez la trompette à la nouvelle lune, dans la solennité, pour le jour de notre fête.

5 Car c’est un statut pour Israël, une ordonnance du Dieu de Jacob.

6 Il établit cela pour témoignage en Joseph, lorsqu’il sortit d’Egypte, où j’ouïs un langage que je n’entendais pas.

7 J’ai déchargé ses épaules du fardeau, et ses mains ont été retirées des pots.

8 Tu as crié étant en détresse, et je t’en ai retiré ; je t’ai répondu, étant caché dans le tonnerre ; je t’ai éprouvé auprès des eaux de Mériba. (Sélah.)

9 Ecoute, mon peuple, je te sommerai ; Israël, oh ! si tu m’écoutais !

10 Il n’y aura point parmi toi de dieu étranger, et tu ne te prosterneras point devant les dieux étrangers.

11 Je suis l’Éternel ton Dieu, qui t’ai fait monter hors du pays d’Egypte ! Ouvre ta bouche et je la remplirai.

12 Mais mon peuple n’a point écouté ma voix, et Israël n’a pas voulu m’obéir.

13 Et je les ai abandonnés à la dureté de leur cœur, et ils ont marché selon leurs conseils.

14 Oh ! si mon peuple m’eût écouté ! si Israël eût marché dans mes voies !

15 j’eusse en un instant abattu leurs ennemis, et j’eusse tourné ma main contre leurs adversaires.

16 Ceux qui haïssaient l’Éternel, lui eussent menti, et leur temps heureux eût toujours duré.

17 Dieu l’eût repu de la moelle du froment, et je t’eusse, dit-il, rassasié du miel qui découle du rocher.

REFLEXIONS

Ce cantique doit :

I. Nous exciter à louer Dieu et à lui rendre nos hommages avec zèle et de la manière la plus solennelle. C’est là un devoir qui ne regarde pas moins les chrétiens que les Israélites et si Dieu avait accordé des grâces très considérables à ce peuple en les retirant d’Égypte et en lui donnant sa loi, il nous en a fait d’incomparablement plus excellentes en nous donnant la connaissance de l’Évangile et en nous rachetant par son fils.

II. Dieu déclare ici de la manière la plus claire et la plus expresse qu’il est toujours disposé à combler les hommes de ses faveurs, qu’il leur offre sa grâce, qu’il ne désire que leur bien et leur salut et que si les hommes sont malheureux, c’est uniquement parce qu’ils ne veulent pas écouter sa voix et qu’ils s’endurcissent eux-mêmes volontairement. Ce que Dieu dit dans ce Psaume nous apprend aussi que quand les hommes refusent de l’écouter et qu’ils aiment mieux suivre leur propre volonté que de lui obéir, il les abandonne à leur endurcissement et qu’il les prive des effets de son amour.

PSAUME LXXXII

C'est ici une grave remontrance qui s'adresse aux magistrats et aux juges. Le prophète leur représente que Dieu était au milieu d'eux, il les exhorte à exercer la justice avec intégrité, et il leur dit que bien qu’ils fussent élevés en autorité, ils n’étaient pourtant que des hommes mortels et que Dieu, qui est le juge du monde, devait les juger et leur rendre selon leurs œuvres.

1 Psaume d’Asaph.

Dieu assiste dans l’assemblée du Dieu fort ; il juge au milieu des juges.

2 Jusques à quand jugerez-vous injustement, et aurez-vous égard à l’apparence de la personne des méchants ? (Sélah.)

3 Faites justice au petit et à l’orphelin ; faites justice à l’affligé et au pauvre.

4 Délivrez le petit et le pauvre, et les retirez de la main des méchants.

5 Ils ne connaissent ni n’entendent rien ; ils marchent dans les ténèbres ; tous les fondements de la terre sont ébranlés.

6 J’ai dit : Vous êtes dieux, et vous êtes tous enfants du Souverain ;

7 toutefois, vous mourrez comme hommes, et vous, qui êtes les principaux, tomberez comme un autre.

8 Ô Dieu ! lève-toi, juge la terre ; car tu posséderas en héritage toutes les nations.

REFLEXIONS

Les juges et les magistrats doivent profiter de ce qui est dit dans ce Psaume et se souvenir que Dieu les ayant établis pour administrer la justice, il est présent dans leurs jugements, qu’ainsi leur devoir est de faire droit à chacun sans avoir égard à l’apparence des personnes et surtout de protéger les faibles et les innocents que l’on opprime. Pour cet effet, ils doivent considérer que quoi qu’ils soient au-dessus des autres, ils mourront un jour comme tous les hommes meurent et qu’ils paraîtront alors devant le grand juge du monde pour lui rendre compte de toutes leurs actions.

PSAUME LXXXIII

Plusieurs peuples voisins des Israélites s’étant assemblés pour leur faire la guerre, le psalmiste prie le Seigneur de détruire ces peuples comme il avait autrefois détruit les rois qui avaient attaqué les enfants d'Israël.

1 Cantique et psaume d’Asaph.

2 Ô Dieu ! ne garde pas le silence, ne te tais point, et ne demeure pas dans le repos, ô Dieu fort !

3 Car voici, tes ennemis font du bruit, et ceux qui te haïssent ont levé la tête.

4 Ils ont consulté finement en secret contre ton peuple, et ils ont tenu conseil contre ceux qui se sont retirés vers toi pour se cacher.

5 Ils ont dit : Venez, et détruisons-les, tellement qu’ils ne soient plus une nation, et qu’il ne soit plus parlé du nom d’Israël.

6 Car ils ont conspiré d’un même courage, et ils ont fait une ligue contre toi :

7 les tentes des Iduméens, des Ismaélites, des Moabites et des Hagariens ;

8 les Guébalites, les Hammonites, les Hamalékites et les Philistins, avec les habitants de Tyr.

9 Les Assyriens aussi se sont joints à eux ; ils ont prêté leurs bras aux enfants de Lot. (Sélah.)

10 Fais-leur comme tu fis à Madian, comme à Sisera, et comme à Jabin, auprès du torrent de Kisçon ;

11 lesquels furent défaits à Hendor, et servirent de fumier à la terre.

12 Fais que les principaux d’entre eux soient comme Horeb et comme Zéeb, et tous leurs princes comme Zébah et Tsalmunah.

13 Parce qu’ils ont dit : Possédons la demeure de Dieu.

14 Mon Dieu ! rends-les semblables à une boule, et au chaume qui est chassé par le vent.

15 Comme le feu brûle une forêt, et comme la flamme embrase les montagnes,

16 poursuis-les de même par ta tempête, et les épouvante par ton tourbillon.

17 Couvre leurs faces d’ignominie, afin qu’on cherche ton nom, ô Éternel !

18 Qu’ils soient honteux et effrayés à jamais, qu’ils rougissent et qu’ils périssent !

19 Afin qu’on connaisse que toi seul, qui t’appelles L’ÉTERNEL, es Souverain sur toute la terre.

REFLEXIONS

Ce qui est dit dans ce Psaume nous engage à considérer :

I. Que comme Dieu permit autrefois que les nations voisines des Israélites s'unissent pour les détruire, il permet aussi, en de certains temps et par des raisons de sagesse et de justice, que son église soit attaquée par un grand nombre d'ennemis puissants et redoutables et que les justes soient exposés à la contradiction et à la haine du monde.

II. Que Dieu, par son infinie puissance, a toujours dissipé les complots de ceux qui cherchaient la ruine de l'église et que toute la force des hommes réunie ne peut rien contre elle, ni contre ceux qu'il favorise de son amour et de sa protection.

PSAUME LXXXIV

Le psalmiste étant éloigné du tabernacle désire avec beaucoup d'ardeur de s'en approcher. Il célèbre avec de saints transports le bonheur de ceux qui pouvaient s'y rencontrer en tout temps, et il témoigne qu'il préférait ce bonheur-là à tous les avantages du monde. Il y a de l'apparence que le roi David présenta cette prière à Dieu lorsque la rébellion de d’Absçalom son fils l'obligea de sortir de Jérusalem.

1 Psaume des enfants de Coré, donné au maître chantre, pour le chanter sur Guittith.

2 Eternel des armées ! que tes tabernacles sont aimables !

3 Mon âme désire ardemment et elle soupire après les parvis de l’Eternel ; mon cœur et ma chair sont transportés de joie après le Dieu fort et vivant.

4 Le passereau même a bien trouvé sa maison, et l’hirondelle son nid, où elle a mis ses petits ; et moi, quand verrai-je tes autels ? ô Eternel des armées, mon roi et mon Dieu !

5 Oh ! qu’heureux sont ceux qui habitent dans ta maison, et qui te louent incessamment ! (Sélah.)

6 Oh ! qu’heureux est l’homme dont la force est en toi, et ceux au cœur desquels sont les chemins battus !

7 Passant par la vallée de Baca, ils la réduisent en fontaine ; la pluie aussi comble les réservoirs.

8 Ils vont de bande en bande pour se présenter devant Dieu en Sion.

9 Eternel, Dieu des armées ! écoute ma requête ; Dieu de Jacob ! prête l’oreille. (Sélah.)

10 O Dieu, notre bouclier ! vois et regarde la face de ton oint !

11 Car un jour vaut mieux dans tes parvis que mille ailleurs. J’aimerais mieux me tenir à la porte, dans la maison de mon Dieu, que de demeurer dans les tentes des méchants.

12 Car l’Eternel notre Dieu nous est un soleil et un bouclier ; l’Eternel donne la grâce et la gloire, et il n’épargne aucun bien à ceux qui marchent dans l’intégrité.

13 Eternel des armées, oh ! qu’heureux est l’homme qui se confie en toi !

REFLEXIONS

Ce qu'il y a principalement à considérer dans ce Psaume, c'est combien l'attachement que les vrais fidèles ont pour le service de Dieu est tendre et sincère.

L'ardente dévotion que David témoigne ici pour le tabernacle et pour les autels du Seigneur nous apprend qu'il n'y a rien que nous devions souhaiter avec plus d'empressement que de servir Dieu et de le louer, que c'est là le plus grand bonheur dont on puisse jouir en cette vie et un avantage qui est à préférer à tous les biens et à toute la gloire du monde, puisque le Seigneur donne la grâce et la gloire et qu’il n’épargne aucun bien à ceux qui marchent dans l'intégrité. Enfin, l’on doit faire cette réflexion sur ce cantique, que si les enfants de Dieu désirent ainsi de le louer et de le servir en ce monde, ils aspirent avec encore plus d’ardeur à voir un jour sa face dans le Ciel et à le louer éternellement dans l’assemblée des bienheureux.

PSAUME LXXXV

Les Israélites ayant été délivrés de quelque grande calamité rendent grâce à Dieu de ce qu’il s'était apaisé envers eux. Ils le prient d'achever de les rétablir, ils lui promettent une fidélité inviolable et ils espèrent que Dieu les comblera de ses bénédictions.

1 Psaume des enfants de Coré, donné au maître chantre, pour le chanter.

2 Eternel ! tu t’es apaisé envers ta terre ; tu as ramené et mis en repos les prisonniers de Jacob.

3 Tu as pardonné l’iniquité de ton peuple, et tu as couvert tous leurs péchés. (Sélah.)

4 Tu as retiré toute ta grande colère, et tu es revenu de l’ardeur de ton courroux.

5 O Dieu de notre délivrance ! rétablis-nous, et fais cesser ton indignation envers nous.

6 Seras-tu toujours courroucé contre nous ? Feras-tu durer ta colère d’âge en âge ?

7 Ne reviendras-tu pas nous rendre la vie, afin que ton peuple se réjouisse en toi ?

8 Eternel ! fais-nous voir ta faveur, et accorde-nous ta délivrance.

9 J’écouterai ce que le Dieu fort, l’Eternel dira ; car il parlera de paix à son peuple, et à ses bien-aimés, et ils ne retourneront plus à leurs égarements.

10 Certainement, sa délivrance est près de ceux qui le craignent, afin que sa gloire demeure en notre pays.

11 La bonté et la vérité se sont rencontrées, la justice et la paix se sont entre-baisées.

12 La vérité germera de la terre, et la justice regardera des cieux.

13 L’Eternel aussi donnera ses biens tellement que notre terre rendra son fruit.

14 La justice marchera devant lui, et il la mettra où il passera.

REFLEXIONS

Ce Psaume nous présente ces deux instructions principales :

I. Que Dieu fait sentir aux hommes et quelques fois à son peuple et à son église des effets de sacolère pour les châtier et que le but qu’il se propose en cela est de les retirer de leurs égarements.

II. Que lorsqu’il les voit humiliés, il s’apaise envers eux et qu’il est toujours prêt à délivrer ceux qui le craignent et à répandre sur eux ses plus précieuses bénédictions temporelles et spirituelles.

PSAUME LXXXVI

David pressé par une grande affliction invoque le Seigneur avec un zèle ardent et avec une ferme confiance. Il lui demande surtout sa connaissance, sa crainte et la grâce de marcher dans ses voies et il le prie que selon sa miséricorde et ses promesses il le garantisse de ceux qui cherchaient sa ruine.

1 Requête de David.

Eternel ! incline ton oreille, réponds-moi ; car je suis affligé et misérable.

2 Garde mon âme, car je suis de ceux que tu aimes ; ô toi, mon Dieu ! délivre ton serviteur qui se confie en toi.

3 Seigneur ! aie pitié de moi, car je te réclame tout le jour.

4 Réjouis l’âme de ton serviteur ; car j’élève mon âme vers toi, ô Seigneur !

5 Parce que toi, ô Eternel ! tu es bon et clément, et d’une grande bonté envers tous ceux qui te réclament.

6 Éternel ! prête l’oreille à ma requête, et sois attentif à la voix de mes supplications.

7 Je te réclame au jour de ma détresse ; car tu m’exauces.

8 Seigneur ! entre les dieux il n’y en a point de semblable à toi, et il n’y a point de telles œuvres que les tiennes.

9 Seigneur ! toutes les nations que tu as faites viendront et se prosterneront devant toi et glorifieront ton nom.

10 Car tu es grand, et tu fais des choses merveilleuses ; tu es le seul Dieu !

11 Éternel ! enseigne-moi tes voies, et je marcherai dans ta vérité ; range parfaitement mon cœur à craindre ton nom.

12 Seigneur, mon Dieu ! je te célébrerai de tout mon cœur, et je glorifierai ton nom à toujours.

13 Car ta bonté est grande envers moi, et tu as retiré mon âme du sépulcre profond.

14 Ô Dieu ! des gens orgueilleux se sont élevés contre moi, et une bande de gens terribles, qui ne t’ont point eu devant leurs yeux, a cherché ma vie.

15 Mais toi, Seigneur ! tu es le Dieu fort, pitoyable, miséricordieux, lent à la colère, et abondant en grâce et en vérité.

16 Tourne-toi vers moi, et aie pitié de moi ; donne ta force à ton serviteur, délivre le fils de ta servante.

17 Accorde-moi quelque marque de ta faveur, et que ceux qui me haïssent le voient et soient honteux, parce que toi, ô Éternel, tu m’auras aidé, et que tu m’auras consolé.

REFLEXIONS

L'exemple et la prière du roi David doivent exciter et encourager ceux qui se trouvent dans l'affliction et dans la détresse à implorer le secours de Dieu, avec une profonde humilité et une ferme confiance en sa miséricorde et en sa puissance en lui demandant, non seulement la délivrance des maux qui les pressent, mais surtout la grâce de lui plaire et de lui obéir, comme David le faisait par cette prière : Seigneur, enseigne-moi tes voies et je marcherai dans ta vérité, fléchi entièrement mon cœur à craindre ton nom. Il faut de plus, lorsqu'on est dans la souffrance, méditer sur l'infinie bonté du Seigneur et considérer que c'est un Dieu miséricordieux, clément, tardif à la colère, abondant en grâce et toujours prêt à donner des marques de sa faveur à ceux qui l'invoquent et qui le servent. Cela nous soutiendra dans nos épreuves, nous remplira de consolation et de joie et nous fera trouver dans nous-même des sujets de le louer et de le bénir.

PSAUME LXXXVII

Le prophète décrit la gloire de Jérusalem et de Sion et il dit que tous les peuples admireraient le bonheur de cette ville et du peuple de Dieu et souhaiteraient d'y avoir part.

1 Psaume, ou cantique des enfants de Coré.

Son fondement est sur les saintes montagnes.

2 L’Éternel aime les portes de Sion, plus que tous les tabernacles de Jacob.

3 Ce qui se dit de toi, cité de Dieu ! ce sont des choses glorieuses. (Sélah.)

4 Je ferai mention de Rahab et de Babylone entre ceux qui me connaissent ; voici la Palestine, et Tyr, avec Cus ; celui-ci, disait-on, est né là.

5 Et pour ce qui est de Sion ; l’on dira : Celui-ci et celui-là y sont nés, et le Très-Haut lui-même l’affermira.

6 Quand l’Éternel enregistrera les peuples, il dénombrera aussi ceux-là, et il dira : Celui-ci est né là. (Sélah.)

7 Et les chantres, de même que les joueurs de flûtes, toutes les sources de mes grâces seront en toi.

REFLEXIONS

Ce Psaume marque la gloire du peuple d'Israël, mais plus encore celle de l'église chrétienne. Le Saint-Esprit y prédit que les païens et les nations les plus éloignées seraient un jour reçues dans l'alliance divine et mises au rang des adorateurs du vrai Dieu. C'est le bonheur qui nous est arrivé par la venue de notre Seigneur Jésus-Christ et pour lequel nous devons rendre à Dieu de continuelles actions de grâces.

PSAUME LXXXVIII

Le prophète qui a composé ce Psaume y parait extraordinairement affligé, presque destitué de consolation. Il y présente la violence et la dureté de ses maux, les frayeurs dont il était agité et il se plaint que Dieu ne l'exauçait point, quoi qu'il l'invoquât avec bien de l’ardeur.

1 Maskil d’Héman Ezrahite, qui est un cantique, ou psaume, donné au maître chantre, d’entre les enfants de Coré, pour le chanter sur Mahalath-Léhannoth.

2 Éternel, Dieu de ma délivrance ! je crie jour et nuit devant toi.

3 Que ma requête vienne en ta présence, incline ton oreille à mon cri.

4 Car mon âme est rassasiée de maux, et ma vie est parvenue jusqu’au sépulcre.

5 On me met au rang de ceux qui descendent dans la fosse ; je suis devenu comme un homme qui n’a plus de vigueur ;

6 séparé parmi les morts, comme les blessés à mort qui sont couchés dans le sépulcre, dont tu ne te souviens plus, mais qui sont retranchés par ta main.

7 Tu m’as mis dans une fosse des plus basses, dans des lieux ténébreux, dans des lieux profonds.

8 Ta colère s’est jetée sur moi, et tu m’as accablé de tes flots. (Sélah.)

9 Tu as éloigné de moi tous ceux de ma connaissance ; tu m’as mis en abomination devant eux. Je suis renfermé, en sorte que je ne saurais sortir.

10 Mon œil languit d’affliction, Éternel ! je t’invoque, tout le jour, j’étends mes mains vers toi.

11 Feras-tu un miracle envers les morts, ou les trépassés se relèveront-ils pour te célébrer ? (Sélah.)

12 Annoncera-t-on ta bonté dans le sépulcre, et ta fidélité dans le tombeau ?

13 Connaîtra-t-on tes merveilles dans les ténèbres, et ta justice dans le pays de l’oubli ?

14 Pour moi, Éternel ! je crie à toi, et ma prière te prévient dès le matin.

15 Éternel ! pourquoi rejettes-tu mon âme et caches-tu ta face de moi ?

16 Je suis affligé et comme rendant l’âme dès ma jeunesse ; j’ai souffert tes frayeurs, et je ne sais où j’en suis.

17 Les ardeurs de ta colère sont passé sur moi, et tes frayeurs m’ont retranché.

18 Elles m’ont environné chaque jour comme des eaux ; elles m’enveloppent toutes ensemble.

19 Tu as éloigné de moi mon ami, même mon intime ami, et ceux dont j’étais connu sont pour moi dans les ténèbres.

REFLEXIONS

La lecture et la méditation de ce Psaume est tout à fait propre pour l'instruction et la consolation de ceux qui sont plongés dans quelque profonde tristesse. L'état où se rencontrait le prophète qui parle ici fait voir que les saints ont passé par de semblables épreuves, qu'ils se sont vus comme abandonnés de Dieu, privés de toute consolation et cela pendant fort longtemps, en sorte qu'il leur semblait que Dieu même les poursuivait en sa colère et les accablait de ses fléaux. Ainsi ceux qui craignent Dieu ne doivent pas perdre courage lorsqu'ils sont affligés au dehors et même troublés au dedans par le défaut de consolation et par les frayeurs qu'ils ressentent en leur âme. Mais ils doivent représenter à Dieu leur triste état, attendre patiemment qu'il vienne les consoler et se souvenir au reste que ces angoisses d'esprit n'empêchent pas que Dieu ne les regarde toujours en sa grâce. C'est de quoi les frayeurs que notre Seigneur ressentit en son âme dans le temps de sa passion les assurent encore plus fortement que l'exemple du prophète qui parle dans ce Psaume.

PSAUME LXXXIX

Ce Psaume fut composé dans un temps d'affliction et de calamité pour le peuple de Dieu. Le psalmiste y décrit la majesté, la puissance et la bonté du Seigneur, il y parle de la délivrance qu'il avait accordée aux enfants d'Israël en les retirant d'Égypte et de l'alliance qu'il avait traitée avec David en lui promettant d'affermir son trône et celui de sa postérité. Il représente après cela que nonobstant ces promesses, le royaume de Juda se trouvait alors dans une grande désolation, étant dépouillée de sa gloire et livré à ses ennemis et il implore les compassions du Seigneur. C'est ici que finit le troisième livre des Psaumes.

1 Maskil d’Ethan Ezrahite.

2 Je chanterai à jamais les bontés de l’Éternel ; je manifesterai de ma bouche ta fidélité, d’âge en âge.

3 J’ai dit : Ta bonté dure toujours ; tu as établi ta fidélité dans les cieux, et tu as dit :

4 J’ai traité alliance avec mon élu ; j’ai fait serment à David mon serviteur, disant :

5 J’établirai ta postérité pour toujours, et j’affermirai ton trône d’âge en âge. (Sélah.)

6 Les cieux célèbrent tes merveilles, ô Éternel ! et ta fidélité est célébrée dans l’assemblée des saints.

7 Car, qui est égal à l’Éternel dans le ciel ? Qui est semblable à l’Éternel entre les fils de Dieu ?

8 Le Dieu fort est redoutable dans l’assemblée secrète des saints ; et plus redouté que tous ceux qui l’environnent.

9 Ô Éternel, Dieu des armées ! qui est semblable à toi, ô Dieu tout-puissant ! Tu es environné de ta fidélité.

10 Tu as la puissance sur l’élévation des flots de la mer ; quand ses vagues s’élèvent, tu les apaises.

11 Tu as abattu Rahab comme un homme blessé à mort ; tu as dissipé tes ennemis par le bras de ta force.

12 Les cieux t’appartiennent, la terre est à toi, tu as fondé la terre et tout ce qui y est.

13 Tu as créé l’aquilon et le midi ; Tabor et Hermon se réjouissent en ton nom.

14 Tu as un bras puissant, ta main est forte, et ta droite est élevée.

15 La justice et l’équité sont la base de ton trône ; la miséricorde et la vérité marchent devant ta face.

16 Heureux le peuple qui a sujet de jeter des cris de réjouissance ! Éternel ! ils marcheront à la clarté de ta face.

17 Ils se réjouiront tout le jour en ton nom, et se glorifieront de ta justice.

18 Tu es la gloire de leur force, et notre corne est élevée par ta faveur.

19 Car l’Éternel est notre bouclier, et le Saint d’Israël est notre Roi.

20 Tu as autrefois parlé en visions touchant celui que tu as aimé, et tu as dit : J’ai prêté mon secours à un homme puissant ; j’ai élevé celui que j’ai choisi d’entre le peuple.

21 J’ai trouvé David mon serviteur ; je l’ai oint de ma sainte huile.

22 Ma main sera ferme avec lui, et mon bras le fortifiera.

23 L’ennemi ne le rançonnera point, et l’inique ne l’affligera point.

24 Mais je frapperai devant lui ses ennemis, et je détruirai ceux qui le haïssent.

25 Ma fidélité et ma faveur seront avec lui, et sa corne sera élevée en mon nom ;

26 et je poserai sa main sur la mer, et sa droite sur les fleuves.

27 Il m’invoquera, en disant : Tu es mon Père, mon Dieu fort, et le rocher de ma délivrance.

28 Aussi je l’établirai l’aîné et le souverain sur les rois de la terre.

29 Je lui conserverai toujours ma faveur, et mon alliance lui sera assurée.

30 Et je rendrai sa postérité éternelle, et son trône comme les jours des cieux.

31 Que si ses enfants abandonnent ma loi, et ne marchent pas selon mes ordonnances,

32 s’ils violent mes statuts, et s’ils ne gardent point mes commandements ;

33 je châtierai leur transgression par la verge, et leur iniquité par des plaies ;

34 mais je ne retirerai pas tout à fait de lui ma bonté, et ne lui fausserai point ma foi.

35 Je ne violerai point mon alliance, et je ne changerai point ce qui est sorti de mes lèvres.

36 Je l’ai une fois juré par ma sainteté, et je ne mentirai jamais à David,

37 que sa race subsistera toujours, et que son trône sera comme le soleil en ma présence ;

38 qu’il sera affermi à jamais comme la lune ; et il y en aura dans les cieux un fidèle témoin. (Sélah.)

39 Néanmoins, tu l’as rejeté et tu l’as méprisé ; tu t’es mis en grande colère contre ton oint ;

40 tu as rejeté l’alliance de ton serviteur ; tu as souillé sa couronne, la jetant par terre ;

41 tu as rompu toutes ses barrières ; tu as ruiné ses forteresses ;

42 tous ceux qui passaient par le chemin, l’ont pillé ; il a été mis en opprobre à ses voisins ;

43 tu as relevé la droite de ses adversaires, tu as réjoui tous ses ennemis ;

44 tu as aussi émoussé la pointe de son épée, et ne l’as point soutenu dans le combat ;

45 tu as fait cesser son éclat, et tu as jeté par terre son trône ;

46 tu as abrégé les jours de sa jeunesse, et tu l’as couvert de honte. (Sélah.)

47 Jusques à quand, ô Éternel ! te cacheras-tu ? ta colère s’embrasera-t-elle comme un feu ?

48 Souviens-toi de mon peu de durée ; pourquoi aurais-tu créé en vain tous les fils des hommes ?

49 Qui est l’homme qui vivra, qui ne verra point la mort, et qui garantira son âme de la puissance du sépulcre ? (Sélah.)

50 Seigneur ! où sont tes bontés passées que tu avais jurées à David sur ta fidélité ?

51 Seigneur ! souviens-toi de l’opprobre de tes serviteurs ; je porte en mon sein l’opprobre qui nous a été fait par tous ces grands peuples ;

52 par lequel tes ennemis ont outragé, ô Éternel ! par lequel, dis-je, ils ont outragé les démarches de ton oint.

53 Béni soit l’Éternel à toujours ! Amen, oui, Amen.

REFLEXIONS

La lecture de ce Psaume doit :

I. Nous animer d’un saint zèle pour publier les bontés du Seigneur, sa puissance et sa fidélité dont on voit les effets dans la création, dans le gouvernement du monde et dans tant de merveilles qu’il a faites, non seulement en faveur du peuple d’Israël, mais aussi en faveur de l’église chrétienne.

II. On remarque dans ce cantique que ce qui fait le bonheur d’un peuple, c’est lorsque Dieu le favorise de sa présence salutaire et qu’il est lui-même sa force, sa gloire et son bouclier.

III. Ce qui est dit ici des promesses que Dieu avait faites à David et à sa postérité et de l’état déplorable où les descendants de ce prince étaient réduits nous fait voir que Dieu protège les rois et les peuples qui lui sont fidèles, mais que quand ils violent son alliance, il retire d eux sa protection, que cependant il ne les abandonne pas tout à fait et qu’il ne les châtie que pour les convertir et pour se rapprocher d’eux.

IV. Il faut se souvenir que l’alliance que Dieu avait faite avec David et les promesses par lesquelles il s’était engagé d’affermir son règne et sa postérité pour toujours avaient leur rapport au Messie et qu’on en voit la vérité dans le règne de Jésus-Christ notre Seigneur qui subsistera éternellement. Enfin, nous devons dans toutes nos afflictions, soit générales, soit particulières, prier humblement le Seigneur avec le prophète de nous secourir, de se souvenir de son alliance et d’avoir égard à notre néant, puisque nous ne sommes devant lui que des créatures faibles et mortelles qui n’ont rien à attendre que de sa puissance et de sa bonté.

PSAUME XC

Pour entendre ce Psaume, il faut savoir que lorsque les enfants d'Israël étaient dans le désert, Dieu, irrité par leur défiance et par leur incrédulité, déclara que tous ceux d'entre eux qui étaient sortis d'Égypte au-dessus de l'âge de vingt ans mourraient dans le désert dans l'espace de quarante ans et qu'ils n'entreraient pas dans le pays de Canaan. C'est ce qu'on lit au chapitre XIV du livre des Nombres. Ce fut à cette occasion et dans le temps que la mort emportait un grand nombre de personnes que Moïse présenta cette prière à Dieu. Il y décrit la vanité et les misères de la vie humaine. Il reconnait que c’étaient les péchés des Israélites qui avaient allumé la colère de Dieu contre eux et qui faisait que leurs jours étaient ainsi abrégés et que ceux qui étaient sortis d'Égypte dans leur plus grande vigueur ne vieillissaient plus. Il prie Dieu de leur faire la grâce de profiter de ses châtiments et de bien considérer la vanité de la vie. Enfin, il lui demande le retour de sa faveur et il le supplie de s'apaiser envers son peuple.

1 Prière de Moïse, homme de Dieu. Seigneur ! tu nous as été une retraite d’âge en âge.

2 Avant que les montagnes fussent nées et que tu eusses formé la terre, la terre habitable, d’éternité jusqu’en éternité, tu es et tu seras le Dieu fort.

3 Tu réduis l’homme mortel en poussière, et tu dis : Fils des hommes, retournez en terre.

4 Car mille ans devant tes yeux sont comme le jour d’hier qui est passé, et comme une veille dans la nuit.

5 Tu les emportes comme par une ravine d’eau ; ils sont comme un songe ; ils sont le matin comme une herbe qui se change ;

6 laquelle fleurit le matin, et elle se fane ; le soir on la coupe, et elle sèche.

7 Car nous sommes consumés par ta colère, et nous sommes troublés par l’ardeur de ton courroux.

8 Tu as mis devant toi nos iniquités, et devant la clarté de ta face, nos fautes cachées.

9 Car tous nos jours s’en vont par ta grande colère, et nous consumons nos années comme une pensée.

10 Les jours de nos années reviennent à soixante-dix, et s’il y en a de vigoureux, à quatre-vingts ans ; et le plus beau de ces jours n’est que fâcherie et que tourment ; il est retranché, et nous nous envolons.

11 Qui est-ce qui connaît la force de ton courroux et de ta grande colère, pour te craindre ?

12 Enseigne-nous à tellement compter nos jours, que nous en puissions avoir un cœur sage.

13 Éternel ! reviens, jusqu’à quand ? et aie compassion de tes serviteurs.

14 Rassasie-nous chaque matin de ta bonté, afin que nous nous réjouissions, et que nous soyons joyeux tout le long de nos jours.

15 Réjouis-nous à proportion des jours que tu nous as affligés, et des années auxquelles nous avons senti des maux.

16 Que ton œuvre paraisse sur tes serviteurs ; et ta gloire sur leurs enfants.

17 Et que le regard favorable de l’Éternel notre Dieu soit sur nous, qu’il affermisse l’œuvre de nos mains, et qu’il accomplisse l’œuvre de nos mains.

REFLEXIONS

Ce Psaume contient des instructions très salutaires. On y voit :

I. Que Dieu qui est le créateur du monde et qui a donné la vie aux hommes les fait retourner quand il lui plait dans la poussière, que la vie est courte, qu’elle passe en très peu de temps et qu’elle est outre cela accompagnée de beaucoup de traverse et d’afflictions.

II. Nous devons considérer que, comme c’étaient les rebellions des Israélites qui les exposaient à la colère de Dieu et à la mort dans le désert, les misères de cette vie et la mort sont aussi des suites du péché, mais que pour les enfants de Dieu, la mort est un effet de son amour et un moyen dont il se sert pour procurer leur bonheur.

III. Moïse nous apprend que l’usage qu’il faut faire de la connaissance que nous avons de la brièveté de cette vie, c’est d’apprendre par là à devenir sages et à craindre Dieu et de nous adresser à lui pour le prier qu’il lui plaise de nous accorder sa grâce pendant que nous sommes en ce monde et de nous faire toujours ressentir les effets de sa bonté en sorte que nous passions cette vie heureusement et tranquillement.

Enfin, la considération de la vanité de la vie présente doit nous élever à l’attente d’une meilleure vie et nous faire aspirer à l’immortalité qui nous est préparée dans le Ciel et qui nous a été acquise par Jésus-Christ notre Seigneur.

PSAUME XCI

Le psalmiste décrit dans ce Psaume la protection dont Dieu favorise ceux qui le craignent et qui se confient en lui et les bénédictions dont il les comble.

1 Celui qui habite dans la retraite secrète du Souverain, est logé à l’ombre du Tout-Puissant.

2 Je dirai à l’Éternel : Tu es ma retraite et ma forteresse, mon Dieu en qui je m’assure.

3 Certes, il te délivrera des pièges du chasseur et de la mortalité funeste.

4 Il te couvrira de ses plumes, et tu auras retraite sous ses ailes ; sa vérité sera ton bouclier et ton écu.

5 Tu n’auras point peur de ce qui effraie pendant la nuit, ni de la flèche qui vole de jour.

6 Ni de la mortalité qui marche dans les ténèbres, ni de la destruction qui fait le dégât en plein midi.

7 Il en tombera mille à ton côté, et dix mille à ta droite ; mais elle n’approchera point de toi.

8 Seulement tu considéreras de tes yeux, et tu verras la punition des méchants.

9 Car tu es ma retraite, ô Éternel ! tu as établi le Souverain pour ton asile.

10 Aucun mal ne t’arrivera, et aucune plaie n’approchera de ta tente ;

11 car il donnera charge de toi à ses anges, afin qu’ils te gardent dans toutes tes voies.

12 Ils te porteront dans leurs mains, de peur que ton pied ne heurte contre la pierre.

13 Tu marcheras sur le lion et sur l’aspic, et tu fouleras le lionceau et le dragon.

14 Puisqu’il m’aime avec affection, dit le Seigneur, je le délivrerai ; je le mettrai en une haute retraite, parce qu’il connaît mon nom.

15 Il me réclamera, et je l’exaucerai ; je serai avec lui quand il sera dans la détresse ; je l’en retirerai, et le glorifierai.

16 Je le rassasierai d’une longue vie, et je lui ferai voir ma délivrance.

REFLEXIONS

On voit dans ce Psaume combien ceux qui se confient en Dieu et qui se retirent vers lui sont heureux. Le prophète nous assure que Dieu les couvre de sa protection, qu’étant auprès de lui ils sont dans une pleine sureté et que dans les temps de la calamité ils n’ont peur d’aucun mal. Dieu ordonne à ses anges de les garder dans tous les dangers, il les aime tendrement, il les préserve de tout ce qui peut leur nuire, il les délivre quand ils l’invoquent dans leurs détresses et il les comble de toute sorte de bénédictions. Ce sont là de glorieux avantages et d'excellentes promesses qui doivent consoler et encourager tous ceux qui craignent Dieu et les remplir d'une joie indicible et d'une confiance inébranlable. Elles nous apprennent aussi que si nous voulons jouir d'un repos assuré, il faut se détacher du monde pour chercher tout notre bonheur en Dieu seul et pour nous étudier uniquement et par-dessus toutes choses à lui plaire.

PSAUME XCII

Ce Psaume devait être récité le jour du sabbat. Le prophète y célèbre avec un grand zèle et une sainte joie les merveilleux ouvrages de Dieu. Surtout il admire la sage conduite de la providence envers les méchants et envers les bons. Il fait voir que si les méchants prospèrent, ils sont à la fin retranchés ; au lieu que Dieu couronne les justes de toutes sortes de faveurs.

1 Psaume ou cantique pour le jour du sabbat.

2 C’est une belle chose que de célébrer l’Éternel, et de psalmodier à ton nom, ô Souverain !

3 D’annoncer chaque matin ta bonté, et ta fidélité toutes les nuits,

4 sur l’instrument à dix cordes, et sur la lyre, et par un cantique médité sur la harpe.

5 Car, ô Éternel ! tu m’as réjoui par tes œuvres, et je me réjouirai des œuvres de tes mains.

6 Ô Éternel ! que tes œuvres sont magnifiques ! Tes pensées sont merveilleusement profondes.

7 L’homme abruti n’y connaît rien, et l’insensé ne comprend point ceci :

8 savoir, que les méchants s’avancent comme l’herbe, et que tous les ouvriers d’iniquité fleurissent, pour être exterminés éternellement.

9 Mais toi, Éternel ! tu es élevé à toujours.

10 Car, voici, tes ennemis, ô Éternel ! voici, tes ennemis périront, et tous les ouvriers d’iniquité seront dissipés.

11 Mais tu élèveras ma corne comme celle d’une licorne, et mon onction sera d’huile toute fraîche.

12 Et mon œil verra en ceux qui m’épient, et mes oreilles entendront touchant les méchants qui s’élèvent contre moi, ce que j’attends.

13 Le juste s’avancera comme la palme, et croîtra comme le cèdre au Liban.

14 Etant plantés dans la maison de l’Éternel, ils fleuriront dans les parvis de notre Dieu.

15 Ils porteront encore des fruits dans la vieillesse toute blanche ; ils seront en vigueur, et se tiendront verts ;

16 Afin d’annoncer que l’Éternel est droit. Il est mon rocher, et il n’y a point d’injustice en lui.

REFLEXIONS

Puisque les premières paroles de ce Psaume nous apprennent que c'est une belle chose que de louer Dieu et que d'annoncer jour et nuit sa bonté et sa fidélité, nous devons tous être animés d'un saint zèle pour nous acquitter avec assiduité, avec joie et avec ferveur d'un devoir si juste et si agréable. C'est à quoi nous seront puissamment incités si nous nous appliquons à la considération des œuvres de Dieu qui sont si grandes et si admirables et si nous faisons surtout attention aux voies de la providence et à la conduite du Seigneur envers les bons et envers les méchants. Il arrive quelquefois que les impies et les mondains fleurissent et sont heureux, mais leur prospérité passe comme l'herbe, Dieu les détruit et les retranche entièrement. Au contraire, il bénit les justes, il affermit leur bonheur, il les fait prospérer et croître en sorte qu'ils portent des fruits même jusqu'à leur vieillesse et qu'ils sont en ce monde des exemples de sa miséricorde et de sa fidélité. Cette doctrine est très importante. Elle nous présente de grands motifs à louer la sage providence de Dieu, à célébrer sa justice et à nous adonner constamment à l'innocence afin que nous ayons part à ces excellentes bénédictions dont Dieu promet de récompenser la piété de ceux qui le craignent et qui se confient en lui.

PSAUME XCIII

Le prophète célèbre dans ce cantique la grandeur de Dieu et la souveraine puissance avec laquelle il règne sur toute choses et particulièrement sur son peuple.

1 L’Éternel règne, il est revêtu de magnificence ; l’Éternel est revêtu de force, il s’en est ceint : aussi la terre habitable a été affermie, tellement qu’elle ne sera jamais ébranlée.

2 Ton trône est établi dès lors ; tu es de toute éternité.

3 Les fleuves ont élevé, ô Éternel ! les fleuves ont levé leur voix, les fleuves ont élevé leurs flots.

4 L’Éternel qui est là-haut, est plus puissant que le bruit des grosses eaux, et que les fortes vagues de la mer.

5 Tes témoignages sont très certains, ô Éternel ! ta sainteté ornera ta maison pour une longue durée.

REFLEXIONS

Ce Psaume nous enseigne que Dieu règne avec gloire et magnificence sur tout le monde, que son trône est établi sur la justice et que sa puissance surpasse infiniment celle de toutes les créatures. D'où nous devons conclure qu'il règnera à jamais pour le bien et pour l'avantage de son peuple et de tous ceux qui le servent et qui se soumettent à lui.

PSAUME XCIV

Les enfants d'Israël exposent à Dieu dans ce Psaume le triste état où ils étaient réduits par la cruauté de leurs ennemis desquels ils décrivent l'impiété, l'insolence et les blasphèmes.

Le psalmiste adore cependant la sagesse et la bonté de Dieu dans les afflictions dont il visite les hommes et il prédit la délivrance des justes et la ruine des méchants.

1 Ô Éternel ! qui es le Dieu fort des vengeances, le Dieu fort des vengeances, fais luire ta splendeur.

2 Toi qui es le juge de la terre, élève-toi, rends la récompense aux orgueilleux.

3 Jusques à quand les méchants, ô Éternel ! jusques à quand les méchants se glorifieront-ils ?

4 Jusques à quand tous les ouvriers d’iniquité prononceront-ils et diront-ils des paroles fières, et se vengeront-ils ?

5 Éternel ! ils foulent ton peuple, et ils affligent ton héritage.

6 Ils tuent la veuve et l’étranger, et ils mettent à mort les orphelins.

7 Et ils ont dit : L’Éternel ne le verra point ; le Dieu de Jacob n’en entendra rien.

8 Vous, les plus brutaux d’entre le peuple, prenez garde à ceci ; et vous, insensés, quand serez-vous intelligents ?

9 Celui qui a planté l’oreille, n’entendra-t-il point ? Celui qui a formé l’œil, ne verra-t-il point ?

10 Celui qui châtie les nations, celui qui enseigne la science aux hommes, ne reprendra-t-il point ?

11 L’Éternel connaît que les pensées des hommes ne sont que vanité.

12 Oh ! qu’heureux est l’homme que tu reprends, ô Éternel ! et que tu instruis par ta loi !

13 Afin que tu le mettes en repos, le tirant des jours de l’adversité, jusqu’à ce que la fosse soit creusée pour le méchant !

14 Car l’Éternel ne quittera point son peuple, et n’abandonnera point son héritage.

15 C’est pourquoi ses jugements ramèneront la justice, et tous ceux qui sont droits de cœur la suivront.

16 Qui est-ce qui se lèvera pour moi contre les méchants ? Qui est-ce qui m’assistera contre les ouvriers d’iniquité ?

17 Si l’Éternel ne m’eût secouru, mon âme eut été bientôt logée dans le lieu du silence.

18 Lorsque j’ai dit : Mon pied a glissé, ô Éternel ! ta bonté m’a soutenu.

19 Quand j’avais beaucoup de pensées au dedans de moi, tes consolations ont réjoui mon âme.

20 Le trône de méchanceté, qui forge le travail contre la justice, aurait-il communion avec toi ?

21 Ils se bandent contre l’âme du juste, et condamnent le sang innocent.

22 Mais l’Éternel sera ma haute retraite, et mon Dieu sera le rocher de mon refuge.

23 Et il fera retomber sur eux leur outrage, et il les détruira par leur propre malice ; l’Éternel notre Dieu les détruira.

REFLEXIONS

On doit faire ici attention :

I. A la description que le psalmiste y fait des méchants. Il les représente comme des gens injustes et cruels et en même temps comme des impies qui outragent la Divinité par leurs blasphèmes, disant, dans le temps qu'ils commettent leurs péchés, que Dieu ne les voit pas et qu'il ne les punira point. C'est là le caractère de la dernière méchanceté de joindre l'impiété au crime et de ne point craindre Dieu lorsqu'on l'offense.

II. On voit dans ce Psaume que ces sentiments et ces discours impies font horreur aux gens de bien et qu'ils sont fortement persuadés que Dieu, qui a formé et créé les hommes, connait toutes leurs actions, toutes leurs pensées et qu'il en sera le juge.

Une troisième instruction que nous avons ici regarde l'utilité des corrections du Seigneur, ce qui est marqué par ces paroles : Ô qu'est heureux l'homme que tu reprends, ô Éternel, et que tu instruits par ta loi.

III. La dernière réflexion est que Dieu n'abandonnera jamais son peuple et son héritage, qu'il est le défenseur des fidèles, qu'il réjouit leur âme lorsqu'ils sont dans l'agitation et dans le trouble et qu'il les soutient contre ceux qui cherchent à leur nuire et qui les persécutent.

PSAUME XCV

Ce cantique a deux parties : Dans la première, le psalmiste invite les Israélites à louer Dieu et à adorer sa majesté, dans la seconde, il les exhorte à obéir à la voix de Dieu et à ne pas imiter l'endurcissement de leurs pères, qui ayant été rebelles dans le désert, furent à cause de cela exclu du pays de Canaan.

1 Venez, chantons à l’Éternel, jetons des cris de réjouissance au rocher de notre salut.

2 Allons au-devant de sa face avec la louange, poussons des cris de réjouissance avec des cantiques.

3 Car l’Éternel est le Dieu fort et grand, et grand Roi par-dessus tous les dieux.

4 C’est en sa main que sont les lieux les plus profonds de la terre, et les plus hautes montagnes.

5 C’est à lui qu’appartient la mer ; car lui-même l’a faite, et ses mains ont formé la terre.

6 Venez, prosternons-nous, inclinons-nous, et fléchissons les genoux devant l’Éternel qui nous a faits.

7 Car il est notre Dieu, et nous sommes le peuple qu’il paît, et les brebis qu’il conduit.

8 Si aujourd’hui vous entendez sa voix, n’endurcissez point votre cœur, comme à Mériba, et comme à la journée de Massa, dans le désert,

9 où vos pères m’ont tenté et m’ont éprouvé, et où ils virent aussi mes œuvres.

10 J’ai été ennuyé de cette génération durant quarante ans, et j’ai dit : C’est un peuple dont le cœur s’égare, et ils n’ont point connu mes voies.

11 C’est pourquoi j’ai juré dans ma colère : S’ils entrent dans mon repos !

REFLEXIONS

Ce Psaume nous engage à deux devoirs :

I. Le premier est de rendre à Dieu avec ardeur et avec une sainte joie les adorations et les louanges qui lui sont dues à cause de sa puissance et de sa grandeur et surtout parce qu’il est notre Dieu et que nous avons le bonheur d’être son peuple.

II. Le second devoir est de profiter des exhortations que David adressait aux Israélites à ne pas endurcir leurs cœurs comme leurs pères avaient fait. Ces paroles : Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez point vos cœurs, et celles-ci. J’ai juré dans ma colère, s’ils entrent dans mon repos, regardent aussi les chrétiens. C’est ce que Saint Paul nous représente dans les chapitres III et IV de l’épître aux Hébreux où il nous avertit de prendre garde que par notre endurcissement et par notre rébellion à l’Évangile, nous nous trouvions privés du repos éternel comme les Israélites rebelles furent exclus du pays de Canaan à cause de leur incrédulité.

PSAUME XCVI

Ce Psaume convie les Israélites et tous les peuples à bénir, à invoquer et à adorer l’Éternel comme le seul vrai Dieu, à célébrer sa puissance et à se soumettre avec joie à son empire.

1 Chantez à l’Éternel un cantique nouveau ; vous tous qui habitez la terre, chantez à l’Éternel.

2 Chantez à l’Éternel, bénissez son nom, annoncez de jour en jour sa délivrance.

3 Racontez sa gloire parmi les nations, et ses merveilles parmi tous les peuples.

4 Car l’Éternel est grand et digne de louange ; il est redoutable par-dessus tous les dieux.

5 Car tous les dieux des peuples ne sont que des idoles ; mais l’Éternel a fait les cieux.

6 La majesté et la magnificence marchent devant lui ; la force et la beauté sont dans son sanctuaire.

7 Vous, familles des peuples, rendez à l’Éternel, rendez à l’Éternel la gloire et la force ;

8 rendez à l’Éternel la gloire due à son nom ; apportez l’oblation, et entrez dans ses parvis ;

9 prosternez-vous devant l’Éternel dans son sanctuaire magnifique. Vous tous les habitants de la terre, tremblez à cause de sa présence.

10 Dites parmi les nations : L’Éternel règne ; même, la terre est affermie, elle ne sera pas ébranlée ; il jugera les peuples avec équité.

11 Que les cieux se réjouissent, et que la terre s’égaie ; que la mer et ce qu’elle contient retentisse ;

12 que les champs soient dans les transports, et tout ce qui est en eux ; que tous les arbres de la forêt chantent de joie

13 au-devant de l’Éternel, parce qu’il vient, parce qu’il vient pour juger la terre ; il jugera le monde en justice, et les peuples selon sa fidélité.

REFLEXIONS

Lorsque le prophète exhortait dans ce Psaume toutes les nations de la terre à louer Dieu par leurs cantiques et à venir l’adorer dans son temple, elles n’étaient pas en état de s’acquitter de ce devoir puisqu’elles étaient engagées dans l’ignorance et dans l’idolâtrie. Ainsi ces exhortations conviennent proprement aux temps où nous vivons et elles marquent le zèle dont nous devons être animés et la joie que nous devons faire éclater maintenant que les divers peuples du monde sont éclairés de la connaissance de Dieu et de Jésus-Christ son fils.

Ces précieux avantages, dont nous sommes participants, nous engagent à louer sans cesse le Seigneur, à publier partout la délivrance qu’il nous a accordée et les merveilles qu’il a faites en notre faveur, à l’adorer humblement, avec joie et avec crainte et surtout à lui présenter notre cœur et en montrant par notre obéissance qu’il règne véritablement sur nous et que nous faisions consister tout notre bonheur et toute notre gloire à lui appartenir.

PSAUME XCVII

Le sujet de ce Psaume est le même que celui du précédent. C’est une exhortation à célébrer la majesté et la toute-puissance de Dieu, et la gloire de son règne, et à se réjouir des avantages que l’établissement de ce règne procure à ceux qui y sont soumis.

1 L’Éternel règne ; que la terre tressaille de joie, et que toutes les îles se réjouissent.

2 La nuée et l’obscurité sont autour de lui ; la justice et le jugement sont la base de son trône.

3 Le feu marche devant lui, et embrase de tous côtés ses ennemis.

4 Ses éclairs brillent par tout le monde, et la terre tremble en le voyant.

5 Les montagnes se fondent comme de la cire, à cause de la présence de l’Éternel, à cause de la présence du Seigneur de toute la terre.

6 Les cieux annoncent sa justice, et tous les peuples voient sa gloire.

7 Que tous ceux qui servent les images et qui se glorifient dans les idoles, soient confus. Vous, tous les dieux, prosternez-vous devant lui.

8 Sion l’a entendu, et s’en est réjouie, et les filles de Juda ont tressailli d’allégresse à cause de tes jugements, ô Éternel !

9 Car tu es l’Éternel, élevé par-dessus toute la terre : tu es infiniment élevé par-dessus tous les dieux !

10 Vous, qui aimez l’Éternel, haïssez le mal ; car il garde les âmes de ses saints, et il les délivre de la main des méchants.

11 La lumière est semée pour le juste, et la joie pour ceux qui ont le cœur droit.

12 Vous justes, réjouissez-vous en l’Éternel, et célébrez la mémoire de sa sainteté.

REFLEXIONS

Ce Psaume n’est pas tant une description du règne de Dieu sur les Israélites, comme c’est une prédiction de l’établissement du règne de Jésus-Christ sur les peuples et de la destruction de l’idolâtrie et de l’impiété. Le Saint-Esprit y marque aussi l’effet que la venue de ce règne devait produire et la joie que les fidèles ressentiraient lorsqu’il serait manifesté. C’est donc principalement à nous à entrer dans les mouvements de dévotion et de zèle qui éclatent dans ce Saint cantique. Nous y apprenons que la véritable manière de louer Dieu et le vrai caractère de ceux qui l’adorent est de l’aimer, de haïr le mal et de se réjouir continuellement en lui. Enfin, nous y voyons que Dieu comble de bonheur et de gloire tous ceux qui le craignent, c’est ce qui y est exprimé par ces excellentes promesses : Le Seigneur garde ses saints et il les délivre, la lumière est semée pour le juste et la joie pour ceux qui ont le cœur droit. Vous justes, réjouissez-vous toujours au Seigneur et célébrez la mémoire de sa sainteté.

PSAUME XCVIII

C’est ici une exhortation à louer Dieu pour la rédemption qu’il devait envoyer à son peuple et à se réjouir de la venue de son règne.

1 Psaume.

Chantez à l’Éternel un cantique nouveau, car il a fait des choses merveilleuses ; sa droite et le bras de sa sainteté l’ont délivré.

2 L’Éternel a fait connaître sa délivrance ; il a révélé sa justice aux yeux des nations.

3 Il s’est souvenu de sa miséricorde et de sa fidélité envers la maison d’Israël ; toutes les extrémités de la terre ont vu la délivrance de notre Dieu.

4 Vous, tous les habitants de la terre, jetez des cris de réjouissance à l’Éternel ; écriez-vous, chantez de joie et psalmodiez.

5 Psalmodiez à l’Éternel avec la harpe, avec la harpe et avec le chant de la voix.

6 Jetez des cris de réjouissance avec les trompettes et le son du cornet, devant le Roi, l’Éternel !

7 Que la mer et tout ce qu’elle contient retentisse ; la terre et ceux qui y habitent !

8 Que les fleuves frappent des mains ; que les montagnes chantent aussi de joie,

9 au-devant de l’Éternel ; car il vient pour juger la terre ; il jugera le monde avec justice, et les peuples avec équité.

REFLEXIONS

Ce cantique regarde les chrétiens plutôt que les Juifs, puisque ce n’est proprement que depuis la venue de Jésus-Christ qu’on peut dire que Dieu a accompli ses promesses, qu’il s’est souvenu de sa bonté et de sa fidélité et que toutes les extrémités de la terre ont vu le salut de notre Dieu. C’est donc aussi maintenant que les hommes doivent chanter à Dieu un cantique nouveau et que sa gloire doit être célébrée par toutes les nations et dans tous les lieux du monde avec de saints transports de joie. Il faut après cela que, vivant dans ces temps heureux où Dieu règne sur les hommes et sachant qu’il doit juger le monde en justice, nous nous soumettions à lui avec une humble obéissance et que nous répondions à la grâce inestimable qu’il nous a faite, de nous transporter de la puissance des ténèbres au royaume de son fils Jésus-Christ.

PSAUME XCIX

Ce Psaume est destiné à célébrer la grandeur de Dieu et la gloire de son règne. Il y est aussi parlé des faveurs que Dieu avait accordées aux Israélites du temps de Moïse, d’Aaron et de Samuel et en plusieurs autres occasions.

1 L’Éternel règne ; que les peuples tremblent. Il est assis entre les chérubins ; que la terre soit ébranlée.

2 L’Éternel est grand en Sion, et il est élevé par-dessus tous les peuples.

3 Ils célébreront ton nom grand et redoutable, car il est saint ;

4 et la force du Roi qui aime la justice. Tu as établi l’équité, tu as fait jugement et justice en Jacob.

5 Exaltez l’Éternel notre Dieu, et prosternez-vous devant son marchepied : il est saint.

6 Moïse et Aaron ont été entre ses sacrificateurs ; et Samuel entre ceux qui invoquaient son nom ; ils invoquaient l’Éternel, et il leur répondait.

7 Il parlait à eux de la colonne de nuée ; ils ont gardé ses témoignages et l’ordonnance qu’il leur avait donnée.

8 Ô Éternel, notre Dieu ! tu les as exaucés, tu leur as été un Dieu fort, en pardonnant, et en faisant vengeance de leurs actions.

9 Exaltez l’Éternel notre Dieu, et prosternez-vous dans la montagne de sa sainteté ; car l’Éternel notre Dieu est saint.

REFLEXIONS

I. Nous apprenons ici que le devoir de ceux qui ont le bonheur de connaitre Dieu et d'être soumis à son règne est de le craindre, de révérer sa grandeur, de l'adorer avec la plus profonde humilité et de célébrer sans cesse son nom qui est redoutable et saint.

II. On voit dans ce Psaume que Dieu délivrait autrefois les Israélites lorsque Moïse, Aaron et Samuel l'invoquaient et qu'il faisait aussi la vengeance des péchés de ce peuple. C'est ainsi que Dieu qui est bon, mais qui est aussi juste a toujours fait ressentir aux hommes des effets tantôt de sa clémence et tantôt de sa colère afin de les engager par là à l'aimer et à le craindre.

PSAUME C

Tous les peuples sont ici exhortés à adorer Dieu, à le louer comme leur créateur et à célébrer sa bonté et sa vérité.

1 Psaume d’actions de grâces. Vous tous, habitants de la terre, poussez des cris de réjouissance à l’Éternel.

2 Servez l’Éternel avec allégresse, venez devant lui avec des chants de joie.

3 Reconnaissez que l’Éternel est Dieu ; c’est lui qui nous a formés, et ce n’est pas nous qui nous sommes faits, nous sommes son peuple et le troupeau de sa pâture.

4 Entrez dans ses portes avec des actions de grâces, dans ses parvis avec la louange ; célébrez-le, bénissez son nom.

5 Car l’Éternel est bon, sa bonté demeure à toujours, et sa fidélité d’âge en âge.

REFLEXIONS

Il y a trois réflexions à faire sur ce Psaume :

La première, que nous devons souhaiter que tous les peuples de la terre adorent et glorifient le Seigneur et que pour cet effet, Dieu leur donne sa connaissance et celle de Jésus-Christ son fils.

La seconde, que pour servir Dieu d'une manière qui lui soit agréable, il faut le faire, non par contrainte ou de la bouche seulement, mais de bon cœur et avec une Sainte joie.

La troisième, que pour nous exciter à ce devoir, nous devons considérer que Dieu est notre créateur, que nous sommes son peuple et son troupeau et qu'il nous comble, non seulement dans la nature, mais surtout dans la grâce et dans son église des témoignages de sa bonté et de sa miséricorde.

PSAUME CI

C'est ici un vœu que David fait de gouverner son peuple justement et principalement de punir et d'éloigner les méchants et de favoriser les gens de bien.

1 Psaume de David.

Je chanterai la bonté et la justice ; Éternel ! je te psalmodierai.

2 Je m’appliquerai à la voie de l’intégrité. Quand viendras-tu à moi ? Je marcherai dans l’intégrité de mon cœur, au milieu de ma maison.

3 Je ne me proposerai rien de mauvais ; j’ai en haine les actions de ceux qui se détournent du droit chemin ; rien ne s’en attachera à moi.

4 Le cœur pervers se retirera d’auprès de moi ; je n’avouerai point le méchant.

5 Je retrancherai celui qui médit en secret de son prochain ; je ne pourrai pas souffrir celui qui a les yeux élevés et le cœur enflé.

6 Je rechercherai les gens de bien du pays, afin qu’ils demeurent avec moi ; celui qui marche dans l’intégrité me servira.

7 Celui qui use de tromperie ne demeurera point dans ma maison ; celui qui prononce des faussetés ne sera point affermi devant mes yeux.

8 Je retrancherai chaque matin tous les méchants du pays, afin d’exterminer de la cité de l’Éternel tous les ouvriers d’iniquité.

REFLEXIONS

On voit dans ce Psaume quels sont les devoirs et les sentiments des bons princes et des bons magistrats et quelle est la conduite qu'ils doivent tenir dans le gouvernement des états. C'est :

I. De marcher dans l'intégrité, d'avoir le mal en horreur et de s'appliquer à conduire leurs peuples avec justice.

II. De punir les méchants et les impies, d'éloigner les calomniateurs, les trompeurs, les orgueilleux et les flatteurs et au contraire de faire cas des hommes droits et sincères, de les protéger et de les employer à leur service. Les personnes qui sont élevées en autorité doivent méditer ce Psaume pour leur instruction et tout le monde doit prier Dieu qu'il inspire ces sentiments à ceux qui gouvernent les peuples, puisque c'est de là que dépend le bonheur et la tranquillité du public et l'avancement de la gloire de Dieu.

PSAUME CII

Ce Psaume est une prière des Juifs captifs dans laquelle ils présentent à Dieu la désolation de Jérusalem et leur déplorable état et ils le prient de les rétablir. Ils y marquent aussi leur confiance et l'espérance qu'ils avaient que Dieu, qui est toujours le même et immuable dans ses promesses aussi bien que dans son essence, les rétablirait en sorte que tous les peuples admireraient le bonheur et la gloire de Sion et que la postérité des Juifs l'en bénirait à jamais.

1 Prière de l’affligé qui est éperdu, et qui répand sa plainte devant l’Éternel.

2 Éternel ! écoute ma requête, et que mon cri vienne jusqu’à toi.

3 Ne cache point ta face de moi au jour que je suis en détresse ; incline ton oreille vers moi ; au jour que je te réclame, hâte-toi, réponds-moi !

4 Car mes jours s’en vont comme la fumée, et mes os sont desséchés comme un foyer.

5 Mon cœur a été frappé, et est devenu sec comme l’herbe, de sorte que j’ai oublié de manger mon pain.

6 Mes os sont attachés à ma chair, à cause de la voix de mon gémissement.

7 Je suis devenu semblable au cormoran du désert, et je suis comme la chouette des lieux sauvages.

8 Je veille, et je suis semblable à un passereau qui est seul sur le toit.

9 Ceux qui me haïssent me couvrent d’opprobres, et ceux qui sont poussés de fureur contre moi jurent contre moi.

10 Car j’ai mangé la cendre comme le pain, et j’ai mêlé ma boisson de pleurs,

11 à cause de ton courroux et de ton indignation ; parce que tu m’avais élevé, et puis tu m’as jeté par terre.

12 Mes jours sont comme une ombre qui est sur son déclin, et je deviens sec comme l’herbe.

13 Mais toi, Éternel ! tu demeures éternellement, et ta mémoire dure d’âge en âge.

14 Tu te lèveras, tu auras compassion de Sion ; car il est temps d’en avoir pitié, parce que le temps marqué est échu.

15 Car tes serviteurs sont affectionnés à ses pierres, et ils sont touchés de pitié, la voyant dans la poussière.

16 Alors, les nations redouteront le nom de l’Éternel, et tous les rois de la terre ta gloire.

17 Quand l’Éternel aura rebâti Sion, qu’il aura été vu en sa gloire,

18 et qu’il aura regardé à la requête de celui qui est désolé, et qu’il n'aura point méprisé leur requête ;

19 cela sera enregistré pour la génération à venir, et le peuple qui sera créé de nouveau, louera l’Eternel,

20 de ce qu’il aura jeté la vue du lieu élevé de sa sainteté, et que l’Eternel aura regardé des cieux en terre,

21 pour entendre le gémissement des prisonniers, et pour délier ceux qui étaient destinés à la mort ;

22 afin qu’on raconte le nom de l’Eternel en Sion, et sa louange en Jérusalem,

23 lorsque les peuples et les royaumes s’assembleront pour servir l’Eternel.

24 Il a abattu ma force dans le chemin, et il a abrégé mes jours.

25 Et j’ai dit : Mon Dieu fort, ne m’enlève point au milieu de mes jours ; tes années durent d’âge en âge.

26 Tu as autrefois fondé la terre, et les cieux sont l’ouvrage de tes mains.

27 Ils périront, mais tu subsisteras toujours ; ils vieilliront tous comme un vêtement ; tu les changeras comme un habit, et ils seront changés.

28 Mais toi, tu es toujours le même, et tes années ne finiront jamais.

29 Les enfants de tes serviteurs habiteront devant toi, et leur race sera affermie en ta présence.

REFLEXIONS

Il y a deux choses principalement à remarquer dans ce Psaume, savoir 1. Le triste état des Juifs captifs et leur extrême affliction Et en second lieu l'espérance qu'ils avaient en Dieu. Ainsi cette lecture nous donne ces deux instructions.

I. La première, que les enfants de Dieu s'intéressent tendrement pour l'église et qu'il n'y a rien qui les pénètre d'une plus vive douleur que de la voir dans la souffrance. Mais si les fidèles s'affligent lorsque l'église est persécutée, ils ne s'affligent pas moins à la vue déplorable où elle est souvent réduite par le vice et l'impiété lorsqu'elle jouit de la paix.

II. Comme les anciens Juifs espéraient fermement que Dieu se lèverait, qu'il aurait pitié de Sion, qu'il la rétablirait dans un état glorieux et qu'en délivrant les Juifs captifs, il ferait voir sa gloire aux yeux de tous les rois et de tous les peuples, nous ne devons pas douter que Dieu ne fasse la même chose et cela d'une manière encore plus illustre en faveur de l'église chrétienne et que les temps ne viennent auxquels la gloire de l'église et le règne de Jésus-Christ paraitront avec éclat. Cet heureux rétablissement est ce que les vrais chrétiens souhaitent par-dessus toute chose et qu'ils demandent à Dieu par leurs prières les plus ardentes.

C'est aussi ce qui ne manquera pas d'arriver par un effet de l'infinie puissance de Jésus-Christ, puisqu'il est le maître du monde, étant Dieu sur toutes choses, béni éternellement, comme Saint Paul l'enseigne dans le premier chapitre de l'épître aux Hébreux où il applique au fils de Dieu ce qui est dit de la création du monde sur la fin de ce Psaume.

PSAUME CIII

C'est ici un Psaume de louange où David bénit le Seigneur de toutes les grâces qu'il lui avait accordées et de celles qu'il avait faites au peuple d'Israël. Il y parle de la grande bonté de Dieu envers les hommes, de cette miséricorde par laquelle il leur pardonne leurs péchés et de l'amour tendre et constant dont il est animé envers ceux qui le craignent. Il y invite enfin toutes les créatures à louer le Seigneur avec lui.

1 Psaume de David.

Mon âme, bénis l’Eternel ! et que tout ce qui est en moi bénisse le nom de sa sainteté.

2 Mon âme, bénis l’Eternel, et n’oublie pas un de ses bienfaits.

3 C’est lui qui pardonne toutes tes iniquités, qui guérit toutes tes infirmités ;

4 qui retire ta vie de la fosse, qui t’environne de bonté et de compassion ;

5 qui rassasie ta bouche de biens, tellement que ta jeunesse est renouvelée comme celle de l’aigle.

6 L’Eternel fait justice et droit à tous ceux qui sont opprimés.

7 Il a fait connaître ses voies à Moïse, et ses exploits aux enfants d’Israël.

8 L’Eternel est pitoyable, miséricordieux, lent à la colère, et abondant en grâce.

9 Il ne conteste pas à perpétuité, et il ne garde pas sa colère pour toujours.

10 Il ne nous a pas fait selon nos péchés, et ne nous a pas rendu selon nos iniquités.

11 Car autant que les cieux sont élevés par-dessus la terre, autant sa bonté est grande sur ceux qui le craignent.

12 Il a éloigné de nous nos iniquités, autant que l’orient est éloigné de l’occident.

13 Comme un père est ému de compassion envers ses enfants, l’Eternel est touché de compassion envers ceux qui le craignent ;

14 car il sait bien de quoi nous sommes faits ; il se souvient que nous ne sommes que poudre.

15 Les jours de l’homme mortel sont comme le foin ; il fleurit comme la fleur d’un champ ;

16 car le vent étant passé par-dessus, elle n’est plus, et son lieu ne la reconnaît plus.

17 Mais la miséricorde de l’Eternel est de tout temps et à toujours, sur ceux qui le craignent, et sa justice sur les enfants de leurs enfants,

18 à ceux qui gardent son alliance et qui se souviennent de ses commandements, pour les accomplir.

19 L'Eternel a établi son trône dans les cieux, et son règne a la domination sur tout.

20 Bénissez l’Eternel, vous, ses anges puissants en force, qui faites son commandement en obéissant à la voix de sa parole.

21 Bénissez l’Eternel, vous, toutes ses armées, qui êtes ses ministres et qui faites sa volonté.

22 Bénissez l’Eternel, vous, toutes ses œuvres, dans tous les lieux de son empire. Mon âme, bénis l’Eternel.

REFLEXIONS

C'est ici l'un des plus excellents cantiques d'actions de grâces qu'il y ait dans tous le livre des Psaumes. David y paraît pénétré de la dévotion et de la reconnaissance la plus vive. Il nous y apprend par son exemple à bénir Dieu, non seulement de la bouche, mais de tout notre cœur et par les mouvements de notre âme, à conserver chèrement le souvenir de tous ses bienfaits et à prendre plaisir à les réciter et à lui rendre grâce continuellement. Surtout, il y célèbre cette miséricorde infinie du Seigneur qui, sachant que les hommes ne sont que poudre, les supporte et ne leur rend pas selon que leurs péchés le méritent et a pour eux les mêmes sentiments d'amour et de compassion qu'un père a pour ses enfants. Mais il nous enseigne en même temps que cette bonté du Seigneur ne se déploie qu'en faveur de ceux qui le craignent et qui le révèrent et que sa grâce n'est que pour ceux qui gardent son alliance, qui se souviennent de ses commandements et qui les observent. Enfin, il paraît de ce Psaume que pour louer Dieu dignement, ce n'est pas assez de le louer nous-mêmes, mais il faut souhaiter, comme David, qu'il soit loué par tous les hommes, par les anges et par toutes les créatures. C'est dans ces sentiments que nous devons dire sans cesse avec zèle, avec amour et avec reconnaissance : Bénissez le Seigneur vous toutes ses œuvres, dans tous les lieux de son empire. Mon âme, béni l'Éternel.

PSAUME CIV

David adore et célèbre la grandeur de Dieu qui se fait voir dans les œuvres de la création et de la providence. Il décrit la puissance, la sagesse et la bonté avec laquelle Dieu conserve et conduit tant de créatures que le monde contient.

Enfin, il souhaite que Dieu soit loué et béni éternellement.

1 Mon âme, bénis l’Eternel ! O Eternel mon Dieu ! tu es merveilleusement grand ; tu es revêtu de majesté et de magnificence.

2 Il s’enveloppe de lumière comme d’un vêtement ; il étend les cieux comme un pavillon.

3 Il lambrisse ses chambres hautes dans les eaux, il fait des grosses nuées son chariot ; il se promène sur les ailes du vent.

4 Il fait des vents ses messagers, et du feu brûlant ses serviteurs.

5 Il a fondé la terre sur ses bases, tellement qu’elle ne sera jamais ébranlée.

6 Tu l’avais couverte de l’abîme comme d’un vêtement, et les eaux se tenaient sur les montagnes.

7 Elles s’enfuirent à ta menace, et se mirent promptement en fuite au bruit de ton tonnerre.

8 Les montagnes se dressèrent, et les vallées s’abaissèrent au même lieu que tu leur avais établi.

9 Tu leur as mis une borne qu’elles ne passeront point ; elles ne reviendront plus pour couvrir la terre.

10 C’est lui qui conduit les fontaines par les vallées, et qui les fait couler entre les montagnes.

11 Elles abreuvent toutes les bêtes des champs ; les ânes sauvages en étanchent leur soif.

12 Les oiseaux des cieux y habitent, et font résonner leur voix au milieu des feuilles.

13 Il arrose les montagnes de ses chambres hautes, et la terre est rassasiée du fruit de tes ouvrages.

14 Il fait germer le foin pour le bétail, et l’herbe pour le service de l’homme ; il fait sortir le pain de la terre,

15 et le vin qui fortifie le cœur de l’homme, et pour faire reluire son visage avec l’huile, et pour soutenir le cœur de l’homme avec le pain.

16 Les arbres les plus hauts, les cèdres du Liban qu’il a plantés, sont rassasiés ;

17 afin que les oiseaux y fassent leurs nids ; les sapins sont la demeure de la cigogne.

18 Les hautes montagnes sont pour les chamois, et les rochers sont la retraite des lapins.

19 Il a fait la lune pour marquer les temps, et le soleil connaît son coucher.

20 Tu amènes les ténèbres, et la nuit vient, durant laquelle toutes les bêtes des forêts se promènent.

21 Les lionceaux rugissent après la proie, et pour demander au Dieu fort leur pâture.

22 Le soleil se lève-t-il ? Ils se retirent et ils se couchent dans leurs tanières.

23 Alors l’homme sort à son ouvrage et à son travail jusqu’au soir.

24 O Eternel ! que tes œuvres sont en grand nombre ! Tu les as toutes faites avec sagesse ; la terre est pleine de tes richesses ;

25 et cette mer grande et spacieuse, où il y a des animaux agiles sans nombre, gros et petits.

26 C’est là que les navires se promènent, et ce Léviathan que tu as formé pour s’y jouer.

27 Elles s’attendent toutes à toi, afin que tu leur donnes la nourriture en leur temps.

28 Quand tu la leur donnes, elles la recueillent, et quand tu ouvres ta main, elles sont rassasiées de biens.

29 Caches-tu ta face ? Elles sont troublées. Retires-tu leur souffle ? elles défaillent et retournent en leur poudre.

30 Mais si tu renvoies ton Esprit, elles sont créées de nouveau, et tu renouvelles la face de la terre.

31 Que la gloire de l’Eternel soit célébrée à toujours ; que l’Eternel se réjouisse en ses œuvres !

32 C’est lui qui regarde la terre, et elle tremble ; qui touche les montagnes, et elles fument.

33 Je chanterai à l’Eternel pendant toute ma vie, je psalmodierai à mon Dieu tant que je subsisterai.

34 Ma méditation lui sera agréable ; et moi, je me réjouirai en l’Éternel.

35 Que les pécheurs soient consumés de dessus la terre, et qu’il n’y ait plus de méchants ! Mon âme, bénis l’Éternel ! Louez l’Éternel !

REFLEXIONS

Le but de ce Psaume est de nous apprendre à louer Dieu à cause de ses œuvres admirables. Pour cet effet, nous devons considérer attentivement les merveilles que le monde nous présente, tant de créatures qu'il renferme et que l'on voit dans le ciel, dans les airs, sur la terre et dans les eaux, l'ordre constant et admirable qui règne entre elles, la manière dont Dieu les conserve toutes et les conduit et les soins de cette providence adorable qui s'étendent à tous les animaux, à toutes les plantes et surtout aux besoins des hommes, toutes ces créatures servant aux divers usages et aux commodités de notre vie. Ces réflexions nous conduisent à reconnaitre que Dieu est l'auteur de toutes ces choses, que c'est par lui seul qu'elles subsistent et que, comme il les a créées par sa puissance, il peut aussi les détruire par sa seule volonté. Ce qu'il faut surtout considérer, c'est que si toutes ces créatures ont été faites pour l'homme, l'homme a été fait par le créateur et que Dieu ne nous a mis en ce monde et ne nous a rendus capables de voir tant de merveilles er de jouir de tant de biens différents, afin que nous le connaissions, que nous l'aimions et que nous le remercions de tous ces bienfaits. Ces sentiments d'admiration, d'amour et de reconnaissance que cette méditation produit sont exprimés dans ce Psaume par ces paroles : Ô Dieu, que tes œuvres sont en grand nombre ! Tu les as toutes faites avec sagesse, la terre est remplie de tes richesses. Que la gloire du Seigneur soir célébrée à toujours et que le Seigneur se réjouisse dans ses ouvrages ! Mon âme béni le Seigneur ! Louez l'Éternel.

PSAUME CV

Le psalmiste exhorte les Israélites à louer Dieu et à célébrer sa puissance, sa bonté et sa fidélité. Il raconte ce que Dieu avait fait en faveur de leurs pères, ensuite de l’alliance qu’il avait traitée avec Abraham. Il récite ce qui était arrivé aux descendants de ce patriarche et en particulier à Joseph, l’arrivée de Jacob en Égypte, la persécution que le peuple d’Israël souffrit en ce pays-là, les plaies dont Dieu frappa les Égyptiens, le séjour des Israélites dans le désert et enfin leur établissement dans le pays de Canaan.

1 Célébrez l’Éternel, invoquez son nom, faites connaître parmi les peuples ses exploits.

2 Chantez-lui, psalmodiez-lui, parlez de toutes ses merveilles.

3 Glorifiez-vous du nom de sa sainteté ; que le cœur de ceux qui cherchent l’Éternel, se réjouisse.

4 Recherchez l’Éternel et sa force ; cherchez continuellement sa face.

5 Souvenez-vous des merveilles qu’il a faites, de ses miracles, et des jugements qu’il a prononcés de sa bouche.

6 La postérité d’Abraham sont ses serviteurs ; les enfants de Jacob sont ses élus.

7 Il est l’Éternel notre Dieu ; ses jugements sont par toute la terre.

8 Il s’est toujours souvenu de son alliance, de la parole qu’il a établie pour mille générations ;

9 du traité qu’il a fait avec Abraham, du serment qu’il a fait à Isaac ;

10 et qu’il a ratifié, pour une ordonnance, à Jacob, et à Israël, pour une alliance éternelle,

11 Disant : Je te donnerai le pays de Canaan pour le lot de ton héritage ;

12 Encore qu’ils fussent en petit nombre, et qu’ils y demeurassent peu de temps comme étrangers.

13 Car ils allaient de nation en nation, et d’un royaume vers un autre peuple.

14 Il n’a pas souffert que personne les opprimât ; et il a châtié des rois pour l’amour d’eux ;

15 disant : Ne touchez point à mes oints, ne faites point de mal à mes prophètes.

16 Il appela aussi la famine pour venir sur la terre, et rompit toute la force du pain.

17 Il envoya un homme devant eux ; Joseph fut vendu pour esclave.

18 On lui serra les pieds dans des ceps ; il fut mis aux fers ;

19 jusqu’au temps que ce qu’il prédisit ce qui arriva, et que la parole de l’Éternel l’eut fait connaître.

20 Le roi envoya, et le relâcha, même le dominateur du peuple, et il le délia.

21 Il l’établit pour maître sur sa maison, et pour dominateur sur tout ce qu’il possédait.

22 Pour assujettir les principaux de son pays à sa volonté, et pour instruire ses anciens.

23 Alors Israël entra en Égypte, et Jacob séjourna au pays de Cam.

24 Et Dieu fit fort multiplier son peuple, et le rendit plus puissant que ceux qui l’opprimaient.

25 Il changea leur cœur, de sorte qu’ils eurent son peuple en haine, jusqu’à conspirer contre ses serviteurs.

26 Il envoya donc Moïse son serviteur, et Aaron qu’il avait élu ;

27 lesquels firent au milieu d’eux ses prodiges, selon sa parole, et des miracles au pays de Cam.

28 Il envoya les ténèbres, et fit obscurcir l’air ; et rien ne résista à ses paroles.

29 Il changea leur eau en sang, et fit mourir leurs poissons.

30 Leur terre produisit en toute abondance des grenouilles, jusque dans les cabinets de leurs rois.

31 Il parla, et il vint une mêlée de bêtes, et des poux par tout leur pays.

32 Il fit pleuvoir sur eux de la grêle, et fit tomber le feu et les flammes sur leur terre.

33 Et il frappa leurs vignes et leurs figuiers, et brisa les arbres de leur pays.

34 Il commanda, et les sauterelles vinrent, et les hurebecs sans nombre ;

35 lesquels broutèrent toute l’herbe dans leur pays, et dévorèrent le fruit de la terre.

36 Et il frappa tous les premiers-nés dans leur pays, et les prémices de toute leur force.

37 Puis il fit sortir Israël avec de l’or et de l’argent, et il n’y eut aucun malade parmi ses tribus.

38 L’Egypte fut réjouie à leur départ ; car la frayeur les avait saisis.

39 Il étendit la nuée pour les couvrir, et le feu pour les éclairer pendant la nuit.

40 Le peuple demanda, et il fit venir des cailles, et il les rassasia du pain des cieux.

41 Il ouvrit le rocher et les eaux en découlèrent ; elles coururent par les lieux secs comme un fleuve.

42 Car il se souvint de la parole sacrée qu’il avait donnée à Abraham son serviteur ;

43 et il fit sortir son peuple avec allégresse, et ses élus avec un chant de joie.

44 Et il leur donna les pays des nations, et ils possédèrent le travail des peuples ;

45 afin qu’ils gardassent ses statuts, et qu’ils observassent ses lois. Louez l’Eternel.

REFLEXIONS

I. On voit d’abord éclater dans ce Psaume la joie et la sainte ardeur avec laquelle les fidèles se portent à louer Dieu et à publier partout ses bontés.

II. On y trouve après cela une histoire abrégée des bienfaits de Dieu envers le peuple d’Israël. Ce récit fait voir que Dieu a toujours eu soin des siens, qu’il a fait dans tous les temps de grandes merveilles en leur faveur et qu'il est fidèle et constant dans son alliance et dans ses promesses, ce qui doit nous remplir de confiance et nous assurer que Dieu sera toujours le protecteur de son église et de ses enfants.

III. Ce cantique était destiné à perpétuer parmi les Israélites la mémoire des bienfaits de Dieu et à exciter leur reconnaissance. Quoique ces événements ne regardent pas directement les chrétiens, ils doivent cependant en conserver le souvenir, la méditation en étant très instructive et tout-à-fait édifiante. Mais il faut surtout qu'à l'occasion de ce qui est dit dans ce Psaume, nous nous élevions à la considération des grâces signalées et des bénédictions spirituelles que Dieu a répandues sur nous, en traitant une nouvelle alliance par Jésus-Christ, en nous délivrant de la captivité du péché, du diable et de la mort et en nous recevant dans son église.

IV. On voit dans les dernières paroles de ce Psaume que Dieu avait fait toutes ces grâces aux Israélites, afin qu'ils gardassent ses statuts et qu'ils observassent ses lois.

C'est là le but que Dieu se propose lorsqu'il fait du bien aux hommes. Ses bienfaits ne tendent, sinon à nous engager à l'aimer et à garder ses commandements et c'est aussi par-là que nous pouvons le mieux lui témoigner notre reconnaissance.

PSAUME CVI

Comme le Psaume précédent est un récit des grâces de Dieu sur les enfants d'Israël, celui-ci est un récit et une confession des murmures et des péchés où ils étaient tombés après leur sortie d'Égypte dans le désert et dans le pays de Canaan. Nous y voyons aussi les divers châtiments de Dieu sur ce peuple et les marques qu'il lui avait données de sa bonté en les supportant et en les délivrant en plusieurs occasions. C'est ici que ce termine le quatrième livre des Psaumes.

1 Louez l’Eternel.

Célébrez l’Eternel, car il est bon, et sa miséricorde demeure à toujours.

2 Qui pourrait réciter les exploits de l’Eternel ? Qui pourrait faire retentir toute sa louange ?

3 Heureux ceux qui gardent ce qui est droit, et qui font en tout temps ce qui est juste !

4 Eternel ! souviens-toi de moi, selon la bienveillance que tu portes à ton peuple, et prends soin de moi selon ta délivrance,

5 afin que je voie le bien de tes élus, que je me réjouisse dans la joie de ta nation, et que je me glorifie avec ton héritage.

6 Nous et nos pères, nous avons péché, nous avons fait iniquement, nous avons agi avec méchanceté.

7 Nos pères n’ont point été attentifs à tes merveilles en Egypte ; et ils ne se sont point souvenus de la multitude de tes bontés ; mais ils ont été rebelles auprès de la mer, vers la mer Rouge.

8 Toutefois, il les délivra pour l’amour de son nom, afin de donner à connaître sa force.

9 Car il tança la mer Rouge et elle fut à sec, et il les conduisit par ses gouffres, comme par un lieu sec.

10 Et il les délivra de la main de ceux qui les haïssaient, et les garantit de la main de l’ennemi ;

11 Et les eaux couvrirent leurs oppresseurs ; il n’en resta pas un seul.

12 Alors ils crurent à ses paroles, et ils chantèrent sa louange.

13 Mais ils oublièrent incontinent ses œuvres, et n’attendirent pas qu’il accomplît son conseil.

14 Mais ils furent épris de convoitise dans le désert, et ils tentèrent le Dieu fort dans la solitude.

15 Alors il leur donna ce qu’ils avaient demandé ; mais il leur envoya une consomption en leur corps.

16 Ils portèrent envie à Moïse dans le camp, et à Aaron, le saint de l’Eternel.

17 La terre s’ouvrit et engloutit Dathan, et couvrit la bande d’Abiram.

18 Le feu consuma aussi leur assemblée, et la flamme brûla les méchants.

19 Ils firent un veau en Horeb, et se prosternèrent devant une image de fonte ;

20 et changèrent leur gloire en la figure d’un bœuf qui mange l’herbe.

21 Ils oublièrent le Dieu fort, leur libérateur, qui avait fait de grandes choses en Egypte,

22 des choses merveilleuses au pays de Cam, et des choses terribles sur la mer Rouge.

23 C’est pourquoi il dit qu’il les détruirait ; mais Moïse, son élu, se tint à la brèche devant lui, pour détourner sa colère, afin qu’il ne les détruisît pas.

24 Ils méprisèrent aussi le pays désirable, et ils ne crurent point à sa parole.

25 Ils murmurèrent dans leurs tentes, et ils n’obéirent point à la voix de l’Éternel.

26 C’est pourquoi il leva la main, et jura qu’il les ferait tomber dans le désert ;

27 et qu’il accablerait leur postérité parmi les nations, et les disperserait en divers pays.

28 Ils se prostituèrent à Bahal-Péhor, et mangèrent des sacrifices des morts.

29 Et ils irritèrent Dieu, par leurs actions criminelles, tellement qu’une plaie fit une brèche parmi eux.

30 Mais Phinées se présenta, et fit justice, et la plaie fut arrêtée ;

31 et cela lui a été imputé pour justice dans tous les âges.

32 Ils irritèrent aussi le Seigneur près des eaux de Mériba, et il en arriva du mal à Moïse, à cause d’eux ;

33 car ils chagrinèrent son esprit, et il parla légèrement de ses lèvres.

34 Ils n’ont point détruit les peuples que l’Éternel leur avait dit de détruire.

35 Mais ils se sont mêlés parmi ces nations-là, et ils ont appris leurs manières de faire.

36 Et ils ont servi leurs faux dieux, lesquels leur ont été en pièges.

37 Car ils ont sacrifié leurs fils et leurs filles aux démons ;

38 et ils ont répandu le sang innocent, le sang de leurs fils et de leurs filles, lesquels ils ont sacrifiés aux faux dieux de Canaan, et le pays a été souillé de sang.

39 Ils se sont souillés par leurs actions, et ils se sont prostitués par ce qu’ils firent.

40 Et la colère de l’Éternel s’est embrasée contre son peuple, et il a eu en abomination son héritage.

41 Et il les a livrés en la main des nations, et ceux qui les haïssaient ont dominé sur eux.

42 Leurs ennemis les ont opprimés, et ils ont été humiliés sous leur main.

43 Il les a souvent délivrés ; mais ils l’ont provoqué par leurs conseils, et ils ont été humiliés par leur iniquité.

44 Toutefois, il les a regardés dans leur détresse, quand il entendait leur cri.

45 Et il s’est souvenu en leur faveur de son alliance, et il s’est repenti selon la grandeur de ses compassions ;

46 et il a fait que ceux qui les avaient emmenés captifs ont eu pitié d’eux.

47 Éternel, notre Dieu ! délivre-nous, et nous rassemble d’entre les nations, afin que nous célébrions le nom de ta sainteté, et que nous te glorifiions par nos louanges.

48 Béni soit l’Éternel, le Dieu d’Israël, depuis un siècle jusqu’à l’autre siècle, et que tout le peuple dise : Amen. Louez l’Éternel.

REFLEXIONS

Pour faire servir ce Psaume à notre édification, il faut y remarquer ces trois articles principaux.

I. Le premier est une confession des péchés des Israélites, de leurs rebellions, de leurs murmures, de leur ingratitude et de l'idolâtrie dont ils s'étaient rendus coupables à diverses fois.

De là nous devons apprendre d'un côté, à nous éloigner de l'ingratitude et de l'infidélité de ce peuple, puisque Dieu nous a fait encore plus de grâce qu'à eux et de l'autre, à reconnaître et à confesser nos péchés devant Dieu lorsque nous l'avons offensé.

II. On voit ici que toutes les fois que les Israélites tombaient dans la désobéissance, le Seigneur leur faisait sentir des marques de sa colère. Dieu ne laisse pas les rebellions des hommes, impunies, mais il punit surtout les péchés de ceux qu'il a reçu dans son alliance et qui abusent de ses grâces et il le fait pour les ramener à leur devoir. Ainsi, lorsque Dieu nous visite, soit par des calamités générales, soit par des afflictions particulières, au lieu d'en murmurer, nous devons reconnaître la justice de ses châtiments, en profiter et craindre d'en attirer de nouveaux sur nous par notre endurcissement.

III. Il est dit dans ce Psaume que Dieu par un effet de sa bonté avait supporté les Israélites, qu'il avait eu pitié d'eux lorsqu'ils étaient dans la détresse et qu'il les avait délivrés en plusieurs occasions. Ce sont là des preuves de la grande miséricorde de Dieu. Il est plein de compassion et de support envers les hommes, même envers ceux qui l'ont offensé et il est toujours disposé à leur pardonner lorsqu'ils se convertissent et à les combler de ses grâces.

PSAUME CVII

Le but de ce Psaume est de montrer que la providence de Dieu dispense aux hommes diverses épreuves et qu'elle les expose à plusieurs dangers afin de les obliger à recourir à lui, à le craindre et à célébrer sa bonté. C'est ce que le prophète fait voir par l'exemple de ceux qui sont errants dans les pays étrangers, des prisonniers, des malades et de ceux qui sont exposés aux orages sur la mer. Il parle aussi de la famine, de la sécheresse, de l'abaissement des grands et de l'élévation des petits et il montre que Dieu fait tout cela avec sagesse, avec justice et pour le bien des hommes.

1 Célébrez l’Éternel, car il est bon et sa miséricorde demeure à toujours.

2 C’est ce que doivent dire les rachetés de l’Éternel, lesquels il a rachetés de la main de l’oppresseur ;

3 et ceux qu’il a rassemblés des pays d’Orient et d’Occident, d’Aquilon et du Midi.

4 Ils étaient errants par le désert, dans un chemin solitaire, et ils ne trouvaient aucune ville habitée.

5 Ils étaient affamés et altérés ; leur âme défaillait.

6 Alors ils ont crié à l’Éternel dans leur détresse, et il les a délivrés de leurs angoisses.

7 Et il les a conduits au droit chemin, pour aller dans une ville habitée.

8 Qu’ils célèbrent donc la bonté de l’Éternel, et ses merveilles parmi les fils des hommes,

9 parce qu’il a rassasié l’âme qui était vide, et rempli de biens l’âme affamée.

10 Ceux qui habitent dans les ténèbres et dans l’ombre de la mort, détenus dans l’affliction et dans les fers,

11 parce qu’ils ont été rebelles aux paroles du Dieu fort, et qu’ils ont méprisé le conseil du Très-Haut ;

12 Il a humilié leurs cœurs par la souffrance, et ils ont été abattus, sans qu’il y eût personne qui les secourût.

13 Alors ils ont crié à l’Éternel dans leur détresse, et il les a délivrés de leurs angoisses.

14 Il les a tirés des ténèbres et de l’ombre de la mort, et il a rompu leurs liens.

15 Qu’ils célèbrent donc la bonté de l’Éternel et ses merveilles parmi les fils des hommes ;

16 parce qu’il a brisé les portes d’airain, et rompu les barres de fer !

17 Les insensés qui sont affligés à cause de leur voie, de leurs transgressions et de leurs iniquités ;

18 tellement que leur âme a en horreur toute sorte de nourriture, et qu’ils touchent aux portes de la mort ;

19 alors, ils ont crié à l’Éternel dans leur détresse, et il les a délivrés de leurs angoisses.

20 Il envoie sa parole, et il les guérit, et les délivre de leurs tombeaux.

21 Qu’ils célèbrent donc la bonté de l’Éternel, et ses merveilles parmi les fils des hommes !

22 Qu’ils sacrifient des sacrifices d’actions de grâces, et qu’ils racontent ses œuvres en chantant de joie !

23 Ceux qui descendent sur la mer dans des navires, et qui font commerce sur les grandes eaux ;

24 ce sont eux qui voient les œuvres de l’Éternel, et ses merveilles dans les lieux profonds ;

25 car il commande, et il fait lever un vent de tempête, qui élève les vagues de la mer :

26 ils montent aux cieux, ils descendent aux abîmes ; leur âme se fond d’angoisse.

27 Ils branlent et chancellent comme un homme ivre, et toute leur sagesse leur manque.

28 Alors ils crient à l’Éternel dans leur détresse, et il les délivre de leurs angoisses.

29 Il arrête la tempête, la changeant en calme, et les ondes s’apaisent.

30 Puis ils se réjouissent de ce qu’elles sont calmées, et il les conduit au port qu’ils désiraient.

31 Qu’ils célèbrent donc la bonté de l’Éternel, et ses merveilles parmi les fils des hommes !

32 Qu’ils l’exaltent dans l’assemblée du peuple, et le louent dans le lieu où les anciens s’assemblent !

33 Il réduit les fleuves en désert, et les sources d’eaux en sécheresse ;

34 la terre fertile en terre salée, à cause de la malice de ceux qui y habitent.

35 Il réduit le désert en des étangs d’eaux, et la terre sèche en des sources d’eaux.

36 Et il y fait habiter ceux qui étaient affamés, tellement qu’ils y bâtissent des villes pour y habiter.

37 Et ils y sèment les champs, et y plantent des vignes, qui rendent du fruit tous les ans.

38 Il les bénit, et ils se multiplient extrêmement, et il ne laisse point diminuer leur bétail.

39 Ils sont ensuite réduits à un petit nombre, et humiliés par l’oppression, par la misère, et par la douleur.

40 Il répand le mépris sur les principaux, et les fait errer par des lieux déserts, où il n’y a point de chemin.

41 Mais il élève le misérable hors de l’affliction, et leur donne des familles comme par troupeaux.

42 Les hommes droits voient cela, et s’en réjouissent ; mais tous les iniques ont la bouche fermée.

43 Quiconque est sage prendra garde à ces choses, afin de considérer les bontés de l’Éternel.

REFLEXIONS

Voici un Psaume très instructif. Il tend à nous apprendre :

Que Dieu dispense très sagement tout ce qui arrive aux hommes et que quand ils se trouvent dispersés, fugitifs, captifs, malades, en danger de perdre la vie, affligé par la famine ou de quelque autre manière, c'est Dieu qui les fait passer par toutes ces épreuves afin de les engager à l'invoquer et à recourir à sa puissance et à sa bonté. Ce Psaume nous montre donc :

- Que le devoir des personnes affligées est de s'adresser à Dieu par d'humbles et d'ardentes prières et de chercher auprès de lui la délivrance de leurs maux,

- Que lorsque les hommes crient à Dieu dans leurs besoins et qu'ils se convertissent, il a pitié d'eux et qu'il les délivre de toutes leurs angoisses et que le devoir de ceux qui par le secours de Dieu, sont échappés de quelque grande maladie, de quelque danger de mort ou de quelque autre détresse est de lui marquer leur reconnaissance pendant toute leur vie, de célébrer ses bontés et d'en informer les autres hommes. C'est à quoi doivent prendre garde ceux qui se sont vus dans l'affliction. Il est assez ordinaire aux hommes de recourir à Dieu quand ils souffrent, mais le péril étant passé, ils tombent ordinairement dans l'oubli des grâces de Dieu et dans l'ingratitude. Ce qui est dit dans ce Psaume nous engage à faire une sérieuse attention à ce qui arrive dans le monde et surtout à ce qui arrive à nous-mêmes, afin que nous apprenions par là à craindre Dieu. C'est là l'usage qu'il faut faire de ce cantique et ce qui est marqué dans le dernier verset en ces termes : Quiconque est sage prendra garde à ces choses afin que l'on considère les bontés du Seigneur.

PSAUME CVIII

David loue Dieu avec un grand zèle et il implore son secours. Il se promet aussi que, par son assistance, il règnerait sur tout le pays d'Israël et qu'il serait victorieux des Moabites, des Iduméens et de tous ceux qui s'opposaient à lui.

1 Cantique, ou psaume de David.

2 Mon cœur est disposé, ô Dieu ! ma gloire l’est aussi ; je chanterai et je psalmodierai.

3 Réveille-toi, mon luth et ma harpe ; je me réveillerai à l’aube du jour.

4 Éternel, je te célébrerai parmi les peuples, et je te psalmodierai parmi les nations.

5 Car ta bonté atteint jusqu’aux cieux, et ta vérité jusqu’aux nues.

6 O Dieu ! élève-toi sur les cieux, et que ta gloire soit sur toute la terre ;

7 afin que ceux que tu aimes soient délivrés ; sauve-moi par ta droite, et m’exauce.

8 Dieu a parlé dans son sanctuaire ; je me réjouirai ; je partagerai Sichem, et mesurerai la vallée de Succoth ;

9 Galaad sera à moi, Manassé sera à moi, Ephraïm sera la force de ma tête, et Juda mon législateur.

10 Moab sera le bassin où je me laverai, et je jetterai mon soulier sur Edom, je triompherai de la Palestine.

11 Qui sera-ce qui me conduira dans la ville forte ? Qui est-ce qui me conduira jusqu’en Edom ?

12 Ne sera-ce pas toi, ô Dieu ! qui nous avais rejetés, et qui ne sortais plus, ô Dieu ! avec nos armées ?

13 Donne-nous du secours, pour sortir de la détresse ; car la délivrance qui vient de l’homme n’est que vanité.

14 Nous ferons des actions de valeur en Dieu, et il foulera nos ennemis.

REFLEXIONS

Ce Psaume doit :

I. Nous inspirer une grande dévotion et un zèle ardent pour louer Dieu et pour célébrer sa bonté et sa vérité.

II. Il doit remplir les fidèles d'une ferme confiance au secours de Dieu et les assurer que ceux que Dieu aime seront toujours délivrés.

III. David nous apprend que toute la force et tout le bonheur des hommes dépend de Dieu seul, que le secours humain n'est que vanité et qu'ainsi il ne faut mettre son espérance qu'au Seigneur.

PSAUME CIX

Dans ce Psaume, David décrit la malice et l'injustice de ses ennemis et il les menace de la malédiction divine.

1 Psaume de David, donné au maître chantre, pour le chanter.

2 O Dieu de ma louange ! ne te tais point. Car la bouche du méchant, et la bouche remplie de fraudes se sont ouvertes sur moi, et ils m’ont parlé avec une langue menteuse.

3 Ils m’ont environné par des paroles pleines de haine, et ils me font la guerre sans cause.

4 Au lieu que je les aimais, ils m’ont été opposés ; mais moi, je priais pour eux.

5 Et ils m’ont rendu le mal pour le bien, et la haine pour l’amour que je leur portais.

6 Tu établiras le méchant sur lui, et l’adversaire se tiendra à sa droite.

7 Quand on le jugera, il sera déclaré méchant ; et sa prière lui tournera en péché.

8 Sa vie sera courte, et un autre prendra sa charge.

9 Ses enfants seront orphelins, et sa femme veuve.

10 Et ses enfants seront errants, ils mendieront et quêteront à cause de leurs maisons détruites.

11 Le créancier se saisira de tout ce qui est à lui, et les étrangers pilleront tout le fruit de son travail.

12 Il n’y aura personne qui continue d’user de bonté envers lui, ni qui ait pitié de ses orphelins.

13 Sa postérité sera retranchée, et son nom sera effacé dans la race qui suivra.

14 L’iniquité de ses pères reviendra en mémoire à l’Eternel, et le péché de sa mère ne sera point effacé.

15 Ils seront continuellement devant l’Eternel, et il retranchera leur mémoire de la terre ;

16 parce que ce méchant ne s’est point souvenu d’user de bonté, mais qu’il a persécuté l’homme affligé et misérable, et dont le cœur était navré, pour le faire mourir.

17 Il a aimé la malédiction ; elle viendra sur lui ; et parce qu’il n’a point pris plaisir à la bénédiction, elle s’éloignera de lui.

18 Il sera revêtu de malédiction comme d’un habit ; elle entrera dans son corps comme de l’eau, et comme de l’huile dans ses os.

19 Elle lui sera comme un vêtement dont il sera couvert, et comme une ceinture dont il sera toujours ceint.

20 Tel sera, de la part de l’Eternel, le salaire de mes adversaires et de ceux qui disent du mal de moi.

21 Mais toi, Eternel mon Dieu ! use envers moi de ta faveur, pour l’amour de ton nom ; et puisque tu es si bon, délivre-moi.

22 Car je suis affligé et misérable, et mon cœur est navré dans moi.

23 Je m’en vais comme l’ombre quand elle décline, et je suis agité comme une sauterelle.

24 Mes genoux sont affaiblis par le jeûne, et ma chair s’est amaigrie, au lieu qu’elle était en embonpoint.

25 Ils me chargent d’opprobre ; et quand ils me voient, ils branlent la tête.

26 Éternel ! mon Dieu ! aide-moi ; délivre-moi par ta bonté ;

27 afin qu’on connaisse que c’est ici ta main, et que c’est toi, ô Éternel, qui as fait ceci.

28 Ils maudiront, mais tu béniras ; ils s’élèveront, mais ils seront confus, et ton serviteur se réjouira.

29 Mes adversaires seront revêtus de confusion, ils seront couverts de honte comme d’un manteau.

30 Je célébrerai l’Éternel par ma bouche et de toutes mes forces, et je le louerai au milieu de plusieurs nations,

31 de ce qu’il se tient à la droite du misérable, pour le délivrer de ceux qui condamnent son âme.

REFLEXIONS

Ce que nous pouvons apprendre en général de ce Psaume, c’est que Dieu protège les bons et que sa malédiction poursuit ordinairement les méchants et principalement ceux qui oppriment les innocents, qui sont durs et cruels et qui nuisent aux autres, que cette malédiction passe même à leur postériorité et que le mal qu’ils ont fait ou souhaité à autrui retombe le plus souvent sur eux. Mais il importe de considérer que ce serait abuser d’une manière criminelle et impie de ce qu’on lit dans ce Psaume, que de s’imaginer qu’il nous soit permis de souhaiter que la vengeance de Dieu tombe sur ceux qui nous font du mal ou qui ne nous aiment pas. David parle ici en qualité de roi choisi de Dieu et de prophète. Il prédisait la ruine de ses ennemis plutôt qu’il ne la souhaitait, il leur avait même rendu, comme il le dit, le bien pour le mal et l’amour pour la haine. Outre cela, ce qui est dit ici ne regarde que les ennemis de Dieu et certains grands pécheurs, tel qu’était Judas à qui quelques-unes des paroles de ce Psaume sont appliquées dans le Nouveau Testament. Mais ce que nous devons surtout considérer, c’est qu’un chrétien ne doit haïr personne et que la qualité que nous portons de disciples de Jésus-Christ nous oblige à aimer tous les hommes, même nos plus grands ennemis, à prier pour eux de tout notre cœur et à leur souhaiter et à leur faire tout le bien que nous pourrons.

PSAUME CX

Le Saint Esprit prédit dans ce Psaume que le Messie devait être élevé à la droite de Dieu, qu’il serait le Roi et le sacrificateur de l’église, qu’il établirait glorieusement son règne et qu’il triompherait de tous ses ennemis.

1 Psaume de David.

L’Éternel a dit à mon Seigneur : Sieds-toi à ma droite, jusqu’à ce que j’aie mis tes ennemis pour le marchepied de tes pieds.

2 L’Éternel fera sortir de Sion le sceptre de ta force, disant : Domine au milieu de tes ennemis.

3 Ton peuple sera un peuple plein de franche volonté, au jour que tu assembleras ton armée avec une sainte pompe ; ta postérité sera comme la rosée qui est produite du sein de l’aurore.

4 L’Éternel l’a juré, et il ne s’en repentira point, que tu es sacrificateur à toujours, selon l’ordre de Melchisédec.

5 Le Seigneur est à ta droite ; il transpercera les rois au jour de sa colère.

6 Il exercera ses jugements sur les nations ; il remplira tout de corps morts ; il écrasera le chef qui domine sur un grand pays.

7 Il boira du torrent dans le chemin ; c’est pourquoi il lèvera la tête en haut.

REFLEXIONS

Jésus-Christ lui-même et les apôtres nous apprennent dans le Nouveau Testament, que ce Psaume regarde le Messie. Nous y voyons la dignité infinie de sa personne, la nature de son règne qui devait être tout spirituel et céleste, la gloire suprême où Dieu l’élèverait en le faisant seoir à sa droite et la force avec laquelle il établirait son empire en détruisant ses ennemis. Le Saint-Esprit prédit encore ici que le Messie serait non seulement un roi puissant, mais aussi notre grand sacrificateur qui expierait nos péchés. C’est ce que Saint Paul fait voir au chapitre VII de l’épître aux Hébreux. Nous voyons de plus dans ce Psaume que les sujets de ce roi glorieux seraient un peuple de franche volonté, ce qui marque qu’ils se soumettraient à lui sans contrainte et qu’ils lui obéiront volontairement et avec joie.

Ainsi ce cantique nous instruit de nos avantages et de notre devoir.

Enfin, ce qui y est dit ne nous permet pas de douter que Jésus-Christ ne règne à jamais pour ses fidèles et que tous ses ennemis et les nôtres ne soient un jour mis sous ses pieds, ce qui arrivera surtout lorsqu'il détruira la mort qui est le dernier de nos ennemis, par la bienheureuse résurrection, comme St. Paul le remarque dans I Corinthiens chapitre XV.

PSAUME CXI

Le psalmiste loue Dieu à cause de ses œuvres admirables et surtout à cause des grâces temporelles et spirituelles qu’il avait accordées au peuple d'Israël.

1 Louez l’Éternel.

Aleph. Je célébrerai l’Éternel de tout mon cœur, Beth, dans la compagnie des hommes droits, et dans leur assemblée.

2 Guimel. Les œuvres de l’Éternel sont grandes. Daleth. Elles sont recherchées de tous ceux qui y prennent plaisir.

3 Hé. Son œuvre n’est que majesté et que magnificence, Vau, et sa justice demeure à perpétuité.

4 Zajin. Il a rendu ses merveilles mémorables. Heth. L’Éternel est miséricordieux et pitoyable.

5 Teth. Il a donné à vivre à ceux qui le craignent. Jod. Il se souvient toujours de son alliance.

6 Caph. Il a manifesté à son peuple la force de ses œuvres, Lamed, en leur donnant l’héritage des nations.

7 Mem. Les œuvres de ses mains ne sont que vérité et équité. Nun. Tous ses commandements sont fidèles.

8 Samech. Ils sont stables à perpétuité et dans tous les siècles, Hajin, étant faits avec fidélité et avec droiture.

9 Pé. Il a envoyé la rédemption à son peuple. Tsadé. Il a ordonné son alliance pour toujours. Koph. Son nom est saint et redoutable.

10 Resch. Le commencement de la sagesse est la crainte de l’Éternel. Scin. Tous ceux qui s’y adonnent sont bien sages. Thau. Que sa louange demeure éternellement.

REFLEXIONS

Nous devons joindre nos louanges à celles qui sont exprimées dans ce cantique, nous avons même encore plus de sujet que les anciens fidèles de reconnaître que les œuvres de Dieu sont grandes et admirables, qu'il est miséricordieux, juste et plein de pitié, qu'il s'est souvenu de son alliance et qu'il a envoyé le salut et la rédemption à son peuple. Ces grâces inestimables doivent nous inciter à le louer continuellement et de tout notre cœur et à publier ses merveilles et ses bontés devant les hommes et particulièrement dans l'assemblée des fidèles. David nous donne à la fin de ce Psaume une instruction très utile et très importante lorsqu'il dit que le commencement de la sagesse est la crainte du Seigneur et que tous ceux qui s'y adonnent sont bien sages. Cela nous apprend qu'en craignant Dieu on parvient à la vraie sagesse et au vrai bonheur et qu'ainsi ce doit être là notre principale étude.

PSAUME CXII

Ce Psaume contient une description de la piété et du bonheur de ceux qui s'y adonnent.

1 Louez l’Éternel.

Aleph. Heureux l’homme qui craint l’Éternel, Beth, et qui prend tout son plaisir dans ses commandements.

2 Guimel. Sa postérité sera puissante sur la terre. Daleth. La postérité des hommes droits sera bénie.

3 Hé. Il y aura des biens et des richesses dans sa maison, Vau, et sa justice demeure à perpétuité.

4 Zajin. La lumière s’est levée dans les ténèbres pour ceux qui sont droits. Heth. Il est pitoyable, miséricordieux et juste.

5 Teth. L’homme de bien fait l’aumône, et prête. Jod. Il règle ses affaires avec droiture.

6 Caph. Même, il ne sera jamais ébranlé. Lamed. La mémoire du juste sera perpétuelle.

7 Mem. Il n’aura peur d’aucun mauvais bruit. Nun. Son cœur est ferme, se confiant en l’Éternel.

8 Samech. Son cœur bien appuyé ne craindra point, Hajin, jusqu’à ce qu’il ait vu en ceux qui l’oppriment ce qu’il attend.

9 Pé. Il a répandu, il a donné aux pauvres. Tsadé. Sa justice demeure à perpétuité. Koph. Sa corne sera élevée en gloire.

10 Resch. Le méchant le verra, et en aura du dépit. Scin. Il grincera les dents, et se fondra. Thau. Le désir des méchants périra.

REFLEXIONS

Ce Psaume nous instruit :

I. Des marques de la vraie piété. II. du bonheur de ceux qui s'y attachent.

Voici les caractères que le psalmiste donne des gens de bien, c'est qu'ils craignent le Seigneur, qu'ils prennent un singulier plaisir à ses commandements, qu'ils sont justes et sincères, qu'ils règlent toutes leurs affaires avec droiture, qu'ils sont bons et pleins de compassion et qu'ils aiment à faire l'aumône et à donner aux pauvres.

Pour ce qui est de leur bonheur, le prophète nous apprend qu'ils sont parfaitement heureux, que Dieu les bénit dans leurs personnes, dans leur postérité et dans leurs biens et surtout qu'ils jouissent de la paix de la conscience, qu'ils ne craignent aucun mal, qu'ils sont toujours ferme, se reposant sur le Seigneur et que leur justice et leur mémoire durera à jamais. Ce sont là des instructions très importantes et des motifs qui doivent nous animer puissamment à l'étude de la piété.

PSAUME CXIII

C’est ici un Psaume de louange et une exhortation à reconnaître et à publier la grandeur de Dieu et sa puissance infinie qui paraît dans les œuvres de la providence et surtout en ce qu’il élève et qu’il bénit ceux à qui il trouve à propos de faire du bien.

1 Louez l’Éternel.

Louez, vous, les serviteurs de l’Éternel, louez le nom de l’Éternel.

2 Que le nom de l’Éternel soit béni, dès maintenant et à toujours.

3 Le nom de l’Éternel est digne de louange, depuis le soleil levant jusqu’au soleil couchant.

4 L’Éternel est élevé par-dessus toutes les nations ; sa gloire est par-dessus les cieux.

5 Qui est semblable à l’Éternel notre Dieu, qui habite dans les lieux très hauts ;

6 qui s’abaisse pour regarder dans les cieux et sur la terre ;

7 qui tire le petit de la poudre, et qui élève le pauvre du fumier,

8 pour le faire asseoir avec les principaux, même, avec les principaux de son peuple ;

9 qui donne de la famille à celle qui était stérile, la rendant mère de plusieurs enfants et joyeuse ? Louez l’Éternel.

REFLEXIONS

Voici un Psaume qui doit nous exciter à louer le saint nom du Seigneur, à publier sans cesse sa gloire qui éclate en tous lieux et à célébrer cette providence adorable qui gouverne tout ce qui se fait ici-bas et qui élève et abaisse les hommes comme il lui plait.

Ces considérations nous engagent fortement à craindre ce grand Dieu, à dépendre absolument de lui et à mettre toute notre confiance en sa bonté.

PSAUME CXIV

Le psalmiste décrit dans ce cantique la puissance que Dieu déploya lorsque les Israélites sortirent d'Égypte, lorsqu’ils passèrent la Mer Rouge et lorsque le fleuve du Jourdain cessa de couler à leur entrée dans le pays de Canaan.

 Quand Israël sortit d’Égypte, et la maison de Jacob d’avec le peuple barbare,

2 Juda fut consacré à Dieu, et Israël devint son empire.

3 La mer le vit, et s’enfuit, le Jourdain retourna en arrière.

4 Les montagnes sautèrent comme des moutons et les coteaux comme des agneaux.

5 Ô mer ! pourquoi t’es-tu enfuie ? Ô Jourdain, pourquoi t’es-tu retourné en arrière ?

6 Montagnes, pourquoi avez-vous sauté comme des moutons, et vous coteaux, comme des agneaux ?

7 Terre, tremble pour la présence du Seigneur, pour la présence du Dieu de Jacob ;

8 lequel a changé le rocher en un étang d’eaux, et la pierre très dure en une source abondante.

REFLEXIONS

Il faut faire ces deux considérations sur ce Psaume :

La première, que les miracles que Dieu fit autrefois en faveur de son peuple dans la sortie d'Égypte, dans le passage de la Mer Rouge et dans celui du Jourdain sont des preuves incontestables de la puissance, de la grandeur et de la majesté de Dieu et qu'ainsi nous devons aussi célébrer cette puissance infinie et révérer ce grand Dieu à qui rien ne peut résister. La deuxième réflexion est que les merveilles dont il est fait mention dans ce Psaume, n'étant pas si considérables que celles que Dieu à faites par Jésus-Christ dans l'ouvrage de notre rédemption, nous avons encore plus de sujet que les Israélites n'en avaient d'exalter la puissance et la bonté de notre Dieu et de le bénir à jamais.

PSAUME CXV 

Ce Psaume a trois parties : I. La première est une prière par laquelle les Israélites demandent à Dieu de les délivrer pour la gloire de son nom. II. La seconde est une description de la vanité des idoles et de la folie des idolâtres. Dans la troisième, le psalmiste représente le bonheur de ceux qui se confient en Dieu et qui le craignent.

1 Non point à nous, Éternel ! non point à nous, mais donne gloire à ton nom, pour l’amour de ta bonté, pour l’amour de ta vérité.

2 Pourquoi diraient les nations : Où est maintenant leur Dieu ?

3 Certes, notre Dieu est dans les cieux ; il fait tout ce qu’il lui plaît.

4 Leurs faux dieux sont de l’or et de l’argent, un ouvrage de main d’homme.

5 Ils ont une bouche, et ne parlent point ; ils ont des yeux, et ne voient point.

6 Ils ont des oreilles, et n’entendent point ; ils ont un nez et ne sentent point,

7 des mains, et ne touchent point, des pieds, et ne marchent point ; ils ne rendent aucun son de leur gosier.

8 Ceux qui les font, et tous ceux qui s’y confient, leur deviendront semblables.

9 Israël, assure-toi sur l’Éternel ; car il est l’aide et le bouclier de ceux qui l’invoquent.

10 Maison d’Aaron, assurez-vous sur l’Éternel ; car il est leur aide et leur bouclier.

11 Vous qui craignez l’Éternel, assurez-vous sur l’Éternel ; car il est leur aide et leur bouclier.

12 L’Éternel s’est souvenu de nous, il nous bénira ; il bénira la maison d’Israël, il bénira la maison d’Aaron ;

13 il bénira ceux qui le craignent, tant les petits que les grands.

14 L’Éternel ajoutera de nouvelles bénédictions sur vous et sur vos enfants.

15 Vous êtes bénis de l’Éternel, qui a fait les cieux et la terre.

16 Pour ce qui est des cieux, les cieux sont à l’Éternel ; mais il a donné la terre aux enfants des hommes.

17 Les morts ne loueront point l’Éternel, ni tous ceux qui descendent au lieu du silence.

18 Mais nous, nous bénirons l’Éternel dès maintenant et à toujours. Louez l’Éternel.

REFLEXIONS

Ce Psaume nous apprend ces trois choses :

I. Que quand Dieu fait du bien aux hommes, il est porté à le faire non par aucun mérite qui soit en eux, mais par sa pure bonté et que ce doit être là aussi le fondement de notre confiance dans les prières que nous lui adressons.

II. Ce qui est dit ici de la folie et de la stupidité des idolâtres qui adorent les idoles mortes et des ouvrages de mains d'hommes tendait à éloigner les Israélites du culte des fausses divinités et de les attacher plus fortement au service du vrai Dieu.

Cela nous oblige à bénir le Seigneur de ce qu'il nous a retiré de l'idolâtrie en nous donnant sa connaissance et à le servir avec pureté, avec fidélité et avec zèle.

III. Nous voyons ici combien ceux qui adorent Dieu et qui le craignent sont heureux. Le psalmiste nous assure que Dieu est l'aide et le bouclier de tous ceux qui s'assurent sur lui, qu'ils sont bénis du Seigneur et qu'il les comble de faveurs et de grâces, eux et leur postérité. Nous devons, en vue de ces glorieuses promesses, nous adonner de plus en plus à craindre Dieu et attendre toute notre félicité de sa seule bénédiction.

PSAUME CXVI

David rend grâces à Dieu avec de saints transports de zèle, de joie et d'amour pour les délivrances qu’il lui avait accordées et pour tous les biens qu’il avait reçus de lui.

1 J’aime l’Éternel, parce qu’il a exaucé ma voix et mes supplications.

2 Car il a incliné son oreille vers moi ; c’est pourquoi je l’invoquerai tous les jours de ma vie.

3 Les cordeaux de la mort m’avaient environné, et les détresses du sépulcre m’avaient rencontré ; j’avais trouvé la détresse et la douleur.

4 Mais j’invoquai le nom de l’Éternel, disant : Je te prie, Éternel ! délivre mon âme.

5 L’Éternel est pitoyable et juste, et notre Dieu fait miséricorde.

6 L’Éternel garde les petits ; j’étais devenu misérable, et il m’a sauvé.

7 Mon âme, retournes-en ton repos, car l’Éternel t’a fait du bien ;

8 car tu as retiré mon âme de la mort, mes yeux de pleurs, et mes pieds de chute.

9 Je marcherai en la présence de l’Éternel, dans la terre des vivants.

10 J’ai cru, c’est pourquoi j’ai parlé ; j’étais extrêmement affligé.

11 Je disais dans ma détresse : Tout homme est menteur.

12 Que rendrai-je à l’Éternel ? tous ses bienfaits sont sur moi.

13 Je prendrai la coupe des délivrances, et j’invoquerai le nom de l’Éternel.

14 Je rendrai maintenant mes vœux à l’Éternel devant tout son peuple.

15 La mort des bien-aimés de l’Éternel est précieuse devant ses yeux.

16 Je te prie, ô Éternel ! car je suis ton serviteur ; je suis ton serviteur, le fils de ta servante ; tu as délié mes liens.

17 Je te sacrifierai des sacrifices d’actions de grâces, et j’invoquerai le nom de l’Éternel.

18 Je rendrai maintenant mes vœux à l’Éternel devant tout son peuple,

19 Dans les parvis de la maison de l’Éternel, au milieu de toi, ô Jérusalem ! Louez l’Éternel.

REFLEXIONS

C'est ici un Psaume où la dévotion et le zèle du roi David éclatent d'une façon toute particulière. Nous devons y remarquer avec quels sentiments de joie et de reconnaissance il célèbre les merveilleuses délivrances que Dieu lui avait accordées dans les grandes extrémités où il s'était vu, avec quelle ardeur il lui offre ses actions de grâce, son amour et le vœu de son obéissance. Par-là, ce roi pieux nous apprend que quand Dieu nous a fait quelque grâce particulière et surtout quand il nous a délivré de quelque grand danger, notre devoir est de l'aimer, de bénir son saint nom, de lui rendre nos vœux et nos louanges en présence de tout le monde et surtout de marcher devant lui tout le temps de notre vie et de lui témoigner notre reconnaissance, non seulement par nos paroles, mais surtout par toute notre conduite.

C'est à quoi nous invitent surtout les grâces spirituelles que Dieu répand sur nous en nous pardonnant nos péchés, en nous délivrant de la condamnation et de la mort et en nous recevant au nombre de ses enfants et de ses serviteurs. La vue et le sentiment de ces biens si précieux doit remplir de consolation et de joie tous ceux qui y ont part et leur faire dire avec le psalmiste : Mon âme retourne en ton repos, car le Seigneur t'a fait du bien. Que rendrai-je à l'Éternel ? Tous ses bienfaits sont sur moi. Je prendrai la coupe des délivrances et j’invoquerai son saint Nom. Je lui sacrifierai un sacrifice d'action de grâces et je lui rendrai mes vœux devant tout son peuple. Louez l'Éternel.

PSAUME CXVII

Le psalmiste invite toutes les nations de la terre à louer Dieu à cause de sa bonté et de sa miséricorde.

1 Nations, louez toutes l’Éternel ; vous tous, les peuples, célébrez-le.

2 Car sa bonté est très grande sur nous, et la vérité de l’Éternel demeure à toujours. Louez l’Éternel.

REFLEXIONS

Ce Psaume nous invite à l'un des plus importants devoirs de la religion qui est de louer Dieu continuellement pour sa bonté et de reconnaître que sa miséricorde est grande sur nous et qu'elle demeure éternellement. C’est en nous acquittant religieusement d’un devoir tout à fait si juste si agréable, que nous pourrions contribuer en quelque sorte à y amener tous les peuples de la terre, et à hâter ces temps heureux où toutes les nations éclairées de la lumière de l’évangile se plairont à louer l’Eternel, et à célébrer sa bonté, surtout l’infinie miséricorde de l’envoi de son fils bien-aimé, pour opérer les merveilleux ouvrages de nôtre rédemption.

PSAUME CXVIII

David exhorte tous les Israélites à célébrer la bonté de Dieu. Il le loue avec un grand zèle de ce qu’il l'avait fait triompher de ses ennemis. Le peuple répond à ses invitations en bénissant aussi le Seigneur et en priant pour la postérité de David. La dernière partie de ce Psaume se rapporte à notre Seigneur Jésus-Christ.

1 Célébrez l’Éternel, car il est bon, et sa miséricorde dure éternellement.

2 Qu’Israël dise maintenant, que sa miséricorde dure éternellement.

3 Que la maison d’Aaron dise maintenant, que sa miséricorde dure éternellement.

4 Que ceux qui craignent l’Éternel disent maintenant, que sa miséricorde dure éternellement.

5 Quand je me suis trouvé dans la détresse, j’ai invoqué l’Éternel, et l’Éternel m’a répondu en me mettant au large.

6 L’Éternel est pour moi ; je ne craindrai rien ; que me ferait l’homme ?

7 L’Éternel est pour moi parmi ceux qui m’aident ; c’est pourquoi je verrai en ceux qui me haïssent ce que j’attends.

8 Il vaut mieux se retirer vers l’Éternel, que de s’assurer sur l’homme.

9 Il vaut mieux se retirer vers l’Éternel, que de s’assurer sur les principaux d’entre les peuples.

10 Toutes les nations m’avaient environné ; mais au nom de l’Éternel je les ai détruites.

11 Elles m’avaient environné ; même elles m’avaient environné ; mais au nom de l’Éternel je les ai détruites.

12 Elles m’avaient environné comme des abeilles, elles ont été éteintes comme un feu d’épines ; car au nom de l’Éternel je les ai détruites.

13 Tu m’avais rudement poussé, pour me faire tomber ; mais l’Éternel m’a secouru.

14 L’Éternel est ma force et mon cantique ; il a été mon libérateur.

15 Une voix de chant de triomphe et de délivrance retentit dans les tabernacles des justes : la droite de l’Éternel, disent-ils, fait vertu.

16 La droite de l’Éternel est élevée, la droite de l’Éternel fait vertu.

17 Je ne mourrai point, mais je vivrai, et je raconterai les œuvres de l’Éternel.

18 L’Éternel m’a châtié sévèrement ; mais il ne m’a point livré à la mort.

19 Ouvrez-moi les portes de la justice ; j’y entrerai, et je célébrerai l’Éternel.

20 C’est ici la porte de l’Éternel, les justes y entreront.

21 Je te célébrerai, de ce que tu m’as exaucé et que tu as été mon libérateur.

22 La pierre que ceux qui bâtissaient avaient rejetée, est devenue la principale de l’angle.

23 Ceci a été fait par l’Éternel, et a été une chose merveilleuse devant nos yeux.

24 C’est ici la journée que l’Éternel a faite ; égayons-nous, et nous réjouissons en elle.

25 Éternel ! je te prie, délivre-nous maintenant ; Éternel ! je te prie, donne-nous maintenant la prospérité.

26 Béni soit celui qui vient au nom de l’Éternel ; nous vous bénissons de la maison de l’Éternel.

27 L’Éternel est le Dieu fort, et il nous a éclairés. Liez avec des cordes la bête du sacrifice, et l’amenez jusqu’aux cornes de l’autel.

28 Tu es mon Dieu fort, c’est pourquoi je te célébrerai ; tu es mon Dieu, je t’exalterai.

29 Célébrez l’Éternel ; car il est bon, et sa miséricorde dure éternellement.

REFLEXIONS

Ce Psaume, de même que plusieurs autres, nous convie à louer Dieu et à célébrer sa bonté et sa miséricorde.

David, délivré de tous les dangers auxquels il avait été exposé, rend à Dieu ses actions de grâces avec une ardente reconnaissance et il invite les sacrificateurs, les chefs du peuple et tous les Israélites à se joindre à lui. Nous devons tous être enflammés du même zèle et il faut que les personnes de tout ordre, de toute condition et de tout état s’unissent pour s’acquitter de ce devoir et pour reconnaître : que Dieu est bon et que sa miséricorde dure éternellement. Au reste, c’est ici un Psaume que les Israélites chantaient dans leurs fêtes. Les chrétiens doivent aussi s’en servir pour rendre grâce à Dieu, non seulement des faveurs et des délivrances, soit générales, soit particulières, qu’il leur envoie, mais surtout de la venue de Jésus-Christ notre Seigneur. L’Esprit de Dieu a marqué dans ce Psaume que le Messie serait rejeté par les principaux des Juifs et que cependant il deviendrait le Roi et le Chef de l’église et c’est ce qui a été accompli lorsque Jésus-Christ a été crucifié et lorsqu’après sa résurrection il est monté au Ciel et que son règne s’est établi dans le monde. C’est donc à nous à célébrer la puissance et la bonté de Dieu qui ont paru dans cet ouvrage merveilleux et c’est en vue de ces salutaires événements que nous devons dire avec David : La pierre que ceux qui bâtissaient ont rejetée, est devenue la principale de l'angle. Cela a été fait par le Seigneur et est une chose admirable à nos yeux. Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! Célébrez l’Éternel car il est bon et sa miséricorde demeure à toujours.

PSAUME CXIX

Le Psaume CXIX est une admirable description de l’excellence de la loi de Dieu et du bonheur de ceux qui l’observent. Ce Psaume est tout rempli d’une dévotion tendre et ardente. Il est parsemé de plusieurs belles prières, de divers mouvements de piété et d’un grand nombre de Saintes maximes pour la conduite de la vie. Ainsi l’on peut retirer un grand fruit de sa lecture, pourvu qu’on y apporte l’attention et la dévotion convenables.

PREMIERE PARTIE, VERSETS 1-32

Le roi David représente dès l’entrée de ce Psaume le bonheur des personnes qui gardent les commandements de Dieu. Il témoigne que son intention et son désir est de s’y attacher uniquement et il demande à Dieu avec bien de l’ardeur qu’il lui fasse grâce de connaître sa sainte loi et de l’observer constamment.

ALEPH.

1 Heureux ceux qui sont intègres dans leurs voies, et qui marchent dans la loi de l’Éternel !

2 Heureux ceux qui gardent ses témoignages, et qui le cherchent de tout leur cœur !

3 Qui ne font point aussi d’iniquité, mais qui marchent dans ses voies !

4 Tu as donné tes commandements, afin qu’on les garde soigneusement.

5 Oh ! que mes voies soient bien réglées, pour garder tes statuts !

6 Alors je ne rougirai point de honte, quand je regarderai à tous tes commandements.

7 Je te célébrerai dans la droiture de mon cœur, quand j’aurai appris les ordonnances de ta justice.

8 Je veux garder tes statuts ; ne m’abandonne pas entièrement.

BETH.

9 Par quel moyen un jeune homme rendra-t-il pure sa conduite ? C’est en y prenant garde selon ta parole.

10 Je t’ai recherché de tout mon cœur ; ne me laisse point égarer de tes commandements.

11 J’ai serré ta parole en mon cœur, afin que je ne pèche point contre toi.

12 Éternel ! tu es béni ; enseigne-moi tes statuts.

13 J’ai raconté de mes lèvres toutes les ordonnances de ta bouche.

14 Je me suis réjoui dans le chemin de tes témoignages, comme si j’eusse eu toutes les richesses du monde.

15 Je m’entretiendrai de tes commandements, et je regarderai à tes sentiers.

16 Je prends plaisir à tes statuts, et je n’oublierai point tes paroles.

GUIMIEL.

17 Fais ce bien à ton serviteur, que je vive ; et je garderai ta parole.

18 Découvre mes yeux, afin que je regarde aux merveilles de ta loi.

19 Je suis étranger sur la terre ; ne me cache point tes commandements.

20 Mon âme se pâme de l’affection qu’elle a, de tout temps, pour tes ordonnances.

21 Tu as rudement châtié les orgueilleux maudits, qui s’écartent de tes commandements.

22 Ote de dessus moi l’opprobre et le mépris ; car j’ai gardé tes témoignages.

23 Les principaux se sont assis, et ont parlé contre moi, pendant que ton serviteur s’entretenait de tes statuts.

24 Aussi tes témoignages sont mes plaisirs, et les gens de mon conseil.

DALETH.

25 Mon âme est attachée à la poudre ; fais-moi revivre selon ta parole.

26 Je t’ai raconté mes voies, et tu m’as répondu ; enseigne-moi tes statuts.

27 Fais-moi entendre le chemin de tes commandements, et je parlerai de tes merveilles.

28 Mon âme s’est fondue d’ennui ; rétablis-moi selon tes paroles.

29 Eloigne de moi la voie du mensonge, et donne-moi gratuitement d’observer ta loi.

30 J’ai choisi la voie de la vérité, et je me suis proposé tes ordonnances.

31 J’ai adhéré à tes témoignages, ô Éternel ! Ne me fais point rougir de honte.

32 Je courrai par la voie de tes commandements, quand tu auras mis mon cœur au large.

REFLEXIONS

La première partie de ce Psaume nous apprend que le plus grand bonheur des hommes consiste à marcher dans l'intégrité, à garder la loi du Seigneur et à rechercher ses commandements de tout leur cœur, que c'est par cette divine loi que les jeunes gens et toutes sortes de personnes doivent régler leur conduite et que ceux qui le font ne tomberont jamais dans la honte et dans la misère. Ces considérations nous engagent à choisir, comme David, les commandements de Dieu pour notre partage, à les serrer dans notre cœur, à en faire le sujet de nos entretiens, à y prendre tout notre plaisir et à nous réjouir de les observer, plus que si nous possédions toutes les richesses du monde. Pour nous assurer ce bonheur, nous devons prier Dieu qu'il nous enseigne lui-même ses statuts, qu'il éclaire nos yeux afin que nous voyions les merveilles de sa loi, qu'il éloigne de nous la voie du mensonge et de l'iniquité et qu'il nous fasse connaître le chemin de ses Saintes lois, en sorte que nous y marchions avec fidélité et avec persévérance jusqu'à la fin de notre vie.

SECONDE PARTIE, VERSETS 33-72

David demande à Dieu par plusieurs vœux réitérés la grâce de bien entendre et de bien observer ses lois. Il le prie de le soutenir par ce moyen dans toutes ses épreuves. Il déclare que la parole de Dieu et la considération des jugements du Seigneur était ce qui l'avait fortifié et consolé dans ses malheurs. Il reconnaît qu’il lui avait été bon d'être affligé afin qu’il apprît à garder les statuts du Seigneur. Il proteste qu’il veut s’y appliquer de plus en plus, qu’il avait choisi la loi de Dieu pour sa portion et qu'il l'estimait au-delà de tous les biens et de tous les avantages du monde.

HE.

33 Éternel ! enseigne-moi la voie de tes statuts, et je la garderai jusqu’à la fin.

34 Donne-moi l’intelligence, et je garderai ta loi et l’observerai de tout mon cœur.

35 Fais-moi marcher dans le sentier de tes commandements ; car j’y prends plaisir.

36 Incline mon cœur à tes témoignages, et non point à l’avarice.

37 Détourne mes yeux, afin qu’ils ne regardent pas à la vanité ; fais-moi revivre par le moyen de tes voies.

38 Ratifie ta parole à ton serviteur qui est adonné à ta crainte.

39 Détourne de moi l’opprobre que je crains ; car tes ordonnances sont bonnes.

40 Voici, je suis affectionné à tes commandements ; fais-moi revivre par ta justice.

VAU.

41 Et que tes bontés viennent sur moi, ô Éternel ! et ta délivrance selon ta parole ;

42 et j’aurai de quoi répondre à celui qui m’outrage ; car je me suis assuré en ta parole.

43 N’ôte pas de ma bouche la parole de vérité ; car je me suis attendu à tes ordonnances.

44 Et je garderai continuellement ta loi, à toujours et à perpétuité.

45 Et je marcherai au large, parce que j’ai recherché tes commandements.

46 Je parlerai de tes témoignages devant les rois, et je ne rougirai point de honte.

47 Et je prendrai mon plaisir en tes commandements, que j’ai aimés.

48 J’élèverai mes mains vers tes commandements que j’ai aimés, et je m’entretiendrai de tes statuts.

ZAJIN.

49 Souviens-toi de la parole que tu as donnée à ton serviteur, et en laquelle tu m’as fait espérer.

50 C’est ici ma consolation dans mon affliction, que ta parole m’a rendu la vie.

51 Les orgueilleux se sont moqués de moi au dernier point ; mais je ne me suis point détourné de ta loi.

52 Éternel ! je me suis souvenu des jugements que tu as exercés de tout temps, et je me suis consolé en eux.

53 L’horreur m’a saisi, à cause des méchants qui ont abandonné ta loi.

54 Tes statuts m’ont été autant de cantiques de musique, dans la maison où j’ai demeuré comme étranger.

55 Éternel ! je me suis souvenu de ton nom la nuit, et j’ai gardé ta loi.

56 Cela m’est arrivé parce que je gardais tes commandements.

HETH.

57 Ô Éternel ! j’ai conclu que ma portion était de garder tes paroles.

58 Je t’ai supplié de tout mon cœur : Aie pitié de moi selon ta parole.

59 J’ai fait le compte de mes voies, et j’ai retourné mes pas vers tes témoignages.

60 Je me suis hâté ; et je n’ai point différé de garder tes commandements.

61 Les bandes des méchants m’ont pillé ; toutefois, je n’ai point oublié ta loi.

62 Je me lève à minuit pour te célébrer, à cause des ordonnances de ta justice.

63 Je m’accompagne de tous ceux qui te craignent et qui gardent tes commandements.

64 Éternel ! la terre est pleine de ta bonté ; enseigne-moi tes statuts.

TETH.

65 Éternel ! tu as fait du bien à ton serviteur selon ta parole.

66 Enseigne-moi à avoir du sens et de l’intelligence ; car j’ai cru à tes commandements.

67 Avant que je fusse affligé, je m’égarais ; mais maintenant j’observe ta parole.

68 Tu es bon et bienfaisant ; enseigne-moi tes statuts.

69 Les orgueilleux ont forgé des faussetés contre moi ; mais je garderai de tout mon cœur tes commandements.

70 Leur cœur est épaissi comme de la graisse, mais moi, je prends plaisir en ta loi.

71 Il m’est bon d’avoir été affligé, afin que j’apprenne tes statuts.

72 La loi que tu as prononcée de ta bouche m’est plus précieuse que mille pièces d’or ou d’argent.

REFLEXIONS

L'usage qu'il faut faire de cette lecture c'est d'entrer dans tous les pieux sentiments qui y sont exprimés et de demander à Dieu, avec David, qu'il nous enseigne le chemin de ses commandements en nous donnant l'intelligence pour les connaître et pour les garder, qu'il fléchisse nos cœurs à son obéissance et qu'il les détourne de la vanité, de l'avarice et de tout mal, qu'il nous fasse toujours sentir les effets de sa miséricorde en nous soutenant dans tous les dangers et enfin qu'il ne nous prive jamais de sa parole et de sa grâce. Après cela, David nous apprend que les gens de bien font une profession ouverte et publique de craindre Dieu et qu'ils ne se lassent jamais de parler de lui et de ses Saintes lois. Lorsqu'ils voient les impies qui l'outragent et qui insultent à ceux qui le craignent, ils ont horreur de leur impiété et des jugements qui les menacent. Ils s'affermissent de plus en plus dans l'amour de la loi du Seigneur, ils la prennent pour leur portion, ils la méditent jour et nuit et ils recherchent la compagnie de ceux qui craignent Dieu et qui gardent ses commandements.

Enfin, ce que David dit ici nous instruit sur l'utilité des afflictions et nous engage à adorer la sagesse et la bonté de Dieu qui afflige et qui châtie les hommes pour leur apprendre à observer sa parole. Ce fut le fruit que David retira de ses adversités et ce qui lui apprit à préférer cette divine parole à tous les biens, à toutes les richesses et à tout ce que le monde a de plus excellent.

TROISIEME PARTIE, VERSETS 73-104

David continue à marquer son zèle et son amour pour la loi de Dieu et il le supplie de venir l'éclairer et le consoler. Il témoigne que c’était cette loi qui avait fait son espérance dans ses ennuis, qu’il s’y était attaché de plus en plus, qu’il la regardait comme ce qu’il y a de plus parfait dans le monde, qu’il l'aimait par-dessus toutes choses, qu’elle lui fournissait toutes les lumières et toute la sagesse dont il avait besoin et qu’il trouvait un plaisir et une douceur indicible à la pratiquer.

JOD.

73 Tes mains m’ont fait et formé ; rends-moi intelligent, afin que j’apprenne tes commandements.

74 Ceux qui te craignent me verront et se réjouiront, parce que je me suis attendu à ta parole.

75 Je connais, Éternel ! que tes ordonnances ne sont que justice, et que tu m’as affligé suivant ta fidélité.

76 Je te prie, que ta bonté me console selon ta parole adressée à ton serviteur.

77 Que tes compassions viennent sur moi, et je vivrai ; car ta loi est tout mon plaisir.

78 Que les orgueilleux rougissent de honte, parce qu’ils m’ont maltraité sans sujet ; mais moi, je parlerai de tes commandements.

79 Que ceux qui te craignent, et ceux qui connaissent tes témoignages, reviennent vers moi.

80 Que mon cœur soit intègre dans tes statuts, afin que je ne rougisse point de honte.

CAPH.

81 Mon âme est défaillie en attendant ta délivrance ; je me suis attendu à ta parole.

82 Mes yeux défaillent en attendant ta parole : Quand me consoleras-tu ?

83 Car je suis devenu comme une outre qui est à la fumée, et je n’ai point oublié tes statuts.

84 Combien ont à durer les jours de ton serviteur ? Quand feras-tu justice de ceux qui me poursuivent ?

85 Les orgueilleux m’ont creusé des fosses, ce qui n’est point selon ta loi.

86 Car tous tes commandements enjoignent la fidélité. Ils me persécutent sans sujet ; aide-moi.

87 Ils m’ont presque réduit à rien et mis par terre ; mais je n’ai point abandonné tes commandements.

88 Fais-moi revivre selon ta bonté, et je garderai le témoignage de ta bouche.

LAMED.

Ô Éternel ! ta parole subsiste toujours dans les cieux.

90 Ta fidélité dure d’âge en âge ; tu as fondé la terre, et elle demeure ferme.

91 Tout subsiste aujourd’hui selon ton ordonnance ; car toutes choses te servent.

92 N’eût été que ta loi était tout mon plaisir, je fusse déjà péri dans mon affliction.

93 Je n’oublierai jamais tes commandements ; car par eux tu m’as fait revivre.

94 Je suis à toi, sauve-moi ; car j’ai recherché tes commandements.

95 Les méchants m’ont attendu, pour me faire périr ; mais je me suis rendu attentif à tes témoignages.

96 J’ai vu un bout dans toutes les choses les plus parfaites ; mais ton commandement est d’une très grande étendue.

MEM.

97 Oh ! combien j’aime ta loi ! C’est ce dont je m’entretiens tout le jour.

98 Tu me rends plus sage par tes commandements que ne le sont mes ennemis ; car ta loi est toujours avec moi.

99 J’ai passé en prudence tous ceux qui m’avaient enseigné, parce que tes témoignages sont mon entretien.

100 Je suis devenu plus entendu que les anciens, parce que j’ai gardé tes commandements.

101 J’ai gardé mes pieds de tout mauvais chemin, afin que j’observasse ta parole.

102 Je ne me suis point détourné de tes ordonnances, parce que tu me les as enseignées.

103 Oh ! que ta parole a été douce à mon palais ! même plus douce que le miel à ma bouche !

104 Je suis devenu prudent par tes commandements ; c’est pourquoi, j’ai haï toute voie de mensonge.

REFLEXIONS

Cette partie du Psaume CXIX nous met devant les yeux les grands fruits qui nous reviennent de la connaissance et de l'observation de la loi de Dieu. La manière dont David en parle nous fait voir que ceux qui s'y adonnent ne sont jamais confus et que dans leurs afflictions ils éprouvent toujours les secours et les consolations qui leur sont nécessaires. Il nous apprend que les maux qui arrivent aux justes, bien loin de leur faire abandonner la loi de Dieu, font qu'ils s'y attachent encore d'avantage et que c'est ce qui les soutient dans toutes leurs épreuves. David nous assure que cette loi est ce qu'il y a de plus parfait et de plus excellent, que ceux qui sont éclairés par cette divine lumière surpassent les plus prudents en sagesse et en intelligence et que tous les plaisirs et tous les délices de la terre ne sont pas comparable à la douceur et au contentement que l'on goutte dans la connaissance et dans l'amour de la loi du Seigneur. Ce sont là des sentiments que nous devons tous avoir et dans lesquels nous devons prier Dieu de nous affermir de plus en plus.

QUATRIEME PARTIE, VERSETS 105-144

Le roi David continue à parler de l'utilité de la loi de Dieu et il fait vœu de l'observer tout le temps de sa vie. Il dit que Dieu confond tous les méchants et tous ceux qui s'écartent du droit chemin, mais qu’il est l'appui de ceux qui le craignent, que les justes n’ont rien à appréhender des méchants et qu’il ne saurait leur arriver aucun mal. Il revient encore à décrire l’excellence de la loi du Seigneur, il marque la vive douleur qu’il avait de voir qu’elle était violée, il proteste qu’il veut l'aimer et s'y appliquer de plus en plus et il supplie le Seigneur de lui augmenter l'intelligence.

NUM.

105 Ta parole sert de lampe à mon pied, et de lumière pour mon sentier.

106 J’ai juré, et je le tiendrai, d’observer les ordonnances de ta justice.

107 Éternel ! je suis extrêmement affligé ; fais-moi revivre selon ta parole.

108 Éternel ! je te prie, aie pour agréables les oblations volontaires de ma bouche, et m’enseigne tes ordonnances.

109 Ma vie a été continuellement en danger ; toutefois, je n’ai point oublié ta loi.

110 Les méchants m’ont tendu des pièges ; toutefois, je ne me suis point écarté de tes commandements.

111 J’ai pris pour héritage perpétuel tes témoignages ; car ils sont la joie de mon cœur.

112 J’ai incliné mon cœur à accomplir toujours tes statuts jusqu’à la fin.

SAMECH.

113 J’ai eu en haine les pensées vaines ; mais j’ai aimé ta loi.

114 Tu es ma retraite et mon bouclier ; je me suis attendu à ta parole.

115 Méchants, retirez-vous de moi, et je garderai les commandements de mon Dieu.

116 Soutiens-moi suivant ta parole, et je vivrai, et ne me fais point rougir de honte, pour n’avoir pas eu ce que j’espérais.

117 Soutiens-moi, et je serai sauvé ; et j’aurai continuellement les yeux sur tes statuts.

118 Tu as foulé aux pieds tous ceux qui se déviaient de tes statuts ; car leur tromperie n’est que fausseté.

119 Tu as réduit à néant tous les méchants de la terre, comme de l’écume ; c’est pourquoi j’ai aimé tes témoignages.

120 Ma chair a frissonné à cause de ta frayeur, et j’ai craint tes jugements.

HAJIN.

121 J’ai exercé l’équité et la justice ; ne m’abandonne point à ceux qui me font tort.

122 Garantis ton serviteur pour le bien, de peur que les orgueilleux ne m’oppriment.

123 Mes yeux défaillent, en attendant ta délivrance et la parole de ta justice.

124 Agis envers ton serviteur suivant ta bonté, et m’enseigne tes statuts.

125 Je suis ton serviteur ; rends-moi intelligent, et je connaîtrai tes témoignages.

126 Il est temps que l’Éternel opère ; ils ont aboli ta loi.

127 C’est pourquoi j’ai aimé tes commandements plus que l’or, même que le fin or.

128 C’est pourquoi aussi, j’ai marché dans tous tes commandements, et j’ai eu en haine toute voie de mensonge.

PE.

129 Tes témoignages sont des choses merveilleuses ; c’est pourquoi mon âme les a gardés.

130 La connaissance de tes paroles illumine, et rend les plus simples intelligents.

131 J’ai ouvert ma bouche, et j’ai soupiré ; car j’ai désiré tes commandements.

132 Regarde-moi, et aie pitié de moi, selon que tu fais ordinairement à l’égard de ceux qui aiment ton nom.

133 Affermis mes pas sur ta parole, et qu’aucune iniquité ne domine sur moi.

134 Délivre-moi de l’oppression des hommes, afin que je garde tes commandements.

135 Fais luire ta face sur ton serviteur, et m’enseigne tes statuts.

136 Mes yeux se sont fondus en ruisseaux d’eau, parce qu’on n’observe pas ta loi.

TSADE.

137 Tu es juste, ô Éternel ! et droit en tes jugements.

138 Tu as prescrit tes témoignages comme une chose juste et souverainement ferme.

139 Mon zèle m’a miné, parce que mes ennemis ont oublié tes paroles.

140 Ta parole est parfaitement pure ; c’est pourquoi ton serviteur l’aime.

141 Je suis petit et méprisé ; toutefois, je n’oublie point tes commandements.

142 Ta justice subsiste toujours, et ta loi n’est que vérité.

143 La détresse et l’angoisse m’avaient rencontré ; mais tes commandements ont été mes plaisirs.

144 La justice de tes témoignages dure toujours ; donne m’en l’intelligence, afin que je vive.

REFLEXIONS

Voici les réflexions que cette lecture nous présente :

I. La première est que la parole de Dieu est une lampe à nos pieds et une lumière à nos sentiers et que ceux qui sont éclairés de cette divine lumière et qui marchent dans le chemin qu'elle prescrit ne sauraient s'égarer.

II. Il parait d'ici que les fidèles ont un sincère attachement pour cette partie de la parole de Dieu qui leur prescrit leur devoir et qui contient les Saintes lois qu'il nous a données pour notre conduite. Ils la prennent pour leur héritage perpétuel, elle fait la joie de leur cœur, ils vouent à Dieu leur obéissance et leur amour, disant avec David : Je l’ai juré, et je le tiendrai, d’observer les ordonnances de ta justice. Et ils lui demandent continuellement la grâce d'accomplir ce vœu.

Ils sont pénétrés d'une vive douleur et d'une frayeur salutaire à la vue de l'impiété qui règne dans le monde et des jugements que Dieu déploie sur ceux qui se détournent de lui. Ils s'attachent d'autant plus à sa loi qu'ils voient que les autres l'abandonnent. Et soit dans l'affliction, soit dans quelque autre état que ce puisse être, cette divine loi fait toute leur consolation et tous leurs plaisirs.

CINQUIEME PARTIE, VERSETS 145-176

David invoque Dieu à son secours, il le prie de regarder son affliction et de défendre sa cause contre les grands qui le persécutaient. Il témoigne que tout son désir est de garder la loi de son Dieu, de le louer et de le glorifier pendant toute sa vie.

KOPH.

145 J’ai crié de tout mon cœur ; réponds-moi, Éternel ! et je garderai tes statuts.

146 J’ai crié vers toi ; sauve-moi, afin que j’observe tes témoignages.

147 J’ai prévenu le point du jour et j’ai crié ; je me suis attendu à ta parole.

148 Mes yeux ont prévenu les veilles de la nuit, pour méditer ta parole.

149 Ecoute ma voix selon ta bonté, ô Éternel ! fais-moi revivre selon ton ordonnance.

150 Ceux qui ont de mauvais desseins, s’approchent ; ils se sont éloignés de ta loi.

151 Éternel ! tu es près de moi ; et tous tes commandements ne sont que vérité.

152 J’ai connu dès longtemps que tu as établi tes témoignages pour toujours.

RESCH.

153 Regarde mon affliction, et m’en délivre ; car je n’ai point oublié ta loi.

154 Défends ma cause, et me rachète ; fais-moi revivre selon ta parole.

155 La délivrance est loin des méchants, parce qu’ils n’ont point recherché tes statuts.

156 Tes compassions sont en grand nombre, ô Éternel ! fais-moi revivre selon tes ordonnances.

157 Ceux qui me persécutent et qui me pressent, sont en grand nombre ; toutefois, je ne me suis point détourné de tes témoignages.

158 J’ai considéré les prévaricateurs, et j’ai été affligé de ce qu’ils n’observaient point ta parole.

159 Considère que j’ai aimé tes commandements ; Éternel ! fais-moi revivre selon ta bonté.

160 Le fondement de ta parole est la vérité, et tous tes jugements ont toujours été justes.

SCIN

161 Les principaux du peuple m’ont persécuté sans cause ; mais mon cœur a été effrayé à cause de ta parole.

162 Je me réjouis de ta parole, comme celui qui aurait trouvé un grand butin.

163 J’ai eu en haine et en abomination le mensonge ; j’ai aimé ta loi.

164 Je te loue sept fois le jour, à cause des ordonnances de ta justice.

165 Il y a une grande prospérité pour ceux qui aiment ta loi, et il n’y a rien qui les fasse tomber.

166 Éternel ! j’ai espéré en ta délivrance, et j’ai gardé tes commandements.

167 Mon âme a observé tes témoignages, et je les ai souverainement aimés.

168 J’ai observé tes commandements et tes témoignages ; car toutes mes voies sont devant toi.

THAU.

169 Éternel ! que mon cri vienne en ta présence ! rends-moi intelligent selon ta parole.

170 Que ma supplication vienne devant toi, et délivre-moi suivant ta parole.

171 Mes lèvres répandront ta louange, quand tu m’auras enseigné tes statuts.

172 Ma langue ne parlera que de ta parole ; car tous tes commandements ne sont que justice.

173 Que ta main me secoure ; car j’ai choisi tes commandements.

174 Éternel ! j’ai souhaité ta délivrance, et ta loi est tout mon plaisir.

175 Que mon âme vive, afin qu’elle te loue, et que tes ordonnances me donnent du secours !

176 J’ai été égaré comme une brebis perdue ; cherche ton serviteur, car je n’ai point oublié tes commandements.

REFLEXIONS

Les instructions que cette dernière partie du Psaume CXIX, nous donne, sont les suivantes :

La première, que dans tous nos maux nous devons nous adresser à Dieu pour lui demander, non seulement la délivrance qui nous est nécessaire, mais surtout la grâce de lui plaire et de lui obéir. La seconde, que notre occupation la plus douce et la plus ordinaire doit être de méditer la loi de Dieu et sa divine parole.

La troisième, que Dieu voit les souffrances des siens, qu’il écoute leurs prières, mais qu’il se tient loin des méchants et qu’il ne les exauce pas.

La quatrième, que Dieu a attaché à l’observation de sa loi une glorieuse récompense et un parfait bonheur. David nous en assure lorsqu’il dit : Qu’il y a une grande prospérité pour ceux qui observent la loi de Dieu et qu’il n’y a rien qui les fasse tomber.

Et la dernière, que nous devons consacrer à Dieu toute notre vie, désirer de l’employer à le servir et à le louer et le supplier qu’il nous accorde toujours l’assistance nécessaire pour cela. C’est le vœu que faisait David sur la fin ce Psaume en disant : Seigneur que mon âme vive afin qu’elle te loue. J’ai été égaré comme une brebis perdue, cherche ton serviteur et je n’oublierai point tes commandements.

REFLEXIONS GENERALES SUR LE PSAUME CXIX

Pour lire ce Psaume avec fruit, il faut outre, les réflexions particulières que nous y avons faites, y remarquer principalement ces trois choses :

I. L’excellence de la loi de Dieu et ses admirables effets. David nous enseigne que cette divine loi est très parfaite, que c’est une lumière céleste qui nous éclaire, qu’elle nous rend intelligent, qu’elle purifie et qu’elle réjouit le cœur, qu’elle nous soutient dans l’affliction, qu’elle donne à la conscience une paix indicible et qu’elle vaut infiniment mieux que tous les trésors et que tout ce qu’il y a de plus excellent en ce monde.

II. Nous voyons dans ce Psaume à quoi on reconnait les gens de bien. Ils sont intègres dans leurs voies, ils font ce qui est droit, ils marchent dans la loi du Seigneur, ils la méditent jour et nuit, ils la gardent et ils aiment Dieu et sa parole de tout leur cœur. Outre cela, ils se retirent du mal et du commerce des méchants, ils se joignent aux justes, ils sont saisis de crainte à la vue des jugements de Dieu, ils se confient en lui et ils sont patients dans leurs adversités.

III. Enfin, ce Psaume est rempli de plusieurs excellentes prières que nous devons avoir continuellement dans le cœur et dans la bouche, demandant à Dieu qu’il veuille nous éclairer, nous enseigner lui-même sa loi, fléchir nos cœurs à son obéissance, prendre soin de nous et nous conduire toujours par sa providence et par son bon Esprit. Ce sont là les instructions que nous devons recueillir de ce Psaume et c'est dans ces vues qu'il faut le lire et le méditer ordinairement.

PSAUME CXX

Le prophète demande à Dieu de le garantir des fraudes et des calomnies des méchants et il se plaint de ce qu'il était obligé de vivre parmi eux.

1 Cantique de Mahaloth.

J’ai invoqué l’Éternel dans ma grande détresse, et il m’a exaucé.

2 Éternel ! délivre mon âme des fausses lèvres, et de la langue qui n’est que tromperie.

3 Que te donnera et de quoi te profitera la langue trompeuse ?

4 Ce sont des flèches aiguës, tirées par un homme puissant, et comme des charbons de genièvre.

5 Hélas ! que je suis misérable de séjourner en Méscec, et de demeurer dans les tentes de Kédar !

6 Mon âme a longtemps demeuré avec celui qui hait la paix.

7 Je suis un homme de paix ; mais dès que j’en parle ils ne respirent que la guerre.

REFLEXIONS

Ce Psaume nous apprend :

I. Que les gens de bien peuvent être exposés à la calomnie et à la malice des hommes, mais que Dieu les protège et les délivre.

II. Que c'est pour eux un grand sujet d'affliction de vivre parmi les méchants et les impies.

III. Et enfin, que le caractère des justes est d'aimer la paix comme au contraire celui des méchants est d'être portés à la guerre et au trouble.

PSAUME CXXI

L’auteur de ce Psaume y témoigne qu’il avait une ferme confiance dans le secours de Dieu et qu’il était persuadé que Dieu veillerait toujours pour la sûreté de son peuple et de tous les fidèles.

1 Cantique de Mahaloth.

J’élève mes yeux vers les montagnes, d’où me viendra le secours.

2 Mon secours vient de l’Éternel, qui a fait les cieux et la terre.

3 Il ne permettra point que ton pied soit ébranlé ; celui qui te garde ne sommeillera point.

4 Voilà, celui qui garde Israël ne sommeillera point et ne s’endormira point.

5 L’Éternel est celui qui te garde ; l’Éternel est ton ombre, il est à ta main droite.

6 Le soleil ne frappera point sur toi pendant le jour, ni la lune pendant la nuit.

7 L’Éternel te gardera de tout mal ; il gardera ton âme.

8 L’Éternel gardera ton issue et ton entrée dès maintenant et à toujours.

REFLEXIONS

Le précis de ce Psaume est que notre secours vient de Dieu seul, qu'il veille pour son église et pour les justes, qu'il les préserve dans tous les dangers et qu'il ne les abandonnera jamais. L'effet que cette doctrine doit produire est de remplir les fidèles d'une ferme confiance en Dieu et de les animer de plus en plus à son amour et à sa crainte.

PSAUME CXXII

David exprime le zèle et l'amour qu’il avait pour la maison de Dieu et pour la ville de Jérusalem. Il prie pour la prospérité de cette ville et il fait vœu de procurer de tout son pouvoir la gloire de Dieu et le bien du peuple d'Israël.

1 Cantique de Mahaloth, de David.

Je me suis réjoui à cause de ceux qui me disaient : Nous irons à la maison de l’Éternel.

2 Nos pieds se sont arrêtés dans tes portes, ô Jérusalem !

3 Jérusalem, qui es bâtie comme une ville bien unie,

4 en laquelle montent les tribus, les tribus de l’Éternel ; ce qui est un témoignage à Israël, pour célébrer le nom de l’Éternel.

5 C’est là que sont posés les trônes, pour juger les tribus de la maison de David.

6 Priez pour la paix de Jérusalem ; que ceux qui t’aiment jouissent de la paix !

7 Que la paix soit dans tes murs, et la prospérité dans tes palais !

8 A cause de mes frères et de mes amis, je prierai maintenant pour ta paix.

9 A cause de la maison de l’Éternel notre Dieu, je procurerai ton bien.

REFLEXIONS

Le grand zèle dont le roi David était animé pour le temple, pour la ville de Jérusalem et pour les tribus d'Israël et les vœux qu'il faisait à ce sujet apprennent premièrement aux princes et aux magistrats et ensuite à tous les membres de l'église à s'intéresser pour la tranquillité publique et pour le bien de la société civile, mais surtout pour la religion et pour le service de Dieu, à prier sans cesse pour la paix de l'église et à joindre leur travail à leurs prières en faisant tout ce qui est en leur pouvoir pour sa prospérité et pour son édification.

PSAUME CXXIII

Le peuple d'Israël, étant opprimé et persécuté par ses ennemis, implore l'assistance du Seigneur.

1 Cantique de Mahaloth.

J’élève mes yeux vers toi qui demeures dans les cieux.

2 Voici, comme les yeux des serviteurs regardent à la main de leurs maîtres, et les yeux de la servante à la main de sa maîtresse, ainsi nos yeux regardent à l’Eternel notre Dieu, jusqu’à ce qu’il ait pitié de nous.

3 Aie pitié de nous, Eternel ! aie pitié de nous ; car nous sommes rassasiés de mépris.

4 Notre âme est rassasiée de la moquerie de ceux qui sont dans l’abondance, et du mépris des orgueilleux.

REFLEXIONS

Ceux qui sont exposés à la persécution, au mépris et à l'injustice des hommes doivent apprendre de ce Psaume à regarder toujours à Dieu, à le prier d'avoir pitié d'eux et à mettre toute leur confiance en son secours, étant persuadés que Dieu n'abandonnera jamais ceux qui le servent fidèlement et qui souffrent pour l'amour de lui.

PSAUME CXXIV

Le peuple d’Israël reconnait dans ce Psaume que Dieu l'avait délivré en plusieurs occasions et que sans la protection du Seigneur il aurait été détruit depuis longtemps.

1 Cantique de Mahaloth, de David.

Qu’Israël dise maintenant : Si l’Eternel n’eût pas été pour nous,

2 si l’Eternel n’eût pas été pour nous, quand les hommes se sont élevés contre nous,

3 ils nous auraient dès lors engloutis tout vifs, pendant que leur colère était embrasée contre nous.

4 Dès lors les eaux se seraient débordées sur nous, un torrent eût passé sur notre âme.

5 Dès lors les eaux enflées auraient passé sur notre âme.

6 Béni soit l’Eternel, qui ne nous a pas livrés en proie à leurs dents.

7 Notre âme est échappée, comme un oiseau du lacet des oiseleurs ; le lacet a été rompu, et nous, sommes échappés.

8 Notre secours vient de l’Eternel, qui a fait les cieux et la terre.

REFLEXIONS

Voici un Psaume qui convient encore mieux à l'église chrétienne qu'à l'église d’Israël. Ce qui y est dit nous engage à faire des réflexions sur les différents états par où l'église de Jésus-Christ a passé et à considérer que, malgré les efforts que satan et le monde ont fait contre elle depuis sa naissance, elle a toujours subsisté. De là nous devons conclure que Dieu sera toujours sa force et son appui et qu'elle ne périra jamais. Il en sera de même de tous les vrais fidèles, n'étant pas possible que Dieu les abandonne et qu'il cesse de les aimer et d'en prendre soin.

PSAUME CXXV

David décrit la fermeté de ceux qui se confient au Seigneur et la protection dont Dieu couvrait Jérusalem et le peuple d'Israël.

Il dit que si les justes sont affligés, ce n’est pas pour toujours au lieu que ceux qui se détournent de Dieu périssent enfin malheureusement.

1 Cantique de Mahaloth.

Ceux qui se confient en l’Eternel sont comme la montagne de Sion, qui ne peut être ébranlée, mais qui subsistera toujours.

2 Pour ce qui est de Jérusalem, elle est environnée de montagnes, et l’Eternel est autour de son peuple, dès maintenant et à toujours.

3 Car la verge des méchants ne reposera pas sur le lot des justes, de peur que les justes ne mettent leurs mains à l’iniquité.

4 Eternel ! fais du bien aux bons et à ceux qui ont le cœur droit.

5 Mais pour ceux qui se détournent à des sentiers obliques, l’Eternel les fera marcher avec les ouvriers d’iniquité. Que la paix soit sur Israël.

REFLEXIONS

Ce Psaume représente en peu de paroles l'état heureux de ceux qui craignent Dieu et qui mettent leur confiance en lui. Le psalmiste nous apprend que rien ne peut les ébranler, que Dieu est toujours près d'eux pour leur défense, que s'il permet qu'ils soient affligés, il a égard à leur faiblesse, qu'il adoucit et qu'il abrège leurs maux. Il nous assure encore que Dieu fait toujours du bien aux bons et à ceux qui ont le cœur droit au lieu que ceux qui suivent des sentiers détournés sont enfin détruits. Les fidèles trouvent dans cette méditation des puissants motifs à être tranquilles, à mettre toute leur confiance en Dieu et à s'attacher de plus en plus à leur devoir.

PSAUME CXXVI

C’est ici un cantique d’actions de grâces où les Juifs se réjouissent de la merveilleuse délivrance que Dieu leur avait accordée en les ramenant de la captivité, et ils le prient d'achever de les rétablir.

1 Cantique de Mahaloth.

Quand l'Eternel ramena les captifs de Sion, nous étions comme des gens qui songent.

2 Alors notre bouche éclata de joie, et notre langue de chant de triomphe. Alors on disait parmi les nations : L'Eternel a fait de grandes choses à ceux-ci.

3 L’Eternel nous a fait de grandes choses ; nous en avons été réjouis.

4 O Eternel ! ramène nos prisonniers, comme les courants des eaux aux pays du Midi.

5 Ceux qui sèment avec larmes, moissonneront avec chant de triomphe.

6 Celui qui porte la semence pour la mettre en terre, ira en pleurant, mais il reviendra avec un cri de joie, quand il portera ses gerbes.

REFLEXIONS

Ce Psaume nous engage à faire réflexion sur les merveilles que Dieu a faites de tout temps pour son peuple en le délivrant contre toute apparence de la puissance de ses ennemis. Par là nous voyons que si les justes ou l'église sont dans l'affliction, Dieu leur donne enfin des sujets de se réjouir et qu'en général lorsque les hommes ont été éprouvés et humiliés par l'adversité, il fait succéder la joie aux pleurs en sorte que, comme les Juifs le disent dans ce cantique : Ceux qui sèment dans les larmes moissonnent ensuite avec chant de triomphe.

PSAUME CXXVII

Nous voyons dans ce Psaume que les soins qu’on prend pour la prospérité des villes et des familles sont inutiles sans la protection de Dieu, et que c’est lui qui donne des enfants en sa grâce à ceux qu’il veut bénir.

1 Cantique de Mahaloth, de Salomon.

Si l’Eternel ne bâtit la maison, ceux qui la bâtissent y travaillent en vain. Si l'Eternel ne garde la ville, celui qui la garde veille en vain.

2 C’est en vain que vous vous levez matin, que vous vous couchez tard, et que vous mangez le pain de douleur ; certainement, c’est Dieu qui donne le repos à celui qu’il aime.

3 Voici, les enfants sont un héritage de l’Eternel ; ce fruit du mariage est une récompense.

4 Telles que sont les flèches dans la main d’un homme puissant, tels sont les fils d’un père dans la fleur de son âge.

5 Heureux l’homme qui en a rempli son carquois ! ils ne rougiront point de honte, quand ils parleront avec leurs ennemis à la porte.

REFLEXIONS

Le psalmiste nous enseigne :

I. Que ce qui fait subsister les états, les villes et les familles, ce n'est pas tant les soins que les hommes prennent comme c'est la bénédiction de Dieu et qu'ainsi les magistrats et les pères de famille doivent travailler à attirer sur eux cette bénédiction.

II. Que c'est Dieu qui donne des enfants et que c'est là une faveur particulière puisque si on les élève dans la vertu et dans la piété, ils seront la joie et la gloire de leurs pères, non seulement dans ce monde, mais aussi dans la vie à venir.

PSAUME CXXVIII

Il est parlé dans ce Psaume du bonheur des personnes pieuses et des bénédictions temporelles que Dieu leur accorde en faisant prospérer leur travail et en leur donnant des enfants et une heureuse postérité.

1 Cantique de Mahaloth.

Heureux quiconque craint l’Éternel, et marche dans ses voies !

2 Car tu mangeras du travail de tes mains ; tu seras bienheureux et tu prospéreras.

3 Ta femme sera dans ta maison, comme une vigne abondante en fruit ; et tes enfants comme des plantes d’oliviers autour de ta table.

4 Certainement, c’est ainsi que sera béni l’homme qui craint l’Éternel.

5 L’Éternel te bénira en Sion, et tu verras le bien de Jérusalem tous les jours de ta vie.

6 Et tu verras des enfants à tes enfants. Que la paix soit sur Israël !

REFLEXIONS

Ce Psaume nous assure que Dieu bénit le travail et les familles de ceux qui le craignent et qui marchent dans ses voies. Quoique ces bénédictions temporelles qui étaient autrefois promises aux Israélites ne soient pas les principales auxquelles les chrétiens doivent aspirer, il faut pourtant les regarder comme une récompense de la piété et les recevoir avec reconnaissance. La piété a aussi les promesses de la vie présente. Dieu bénit toujours les familles où sa crainte règne, mais il y répand surtout ses bénédictions spirituelles et il élève enfin ceux qui vivent dans l’innocence au bonheur suprême qu’il leur prépare dans le Ciel.

PSAUME CXXIX

Le prophète exhorte l’église judaïque à reconnaître que si elle avait été souvent persécutée, Dieu ne l’avait point abandonnée, et il prédit que tous les ennemis de l’église seraient détruits.

1 Cantique de Mahaloth.

Qu’Israël dise maintenant : Ils m’ont souvent tourmenté dès ma jeunesse ;

2 ils m’ont souvent tourmenté dès ma jeunesse ; toutefois, ils n’ont point encore eu le dessus sur moi.

3 Des laboureurs ont labouré sur mon dos, ils y ont tiré tout au long leurs sillons.

4 L’Éternel est juste ; il a coupé les cordes des méchants.

5 Tous ceux qui haïssent Sion rougiront de honte, et seront repoussés en arrière.

6 Ils seront comme l’herbe des toits, qui est sèche avant qu’elle monte en tuyau ;

7 de laquelle le moissonneur ne remplit point sa main, ni celui qui cueille les javelles, ses bras ;

8 et dont les passants ne diront point : La bénédiction de L’Éternel soit sur vous ; nous vous bénissons au nom de l’Éternel.

REFLEXIONS

Ce qui est dit dans ce Psaume nous engage à considérer que l’église a été très souvent attaquée, et sous le Vieux Testament et sous le Nouveau Testament, mais que Dieu l’a toujours conservée et que ses ennemis n’ont jamais pu la détruire. Cela doit nous affermir dans cette persuasion que l’église subsistera éternellement, aussi bien que tous ses véritables membres et que ceux qui se déclarent contre elle n’auront que la honte et la confusion pour leur partage.

PSAUME CXXX

David implore dans ce Psaume la miséricorde de Dieu et le pardon de ses péchés. Il y marque aussi la confiance qu’il avait en sa bonté.

1 Cantique de Mahaloth.

Ô Éternel ! je t’invoque du fond d’un abîme.

2 Seigneur ! écoute ma voix ; que tes oreilles soient attentives à la voix de mes supplications.

3 Ô Éternel ! si tu prends garde aux iniquités, Seigneur ! qui est-ce qui subsistera ?

4 Mais le pardon se trouve auprès de toi, afin qu’on te craigne.

5 J’ai attendu l’Éternel, mon âme l’a attendu, et j’ai eu mon espérance en sa parole.

6 Mon âme s’attend au Seigneur plus soigneusement que les guets du matin qui font la garde le matin.

7 Israël, attends-toi à l’Éternel, car la miséricorde est avec l’Éternel, et la rédemption se trouve en abondance auprès de lui.

8 Et lui-même rachètera Israël de toutes ses iniquités.

REFLEXIONS

Le psalmiste nous donne ici trois instructions :

La première que si Dieu nous examinait à la rigueur de sa justice, personne ne serait trouvé juste devant lui et qu’ainsi nous devons tous avoir recours à sa miséricorde et dire avec une profonde humilité : Ô seigneur, si tu prends garde aux iniquités, qui est-ce qui subsistera ?

La seconde que Dieu est disposé à pardonner aux hommes, mais qu’il n’accorde ce pardon qu’afin qu’on le craigne et que sans cette crainte nous n’avons point de pardon à espérer de lui. C’est ce qui est marqué par ces mots : Le pardon se trouve auprès de toi afin qu’on te craigne.

Et la troisième, que Dieu a toujours été et qu’il sera toujours le défenseur de l’église et des fidèles.

PSAUME CXXXI

David proteste solennellement dans ce Psaume qu’il n’avait pas eu des sentiments d’élévation et d’orgueil, mais qu’il s’était toujours étudié à l’innocence et à l’humilité.

1 Cantique de Mahaloth, de David.

Ô Éternel ! mon cœur ne s’est point élevé, mes yeux ne se sont point haussés, et je n’ai point recherché des choses grandes et trop élevées pour moi.

2 Si je n’ai pas rangé et fait taire mes désirs, tel qu’est un enfant sevré à l’égard de sa mère, et si mon âme n’est pas comme un enfant sevré, que je ne sois pas exaucé de toi !

3 Israël, attends-toi à l’Éternel, dès maintenant et à toujours.

REFLEXIONS

Ce Psaume exprime des sentiments que tous les enfants de Dieu doivent avoir, c'est d'être humble, de ne point rechercher ce qui est grand et élevé et de ressembler aux petits-enfants en innocence et en simplicité. Ce que David nous enseigne sur ce sujet, c'est ce que Jésus-Christ nous recommande encore plus fortement dans l'Évangile, en nous disant que : si nous ne devenons comme des petits-enfants, il ne nous reconnaîtra pas pour ses disciples et nous n'entrerons point au royaume des Cieux.

PSAUME CXXXII

L’auteur de ce Psaume, qui est apparemment David, y rapporte le vœu que ce prince avait fait de ne se donner aucun repos jusqu’à ce que l'arche de l'alliance eût été conduite à Jérusalem et que le service divin y eût été établi et il loue Dieu de ce que ce vœu était accompli. Il espère que Dieu, selon ses promesses, bénirait sa postérité et il prie pour les sacrificateurs, pour les Lévites et pour tout le peuple.

1 Cantique de Mahaloth.

Ô Éternel ! souviens-toi de David, et de toute son affliction,

2 lequel a juré à l’Éternel, et fait ce vœu au Puissant de Jacob :

3 Si j’entre dans la tente de ma maison, et si je monte sur le lit où je me couche,

4 si je donne du sommeil à mes yeux, ou si je laisse sommeiller mes paupières,

5 jusqu’à ce que j’aie trouvé un lieu à l’Éternel, et des pavillons pour le puissant Dieu de Jacob !

6 Voici, nous avons ouï dire qu’elle avait été à Ephrat ; et nous l’avons trouvée dans les champs de Jahar.

7 Nous entrerons dans ses pavillons, et nous nous prosternerons devant son marchepied.

8 Lève-toi, ô Éternel ! pour venir dans ton repos, toi, et l’arche de ta face.

9 Que tes sacrificateurs soient revêtus de justice, et que tes bien-aimés chantent de joie.

10 Pour l’amour de David ton serviteur, ne rejette point le visage de ton oint.

11 L’Éternel a juré la vérité à David, il n’en reviendra point, quand il a dit : Je mettrai de tes fils sur ton trône.

12 Si tes enfants gardent mon alliance et mes commandements, que je leur enseignerai, leurs fils aussi seront assis à perpétuité sur ton trône.

13 Car l’Éternel a choisi Sion, et l’a agréée pour son siège.

14 Elle est, dit-il, le lieu de mon repos à perpétuité ; j’y demeurerai, parce que je m’y plais.

15 Je bénirai abondamment ses vivres, et je rassasierai de pain ses pauvres.

16 Je revêtirai ses sacrificateurs de délivrance, et ses saints chanteront d’une grande joie.

17 C’est là que je ferai germer une corne à David, et que je préparerai une lampe à mon oint.

18 Je couvrirai de honte ses ennemis, et son diadème fleurira sur lui.

REFLEXIONS

I. Le vœu que David avait fait pour l'établissement du service divin et qui est rapporté dans ce Psaume est une marque de sa piété. De là, les grands, les magistrats et toutes sortes de personnes doivent apprendre que la gloire de Dieu et son vrai service est ce qu'ils doivent désirer avec le plus d'ardeur et procurer de tout leur pouvoir.

II. La grâce que Dieu fit à David d'exécuter son pieux dessein nous montre que Dieu bénit les entreprises que l'on forme dans de bonnes intentions.

III. Le choix que Dieu avait fait de Sion pour y être adoré et les promesses par lesquelles il s'était engagé d'y habiter à jamais, de la bénir et de la combler de bien doivent être appliquées à l'église chrétienne où Dieu habite encore plus particulièrement et dans laquelle il doit être servi et adoré jusqu'à la fin du monde.

Enfin, nous devons tous, à l'imitation du psalmiste, prier continuellement pour la conservation de l'église, pour la bénédiction de ses ministres et pour la prospérité de tous ses membres.

PSAUME CXXXIII

Ce Psaume représente le bonheur de ceux qui vivent dans l’union et dans la paix et les bénédictions que Dieu leur accorde.

1 Cantique de Mahaloth, de David.

Oh ! que c’est une chose bonne, et que c’est une chose agréable, que les frères demeurent unis ensemble !

2 C’est comme cette huile précieuse, répandue sur la tête, qui descend sur la barbe d’Aaron, et qui découle sur l’ouverture d’en haut de ses vêtements.

3 Et comme la rosée de Hermon, et celle qui descend sur la montagne de Sion ; car c’est là que l’Éternel a établi la bénédiction et la vie à toujours.

REFLEXIONS

L'instruction que ce Psaume nous donne est qu'il n'y a rien de plus agréable à Dieu que l'union et la paix et qu'il comble de ses plus précieuses faveurs les personnes qui sont unies entre elles, ce qui doit avoir beaucoup de force pour nous faire vivre les uns avec les autres dans une concorde fraternelle et chrétienne.

PSAUME CXXXIV

C’est ici une exhortation qui s'adresse aux ministres de l’ancien temple et qui les invite à louer Dieu.

1 Cantique de Mahaloth.

Bénissez l’Éternel, vous tous les serviteurs de l’Éternel, vous qui assistez toutes les nuits dans la maison de l’Éternel.

2 Elevez vos mains dans le sanctuaire, et bénissez l’Éternel.

3 L’Éternel te bénisse de Sion, lui qui a fait les cieux et la terre.

REFLEXIONS

Les ministres du Seigneur doivent apprendre d'ici que comme la fonction des sacrificateurs et des Lévites était de louer Dieu jour et nuit dans son temple et de prier pour la postérité d'Israël, la charge des ministres de l'église chrétienne les appelle aussi d'une façon particulière à prier sans cesse pour elle et à célébrer continuellement le saint nom du Seigneur.

PSAUME CXXXV

Le psalmiste exhorte les Lévites à louer Dieu, à publier la puissance infinie par laquelle il a créé toutes choses et à célébrer surtout les merveilles qu’il avait faites autrefois pour retirer son peuple d'Égypte et pour le mettre en possession du pays de Canaan. Il y parle aussi de la vanité des idoles et de la folie des idolâtres.

1 Louez l’Éternel ; louez le nom de l’Éternel, vous les serviteurs de l’Éternel, louez-le.

2 Vous qui assistez dans la maison de l’Éternel, dans les parvis de la maison de notre Dieu,

3 Louez l’Éternel, car l’Éternel est bon ; psalmodiez à son nom, car c’est une chose agréable.

4 Car l’Éternel s’est choisi Jacob et Israël pour son précieux joyau.

5 Certainement, je connais que l’Éternel est grand, et que notre Seigneur est au-dessus de tous les dieux.

6 L’Éternel fait tout ce qu’il lui plaît, dans les cieux et sur la terre, dans la mer, et dans tous les abîmes.

7 C’est lui qui fait monter du bout de la terre les vapeurs ; il produit les éclairs pour la pluie ; il tire le vent de ses trésors.

8 C’est lui qui a frappé les premiers-nés d’Égypte, tant des hommes que des bêtes ;

9 qui a envoyé des prodiges et des miracles au milieu de toi, ô Égypte ! contre Pharaon et contre tous ses serviteurs ;

10 qui a frappé plusieurs nations, et mis à mort de puissants rois ;

11 Sihon, le roi des Amorrhéens, et Hog, le roi de Basçan ; et les rois de tous les royaumes de Canaan ;

12 et qui a donné leur pays en héritage, en héritage, dis-je, à Israël son peuple.

13 Éternel ! ta renommée est à toujours ; Éternel ! ta mémoire est d’âge en âge.

14 Car l’Éternel fera justice à son peuple, et se repentira envers ses serviteurs.

15 Les faux dieux des nations sont de l’or et de l’argent, un ouvrage de main d’homme.

16 Ils ont une bouche, et ils ne parlent point ; ils ont des yeux, et ils ne voient point ;

17 ils ont des oreilles, et ils n’entendent point ; il n’y a point aussi de souffle dans leur bouche.

18 Ceux qui les font, et tous ceux qui s’y confient, leur deviendront semblables.

19 Maison d’Israël, bénissez l’Éternel ; maison d’Aaron, bénissez l’Éternel.

20 Maison des Lévites, bénissez l’Éternel ; vous qui craignez l’Éternel, bénissez l’Éternel.

21 Béni soit de Sion l’Éternel qui habite à Jérusalem ! Louez l’Éternel.

REFLEXIONS

Ce Psaume ne nous engage pas moins que les Israélites à bénir Dieu et à célébrer cette puissance, cette sagesse et cette bonté qui paraissent dans la création et dans le gouvernement du monde et principalement à reconnaître la grâce qu'il nous a faite de nous choisir pour être son peuple.

S'il avait délivré le peuple d'Israël de l'Égypte et détruit les rois de Canaan pour l'établir dans ce pays-là, Jésus-Christ a fait pour nous de plus grands prodiges de puissance et d'amour. Il a détruit l'idolâtrie qui régnait dans le monde, il nous a retiré de la condamnation et de la mort et il nous a fait entrer dans son église. Il est donc bien juste que ce Dieu tout-puissant et tout bon soit à jamais béni et que tous ceux qui le craignent et principalement ses ministres et ses serviteurs s'unissent pour le louer et pour dire : Béni soit le Seigneur qui habite en Sion ! Louez l'Éternel.

PSAUME CXXXVI

C’est ici un Psaume de louange où les Israélites parlent premièrement des œuvres de la création. Et en second lieu des miracles que Dieu avait fait lorsque leurs pères sortirent d'Égypte et qu’ils entrèrent dans le pays de Canaan. Il faut remarquer que les Lévites et le peuple se répondent les uns aux autres dans tout ce Psaume et que la bonté de Dieu y est célébrée dans chaque verset par ces mots : Car sa miséricorde demeure éternellement. C’était un formulaire de louange qui était alors employé et consacré d'une façon particulière pour louer Dieu dans le temple.

1 Célébrez l’Éternel, car il est bon ; parce que sa miséricorde demeure éternellement.

2 Célébrez le Dieu des dieux ; car sa miséricorde demeure éternellement.

3 Célébrez le Seigneur des seigneurs ; car sa miséricorde demeure éternellement.

4 Célébrez celui qui fait seul de grandes merveilles ; car sa miséricorde demeure éternellement ;

5 celui qui a fait les cieux avec intelligence ; car sa miséricorde demeure éternellement ;

6 celui qui a étendu la terre sur les eaux ; car sa miséricorde demeure éternellement ;

7 celui qui a fait les grands luminaires ; car sa miséricorde demeure éternellement ;

8 Le soleil pour avoir seigneurie sur le jour ; car sa miséricorde demeure éternellement ;

9 la lune et les étoiles, pour avoir domination sur la nuit ; car sa miséricorde demeure éternellement ;

10 celui qui a frappé l’Egypte en ses premiers-nés ; car sa miséricorde demeure éternellement ;

11 et qui a fait sortir Israël du milieu d’eux ; car sa miséricorde demeure éternellement ;

12 avec une main forte et un bras étendu ; car sa miséricorde demeure éternellement ;

13 lequel a fendu la mer Rouge en deux ; car sa miséricorde demeure éternellement ;

14 et a fait passer Israël par le milieu d’elle ; car sa miséricorde demeure éternellement ;

15 et a renversé Pharaon et son armée dans la mer Rouge ; car sa miséricorde demeure éternellement.

16 Lequel a conduit son peuple par le désert ; car sa miséricorde demeure éternellement.

17 Lequel a frappé de grands rois ; car sa miséricorde demeure éternellement,

18 Et a tué des rois magnifiques ; car sa miséricorde demeure éternellement ;

19 Sihon, roi des Amorrhéens ; car sa miséricorde demeure éternellement ;

20 et Hog, roi de Basçan ; car sa miséricorde demeure éternellement ;

21 et a donné leur pays en héritage ; car sa miséricorde demeure éternellement ;

22 en héritage à Israël son serviteur ; car sa miséricorde demeure éternellement.

23 Lequel, lorsque nous étions bien bas, s’est souvenu de nous ; car sa miséricorde demeure éternellement ;

24 et nous a délivrés de la main de nos ennemis ; car sa miséricorde demeure éternellement.

25 Lequel donne de la nourriture à toute chair ; car sa miséricorde demeure éternellement.

26 Célébrez le Dieu fort des cieux ; car sa miséricorde demeure éternellement.

REFLEXIONS

Il faut faire deux réflexions sur ce Psaume :

I. La première, que nous avons les mêmes sujets de bénir Dieu que les Israélites en considérant les merveilles de la création et de la providence et les miracles qu'il fit autrefois en faveur de son peuple, mais que nous devons surtout louer cette miséricorde infinie et cette puissance divine qu'il a fait paraître dans l'ouvrage de la rédemption.

II. La deuxième réflexion regarde ces paroles qui sont répétées dans tous les versets de ce Psaume et qui étaient un formulaire usité et consacré dans le service divin : Car sa miséricorde dure éternellement. Elles font voir que la bonté de Dieu paraît dans toutes ses œuvres, qu'elle est la source de tous les biens que nous possédons et qu'ainsi nous devons la célébrer par des louanges continuelles avec une grande reconnaissance et avec toute l'ardeur dont nous sommes capables.

PSAUME CXXXVII

Les Juifs captifs à Babylone parlent dans ce Psaume. Ils y marquent la vive douleur dont ils étaient pénétrés dans leur exil et le zèle qu’ils avaient pour Jérusalem. Le prophète y prédit aussi la ruine des Iduméens qui s’étaient réjouis de la désolation de cette ville et la destruction des Babyloniens.

1 Nous nous sommes tenus auprès des fleuves de Babylone, et même, nous y avons pleuré, nous souvenant de Sion.

2 Nous avons pendu nos harpes aux saules, au milieu d'elle.

3 Quand ceux qui nous avaient emmenés prisonniers nous ont demandé de chanter des cantiques, et de les réjouir avec nos harpes que nous avions pendues, et qu’ils nous ont dit : Chantez-nous quelque chose des cantiques de Sion ; nous avons répondu :

4 Comment chanterions-nous les cantiques de l’Eternel dans une terre étrangère ?

5 Si je t’oublie, Jérusalem, que ma droite s’oublie elle-même.

6 Que ma langue soit attachée à mon palais, si je ne me souviens de toi ; si je ne fais de Jérusalem le principal sujet de ma joie.

7 O Eternel ! souviens-toi des enfants d’Edom, lesquels, dans la journée de Jérusalem, disaient : Découvrez, découvrez jusqu’à ses fondements.

8 Fille de Babylone, qui vas être détruite, heureux celui qui te rendra la pareille, de ce que tu nous as fait !

9 Heureux celui qui saisira tes petits-enfants, et les écrasera contre les pierres !

REFLEXIONS

I. Les sentiments que les Juifs captifs font paraître dans ce Psaume sont ceux de tous les vrais fidèles. Ils ont un très grand zèle pour l'église, ils ne sauraient se réjouir lorsqu'ils la voient dans la souffrance et ils s'oublieraient plutôt eux-mêmes et leurs propres intérêts que d'oublier les intérêts de la gloire de Dieu.

II. La ruine des Iduméens et des Babyloniens, qui est prédite dans ce Psaume et qui arriva peu d'années après celle de Jérusalem, nous apprend que Dieu venge les maux que l'on fait à son église et qu'il punit sévèrement et d'une manière exemplaire les persécuteurs et ceux qui se joignent à eux, aussi bien que ceux qui insultent aux misérables et qui se réjouissent du mal qui leur arrive.

PSAUME CXXXVIII

David animé d'un Saint zèle déclare qu’il veut louer Dieu publiquement pour toutes ses faveurs et inciter tous les rois et tous les peuples à le louer avec lui. Il le prie de continuer à le protéger et il témoigne une parfaite confiance en son assistance et en ses promesses.

1 Psaume de David.

Je te célébrerai de tout mon cœur, je te psalmodierai en la présence des souverains.

2 Je me prosternerai dans le palais de ta sainteté, et je célébrerai ton nom, à cause de ta bonté et de ta vérité ; car tu as rendu ton nom grand et admirable, par-dessus tout autre, en accomplissant ta parole.

3 Au jour que j’ai crié tu m’as exaucé, et tu m’as fortifié en mon âme par ta vertu.

4 Eternel ! tous les rois de la terre te célébreront, quand ils auront entendu les paroles de ta bouche.

5 Et ils chanteront les voies de l’Eternel ; car la gloire de l’Eternel est grande.

6 Car l’Eternel est élevé ; il voit les choses basses, et il connaît de loin les choses les plus élevées.

7 Si je marche au milieu de l’adversité, tu me vivifieras ; tu avanceras ta main contre la fureur de mes ennemis, et ta droite me délivrera.

8 L’Eternel achèvera de pourvoir à ce qui me concerne. Eternel ! ta bonté demeure à toujours, tu n’abandonneras point l’ouvrage de tes mains.

REFLEXIONS

On voit éclater dans ce cantique le zèle ardent dont les fidèles sont animés et qui les porte à se réjouir en Dieu, à l'adorer, à chanter ses louanges et à publier ses bontés devant tous les hommes et même devant les rois et les grands de la terre, afin de leur apprendre à craindre Dieu et à célébrer sa gloire. Nous voyons après cela dans ce Psaume que ce grand Dieu qui habite dans le Ciel connait tout ce qui se passe ici-bas, qu'il ne dédaigne pas de prendre soin des hommes, mais qu'il a particulièrement les yeux ouverts sur ses enfants, qu'il est avec eux dans l'adversité, en sorte que tous ceux qui le craignent peuvent dire avec une pleine assurance : Le Seigneur achèvera de pourvoir à ce qui me concerne. Seigneur, ta bonté demeure à toujours, tu n’abandonneras point l'ouvrage de tes mains.

PSAUME CXXXIX

David reconnait dans ce Psaume que Dieu est présent partout et qu’il a une parfaite connaissance de toute chose et même de celles qui sont les plus cachées. Il loue la sagesse infinie de Dieu qui paraît d'une façon particulière dans la formation de l’homme et touché de toutes ces merveilles, il déclare que la considération des œuvres du Seigneur le portera toujours à le bénir, à le craindre et à se réjouir en lui. Enfin, il dit que la confiance qu’il avait en la bonté et en la puissance du Seigneur le soutiendrait contre les efforts de ses ennemis, qu’il ne les craindrait jamais et qu’il n’aurait aucun commerce avec eux.

1 Psaume de David, donné au maître chantre, pour le chanter.

Eternel ! tu m’as sondé et tu m’as connu.

2 Tu connais quand je m’assieds et quand je me lève ; tu découvres de loin ma pensée.

3 Tu m’environnes, soit que je marche, soit que je m’arrête, et tu as une parfaite connaissance de toutes mes voies.

4 Même, avant que la parole soit sur ma langue, voici, ô Eternel ! tu connais déjà tout.

5 Tu me tiens serré par derrière et par devant, et tu as mis ta main sur moi.

6 Ta science est trop merveilleuse pour moi, et si élevée que je n’y saurais atteindre.

7 Où irai-je loin de ton Esprit ? Et où fuirai-je loin de ta face ?

8 Si je monte aux cieux, tu y es ; si je me couche au sépulcre, t’y voilà.

9 Si je prenais les ailes de l’aube du jour, et si j’allais demeurer à l’extrémité de la mer,

10 là même, ta main me conduirait, et ta droite me saisirait.

11 Si je dis : Au moins les ténèbres me couvriront, la nuit même te servira de lumière tout autour de moi.

12 Les ténèbres mêmes ne me cacheront point à toi, et la nuit resplendira comme le jour ; autant te sont les ténèbres que la lumière.

13 Car tu as possédé mes reins, dès que tu m’as enveloppé dans le sein de ma mère.

14 Je te célébrerai de ce que j’ai été fait d’une étrange et admirable manière ; tes œuvres sont merveilleuses, et mon âme le connaît bien.

15 L’agencement de mes os ne t’a point été caché, lorsque j’ai été formé dans un lieu secret, et tissu dans les lieux bas de la terre.

16 Tes yeux m’ont vu, lorsque j’étais comme un peloton, et toutes ces choses s’écrivaient dans ton livre, au jour qu’elles se formaient, même lorsqu’il n’y en avait encore aucune.

17 C’est pourquoi, ô Dieu fort, que tes pensées me sont précieuses, et que la multitude en est grande.

18 Les veux-je compter ? Elles sont en plus grand nombre que le sable. Suis-je réveillé ? Je suis encore avec toi.

19 Ô Dieu ! ne feras-tu pas mourir le méchant ? C’est pourquoi, ô hommes de sang, retirez-vous loin de moi.

20 Car ils ont parlé contre toi avec méchanceté ; tes ennemis se sont élevés vainement.

21 Éternel ! ne haïrais-je pas ceux qui te haïssent ? Et ne serais-je pas indigné contre ceux qui s’élèvent contre toi ?

22 Je les hais d’une parfaite haine ; je les tiens pour mes ennemis.

23 Ô Dieu fort ! sonde-moi et considère mon cœur, éprouve-moi, et considère mes discours.

24 Et regarde s’il y a en moi aucun dessein de nuire à personne, et conduis-moi par la voie du monde.

REFLEXIONS

On doit faire une grande attention sur ce Psaume. C’est un endroit de l’Écriture où il est parlé le plus clairement de la présence et de la connaissance de Dieu. David nous enseigne d’une manière très expresse que Dieu est partout, que sa connaissance est infinie aussi bien que sa puissance, que rien ne lui est caché et qu’en quelque lieu que nous soyons, il est le témoin, non seulement de nos actions et de nos paroles, mais même de nos pensées les plus secrètes. Nous devons comme David, être pénétrés de ces vérités et elles nous engagent à vivre comme étant toujours sous les yeux du Seigneur et à craindre ce grand Dieu qui est partout et qui nous jugera avec une parfaite équité sur la connaissance qu’il a de nos œuvres.

À cette réflexion qui est la principale, il faut ajouter ces trois considérations particulières. La première, que nous avons dans la manière admirable dont Dieu nous a donné la vie, de grands motifs à reconnaître sa puissance et sa bonté et à employer nos corps et nos âmes à le servir. La seconde, que cette puissance et cette bonté de Dieu doivent remplir les justes d’une grande confiance et les rassurer contre la crainte qu’ils pourraient avoir des hommes.

La dernière réflexion est que si nous aimons Dieu, nous aurons de la haine pour tout ce que Dieu haït, que nous éviterons les vices et le commerce des impies sans pour autant haïr jamais leurs personnes, imitant en cela Dieu notre Père qui hait l’injustice, mais qui supporte les pécheurs leur faisant continuellement du bien et usant d’une grande patience envers eux pour les amener à la repentance.

PSAUME CXL

David prie Dieu de le garantir des ruses et de la malice de ceux qui cherchaient sa ruine, et il les menace de la vengeance céleste.

1 Psaume de David, donné au maître chantre, pour le chanter.

2 Éternel ! délivre-moi de l’homme mauvais ; garde-moi de l’homme outrageux.

3 Ils pensent du mal dans leur cœur ; ils renouvellent tous les jours des combats.

4 Ils affilent leur langue comme un serpent ; il y a du venin de vipère sous leurs lèvres. Sélah.

5 Éternel ! garde-moi des mains du méchant ; préserve-moi de l’homme outrageux, de ceux qui ne pensent qu’à me faire tomber.

6 Les orgueilleux m’ont caché le piège, et ils ont tendu avec des cordes un rets à mon passage ; ils m’ont mis des trébuchets. (Sélah.)

7 J’ai dit à l’Éternel : Tu es mon Dieu fort ; Éternel ! prête l’oreille à la voix de mes supplications.

8 Ô Éternel ! Seigneur, qui es la force de mon salut, tu as couvert ma tête au jour de la bataille.

9 Éternel ! n’accorde point au méchant ses souhaits ; ne fais point que sa pensée ait son effet. Ils s’élèveraient. (Sélah.)

10 Pour ce qui est des principaux de ceux qui m’assiègent, le mal qu’ils font par leurs lèvres les couvrira.

11 Des charbons embrasés tomberont sur eux, et les feront tomber dans le feu et dans des fosses profondes, sans qu’ils se relèvent.

12 L’homme médisant ne sera point affermi sur la terre ; pour ce qui est de l’homme outrageux et mauvais, on chassera après lui jusqu’à ce qu’il soit exterminé.

13 Je sais que l’Éternel fera justice à l’affligé, et droit aux misérables.

14 Certainement, les justes célébreront ton nom, les hommes droits habiteront devant ta face.

REFLEXIONS

Ce que nous avons à remarquer ici, c'est que Dieu garantit les justes contre la violence des méchants, que sa vengeance tombe sur les hommes cruels, sur les calomniateurs et sur les trompeurs, que quelque redoutable que paraisse leur puissance, il dissipe tous leurs complots et que s'il souffre que les innocents succombent pour quelque temps, il montre à la fin qu'il est leur protecteur, en sorte qu'ils ont sujet de reconnaître et de célébrer sa puissance, sa justice et sa bonté. C'est dans cet esprit et dans ces vues et non dans un esprit de ressentiment et de vengeance contre ceux qui pourraient nous avoir offensé que nous devons lire et méditer ce Psaume.

PSAUME CXLI

David, exposé à l’injustice et à la calomnie de diverses personnes qui le persécutaient, prie Dieu de recevoir favorablement ses supplications. Il lui demande la grâce de ne point pécher par sa langue en se laissant aller au murmure et d'être garanti de la séduction des pécheurs et il souhaite d'être repris et corrigé par les justes. Il se confie au secours de Dieu et il est persuadé qu’il le délivrerait de ceux qui cherchaient sa ruine.

1 Psaume de David.

Éternel ! je t’invoque, hâte-toi de venir à moi ; prête l’oreille à ma voix, lorsque je crie à toi.

2 Que ma requête vienne devant toi comme le parfum, et l’élévation de mes mains comme l’oblation du soir.

3 Éternel, garde ma bouche ; garde l’ouverture de mes lèvres.

4 Eternel, Garde mon cœur d’incliner à des choses mauvaises, en sorte que je commette de méchantes actions par malice, avec les ouvriers d’iniquité ; et préserve-moi de manger de leurs délices.

5 Que le juste me frappe, ce me sera une faveur ; et qu’il me reprenne, ce me sera un baume excellent ; il ne blessera point ma tête ; je prierai même pour eux dans leurs calamités.

6 Quand leurs gouverneurs auront été précipités des rochers, alors on écoutera mes paroles et elles seront agréables.

7 Nos os sont épars près de l’ouverture du sépulcre, comme quand on laboure et qu’on fend la terre.

8 Mais, ô Éternel, mon Seigneur ! mes yeux sont tournés vers toi, je me suis retiré vers toi ; ne laisse point mon âme dénuée.

9 Garde-moi du piège qu’ils m’ont tendu, et des trébuchets des ouvriers d’iniquité.

10 Les méchants tomberont tous ensemble dans leurs filets, jusqu’à ce que je sois passé.

REFLEXIONS

L’usage que nous devons faire de ce Psaume est de nous joindre au roi David dans les prières qu’il y fait et de demander :

I. Premièrement à Dieu avec humilité qu’il daigne recevoir favorablement nos requêtes et qu’elles montent jusqu’en sa présence,

II. qu’il nous préserve de l’offenser par des discours inconsidérés ou par des pensées criminelles et de nous laisser séduire par les pécheurs, c’est à quoi tend cette prière : Seigneur, garde ma bouche et mes lèvres, garde mon cœur d’incliner à des choses mauvaises, que je ne commette aucun mal avec les méchants et que je ne goutte pas leurs délices.

III. David nous apprend à recevoir avec plaisir et avec reconnaissance les avertissements et les corrections des gens de bien, c’est le sentiment qu’on toutes les personnes pieuses et ce que David exprime lorsqu’il dit : Que le juste me frappe, ce me sera une faveur, qu’il me reprenne, ce me sera un baume excellent.

L’on voit enfin dans ce Psaume que bien que la condition des justes soit quelquefois misérable, Dieu les garde toujours et qu’il ne les abandonne pas à ceux qui cherchent leur ruine.

PSAUME CXLII

David, renfermé dans la caverne de Henguédi et environné des troupes de Saül, prie Dieu de le secourir dans ce pressant danger. Il fait vœu de lui rendre ses actions de grâce. On peut lire dans I Samuel XXIV l’histoire qui donne occasion de ce Psaume.

1 Maskil de David, qui est une requête qu’il fit lorsqu’il était dans la caverne.

2 Je crie de ma voix à l’Éternel, je supplie de ma voix l’Éternel.

3 Je répands ma plainte devant lui ; j’expose ma détresse en sa présence.

4 Quand mon esprit s’est pâmé en moi, alors tu as connu mon sentier. Ils m’ont caché un piège dans le chemin par lequel je marchais.

5 Je considérais à ma droite, et je regardais, et il n’y avait personne qui me reconnût ; tout refuge me manquait, et il n’y avait personne qui eût soin de mon âme.

6 Éternel ! je me suis écrié vers toi, et j’ai dit : Tu es ma retraite et ma portion dans la terre des vivants.

7 Sois attentif à mon cri, car je suis devenu fort misérable ; délivre-moi de ceux qui me poursuivent, car ils sont plus puissants que moi.

8 Tire mon âme hors de prison, afin que je célèbre ton nom ; les justes viendront autour de moi, parce que tu m’auras récompensé.

REFLEXIONS

Cette prière que le roi David adressa à Dieu, étant sur le point de tomber entre les mains de Saül, fait voir que c'est auprès du Seigneur qu'il faut chercher le secours qui nous est nécessaire. Et la délivrance que Dieu accorda à David dans cette extrémité montre que la confiance des fidèles ne les trompe jamais, que Dieu a toujours des moyens de les tirer du danger et qu'il change enfin leur tristesse en joie et en actions de grâces.

PSAUME CXLIII

 I. Le roi David s’humilie profondément devant Dieu par la confession de ses péchés. II. Il le prie d’avoir égard à son déplorable état, d’écouter favorablement sa prière, de le conduire par son Esprit et de le tirer du péril où il se trouvait.

1 Psaume de David.

Éternel ! écoute ma requête, prête l’oreille à mes supplications, suivant ta fidélité ; réponds-moi par ta justice.

2 Et n’entre point en jugement avec ton serviteur ; car nul homme vivant ne sera justifié devant toi.

3 L’ennemi poursuit mon âme ; il a foulé ma vie par terre ; il m’a mis dans des lieux ténébreux, comme ceux qui sont morts depuis longtemps.

4 Et mon esprit se pâme en moi, et mon cœur est désolé au dedans de moi.

5 Je me souviens des jours anciens ; je médite toutes tes œuvres, et je m’entretiens des ouvrages de tes mains.

6 J’étends mes mains vers toi, mon âme est devant toi comme une terre altérée. (Sélah.)

7 Ô Éternel ! hâte-toi ; réponds-moi ; mon esprit est en défaillance ; ne cache point ta face de moi, en sorte que je devienne semblable à ceux qui descendent dans la fosse.

8 Fais-moi entendre dès le matin ta bonté, car je me suis assuré sur toi ; fais-moi connaître le chemin par lequel j’ai à marcher ; car j’ai élevé mon cœur vers toi.

9 Éternel ! délivre-moi de ceux qui me haïssent ; car je me suis retiré vers toi.

10 Enseigne-moi à faire ta volonté, car tu es mon Dieu ; que ton bon esprit me conduise dans le droit chemin.

11 Éternel ! rends-moi la vie, pour l’amour de ton nom ; tire mon âme hors de la détresse, à cause de ta justice ;

12 et retranche par ta bonté ceux qui me haïssent, et détruis tous ceux qui oppriment mon âme ; car je suis ton serviteur.

REFLEXIONS

I. La prière que le roi David fait à l'entrée de ce Psaume en ces termes : N’entre point en jugement avec ton serviteur, car nul homme vivant ne sera trouvé justifié devant toi, est d'un usage général et il n'y a personne qui ne doive la présenter à Dieu avec ardeur et humilité.

II. Le recours que David avait à Dieu dans ses maux nous enseigne que dans quelque extrémité que nous nous trouvions, nous devons chercher notre sûreté et notre consolation dans la prière et dans la confiance au Seigneur et méditer pour cet effet ses œuvres et les divers témoignages qu'il a donné de tout temps de sa bonté à ceux qui le craignent. Mais ce que nous devons surtout lui demander, soit que nous soyons affligés ou que nous nous trouvions dans quelque autre état, c'est la grâce de le craindre, les effets de son amour et la conduite de son bon Esprit, lui présentant pour cet effet cette prière : Fais-moi entendre dès le matin ta bonté, car je me suis assuré en toi, fais-moi connaître le chemin par lequel je dois marcher. Car j’ai élevé mon cœur à toi. Enseigne-moi à faire ta volonté, car tu es mon Dieu, que ton Esprit me conduise dans le droit chemin.

III. Au reste, quand nous voyons avec quelle ardeur David prie le Seigneur, dans ce Psaume et dans plusieurs autres, de le délivrer de ceux qui le haïssaient, il faut penser que nous n'avons pas les mêmes raisons que ce roi avait de faire de semblables prières, mais que nous devons implorer de tout notre cœur l'assistance de Dieu contre les ennemis de notre salut, puisque nous sommes toujours exposés à leurs attaques et qu'ils sont infiniment plus à craindre que les ennemis temporels.

PSAUME CXLIV

C’est ici un cantique d’actions de grâces pour les victoires et les délivrances que Dieu avait accordées à David, et une prière pour la prospérité du peuple d’Israël.

1 Psaume de David.

Béni soit l’Éternel, mon rocher, lequel dresse mes mains pour le combat, et mes doigts pour la bataille ;

2 qui déploie sa bonté envers moi ; qui est ma forteresse, ma haute retraite, mon libérateur, mon bouclier. Je me suis retiré vers lui ; il range mon peuple sous moi.

3 Ô Éternel ! qu’est-ce que l’homme, que tu aies soin de lui ; et que le fils de l’homme mortel, que tu en tiennes compte ?

4 L’homme est semblable à la vanité, ses jours sont comme une ombre qui passe.

5 Éternel ! abaisse tes cieux, et descends ; touche les montagnes, et qu’elles fument.

6 Lance l’éclair, et les dissipe ; tire tes flèches, et les mets en déroute ;

7 étends tes mains d’en haut ; délivre-moi, et me retire des grosses eaux, de la main des enfants de l’étranger ;

8 dont la bouche prononce des mensonges, et dont la droite est une droite trompeuse.

9 Ô Dieu ! je te chanterai un nouveau cantique ; je te psalmodierai sur l’instrument à dix cordes.

10 C’est lui qui envoie la délivrance aux rois, et qui délivre David son serviteur de l’épée meurtrière.

11 Retire-moi et me délivre de la main des enfants de l’étranger, dont la bouche prononce des mensonges, et dont la droite est une droite trompeuse ;

12 Que nos fils soient comme de jeunes plantes, croissant en leur jeunesse, et nos filles comme les angles taillés pour l’ornement d’un palais.

13 Que nos celliers soient remplis, fournissant toute espèce de provisions ; que nos troupeaux multiplient par milliers, par dix milliers dans nos parcs !

14 Que nos bœufs soient chargés de graisse, qu’il n’y ait point de brèche, qu’il ne se fasse point de sortie, et qu’il n’y ait point de cri dans nos places !

15 Heureux le peuple qui est dans cet état ! Heureux le peuple duquel l’Éternel est le Dieu !

REFLEXIONS

I. Les actions de grâces que David rend à Dieu des victoires qu'il avait obtenues nous montre que c'est à Dieu qu'il faut donner la gloire de tous les biens qui nous arrivent et que c'est lui qui favorise les rois pieux et en général tous ceux qui le craignent et qui les tire des plus grands dangers.

II. Lorsque Dieu nous accorde quelque grâce, nous devons joindre à nos louanges un humble aveu de notre indignité et dire dans ces sentiments : Ô Seigneur, qu'est-ce que l'homme que tu te souviennes de lui et du fils de l'homme que tu en tiennes compte.

III. Ce cantique nous enseigne que l'abondance, la paix et la prospérité temporelle sont des effets de la bonté de Dieu et de sa providence et qu'il faut recevoir ces bienfaits-là avec reconnaissance et en faire un bon usage. Souvenons-nous cependant, que ces faveurs temporelles que les Israélites demandaient à Dieu et qui leur étaient promises par l'alliance qu'il avait faite avec eux ne sont pas celles que les chrétiens doivent principalement rechercher. Soyons encore plus sensibles aux bénédictions spirituelles que Dieu nous accorde dans l'église et qui nous assurent la jouissance d'un bonheur qui ne finira jamais. C'est dans la vue de ces bénédictions que nous avons encore plus de sujet que les Israélites n'en avaient de dire : Heureux le peuple duquel l'Éternel est Dieu.

PSAUME CXLV

David adore et loue dans ce Psaume d’une manière pleine de zèle et d'amour la grandeur de Dieu, ses ouvrages merveilleux, sa puissance, sa justice, mais surtout sa bonté envers tous les hommes et l'amour qu'il porte à ceux qui le craignent et qui l'invoquent. Ce cantique est l'un de ceux que l'on peut lire avec le plus de fruit et d'édification.

1 Psaume de louange, composé par David.

Aleph. Mon Dieu, mon Roi, je t’exalterai, et je bénirai ton nom a toujours et à perpétuité.

2 Beth. Je te bénirai chaque jour, et je louerai ton nom à toujours et à perpétuité.

3 Guimel. L’Éternel est grand et infiniment digne d’être loué, et l’on ne saurait sonder sa grandeur.

4 Daleth. Une génération dira la louange de tes œuvres à l’autre génération, et elles raconteront tes exploits.

5 Hé. Je m’entretiendrai de la magnificence glorieuse de ta majesté, et de tes œuvres merveilleuses ;

6 Vau. Et on récitera la force de tes exploits redoutables, et je raconterai ta grandeur.

7 Zajin. Ils répandront le souvenir de ta grande bonté, et ils raconteront ta justice avec un chant de triomphe.

8 Heth. L’Éternel est miséricordieux et pitoyable, lent à la colère, et grand en bonté.

9 Teth. L’Éternel est bon envers tous, et ses compassions sont par-dessus toutes ses œuvres.

10 Jod. Éternel ! toutes tes œuvres te célébreront, et tes bien-aimés te béniront.

11 Caph. Ils réciteront la gloire de ton règne, et raconteront tes grands exploits ;

12 Lamed. Afin de donner à connaître tes grands exploits aux hommes, et la gloire de la magnificence de ton règne.

13 Mem. Ton règne est un règne de tous les siècles, et ta domination est dans tous les âges.

14 Samech. L’Éternel soutient tous ceux qui sont prêts à tomber, et il redresse tous ceux qui sont abattus.

15 Hajin. Les yeux de tous s’attendent à toi, et tu leur donnes leur nourriture en leur temps.

16 Pé. Tu ouvres ta main, et tu rassasies à souhait tout ce qui vit.

17 Tsadé. L’Éternel est juste dans toutes ses voies, et plein de bonté dans toutes ses œuvres.

18 Koph. L’Éternel est près de tous ceux qui l’invoquent, de tous ceux qui l’invoquent en vérité.

19 Resch. Il accomplit le souhait de ceux qui le craignent, il exauce leur cri, et il les délivre.

20 Scin. L’Éternel garde tous ceux qui l’aiment ; mais il exterminera tous les méchants.

21 Thau. Ma bouche racontera la louange de l’Éternel, et toute chair bénira le nom de sa sainteté à toujours et à perpétuité.

REFLEXIONS

Ce Psaume est très propre pour enflammer notre zèle et pour nous animer à louer Dieu avec une ardente dévotion. David y exprime en des termes extrêmement touchants le plaisir, le ravissement et la Sainte ardeur avec laquelle les fidèles méditent les œuvres merveilleuses du Seigneur et célèbrent sa puissance, sa majesté, sa fidélité, sa justice et principalement sa bonté et sa miséricorde qui est par-dessus toutes ses œuvres. David nous apprend dans ce cantique que c’est par le Seigneur que toutes les créatures ont été faites et qu’elles subsistent, que sa providence s’étend jusqu’aux animaux, mais il y représente principalement le soin paternel que Dieu a de ceux qui le craignent, il nous assure que Dieu est toujours près d’eux pour les garder, qu’il les exauce quand ils le réclament, qu’il les délivre dans leurs détresses et qu’il accomplit le souhait de leur cœur. L’effet que la considération de toutes ces choses doit produire est de nous remplir d’un grand amour pour ce Dieu si bon, de nous porter à l’imiter dans sa bonté, de nous inspirer toujours plus d’attachement pour la piété qui nous procure ces précieux avantages et de nous animer d’un zèle ardent pour le bénir et pour publier à jamais ses louanges.

PSAUME CXLVI

Le prophète fait vœu de louer Dieu tout le temps de sa vie et il enseigne qu'il faut mettre sa confiance en Dieu seul qui est le maître du monde et qui a un soin particulier des justes.

1 Louez l’Éternel.

Mon âme, loue l’Éternel.

2 Je louerai l’Éternel pendant toute ma vie ; je psalmodierai à mon Dieu tant que je durerai.

3 Ne vous assurez point sur les princes, ni sur aucun fils d’homme, qui ne saurait délivrer.

4 Son esprit sort, et l’homme retourne en sa terre, et en ce jour-là ses desseins périssent.

5 Heureux celui à qui le Dieu fort de Jacob est en aide, et dont l’attente est à l’Éternel son Dieu,

6 qui a fait les cieux et la terre, et la mer, et tout ce qui y est, et qui garde toujours la vérité ;

7 qui fait droit à ceux à qui l’on fait tort, qui donne du pain à ceux qui ont faim. L’Éternel délie ceux qui sont liés.

8 L’Éternel ouvre les yeux des aveugles ; l’Éternel redresse ceux qui sont abattus ; l’Éternel aime les justes.

9 L’Éternel garde les étrangers ; il soutient l’orphelin et la veuve, et il renverse le train des méchants.

10 L’Éternel régnera à jamais. Ô Sion ! ton Dieu est d’âge en âge. Louez l’Éternel.

REFLEXIONS

Nous devons apprendre de ce Psaume :

I. Que le plus bel usage que nous puissions faire de notre vie est de l’employer toute entière à louer et à glorifier le saint nom de l’Éternel.

II. Que c’est une grande folie de mettre sa confiance dans les hommes et dans les grands, puisqu’ils ne sont que la faiblesse et le néant même, étant des hommes mortels, mais que pour jouir d’un vrai bonheur, il faut se reposer uniquement sur Dieu qui est le créateur du monde qui aime la vérité et la droiture, qui fait justice à ceux qu’on opprime, qui les délivre et qui règnera à jamais pour la défense de son peuple et de ses enfants.

PSAUME CXLVII

Les Israélites sont exhortés à louer Dieu : I. premièrement à cause des œuvres de la création. II. et en second lieu à cause des grâces qu'il répandait sur leur nation en particulier.

1 Louez l’Éternel ; car c’est une chose bonne de psalmodier à notre Dieu, et c’est une chose agréable ; sa louange est bienséante.

2 L’Éternel est celui qui bâtit Jérusalem ; il rassemblera ceux d’Israël qui sont dispersés.

3 Il guérit ceux qui ont le cœur brisé, et il bande leurs plaies.

4 Il compte le nombre des étoiles ; il les appelle toutes par leur nom.

5 Notre Seigneur est grand et d’une grande puissance ; son intelligence est infinie.

6 L’Éternel soutient les débonnaires, mais il abaisse les méchants jusqu’en terre.

7 Chantez à l’Éternel avec des actions de grâces, en vous répondant les uns aux autres ; psalmodiez avec la harpe à notre Dieu ;

8 qui couvre de nuées les cieux, qui prépare la pluie pour la terre, qui fait produire le foin aux montagnes ;

9 qui donne la pâture au bétail, et aux petits du corbeau qui crient.

10 Il n’a point d’égard à la force du cheval ; il ne fait point cas des hommes légers à la course.

11 L’Éternel met son affection en ceux qui le craignent, et en ceux qui s’attendent à sa bonté.

12 Jérusalem, loue l’Éternel, Sion, loue ton Dieu !

13 Car il a renforcé les barres de tes portes, il a béni tes enfants au milieu de toi.

14 C’est lui qui rend paisibles tes contrées, et qui te rassasie de la moelle du froment.

15 C’est lui qui envoie ses ordres sur la terre ; de sorte que ce qu’il a prononcé la parcourt avec beaucoup de vitesse.

16 C’est lui qui donne la neige comme des flocons de laine, et qui répand la bruine comme de la cendre.

17 C’est lui qui jette sa glace comme par morceaux. Qui pourra soutenir la rigueur de son froid ?

18 Il envoie ses ordres, et il les fait fondre ; il fait souffler son vent, et les eaux s’écoulent.

19 Il annonce ses paroles à Jacob, ses statuts et ses ordonnances à Israël.

20 Il n’a pas fait ainsi à toutes les nations, et elles ne connaissent point ses ordonnances. Louez l’Eternel.

REFLEXIONS

Ce Psaume nous présente deux grands motifs à louer Dieu et à l'aimer. Le premier qui nous est commun avec les Israélites et avec tous les hommes et qui est pris de cette puissance et de cette sagesse admirable avec laquelle il gouverne le monde. Nous voyons ici que c'est Dieu qui conserve toutes choses, qui envoie la neige et la pluie, qui fait produire à la terre son fruit, qui donne l'abondance et la paix et qu'ainsi tous ces biens temporels doivent être attribués à sa bonté et rapportés à sa gloire. Le second sujet des louanges de Dieu qui est exprimé dans ce Psaume est pris des biens que Dieu avait fait aux Israélites et surtout de ce qu'outre la protection, l'abondance et la paix dont ils jouissaient dans la terre de Canaan, il leur avait donné sa parole et sa sainte loi. À cet égard nous avons des motifs bien plus forts à rendre grâce au Seigneur en vue des bénédictions spirituelles qu'il répand sur nous, entre lesquelles celle que nous devons le plus estimer est l'avantage d'être éclairé par l'Évangile et par la connaissance de sa volonté. C'est là une grâce qu'il n'a pas faite à tous les peuples. Ainsi nous devons en reconnaître le prix, la posséder avec gratitude et nous en servir à l'honneur de son saint Nom et à notre propre salut.

PSAUME CXLVIII

David dans les transports de son zèle invite toutes les créatures du Ciel et de la terre à louer Dieu, mais il y convie particulièrement les hommes et les Israélites. Il y a beaucoup d’élévation et d onction dans ce Psaume.

1 Louez l’Eternel.

Louez l’Eternel dans les cieux ; louez-le dans les plus hauts lieux.

2 Tous ses anges, louez-le ; toutes ses armées, louez-le.

3 Louez-le, soleil et lune ; toutes les étoiles qui jetez de la lumière, louez-le.

4 Louez-le, cieux des cieux, et les eaux qui sont sur les cieux.

5 Que toutes ces choses louent le nom de l’Eternel ; car il a commandé, et elles ont été créées.

6 Et il les a établies à perpétuité, et pour toujours, il y a mis un ordre qui ne changera point.

7 Louez de la terre l’Eternel ; louez-le, vous, les gros poissons, et tous les abîmes ;

8 feu et grêle, neige et vapeur, vents de tempête, qui exécutez sa parole ;

9 montagnes et tous les coteaux, arbres fruitiers, et tous les cèdres ;

10 bêtes sauvages, et tout le bétail, reptiles, et oiseaux qui avez des ailes ;

11 rois de la terre, et tous les peuples ; princes, et tous les gouverneurs de la terre ;

12 ceux qui sont à la fleur de leur âge ; et les vierges, et les vieillards, et les jeunes gens ;

13 qu’ils louent tous le nom de l’Eternel ; car son nom est élevé, sa majesté est sur la terre et sur les cieux.

14 Car il a élevé la corne de son peuple, ce qui est une louange pour tous ses bien-aimés, pour les enfants d’Israël, qui sont le peuple qui est près de lui. Louez l’Eternel.

REFLEXIONS

I. Dans ce cantique, aussi bien que dans plusieurs autres, nous apprenons que c'est Dieu qui a formé, qui conserve et qui conduit toutes les créatures qu'il y a dans le Ciel et sur la terre, les anges, le soleil, la lune et tous les astres, que c'est par sa volonté que le feu, la grêle, la neige, les vents, les montagnes, les arbres et les bêtes subsistent dans un ordre qui ne change jamais et produisent tous les divers effets que nous voyons tous les jours.

II. Nous devons considérer que toutes ces créatures, à la réserve des anges, étant destituées de raison, elles ne louent le Seigneur qu'en tant qu'elles nous présentent des sujets de le louer par les merveilles qu'elles nous mettent devant les yeux et qu'ainsi c'est aux hommes à bénir Dieu puisqu'eux seuls sont capables de le connaître dans ses ouvrages. Nous voyons dans ce Psaume que toutes sortes de personnes sont obligées à s'acquitter de ce devoir : les grands et les petits, les hommes et les femmes, les jeunes gens et les vieillards. En général tous ceux qui ont le bonheur de vivre dans l'église doivent signaler leur zèle et s'unir pour donner gloire au créateur de toutes choses et notre plus ardent désir doit être que le nom de notre Dieu soit loué et béni par nous et par toutes les créatures dès maintenant et dans l'éternité.

PSAUME CXLIX

C’est ici un Psaume de louange et de reconnaissance pour les victoires que le peuple d'Israël avait remportées sur plusieurs rois par l'assistance de Dieu.

1 Louez l’Eternel.

Chantez à l’Eternel un cantique nouveau, et sa louange dans l’assemblée de ses bien-aimés.

2 Qu’Israël se réjouisse en celui qui l’a fait, et que les enfants de Sion soient transportés de joie en leur Roi.

3 Qu’ils louent son nom en concert, qu’ils lui psalmodient sur le tambour et sur la harpe ;

4 car l’Eternel met son affection en son peuple ; il rendra honorables les débonnaires en les délivrant.

5 Ses bien-aimés triompheront avec gloire, et se réjouiront sur leurs lits.

6 Les louanges du Dieu fort seront dans leur bouche, et des épées affilées à deux tranchants seront dans leur main ;

7 pour faire la vengeance parmi les nations, et pour châtier les peuples ;

8 pour lier leurs rois avec des chaînes, et les grands d’entre eux avec des ceps de fer ;

9 afin qu’ils exercent sur eux le jugement qui est écrit. Cet honneur est pour tous ses bien-aimés. Louez l’Eternel.

REFLEXIONS

Ce cantique doit exciter tous les vrais membres de l'église à chanter et à publier les louanges de Dieu et à se réjouir continuellement en lui. Et comme les Israélites faisaient retentir leurs chants de joie parce que Dieu les avaient fait triompher de leurs ennemis et des rois qui leur faisaient la guerre, nous devons aussi le louer en considération du soin qu'il a eu en tout temps de son église et de toutes les faveurs que nous avons reçues de lui, mais principalement de ce qu'il a vaincu tous nos ennemis spirituels et de ce qu'il nous a mis en état d'en triompher nous-mêmes et d'être plus que vainqueurs en toutes choses par Jésus-Christ notre Seigneur.

PSAUME CL

Le psalmiste exhorte tous les hommes à louer Dieu à cause de sa majesté, de son élévation et de ses œuvres admirables en employant à cela des instruments sacrés. C'est ici que finit le livre des Psaumes.

1 Louez l’Eternel.

Louez le Dieu fort à cause de sa sainteté ; louez-le à cause de cette étendue qu’il a faite par sa puissance.

2 Louez-le de ses grands exploits ; louez-le selon la grandeur de sa majesté.

3 Louez-le au son de la trompette ; louez-le avec le psaltérion et la harpe.

4 Louez-le avec le tambour et la flûte ; louez-le avec le luth et avec l’orgue.

5 Louez-le avec les cymbales retentissantes ; louez-le avec les cymbales de triomphe.

6 Que tout ce qui respire loue l’Éternel ! Louez l’Éternel.

REFLEXIONS

Ce Psaume, qui est le dernier, doit nous animer d'un Saint zèle pour louer sans cesse la grandeur de notre Dieu, sa puissance infinie et toutes ses perfections adorables. C'est ce que nous devons tous faire, non seulement de la bouche et de la voix, mais principalement du cœur, nous souvenant que si les Israélites employaient dans leur culte le son éclatant de divers instruments de musique, de même que plusieurs cérémonies, Dieu veut que nous le louions et que nous le servions sous l'Évangile principalement du cœur et avec toute l'affection et la ferveur possible. Acquittons-nous tout le temps de notre vie d'un devoir si juste et si agréable et faisons pour cet effet un bon usage de tant de belles exhortations et de divins modèles de dévotions et de louanges que le livre des Psaumes contient afin qu'après avoir loué et glorifié Dieu sur la terre, nous le glorifions éternellement dans le Ciel avec tous les bienheureux.

Amen.